-Minute tête de mousse. T'as dit quoi à l'instant ?

Roronoa Zoro poussa un grognement agacé. Déjà, parce qu'il en avait assez que le stupide cuistot lui colle ce surnom ridicule, ensuite parce qu'il n'avait aucunement envie de répéter sa phrase. C'était déjà assez dur à dire une première fois…

-J'ai besoin de ton aide, marmonne-t-il.

Sanji se permit de jubiler un instant. C'est vrai, le grand, le fort, l'imperturbable Roronoa Zoro met de côté sa fierté pour lui demander de l'aide, à lui, son plus grand rival ! Un sourire satisfait s'étira sur ses lèvres, et Zoro serra la mâchoire, profondément agacé. Mais il laissa le blond profiter, car ça n'allait pas durer bien longtemps.

-Bon, reprend Sanji. Qu'est-ce que tu attends de moi ?

-Je veux que tu m'aides à séduire quelqu'un.

Devant le regard noir du blond, il s'empressa d'ajouter.

-Ce n'est ni Nami, ni Robin.

Sanji s'alluma une cigarette. Si Zoro ne voulait pas séduire l'une de ses précieuses dames, alors qui veut-il draguer ? Et d'ailleurs, pourquoi Sanji devrait l'aider ? Il n'est pas un expert à ce qu'il sache, et il n'y a pas écrit « cupidon » sur son front. Il expira un nuage de fumée et claqua.

-Non.

-Pourquoi ?!

-Je n'ai aucune raison de t'aider à te caser. Démerde-toi.

Zoro avait envie de lui refaire le portrait, mais il s'efforça de calmer ses nerfs. Déjà parce qu'une bagarre dans la cuisine, c'est mauvais. S'ils cassent quelque chose, Nami va les frapper, et l'épéiste verra sa dette augmenter. De plus, il avait prévu le refus du blond, et il avait trouvé un moyen de le convaincre qui allait très certainement se révéler efficace. Un rictus mauvais s'étira sur ses lèvres, ce qui déplut fortement à Sanji.

-Je savais que tu refuserais.

-Parfait. Va demander à quelqu'un d'autre.

-Écoute mon argument sourcil en vrille. Tu m'aides, ou sinon…

Devant le regard de Sanji, il sortit de sa veste une photo qu'il montra au blond, tout en la maintenant hors de sa portée. Ça ne manqua pas, et Zoro put rire intérieurement en voyant les yeux de Sanji s'écarquiller et ses joues devenir rouge pivoine. Le blond serra les poings de rage et cracha.

-Où as-tu eu ça…

-Ivankov.

Sanji déglutit, fixant avec haine la photo prise de lui à son insu durant les deux ans où l'équipage fut séparé. On le voyait habillé d'une robe rose et d'une perruque grotesque, avec pas mal de maquillage. Il avait honte de cette partie de sa vie et le fait que Zoro possède cette photo lui donnait envie de disparaitre dans l'océan pour toujours.

-Bon, j'ai compris, soupire Sanji. Je t'aide et tu me la rends.

-Non.

-Plaît-il ?

-Tu rêves, je la garde ! Elle m'est trop utile. En revanche, si tu m'aides, je ne la montre pas aux filles.

Sanji eut beau protester, il n'avait plus le choix désormais. Hors de question que Nami-swan et Robin-chan le voit dans cette tenue ! A contrecœur il accepta le marché de l'épéiste, qui rangea la photo dans sa veste. Tout c'était passé comme prévu… Sanji souffla une nouvelle fois de la fumée, puis demanda d'une voix lasse.

-Qui deviendra madame tête de mousse ?

-Luffy.

Le blond manqua tomber de sa chaise.

-Tu te fous de moi là ! Luffy ! C'est impossible !

-Comment ça ?

-Aider un constipé des sentiments à draguer un ignorant du sexe ?! Je ne vois pas comment vous mettre ensemble !

Zoro tapota sa veste l'air de dire « bah tu vas devoir trouver ». Sanji n'a jamais autant haïs l'épéiste qu'en cet instant. Le voilà dans une sacrée merde. Comment il va faire, il n'est pas très calé dans ce domaine ! Bon, OK il a dragué des filles, mais là il s'agit de Luffy ! Luffy bordel de cul ! Et le marimo ! Il avait beau chercher, aucune idée brillante ne lui vient.

-Pourquoi tu m'as demandé à moi ?!

-Parce que tu es le seul qui pourra m'aider. T'as toujours des plans pour nous tirer d'affaire alors fait marcher le cerveau qui se cache derrière tes sourcils enroulés !

Sanji ouvrit la bouche pour déverser une flopée d'insultes à l'encontre du marimo, lorsqu'un hurlement retentit, faisant trembler les murs de la spacieuse cuisine du Thousand Sunny.

