Bonjour à tous ! Comme promis, pour compenser le fait que la fic Bayonetta a été abandonné *agite le mouchoir noir* je vous mets enfin en ligne la vie de Luffy en partant de la même base que "Juste un petit changement" qui était l'histoire d'Ace si on avait découvert son existence beaucoup plus tôt. Donc, nous y voilà, laissez-moi vous présentez Revolutionary's Bastard !

Alors, avant de commencer, sachez que je ferai très souvent, peut-être beaucoup trop au goût de certains, à l'ascendance de Luffy et aux conséquences que ça entraîne. Attendez-vous aussi à un personne un peu plus fort (pas au point de Sea New King), mais surtout, plus prudent, chose compréhensible quand on sait comme il a passé les dernières années de sa vie. Ce n'est pas qu'il sera plus intelligent, (enfin, peut-être un chouilla, mais pas de beaucoup) c'est plus qu'il sera méfiant et instinctif.

Ensuite, comme je l'ai dit, on aura un autre personnage dans la bande. Et si j'en crois ma bêta, il sera attachant, donc, pas de quoi vous faire hurler au scandale devant un membre qui va voler tout le fun. Mais vous verrez.

Il y aura aussi des risques de spoil si vous lisez "Juste un petit changement", donc, vous êtes avertis.

Sur ce, je vous remercie de votre patience au sujet de cette fic, je remercie Mana.Y pour en avoir fait la correction et je vous lâche juste après le Disclamer.

One Piece est et restera la propriété de Oda-sama. Je n'ai acheté aucun droit d'exploitaton donc, je ne me fais par rémunéré pour cette histoire. Reprendre cette fic sur un autre site ou en boutique avec ou sans but commercial est interdit, sauf si on me montre un message du maître qui l'autorise et dans ce cas, je veux la moitié du profit.

Bonne lecture !

.


.

Une jeune femme d'une trentaine d'année trépignait d'impatience en nettoyant le comptoir de son bar, espérant une certaine visite. Depuis plus de huit ans, elle n'avait pas revu ce petit garçon qu'elle avait aidé à élever.

Plus de huit ans depuis que deux enfants qu'elle avait adopté comme ses petits-frères (qu'Ace la pardonne) avaient dû fuir suite à l'édition de leur prime. Elle les avait cru mort, avant que l'aînée ne passe par chez elle, le lendemain de ses dix-sept ans, la rassurant sur leur sort.

Makino passa une mèche verte sombre qui s'était échappé de son bandana, derrière son oreille, jetant un regard empli d'espoir vers la porte de son bar.

Ils étaient le six Mai.

Rien ne lui assurait que le petit Luffy ferait comme sa sœur et viendrait la voir aujourd'hui, maintenant qu'il avait dix-sept ans, mais elle ne pouvait qu'espérer qu'il le fasse.

La jeune femme soupira et regarda son établissement familial.

Les villageois avaient l'habitude de venir passer leurs instants de libre ici pour discuter de tout et de rien. Du prix du grain, de la météo, des derniers cafouillages du roi de Goa et bien d'autres. Parfois, c'était Makino qui lançait les conversations.

Quand elle le parlait, elle, c'était toujours sur le même sujet : les Shirohige Kaizoku. Plus particulièrement leur second commandant.

Portgas D. Ace avait vécu sur leur île, même si personne, outre Makino et Woop, ne l'avait su, jusqu'à voir débarquer un beau jour la Marine leur disant qu'ils cherchaient le fils de Roger. La tenancière ne faisait rien pour rectifier les gens sur le sexe exact d'Ace et s'amusait même des commentaires des villageois. L'enfant de Roger était accepté en dépit de son ascendance et avait acquis en son absence l'affection du patelin, qu'elle le sache ou pas. On l'appréciait autant qu'on avait adoré le petit Luffy, ce garnement qui à sept ans, avait cassé les pieds de Shanks pour qu'il le prenne dans son équipage de pirate.

Cela faisait si longtemps…

Avec tristesse, la jeune femme rangea le chiffon qu'elle utilisait pour nettoyer le bar. Avait-il au moins survécu ? Ace lui avait dit ne pas s'en faire, mais elle gardait la peur de ne plus revoir ce garnement adorable qu'elle adorait.

A cette heure de la journée, il n'y avait pas de client. Cela ne durerait certainement pas longtemps. D'habitude, ce silence l'agacé. Durant les heures creuses, elle sortait du bar pour faire la conversation avec des marchands, ou allait en visite au mont Corvo pour prendre des nouvelles de Dadan. Mais aujourd'hui, elle n'osait pas partir, de peur de le louper.

La porte de bar s'ouvrit sur un vieil homme vouté avec un bob à rayure sur le crâne.

- Toujours là, consta t'il en s'appuyant un peu plus sur sa canne de bois.

- Maire Woop, salua Makino. Je vous sers comme d'habitude ?

Le vieil homme soupira et s'assit sur sa chaise habituelle, laissant la tenancière lui servir une boisson fraîche.

- Tu l'attends, n'est-ce pas ? devina le vieil homme après avoir remercié la jeune femme pour le verre.

