Bonjour à tous,

Tout d'abord, je commence mes premiers mots par des remerciements (c'est bizarre non ?). Merci infiniment à TheProudHufflepuff pour m'avoir aidé et fortement encouragé à écrire cette histoire. Sans elle, je ne suis pas sûre qu'elle aurait vu le jour ici, je l'aurai certainement laissée dans un placard. Donc, je me dois de la remercier comme il faut !

Je vous propose une nouvelle fanfiction sur un couple qui a l'air d'être mal aimé sur ce site puisque j'ai vu très peu d'histoires sur eux. Je parle d'Hannah Abbott et de Neville Londubat. Leur histoire m'a vraiment intéressée car je me suis demandée comment la Poufsouffle et le Gryffondor avaient-ils pu finir ensemble alors qu'ils n'avaient rien en commun.

Après quelques lectures sur leur "biographie", j'ai été prise d'une soudaine inspiration.

Cette histoire tournera autour des sentiments d'Hannah (étant plus à l'aise avec les sentiments des filles XD). Attention, je dois préciser une chose, cette histoire a un rating M car je parle de sujets plus adultes, les héros ayant presque 30 ans (alcool et sexe plutôt soft mais pas forcément récurrent). Mais il n'y aura pas de violences physiques, plutôt de la douleur morale et beaucoup de questionnements sur soi-même. Cette fic est une romance à 100% !

Veuillez noter qu'il y aura toujours une conclusion à la fin de chaque chapitre pour savoir si Hannah aura bien retenu sa leçon du jour ;) !

Bien sûr, les personnages ne m'appartiennent pas, ils sont tous à J.K. Rowling, sauf peut-être les OC créés ça et là pour servir l'histoire.

J'espère que cette fic vous plaira et surtout n'hésitez pas à commenter pour me dire ce que vous en pensez !

Très bonne lecture !


Chapitre 1 - Première leçon

04 avril 2008

Hannah Abbott prenait son petit déjeuner tranquillement dans sa cuisine. Sa colocataire et meilleure amie, Susan Bones, était partie travailler tôt ce matin. Elle devait plaider sur une affaire importante au Ministère de la Magie et était partie pendant qu'Hannah dormait.

Celle-ci n'avait pas eu à se lever ce matin car pour une fois, Hannah avait pris un jour de congés. Enfin, "prendre" était un bien grand mot. Sa chef, la guérisseuse Talbott, l'avait forcée à en prendre un. Hannah était guérisseuse à l'hôpital de Sainte Mangouste et elle aimait tellement son travail qu'elle y passait le plus clair de son temps, parfois, y travaillant sept jours sur sept. Enfin, "aimer" n'était pas non plus le meilleur mot pour décrire son attachement à son métier.

Bien sûr qu'elle appréciait son travail de guérisseuse : elle aimait rendre visite à ses patients, les soigner et ensuite les voir partir de l'hôpital en bonne santé. Mais ce qu'elle aimait surtout, c'était que quand elle travaillait, elle n'avait pas à penser à autre chose. Son esprit était concentré sur ce qu'elle devait faire. En revanche, quand elle était chez elle et qu'elle n'avait rien à faire, comme c'était le cas aujourd'hui, elle commençait à réfléchir sur sa vie pourrie, ses mauvais choix et ses relations sentimentales désastreuses. Et cela se terminait toujours de la même façon. Soit elle sortait draguer tout ce qui bougeait pour avoir un peu de chaleur et finir complètement déprimée, car les coups d'un soir ne duraient jamais par définition. Soit elle buvait toute une bouteille d'hydromel seule, et finissait complètement ivre. Dans tous les cas, c'était toujours Susan qui la retrouvait dans un état pitoyable et qui s'occupait d'elle : elle la consolait, la faisait vomir, lui préparait une potion anti-gueule de bois ou encore la ramenait dans son lit. Sa meilleure amie avait menacé plusieurs fois de la laisser se débrouiller seule avec son vomi ne pouvant plus supporter son attitude de dépravée. Mais finalement, Susan revenait toujours l'aider quand elle en avait besoin.

