Titre : Memento.

Auteur : Nagisa Moon.

Base : Harry Potter. Spoilers : PS, CoS, PoA, GoF.

Genre : Romance, slash, chroniques, légèrement angst (mais alors très, très légèrement).

Couple(s) : SB/RL, JP/LE (évoqué), RW/HG (effleuré).

Rating : PG-13.

Feedback : MoonyNagisa@hotmail.com, je vous répondrai à tous les coups!

Notes : Ce chapitre – le dernier de « Memento » – est plus court que les autres (un peu plus de 5 pages). Je m'excuse de ne pas avoir écrit plus de choses. En fait, j'avais envie d'explorer tellement d'aspects de ce chapitre que je ne m'en sortais plus ! Les réactions d'Harry, les pensées de Remus ou encore les sentiments de Sirius… peut-être même l'avis de Ron et/ou d'Hermione… mais soyons réalistes, il me faudrait refaire une fic en entier pour tout décrire ! J'ai essayé d'exploiter à la fois les émotions de Sirius et celle de Remus, ainsi qu'un peu celles de Harry, mais il faut dire que ça a été difficile de garder une certaine cohérence dans le déroulement de l'histoire…

La preuve, j'ai réécris 6 ou 7 fois ce chapitre ! Sans compter le nombre de paragraphes supprimés ou refaits, les dialogues réarrangés, etc… j'ai cru que je ne m'en sortirais jamais ! Enfin, voilà, j'espère être arrivée à conclure cette histoire de manière satisfaisante, en ayant su montrer l'importance que cela revêtait aux yeux des personnages principaux – Sirius et Remus – ainsi que le nouveau départ que cela représente.

Snif, je suis triste de finir cette fanfic. En plus, c'est la première que j'ai postée, alors évidemment… En tout cas, je ne m'attendais pas à ce qu'elle reçoive un aussi bon accueil ! J'avais tellement peur que le scénario soit trop ennuyeux, que mon style soit trop lourd, etc... Alors lorsque j'ai reçu tous les superbes messages que vous m'avez envoyé, j'en ai été totalement retournée !

Allez, je vais m'arrêter là. Après tout, ce n'est pas comme si je n'allais plus jamais réécrire de fanfic ! D'ailleurs, la prochaine devrait être un Harry/Draco, un couple passionnant dont je suis une fidèle supportrice ^-^ J'ai des dizaines d'idées, notées dans mon calepin, qui attendent patiemment que je les couche sur Word… J'espère en tout cas que mes prochaines élucubrations littéraires vous plairont autant que « Memento » ! ^o^ Gros bisous à tous !

PS : J'espère que ma traduction de « Try to Remember » est correcte ! Je m'excuse d'avance pour les probables fautes que vous allez y trouver, mais j'ai fait du mieux que j'ai pu… La version que je vous conseille d'écouter, au cas où vous le souhaiteriez, est celle interprétée par Vonda Shepard (la chanteuse officielle de la série « Ally McBeal »). Elle est magnifique, et c'est d'ailleurs en l'écoutant que j'ai écrit le scénario de base de « Memento ». Et au cas où, les titres des 6 chapitres forment, mis bout à bout, le refrain de cette chanson.

Remerciements : A tous ceux qui m'ont lue jusqu'ici sans vous, je ne pourrais certainement pas écrire. Et plus spécialement à ceux qui ont pris la peine de m'écrire un petit mot, que ce soit par review ou par mail : ce sont des attentions comme celles-ci qui m'encouragent à continuer et me remontent le moral. Merci mille fois de votre patience et de votre gentillesse !

A Prune, même si elle est une incorrigible partisane de la chauve-sour… ahem, du corbeau. Tant que tu ne fais pas trop souffrir mon loup favori et que tu modères tes tortures envers mon Animagus préféré, je ne t'en voudrais pas d'aimer Snape à ce point (même si je ne parviendrai jamais à comprendre). Merci encore pour tes messages qui me font toujours autant plaisir !

A Johanna, pour ses messages ultra-sympa et pour le plaisir que procurent ses magnifiques dessins ! (Si vous voulez les voir, allez sur ce site : -- vous ne le regretterez pas !). Et également à Jess HDH, qui nous a offert les meilleures fanfics Harry/Draco en français grâce à ses superbes traductions. Encore bravo et bon courage pour la suite de « Pensées Inconcevables » !

Au groupe Stereophonics pour son dernier album, You gotta go there to come back, parce qu'il m'a redonné l'inspiration au moment où je désespérais d'en retrouver un jour ! La chanson « Maybe Tomorrow » est magnifique (tout comme le clip qui va avec -)). Bon, je sais qu'aucun des membres du groupe ne me lira, mais voilà, je tenais à le dire !

Et enfin à tous les reviewers qui ont pris le temps de m'écrire :

Tsuki-chan : Merci beaucoup, je suis heureuse de savoir que j'ai réussi à rester dans l'esprit de la fic ^-^

Lunicorne : Une fan ? Wouah, merci beaucoup !

Magali : Merci mille fois, ça me rassure d'avoir conservé le côté tendre et romantique. Pour le creux de la clavicule ou le nombril, je trouve que c'est ce genre de détail qui permet de rendre la scène plus « vraie » et plus mignonne, sans tomber dans le vulgaire ^-^ Moi aussi je suis châtain, alors on est solidaires lol !

Harry Potter, une icône gay ? Hum, je n'y avais jamais pensé comme ça… Seulement, c'est une série avec de nombreux personnages, dont très peu sont déjà pris et dont on connaît peu de chose, ce qui permet aussi bien aux amateur de straight que de slash de les coupler comme bon leur semble. J.K. Rowling, avec des personnages aussi attachants, nous permet d'inventer des milliers d'histoires, et il se trouve que le slash se développe peu à peu, donc Harry Potter, comme « Le Seigneur des Anneaux » ou « Gundam Wing », n'a pu y échapper. Mais je dois avouer que je ne le vois pas spécialement comme une icône gay… je ne me lancerai pas dans une thèse là-dessus, mais je crois qu'il serait intéressant d'écrire une sorte d'article à ce sujet. Peut-être que je le ferai si j'arrive à avoir mon site perso lol !

