Epilogue :

Face à la pierre d'âmes noire, William Southern, le Nephalem, le sauveur de Sanctuaire, demeurait… pensif.

L'humain soupira bruyamment, passant une main sur son visage fatigué.

Cinq ans. Cinq ans passés à s'interroger sur la nature des événements qu'il avait pu vivre. Cinq ans de questionnements sans réponses. Cinq ans… d'attente.

Cela faisait cinq ans que William Southern veillait sur la pierre d'âmes noire, persuadé qu'elle serait subtilisée par Diablo - peu importe lequel.

Après la mort d'Adria… pourquoi était-elle morte en premier lieu alors qu'elle était de leur côté, du côté des Diablos, William ne le saurait probablement jamais. Il s'était résolu à ne pas savoir beaucoup de choses. A ne pas comprendre pourquoi, après cinq ans d'attente, aucun démon ne s'est montré ici. A ne pas comprendre pourquoi, pendant cinq ans, personne n'a mentionné une agitation particulière des démons. A ne pas comprendre pourquoi Florence lui avait semblé si… humaine, presque, alors qu'elle avait l'âme la plus sombre qui soit.

Il retint le sanglot qui menaçait de lui échapper alors qu'il songea qu'à l'intérieur de cette pierre, parmi les nombreux démons, se trouvait l'âme terrifiée de Léah. Il s'était renseigné auprès des mages, des nécromanciens, des chasseurs de démons, des nouveaux horadrims, des féticheurs, de Cain et même des Anges, mais aucun n'a pu lui fournir une méthode. La réponse fut toujours la même : libérer une âme impliquait de les libérer toutes.

Malgré tout, il s'en voulait. Il s'en voulait de ne pas avoir vu les signes. En y repensant, il était évident que Florence n'était pas… normale.

Son talent inexpliqué à la magie démoniaque.

Ses crises de colère si semblables à celles de Léah qui les tenait elle-même de son cher paternel.

Le fait qu'Adria, puis Diablo ne l'aient pas tuée.

Sa facilité à manier l'épée, arme que Diablo avait su maîtriser lors de son temps en tant que Rôdeur.

Sa magie démoniaque, des flammes et des éclairs était probablement l'élément qui aurait dû le plus sonner la sonnette d'alarme.

Néanmoins… Il n'était toujours pas plus avancé.

Pourquoi aucun signe ? Pourquoi ne pas vouloir libérer les Seigneurs Démons ? Pourquoi ne pas rassembler les armées et faire une attaque contre les cieux, toujours affaiblis de la perte de deux de leurs membres ?

Pourquoi ?

A cette longue liste des pourquoi s'ajoutait la question de Lazare. Peu de temps après l'incident, quelques jours pour être plus précis, l'archevêque s'était volatilisé. Aucune traces et ce, durant cinq ans. Le seul indice que William avait été que l'archevêque était probablement aux côtés des deux Diablo : il avait passé ses derniers jours à passer au peigne fin toutes les affaires de Florence, quitte à fouiller dans les décombres de l'auberge de la Nouvelle-Tristram. Lorsque William lui avait demandé ce qu'il cherchait, la réponse de l'archevêque l'avait intrigué.

"Un journal, une lettre peut-être, tout ce qu'elle a pu écrire. Ça doit être ici. La réponse doit être ici."

Ça avait duré quelques jours, puis il était parti, se volatilisant sans laisser de traces.

Cain, lui, avait été promu comme chef des Nouveaux-Horadrims. Il n'avait pas vraiment gardé le contact avec Willy. Sans doute parce qu'ils rappelaient à l'autre la raison de leurs cauchemars nocturnes.

"Meuh…?"

William sourit, tapotant le crâne de son veau.

"Il n'y a que toi qui m'est resté fidèle, hein…? Brave bête.

-Meuh !"

Le Nephalem reposa son regard sur la pierre, écoutant distraitement les murmures intelligibles s'échapant d'elle.

"Meuh…? MEUH !"

William, alarmé par le bruit de son veau, sortit de sa rêverie pour le voir s'enfuir dans la rue. Déglutissant, lançant un regard à la pierre, il aboya à la première silhouette qui passait par là :

"Toi, surveille-la !"