- Et alors ?

Elle lui laissa la bouteille et alla s'asseoir à son comptoir, sortant de derrière son bar le journal qu'elle n'avait pas encore lu.

- Tu crois vraiment qu'il viendra ? J'ai quelques doutes. Je pense même qu'il n'a pas survécu. Il est incapable de prendre soin de lui seul. Sans ce sale gosse d'Ace pour le surveiller, il a dû mourir de faim depuis bien longtemps !

Makino l'ignora, plonger dans le papier qu'elle lisait.

- Tu te fais du mal pour rien, Makino. Il ne viendra pas, il est déjà mort. C'était irresponsable de la part d'Ace de laisser Luffy seul derrière. Qu'il l'avoue ou pas, ce sale garnement a causé la mort du gosse qu'il appelait son petit-frère aussi surement que s'il l'avait tué lui-même.

- Merci, mais je pue pas encore le cimetière.

Les deux occupants de la taverne regardèrent la porte pour voir une fine silhouette s'appuyant contre l'un des battant ouvert, sa personne se tenant à contre-jour, ne laissant voir qu'un chapeau de paille sur son crâne.

Avec le bruit mat de ses claquettes de paille, il s'avança dans la salle, laissant la porte se refermer derrière lui. Le garçon n'était pas très grand, à peine plus d'un mètre soixante-dix. Il portait des vêtements sombre composé d'une veste de tissus sans manche et à capuche noir, sur un tee-shirt marron et un pantacourt noir cargo se resserrant au milieu de ses mollets. La longue étoffe de tissus rouge à sa taille ne pouvait que ressortir dans toutes ces couleurs sombres qui éclaircissaient la peau pourtant allé du garçon. Il retira sa main droite de sa poche, montrant sur son poignet trois lettres tatoués formant RAS, sur l'extérieur et une longue brûlure dans l'intérieur. Il enleva avec son chapeau, dévoilant une touffe de cheveux courts noirs indomptés et deux yeux tout aussi sombre et pourtant grand, au regard éternellement curieux et lumineux. Sous le gauche, une vieille cicatrice s'étirait, n'enlevant rien à l'air simple et banal de la frimousse de l'adolescent.

- Alors, comme ça je suis mort ? Ace serait vexée de savoir qu'on l'accuse de mon décès. Lui faire prendre le large sans moi a été un foutu calvaire. Véritable mère poule.

Makino jeta son journal sur le comptoir et se précipita vers le garçon.

- LUFFY !

Luffy fut à moitié surpris d'être prisonnier d'une étreinte pareille, mais Makino n'avait pas l'intention de le lâcher et pleurer sa joie de le revoir. De son bras gauche, il lui tapota doucement le dos pour la consoler, même si maladroitement.

- Monkey D. Luffy… alors comme ça t'es toujours en vie, sale gosse ? grommela Woop.

L'adolescent le regarda par-dessus l'épaule de Makino qui pleurait toujours à son cou.

- Joyeux anniversaire en retard, je suppose, décerna le maire.

Le maigre sourire du vieil homme à lunette n'échappa à l'adolescent.

- Oooh ? Le vieux maire chiant qui disait que j'apporterai la honte sur le village est en faîte un tsundere ? taquina l'adolescent.

Cela fit rire Makino qui se redressa avec le sourire en essuyant ses yeux.

- Retire immédiatement ce que tu as dit, sale gamin ! rouspéta le maire en menaçant Luffy de sa canne.

Luffy étira la paupière du bas de son œil droit pour lui tirer la langue.

- Tu as tellement grandit, Luffy… s'extasia la tenancière avec un grand sourire. Tu dois avoir faim !

- Non, pas spécialement. Si toutes cette affaire nous a appris une chose, c'est comment avoir un appétit raisonnable, marmonna le noiraud en haussant les épaules. Ensuite, j'ai pas assez grandit. T'as vu la gigasse qu'est Ace ? Je suis minuscule en comparaison ! C'est pas juste, moi je dis !

Makino se contenta de rire en lui coiffant les cheveux avec ses doigts.

- Tu es allé voir Dadan ? demanda Woop.

- Hmhm. J'ai bien cru qu'elle allait y passer d'un arrêt cardiaque, répondit l'adolescent en jouant d'un air absent avec son chapeau.

- Pourquoi es-tu revenu ici ? C'est trop dangereux, et tu t'en doutes.

Luffy lui jeta un regard blanc, à la limite du blasé.

- Tu vas me dénoncer ? « Allo la Marine ? Le bâtard de Dragon est chez nous !». Si ce n'était pas si stupide, j'aurais presque ri. Nan, je suis passé parce qu'on avait fait une promesse de lever l'ancre pour nos rêves d'ici, quand on aurait dix-sept ans. On a erré en se faisant discret autant Ace que moi, jusqu'à la date promise. Et vu que j'ai déjà une prime pour une raison stupide, tu peux pas dire que je vais apporter des ennuis au village alors que je pars pour pouvoir faire ma vie comme je l'entends, libre de toutes les attentes qu'on pouvait avoir de moi.

