Bonjour !

On se retrouve aujourd'hui pour un nouveau chapitre et le dernier que j'ai en réserve pour cette histoire. Je vais essayer d'avancer "Juste un petit changement" avant de reprendre celle-ci (spoil toussa toussa). Donc voilà, profitez bien, je vous assure que j'ai quelques idées pour la suite qui devraient vous amuser.

Sur ce, les commentaires :

Mel Mochi49 : La suite est là, mais j'ai rien de plus d'écrit pour cette fic. J'essaie de me rattraper un peu plus du côté d'Ace histoire de pas trop spoiler.

liona29 : Au plaisir !

Kathelen : Je dis rien sur l'état de Robin. / Les cicatrices sont faîtes dans "Juste un petit changement". Elle s'expliquera sur les marques vers la fin de l'arc./Les études passent avant, fait pas ma connerie.

Bob : Je ne répondrais pas à ta question. Je t'inviterais bien à lire "Juste un petit changement" pour avoir ta réponse, mais j'ai pas encore rattrapé de ce côté là./ Ouuuh, ça remonte alors ! Contente que tu sois encore avec moi depuis le temps !/ Heureuse d'arrivée encore à faire du bon travail.
TheSepticPuppet: Si tu le dis.

Yz3ut3: Au plaisir à bientôt !

Mzelle A : Merci à toi ! oui, courage à Robin.

NoxShiningAbyssal : On retrouvera Robin. L'idée, c'est Missty qui me l'a donné. Le genre d'idée qui font que j'ai parfois envie de la tuer./ Oui, Sanji n'appréciera pas la vérité... s'il la découvre. / De quel forshadowing tu parles, moi, je laisse des indices pour beaucoup de truc, tu sais. / La version pour Ace est déjà écrite, et c'est tout aussi amusant de son point de vue. / Tu t'en remettras, j'ai foi.

Très bonne lecture à tous et à bientôt !

.


.

Luffy entra dans la cuisine pour voir Sanji occupé aux fourneaux et sa sœur au denden. Elle se retourna un instant pour lui faire signe de garder le silence, avant de revenir à sa conversation. L'adolescent lui jeta un bref regard avant d'aller voir le blond. Quelque chose dans sa façon de se tenir et de manier son couteau laissait supposer qu'il n'était pas de bonne humeur. Pas énervé comme après une dispute avec Zoro ou quand King réussissait à voler quelque chose dans la cuisine. Non, cela le rendait plus… raide dans sa posture, plus sec dans ses gestes. Comme si sous la lame, il voyait quelque chose qu'il donnerait cher pour pouvoir vraiment découper.

« Je viens de regarder mes notes, mais je n'ai rien à son sujet. Je vous tiens au courant, Portgas-san, si j'apprends quelque chose. » finit par dire une voix de femme au denden.

- Je te revaudrai ça. Je t'enverrai Dawn pour la facture quand le tas de plumes sera de retour, remercia la Commandante.

« Il n'y a rien à payer si je n'ai rien à donner. »

Ace eut un maigre rire et salua son interlocutrice avant de raccrocher.

- Sanji ? Daijobu ka ? s'inquiéta Luffy maintenant qu'il pouvait parler sans risque.

Le cuisinier cligna des yeux comme s'il réalisait à l'instant la présence de son capitaine qui s'accouda dans une zone de libre du plan de travail.

- Hm ? Oui, ça va, pourquoi tu me demandes ça ? s'étonna le cuisinier.

- Je suis certainement pas le plus brillant, mais je sais reconnaître quelqu'un qui va pas bien.

- On a eu une discussion assez sérieuse et désagréable, c'est tout, expliqua Ace. Le sujet restera entre lui et moi, à moins de force majeure. Creuse pas.

- Tu devais appeler ton équipage ! Pas embêter le mien ! accusa le plus jeune en se plantant devant sa sœur avec les poings sur les hanches.

- Je l'ai fait et j'ai même essayé d'appeler Sabo, mais il est en mission apparemment.

- Elle l'a fait, confirma Sanji.

- Tu nous cherchais ou tu as retrouvé un fragment de ton estomac ? s'enquit en souriant la brune en appuyant son menton dans sa main.

Et elle croqua dans une pomme qu'elle avait en main.

- Je suis pas un faiseur de miracle ! ricana Sanji. On fait le maximum avec Chopper pour qu'il recommence à s'alimenter correctement, mais il y a du travail.

