Fanfiction écrite par guss#5556 / Discord

Before The Summer

Préface :

Bonjour à tous ! Alors, comment dire... ce ne sais pas trop ce qui m'a pris mais, ayant adoré le film, j'ai décidé d'écrire cette petite fiction sur un coup de tête. C'est ma toute première, alors surtout n'hésitez pas à me reprendre si quelque chose ne va pas du tout dans mon écriture. Cette histoire se déroule AVANT les événements du film, et juste après la rencontre entre Hodaka et Hina au McDonald's, soit en 2021 (corrigez-moi si je dis une bêtise).

Hello everyone! So, how can I put it... I don't know what came over me but, having loved the film, I decided to write this little fiction on a sudden impulse. It's my very first one, so don't hesitate to take me back if there's anything wrong with my writing. This story takes place BEFORE the events of the movie, and just after the meeting between Hodaka and Hina at McDonald's, in 2021 (correct me if I say something stupid). TELL ME IF YOU WANT ENGLISH TRANSLATION !

Je pense que c'est tout pour les clarifications, sur ce, bonne lecture ! :)

L'arrivée du soleil

C'est toujours la même chose. La même rengaine. Les coups, portés par des personnes "normales", Ces poignards que l'on vous enfonce, aussi profondément que possible dans votre corps, votre cœur. Mais c'est comme cela, et on ne peut rien y faire.

— Votre attention, s'il vous plaît, veuillez rentrer dans la salle. Le cours va débuter.

C'est la routine. Les bruits de pas incessants à l'heure du premier cours de la journée au lycée Koyama me donnent un avant-goût de la saveur qu'aura cette journée. Avec le temps, j'ai comme imaginé une façon d'interpréter ces bruits de pas. Je peux associer à un son une humeur, ou un présage contenant cette humeur. Enfin, c'est ce que je me dis, et puis, ce n'est pas comme si j'avais un autre passe-temps.

— Allez, dépêchez-vous, nous n'avons pas toute la journée !

Notre professeur est une jeune femme, brune, portant de jolies boucles d'oreilles. Contrairement à la plupart des enseignantes de ce lycée, elle ne porte pas de lunettes. Enfin, c'est plutôt pas mal pour son âge. On ne dirait pas comme ça, mais malgré ses allures d'hôtesse de bar, elle a fêté ses trente-sept ans il y a tout juste 5 mois. Les mathématiques sont son domaine de prédilection, matière où je n'excelle malheureusement pas. Elle a été mutée dans notre lycée suite à son récent déménagement à Tokyo. Passionnée du Japon, elle a bataillé pour obtenir la nationalité japonaise, tout ça pour exercer dans ce repère de truands. Sa passion pour les mathématiques se ressent dans ses cours, c'est à se demander si elle remarque les incidents quotidiens qui se produisent au fond de sa basse-cour.

Mme Chaslaine nous salue, comme chaque matin de la semaine, du lundi au vendredi. Notre classe comporte 27 élèves, dont 22 garçons. Autant le dire de suite : la concurrence est rude. Vous pouvez sentir une tension constante lors des travaux de groupes, où les binômes sont formés aléatoirement. Concernant ma situation sociale, je crois être au plus bas de l'échelle, que ce soit celle de Richter ou celle de la piscine municipale du lycée, où j'ai failli m'y noyer plusieurs fois. Car oui, la piscine du lycée Koyama est ouverte aux individus non étudiants. Selon le conseil des élèves, ce serait une rentrée de fonds conséquente et nécessaire. On y croise un nombre ahurissant de bambins dans le bassin chaud. Curieux. Je suis certain que l'on pourrait inviter l'équipe d'une chaîne de compilations de ratés sur internet pour faire rentrer encore plus de fonds. Mais mon avis ne les intéresse pas.

— Pousse toi ! Formatheux ! Qu'est-ce qu'on t'a dit la dernière fois ? S'écria Kirigaya, un élève de notre classe que je n'apprécie pas particulièrement.

