Manga/Animé : Naruto de Masashi Kishimoto/Studio Pierrot
Mots :
Publié : 23/06/2020
Résumé : Sous la contrainte, Naruto et Hinata sont unis pour le meilleur et pour le pire...
Note : Merci infiniment à Hippyredfox pour son aide sur cette histoire courte


-Pourquoi tu me détestais comme ça ? demanda-t-il assis en face d'elle.

-Ce n'est pas toi Naruto. Je te le jure. C'est... C'est plus ce mariage qui..., tenta-t-elle de dire malgré sa voix chevrotante.

-Pourquoi ? reprit-il pour l'aider.

-Nous avons été élevé avec un amour différent. Toi et Konohamaru ne connaissent que les merveilleux aspects de la vie de couple. Tes parents sont tombés amoureux l'un de l'autre, lorsqu'on les a mariés. Ils vous ont élevés ensemble. Les miens, ça a été plus... plus compliqué. J'ai été conçu sans amour... Mes parents n'ont jamais réussi à trouver un terrain d'entente. Le silence est le seul moyen de communication chez nous...

Ces yeux nacrés lui avaient renvoyé la douleur qu'avait pu ressentir, les deux Hyûga au cours de leur vie. Faire semblant, cacher ses sentiments, c'était une habitude qu'elles avaient dû construire. Comme une carapace, elles se protégeaient des tourments de la vie qu'on leur avait imposé. C'était leur seconde nature.

Depuis cette conversation, il n'avait plus été le garçon innocent, le jeune homme peu sûr de lui qui croyait que vivre d'amour et d'eau fraîche était le but d'une vie. La réalité l'avait rattrapé. Beaucoup moins rose. Beaucoup plus blessante.

La pilule avait été dure à avaler.

Cette nuit... Cette fameuse nuit qu'il avait partagé avec Hinata...C'était symbolique. Mais au fond, une part de réconfort s'y cachait. Lui, s'était complètement perdu dans les bras de sa femme. Elle, avait tenté de faire confiance à un homme, de passer outre son jugement. Seulement, l'image de son père violent continuait de marteler ses pensées... Même lorsqu'elle fermait les paupières.

C'était là. Toujours là.

Comment lui en vouloir ?

Peut-être que d'autres l'auraient tenue pour responsable.

Naruto, lui, n'y arrivait pas.

Parce que, tout n'était pas noir ou blanc.

Juste une existence grisâtre, avec un mélange de diverses nuances selon les jours.

La fatalité était inévitable. Ils ne pouvaient rester ensemble. De part leur différence, leur vision du monde, leurs caractères, c'était impossible.

Pourtant, la vie ne se fermait pas à lui. Bien au contraire, ce mariage l'avait fait grandir. Cette situation lui avait fait comprendre que rien n'était perdu. Qu'on pouvait toujours se raccrocher à quelqu'un, ou même quelque chose. Hinata n'était peut-être pas son seul et unique amour, et pour cela il ne devait pas abandonner.

Il n'allait pas abandonner !

-Je dois te parler, s'exclama-t-elle après avoir ouvert la porte sans frapper.

-Pardon monsieur Namikaze. Je lui ai dit que vous étiez occupé mais elle a insisté. Je n'ai pas réussi à la retenir.

-Ce n'est rien Temari. Ma femme est ma priorité. Laissez-nous seuls s'il vous plaît, se leva-t-il en retirant ses lunettes.

-Bien.

-Prends place Hinata, la regarda-t-il une fois que la porte fut close.

-Je... Je...

-Qu'est-ce qu'il se passe ?

-Naruto. Je suis enceinte.

Ah cette nouvelle... Imprévisible. Éclatante. Explosive même.

Décidément, Hinata était comme une douce brise qui venait caresser sa peau et ébouriffé sa chevelure toujours en bataille. Elle allait et venait sans vraiment donner suite. Insaisissable, malgré qu'ils aient vécu des années ensemble.

-De... De moi ? demanda-t-il d'un air qu'elle qualifiait d'idiot, en tenant le test entre ses doigts tremblants.

-Oui, sourit-elle tendrement.

-Oh... Hinata... Je...

-Ça te dis de venir avec moi l'annoncer aux autres ? lui proposa-t-elle toujours d'une voix douce alors qu'il essuyait le coin de ses yeux perlés de larmes.

L'annonce du couple avait surpris plus d'un.

Son regard tomba sur la photo qui ornait son bureau. Leurs joues striées de la même marque de naissance que lui, deux paires de grands yeux bleus pétillants de vie le regardaient travailler tous les jours. Et rien... Oh non, vraiment rien, ne lui avait apporté autant de bonheur que ses deux frimousses.