Une histoire sur Sirius et Remus un peu avant la tragédie ? En fait, j'ai déjà un projet de one-shot sur cette période, je ne sais pas s'il se concrétisera d'ici peu, mais en tout cas je pense écrire une fanfic, même courte, là-dessus. Néanmoins, merci pour ta suggestion ^-^ Gros bisous et tiens bon, moi aussi je rassemble toutes mes forces pour attendre le tome 5 !

Lyby : Merci de tout mon cœur ! Ca me touche que tu aies ressenti l'amour partagé et les sentiments entre eux, et que tu aies tellement aimé ce chapitre qui consiste surtout en un lemon ! J'en deviens toute rouge *o* Désolée, mais je ne pourrai pas rallonger cette fanfic. J'ai prévu six chapitre, juste assez pour présenter la relation Sirius/Remus en la mettant en parallèle avec le présent. Mais promis, j'ai déjà pleins de projets de fics, pas forcément longues, mais en tout cas je ne m'arrêterai pas d'écrire de sitôt ! Et rassure-toi, ils ont seulement revécu ce souvenir, même si l'idée d'une Hermione « comateuse » me fait bien rire !

Vilya : Merci beaucoup pour tes compliments, surtout pour avoir qualifié ma fic de « poétique » ! Je vais rougir si ça continue ! Et l'Italie est absolument superbe, ça doit être l'un des plus beaux pays du monde ! Tellement d'héritage antique et de magnificence… j'en suis encore rêveuse !

Jude : Merci beaucoup, ta review me fait rougir ! Je suis heureuse que ce chapitre t'ait autant plu.

Miya Black : Quelle review enthousiaste ! Voilà la suite, du calme ^-^

Valérie : Merci beaucoup, ça me fait plaisir que tu apprécies mon écriture ^-^ Voilà la suite et fin.

Kaima : Je suis toute rouge face à ta review ! Tant de compliments, j'en deviens écarlate ! Pour avoir réussi à te mettre dans un état pareil, j'ai dû écrire ce chapitre comme je le voulais ! Ca me touche beaucoup lorsque tu dis que je ferais un bon écrivain… c'est mon rêve ! Prendre la place de Sirius Black ? Je ne sais pas trop si Remus serait d'accord pour changer de partenaire (si j'étais à sa place, moi non plus je ne voudrais pas abandonner Sirius, lol !). Enfin, il faudra demander à l'un de nos deux héros, parce moi je n'ai pas le cœur à les séparer (même si j'aimerais bien vivre quelque chose comme ça !!). Allez, reste avec nous, voilà la suite !

Lunard 666 : Merci mille fois, surtout que tu me suis depuis le tout début ! Je dois être rouge comme une tomate, j'ai réussi à écrire un lemon poétique… *-* Ca me fait vraiment plaisir tout ce que tu m'as dit ! Tu sais, je ne dois pas être beaucoup plus âgée que toi, alors pas la peine de me vouvoyer ! Et puis, dans le monde de la fanfiction, on doit tous se serrer les coudes ^-^ Je suis flattée de savoir qu'au moins une personne lira mes prochaine élucubrations ! Je pense d'ailleurs écrire un petit quelque chose Harry/Draco, même si je suis toujours aussi attachée aux « deux chiots » ^-^ Bisous !

Lilou : J'espère que tu as réussi à te refroidir, lol ! Merci beaucoup pour tout tes compliments, ça me touche vraiment ! J'espère que ce chapitre te plaira autant ^-^

Jenali : Merci mille fois, ça me fait vraiment plaisir ! Bisous ^-^

Inuki : Tes compliments me touchent beaucoup ! Je suis contente que ce nouveau chapitre t'ait plu, et aussi que tu aies remarqué les références mythologiques -) Et ne t'en fais pas, je continuerai à écrire après cette fic ! Bisous ^-^ PS : Pour les lectures sur les loups-garous, je n'ai pas de références précises étant donné que j'emprunte les livres à la bibliothèque et que je ne me souviens pas tellement des titres ou des auteurs… Mais surtout, n'hésites pas à lire les ouvrages qui traitent du bestiaire moyenâgeux, des créatures mythologiques ou des légendes européennes, en général tu trouveras toujours un paragraphe ou un chapitre sur la lycanthropie. Et puis, bien sûr, il y a Internet où tu peux trouver quelques sites qui ne sont pas trop mal (si je retrouve les adresses, j'essayerai de les mettre dans les « notes », avant chaque chapitre).

Prune : Ah, enfin ! Lol, je plaisante ^-^ Je dois t'avouer que j'ai eu très peur pour la « mauvaise nouvelle »… je me rongeais les sangs en me demandant ce que j'avais fait de travers ! Par contre, la bonne nouvelle m'a ravie ! Je suis trop contente que le chapitre 5 t'ait tellement plu, tu ne peux pas savoir à quel point ^-^

Je suis heureuse que tu sois mis une gifle mentale (nan, je suis pas sadique, attends que je m'explique !) parce que je ne voudrais pour rien au monde donner envie d'arrêter d'écrire à quelqu'un ! Bon, je dis ça, mais certains livres m'ont parfois également découragée… pour avoir un regain d'inspiration après ! En fait, je pense que ce que l'on écrit doit éveiller des émotions chez le lecteur, et parmi celles-ci, peut-être l'envie d'écrire pour ceux qui aiment la plume… Je me trouve donc partagée entre la fierté d'avoir provoqué quelque chose d'aussi fort et la consternation que ce quelque chose se trouve être l'envie d'arrêter…

