Bonjour

Voici le chapitre 16. Je sais bien que je n'ai pas posté jeudi. Sans rentrer dans les détails, j'ai perdu mon chien et j'ai des difficultés à surmonter cette épreuve. Certains ne pourront peut être pas comprendre mais voilà ... c'était un membre de ma famille, mon bébé et je ne parviens pas à penser à autre chose.

Je poste aujourd'hui mais je vais prendre quelques jours. Je ne pense pas reposter cette semaine. Je serais donc de retour la semaine prochaine. J'espère que vous comprendrez.

Je vous remercie pour vos messages. Je les ai lu même si je n'y ai pas répondu.

A lundi prochain alors.

Bonne lecture

Sydney8201

Musique du chapitre :

U + Ur hand de Pink

Chapitre 16 : Petits plaisirs

« Picorer tous les petits plaisirs jusqu'à ce que le grand bonheur arrive … et s'il n'arrive pas, on aura au moins joui de tous les petits bonheurs. »

Théodor Fontane

Dean avait fini par vaincre sa grippe et par se sentir mieux. La journée passée en compagnie de Castiel l'avait beaucoup aidé. Le jeune chauffeur l'avait forcé à boire pour rester hydraté, avait veillé à ce qu'il n'abuse pas des antidouleurs, à ce qu'il mange un peu et surtout à ce qu'il dorme suffisamment pour rependre des forces. Il n'était parti que lorsque Sam était rentré. Et Dean avait vu dans le regard de son frère la surprise de voir Castiel là. Il n'avait toutefois pas posé de questions et pas de sous-entendus gênants. Il attendait peut être juste que son frère aille mieux pour lancer un interrogatoire.

Deux jours plus tard, Dean se sentait à nouveau en pleine forme. Il était prêt à reprendre le travail et impatient de retrouver Castiel. Le jeune chauffeur n'était pas revenu le voir après cette journée. Il avait proposé de le faire mais Dean se sentait déjà mieux le soir même. Il n'était pas utile que Castiel perde son temps à nouveau à veiller sur lui pendant des heures.

Son retour au travail fut marqué par l'annonce qu'un nouveau client souhaitait le rencontrer. Comme toujours, il avait contacté Ellen pour organiser un premier rendez vous avec elle. Dean avait entendu qu'elle lui donne le feu vert pour le rencontrer à son tour en présence de sa patronne. L'homme lui avait fait une bonne impression. Il était gentil, calme et semblait réellement vouloir Dean et personne d'autre. Le jeune prostitué était flatté comme toujours. Il était tout à fait prêt à l'accepter comme client. Ils discutèrent de ce dont il avait envie. Des choses qu'il aimait en matière de sexe. Dean fut agréablement surpris d'apprendre qu'il n'avait aucune attente spéciale, aucune exigence particulière ni rien qui sortait de l'ordinaire. Il serait un client facile à satisfaire et Dean était tout à fait partant pour prendre un premier rendez-vous avec lui.

Ils fixèrent une date ensemble. John semblait impatient. Dean avait heureusement un créneau seulement quelques jours plus tard. Ils s'entendirent sur ce jour et John remercia le jeune prostitué pendant de longues minutes. Il semblait timide et impressionné par lui. Il n'avait pourtant aucune raison de l'être.

Le jour du rendez-vous, Dean était un peu nerveux. C'était toujours comme ça comme il voyait un nouveau client seul pour la première fois. Il n'avait pas peur de John qui lui avait fait bonne impression et avait également reçu l'aval d'Ellen. Mais il n'en savait pas beaucoup sur lui. Et un premier rendez vous déterminait toujours comment les suivants se dérouleraient. Il avait toujours un peu de ne pas être suffisamment performant. De décevoir son client. Ou de le pousser à ne plus jamais faire appel à lui. Ca n'était jamais arrivé jusque là mais il continuait pourtant d'angoisser un peu à chaque fois. C'était plus fort que lui.

Castiel avait été informé par Ellen pour ce rendez-vous. Même si leur patronne avait donné son aval, elle continuait à se méfier jusqu'à ce que le premier rendez vous soit terminé et que Dean lui confirme que leur première impression était la bonne. Castiel avait sans doute du s'entendre dire qu'il devait être plus vigilent encore que d'ordinaire. Ce qu'il aurait probablement fait même si on ne le lui avait pas demandé.

Dean lut le stress sur son visage dès qu'il monta en voiture. Il était évident que son ami était conscient de la responsabilité qui pesait sur ses épaules. Du rôle important qu'il aurait à jouer. Dean allait devoir en toucher deux mots à Ellen. Il n'aimait pas qu'elle puisse ainsi mettre la pression à Castiel sans raison.

Il tenta de détendre l'atmosphère en plaisantant sur le temps, Sammy et la façon dont Castiel conduisait trop prudemment à son goût. Il n'obtint qu'un vague sourire qui ne le satisfaisait pas. Castiel n'aurait pas du avoir à s'inquiéter autant. Dean était sûr que John ne poserait aucun problème. Il avait vraiment eu un bon feeling avec lui.

- Je ne sais pas ce qu'Ellen t'a dit pour que tu sois aussi stressé mais je peux te garantir que John m'a tout l'air doux comme un agneau. Alors bien sûr, je ne peux pas jurer qu'il ne me fera pas mentir mais … il est inutile de s'inquiéter avant même de l'avoir vu.