Luffy regarda son chapeau de paille.

- J'étais un gamin quand j'ai fait cette promesse à Shanks, en lui disant que je serais le Roi des Pirates. L'homme le plus fort et le plus libre des océans. J'étais naïf à l'époque. Aujourd'hui, je sais ce que je veux.

- Ah ouais ! Et en qu'est-ce que tu veux pour aller sur les océans ? se moqua Woop.

- Me faire une place dans le monde. Lui montrer qui je suis. Je suis pas le jiji et encore moins mon donneur de sperme.

Il mit sur son crane son chapeau avec un sourire féroce.

- Je suis le Roi des Pirates ! Pas un marine ! Pas un révolutionnaire ! je suis un homme libre qui fait sa vie comme il le souhaite et sans rendre de compte à personne qu'à soi-même !

Luffy s'avança vers Woop, posant une main sur la table à côté du maire et attrapa par le col le vieil homme. Sans agressivité, simplement pour être certain d'avoir son attention. De cette façon, deux longues brûlures sur ses deux avant-bras, allant des poignets jusqu'aux coudes, étaient parfaitement exposés.

- Peu importe qu'on m'injure, me crache à la figure ou qu'on me jette la pierre pour être né de cet homme. Peu importe qu'on désire ma mort. Je vie pour moi et pour mes proches. Le reste… le monde peut très bien tourner sans que je lui dise comment faire.

Luffy se redressa.

- J'y vais. Empêche-moi si tu le souhaites. Appelle Jiji si ça te chante. Je serais l'homme le plus libre de ce monde. Je serais le Roi des Pirates. Bonne journée.

Et tranquillement, il rangea de nouveau ses mains dans les poches de son blouson et s'en alla après un bref sourire à Makino.

- Ne te fait pas tuer, lui conseilla Woop avant qu'il ne passe la porte.

- Ce sont les risques du métier, lui répondit l'adolescent.

Et la porte se referma sur lui.

.


.

Rapidement, Luffy traversa le village côtier, tel un fantôme, retrouvant des chemins qu'il avait parcouru quand il était môme. Il parvint jusqu'au port et le longea en humant doucement, s'éloignant de la zone civilisée pour rejoindre la plage et la simple barque qui attendait là avec quelques provisions qu'il venait de se procurer à Goa (il avait tellement volé pour survivre ces dernières années que ça en était une seconde nature). Il regarda le gros tas de fourrure blanche et grise, tacheté de noir et de quelques rosettes, qui prenait une bonne partie de la place disponible de la barque.

- King… soupira le garçon.

Une queue longue et touffu de même couleur s'agita mais aucune réaction du reste du tas de fourrure.

- King, tu prends toute la place. Bouges-toi un peu.

Une oreille ronde et petite tiqua mais rien de plus.

- Je compte jusqu'à trois. Si à trois, tu n'as pas fait de place, tu me suivras à la nage. Uuuun… deeeeeux…

Le tas de fourrure se déroula en baillant, permettant d'identifier l'animal comme une panthère des neiges. Le félin s'étira paresseusement et jeta un regard boudeur à l'adolescent.

- Je sais, feignasse, marmonna Luffy en roulant des yeux.

Il poussa le navire à la flotte puis sauta dedans, s'installant sur le siège aussi vite que possible pour ne pas laisser le temps au courant d'entraîner plus loin son embarcation en plus de son compagnon de voyage. Il s'installa le plus confortablement possible dans sa barque et ne fit aucun commentaire quand le léopard s'allongea à moitié sur lui. Il lui gratta le crâne ente ses deux oreilles, esquissant un sourire au ronronnement qu'il obtint.

Avec un petit soupir d'aise, il regarda le ciel d'un bleu divin au-dessus de sa tête, avec la légère brise qui jouait avec les rares nuages joufflus des environs, alors que le courant menait le navire à sa guise, laissant le garçon presque allongé au fond de sa barque.

- C'est une belle journée pour partir accomplir un rêve, tu trouves pas, King ?

Le léopard eut un ronronnement plus fort que les autres pour réponse, avant de brusquement se redresser, les oreilles s'agitant nerveusement.

Luffy se rassit dans sa barque et tourna la tête vers l'arrière en entendant le bruit de quelque chose perçant l'eau. Une sorte de murène géante venait de sortir de l'eau, braquant deux yeux rouges sur le voyageur même pas surpris de la rencontre.

- Ah ba tiens… t'es toujours vivant, toi aussi, marmonna Luffy en se levant. T'as pas compris avec Shanks qu'on ne s'en prend pas à un pirate impunément ?

La créature se contenta d'ouvrir grand sa gueule.

- T'en penses quoi, King ? demanda le pirate en arrangeant son chapeau.

Le félin jeta un regard ennuyé à la poiscaille agressive, puis à son compagnon de voyage, avant de donner un coup de patte devant lui dans le vide.

- Bonne idée. Le vieux nous a donné les bases du Rokushiki, autant s'en servir.