Alors j'espère vraiment que ça ne se reproduira plus, parce qu'en plus tu écris très bien et j'adore ta fanfic ! Et je serai comme ta bêta-lectrice, je n'hésiterai pas à t'attacher à ton bureau pour avoir la suite de « Jeux Interdits » (tiens, ça te redonneras peut-être une nouvelle bouffée de sadisme, lol !)… Ou alors j'enverrai Snape surveiller chacun de tes mouvements et t'obliger à écrire le nouveau chapitre – un ex-mangemort dans le dos, moi ça me rassurerait pas tellement…

Voui, tu es gentille, d'ailleurs tes reviews le prouvent ! Tu me fais tellement de compliments que je ne sais plus où me mettre pour cacher mes joues rouge flamme ! Le meilleur de tous, c'est d'affirmer que j'ai su rendre les personnages humains… ça me touche beaucoup, parce que c'est le but que je me fixe en écrivant… snif, je vais finir par pleurer de bonheur ! Et tu n'as rien à m'envier, parce qu'on se sent également proche de tes personnages, et comme je l'avais dit dans ma review, tu parviens à conserver leurs caractères originels, ce qui est particulièrement ardu !

Je suis aussi ravie que le lemon montre tout l'amour qu'ils se portent l'un à l'autre…Quand je vois Sirius et Remus, je vois leur amour comme un sentiment inconditionnel et immuable, qui fait qu'ils ne peuvent plus se passer l'un de l'autre ! Je suis toujours au bord des larmes lorsque j'imagine des scènes les concernant… snif !

Mais le sentiment amoureux varie selon les persos, je ne suis pas toujours aussi fleur-bleue (ouais, à qui je vais faire croire ça !)… par exemple, pour Harry et Draco, c'est quelque chose de plus passionné, plus violent, comme une lame à double tranchant mais en même temps extrêmement puissant et fusionnel… C'est un peu difficile à expliquer, mais je compte bien exploiter ce couple-là, il est trop génial pour passer  à côté !

Au passage, j'ai adoré ta remarque sur les mouettes. Ca correspond assez bien aux deux chiots : trois ans de fiançailles et le reste de vie commune -) Je me demande ce que ça va donner lorsque tu passeras aux pingouins ! Au passage, petite annonce : on cherche le sadisme de Prune, si jamais vous tombez dessus, vous savez où vous adresser !

Pour finir, ça me touche que tu trouves ce chapitre Beau, j'en suis encore plus rouge ! Ma définition du vulgaire ? Je pense que ce serait, dans ce cas, utiliser le sexe à l'état brut, sans chercher à faire passer une quelconque émotion ou à provoquer une réaction chez les personnages, en clair, tout simplement pour le plaisir de la pornographie….

Bon, sur ces sages paroles, je te laisse là, car après tout je dois poster une fic et pas une correspondance personnelle, lol ! Les lecteurs doivent se demander si j'ai bien posté le chapitre entre toutes ces reviews -) N'empêche, ça me fait toujours tellement plaisir de recevoir une review comme la tienne ! Gros bisous !!

PS : Ne t'en fais pas, il y aura un « happy end » ! Je ne pourrais pas faire attendre Sirius et Remus plus longtemps, les pauvres, ils ont déjà été séparés douze ans…

Imoen : Merci mille fois ^-^ Tu ne peux pas savoir à quel point je suis heureuse que mon lemon ait été si bien accueilli, et tes remarques sur mes choix de description me font énormément plaisir ! De plus, je suis ravie de t'avoir convertie ! Sirius et Remus au pouvoir !

Alana Chantelune : Aie aie aie, je suis vraiment tombée dans la guimauve ? Flûte, moi qui voulais essayer de ne pas passer ce stade et en rester au romantisme pur et dur… enfin, merci tout de même pour tes compliments et pour m'avoir suivie jusque là ^-^

Umbre77 : Merci du fond du cœur pour ta review ! Vraiment, tu ne peux pas savoir à quel point elle me remonte le moral (qui était un peu bas après avoir fini de lire le dernier volet des Chroniques des Vampires… bref, je ne vais pas parler de Lestat et Louis ici lol !), alors franchement, mille merci ! Ca me touche énormément que tu aies repris ta verve concernant Harry Potter je n'ai pas encore lu le tome 5 (mais je sens que ça ne va pas tarder, je ne pourrai pas attendre décembre !), mais c'est vrai que beaucoup de personne m'ont dit qu'elles avaient été bouleversée par la mort du personnage (lequel ? je ne veux pas encore le savoir !)… du coup, j'ai les chtouilles à l'idée de le lire ^-^°° En tout cas, je suis contente que tu te sois décidée à continuer à lire des fics sur Harry Potter ! Je suis également ravie que tu aies aimé ce chapitre au point d'en pleurer (mon dieu, il faut que j'arrête de rougir comme ça, j'ai viré au pivoine !) et que cela t'ait redonné le moral ! Voilà, je ne sais quoi dire d'autre à part : Merci !

Tchi : Merci mille fois pour tous ces compliments ! Ah la la, tu ne peux pas savoir à quel point je suis rouge à l'idée de t'avoir presque fait pleurer ! Et puis, même si James intervient à chaque fois, ça explique aussi pourquoi ils avaient cette photo -) Merci encore pour tous tes encouragements, ça me fait vraiment plaisir.

Jess HDH : Ce n'est pas grave pour le retard ! J'espère que tu as passé de bonnes vacances ^-^ Mes examens se sont finis en mai, donc j'ai passé un mois de juin très agréable à paresser en classe, sous le soleil qui était en avance ! Je suis très heureuse que tu aies aimé ce chapitre, surtout avec le lemon qui prenait les 4/5 de l'histoire ! Je n'ai pas encore lu le tome 5, mais je compte bien le faire dès que je l'aurai (ce qui ne devrait pas trop tarder, je pense) d'ici là, merci de ne rien me dire, j'ai trop peur de savoir qui va mourir avant de le lire ! Déjà qu'on m'avait mis au courant pour le sacrifié du tome 4… je ne veux pas que ça recommence ! Voilà, encore merci pour ta review, ça me fait vraiment plaisir !