Puisqu'il ne parvenait pas à détendre l'atmosphère, il avait opté pour attaqué le problème et crever l'abcès. Il ne voulait surtout pas que Castiel soit aussi stressé en rencontrant John. C'était contre-productif.

- Elle m'a dit d'être sur mes gardes … de me montrer plus vigilent encore parce qu'il est nouveau et que tu le connais à peine. Elle ne m'a pas mis la pression si c'est ce que tu penses. Ca, je parviens très bien à le faire seul.

- Cas, tout ira bien …

- Sans doute oui. Mais je ne serais vraiment rassuré que quand j'aurais vu de mes propres yeux qu'il est comme tu me le décris. Et en attendait, je vais rester sur mes gardes. Tu devrais l'être toi aussi. Et tu dois d'ailleurs me promettre que si j'ai le moindre doute, tu ne t'opposeras pas à moi cette fois … pas comme …

- Avec Rick, oui je sais. Et je te le promets Cas. Si tu me dis qu'on annule, je l'accepterais … même si je pense que ce n'est pas la bonne décision. C'est toi et toi seul qui aura le dernier mot. L'histoire avec Rick m'a servi de leçon. Je te le promets.

Castiel sembla rassuré de l'entendre. Dean s'en voulait pour ce qui était arrivé la dernière fois. Il savait que c'était uniquement de sa faute. Et il s'était promis de ne jamais reproduire cette erreur. Il était évident que c'était exactement ce que Castiel avait voulu l'entendre dire. Dean sourit, content d'avoir réussi à le déstresser un peu.

John avait réservé une chambre dans l'hôtel le plus cher du centre-ville. Comme beaucoup, il avait opté pour un dernier étage. Une suite immense qui symbolisait la fortune qu'il possédait. Dean n'était pas forcément un grand amateur des endroits luxueux. Il les trouvait souvent impersonnel et froid. Mais il devait reconnaître que les lits étaient généralement très confortables. Et dans sa situation, c'était un plus non négligeable.

Comme à chaque fois, ils montèrent directement dans l'ascenseur puis firent le chemin jusqu'à la chambre en silence. Castiel jeta un dernier coup d'œil à Dean avant qu'il ne frappe. Ce dernier hocha la tête comme pour sceller un pacte silencieux puis frappa finalement.

Il ne pensait vraiment pas avoir le moindre problème avec John. Il comprit son erreur dès que son client ouvrit la porte. Car même sans qu'il ait parlé, Dean sentit l'alcool dans son souffle. Il avait les yeux de quelqu'un qui n'en était définitivement pas à son premier verre. John était complètement ivre.

Le jeune prostitué ne voulait pas partir sans lui laisser une chance de s'expliquer. Il voulait croire qu'il s'agissait juste d'une erreur due au stress et à sa timidité. Il entra donc dans la chambre, Castiel sur les talons.

John semblait enchanté de le voir. Bien plus à l'aise que lors de leur première rencontre. Mais il vacillait et titubait devant eux. Dean sut alors qu'il ne resterait pas. Castiel ne le laisserait jamais rester seul avec un homme dans son état.

- Tu as bu ? demanda t-il en regardant John tituber jusqu'au bar pour se servir un nouveau verre.

Ce dernier haussa les épaules mais ne nia pas.

- J'étais nerveux. J'ai juste voulu me donner un peu de courage.

Dean avait donc vu juste. John avait tenté de combattre sa timidité et son stress avec de l'alcool. Il avait lui-même eu recours à l'alcool par le passé quand il était angoissé ou juste truste. Il savait toutefois que ce n'était pas une solution. Et les règles d'Ellen étaient claires. Elles avaient été expliquées à John. Dean n'accepta jamais de rester avec un client ivre ou sous l'emprise d'une quelconque drogue.

- Je suis désolé. Je sais que c'est contre les règles mais je … j'avais … je ne sais pas à quoi j'ai pensé en commençant à boire. J'étais … tu m'impressionnes et tu … c'est la première fois que j'ai recours aux services d'un professionnel. Je ne savais pas comment me comporter ou quoi faire et … j'ai bêtement pensé que boire un verre m'aiderait à oublier mes angoisses.

- Mais tu as bu bien plus qu'un verre, constata Dean.

John hocha la tête. Il semblait vraiment regretté son choix. Le jeune prostitué avait presque envie de lui pardonner. Peut être de rester un peu avec lui pour qu'il ne se sente pas abandonné. Il n'aimait pas l'idée de le punir trop durement. Il ne représentait pas un danger pour lui. Il pouvait le sentir.

- Je suis désolé mais Dean ne restera pas. Les règles sont claires et elles vous ont été expliqué quand vous avez signé le contrat. Je vais devoir annuler ce rendez-vous.

Dean trouvait Castiel un peu trop froid et trop sérieux pour la situation. Mais il pouvait comprendre. Il cherchait avant tout à se montrer professionnel. Et le jeune prostitué lui avait promis de ne pas le contredire. Il ferait ce que Castiel déciderait. Même s'il n'était pas d'accord.

- Je sais que j'ai commis une erreur et je sais que vous êtes en droit d'annuler le rendez vous mais je peux vous promettre que je suis encore parfaitement lucide. J'ai juste bu deux ou trois verres pour me détendre. Je ne vais pas lui faire de mal.