Les mains dans les poches, il donna un vif coup de pied circulaire en direction du monstre marin qui foncé sur lui, produisant une lame d'air compressé qui fila sur la créature. Luffy se rassit alors que le kai-ô se mangeait dans la figure l'attaque, le sonnant à moitié.

- J'ai fait exprès de ne pas le rendre coupant, alors, ne me force pas à devenir méchant, l'averti calmement le jeune homme en prenant ses rames.

La murène géante dû comprendre l'avertissement parce qu'elle se renfonça dans l'eau.

Le pirate continua de ramer vers le large, désirant s'éloigner des eaux du royaume de Goa qu'il venait de quitter.

King posa son menton sur le genou du garçon et émit un petit miaulement.

- Forcément qu'on va pas rester que tout les deux, King. Sois pas bête. Nee-chan est partie devant, mais elle est un membre de notre futur équipage, répondit Luffy en comprenant la question. Je veux pas un trop gros équipage… dix personnes, ça sera largement suffisant. Et pas question de s'aventurer sur la Grand Line sans navigatrice. Je veux bien être téméraire, mais je suis pas suicidaire. Quand on sera quatre ou cinq, avec un navire de taille plus raisonnable, on songera à notre drapeau.

Le noiraud eut un rire et lâcha une de ses rames pour ébouriffer la fourrure de son ami à quatre pattes.

- On va vivre une merveilleuse aventure, tu verras, mon vieux ! Je serais le Roi des Pirates !

Et c'est ainsi donc que Luffy prit la route de ses rêves…

.


.

Coby était un pauvre adolescent de petite stature, binoclard, aux cheveux roses et sans la moindre compétence qui puisse faire de lui quelqu'un de dangereux.

Son rêve était de devenir un marine.

Erreur fatale, il avait croisé le chemin d'une pirate grosse comme une baleine du nom de Alvidia qui se croyait la plus belle femme au monde. Pire encore, elle avait découvert qu'il avait un talent en navigation. Ainsi, il avait été enrôlé de force dans l'équipage de la mocheté, craignant à tout moment de voir sa cervelle finir en bouillie sous la massue de fer de la capitaine pirate. Pour le coup, quand il ne servait pas de navigateur, il devait se contenter de cirer les pompes, au sens littéral et figuratif, de la mocheté ; servir de punchingball pour l'équipage ou tout simplement, nettoyer les toilettes. Bref, useless.

A cet instant, le petit Coby était occupé à faire rouler un lourd tonneau de bois jusqu'à la réserve de la base terrestre du l'équipage. En arrivant devant la porte, il trouva trois pirates en train de sécher la corvée de nettoyage. Très intéresser par la trouvaille, ils demandèrent au petit rose d'où ça sortait.

- Il était échoué sur la côte, expliqua le garçon d'une voix lasse. Vu son poids, il doit encore être plein et je ne sais pas vraiment quoi en faire…

- Laisse-le ici, on va s'en occuper ! ricana un blond dans le fond.

- Mais les gars, si jamais la chef l'apprenait… commença celui qui avait ouvert à Coby.

- Elle n'en saura rien ! rassura un lourdaud. Il n'y a que nous trois et le petit Coby qui sommes au courant.

- Tu as raison, admit le second.

Le gros se tourna vers Coby en levant une main d'un air menaçant.

- Tu vois ce que je veux dire, hein Coby… gronda l'homme.

- Oui… bien sûr… bégaya Coby en lâchant le tonneau immédiatement pour se protéger la tête. S'il vous plaît… ne me frappez pas…

- Dîtes, c'est moi ou on dirait que le tonneau grogne ? demanda le blond qui venait de récupérer l'objet de convoitise.

- Qu'est-ce que tu racontes ?

- Ben, venez voir !

Curieux, les deux autres pirates se rapprochèrent et collèrent leur oreille au tonneau pour écouter. Un grognement sourd résonné dans l'espace clos et réduit de l'objet, comme une menace voilée.

CRAAAC !

Le couvercle du tonneau sauta et un monstre aux crocs et griffes brillants en jaillit avec un crachotement de colère pour se jeter sur le premier pirate des environs, provoquant des cris de paniques et de douleurs alors que le fauve essayait de lui faire la peau.

- BAISSE LE VOLUME ! Y'EN A QUI DORME ! rouspéta quelqu'un en jaillissant du tonneau pour donner une claque sur le crâne du félin.

L'animal se retourna en grognant vers le garçon au chapeau de paille qui se baissa à moitié hors du tonneau pour répondre à la menace en se mettant lui-même à grogner comme un fauve. Tout le monde regarda avec ébahissement ce qu'il se passait.

Du tonneau abandonné, à la suite du léopard duveteux, un garçon coiffé d'un chapeau de paille venait de jaillir et faisait un concours de regard noir et de grognement avec le fauve. C'était… un gag. Une caméra cachée. On leur faisait une blague. Parce qu'aucune explication logique ne pouvait dire comment ils en étaient arrivés là !

C'est là que le garçon au chapeau de paille remarqua le public qui le fixait en silence, des mines perplexes et méfiantes sur le visage de l'assistance.