-Sanji ! J'ai faim !

-Stupide capitaine, marmonne le blond. Toujours à réclamer de la bouffe…

Alors qu'il se levait dans l'intention de répliquer « gentiment » à Luffy que ce n'était pas l'heure de manger, une idée brillante germa soudain dans son esprit machiavéliquement pervers. Le marimo avait raison tout compte fait, il trouve toujours des plans pour sauver ses nakamas. Et des plans fabuleux, sans se vanter.

-Hé l'algue verte…

-Hn ?

-T'es prêt pour ta première leçon de drague ?


Zoro regarda, incrédule, Sanji lui donner une assiette pleine de viande. Il était assez inhabituel que le blond permette à Luffy de manger entre les repas, puisqu'il faisait toujours très attention à la nourriture. Sanji s'essuya les mains avec un torchon, regardant le marimo comme s'il attendait quelque chose.

-Je fais quoi avec ça, demande intelligemment Zoro.

-T'es plus attardé que le croyais.

-Oï !

-Leçon numéro une, le bonheur de Luffy passe par son estomac.

Le plan de Sanji est simple : pour que Zoro se fasse encore plus aimer de Luffy, il suffit qu'il lui fasse croire qu'il a risqué sa vie pour lui en se faufilant en douce dans la cuisine pour voler de la viande. Zoro fut sceptique quelques secondes, surprit que Sanji accepte de nourrir encore plus Luffy juste parce qu'il lui a demandé de l'aider à sortir avec. Mais il n'insista pas et se dirigea avec entrain vers son capitaine.

-Hé, Luffy !

-Hn ? Zoro ?

Le petit brun pencha sa tête en arrière, assit en tailleur sur la tête de lion à l'avant du Sunny. Zoro jeta un coup d'œil à Sanji, lequel l'encouragea à continuer. Zoro tendit alors l'assiette de viande à son capitaine, lequel se mit avoir les yeux brillants de gourmandise.

-J'ai piqué ça à Sanji pour toi. J'ai risqué ma vie pour ça.

-Super ! Merci Zoro !

Luffy s'empara de l'assiette, avalant goulument la nourriture avec des gémissements de plaisir. Zoro le regarda faire en souriant, lorsqu'il entendit des bruits de pas rapide. Il se retourna et se mangea le pied de Sanji en pleine gueule. Luffy mâchonna une cuisse de poulet en regardant son second s'écraser contre le bord bateau. Sanji souffla de la fumée et marmonna.

-Je t'y prend à voler de la bouffe.

Zoro se remit debout d'un bond, attrapant Sanji par le col de sa chemise. Il n'a pas vraiment apprécié ce retournement de situation. Il entraîna le cuisinier un peu plus loin, prêt à lui hurler au visage sa façon de penser.

-Je peux savoir ce que ça signifie ?!

-Ça fait plus crédible si je t'engueule. Pense à ma fierté d'homme.

-Encore un coup comme ça et tu ne seras plus un homme pour Nami et Robin !

-Justement, c'était ma vengeance. Bon, t'as plus qu'à recommencer ça plusieurs fois et Luffy te tombera dans les bras.

Sanji enfonça ses mains dans ses poches et se détourna. Il a fait son devoir, il n'a plus rien à voir avec cette histoire. Malheureusement, une main pressante se posa sur son épaule, serrant si fort qu'il grimaça légèrement de douleur. Apparemment, Zoro n'était pas décidé à en rester là.

-Tu crois aller où comme ça ?

-En cuisine.

-Si tu t'imagines que ton rôle est terminé, tu te trompes lourdement.

« J'ai rien demandé moi » pleurniche mentalement Sanji. Depuis sa position, Luffy les observait en fronçant les sourcils. Ses nakamas manigances quelque chose, et il aurait aimé être dans la confidence. Surtout si c'est pour jouer un mauvais tour à quelqu'un ! Il avala le dernier bout de viande et posa l'assiette.

-C'était bon, merci les gars !

-Merde, je voulais récupérer la bouffe, râle Sanji.

-Je lui ai donné à lui, pas à toi.

-Qu'il finisse l'assiette ne faisait pas partie de mon plan.

Tant pis, c'est un mal pour un bien. Plus vite Luffy sera amoureux de Zoro et plus vite Sanji sera libéré de ce pacte avec le diable. Ensuite, il essaiera de récupérer la photo et de la détruire, pour que le marimo n'ait plus d'autres occasions de le faire chanter. Il mâchonna le filtre de sa cigarette, pensif. Il suffit d'imaginer que Luffy est une demoiselle et Zoro un charmant jeune homme (on repassera sur le charmant…). Qu'est-ce qui pourrait faire craquer une jeune femme…

-Je sais, s'exclame Sanji.