Dean doutait que John n'ait bu que deux ou trois verres comme il le prétendait. Il était évident qu'il avait du en boire bien plus. Mais il était inutile de le lui dire. Il savait qu'il avait eu tort. Et il regretterait sans doute tout cela dès qu'il serait sobre. C'était une punition suffisante.

- Vous tenez à peine debout et désolé mais je ne sais rien de vous. Je ne vais certainement pas laisser Dean seul avec un homme ivre. Rien ne me garantit que l'alcool ne vous rend pas agressif. C'est un risque que je refuse de prendre … et que je refuse de faire courir à Dean. Une nouvelle fois, je suis désolé mais je …

- Qui êtes vous pour prendre cette décision ? C'est Dean que je paye … pas vous. Vous n'avez pas votre mot à dire que la situation. Je tolère déjà votre présence. Estimez-vous heureux.

Dean pouvait sentir que la situation allait dégénérer s'il ne faisait rien. John avait beau assurer être lucide, il n'en avait pas l'air. Son agressivité était uniquement du à l'alcool. Et c'était la preuve que Castiel avait raison. Il était temps pour le jeune prostitué de le soutenir.

- John, il a raison. Castiel est le seul ici à pouvoir prendre cette décision mais pour ce que ça vaut, je suis de son avis. Désolé mais ce rendez-vous n'aura pas lieu.

Il s'était attendu à ce que John se mette à lui crier dessus. Ou peut être qu'il le supplie. Mais il ne s'était clairement pas attendu à ce qu'il se jette sur Castiel comme il le fit une seconde plus tard. Dean se prépara à intervenir quand John parvint à pousser le jeune chauffeur violemment contre la porte mais il n'eut pas à le faire. Ce dernier prit rapidement le dessus et asséna un coup de poing dans le visage de John. Dean resta statufié, fasciné par la rapidité à laquelle Castiel avait réagi. Il ne put s'empêcher de le trouver incroyablement sexy à cet instant précis.

- Si vous recommencez, je vous frapperais à nouveau, lança le jeune chauffeur.

Le coup de poing eut le mérite de faire réaliser à John qu'il était allé trop loin. Il dévisagea Castiel puis Dean avant de s'éloigner d'eux rapidement. Il commença à ramasser ses affaires avant de leur faire face à nouveau.

- Je … je suis désolé. Ce … ce que je viens de faire ne me ressemble pas du tout et … j'espère que vous pourrez me le pardonner. Je vais vous laisser et … profitez de la chambre. Je l'ai payé pour les deux heures … vous … je veux que restiez pour … voyez le comme une volonté de ma part de me racheter et … enfin … je suis vraiment désolé.

Dean n'eut pas le temps de réagir ou de dire quoi que ce soit avant que John ne quitte la chambre précipitamment. Il était évident qu'il se sentait coupable. Il savait qu'il avait commis une erreur qui lui couterait cher. Car si Dean n'était pas contre l'idée de lui donner une seconde chance, Ellen ne le verrait certainement pas de cet œil. Quiconque ne respectait pas le contrat était aussitôt banni de sa liste de clients. John ne ferait pas exception. Peu importait les excuses qu'il aurait.

- Je … tu veux qu'on y aille, demanda alors Castiel, le tirant de ses songes.

Dean lui jeta un coup d'œil avant de détourner les yeux pour regarder autour de lui. Il était dans une des suites les plus luxueuses de la ville. Il n'avait pas à travailler et l'endroit était déjà payé pour les deux prochaines heures. John leur avait demandé de rester. Dean avait bien envie d'en profiter un peu. Il n'avait jamais vraiment l'occasion de le faire. C'était une opportunité unique.

- On est bien ici non ? Et … la chambre est payée … je n'ai pas de rendez vous avant cette après-midi. On pourrait peut être en profiter un peu.

Castiel ne semblait pas vraiment emballé. Dean était toutefois prêt à insister un peu. Il avait très envie de rester dans cette chambre. De profiter de ce moment. Il ne voyait pas quel mal il pouvait y avoir.

- Je ne suis pas sûr que ce soit très judicieux … John pourrait avoir …

- Cas … autant j'étais de ton avis concernant le rendez vous autant là je suis obligé de t'interrompre. John n'est pas quelqu'un de méchant. C'est juste un idiot qui a pris une décision particulièrement stupide. Il s'est excusé et on sait toi et moi que de toute façon, je ne le reverrais jamais. Mais je sais qu'il était sincère en nous demandant de rester. Et franchement, j'estime le mériter. Toi aussi d'ailleurs.

Castiel réfléchit une seconde avant d'hocher finalement la tête. Dean lui sourit, content. Il avança ensuite dans la suite en observant chaque recoin, chaque petite chose laissées là pour les clients. Il réalisa alors qu'il avait complètement oublié de dire quelque chose d'important à Castiel.

- Merci au fait … merci pour ce que tu as fait et je sais que tu vas sans doute protester et m'assurer que tu n'as rien fait de particulier mais … le simple fait que tu puisses penser à ma sécurité avant tout c'est … ça me touche alors voilà … merci.

Castiel sourit enfin. Il semblait enfin avoir mis de côté son stress. Il paraissait détendu. Dean lui fit alors signe de le suivre dans la chambre. Il la visita rapidement avant de se laisser tomber sur le lit. Il était particulièrement confortable. Comme toujours dans ces hôtels.