Kirigaya Matsushita

Plutôt turbulent et indiscipliné. Il a pour habitude de s'habiller en survêtement de marque avec un t-shirt à manche longue de couleur jaune. Fils de bonne famille, son père est ingénieur dans les technologies de surveillance. Je suis un peu sa cible préférée.

Suite à ce genre d'incident, les regards se braquent sur moi à chaque début de cours. Par ailleurs, je tiens ce surnom de mon projet professionnel. Plus tard, je souhaite intégrer une université sur Tokyo où je pourrais suivre une formation dédiée à l'informatique et aux réseaux de télécommunication, il paraît que les débouchés sont intéressants. Au niveau des revenus. Cependant, les mathématiques sont importantes pour ce genre de formation, d'où mon surnom : la contraction d'"Informatique" raccourci en "Fort", et de "Faux", suivit de "matheux". Leur passe-temps se résume à cela, à nuire à ma réputation déjà équivalente à celle d'un sac poubelle éco+.

Mais ce n'est pas le seul à me prendre pour un punching-ball. Une liste non exhaustive des shérifs de cette classe figure au fond de la salle.

Aria Nichisawa

Douée en dessin, on pourrait penser que cette dernière passe son temps à jouer avec ses crayons sans pour autant déranger le monde, mais que-neni. Elle dessine dans l'unique but de m'assaillir, mais certes, d'une manière plutôt créative et originale. Elle dirige toutes et tous les talents artistiques de cette classe.

Misaka Fujiwara

Pratique le Kendo depuis plus de 6ans, elle entraîne la majorité des sportifs et sportives afin de me nuire. Normal.

Kaguya Chitoge

L'élève la plus influente de la classe, une affiche qui lui est entièrement dédiée est affichée au fond de la pièce. Disposant de beaucoup de contacts, elle organise la plupart des manifestations contre on-ne-sais-quelle énième chose qui ne va pas dans cette école. Prenant des gift-cards en guise de paiement, pour n'importe quelle affaire, c'est à se demander où va le monde.

Au fait, je m'appelle Lodaka, j'ai 17ans, et je possède pour seul territoire la chaise située à côté de la fenêtre qui donne sur la ville, deuxième rangée en partant du fond(1).

— Aujourd'hui, nous accueillons une nouvelle élève, je compte sur vous pour que vous l'accueilliez de la meilleure façon possible ! S'exclama notre professeure, devant les yeux ébahis de la classe. Enfin, des garçons, qui espéraient de tout cœur qu'une fille pointe le bout de son nez. Après tout, cinq élèves sont déjà arrivés tout au long du premier semestre, je commence à avoir l'habitude. Je pose ma lourde tête sur mes bras croisés, et je commence à réfléchir pour éviter tout risque d'humiliation.

On entend des pas dans le couloir. Ils émettent des bruits très faibles, mais des sons uniques que je n'ai jamais entendu dans ce lycée. Comme si une fée ou un autre être fantastique avait décidé de franchir un portail inter-dimensionnel pour finalement échouer dans ce repère de cancres. Je lève la tête, curieux d'apercevoir quel genre d'extraterrestre cela pouvait être. Lorsque l'individu rentra dans la salle, cette dernière s'illumina de toutes les couleurs, plus que la palette de couleurs primaires indiquée sur la liste de fournitures au collège. C'était une jeune fille, brune, de taille similaire à la mienne. Ses cheveux formaient des couettes qui reposaient sur ses frêles épaules. Elle ne portait pas l'uniforme du lycée, étant vêtue d'un débardeur blanc et d'un jean court. Ses grands yeux ont croisé les miens en l'espace d'une fraction de seconde, mais cela fut suffisant pour illuminer ma journée.

— Bonjour, je m'appelle Hina. Ravie de faire votre connaissance, j'espère que nous nous entendrons bien. Je compte sur vous !

(1) Dans les animés du genre « School-Life », le personnage principal est toujours (ou presque) assit sur cette fameuse chaise.

Voilà pour le 1er chapitre ! Je vais upload les suivants petit à petit, l'histoire est terminée de mon côté. N'hésitez pas à vous défouler en REVIEW ! Merci d'avoir lu :)