- Dommage que la boulimie ne soit pas contagieuse…

- J'en veux pas de ta crise de boulimie ! rétorqua le plus jeune en tirant la langue à sa sœur. Nan, c'est pour savoir ce que tu vas faire pendant qu'on traque Crocodile.

La Commandante soupira et recommença à croquer dans sa pomme, le regard vers la table pendant qu'elle réfléchissait. Elle fit un geste de la tête vers la porte et Luffy alla passer la tête dehors.

- Vivi ! Viens m'aider à trouver de quoi empêcher ma frangine de se rouler les pouces !

Il ignora la chaussure qu'il se reçut sur le crâne de la part de l'autre D. pour regarder le reste de la bande, Karoo et King inclus, les rejoindre dans la cuisine. Nami et Vivi s'assirent à la table en face d'Ace qui se retrouva à partager son banc avec son frère et King.

- Vous prévoyez quoi exactement ? demanda la brune.

- Vous allez nous aider ? s'enquit Usopp avec un espoir mal camouflé dans la voix.

- Peut-être, mais te fais pas de faux espoir. Si je m'écoutais, oui, je vous aiderais sans me retenir, mais j'ai deux choses à prendre en compte. La première, c'est ce que si je m'implique ouvertement, on va penser que c'est sous ordre de Oyaji, donc, on va se demander l'intérêt de Shirohige pour ce pays.

Elle fit un geste large de la main.

- La liste de soupçons et de conséquences est sans limite. Le pire serait qu'on pense que le Roi a passé un pacte avec Oyaji. Dans ce cas-là, la seule chose qui empêchera la radiation d'Alabasta du Sekai Seifu pour des accusations de complicité avec des malfaiteurs serait que les Nefertari font partie des descendants d'une des vingt familles qui ont fondé le Gouvernement. Mais là, je ne fais que supposer et je peux me tromper. Parce qu'à côté, l'île Gyojin fait partie de notre territoire, mais elle appartient au Sekai Seifu, après, Neptune n'y a jamais siégé et c'est pas pour autant que la Marine se fait chier à les défendre quand ils ont des emmerdes.

- Tu t'éparpilles, Nii-chan, rappela à l'ordre Luffy.

- Mea culpa. Donc, la seconde chose à craindre, c'est qu'on s'intéresse de trop près à pourquoi je me suis alliée avec vous, les Mugiwara. Si j'ai pris ce risque tout à l'heure, c'est parce que j'ai déjà eu un rapport sur Smoker et je sais qu'il se contente de regarder la personne en face de lui, pas ses ancêtres.

Elle braqua un doigt vers son petit-frère.

- Dès que le secret sera dehors, vous aurez les amiraux au cul. Aokiji, c'est peut-être négociable, mais les autres n'en auront rien à foutre. Vous êtes encore des nouveaux, vous n'avez pas encore la force nécessaire pour affronter les gros joueurs. Si on se met à soupçonner quoi que ce soit, parce que je bosse avec vous, vous ne survivrez pas. Que ce soit parce qu'il porte le sang de Dragon, ou seulement parce que c'est mon petit-frère en tout sauf le sang. S'il arrive quelque chose à Luffy, je serai la première à faire des pieds et des mains pour le sauver. Et je sais que la réciproque est malheureusement vraie.

Luffy étira son bras pour récupérer la botte de sa sœur dans l'entrée et l'utilisa pour frapper sur le crâne de la brune qui lui adressa un regard noir en réponse.

- Donc, il faut trouver un moyen que tu puisses aider sans qu'on soupçonne que tu agisses pour nous ou Shirohige, voire même ton identité, réfléchit Nami alors que la Commandante enfilait sa chaussure.

- J'ai une idée, mais ça dépend de Père et de vous, annonça Vivi.

- Dis-nous tout, Vivi-chan ! encouragea Sanji en déposant des boissons fraîches sur la table.

- Dans les visages que Bon Clay a fait défiler, il y avait le visage de Père, c'est donc qu'il a l'intention d'utiliser son apparence. Certainement pas pour faire de bonnes actions, mais plus pour le décrédibiliser. Mais si on a deux Rois de visibles, les choses ne se passeront pas correctement.

- Tu veux donc que je le protège ? comprit Ace.