- Et franchement … une nouvelle fois, je me suis rendu compte que ta présence était une bonne chose parce que … je pense que si j'avais été seul, j'aurais sans doute tenté de lui laisser une chance. Il est évident qu'il ne mentait pas. Il a bu seulement parce qu'il était stressé. Ca n'excuse pas le fait qu'il ait été ivre à notre arrivée … et certainement pas le fait non plus qu'il ait tenté de te frapper mais ceci explique cela comme on dit et … j'ai un peu de peine pour lui.

- Dean, il savait qu'il prenait un risque en buvant. Il le savait parce qu'Ellen le lui a dit. C'était écrit dans votre contrat. Il l'a accepté. Il ne peut s'en prendre qu'à lui. Tu n'as aucune raison d'avoir de la peine pour lui.

Dean savait bien que Castiel avait raison. Mais cela ne l'empêchait pas d'avoir réellement de la peine pour John. C'était avant tout quelqu'un de seul et de truste. Quelqu'un qui avait fini par avoir trop peur des autres pour tenter de rencontrer quelqu'un. Il était effrayé par les relations humaines. Il était maladroit et timide. A la limite de l'agoraphobie. Il était pourtant gentil et doux. Il ne méritait pas de finir sa vie seul. Dean aurait vraiment aimé pouvoir l'aider.

- Sans doute mais je … je sais qu'il va s'en vouloir. Je sais qu'il va regretter ce qu'il a fait. Et je sais aussi qu'Ellen va faire en sorte qu'il soit sur la liste noir dans toutes les autres agences de la ville. Elle ne pardonne pas facilement. Il ne pourra pas trouver quelqu'un d'autre que moi et je … je trouve ça juste triste pour lui. J'aurais aimé que ça se passe autrement.

Castiel hocha la tête. Dean savait qu'il n'était probablement pas du même avis que lui. Il ne voyait pas les choses sous le même angle. Et il ne servait à rien de débattre éternellement. Il ne servait à rien de discuter de tout. Ellen ferait ce qu'elle estimait avoir à faire et Dean ne pourrait pas l'en empêcher. Il n'allait pas de laisser abattre. Il avait une suite luxueuse à disposition pour un peu plus d'une heure trente. Il était tout à fait déterminé à en profiter. Et il savait parfaitement par quoi il voulait commencer. Il n'était toutefois pas sûr que Castiel soit partant. Il allait quand même le lui proposer au cas où.

- Tu sais quoi … je ne veux pas penser à John toute la journée. Je ne veux pas me morfondre sur quelque chose que je ne maitrise de toute façon pas. J'ai envie de faire autre chose … j'ai envie de profiter du cadeau qu'il m'a fait … et je vais commencer par aller me prélasser dans le magnifique jacuzzi qui se trouve là-bas. Tu es libre de m'accompagner si tu en as envie.

Dean avait un péché mignon qu'il ne confessait que très rarement. Après une journée difficile ou fatigante, il aimait plus que tout se faire couler un bain et laisser l'eau chaude évacuer toute la tension accumulée. C'était pour ça qu'il avait insisté pour prendre un appartement avec une baignoire. Sam s'en fichait de son côté. Mais Dean n'avait fait aucune concession sur ce point.

Et l'idée de passer une heure dans le jacuzzi lui plaisait énormément. L'hôtel fournissait des maillots de bains. Il y en avait deux. C'était parfait.

- Tu viens ? lança t-il à l'intention de Castiel.

Ce dernier grimaça une seconde avant de secouer la tête. Dean ne put s'empêcher d'être déçu. Il aimait l'idée de voir le jeune chauffeur à moitié nu. De passer une heure dans un jacuzzi avec lui. C'était à la fois romantique et sexy. Surtout après la démonstration de force que Castiel lui avait offert. Dean devait reconnaître qu'il était toujours un peu excité par ce qu'il avait vu. Et s'il ne tenterait rien, conclure ce moment par un Castiel uniquement vêtu d'un maillot de bien n'était pas pour lui déplaire.

- Je crois que je préfère rester au sec. Je vais te tenir compagnie mais depuis l'extérieur du jacuzzi si cela ne te dérange pas.

Dean haussa les épaules même s'il était effectivement déçu. Il entra ensuite dans la salle de bains, retira ses vêtements puis enfila le maillot de bain fourni par l'hôtel. Il ne s'agit pas d'un caleçon ou même d'un boxer. Et il était particulièrement moulant. Oh Dean aurait vraiment adoré voir Castiel avec. Ce serait peut être pour une prochaine fois.

Il remarqua le regard que le jeune chauffeur lui lança quand il sortit de la salle de bains. Il n'était pas étonné. Il savait parfaitement que la maillot de bains ne laissait que peu de place à l'imagination. Et qu'il le mettait énormément en valeur. C'était presque indécent. Et cela l'amusait au plus haut point.

- Tu es sûr de toi ? demanda t-il une dernière fois en allumant l'eau.

Castiel déglutit avec peine avant d'hocher la tête. Dean soupira, toujours déçu puis se glissa dans le jacuzzi. Il soupira de plaisir quand l'eau chaude l'enveloppa. Il alluma les jets dans son dos puis s'installa confortablement et posa ses yeux sur Castiel. Il semblait un peu inconfortable sur sa chaise. Dean était presque sûr de savoir pourquoi. Il choisit toutefois de ne pas en abuser. Il ne voulait pas le mettre mal à l'aise. Il voulait que ce moment soit agréable pour eux deux et pas seulement pour lui. Il savait qu'il avait de la chance. Les choses auraient pu plus mal se terminer. Et il comptait bien en profiter.