MEMENTO par Nagisa Moon

Chapitre 6 : Follow

« Oh, Seigneur… souffla Remus. Tu te souviens du jour où James a pris cette photo ?

- Bien sûr, murmura Sirius qui ne quittait plus la photo du regard. Tu imagines que je puisse l'oublier ? »

Remus releva la tête et ses yeux rencontrèrent ceux de son compagnon. Les adolescents observèrent en silence leurs regards tisser l'étoffe de leur souvenir, entrelacement d'or et de saphir pris dans la trame de leur passion. Ils restèrent silencieux de longues secondes, totalement absorbés l'un par l'autre, avant qu'Harry ne se décide à reprendre la parole :

« Sirius ? Remus ? »

Les deux adultes sursautèrent Remus baissa légèrement la tête, ses cheveux de soie havane coulant sur ses joues rougies, et Sirius se retourna vers les adolescents, un sourire gêné aux lèvres.

« Oh, excusez-nous. Mais vous savez comment sont les vieux, toujours à ressasser leur jeunesse perdue… ! »

La plaisanterie les fit éclater de rire. En effet, Sirius et Remus avaient à peine atteint leur trente-huit ans, ce qui n'était déjà pas très âgé chez les Moldus, mais qui l'était encore moins chez les Sorciers – et cela, Ron et Harry le savaient bien, pour avoir dû subir les explications d'Hermione sur la longévité que procurent les pouvoirs magiques après qu'elle l'eut étudié en cours.

L'atmosphère en redevint immédiatement détendue, et toute trace du silence embarrassé disparut dans leurs éclats de rire. D'après ce que les adolescents avaient compris, il ne valait mieux pas demander à leurs aînés ce qu'ils avaient fait cette nuit-là leurs doutes premiers avaient été confirmés par les regards que les concernés s'étaient lancés. Et puis, ils doutaient sérieusement qu'ils puissent un jour entendre cette petite histoire somme toute très personnelle – beaucoup plus que ne l'avait été le premier baiser.

Finalement, Remus ramassa l'album qui était resté au sol et l'ouvrit pour y ranger la fameuse photographie. Il glissa l'image dans un emplacement vide, mais au lieu de refermer l'ouvrage, ses doigts restèrent sur le papier et avec un soupir, il tourna une page, impuissant face à la tentation de retrouver les traces de ses souvenirs. Aussitôt, Sirius vint observer les photographies à ses côtés, une main caressant distraitement la hanche de son compagnon sous l'étoffe de sa robe mordorée, à la couleur un peu passée. Harry, qui l'avait remarqué, partagea un sourire complice avec ses deux meilleurs amis avant de s'approcher pour voir l'album.

Il y avait environ une photo par page, le reste de celle-ci étant occupée par divers graffitis. Par exemple, autour d'une photo prise durant un match de Quidditch, où l'on voyait les joueurs vêtus de rouge ou de jaune virevolter d'un bout à l'autre du cadre, on pouvait lire : « Vive Gryffondor ! » « Bravo Poufsouffle, mais c'est quand même nous qui avons gagné. » Ou encore : « James est le meilleur attrapeur de sa génération. Prongs. » auquel répondait : « C'est ça, arrête de rêver. Padfoot. » Une fille avait même marqué, de son écriture ronde, « Sirius Black, t'es le plus beau batteur de Poudlard ! »

En voyant ce dernier message, Remus jeta un coup d'œil amusé à l'Animagus :

« De qui s'agit-il ?

- Tu sais, j'avais tellement d'admiratrices que je peux pas me souvenir de toutes, répliqua Sirius.

- Tes chevilles enflent… fit-il. Tu sais, je crois que c'était Sara Softer, cette fille de Serdaigle qui t'envoyait toujours des lettres d'amour plus ou moins anonymes à Noël, à la Saint-Valentin, ou pour ton anniversaire…

- En aurais-tu été jaloux, Remus ? le taquina-t-il.

- Pas du tout. Face à moi, elle n'avait aucune chance », rétorqua le loup-garou.

Sirius et les adolescents éclatèrent de rire, et l'Animagus en profita pour déposer un léger baiser sur sa tempe. Ils tournèrent encore quelques pages, commentant les divers messages que l'on avait écrit autour des photographies. Ils reconnurent plusieurs fois l'écriture de Sara Softer qui ne cessait de louer les charmes de Sirius, accompagnée de réponses d'autre filles qui semblaient toutes d'accord avec ces déclarations – ce qui amusait particulièrement les adolescents. Visiblement, Sirius avait remporté un sacré succès auprès de la gente féminine lorsqu'il était encore élève à Poudlard.

Finalement, ils arrivèrent à une photographie où l'on voyait James et Lily enlacés. La jeune femme, souriante et rougissante, montrait à l'observateur une main où scintillait un anneau doré.

« Le jour où ils nous ont annoncé leur mariage, commenta Remus, une pointe de nostalgie dans la voix.

- Ils ont débarqué par la cheminé et nous avons dû rassurer les voisins en leur disant qu'il s'agissait de notre hiboux qui y était tombé, dit Sirius.

- Je m'en souviens ! rit le loup-garou. Heureusement qu'ils étaient compréhensifs, ces pauvres Moldus. Entre nous et les sorciers qui venaient nous voir, ils n'étaient jamais au bout de leur surprise. Mais Lily les avait conquis en leur présentant ses excuses pour tout le bruit et en leur expliquant qu'elle allait se marier avec James… D'ailleurs, Mrs Plump ne leur avait-elle pas confectionné un gâteau ?