- Ano… vous êtes qui vous ? demanda le garçon en levant un sourcil perplexe, toujours dans le tonneau, la tête penchée sur un côté.

- C'EST A NOUS DE TE POSER LA QUESTION ! rugirent les trois pirates de concert.

- Qu'est-ce qui amène un humain à surgir d'un tonneau ?! interrogea avec colère le lourdaud.

Le jeune homme fronça les sourcils, mais il n'eut pas le temps de répondre qu'une femme beugla « BANDE DE TIR AU FLANC » au moment où une énorme massue cloutée de fer venait détruire la cabane de planche comme un fétus de paille.

Le tonneau contenant l'adolescent fut envoyé dans la forêt derrière ce qui était autrefois un cabanon, roulant sur un chemin de terre cahotant à cause de petits cailloux vicieux. Avec un miaulement inquiet, le félin parti à la poursuite du tonneau en vadrouille qui s'en allait rouler joyeusement au loin, emportant au passage son compagnon.

Ne voyant pas autre chose à faire, Coby suivi le mouvement au pas de course. Le pauvre gars serait certainement très amoché à la fin de la route.

Le rose retrouva rapidement le garçon, toujours dans le tonneau, apparemment pas blessé, se faisant malmenait le col par la mâchoire du félin qui cherchait, apparemment, à le secouer.

- Ouais ! ouais ! C'est bon ! Compris ! J'm'excuse ! Là ! t'es content ?! grommela le garçon en essayant de repousser le félin.

Cela lui valut un coup de patte sur le crâne, avant que l'animal ne s'écarte et ne s'assoie à proximité, sa très longue queue s'enroulant autour de ses pattes.

- Euuuh… est-ce que ça va ? demanda Coby qui ne savait comment interpréter la scène. Vous n'êtes pas blessé ? Vous avez fait un sacré vol…

Le garçon au chapeau de paille se contenta de rire.

- Merci de demander, mais oui, ça va ! ricana-t-il. J'ai juste été un peu surpris. Moi, c'est Mugiwara et le tas de fourrure, c'est King. On est où ici ?

Et Luffy entreprit de se tirer du tonneau avec l'aide du léopard qui le tira par la capuche de sa veste ouverte et sans manche.

- Eh bien, ce bord de mer constitue le repaire des pirates sous les ordres de la pirate Alvida la Massue. Moi, je suis juste Coby, le garçon de cabine.

- Ah bon, je vois. Je te pose la question parce que ma sœur aînée dit que c'est la moindre des politesses, mais j'm'en fou un peu.

- Ah…

La franchise et le manque de compétence social de ce Luffy était assez déroutant. Encore plus que les marques de brûlures sur ses avant-bras musclés.

- Tu n'aurais pas une barque ? demanda brusquement le brun. La mienne s'est fait engloutir par un tourbillon.

Coby en laissa tomber sa mâchoire de surprise.

- Un… un tourbillon ?! balbutia-t-il. Vous avez été pris dans un tourbillon ?!

- Ouais. Franchement, je m'y attendais vraiment pas. Et quand King a senti le danger, il était trop tard, grommela le voyageur en croisant les bras.

- Vous devriez être mort… s'étrangla le rose. Pour ce qui est de la barque, j'en ai une, mais…

Le garçon de cabine conduisit son nouvel ami jusqu'à un coin un peu plus reculer de la forêt et retira une bâche de la barque en question dévoilant une embarcation de fortune faîtes avec des matériaux de récupération.

- C'est quoi ce machin ? Un cercueil ? interrogea le noiraud avec perplexité.

A ses pieds, King reniflait avec une méfiance manifeste l'embarcation.

- Eh bien, c'est une barque, lui dit nerveusement le rose. Cela m'a pris deux ans pour la fabriquer !

Là, Luffy eut un doute et regarda d'un œil méfiant le rose.

- Deux ans pour faire ça ? Et tu n'en veux brusquement plus du tout ? J'ai vu des tentatives de meurtres plus discrètes et orignal ces dernières années. T'as encore du boulot à faire avant de devenir un assassin, petit gars.

Avec des yeux ronds et une mâchoire décrochée, le rose regarda le noiraud sans le comprendre.

- Je suis pas un assassin ! Je ne comprends pas pourquoi je voudrais vous tuer, Mugiwara-san ! Non ! se défendit le garçon.

Coby posa une main sur la barque avec tristesse.

- Non… je l'ai fabriqué dans le but de m'échapper d'ici un jour, raconta le garçon. Mais le courage me manque. Je suis voué à demeurer ma vie entière un simple garçon de cabine, malgré mes rêves…

- Pourquoi tu ne t'enfuis pas ?

Le plus petit secoua énergiquement la tête à la négative comme s'il voulait se dévisser le cou.

- NON ! C'EST IMPOSSIBLE ! IM-POS-SI-BLE ! JE SUIS PARALYSÉ RIEN QU'À L'IDÉE DE ME FAIRE ATTRAPER PAR LADY ALVIDA ! J'ai beaucoup trop peur !