- Je dois lui envoyer un message pour lui dire tout ce que j'ai appris sur Crocodile et le faire partir avec Karoo. Dedans, je peux lui dire que tu nous offres ton aide dans l'unique condition qu'on ne trahisse pas ton identité.

- C'est bon pour moi. Dis-moi juste quand tu le fais décoller.

- Il faudra traverser le désert, ce ne sera pas une partie de plaisir, avertit la princesse.

- Pour ton canard surtout, moi, je suis le feu, c'est pas la fournaise qui va me déranger.

- J'ai une question ! annonça Chopper en levant un sabot.

Tout le monde regarda le petit renne qui s'était assis sur la table avec un verre qu'il buvait à la paille.

- Si Vivi s'occupe de l'armée rebelle, Luffy doit donc se charger de Crocodile. Mais le Shichibukai est très fort, ça t'inquiète pas ? demanda le médecin.

- Du tout. Si on s'y met tous les deux, ça revient à lâcher une bombe sur un nid de souris. Beaucoup de dégât pour pas grand-chose, rit la Commandante.

- Je préfère me casser la gueule contre Crocodile pour réaliser suffisamment tôt si j'ai le niveau ou pas, plutôt que de me retrouver dans le Shin Sekai et qu'on se fasse tous descendre par Big Mum ou Kaidou, lui dit sérieusement Luffy.

- Quoiqu'avec Linlin, y'a toujours l'option de se faire dévorer, réfléchit la Commandante d'un air sérieux.

- Dévorer ? répéta Usopp en déglutissant.

- Y'a un pari entre les Yonkou pour savoir ce qui aura raison du territoire de cette malade. Ses crises alimentaires qui lui font dévorer tout sur son passage, que ce soit comestible ou non, vivant ou non... quoique là-bas, même les aliments ouvrent leur gueule… Autre option, une rébellion de ses enfants qui en auront marre d'être ses marionnettes. Dernière option, encore mieux, serait que le Sekai Seifu qui décide enfin de mettre fin à l'ère des Yonkou et s'assure de trouver un moyen de démultiplier la puissance de ses Buster Call pour la défoncer. Il leur faudra du temps avant de se remettre d'un affrontement, donc, on pourra se préparer et Linlin nous fera moins chier.

- Ils devraient y envoyer Genkotsu… maugréa Luffy en laissant tomber son menton sur la table.

- Si seulement, ça éviterait qu'il vienne chier des briques à mon sujet ! soupira Ace avec un regard lointain.

Elle termina sa pomme, allant jusqu'à avaler le trognon, avant de regarder Vivi, la bouche pleine en se suçotant les doigts. Elle leva un sourcil, comme si elle voulait quelque chose d'elle et la princesse déplia une lettre qu'elle avait dans sa main. Elle chercha un stylo et Ace lui en fournit un, permettant à la princesse d'écrire un post-scriptum. Quant à la D., elle souleva son protège coude orange et en tira deux morceaux de papier qu'elle donna à son frère.

- Dès que tu seras à Shabaody, assure-toi de t'en faire, avec Nee-chan, que l'on puisse garder un œil sur vous.

- Mère poule, bougonna l'adolescent.

Son commentaire lui valut une taloche.

- Amuse-toi bien avec Crocodile, souhaita la Commandante en se levant.

- Tu me voleras pas ma proie cette fois ! lui dit Luffy en tirant la langue.

.


.

- Marimo.

Zoro leva le nez vers la porte de la cuisine pendant que Luffy faisait le con avec Usopp alors qu'ils avaient enfin levé l'ancre après avoir déposé Karoo et Ace. Sanji fit un signe de la tête explicite au sabreur qui le rejoignit en faisant l'effort de ne pas s'agacer d'avance. Le cuisinier referma la porte et alla s'adosser aux fourneaux pendant que Zoro s'asseyait au bord de la table.

- Qu'est-ce que tu veux, Ero-cook ?

Le blond prit soin d'allumer sa cigarette avant de répondre :

- J'ai eu l'occasion de discuter avec Portgas-chwan pendant que vous étiez dehors avec notre idiot de capitaine. Je lui ai posé des questions sur les pertes de contrôle de son frère.

Le sabreur se redressa en voyant qu'il n'était pas question de conneries mais d'un sujet important.

- L'entraînement qu'a reçu Luffy avant son départ et qu'il essaye de nous donner à son tour a permis de découvrir qu'il avait peut-être héréité de son géniteur cette capacité puissante. Et malheureusement, Luffy en aurait déjà fait usage accidentellement et ça ne lui a apporté que des ennuis, pendant l'absence de Portgas-chan.