Castiel voulait avoir confiance dans le jugement d'Ellen. Il voulait aussi croire que Dean était en mesure de savoir quand un client représentait une menace ou non. Il savait que la rencontre organisée au bureau d'Ellen était justement destinée à le lui permettre. Mais le jeune prostitué n'avait pas senti le danger. Il n'avait pas jugé son nouveau client un tant soit peu dangereux. Il avait mis son attitude sur le compte de sa timidité maladive. Il avait eu tort.

Bien sûr, Castiel avait été engagé pour une bonne raison. Dean avait tendance à se mettre en danger parce qu'il était trop confiant ou trop insouciant. Parce qu'il semblait se ficher de son bien être et de sa sécurité. Parce qu'il se croyait invincible.

Et pour toutes ces raisons, il avait tendance à ne pas se méfier. Il faisait confiance sans réellement se poser de questions. Sans tenter d'en savoir plus sur la personne qui voulait se payer ses services. Du moment qu'on lui assurait vouloir respecter ses limites, il donnait son accord. Et cela lui avait joué des tours à plusieurs reprises.

C'était pour ça que Castiel avait été engagé. Il devait s'assurer que Dean ne faisait pas n'importe quoi. Il avait pensé avoir à intervenir parfois. Mais il n'avait pas imaginé une seule seconde qu'il aurait à le faire aussi souvent.

En quelques semaines, il avait du sauvé Dean d'un homme déterminé à le violer. Puis frapper un second qui était clairement en état d'ivresse. Il ne comprenait pas comment le jeune prostitué avait pu survivre jusque-là. Il ne semblait pas avoir conscience de la dangerosité de son choix de carrière.

Et Castiel détestait le voir courir tous ces risques. Il détestait le voir chercher des excuses à un homme qui avait sciemment enfreint les règles. Il détestait constater combien Dean semblait se ficher de lui-même. Il aurait aimé comprendre pourquoi sa propre sécurité semblait si peu l'intéresser. Pensait-il mériter qu'on lui fasse du mal ? Avait-il si peu d'estime pour lui-même qu'il se laissait violenter parfois en guise de châtiment ? Ou était il juste trop insouciant pour prendre les bonnes décisions.

Si Castiel était curieux, cela ne devait pas pour autant le distraire et l'empêcher de faire son travail correctement. Après avoir vu comment Dean se mettait volontairement ou non en danger avec ses clients, il se sentait investi d'une mission. Et le poids qui reposait sur lui lui semblait plus lourd encore. Il ne devait surtout jamais relâcher sa vigilance. Jamais s'en remettre au jugement de Dean. Il ne devait avoir confiance qu'en son propre instinct. Pour le moment, il avait eu raison.

Il allait toutefois devoir probablement en toucher deux mots à Ellen. Même si elle semblait consciente du défaut de Dean à ce sujet, elle ne semblait pas vraiment déterminée à agir en conséquence. Elle avait engagé Castiel mais jamais elle n'avait vraiment confronté le jeune prostitué. Et il était peut être temps qu'elle le fasse pour de bon.

Il était encore sous le coup de ce qui venait de se passer quand Dean commença à lui suggérer de profiter de la chambre. C'était ce que son client avait tenté de leur laisser en guise d'excuses. Castiel aurait préféré partir aussitôt. Il ne se sentait pas forcément à l'aise dans cet endroit après ce qui venait de se passer. Mais Dean en avait visiblement envie. Et le jeune chauffeur n'avait pas le cœur à lui dire non. Il accepta donc pour lui faire plaisir.

Dean lui proposa alors quelque chose qui fit accélérer le rythme de son cœur dans sa poitrine. Le jacuzzi. Si Castiel n'était pas contre l'idée d'essayer – il n'en avait jamais eu l'occasion jusque là – il savait que c'était sans nul doute la pire idée qui soit. Car même avec un maillot de bains, cela signifiait être à moitié nu dans un bain chaud et bouillonnant avec un Dean à moitié nu également. Castiel n'était pas sûr de pouvoir résister. Peut être en aurait-il été capable en temps normal mais il avait subi un choc et il n'avait plus vraiment de certitudes. Il déclina donc l'offre mais proposa à Dean de lui tenir tout de même compagnie.

Ce fut une torture de regarder le jeune prostitué quitter la salle de bains vêtus seulement d'un maillot qui aurait du être interdit. Le tissu couvrait difficilement l'entrejambe de Dean et moulait ses fesses à la perfection. C'était à la fois un spectacle inoubliable et la pire des tortures au monde.

Car si Dean était déjà parfait habillé – de quelque façon que ce soit – il était à couper le souffle quand il se dévoilait un tant soit peu. Son torse musclé couvert de tâches de rousseur donnait envie à Castiel de le toucher et de la caresser. Ses fesses musclées étaient une invitation à la luxure. Et il était évident, avec ce maillot, qu'il était plutôt bien fourni à l'entrejambe. Castiel fut pris d'une envie presque irrépressible de le lui retirer pour prendre son sexe dans sa bouche. Ils pourraient alors profiter de la chambre d'une manière bien plus agréable en commençant par tester le confort du lit.