La naïveté emportée, il n'était plus un enfant. C'était un père. Un père aimant, de jumeaux. Ses joyaux de la vie, Himawari et Boruto. Son sang comme celui d'Hinata, combinés dans des petits êtres, tout aussi lumineux que l'amour qu'il éprouvait pour eux. Avant même leur naissance, dès qu'il avait su qu'il en aurait deux, une fille et un garçon, il avait juré de les protéger.

Au péril de sa vie et de son cœur, broyé aujourd'hui en mille morceaux.

-Himawari est merveilleuse. Aussi douce que sa mère.

-Elle fera une merveilleuse épouse.

-Mais avez-vous vu Boruto ?

-Il est un garçon très intelligent, en effet.

-Un avenir radieux les attend, ça c'est sûr.

-A qui pouvons-nous les associer ? Ils sont si parfaits.

-J'ai entendu dire que la compagnie Uchiha a eu une petite héritière.

-Les Kakei aussi.

-Proposons-leurs un accord !

Ce conseil aura été la pire épreuve de sa jeunesse candide. Ces paroles n'étaient que la sentence qu'il avait subi autrefois, lui comme Hinata. La goutte de trop qui avait fait bouillonner son sang, comme le magma d'un volcan prêt à exploser. Et en prime, son père était le roi pour ne rien arranger.

-Faisons une offre aux deux familles. Nous accepterons celle qui est la plus avantageuse pour nous et l'entreprise.

C'était une drôle de sensation pour un fils de ne plus voir son père comme son héro. Comme son modèle. Comme son inspiration. Comme un support dans la vie.

C'était étrange et terrifiant de voler de ses propres ailes.

-Aucun de mes enfants ne se pliera à vos exigences, tonna-t-il dans la pièce. Je refuse qu'ils soient manipulés par l'un d'entre-vous, toi en particulier, pointa-t-il son père du doigt.

-Ils sont mes petits-enfants...

-En effet, je ne te prive pas de venir les voir. Mais si jamais ! Et j'insiste bien, si jamais, tu leur glisses à l'oreille, ne serait-ce qu'une allusion à cette compagnie, à notre famille, à notre héritage ou à ta stupide envie d'héritier, je te jure que je ne te laisserai plus les approcher. Et cela va de soi pour les Hyûga, lança-t-il à Hiashi.

Quelle satisfaction !

Rien que de se remémorer les grands yeux nacrés étonnés de son beau-père, après cette phrase cinglante, le réjouissait. Personne ne toucherait à l'avenir de ses enfants. Ils ne seront pas une marchandise.

Hors de question ! Ils étaient libres !

Déjà que sa situation familiale battait de l'aile, il n'allait pas non plus laisser des vieux croulants, enfermés dans leur diktats poussiéreux, choisir qui leurs enfants allaient épouser.

Et Hinata l'avait soutenu !

Duo soudé depuis l'annonce de la grossesse, ils avaient su tenir tête à leurs parents. Leurs conflits mis de côté, ils avaient su se battre pour ne plus jamais devoir à refaire les mêmes erreurs.

Terminé !

Malheureusement, ce soutien avait nourri son espoir. Le jeune homme de vingt ans, qu'il avait été, avait refait surface pour mieux s'écrouler ensuite.

Il y avait de quoi. Elle n'avait jamais voulu avorter à son grand étonnement. La période de la grossesse les avait fortement rapproché. Aux petits soins, il avait tenté de faire tomber les dernières barrières qui persistaient entre eux.

L'amitié se renforçait, alors pourquoi pas l'amour ?

Mais c'était l'ancien Naruto qui pensait ainsi. Et avec difficulté, il dut se rendre à l'évidence ; c'était fini.

Hinata ne l'aimera jamais par amour. Toutefois, à l'époque, tout se passait si bien, qu'il avait tenté une dernière approche...

-Tu sais que j'ai toujours été sincère avec toi ?

-Oui... Je l'ai compris tard mais... Je le sais maintenant...

-Qu'est-ce... Est-ce qu'il y a une chance pour que... Pour que un jour, des sentiments naissent ?

-Naruto, je ne pense pas que...

-Je ne veux pas te presser. Je veux juste que tu saches que..

-Attends, Naruto, le coupa-t-elle comme il venait de le faire pour elle. Ne m'attends pas s'il te plait.

Cette phrase était sa réponse. Comme un lourd coup de poing dans son ventre, il avait saisi le sens caché. Alors, ce n'était pas lui. Et ça ne le sera jamais. Malgré ça, il n'avait pas pu s'empêcher de demander. De vouloir comprendre. Alors que ne pas savoir aurait peut-être été plus simple.

-Qu'est-ce que... qu'est-ce qu'il a que je n'ai pas ? bafouilla-t-il en retenant ses larmes.

-Qui ça ?

Un détail absurde... son amant ?

-Deidara, pourquoi lui ? Que t'a-t-il donné que je n'ai pas fait ?

-Deidara ? Pourquoi me parles-tu de lui ?

-Tu peux me le dire Hinata, j'ai compris.

-Compris quoi ?