- D'où le fait que maintenant, il en ait peur, comprit le vert.

- Il le refoule tellement que ça finit par exploser et prendre le dessus sur lui. C'est ce qu'il s'est passé à Little Garden, si je me rappelle de ce que Nami-swan m'a raconté.

Le sabreur se contenta de hocher la tête.

- De ce que sa sœur a dit, Luffy n'est pas le seul dans ce cas de figure, un de ses camarades commandants a le même problème avec ce don. La différence est que l'homme en question est plus vieux, plus mature et a compris que sans entraînement, ce don était plus un danger qu'autre chose, là où Luffy ignore le problème avec des œillères. Il faut donc qu'on trouve une méthode pour persuader l'autre idiot de s'entraîner, au minimum pour le contrôler, plutôt que de le garder en état. Tant qu'il ne s'entraînera pas, il n'arrivera à rien.

- Il a tendance à esquiver pas mal le sujet, ça sera pas facile, mais on sait quoi faire dans les prochains jours.

- On est d'accord. Allons rejoindre les autres.

Zoro quitta la cuisine en premier pour voir Nami qui était en train de faire de la couture avec la bande du chapeau de Luffy pour le lui rendre.

- Drôle de cadeau. Tout ça pour deux morceaux de papiers, après, c'est vous qui voyez, marmonna la rousse en rangeant le matériel de couture.

- Merci Nami ! sourit joyeusement le D. en mettant le chapeau sur son crâne. Donc, on se rend à Uba, c'est ça ?

- Yuba, rectifia Usopp. On doit intercepter les rebelles et contrecarrer le plan de Crocodile.

- Je ne le laissera pas détruire mon pays ! gronda Vivi avec détermination.

King émit un miaulement faible à cause de la chaleur que Chopper traduisit tout aussi faiblement par « compte sur nous. ».

.


.

Le son d'une horloge résonna dans la ville, permettant à Robin de savoir qu'il était dix-sept heures. Pas que cela l'aide en quoi que ce soit, mais c'était quelque chose à quoi se raccrocher dans son état d'isolement.

Heureusement qu'elle avait l'habitude de la vie dure parce qu'elle était certaine qu'elle serait presque mourante juste avec la faim, dans d'autres circonstances.

Le pire est qu'elle ne pouvait pas se suicider. Parce que si elle mourait, Crocodile ferait parvenir la nouvelle au Gouvernement pour s'enfoncer un peu plus dans leurs petits papiers. Et ainsi, mettre en chasse Ace et Luffy, voire peut-être Sabo avec qui elle s'entendait assez bien même si elle ne le connaissait pas autant. Elle ne voulait pas les voir impliquer dans cette affaire. Elle ferait tout pour les préserver. Elle était tiraillée, certes, mais tant qu'elle était vivante, sa fratrie n'avait aucune raison de s'approcher de Crocodile. Et tant que celui-ci ne saurait pas pour eux, il n'aurait pas moyen d'obtenir la moindre information sur le Siècle Perdu.

Elle ne céderait pas.

Le monde lui importait peu. Ce qui lui était précieux, c'était sa famille, le reste, elle s'en foutait. Y compris de sa propre vie. Alors, Crocodile pouvait toujours courir.

.


.

Ils jetèrent l'ancre à quelques distances de Erumalu. Il leur faudrait un jour et demi, si ce n'est plus, pour atteindre Yuba. King resta dans la cale du navire, se désignant pour le garder. Hors de question qu'il aille crapahuter dans le désert. Chopper comptait le faire et se montrer courageux, parce qu'il était un pirate, mais le léopard, pas question.

Le renne appréhendait déjà de devoir affronter les cinquante degrés des journées à venir.

- Estime-toi heureux, ça pourrait être pire, lui dit Luffy en aidant à débarquer les provisions pour le voyage.

- En quoi ?

- Nii-chan aurait pu nous accompagner. Déjà que le désert est chaud, si tu rajoutes à côté un logia susceptible, tu as un combo merdique. Et encore, avec ses règles, on aurait eu droit au Triple Combo Deluxe. Ace qui a ses règles…

Un frisson d'horreur remonta l'échine de l'adolescent.

- Nii-chan devient une plaie dans ces moments-là.