Bien sûr, c'était la pire idée qui soit et Castiel en était heureusement parfaitement conscient. Il ne devait surtout pas céder à ses pulsions. Il était presque sûr que Dean ne dirait pas non. Mais cela viendrait gâcher leur amitié naissante. Et Castiel ne pourrait jamais continuer à travailler avec lui. Il ne pourrait pas ne pas être jaloux en le laissant avec d'autres hommes. Il ne voulait pas perdre tout ça. Il allait donc devoir se maitriser coûte que coute.

Il regarda tout de même Dean prendre place dans la jacuzzi. Il l'écouta gémir quand l'eau chaude l'enveloppa et que les jets frappèrent son dos. Il était évident que ce n'était pas juste pour embarrasser Castiel. Il ne contrôlait pas les sons qui sortaient de sa bouche. Et il ne semblait pas se rendre compte réellement de l'effet qu'ils avaient sur le jeune chauffeur.

- Si j'avais la place dans mon appartement, je crois que j'en ferais installer un. C'est incroyable ce que ça peut détendre. C'est mieux que tout le reste … mieux que le sexe même.

Castiel doutait sincèrement qu'un jacuzzi, aussi performant soit-il, puisse tenir la comparaison avec une nuit d'amour avec Dean. Mais il préférait garder son opinion pour lui. Il était presque sûr que le dire à voix haute ne serait pas une bonne idée.

- Parfois, je me demande pourquoi mes clients dépensent autant d'argent pour ce genre de suite. Je ne me plains pas. Il est toujours plus agréable de coucher avec eux dans un lit confortable qu'à l'arrière d'une voiture mais … je suis déjà extrêmement cher et même s'ils sont riches à millions, ils pourraient se contenter d'une belle chambre sans tout ses extras. Ils n'en profitent même pas. Ils partent dès qu'on a terminé.

Castiel supposait qu'ils choisissaient ce type de suites hors de prix parce qu'ils étaient habitués à un tel standing. Parce que cela les réconfortait de le faire. Parce qu'ils n'avaient pas l'impression d'être avec un professionnel quand ils étaient là. Peut être voulaient-ils justement se différencier de ceux qui ramassaient des jeunes dans la rue.

- C'est presque comme s'ils cherchaient à m'impressionner parfois. Comme s'ils voulaient se donner l'impression que je suis juste quelqu'un qui a accepté de sortir avec eux et qu'en étalant leur fortune sous mes yeux, ils auront une chance de me séduire. Ce qui est stupide. Je sais parfaitement à quel point ils sont riches. Ellen se charge de vérifier leur finance.

- Je pense que ça les rassure d'une certaine manière. Ils ont un peu moins l'impression d'être avec quelqu'un qui serait payé pour passer du temps avec eux. Ça leur donne l'illusion qu'ils ne sont pas comme tes anciens clients … ceux qui ne s'embarrassaient pas d'une chambre d'hôtel. Ils ont sans doute l'impression d'être meilleur …

Dean hocha la tête avant de s'allonger un peu plus encore dans le jacuzzi. Castiel pouvait toujours deviner sa silhouette sous l'eau et c'était presque aussi excitant que de le voir en dehors.

- Une chose est sûre … ils pourraient s'en passer. Mais une nouvelle fois, je ne m'en plains pas … surtout quand je peux en profiter comme aujourd'hui. C'est finalement une bonne chose que John n'ait pas été en état de rester. Ca m'a permis de tester ce magnifique jacuzzi et … en bonus, j'ai pu assister à quelque chose d'extrêmement sexy tout à l'heure.

- Quelque chose de sexy ? demanda Castiel surpris.

Dean sourit alors en inclinant la tête sur le côté. Le jeune chauffeur pouvant sentir ses yeux parcourir l'intégralité de son corps. Un frisson lui remonta aussitôt la colonne rebrake. Ils s'aventuraient en terrain miné. Mais Castiel était incapable de dire à Dean de s'arrêter.

- Toi me défendant comme tu l'as fait. Je ne suis pas quelqu'un de violent et d'ordinaire, je n'aime pas vraiment voir deux personnes se battre mais … te voir t'interposer comme tu l'as … frappé John et le menacer. Je peux te promettre que c'était la chose la plus sexy que j'ai vu depuis longtemps. Et je te soupçonne d'en avoir toi aussi conscience.

Castiel secoua la tête. Il ne mentait pas. Il n'avait pas imaginé une seule seconde que son comportement ait pu paraître un tant soit peu sexy. Il n'y avait pas pensé en choisissant d'agir. Et il trouvait cela presque ridicule. Il n'était pas sexy. Il ne savait même pas comment se comporter pour l'être. Il n'avait pas de complexes sur son physique. Il se savait plutôt séduisant. Mais il n'était définitivement pas dans la même catégorie que Dean en la matière. Et pendant une seconde, il ne put s'empêcher de se demander si le jeune prostitué ne cherchait pas simplement à se moquer de lui.

- Est-ce que tu dis ça pour plaisanter ? Parce que franchement, je peux te jurer que j'ai un peu de mal à te croire. Je n'ai pas vraiment l'impression d'avoir été un jour sexy dans ma vie.