Il parti se recroqueviller dans un coin, entre des buissons, en gémissant sa mauvaise fortune le jour où, alors qu'il était parti pêcher, il avait fait l'erreur de se tromper de barque et de grimper dans celle des pirates. C'était il y a deux ans, et depuis, s'il était encore en vie, c'était en échange de ses compétences en navigation et du rôle de bonniche.

King regarda Coby, puis Luffy en poussant un miaulement grave.

- Ouais, je suis d'accord avec toi, King. Il est complètement stupide. Stupide et dégonflé ! Ahahahaha !

Le rose tomba en dépression en voyant l'étrange adolescent et son animal de compagnie se foutre de lui.

- Vous n'avez pas tort, admit le garçon en se relevant. Si seulement j'avais moi aussi le courage de sillonner l'océan dans un tonneau… Qu'est-ce que qui vous a poussé à vouloir prendre le large avec juste ce chat ?

Coby recula quand le chat se mit à grogner.

- King est très orgueilleux, sourit Luffy en s'asseyant en tailleur à même le sol pour gratter la fourrure de son ami à quatre pattes. C'est un léopard des neiges. Je suis tombé sur lui, avec ma sœur aînée, il y a quoi ? Deux ans, deux ans et demi ? sur une île plus au nord. Pas plus grand que ma main à l'époque ! On est inséparable depuis ! Pas vrai, ma feignasse ?!

Le noiraud eut un grand rire quand le léopard lui passa un grand coup de langue affectueusement sur le visage, lui embarquant légèrement, au passage, le peu de joue qu'il avait.

- A la base, j'avais une barque. Je me suis caché dans le tonneau avec King pour survivre au tourbillon. Mais si je suis dehors, c'est parce que je suis sur la route pour devenir le Roi des Pirates !

La surprise manqua de foudroyer le pauvre peureux, alors que le garçon au chapeau de paille avait annoncé ses intentions avec un sourire immense. Tellement grand qu'il devait fermer les yeux et que son visage semblait sur le point de se fendre en deux.

- LE… LE… LE ROI DES PIRATES ?! s'étrangla le garçon aux cheveux roses. CELUI QUI POSSÈDE TOUS LES TRÉSORS DU MONDE !? ÇA SIGNIFIE QUE VOUS ÊTES À LA RECHERCHE DU ONE PIECE ! LE TRÉSOR ULTIME ! GAGE DE RICHESSE, DE RENOMMÉE ET DE POUVOIR ! MAIS VOUS ALLEZ Y RESTER ! LES PIRATES DU MONDE ENTIER COURENT APRÈS CE TRÉSOR ! SANS COMPTER QUE LE FILS DE GOLD ROGER EST DANS LA NATURE ! JAMAIS… JAMAIS VOUS N'Y ARRIVEREZ ! C'EST IMPOSSIBLE ! VOUS M'ENTENDEZ !? VOULOIR ATTEINDRE LE SOMMET DE LA PYRAMIDE À L'ÈRE DES PIRATES… C'EST DE LA FOLIE ! VOUS RÊVEZ !

King eut un gémissement en se couchant au sol, les pattes sur ses oreilles.

Luffy était bien d'accord avec son ami.

- Oi.

Le ton fit taire Coby.

Le garçon au chapeau de paille n'avait plus du tout l'air d'un garçon simplet. Son visage était vide, mais son regard était agacé. Comme si une tempête se préparer.

- Boucle-la.

- Oui, Mugiwara-san, obtempéra Coby.

Avec un soupir, le noiraud retira son chapeau de paille de son crâne et le regarda avec affection et détermination.

- Peu m'importe de mourir et je n'ai pas peur de l'adversité. C'est moi, et moi seul qui ai décidé de devenir le Roi des Pirates. Alors, même si je dois y laisser la vie, j'irai jusqu'au bout, et je n'aurai aucun regret.

Le ton calme et si déterminé du garçon laissa le binoclard sans voix.

Le jeune homme devant lui était prêt à vraiment tout.

- Peu… peu vous importe de mourir ? balbutia le peureux.

- Je préfère mourir pour mon rêve plutôt que pour un crime que je n'ai pas commis. C'est certainement difficile, risqué, dangereux… mais j'en frissonne d'excitation rien qu'en y pensant ! Ma sœur aînée dit que mon autre sœur et moi sommes des Adrenalines Junkies ! Franchement ? J'ai hâte d'être sur la Grand Line ! Shihihi !

Les larmes commencèrent à couler derrière les grosses lunettes bleues du rose alors que les mots de Luffy se plantait dans son cerveau avec la force d'une flèche. Le brun était là, assis à même le sol, riant avec un léopard en songeant à son rêve, avec l'innocence d'un enfant.

- Vous… vous croyez que moi aussi, je pourrais y arriver… Si j'étais prêt à mourir…

Luffy et King regardèrent Coby qui pleuraient malgré son sourire.

- Y arriver à quoi ? s'enquit le garçon en éventant son fauve de compagnie avec son chapeau de paille.

- Réussir… à rentrer dans la Marine !

- La Marine ? répéta le brun.