Hannah se comportait ainsi car elle était malheureuse. Elle n'avait jamais eu beaucoup de chance en amour. A 28 ans, elle était toujours célibataire. Pourtant, elle avait déjà eu quelques relations sérieuses. Elle était sortie une année avec Justin Finch-Fletcher, un de ses anciens camarades de Poufsouffle. Mais cela n'avait pas duré, Hannah le trouvant trop pompeux et trop propre sur lui. Ensuite, elle avait cherché à sortir avec des bad boys, histoire de changer de Justin. Elle ne l'avait jamais dit à Susan mais elle était même sortie quelques mois en secret avec Graham Montague, un ancien Serpentard. Mais sa relation la plus désastreuse avait été celle avec Zacharias Smith. Elle avait duré plus de trois ans. Ce dernier avait été ignoble avec elle : imbu de sa personne, il l'avait toujours traitée d'un air supérieur. Mais Hannah était amoureuse, elle avait donc subi ses critiques et ses propos acerbes à son encontre sans rechigner. Elle était ressortie de cette relation toxique déprimée, mal dans sa peau et complètement brisée. Cela faisait maintenant trois ans qu'ils n'étaient plus ensemble.

Susan l'avait ramassée à la petite cuillère à cette époque et l'avait consolée du mieux qu'elle pouvait. Voyant son amie en difficulté, elle avait proposé qu'elles vivent en colocation, au grand dam d'Ernie McMillan, leur ancien camarade de Poufsouffle et petit ami de Susan depuis 5 ans. Mais sa meilleure amie n'avait pas voulu la laisser tomber. Hannah lui en avait longtemps été reconnaissante.

L'année précédente, alors qu'elle se remettait enfin de sa rupture, elle avait entendu que Zacharias s'était fiancé avec Rose Zeller. Cette annonce avait été comme un coup de massue. Depuis, dès qu'elle avait eu un jour "pour elle", elle faisait le tour des bars essayant d'appâter un moldu, le monde sorcier étant trop petit pour draguer sans que cela finisse en scandale ou encore elle finissait ivre sur son canapé en pleurant toutes les larmes de son corps.

Pendant qu'elle beurrait un de ses toasts, Hannah se demanda quel genre de jour elle voulait passer aujourd'hui : avait-elle envie de sexe ou d'alcool ? Susan allait sûrement la haïr car la dernière fois, elle avait eu envie des deux et cela s'était si mal terminé que Susan lui avait claqué la porte de sa chambre au nez. Hannah avait dû se débrouiller toute seule pour finir "décente" dans son propre lit.

Finalement, elle n'en avait que faire de Susan. Cette dernière ne pouvait pas la comprendre. Sa meilleure amie allait se marier l'année prochaine avec Ernie et elle lui avait annoncé la veille qu'elle allait vivre avec lui dans quelques mois.

Hannah repensa à cette dernière discussion.

- Ernie et moi avons décidé de vivre ensemble à partir du 1er juillet, lui annonça Susan, brusquement, alors qu'elles buvaient un verre de Xerès au Chaudron Baveur.

- Quoi ? s'écria Hannah, elle faillit s'étrangler avec sa boisson.

- Oui, on aimerait tenter la vie à deux avant notre mariage, lui expliqua Susan.

Cette dernière avait pris une voix neutre, comme si ce qu'elle disait à son amie était tout à fait normal.

- Mais tu vas me laisser seule, ne put s'empêcher de dire Hannah, légèrement choquée.

- Tu sais que je ne peux pas rester avec toi, Hannah, lui dit Susan, légèrement embarrassée, elle savait que cette discussion ne serait pas plaisante. Cela fait un moment qu'on en parle avec Ernie et on en a marre de dormir chez l'un ou chez l'autre. On voudrait enfin notre chez-nous !

- Oui mais vous l'aurez bien l'année prochaine, votre chez-vous, se plaignit encore Hannah.

Susan soupira. La colocation avec sa meilleure amie avait souvent été source de dispute avec son futur mari, Ernie. Ce dernier sous-entendait que la relation des deux filles étaient nocives, Hannah s'accrochant toujours aux basques de sa fiancée et Susan la maternant. Sa petite amie devait se libérer d'elle sans avoir à se soucier de ses dernières frasques.