- J't'y verrais bien, Luffy ! rouspéta Nami en lui frappant sur le crâne. C'est pas du tout marrant à vivre !

La conversation s'arrêta là avec la dépression de Sanji devant les longues djellabas que Nami et Vivi portaient désormais pour se protéger du soleil, puisque leur tenue de danseuse orientale n'était pas du tout adaptée à la traversée du désert. D'ailleurs, Luffy en eut droit à une pour lui, d'un rouge bordeaux qui le fit sourire jusqu'aux oreilles. Avec ces années de cavale, sa peau était déjà pas mal brûlée, sans compter les escapades qu'il avait faites à l'époque avec Ace dans la jungle et le Grey Terminal, mais il n'avait jamais affronté le désert et n'avait pas envie de finir comme une écrevisse ou pire. Pas recommandable quand on est sur le point de se battre. Mais ce qui le fit sourire, c'est la couleur. Oui, il adorait le rouge, et alors ?

Ils allaient finir de débarquer quand d'étranges créatures ressemblant à des bébés phoques à carapace débarquèrent sur la plage en poussant des petits cris.

Chopper, interprète en chef des membres du règne animal, fit la traduction :

- « Si vous voulez débarquer ici, il vous faudra m'affronter et me battre ! Si vous êtes trop effrayés, allez accoster l'autre rivage, bande de poules mouillées ! »

Avant que quiconque ne puisse l'arrêter, Usopp descendit du navire en bougonnant. On ne traitait pas le Capitaine Usopp de Poule Mouillée.

Juste le temps de sonner la cloche du début du combat que le vainqueur se dévoila.

Usopp termina la tête dans le sable et l'animal leva ses bras pour faire gonfler ses petits muscles avec fierté.

- Animal un, Usopp zéro. Ça va l'égo, pas trop amoché ? demanda Zoro avec un sourire un brin moqueur à son camarade.

Toujours dans le sable, Usopp leva un pouce tremblant pour dire « ok ».

- Qu'est-ce que c'est ? demanda Nami alors que Luffy allait donner une bonne leçon aux bestioles.

- Kung-Fu dugong. Une espèce qui vit dans le Sandora et qui est fan d'arts martiaux, répondit Vivi.

En un coup de poing, le D. allongea son adversaire qui se releva quelques instants plus tard avec des étoiles dans les yeux en couinant joyeusement.

- Leur code les oblige à devenir l'élève de celui qui parviendra à les vaincre.

Cela alluma une ampoule dans le crâne de Luffy qui se mit à pousser un rire peu rassurant qui fit froid dans le dos des filles. En quelques secondes, le jeune capitaine avait vaincu une belle poignée de dugongs qui étaient désormais attroupés autour des jambes du brun très content de lui.

- Je vous présente mes laquais et serviteurs ! My minions ! Mouhahahaha ! ricana le jeune homme en croisant les bras avec un immense sourire satisfait.

- Et tu comptes faire quoi avec eux ? s'enquit Sanji en fronçant les sourcils.

- La même chose que chaque soir… je m'en vais conquérir le monde !

Usopp fut le seul à applaudir l'ambition de son capitaine. Chopper regarda Luffy avec un mélange de crainte et d'admiration alors que le reste de la bande regardait ça avec lassitude.

- Et c'est lui le gars que tout le monde craint en East Blue ? se fit confirmer Nami.

- Ouep, confirma Zoro en secouant la tête de résignation.

- Je pense que la Marine doit revoir ses standards, marmonna Sanji en se frottant les yeux.

- Luffy-san, j'ai le regret de devoir te dire que ton armée de fidèles dugongs ne peut pas te suivre avec nous au travers le désert, il va donc falloir que tu négocies avec eux pour qu'ils restent ici. Ils ne supporteront pas la chaleur, ils sont faits pour le Sandora, pas le désert, dit Vivi avec toute la diplomatie du monde.

Le sourire du jeune homme fondit comme neige au soleil.

- Buuhh ! Tu gâches tout Vivi ! Méchante !

La bleue grimaça, hésitant entre le rire et l'exaspération. Comment ce garçon pouvait-il être une telle menace pour le Gouvernement Mondial, ça restait à découvrir.

La négociation ne se fit pas sans mal et elle leur valut une grosse réduction dans leurs réserves pour la traversée du désert.

- Tu sais, Luffy, ce n'est pas parce que toi, tu ne manges quasiment pas, que c'est le cas de tout le monde.