- Nous deviendrons ennemis, Mugiwara-san ! Mais j'ai toujours voulu devenir un grand officier pour arrêter les malfrats ! C'est mon rêve depuis que je suis tout petit ! Vous croyez que j'en suis capable ?!

Luffy ne fit que cligner des yeux, mais Coby n'attendait visiblement aucune réponse :

- JE LE FERAIS ! TOUT SAUF PASSER LE RESTANT DE MON EXISTENCE COMME HOMME À TOUT FAIRE SUR CE BATEAU ! JE VAIS M'ÉCHAPPER, QUITTE À RISQUER MA VIE POUR M'ENGAGER DANS LA MARINE ! ET… ET JE RÈGLERAI SON COMPTE À LADY ALVIDA !

Luffy et King roulèrent au loin de leur position quand une massue s'abattit sur le navire de fortune.

- COMMENT CA TU ME REGLES MON COMPTE !? HEIN COBY ! rugit la nouvelle venue avec colère. TU CROIS REELLEMENT POUVOIR TE FAIRE LA BELLE ?!

Le brun regarda la nouvelle venue en arrangeant son chapeau sur son crâne. C'était une femme à peine plus grande que lui, qui ressemblait à une balle tellement elle était grosse avec des jambes ridiculement petites. Le chapeau à plume et le manteau amiral bleu qu'elle avait sur elle disait clairement pirate. Sans parler de la grosse massue à piquant qu'elle avait en travers des épaules.

Mouais, il était peut-être subjectif en disant que ses sœurs étaient les plus belles des filles, mais pour lui, la femme devant ses yeux était moche. Et fallait pas être Vegapunk pour le voir. Du coin de l'œil, il nota le mouvement de l'équipage de la femme qui sortait des sous-bois. Il siffla doucement pour inciter King au calme en réalisant que le léopard commençait à gronder dans son coin. L'animal vint se ranger docilement à ses côtés mais continua de couver tous les pirates d'un regard noir.

- Il semblerait que tu aies loué les services d'un chasseur de primes autre que Roronoa Zoro… nota la femme.

Le garçon au chapeau de paille pencha la tête sur le côté. Zoro ? Le nom lui disait vaguement quelque chose, mais d'où...

- Je te pose la question une dernière fois, Coby ; qui est la plus belle femme de l'océan ? Réponds-moi !

Mort de trouille, transpirant à grosses goûtes, Coby voulu répondre quand une question tomba qui choqua tout le monde :

- C'est qui ce gros thon ?

On entendait des mouches volaient suite à la question innocente de l'adolescent en noir qui montrait la femme imposante du pouce. Il affichait même un air de perplexité innocent, ça en était presque drôle. Mais ce qui remportait la palme, c'était les multiples mâchoires à terre.

- Ben quoi ? demanda le chapeau de paille qui ne comprenait pas ce qu'il avait dit de bizarre.

Un murmure dans la foule de pirate le fit lever les sourcils. Il avait osé quoi ?

Perplexe, il regarda son compagnon à quatre pattes qui s'était assis sur son arrière train pour lever les pattes avant dans le signe universel du « je sais pas ». Coby se jeta au cou de son nouvel ami, le prenant par les épaules pour le secouer comme un prunier.

- RETIREZ CE QUE VOUS VENEZ DE DIRE, MUGIWARA-SAN ! paniqua le rose. Cette femme est la plus… La plus…

Les mots du garçon moururent dans sa gorge en se rappelant des paroles de Luffy. Il était prêt à mourir, sans le moindre regret. Cela donna de la force au jeune peureux de dire ce qu'il mourrait de dire depuis longtemps :

- LA PLUS GROSSE ET LA PLUS MOCHE DE TOUS LES OCÉANS !

Alvida était à présent très en colère. Mais les larmes aux yeux, les poings serrés, Coby n'avait pas l'intention de reculer. Luffy éclata de rire en réponse au commentaire. Oui, il était d'accord que cette Alvida était pas très belle. Hmm… elle rejoignait Dadan dans la catégorie mocheté.

- SALE MORVEUX ! rugit la pirate.

Alors que Coby hurlait sa peur devant l'idée stupide qu'il avait eut en parlant ouvertement pour la première fois en deux ans, dans son cœur, il restait fort et droit.

Il n'avait aucun regret ! Aucun ! Il avait osé affronter son cauchemar ! Se battre pour son rêve ! alors, il pouvait mourir heureux !

- VOUS NE VALEZ PAS MIEUX L'UN QUE L'AUTRE ! HORS DE QUESTION QUE JE VOUS LAISSE LA VIE SAUVE ! hurla la femme en abattant sa massue sur Coby.

Le rose sentit quelque chose lui effleuré l'épaule et l'instant suivant, il était sur les fesses, loin derrière, Luffy se tenant devant lui, recevant sans broncher le coup de la femme sur son crâne. Le rose voulu se relever mais King posa une patte sur lui, montrant doucement ses crocs pour bien lui faire comprendre de rester à terre.

La massue tomba sur la tête du garçon qui n'eut aucune réaction.