- Je pars dans trois mois, Hannah, dit-elle d'une voix qui se voulait ferme. C'est important pour Ernie et moi. Et cela te ferait sûrement du bien de vivre un peu seule, non ?

- C'est facile pour toi de dire ça, lui répondit son amie, d'une voix amère. Toi, tu as ton petit ami, ton travail te passionne, tu deviendras sûrement la prochaine directrice de la Justice Magique comme ta tante et surtout tu vas te marier l'année prochaine. Tu auras bientôt des enfants. Et ensuite, tu m'oublieras car tu seras tellement prise par ta nouvelle vie que tu ne penseras plus à moi !

- Arrête de me faire culpabiliser, Hannah ! Je déteste quand tu es comme ça !

Hannah avait boudé pendant plusieurs minutes, Susan avait l'habitude et attendit que sa meilleure amie veuille bien retrouver bon sens toute seule. Cela ne servait à rien de discuter dans ces cas-là. Au bout d'un moment, Hannah avait pris une grande bouffée d'air, puis s'était excusée auprès de Susan. Son amie avait le droit d'être heureuse. Ce n'était pas sa faute si sa vie à elle était complètement catastrophique.

Hannah revint à son petit-déjeuner et à son problème du moment. Que comptait-elle faire de sa journée ? Elle ressentit un petit picotement dans le bas de son ventre.

Sa dernière sortie amoureuse avait été désastreuse : l'homme qu'elle avait dragué, un grand brun aux yeux bleus au charme électrique, ne l'avait pas du tout satisfaite. Bien au contraire, il l'avait prise dans les toilettes sans lui avoir donné aucun plaisir. Et pour couronner le tout, elle avait perdu sa culotte. Elle était rentrée chez elle encore plus déprimée et avait bu quasiment d'une traite la bouteille d'hydromel que Susan réservait pour ses futurs beaux-parents. Quand sa meilleure amie l'avait retrouvée, assise sur leur tapis, les fesses à l'air, et la bouteille vide à la main, elle avait piqué une telle crise qu'elle n'avait plus parlé à Hannah pendant trois jours.

Hannah eut honte brusquement en repensant à cette dernière aventure. Elle devait mieux traiter Susan. Un jour, son amie lui en voudrait tellement qu'elle ne voudrait plus jamais lui parler. Elle ne devait pas en arriver là. Elle se décida donc à aller chercher une proie, plutôt que d'aller boire. Mais cette fois, elle choisirait mieux ou peut-être ferait-elle boire un philtre d'amour à l'un de ses amants… Le sexe se passait toujours mieux quand les hommes buvaient cette potion… Au moins, ils comblaient tous ses désirs physiques. En même temps, il n'y avait aucune gloire à retirer quand on couchait avec un homme comme ça. Elle préférait qu'on tombe sous son charme de son plein gré. Malheureusement, rares étaient les bons coups…

Hannah soupira. Pour l'instant, elle n'avait pas y penser. Elle devait attendre 18h, la sortie des bureaux et le début de l'happy hour. Quand elle sortirait, elle n'aurait qu'à cacher une fiole de philtre d'amour dans sa poche et si elle sentait que sa future proie ne serait pas très vigoureuse, ni très habile, elle lui en mettrait dans sa boisson en cachette.

Hannah tourna en rond toute la matinée dans son appartement. Après avoir lancé un sort de récurvite, la maison était toute propre en moins d'une heure. Ensuite, elle entreprit de lire mais au bout de 30 minutes, laissa tomber le livre car elle s'ennuyait. Puis, elle décida de préparer un gâteau pour Susan afin de se faire pardonner son attitude de la veille. Mais il fut prêt en l'espace de 20 minutes.