-C'est... C'est ton amant, depuis tout ce temps ? J'ai beaucoup douté quand tu m'as avoué ta gro...

-Naruto ! Je t'arrête, je crois que tu as dû mal comprendre.

Il se souvint avoir encaissé chaque mot, chaque syllabe dans la révélation si soudaine. Comment avait-elle pu cacher son mal-être après tant d'années ? Comment n'avait-il pu pas voir qu'elle souffrait ?

-Je ne pourrais jamais t'aimer Naruto... pas comme tu le veux... Parce que je n'éprouve pas... Enfin, je n'aime pas les...

Jamais il ne l'avait entendu parlé ainsi.

Oui, elle avait pleuré. Longtemps. S'excusant, comme si cette situation était de sa faute, qu'elle n'avait rien contrôlé. Seulement, on ne choisit pas cette conséquence naturelle qui fait qu'on est, ce que l'on est. Des êtres dotés d'un cœur ayant la capacité d'aimer, à outrance, la personne qui le fait battre.

- C'est Ino... depuis le début... et personne d'autre.

Sa déclaration avait été si éprouvante, que lui aussi, n'avait pas pu contenir ses larmes. La boule dans sa poitrine qu'il retenait depuis le début avait explosé.

Enlacés, il avait pu profité une dernière fois d'une étreinte forte, puissante, nostalgique. Des années partagées pour enfin comprendre, la vérité.

Longtemps, il s'était demandé s'il pouvait se relever. Il avait douté de pouvoir retrouver le sourire. Comment remonter la pente quand on était si proche d'une personne pendant tout ce temps ? Comment oublier les moments complices et la douce entente qui avaient eu du mal à arriver ? Et, elle ? Comment l'oublier ?

-Il faut que tu sache que jamais... jamais, je ne t'ai trompé Naruto. Je n'aurai pas pu faire ça avec tout ce que tu m'as donnée... Tu as été un mari formidable... et une personne extraordinaire, lumineuse et tellement dévoué aux autres ! Dans une autre vie... peut-être que j'aurais pu tomber amoureuse de toi... Seulement, je ne peux pas.

Alors, elle ne le détestait vraiment pas ?

Il se souvint. Son cœur s'était serré. Mais ce n'était pas douloureux. Bien au contraire, un sentiment de joie l'avait traversé. Sa confiance regagnait sa place dans son esprit meurtri. Même ses parents n'avaient jamais fait preuve de tant d'attentions à son égard. Quant à lui, sa mauvaise estime de lui-même dépassait de loin les qualités qu'il avait.

Parce que, tout n'était qu'une question de travail, travail, et travail. Des « bravo fils, l'entreprise peut compter sur toi maintenant. », « Je suis vraiment fière de toi car tu fais ce qu'il faut pour honorer notre famille » et « bientôt ça sera ton tour de tout diriger »

Que des belles paroles fausses et superficielles qui lui rappelaient être l'aîné des fils Namikaze.

Quand Konohamaru était devenu père, personne n'avait soutenu Naruto. A part l'enfoncer dans sa situation catastrophique que son couple traversait, personne ne s'est posé la question ; Voulait-il vraiment ça ? De comment il allait émotionnellement ?

Il ressassa ses années de jeunesse. Qu'il avait été si stupide de s'être enfermé dans des habitudes qui ne lui correspondaient pas. Il aurait voulu que ça se passe autrement avec Hinata, paraître moins insistant, moins intrusif. Il aurait voulu tenir tête à ses parents. Montrer qu'il n'était pas son père.

Tout cela aurait pu être évité.

Pendant un moment, il avait été là pour elle et elle avait été là pour lui. Que demander de plus ? Cette relation épistolaire lui avait confirmé que la vie pouvait offrir autre chose. Plus des larmes, plus de nuits blanches, plus de problèmes familiaux.

C'était derrière lui.

Avant ses enfants, avant d'apprendre la vérité.

Cette dure réalité.

Peut-être était-ce la jalousie qui parlait ? Car il avait longtemps eu du mal avec Ino. L'égo sûrement. Il fallait se rendre à l'évidence. La jolie blonde rendait heureuse Hinata, la faisait sortir de sa coquille comme lui n'a pas pu le faire.

Comme personne.

Malgré toute sa volonté, Naruto n'était pas capable de lui offrir ça.

Alors il devait accepter la situation. Et puis, Ino n'était pas une mauvaise personne. Elle n'avait pas non plus choisi cette situation.

Comment pourrait-il lui en vouloir ? Il n'y pouvait rien.

Non.

La seule chose qu'il pouvait faire, c'était briser ce cercle vicieux qui retenait Hinata prisonnière dans ses obligations d'épouse.

Si la rendre heureuse signifiait lui rendre sa liberté, alors... Naruto le lui donnerait.

Le pouvoir de s'envoler.


La dernière partie sera postée mardi.