- Si. Une adorable femme, répondit Sirius. Tiens, en parlant de gâteau, le goûter nous attend toujours ! Qui est partant pour des cookies maison ? »

Les adolescents accueillirent la proposition avec enthousiasme. Lorsque Ron s'exclama « Prem's à la cuisine ! », ils se précipitèrent tous les trois dans les escaliers, se bousculant et riant tous ensemble. Sirius les regarda s'en aller, les yeux pétillants, puis passa un bras autour de la taille de Remus et l'attira contre lui. Le loup-garou se blottit dans l'étreinte chaleureuse, et tandis qu'ils sortaient de la pièce, il se pencha pour murmurer :

« Tu sais, Sirius, nous devons vraiment parler à Harry. Je ne tiens pas à m'imposer ici.

- Ne t'en fais pas pour ça. Regarde, tout se passe à merveille. Je suis sûr qu'il acceptera.

- Je l'espère.

- Moony, il t'adore déjà. »

En entendant ce surnom intime, Remus ne put retenir un sourire et déposa un rapide baiser dans le cou de Sirius. Il soupira d'aise en sentant les cheveux noirs ruisseler sur son visage tandis que ses lèvres se posaient sur la peau chaude et vibrante les sensations familières liées à son compagnon l'emplissaient toujours d'une plénitude sans nom. C'était un véritable plaisir que de sentir chaque mouvement du corps de Sirius contre le sien alors qu'il descendaient les escaliers il imaginait les reliefs se dessiner à chaque pas, tantôt à droite, tantôt à gauche. Combien de fois n'avait-il pas contemplé l'Animagus au réveil, lorsqu'il se levait pour rejoindre la salle de bain sans même prendre la peine de passer le moindre vêtement ? Probablement bien assez souvent pour connaître par cœur les courbes qui complétaient encore les siennes si parfaitement.

« Remus ?

- Hum ?

- Tu ne descends donc jamais de ton nuage ? le taquina Sirius.

- La faute à qui ? » répliqua-t-il avec un sourire complice.

Il se détacha ensuite son étreinte et poussa la porte de la cuisine, jetant un dernier coup d'œil amusé à son compagnon. Celui-ci voulut l'attraper une dernière fois avant d'entrer dans la pièce, mais le loup-garou évita facilement sa main, qui ne fit que frôler l'étoffe de sa robe.

Ils s'assirent tout deux à la table de la cuisine, sur laquelle trônait un plat de cookies encore chaud. Les adolescents parlaient avec animation, un gâteau dans une main, un verre de lait dans l'autre. Lorsque les adultes se rendirent compte qu'ils discutaient des match de Quidditch de la saison, ils ne purent s'empêcher de sourire en se rappelant les débats animés qu'avait déjà provoqué ce sujet particulier. Combien de fois James et Sirius n'avaient-ils pas passé des nuits entières à défendre leurs équipes favorites ou à vanter les dernières trouvailles en matière de balais !

Peu à peu, la discussion se calma, et ils se contentèrent de savourer en silence les cookies bien tièdes. Harry, Hermione et Ron ne cessaient de regarder fugitivement leurs aînés dans leurs yeux scintillait une lueur de profonde affection, mêlée d'admiration et de tendresse tout à la fois. Harry avait du mal à contenir sa joie : enfin, le déménagement se finissait ! Et de quelle agréable manière ! Il avait découvert des choses fascinantes au sujet de deux des personnes qui comptaient le plus pour lui et il contenait mal son impatience à l'idée qu'il restait encore des centaines d'anecdotes semblables à entendre et à partager.

Il leva les yeux vers son parrain, qui fixait Remus. Dans son regard océan, Harry pouvait presque lire les détails du visage élégant du loup-garou, depuis la profondeur des orbes dorées jusqu'au moindre reflet de ses cheveux. Il le comprenait, dans un sens en demeurant objectif, il devait avouer que Remus possédait un charme certain – affirmation qu'Hermione se ferait un plaisir d'appuyer. Avec un petit sourire, il demanda :

« Vous habitiez ensemble, avant ?

- Oh, hum, oui, répondit Sirius, émergeant de sa songerie.

- Depuis longtemps ?

- La fin de notre septième année. J'ai demandé à Remus d'emménager avec moi durant l'été qui a suivi notre sortie de Poudlard.

- Je ne pouvais pas vraiment refuser, il m'a demandé ça au réveil, plaisanta le loup-garou. J'étais encore trop endormi pour savoir ce que je faisais.

- Pauvre victime, répliqua Sirius. Si vous l'écoutiez, je passerais pour un vil manipulateur. En vérité, tout s'est déroulé dans la plus grande tradition du romantisme… »

*****

18 août 1981

Les rayons du soleil filtraient doucement au-travers des rideaux opalins du petit appartement, niché en plein cœur de Londres. L'un d'entre eux caressa le visage de Sirius, dessinant sur sa joue une figure dorée. Lentement, le jeune homme s'éveilla à la chaleur de ce tendre rayon le vague murmure de la ville, que laissaient passer les fenêtres entrouvertes, le berçait et le poussait à sortir peu à peu de ses songes.

Alors, dans un long bâillement, il s'étira langoureusement, faisant glisser le drap un peu plus bas sur son torse dénudé. Il se tourna ensuite sur le côté, vers le milieu du lit où il sentait une chaleur rassurante ses paupières s'ouvrirent paresseusement, et il découvrit avec ravissement la silhouette familière de son compagnon.

Remus dormait encore à poing fermé couché sur le flanc, tel un loup épuisé, il ne semblait pas vouloir quitter les bras de Morphée. Ce qui était parfaitement normal, songea Sirius, lorsqu'on savait ce qu'ils avaient fait pendant une bonne partie de la nuit. Néanmoins, écartant les souvenirs pour le moins délicieux de la nuit passée, Sirius se concentra sur le moment présent.