Pour toute réponse, le D. brandit un portefeuille.

- Pas grave, Nii-chan remboursera.

Hurlement d'horreur.

- Tu as volé un Commandant des Shirohige ! paniqua tout le monde, hormis Chopper.

Tout le monde voyait la mort planer sur eux, pour le coup. Mais Luffy se contenta d'hausser des épaules.

- Il m'a brûlé mes comics quand il avait quinze ans, il me doit bien ça.

- C'était qui le héros ? demanda Usopp avec sérieux.

- Spiderman.

Le tireur posa une main sur l'épaule de son capitaine, toujours aussi sérieux.

- Tu es encore trop gentil dans ta recherche de justice, Luffy. Il va falloir qu'on réfléchisse à un meilleur moyen de venger Peter Parker.

- Je savais que tu comprendrais, Usopp.

Et les deux adolescents échangèrent une poignée de main.

Facepalm du reste de la bande.

.


.

Ils traversèrent le désert pendant une heure, ou alors deux. Le Sandora n'était plus qu'un souvenir dans leur mémoire, alors qu'ils affrontaient la chaleur du désert.

Ce fut Zoro qui s'arrêta le premier.

Suivi par Usopp et Vivi. Et enfin, le reste du groupe.

Une ville en ruine s'ouvrait à eux.

Une cité sous le sable. Désertée depuis longtemps.

Pendant un instant, Luffy se demanda s'il n'avait pas mis les pieds dans la mystérieuse Cité Sans Nom dont il avait entendu Ace et Robin débattre à une époque, avant que Nami ne demande à Vivi si elle savait où ils étaient et obtienne une réponse.

- C'est ce qui reste de Erumalu, dit tristement la princesse. L'exemple même de ce que Baroque Works et Crocodile ont fait à ce pays. Toute la souffrance de notre terre. Il n'y a pas si longtemps que ça, c'était une cité verdoyante grâce à un canal qui permettait de tirer l'eau du fleuve.

Sauf que le canal en question était désormais sec. La preuve, elle leur montra la route sablonneuse tout juste visible qu'ils empruntaient et sur laquelle, un peu plus loin, on trouvait un cadavre asséché par la chaleur et le soleil. Cette route était justement le canal qui alimentait autrefois la ville. Sans eau, impossible de faire verdoyer le désert.

Adieu la végétation luxuriante, adieu les fleurs paradisiaques.

Déjà que les précipitations étaient rares, en plus de ça, depuis trois ans, il n'y avait pas eu la moindre goutte sur la ville. Comme dans tout le royaume.

Sauf sur la capitale, et ce, par un complot de Baroque Works. On avait découvert dans le Palais Royale de Alubarna des sacs entiers de Dance Powder, une poudre capable de faire tomber la pluie. Sans parler que des agents avaient été vus déchargeant ces mêmes sacs au port, disant bien qu'ils étaient pour le souverain, avant qu'un « accident » ne renverse le chargement et ne dévoile la poudre verte qui sème la pluie et la guerre. Facile pour la population de faire l'addition. Le miracle royal qui disait que la pluie ne tombait désormais plus que sur la capitale était le fait de cette poudre. Que ce soit vrai ou pas, aucune importance. Le mal était fait.

- Pourquoi cette poudre provoquerait la guerre ? demanda Usopp.

- Parce qu'elle assèche les autres pays, expliqua Nami. Ce que doit faire la poudre, c'est certainement stimulé un nuage de pluie pas encore mature pour le forcer à déverser plus tôt ses réservoirs, alors que normalement, il aurait dû continuer son chemin et arriver à maturité plus loin chez un voisin. Cette poudre vole littéralement la pluie des pays en aval.

- Cela provoque donc des rivalités et des risques de révolte. C'est à cause de ça que la guerre a éclaté, continua Vivi. On accuse mon père de voler la pluie du pays pour la concentrer sur la capitale grâce à cette poudre. Cette poudre fait le bonheur des uns au détriment des autres, d'où le pourquoi le Gouvernement Mondial l'a interdit.

Un ingénieux traquenard organisé par Crocodile.

Très astucieux.

Les gens meurent de soif et de faim sur une terre qui se dessèche chaque heure un peu plus, faisant que le peuple prend les armes contre un régime qui n'avait rien demandé et qui était innocent.

La Faucheuse faisait des heures supplémentaires en Alabasta, et ce, grâce à Crocodile.