Vers midi, pendant qu'elle vernissait ses ongles, elle entendit un bruit en provenance de la grande fenêtre du salon. Elle releva la tête et vit un hibou qui ressemblait fortement à ceux de Poudlard, son ancienne école de sorcellerie. Elle le fit entrer, lui donna quelques graines et un peu d'eau, puis, l'oiseau leva sa patte pour lui remettre son courrier. Hannah le lui détacha et le hibou repartit ensuite par la fenêtre. Elle prit le temps de détailler l'enveloppe. Elle provenait bien de Poudlard puisqu'il y avait le sceau distinctif. Cela faisait plus de dix ans qu'elle ne l'avait plus revu et cela la rendit nostalgique. Sa vie à Poudlard avait été mouvementée mais tellement plus simple par rapport à sa vie d'aujourd'hui. S'il n'y avait pas eu la menace de Voldemort et la Bataille de Poudlard, elle aurait passé une scolarité merveilleuse.

Sans plus attendre, elle la décacheta et lut le courrier écrit de la belle écriture du Professeur Flitwick.

Chère Miss Abbott,

Le 1er mai de cette année, Poudlard fêtera les dix ans de la Grande Bataille qui a eu lieu au sein même de l'école de sorcellerie.

A cette occasion, en tant que septième année diplômée de 1998 ainsi que participante à cette dernière bataille, nous aimerions vous inviter pour un grand banquet regroupant tous vos anciens camarades et ceux qui ont contribué à sa victoire.

Merci de nous renvoyer le carton ci-joint nous indiquant votre participation et si vous venez accompagner, sous dix jours.

Je vous prie d'agréer, Miss Abbott, mes sincères salutations.

Professeur Filius Flitwick

Directeur adjoint de Poudlard

Hannah sentit son coeur s'emballer. Cela faisait dix ans qu'elle n'était pas retournée dans son ancienne école et bien qu'elle avait grandi, elle avait très envie d'y revenir pour voir comment l'école était aujourd'hui. Elle se rappelait de sa dernière vision funeste de l'école : des dizaines de morts dans la Grande Salle, détruite. Elle avait longtemps pleuré ses amis perdus ainsi que ces inconnus qu'elle ne connaissait pas mais qui avait vécu une fin dramatique. Elle était ressortie de la bataille avec seulement quelques égratignures, ce qui lui avait semblé si invraisemblable alors que tant de sorciers plus doués qu'elle étaient décédés. Heureusement pour elle, elle avait fait partie de l'AD, l'Armée de Dumbledore, qu'Harry Potter et sa bande avaient créé lors de sa cinquième année. Sans cet entraînement secret, elle n'aurait jamais pu se battre comme elle l'avait fait.

Cela faisait très longtemps qu'elle n'avait pas revu ses amis de l'AD. La dernière fois, n'était-ce pas lors du mariage de Harry et de Ginny Weasley ? Oui, c'était ça, il y a sept ans, donc. Elle n'avait pas été au mariage d'Hermione Granger et de Ron Weasley car à cette époque, Zacharias n'y avait pas été invité et il avait été si dégoûté de ne pas l'être alors qu'elle, Hannah, l'avait été, qu'il en avait fait toute une histoire qui avait duré plusieurs semaines. Elle n'était finalement pas venue à la dernière minute. En y repensant, elle n'aurait pas dû écouter son ex-petit-ami… enfin, elle ne l'avait pas "écouté", elle avait juste décidé de ne pas y aller pour que ce dernier ne la laisse pas tomber comme il menaçait de le faire à l'époque. Elle avait beaucoup regretté sa décision par la suite.

Non, cette relation lui avait réellement empoisonné la vie. A cause de lui, elle avait même failli perdre sa meilleure amie, Susan qui ne supportait plus le caractère de son petit ami de l'époque.

Zacharias avait-il été invité aux dix ans de la Grande Bataille ? Certainement. Ce dernier avait quand même pris part aux combats bien qu'elle savait qu'il s'était caché pendant cette nuit-là. Mais elle n'avait pas à lui jeter la pierre. Qui ne l'aurait pas fait face à des centaines de Mangemorts confirmés, des géants, des acromentules ou encore des loup-garous ? Bien qu'adultes, ils n'avaient que 18 ans à l'époque. Ils étaient jeunes.

Malgré la déplaisante perspective de revoir son ex-petit ami, l'invitation lui avait tellement remonté le moral qu'elle décida de se laver et de sortir pour aller déjeuner dehors. Cela faisait longtemps qu'elle n'était pas allée se promener en pleine journée, préférant les sorties nocturnes plus propices aux rencontres.