Magnifique, pensa-t-il en contemplant Remus. Sous l'arc fin de ses sourcils, ses yeux clos dissimulaient l'or de son regard Sirius suivit ensuite la courbe élégante du nez pour arriver à la bouche délicate et légèrement entrouverte, à laquelle il éprouvait du mal à ne pas céder. Quant aux cheveux d'un havane doré, ils se glissaient autour de son visage, sur l'oreiller et dans son cou, semblables à une auréole soyeuse.

Il continua son exploration visuelle, se pâmant dans la beauté de son compagnon endormi. Il détailla avec ravissement le creux de son cou qu'il aimait tant à embrasser, le délicat relief de ses clavicules qui apparaissait et disparaissait au rythme de sa respiration encore lente. Il caressa ensuite du regard les épaules légèrement arrondies dans son sommeil, les bras admirablement sculptés, les mains artistes qui savaient toujours où se poser, que ce fût pour simplement caresser ses cheveux ou lui faire découvrir milles sensations merveilleuses. Il aurait voulu s'attarder encore sur les splendides courbes de son torse, de sa poitrine qui se soulevait et s'affaissait doucement, de son ventre dont il connaissait par cœur les formes planes, jusqu'à l'endroit précis où il pouvait chatouiller son nombril malheureusement, les draps empêchaient ses yeux de vagabonder plus bas, et laissait le reste au plaisir de son esprit.

Sirius en revint donc au visage paisible de son compagnon. Avec un sourire, il constata qu'une mèche châtain s'était glissée sur sa joue, et il la remit soigneusement en place ses doigts se prirent à errer plus qu'il ne le fallait sur la peau, que le matin avait à peine rendue rugueuse. Oh, comme il aimerait pouvoir faire cela tout les jours… Lorsqu'ils étaient encore à Poudlard, c'était toujours le privilège de l'un d'eux de réveiller l'autre mais depuis la fin de leur septième année, conserver ce genre de rituel devenait beaucoup plus difficile.

Ce n'était pourtant pas faute de rester le plus de temps possible ensemble. Même s'ils continuaient de voir quasi-quotidiennement James et Lily, et envoyaient au moins deux hiboux par semaine à Peter – en voyage avec sa famille –  ils ne passaient pas moins de six jours sur sept chez Sirius. D'ailleurs, Remus semblait s'y installer inconsciemment : une brosse à dent et une serviette dans la salle de bain, deux robes et plusieurs sous-vêtements dans l'armoire, une tasse dans la cuisine, sans compter les pulls moldus que lui et Sirius se prêtaient si souvent qu'ils ne savaient plus lequel était à qui. D'ici à ce qu'ils vivent ensemble, il n'y avait qu'un pas…

A ce moment-là, un long bâillement le tira de ses pensées. Il reporta toute son attention vers Remus, qui s'étirait avec une voluptueuse langueur, livrant son ventre sans défense à son compagnon. Sirius en profita et l'assaillit de ses lèvres, déposant de tendres baisers sur cette peau incroyablement veloutée tout en embrassant les courbes légères, il inspira l'odeur familière du loup-garou, à la fois fraîche et suave comme un matin d'automne. Face à cette offensive sensuelle, Remus éclata de rire et s'arqua sous les chatouillis, tentant vainement d'échapper à cette délicieuse torture.

« Sirius, je déclare forfait ! réussit-il à articuler.

- Parfait, répliqua-t-il. En tant que vainqueur, je réclame mon dû. »

Sur ces mots, il s'étendit pour se retrouver à moitié-allongé sur Remus et embrassa cette bouche enchanteresse dont il ne pouvait plus se passer. Ils s'étreignirent longuement, se savourant l'un l'autre les langues jouaient avec malice et tendresse, les lèvres se joignaient et se désunissaient, offertes mais insoumises. Sirius sourit lorsque les mains du loup-garou se pressèrent amoureusement au creux des reins, et il interrompit le baiser, les yeux pétillants. Il fixa Remus, sa bouche rougie et entrouverte, ses joues rosies, ses yeux brillants de désir, sa poitrine qui s'appuyait plus fort contre la sienne à chaque inspiration.

« Bonjour, Moony, dit-t-il d'une voix légèrement rauque.

- 'lut Paddy. De bonne humeur, à ce que je vois ? » répondit-il avec un sourire en coin.

Pour toute réponse, Sirius enfouit son visage au creux de son cou. Il parcourut celui-ci de baisers espiègles, jusqu'à cette petite place spéciale, juste derrière l'oreille, qu'il embrassa langoureusement. Remus gémit de plaisir et laissa ses mains se balader le long de son dos, l'attirant plus encore contre lui.

« Ce genre de réveil te convient-il ? murmura Sirius contre sa peau.

- Mmm, oui…

- Tu aimerais que je te réveille ainsi tous les matins ?

- Naturellement...  Mais ce sera difficile, étant donné que…

- Et si nous habitions ensemble ? » l'interrompit-il.

Aussitôt, les caresses distraites de Remus s'arrêtèrent. L'Animagus se releva un peu, juste assez pour être face à son compagnon. Ce dernier avait l'air déconcerté par cette proposition soudaine, et il fixa intensément les yeux sombre de Sirius, comme pour vérifier qu'il avait bien compris ses paroles. Il regarda ensuite ce qu'il pouvait voir de l'appartement, crème et boisé, qu'il connaissait déjà par cœur l'Animagus savait qu'il pesait les pour et les contre, ainsi qu'il le faisait à chaque fois qu'il devait prendre une décision importante. Il espérait simplement que pour le loup-garou aussi, une réponse positive semblait évidente.

« Je ne te force à rien, Moony, fit doucement Sirius.

- Tu… tu es sérieux ?

- Non, tu es au moins la dixième personne à qui je propose ça depuis ce matin, répliqua-t-il. Bien sûr que je suis sérieux.

- Tu y as bien réfléchi auparavant ? Tu sais, c'est quelque chose qui ne se prend pas à la légère et…

- Ecoute, si tu acceptes, je te promets de préparer le café tous les matins », dit Sirius avec un sourire. Il avait déjà vu la réponse de Remus dans ses beaux yeux dorés.