A genoux dans le sable, un crâne blanchi entre les mains, Vivi pleurait. Elle pleurait pour son pays et son peuple. Pour cette terre qu'elle aimait de toutes ses forces et que Crocodile broyait avec un plaisir sadique.

Luffy serra le poing et reprit sa marche.

- Ne perdons pas plus de temps. Il est temps que Crocodile reçoive l'addition de ses conneries.

Habituellement, Luffy avait tendance à proposer une solution pacifique aux gens qu'il affrontait, mais cette fois, il n'en était pas question. Cet homme le paierait cher.

Et si le Shichibukai mourrait dans le combat…

Eh bien, les accidents sont des choses courantes de la vie.

Ainsi reprit la marche sous la chaleur.

.


.

Chopper fut traîné sur un traineau de fortune, la chaleur ayant eu raison de lui et de sa fourrure. Tout le monde cuisait à petit feu quand Vivi supportait mieux que quiconque cet environnement, suivie de près par Luffy et, étonnement, par Sanji. De plus, les hommes se relayaient pour tirer un autre chariot contenant la totalité des bagages.

Enfin, se relayer était un grand mot. Plutôt, ils jouaient au Janken pour désigner qui devait le tirer et Luffy perdait souvent.

Dire qu'ils n'avaient fait qu'un quart de la marche jusqu'à Yuba.

Ils firent une pause à l'ombre de rochers, et dégustèrent un lézard géant des sables qu'ils avaient rencontré au passage pendant qu'il poursuivait un chameau. Chameau rapidement baptisé Matsuge par Nami qui en fit sa monture à elle et Vivi, puisque l'animal ne prenait pas d'hommes sur son dos. Question de principe.

Cela lui valut quelques coups de pieds de la part des hommes.

Ainsi reprit la marche dans le désert.

Ils marchèrent toute la journée, sous la chaleur lourde du soleil de plomb. A la nuit tombée, ils purent se poser pour se reposer. Donc, repas et dormir. Et pour une fois, Luffy ne fit pas de chichi pour manger, ce qui rassura grandement Sanji.

Puis, chacun se roula en boule de son mieux pour se tenir chaud et se reposer, se préparant à une nouvelle et très longue marche dans le désert.

- Luffy-san ?

Luffy ouvrit un œil et tourna la tête vers la gauche pour voir Vivi allongée pas loin de lui, avec apparemment du mal à trouver le sommeil. Allongée sur le côté, faisant face au jeune pirate, elle traçait des formes dans le sable d'un geste absent.

- Tu penses vraiment que ta sœur peut protéger mon père ?

Sa sœur ? Robin ?

Luffy resta un instant interdit avant que son cerveau ne veuille bien se remettre en marche correctement.

- Ace ? Nii-chan n'est pas du genre à faire des promesses en l'air. Quand il décide quelque chose, il le fait. Le problème viendra plus de ton père.

Luffy referma les yeux et croisa les bras sous sa tête pour se faire un semblant de coussin.

- Y'en a pas des masses des souverains qui seraient prêt à mettre leur vie dans les mains de pirates. Surtout quand il s'agit du bâtard de Roger.

Un pauvre rire échappa à l'adolescent.

- Ace s'est vachement assagi avec le temps. S'il avait toujours le même foutu caractère qu'il avait quand on s'est rencontré, le moindre mot de travers aurait causé un massacre.

- Pourquoi ça ?

- Les adultes sont des créatures très stupides. Bonne nuit.

.


.

Le lendemain, la marche reprit.

Jusqu'à un certain point.

Sur leur route, ils s'étaient approchés d'un escarpement rocheux, offrant une trêve dans l'ombre pour reprendre son souffle sans griller sur place. Jusqu'à ce que le sol ne décide tout bonnement de s'effondrer sous leurs pieds.

Chacun termina plusieurs mètres plus bas, la tête dans le sable.

Luffy se redressa et s'ébroua, faisant manger du sable à Zoro qui avait fini à proximité de lui et qui l'en remercia avec un coup de pied dans le crâne.

- Tout le monde va bien ? demanda Chopper en se relevant à son tour.

- J'ai connu plus confortable comme situation, mais je pense que je commence à m'y faire, à force de fréquenter Luffy, soupira Nami en se redressant sur ses bras pendant que Sanji était en train d'aider Vivi à se relever.