Puis il s'enfuit retrouver le veau dans le dédale de la ville, suivant sa silhouette bovine à travers les passants, tentant plus ou moins de garder le rythme.

"Le veau, attend ! Ne… T'en va pas ! Le veau !"

Mais rien n'y faisait, l'animal était déterminé dans sa quête.

Au final, ils arrivèrent dans une rue déserte. Le bovin s'arrêta net, et Willy manqua de trébucher sur lui.

"Le veau… T'es pas croyable… T'es sûr que t'as pas des ascendances démoniaques pour me faire courir à travers toute la ville ?!"

L'animal, sans culpabilité, poussa un "Meuh !" que le Nephalem ne sut interpréter entre de l'affirmation ou du déni.

Lorsqu'il leva ses yeux, William rougit brutalement en remarquant qu'il n'était pas seul et que la silhouette face à lui l'avait donc entendu parler à son veau.

Déglutissant, se relevant, le Nephalem rit nerveusement en lâchant,

"Euh… Désolé pour le veau, s'il vous a poursuivi… Il est vraiment étrange, faut pas lui en vouloir. Il bouffe les pièces d'or, par exemple."

Aucune réponses de l'inconnu.

"Bon… euh… Je vais donc vous lai-

-William."

Le Nephalem se figea, reconnaissant cette voix parmi milles.

"Di…

-Tu n'as pas à t'inquiéter. Je ne te veux aucun mal… pour l'instant."

Le Nephalem déglutit, se tenant sur ses gardes, détaillant la silhouette face à lui. Son expression se crispa alors qu'il remarqua la disposition étrange du pantalon et des bottes de l'inconnu, suggérant la présence de jambes de bois.

"Je ne m'attendais pas à te voir avec une forme humaine et si imparfaite, Diablo… murmura le Nephalem.

-Amusant, n'est-ce pas ? Le Seigneur de la Terreur borgne aux jambes de bois…"

William ne trouvait pas ça amusant. Il trouvait ça déprimant. Car ces jambes des bois étaient celles de Florence et même si Diablo et elle n'étaient qu'une seule et même personne…

Il soupira.

"Pourquoi revenir maintenant ? Pourquoi attendre cinq ans ? Que cherches-tu, à présent ?

-Je ne comptais pas revenir… Du moins, pas si tôt alors que mon esprit est encore incertain. Lazare m'en a convaincu. Il est très persuasif quand il le veut.

-Lazare… Je savais qu'il nous avait trahi."

Les épaules de Willy s'affaissèrent un peu plus. Il ne le savait pas, il n'avait eu que des soupçons. Mais apprendre de la bouche de Diablo qu'encore une fois, un ancien allié s'était révélé être un ennemi… C'était presque trop.

"William…

-Quoi ?! Tu… Tu ne comptes pas me faire de mal, tu n'as pas voulu t'attaquer à la pierre durant cinq ans… Qu'est-ce que tu veux en revenant ici ? Me tourmenter ?"

La silhouette se tut quelques instants, comme si elle considérait la réponse à fournir. Finalement, elle murmura :

"Non, je ne veux pas te tourmenter."

William sentit les larmes s'accumuler dans ses yeux alors qu'il cracha :

"Alors quoi ? Pourquoi es-tu là ? Tu… Tu es l'incarnation du mal, et pourtant tu n'as rien fait durant cinq ans, tu t'es contentée de disparaître après avoir tué Adria sans rien faire, pas de massacres, pas de réunions de famille, pas de-"

Le Nephalem fut interrompu par le ricanement de la silhouette.

"William… Tu penses donc réellement que je n'ai rien fait durant cinq ans ?"

Il déglutit, ne sachant pas quoi répondre.

"Tu penses réellement qu'il n'y a pas une… cause à l'absence d'attaques ?

-Que… que veux-tu dire, Diablo ?"

La silhouette se tourna lentement de face, les jambes de bois enveloppée par le cuir des bottes ne produisant qu'un son faible. William remarqua que Diablo portait une capuche.

Il frémit, lorsque le Seigneur de la Terreur retira sa capuche, exposant ainsi à sa vue le reflet brillant d'une pierre d'un rouge vif enfoncée dans le crâne du démon.