Le loup-garou soupira, puis glissa ses doigts dans les cheveux noirs et soyeux qui tombaient autour de son visage. Il passa quelques secondes à simplement caresser les vagues d'ébènes, puis répondit :

« Et bien, face à un argument pareil, qui suis-je pour refuser ? »

Sirius éclata de rire Remus en profita pour nicher sa tête au creux de son épaule et dévorer distraitement la peau mate et chaude. Et ils sourirent doucement tous les deux, songeant qu'ils pourraient désormais faire cela chaque matin, et ce le plus longtemps possible.

*****

« C'est adorable… » murmura Hermione, les yeux rêveurs.

Son cookie à peine entamé était encore à quelques centimètres de ses lèvres, et de sa main libre, elle s'amusait à tortiller une mèche de ses longs cheveux bouclés autour de ses doigts. Ron soupira et leva les yeux au ciel, sous le rire étouffé d'Harry. Lorsque la jeune fille le remarqua, elle lança un regard noir au roux et répliqua :

« Évidemment, ce n'est pas un garçon comme toi qui comprendra la beauté de ces choses-là ! »

Sirius et Remus échangèrent un coup d'œil amusé. Ron et Hermione étaient faits l'un pour l'autre, c'était l'évidence même. Eux-seuls semblaient ne pas l'avoir compris, et il ne se passait plus une journée sans qu'une dispute de ce genre n'éclate. Enfin, il n'appartenait qu'à eux – mais surtout à Ron – d'ouvrir un peu les yeux sur la nature profonde de leur relation. D'ici là, ce petit jeu continuerait comme quoi, certaines choses n'avaient pas changé durant la sombre période du retour de Voldemort, et n'étaient pas prêtes de changer.

« Dites-moi, fit Harry à son parrain – qui venait de se lever pour prendre deux verres de plus – et son ex-professeur, pourquoi est-ce vous n'avez pas ré-emménagé ensemble après la réhabilitation de Sirius ? Je veux dire, ce ne sont peut-être pas mes affaires, mais vous êtes encore très proches, alors… enfin, je ne comprends pas pourquoi vous ne le feriez pas. »

Sirius se retourna brusquement, manquant de faire tomber la vaisselle qu'il tenait à la main, et comme Remus, il avait l'air totalement surpris par cette déclaration. La perplexité et le soulagement se mêlèrent sur leurs traits, et ils finirent par éclater de rire en même temps. Harry, perplexe, leva un sourcil et attendit patiemment qu'ils se calment pour obtenir une réponse sensée.

« Si tu savais ! s'exclama Sirius. Remus et moi avions justement prévu de te demander ton accord à ce propos. Nous ne savions pas vraiment de quelle manière tu le prendrais, et avec l'emménagement, nous n'avons pas eu le temps d'aborder le sujet.

- Vous vouliez mon accord ? répéta Harry. Alors vous avez attendu… juste pour moi ?

- Nous ne voulions pas te brusquer, expliqua Remus. Après ton enfance chez les Dursley et le retour de Voldemort, nous avons pensé qu'une situation stable serait la bienvenue. Et puis je ne voulais surtout pas m'interposer entre Sirius et toi.

- Oh… et bien, je… bafouilla Harry. Je… euh…

- Je suis déjà heureux que tu aies accepté ma relation avec Remus, dit Sirius. Tes parents possédaient la même ouverture d'esprit. Mais je ne veux pas t'imposer quoi que ce soit, alors si tu te sens un peu mal à l'aise vis-à-vis de…

- Non ! l'interrompit le jeune homme. Non, je pensais vraiment ce que j'ai dit. Je trouverais ça formidable que Remus vienne s'installer avec nous. »

Sirius fixa Harry avec une reconnaissance sans limite. Il se sentait bouleversé par ces paroles franches, par la ressemblance entre cet adolescent et ses parents. De Lily, il avait obtenu les magnifiques yeux verts et la tendresse du visage de James, il avait hérité ces cheveux soyeux et indomptables, cet air assuré et volontaire, ces traits engageants et cette silhouette affermie par le Quidditch. L'Animagus restait autant ébloui par ce formidable amalgame qu'au premier jour oui, c'était bien là le fils de ses chers amis, et il ressentait une fierté sans borne en le contemplant.

Harry se leva et marcha jusqu'à se trouver face à lui. Sirius posa une main sur son épaule, la serra brièvement, puis murmura :

« Merci. Merci beaucoup.

- De rien. Je serai ravi d'avoir enfin une vraie famille. »

Ils se regardèrent de longues secondes, puis Sirius lui sourit doucement et le libéra de son étreinte.

« Tu sais, ton balai est dans l'entrée. Si tu as envie d'aller dehors avec Ron et Hermione, Remus et moi finirons de ranger les derniers cartons. Il ne reste plus que deux ou trois babioles.

- D'accord.

- D'accord. »

Harry se tourna vers ses amis et leur fit un petit signe de tête. Aussitôt, ceux-ci, éclairés de larges sourires, se levèrent et le suivirent en direction de l'entrée. Remus retint un rire lorsqu'il entendit Hermione s'exclamer : « Oh, Harry, je suis si contente ! » et échangea un regard amusé avec son compagnon.

Une fois que la porte de la maison eût claqué, il s'installa devant l'évier pour nettoyer la vaisselle qui y restait. Sirius débarrassa le reste de la table, sauf leurs propres verres et le jus de citrouille qu'ils partageraient ensuite. Avec un petit sourire, il passa ses bras autour de la taille de Remus et nicha sa tête au creux de son cou le loup-garou soupira d'aise en sentant son compagnon se serrer contre lui, son souffle caressant sa peau sensible.

« Remus ?

- Mmm ?

- Tu te souviens de cette chanson moldue… Try to remember...

- Bien sûr. Nous l'avons entendue pour la première fois le jour où j'ai emménagé chez toi.