Elle en profita pour envoyer immédiatement une réponse positive au professeur Flitwick avec l'aide de son hibou Shawn, qui dormait paisiblement dans sa chambre. Elle lui avait aménagé une grande cage ouverte. Et ce dernier pouvait sortir quand il le souhaitait. Elle lui avait appris à ouvrir et refermer les fenêtres. Quand sur le carton d'invitation, elle vit la case "Accompagnant", elle la ratura d'un air bougon.

Il faisait encore froid en ce début d'avril et en plus de son pull en laine et sa jupe courte, elle décida de prendre un long manteau qui ressemblait à une cape de sorcière. Elle sortit de son immeuble qui se situait dans le quartier huppé de Notting Hill et s'engagea dans une petite ruelle qu'elle avait l'habitude de prendre pour aller transplaner.

Susan lui avait parlé quelques jours auparavant d'un délicieux restaurant de fruits de mer dans la ville de Brighton et elle avait bien envie de le tester.

Son statut de sang-mêlé lui avait toujours permis de se fondre aussi bien dans le paysage sorcier que moldu. C'était une chance. Bien sûr, cela ne l'avait pas toujours été quand elle était encore élève et surtout lors de sa dernière année mais maintenant, elle se réjouissait de tous les avantages que cela comportait : elle savait comment fonctionnait le réseau internet et les téléphones, elle n'avait pas peur d'entrer dans des lieux remplis de moldus que ce soit des centres commerciaux, des restaurants ou des bars. Elle avait même deux comptes en banque, l'un à Gringott's et l'autre chez HSBC.

Sa mère, sorcière, l'avait élevée. Ses parents étaient divorcés mais quand son père avait appris le statut de sorcière de son ex-femme, il n'avait pas rejeté pour autant sa fille. Quand elle était enfant, elle avait l'habitude de passer une semaine de ses vacances scolaires chez son père ainsi qu'un mois pendant l'été. Sa belle-mère et ses deux jeunes frères ne savaient pas qu'elle était sorcière. Elle avait toujours cachée sa magie, autant pour ne pas divulguer à des moldus l'existence du monde magique, que par égard pour son père et sa nouvelle famille.

Grâce à cette double éducation, elle connaissait bien le monde des moldus.

Elle transplana donc proche du port de Brighton, dans une rue cachée. Elle connaissait la ville pour y avoir été en vacances avec son père. Et elle marcha d'un pas assuré vers le fameux restaurant.

Elle passa un très bon moment à déguster son plateau de fruits de mer avec un verre de vin blanc, en terrasse. Finalement, le ciel s'était dégagé et elle profita d'un beau soleil qui lui réchauffa le visage. Elle avait même sorti ses lunettes de soleil pour encore plus jouir du moment présent.

Elle décida ensuite d'aller se promener sur la côte pour regarder la mer et profiter de l'air marin. Elle transplana dans une petite crique qu'elle connaissait. Elle était seule sur la petite plage, et décida de faire apparaître une nappe pour pouvoir s'asseoir et admirer le paysage.

Elle retira ses chaussures et ses bas pour aller tremper ses pieds dans l'eau. La mer était fraîche mais elle apprécia le mouvement des vagues sur ses chevilles, ainsi que la sensation de ses pieds s'enfonçant dans le sable mouillé. Elle marcha le long de la petite plage et ramassa quelques petits coquillages qu'elle trouvait jolis.

Elle retourna ensuite sur sa nappe, se nettoya les pieds et remit ses bas et ses chaussures. Il était temps d'aller à la chasse de son futur amant.


Conclusion de la première leçon :

Hannah : Toujours avoir un philtre d'amour sur soi ?

*bruit de buzzer*

Hannah : Toujours avoir une seconde culotte au cas où ?

*nouveau bruit de buzzer*

Hannah (avec un grand sourire de connivence) : Toujours manger des fruits de mer avec un verre de blanc ?

*bruit de pet sonore*

Hannah (se bouchant le nez, d'un air blasé) : Éviter de trop boire et fuir les coups d'un soir car cela n'apporte rien de bon.

*applaudissements et bruit de trompette triomphante*