Usopp était, lui, planté dans le sol, enfoncé jusqu'aux coudes, la tête dans le sable. Il fallut donc aller le décoincer de là.

- On est où ? demanda Zoro.

Tout le groupe regarda autour de lui pour chercher à identifier les lieux. Ils étaient clairement dans un vieux bâtiment dans lequel le sable s'était infiltré. Usopp fut le premier à sortir une lampe de torche à dynamo, éclairant les alentour. Luffy poussa un cri de surprise et tomba sur les fesses quand la lumière que diffusait son camarade s'arrêta sur un gros bloc de pierre.

- Qu'est-ce qu'il t'arrive ? s'étonna Sanji en le voyant faire.

- C'est quoi ? demanda Nami en se rapprochant de l'objet avec Vivi et Chopper.

- Aucune idée, lui répondit Vivi.

- J'ai déjà vu ces caractères dans un livre sur de vieilles civilisations, mais c'était un tout petit passage, reconnut le petit renne.

Tremblant, Luffy se releva un peu maladroitement, il se précipita sur l'immense monument qui avait étrangement résisté aux assauts du temps. Il fit courir ses mains sur les symboles dans la roche, légèrement tremblant.

- Ta sœur a un tatouage qui ressemble à ces caractères, constata Sanji en allumant une nouvelle cigarette.

Tout le monde regarda d'abord le blond, puis Luffy qui fixait son cuisinier.

- Tu l'as vu ? s'étonna le petit brun.

Le blond haussa les épaules.

- Pendant qu'elle était au denden, je lui ai apporté un verre d'eau et sa nuque était dégagée.

- Luffy-san, il y a un problème ? demanda Vivi.

- Tu es prête à jurer que tu n'as jamais vu ces caractères ou un monument semblable ? lui demanda sérieusement le brun en la fixant dans le blanc des yeux.

- Oui, mais…

- Vivi. Je suis certainement pas la meilleure personne pour en parler, mais je peux te dire que toi qui sait pour ça, c'est mauvais. Surtout en sachant que tu es l'héritière du trône, si j'ai bien compris. Si ça remonte au Gouvernement Mondial… Alabasta connaîtra le même sort que Ohara.

Si les autres se regardèrent sans comprendre la référence, Vivi pâlit sérieusement.

- Tu n'as rien vu ? souffla le petit capitaine pirate.

- Je n'ai rien vu, même si j'ai des tas de questions, assura la princesse. Mais Alabasta passe avant ma curiosité.

Le D. hocha la tête et se tourna vers Usopp et Nami.

- L'un de vous deux aurait une trèèèès grande feuille, assez grande pour recouvrir toute la surface de cette pierre ?

- Tu comprends ce qu'il y a marqué dessus ? se renseigna Nami.

- Seulement deux caractères, parce que Robin-nee-chan les a tatoués sur ses poignets, comme Ace sur sa nuque. Mais je sais que c'est un savoir dangereux. Mais rien ne m'empêche d'en faire une copie.

Usopp posa un genou à terre et fouilla dans son sac, avant de sortir plusieurs feuilles blanches pliées plusieurs fois sur elles-mêmes. Il jeta un œil au monument, et grimaça.

- J'ai des feuilles formats A0, donc, à vue de nez, tu devrais en avoir besoin d'un peu plus d'une quinzaine pour faire une impression de la surface.

Il fouilla un peu plus dans son fatras et en sortit un morceau de charbon.

- Qu'est-ce que tu fabriques ? s'enquit Zoro en se grattant le crâne.

- C'est le morceau d'un gros rêve dangereux, Zoro. Je vais pas le laisser comme ça, derrière. Alors, aide-moi en gardant la feuille bien immobile le temps que je fasse l'impression, lui demanda Luffy. Ceci, c'est un morceau du rêve d'Ace et Robin.

Le reste de l'équipe se regarda. Ils avaient l'impression de passer à côté de quelque chose de très gros. Luffy avait encore pas mal de squelettes dans ses placards, semblait-il. Vivi s'avança et aida Luffy en tenant fermement une des feuilles à sa hauteur. Elle seule semblait avoir une petite idée de ce qu'il se passait. Et encore, de façon infime.

- Luffy… tu sais que tu peux nous faire confiance, non ? dit Usopp d'un ton incertain.

- Oui. Mais c'est pas à moi d'en parler.

Combien de secrets gardait-il encore sous la surface ?