William fut envahit d'un sentiment de panique à la vue de la pierre d'âme de Diablo enfoncé dans le crâne de… Diablo.

Il ne savait plus ce qu'il se passait, il… Bon sang, la pierre d'âme… Mais, alors…

"Florence ne nous a pas trahi ?! Mais… Mais c'était Diablo, elle était maléfique, elle… Elle nous a tous trompé… Et elle aurait décidé de tuer Diablo pour s'enfoncer sa pierre d'âme dans le front ?! Mais… Mais ça ne fait pas sens… Si elle était de notre côté, elle aurait directement tué Diablo pour ensuite détruire la pierre d'âmes, pas… pas la conserver…

-William, ne comprends-tu donc pas ? Qui de mieux que Diablo pour contenir et maîtriser Diablo ? C'est en tout cas le raisonnement derrière cet acte…

-Mais… Mais… Pourquoi ne pas venir nous voir, nous contacter et… Pourquoi diable nous aider ?"

Diablo fit un pas en avant, surprenant William qui en fit deux en arrière.

"Vous aider… L'Éternel Conflit n'est qu'une guerre d'intérêts… Le Bien, le Mal… S'ils existent, ils ne sont pas inhérents à une espèce. N'était-ce pas le Conseil des Angiris qui était sur le point de détruire l'humanité à un vote près ?

-Si, mais…

-L'humaine qu'était Florence… appréciait le havre de Sanctuaire et même plus tard, ses souhaits n'ont pas entièrement perdus de leur attrait. Mes priorités n'ont fait… qu'évoluer.

-Ça ne répond pas à ma question, Diablo : pourquoi nous aider ? Et Lazare… Où est-il ?!

-Lazare m'accompagnait, mais il avait à faire en ville… Florence, par contre… n'était pas que Diablo. Sa vie humaine lui avait apporté, ou peut-être retiré, quelque chose. Si cette chose était bonne, ou mauvaise… Il est difficile que j'en sois juge, n'est-ce pas ?"

William acquiesça lentement, ne sachant pas trop quoi penser. Florence n'était pas que Diablo ? Mais qu'était-elle ? Était-ce elle qui avait voulu les aider ? Mais…

"Pourquoi attendre ? Pourquoi ne pas tuer l'autre Diablo devant nous ? Pourquoi…

-Je pense qu'en réfléchissant à ce que je t'ai dit, tu pourras répondre à toutes tes questions, William."

Le Nephalem porta ses yeux sur la pierre d'âmes, déglutissant.

Je ne te veux aucun mal… pour l'instant.

La pierre d'âme contient l'autre Diablo… Les deux cohabitent…

Il trembla en remarquant l'épée de l'Injustice à la taille de Diablo, aux côtés de la dague de Florence.

Il leva ses yeux, frémissant, avant de demander :

"Vous… Vous êtes à égalité, non ? Vous êtes la même personne…

-Le Diablo qui a aussi vécu la vie de Florence n'est pas tout à fait le même que celui habitant le Rôdeur Noir…

-Donc… Donc vous n'êtes pas à égalité ?

-Non, nous ne le sommes pas. Il a fallu cinq ans pour que l'un de nous gagne. Cinq longues années… passées à nous battre l'un contre l'autre. Ce fut un combat difficile, dont l'issue récente ne fige pourtant rien dans le marbre éternellement. Mais, enfin, l'un de nous en est ressorti victorieux, William."

Il sentit la Terreur l'envahir alors qu'il murmura :

"Et… Et lequel est victorieux ?"

Diablo se contenta de sourire, la pierre d'âme brillante sur son front alors qu'un reflet sanglant apparut dans ses yeux.

Note de l'auteur (IMPORTANT !) :

Epilogue, fini et posté ! Youhou ! A l'heure où vous lisez ça, chers lecteurs, le prologue de la partie II est déjà posté (comme ça, vous savez déjà où vous rendre pour la suite de l'histoire). Le nom de la partie II, c'est : L'Avènement de la Victoire. Rendez-vous sur mon profil pour l'avoir. Et n'hésitez pas à me dire ce que vous avez pensé de la partie I !