- Je viens juste de m'en rappeler, murmura Sirius. Depuis que je suis sorti d'Azkaban, je retrouve peu à peu ce genre de détails…

- Sirius… »

Remus s'essuya rapidement les mains, puis se retourna et fixa son compagnon dans les yeux. Le regard océan s'était assombri et il n'y avait plus l'ombre d'un sourire sur les lèvres sensuelles. Le loup-garou posa les mains en haut de son cou, juste comme il fallait pour plonger les doigts dans les vagues d'ébènes et caresser son visage élégant avec les pouces.

Il ne savait plus quoi dire. Il se contentait de regarder les traits qu'il avait toujours aimés, de déchiffrer les émotions qui hantaient les orbes d'un bleu profond, à présent lourd comme celui d'une mer brassée par la tempête. C'était dans des moments comme celui-là qu'il se souvenait que derrière les sourires, Sirius souffrait encore de ces douze horribles années certes, il ne faisait plus de cauchemars déchirants, il ne cherchait plus la vengeance et savourait sa nouvelle vie, mais toujours… il y aurait toujours ce petit coin d'ombre.

« A force de dissimuler les souvenirs, je les ai perdus moi-même, continua l'Animagus. Mais maintenant que tu es avec moi, je les retrouve… Tu me fais tellement de bien, Remus. Je ne sais pas ce que j'aurais fait si tu n'avais plus voulu…

- Arrête-ça, le supplia-t-il. Tu sais parfaitement que moi non plus, je n'aurais pas pu me passer de toi. Même lorsque tu étais là-bas, je ne pouvais pas me résoudre à…

- Je sais », l'interrompit Sirius.

Il se pencha doucement vers lui, et Remus ferma les yeux pour mieux savourer les baisers légers qu'il déposait sur son visage. Le front, les paupières, les joues, et enfin les lèvres qu'il embrassa avec une délicatesse presque déchirante. Ce n'était pas un baiser langoureux ou passionné, comme ils en avaient échangé des milliers de fois mais un baiser pur et amoureux, un baiser qui parlait simplement de présence et de besoin.

« Je t'aime, Remus, murmura Sirius contre ses lèvres.

- Moi aussi. N'oublie jamais ça. »

Il reprit le baiser avec la même douceur qu'au commencement. Il voulait seulement sentir son compagnon contre lui, frissonner de son souffle sur ses joues et goûter la saveur de ses lèvres. C'était comme retrouver un sanctuaire après des années d'errance, un endroit où plus rien d'autre n'existait que leur étreinte.

Sirius se détacha lentement du baiser, puis plongea son visage dans les vagues d'havane et d'or à la fraîcheur d'automne. Remus soupira et posa sa joue contre la sienne, caressant distraitement ses épaules l'Animagus enlaça sa taille et l'attira tout contre lui. Il y avait vraiment quelque chose d'inéluctable entre eux la manière dont leurs corps se joignaient l'un à l'autre le prouvait par sa perfection, et l'absence de mots pour se comprendre le révélait bien assez.

A ce moment précis, Sirius songea que la vie venait de lui offrir une nouvelle chance. Il était libre, et il allait vivre avec les deux personnes qu'il aimait le plus, à savoir son compagnon et son filleul. Ses douze années de désespoir lui avait fait paraître cette perspective comme une utopie mais à présent, oui, à présent, tout était réel.

Il embrassa la tempe de Remus et jeta un coup d'œil par la fenêtre, d'où il voyait Harry lancer des balles à Ron qui, penché sur l'Eclair de Feu, tentait de les rattraper, lançant un sourire éclatant à Hermione chaque fois qu'il y parvenait. Les trois adolescents riaient de bon cœur, et un sentiment de joie inexprimable l'envahit.

Il embrassa à nouveau Remus, et se dit qu'il fallait se préparer à forger de nouveaux souvenirs, tout aussi heureux que ceux qu'ils avaient évoqués. Et au vu de ce nouveau départ, ça n'allait pas être bien difficile.

- Fin -

Try to Remember (© The Fantasticks)

Try to remember the kind of September

When life was slow and oh, so mellow.

Try to remember the kind of September

When grass was green and grain was yellow.

Try to remember the kind of September

When you were a tender and callow fellow.

Tente de te rappeler la douceur de septembre

Quand les jours étaient longs et oh, si tendres.

Tente de te rappeler la douceur de septembre,

Quand l'herbe était verte et le blé doré.

Tente de te rappeler  la douceur de septembre,

Quand tu étais encore un jeune garçon innocent.

Try to remember, and if you remember,

Then follow...

Tente de t'en rappeler, et si tu t'en rappelle,

Alors viens…

Try to remember when life was so tender

That no one wept except the willow.

Try to remember when life was so tender

That dreams were kept beside your pillow.

Try to remember when life was so tender

That love was an ember about to billow.

Tente de te rappeler quand la vie était si tendre

Que personne ne pleurait sauf le saule.

Tente de te rappeler quand la vie était si tendre

Que tu gardais tes rêves à côté de ton oreiller.

Tente de te rappeler quand la vie était si tendre

Que l'amour était encore une braise ardente.

Try to remember, and if you remember,

Then follow...

Tente de t'en rappeler, et si tu t'en rappelle,

Alors viens…

Deep in December, it's nice to remember,

Altho' you know that snow will follow.

Deep in December, it's to remember,

Without a hurt the heart is hollow.

Deep in December, it's nice to remember

The fire of September that made us mellow.

 

Au beau milieu de décembre, il est bon de se rappeler,

Même si tu sais que la neige viendra après..

Au beau milieu de décembre, il est bon de se rappeler,

Sans une blessure, le cœur est creux.

Au beau milieu de décembre, il est bon de se rappeler

Le feu de septembre qui nous a fait fondre.

Deep in December our hearts should remember

And follow...

Au beau milieu de décembre, nos cœurs devraient s'en rappeler

Et continuer…