Timide Hannah s'avance vers le demi-géant qui appelle les premières années. Elle saute du wagon en essayant de ne pas tomber sur le quai. Quelque peu perdue elle suit le mouvement et se fond dans la masse. Arrivés devant un lac, ils attendent les prochaines indications de leur guide. Devant eux, sur les eaux noires du lac des barques en bois s'agitent aux gré du clapotis des vagues formées par une fine brise.
Petit à petit, ses camarades prennent place dans les embarcations comme l'a demandé l'homme. Les gens s'appellent, se pressent sur les coquilles de noix en fonction d'ancienne amitiés nées durant l'enfance où d'affinités qui commencent à poindre suite au long trajet en train.

Incapable de savoir où aller elle reste sur le bord de l'eau alors que les barques se remplissent de plus en plus. Il ne reste plus beaucoup de gens sur la grève avec elle. Et pourtant elle hésite encore. Elle a peur de se retrouver avec des inconnus, de ne pas savoir quoi dire. Sur le point de pleurer, elle serre ses poings pour empêcher les larmes de poindre. Complètement perdue, se sentant seule elle commence à en vouloir à ses parents de lui avoir dit que son premier jour à Poudlard serait magique. Pour l'instant tout ce qu'elle retient, c'est sa fatigue après un long trajet. L'envie de rentrer chez elle qui lui tord l'estomac et l'angoisse de partir loin de chez elle à tout juste onze ans. Sa mère avait beau dire qu'elle était courageuse comme elle et qu'elle irait à Gryffondor elle sait très bien alors qu'elle se tient au bord de ce lac avec des larmes dans les yeux qu'elle n'iras jamais dans cette maison. Les pieds sur le gravier humide, elle se demande ce que sa mère diras si elle est envoyée dans une autre maison.

- Hannah vient, je t'ai gardé une place !

Levant la tête, elle cherche cette voix qui l'appelle. Un peu plus loin sur une barque un garçon lui fait de grand signe. Reconnaissant Ernie Macmillan elle se dirige vers lui. Soulagée, elle lui fait un grand sourire alors qu'il se décale pour la laisser s'asseoir.

- Merci.
- Tu sais je suis content de voir une tête connu j'ai un peu le mal de mer alors je suis pas rassuré avec cette barque.

Sa phrase, murmurée au creux de l'oreille, la fait sourire alors qu'elle sent une douce chaleur naître dans son estomac. Elle ne connaît pas vraiment Ernie, ils se sont juste parlé durant le trajet en Poudlard Express, et pourtant de l'attendre dire qu'elle est une tête connue la réconforte et la fait se sentir moins seule.

Tentant maladroitement d'engager la conversation afin d'essayer de détourner l'attention d'Ernie des eaux limoneuses du lac elle décide de poser aux occupants de l'embarcation la seule question qui lui traverse l'esprit.

- Dites, vous voulez allez dans quelle maison ?

Un garçon brun aux cheveux bouclés la regarde avec interrogation avant de soudain comprendre la question.

- J'ai lut dans l'histoire de Poudlard qu'il y avait quatre maison. Je sais que je ne pourrais sans doute pas aller à Serpentard comme je suis un moldu. Cependant, j'aime bien Serdaigle, après tout normalement j'aurais dû aller à Eton, en plus ça rassurerait un peu ma mère si j'étais dans la maison des travailleurs. Et toi alors ?
- Dans ma famille, on va souvent à Gryffondor ou Serdaigle. Pourtant, je préférerais Poufsouffle. Même si les gens n'aiment pas trop cette maison, je rêve d'y aller depuis tout petite, car là-bas je me ferais pleins d'amis comme les gens y sont bienveillants et souriant. Par contre, reprends Hannah avec une petite voix triste, je ne suis pas sûre que j'y sois accepté, je ne suis pas quelqu'un qui a beaucoup d'amis.

À côté d'elle, Ernie se presse un peu contre elle comme pour la rassurer maladroitement.

- Tu sais Hannah, je suis sûr que tu iras là-bas et que tu auras pleins d'amis. Et puis c'est un peu bête de dire que tu n'as pas d'ami non ? Moi, je suis là et on ira à Poufsouffle ensemble quand dis tu ? J'aime bien cette maison, en plus, j'aime bien les blaireaux.

Ne lui laissant pas de répondre autrement que par un grand sourire à Ernie, une fillette auburn aux joues rebondies se met à parler timidement.

- J'aimerais aller à Serdaigle comme ma tante, ou alors à Poufsouffle, moi aussi, j'aimerais des amis comme toi Hannah.
- Si c'est comme ça et que tout le monde va à Poufsouffle alors moi aussi, je veux bien une petite place avec vous reprend le jeune moldu.

Le sourire d'Hannah ne semble plus vouloir quitter son visage et c'est pleine d'espoir qu'elle tend la main aux deux sorciers assis devant elle alors que spontanément Ernie passe un bras autour de son épaule.

- Tous ensemble à Poufsouffle alors. Et quoi qu'il arrive, on reste ami ça vous va ?

Les trois autres répondent en cœur un grand oui.

Son père avait raison de lui dire avant de partir que pour se faire des amis, ils suffisaient de tendre la main et de sourire. Il avait juste oublié de lui dire que pour faire ça, il faut faire preuve d'un grand courage quand on est aussi timide qu'elle.
Mais maintenant elle est sûre que ça sera plus simple de tendre la main aux autres.