Dean sembla étonné par ce qu'il entendait. Castiel aurait du une nouvelle fois mettre un terme à cette conversation. Mais il avait envie d'en savoir plus. Il était flatté par ce qu'il entendait. Il aimait l'idée de pouvoir plaire à quelqu'un comme Dean. Il n'était pas orgueilleux mais n'importe qui à sa place aurait probablement eu la même réaction.

- Tu as une bien piètre estime de toi si tu ne t'en rends pas compte. Cas, regarde toi dans le miroir une seconde la prochaine que tu en croiseras un. Tu es extrêmement séduisant. Tu as des yeux magnifiques, un visage masculin, des mâchoires carrées et des lèvres parfaites. Et maintenant que j'ai vu la force que tu cachais sous tes vêtements, je suis convaincu que tu es également musclé. Ce qui, permets moi de te le dire, te rend sexy.

Castiel baissa les yeux et s'observa lui-même une seconde. Il reporta ensuite son attention sur Dean.

- Tu es plus musclé que moi. S'il y en a un de nous deux qui a un corps parfait, ce n'est définitivement pas moi. Et tu le sais. C'est ce qui fait de toi l'un des meilleurs dans ton … domaine. Je pourrais être jaloux d'ailleurs si je ne savais pas le travail que cela doit demander. Je ne fais pas particulièrement attention à ce que je mange et je ne fais que très peu de sport alors … je ne suis clairement pas en position d'être jaloux.

Dean ricana une seconde. Il ne se moquait pas de Castiel. Cette fois, le jeune chauffeur en était sûr. Mais il semblait trouver ce qu'il entendait particulièrement drôle.

- Ca demande effectivement des efforts. Et oui, je m'entretiens pour avoir cette silhouette. Ce n'est toutefois pas une compétition. Cas … je ne suis pas en train de te comparer à moi ou à n'importe qui d'autre d'ailleurs. Je te dis juste ce que je vois. Mais si tu veux que j'en sois sûr alors rejoins moi dans ce jacuzzi. Laisse moi une chance de te voir en maillot de bains. Ca me permettra de me faire une meilleure idée encore de ce que tu caches sous tes vêtements.

Castiel fut tenté une seconde de dire « oui ». Mais il était presque sûr que cela se terminerait mal. Il ne devait surtout pas accepter juste pour flatter un peu plus encore son propre égo.

- Je vais me contenter de te croire sur paroles. Et merci pour ce que tu as dit, c'est … gentil je suppose.

Dean acquiesça alors avant de sourire à nouveau.

- Tu pourrais faire un malheur si tu dévidais de changer de carrière. Je suis sûr qu'Ellen t'engagerait sans hésiter une seule seconde. Quand elle m'a proposé de travailler pour elle, j'étais bien moins en forme. Je ne faisais pas de sport. Je mangeais tout ce qui me tombait sous la mains. Je n'étais pas gros … juste … disons que je n'étais pas vraiment en forme. Les clients dans la rue s'en fichaient de toute façon. Ils ne payent pas cher et ils se contentaient de ce qu'ils avaient. Ici, c'est différent. Mes clients d'aujourd'hui veulent ce qu'il y a de meilleur. Ils veulent quelqu'un qu'ils jugent dignes d'eux … même si c'est un professionnel. Je n'ai pas le droit de me relâcher. Je dois veiller à rester … tel que je suis. Ni trop musclé ni trop maigre.

Castiel choisit de ne pas relever ce que Dean avait dit en premier. Il ne choisirait jamais de faire le même métier que lui. Il ne se voyait pas coucher avec des inconnus contre de l'argent. Et si c'était déjà rédhibitoire pour lui, le reste de ce que le jeune prostitué avait dit l'était également. Il ne pourrait jamais s'imposer une telle discipline alimentaire et sportive. Il refusait d'avoir à tout contrôler de la sorte. Il était comme il était. Il se fichait que cela plaise ou non.

- Et puis de toute façon, même si je décidais de relâcher mon attention, je ne pourrais jamais prendre de poids avec le régime alimentaire que Sam m'impose. Il m'interdit de manger gras. Il dit toujours qu'il me prolonge l'existence en m'imposant de manger « sainement ». Mais si j'étais lui et que je n'avais pas vraiment à me soucier de ma silhouette, je me ferais plaisir. Et certainement pas en mangeant des salades.

Castiel ne comprenait effectivement pas qu'on puisse se priver de tout tout le temps. Il ne faisait pas particulièrement d'excès mais il mangeait ce qu'il avait envie de manger. Et si Sam se comportait effectivement comme Dean le disait, Castiel avait presque de la peine pour lui. Sa vie devait être bien triste.

- Il m'arrive de rêver d'un bon hamburger bien gras … bien juteux … de frites et de soda. Ou juste de quelque chose qui ne serait pas vert et qui ne sortirait pas de terre … un truc chimique et rempli de choses qu'on dit mauvaises pour la santé.

Castiel sourit, amusé. Dean se rapprocha sensiblement de lui tout en restant dans le jacuzzi. Le jeune chauffeur se força à garder les yeux rivés sur son visage et pas sur son corps qu'il devinait facilement sous l'eau et qu'il avait envie de toucher.

- En tout cas, si toutefois un jour tu te lasses de jouer les chauffeurs et que tu veux tenter l'aventure, je te promets qu'Ellen sera ravi de t'engager. Je suis même sûr qu'elle a déjà songé à te le proposer. Elle a l'œil pour ça. Et tu ferais fureur si tu étais sur le marché. Les gens feraient probablement la queue à l'extérieur de son bureau pour tenter de t'avoir.