Juste un soupir blasé.

- Ta massue ne sert à rien, informa le jeune homme avec lassitude. On peut faire ça de deux façons. Tu nous laisses partir tranquillement, ou je te botte le train. J'ai pas envie de me battre. Tu n'en vaux juste pas la peine.

- COMMENT ?!

Luffy leva une main et attrapa la massue. Il resserra brièvement sa prise et le métal explosa entre ses doigts, désarmant aisément Alvida. Du majeur, (administrant au passage un doigt d'honneur à la femme) il redressa juste assez son chapeau de paille pour mieux regarder la mocheté devant lui.

- Alors ? Tu nous laisses partir ou je dois t'en coller une ?

- TU ME LE PAIERAS !

Elle arma son bras pour en coller une à Luffy qui pivota sur lui-même, laissant son poing droit partir à revers pour frapper la femme à la mâchoire. Le coup envoya la mocheté frapper un arbre plus loin sur sa gauche, le brisant sous l'impact, avant qu'elle ne tombe à terre, inconsciente.

- D'autres volontaires ? demanda le brun faisant face au reste des pirates dans la clairière, les mains dans les poches de sa veste avec un calme et une tranquillité à la fois déroutante et très cool.

Avec une synchronisation comique, ils firent non de la tête.

- Bien.

Le jeune homme alla jusqu'aux restes de son tonneau et en tira un sac de voyage qu'il passa à son épaule.

- Coby a décidé de s'engager dans la Marine, leur dit calmement le garçon. Vous allez donc lui donner une barque et le laisser partir dès à présent. Nous sommes d'accord, n'est-ce pas ?

Vu la démonstration de force, on ne pouvait être que d'accord.

King laissa le rose se relever et alla rejoindre son ami en ronronnant, agitant joyeusement sa longue queue. Coby regarda Luffy en pleurant de gratitude.

Son cauchemar venait de prendre fin.

.


.

- Ma force ? répéta Luffy avec perplexité.

Pour le remercier de son aide, Coby avait proposé à son nouvel ami de partager la petite embarcation que leur avait laissé les pirates afin de rejoindre l'île suivante. Peu après qu'ils aient mis les voiles, le futur Marine avait demandé à Luffy l'origine de sa force.

- C'est juste un fragment de ma force, ça. J'ai encore quelques atouts dans mes manches, lui dit le jeune pirate depuis son perchoir sur la proue de la barque. Je voudrais attendre d'être un peu plus loin dans mon aventure pour les sortir, les autres.

- Mais comment faîtes-vous ? demanda le rose.

- J'ai été durement entraîné par mon sadique de grand-père jusqu'à mes huit ans. Puis, la marine a décidé que ma grande-sœur et moi étions coupables d'exister et on a dû fuir. La survie et deux bons samaritains ont fait le reste. Tellement que l'un d'eux est devenue notre sœur aînée.

- Coupable d'exister ? Il doit y avoir une erreur !

- Ah, la naïveté.

Luffy ne précisa pas le fond de sa pensée, mais le commentaire vexa Coby. Il n'était pas naïf ! Peureux peut-être, mais pas naïf.

- Tu seras vite désenchanter, quand tu rejoindras la Marine. Je vais pas faire leur boulot à leur place.

Le rose accepta le refus de réponse de son ami et lui demanda si, puisqu'il avait l'intention de partir à la poursuite du One Piece, il allait rejoindre la route de la Grand Line.

- Vous savez qu'on l'appelle aussi le Cimetière des Pirates ? lui pointa le binoclard.

- Oui, t'en fait pas pour ça. J'ai besoin de gars costauds prêt à mettre leur vie en jeu dans ce voyage. Pas pour m'aider à devenir Roi, je me suffis à moi-même. Simplement pour ce en quoi eux ils croient. Pour leur propre rêve.

- Et vous allez affronter l'héritier de Gold Roger pour le One Piece ?

- Non. Je suis pas fana de violence inutile. Et si je vois bien un combat inutile, outre dans le cadre d'un entraînement, c'est bien celui-là. Je sais très bien qu'on n'est pas des ennemis, tous les deux.

Il eut un sourire lointain, comme perdu dans ses souvenirs, caressant pensivement le tatouage en lettre gothique sur son poignet.

Coby se demandait bien pourquoi il avait écrit l'abréviation de Rien À Signaler pour son tatouage, mais soit.

- J'y pense, fit brusquement Luffy. Ce gars, dont tu parlais… ce Zoro, là…

- Roronoa Zoro, eh bien ?

- Suivant sa tête, je pourrais bien le recruter !

- MAIS VOUS ÊTES DINGUE ! CET HOMME EST UN MONSTRE ! rugit Coby, réveillant en sursaut King.

- Qu'est-ce que tu en sais, toi ? Tu l'as rencontré ?

- J'EN SUIS CERTAIN !

Et c'est donc ainsi que Luffy et Coby firent voile jusqu'à la base Marine la plus proche où Zoro était apparemment retenu prisonnier. L'un pour voir la tête du fameux « monstre » et l'autre pour rejoindre la Marine.