Castiel était toujours flatté mais il avait la très nette impression que Dean exagérait grandement. Il doutait d'avoir des montagnes de proposition quand le jeune prostitué était également sur le marché. Heureusement pour lui, il n'était pas tenté.

- Même si tu disais vrai … ce dont je doute parce que je suis réaliste et je sais que je ne fais pas le poids face à toi … ce n'est pas vraiment quelque chose que j'envisage. Pas parce que je trouve ça dégradant ou que j'estime est meilleur que toi mais … parce que je ne pourrais pas être … performant avec des hommes que je connais à peine. Je ne pourrais pas réagir sur commande comme tu le fais. J'ai besoin … d'une ambiance … d'un contexte et … enfin j'ai besoin d'être dans l'état d'esprit approprié pour … enfin tu vois ce que je veux dire.

Dean hocha la tête avant d'hausser les épaules.

- C'est comme tout je suppose … ça s'apprend. Je sais que ce n'est pas quelque chose qu'on enseigne à l'école mais … on finit par connaître les ficelles et par savoir exactement comment faire pour être prêt. Les premières fois, ce n'est pas facile. C'est … tout sauf naturel. Heureusement, j'ai toujours aimé le sexe. Et je n'ai jamais eu aucune pudeur. Je suppose que ça aide. Déjà au lycée, j'étais celui avec qui tout le monde couchait. Ca m'a valu quelques surnoms sympathiques mais je m'en fichais. Parce que je refuse d'avoir honte pour quelque chose qui n'est en rien un crime … qui est parfaitement naturel et qui ne fait de mal à personne.

Dean avait dit cela sur le ton de la plaisanterie mais Castiel pouvait sentir une certaine amertume dans son ton. C'était presque comme s'il y avait toujours une blessure quelque part à l'intérieur du jeune prostitué. Une blessure qui refusait de guérir malgré les années. Castiel avait envie de lui dire qu'il était désolé même s'il n'était coupable de rien. Envie de le pousser à en dire en espérant que cela l'aide à cicatriser. Mais il savait que de tels propos ne seraient pas bien accueillis. Que Dean ne voudrait pas de sa pitié ou de sa compassion. Il voulait donner l'image de quelqu'un que rien ne pouvait atteindre. Même si ce n'était pas vrai. Et Castiel respectait cela.

- Je ne sais pas ce que ces idiots ont pu te dire mais ce que je sais c'est qu'il faut du courage pour assumer ce qu'on est … et pour assumer aussi ce qu'on aime. Ils auraient du te prendre en exemple plutôt que de t'insulter.

Dean rit à nouveau, visiblement détendu.

- Je doute d'être un exemple pour qui que ce soit … ce n'est d'ailleurs pas ce que je cherche mais … merci quand même de le dire Cas.

Une nouvelle fois, Castiel ne mentait pas sur ce point. Il ne cherchait pas uniquement à soulager Dean ou à lui faire plaisir en tenant ces propos. Il le pensait vraiment. Il avait énormément d'admiration pour le jeune prostitué. Il le trouvait bien plus courageux et fort que la plupart des gens. Il n'avait pas eu une vie facile et son enfance avait dû être extrêmement douloureuse. Il en était pourtant ressorti grandi. Et là où d'autres se seraient effondrés, lui avait su se relever et aller de l'avant. Il était un exemple pour beaucoup.

- Maintenant, si tu le permets, je vais fermer les yeux et profiter des quelques minutes qui me restent avant de devoir songer à mon prochain rendez-vous. Si tu veux me rejoindre, fais le … si tu préfère allumer la télévision ou faire une sieste dans le lit … profite en.

Castiel ne ferait rien de tout ça. Car dès que Dean ferma les yeux, il ne put s'empêcher de le regarder. Non. Ce n'était pas le terme adéquat. Il faisait bien plus que le regarder. Il l'admirait. Il était fasciné par chaque petit détail … chaque trait … et chaque tâche de rousseur. Il avait tout le loisir de l'observer comme il en avait tant envie la majeure partie du temps. Dean n'en saurait jamais rien. Ou peut-être l'avait-il compris. Peut être avait il justement choisi de fermer les yeux pour lui offrir cette opportunité. Il avait avoué à Castiel qu'il aimait plaire. Qu'il aimait être regardé et désiré. Le jeune chauffeur n'en saurait probablement jamais rien. Et c'était certainement mieux ainsi.

Il perdit rapidement la notion du temps alors que ses yeux glissaient sur le corps de Dean. Qu'ils le caressaient comme ses mains désiraient tant le faire. Comme il aurait voulu en avoir la chance. Il allait toutefois devoir se contenter de ce qu'il pouvait avoir et ne pas trop s'attarder sur tout ce qu'il devait continuer à s'interdire. Dean était la tentation incarnée et Castiel sa victime consentante. Pendant ces quelques minutes, il s'autorisa à mémoriser toutes les petits détails qui faisaient de Dean un homme incroyablement séduisant. Un homme presque trop beau pour être réel. Il s'autorisa à faire ce qu'il n'aurait jamais pu faire si le jeune prostitué n'avait pas eu les yeux fermés. Et il n'en ressentit pas la moindre culpabilité. Regarder ne faisait pas de mal. Et quelque chose lui disait que Dean n'aurait pas été contre de toute façon.