-Tu as un autre plan, demande Zoro.

-Un classique, mais il n'y a que ça de vrai ! Si tu veux Luffy, tu dois l'impressionner !

Zoro hocha la tête, prenant un air concentré, même s'il ne pige rien aux paroles de son camarade. Et comme le cuisinier n'arrêtait pas de rire sadiquement, apparemment fier de son idée, il n'était pas près d'obtenir des explications. En fait, il ne voyait pas vraiment comment impressionner Luffy de sorte que ça lui reste dans le crâne et le fasse tomber pour lui.

-C'est quoi exactement ton délire ?

-T'as déjà ouvert un livre de conte une fois dans ta vie marimo ?

-Ce n'est pas la question !

-Bon, je t'explique. La princesse est en danger, le prince la sauve, elle est impressionnée par sa force et tombe amoureuse, ils se marient, on des… Pour toi la case mariage est la dernière.

Zoro ne fit pas attention à sa remarque. Il essayait de se visualiser dans sa tête le récit de Sanji. Donc, si la princesse qui est en danger se fait sauver par un prince, alors le prince est quelqu'un d'impressionnant. Donc, s'il veut impressionner Luffy, il doit sauver une princesse ! Mais ce serait embêtant si la princesse tombe amoureuse de lui… Puis Zoro n'est pas un chevalier. Et il va la trouver où sa princesse ? Il veut que Luffy l'aime tout de suite !

-J'ai l'impression que tu n'as pas compris, soupire Sanji.

-Bah… Je ne vois pas pourquoi je dois aller sauver une princesse. Ce n'est pas une princesse que je veux, c'est Luffy !

-Idiot de marimo, la princesse c'est Luffy !

-Luffy n'est pas une princesse, c'est un garçon.

-C'est le contexte, merde !

Il n'aurait pas dû lui donner d'exemple, ça l'a encore plus perdu qu'autre chose. Sanji souffla de la fumée, essayant de calmer ses nerfs. Si un jour quelqu'un lui avait dit qu'il devrait jouer les experts en amour, il aurait donné un bon coup de pied à cette personne. Il essaya de parler calmement.

-Luffy va se faire attaquer, et tu vas le sauver. Comme ça il sera impressionné et redevable. Il tombera amoureux de toi après ça.

-T'as pas une meilleure idée ?

-Tu te déclare.

-Et du coup, qui va l'attaquer ?

Sanji ricane moqueusement, agitant sa cigarette sous le nez du sabreur.

-Engage un acteur. Ou demande à Usopp.

-Fais-le toi.

-Non ! Pourquoi moi d'abord ?!

-Tu es le seul qui pourras supporter mes coups.

-Me flatter ne changera rien. Je refuse !

Et puis quoi encore ! Il doit déjà trouver des idées pour que ce stupide épéiste aux cheveux verts fasse tomber Luffy amoureux de lui, il ne va pas en plus se coltiner le sale boulot ! Il n'avait aucunement envie de jouer le rôle de l'agresseur. Zoro fit la moue et insista.

-Love Cook, fait pas ta mauviette et accepte !

-Si c'est comme ça que t'espère me convaincre !

-J'ai un super argument !

-Lequel ?

Zoro posa sa main sur son torse, un sourire mesquin sur le visage.

-Le rose te va bien je trouve. Tu crois que Nami sera de mon avis ?

-Je te déteste…


-Luffy arrive vers toi. Tu es prêt ?

-Je t'ai dit que je te détestais ?

-T'es prêt, oui ou merde ?!

Sanji grogna quelque chose qui ressemblait à un « oui », s'efforçant de cacher ses mèches blondes dans son bonnet noir. Il ressemble à un voleur, fringué dans ces habits de cuirs sombres. Les passants le regardent avec dégoût. « Dernière fois que je fais quelque chose pour cet idiot » peste Sanji dans sa tête. Il met ses lunettes de soleil et jette un coup d'œil depuis le mur derrière lequel il est caché. Luffy arrive dans sa direction en sifflant.

-Je le vois, murmure le blond dans son den-den mushi.

-Tu l'agresses, je le sauve, tu t'enfuis, tu te changes et tu retournes au bateau. T'as compris ?

-C'est mon plan alors je sais ce que je dois faire !

Agacé, Sanji rangea le petit escargot dans son manteau (un manteau ! alors qu'il crève de chaud ! il allait tuer Zoro un jour, foi de Sanji !). Lorsque Luffy fut assez proche de lui, il lui sauta dessus avec la plus grande discrétion du monde. Luffy se baissa au dernier moment et Sanji lui passa au-dessus de la tête, allant s'écraser contre un lampadaire.

-J'ai trouvé une pièce, s'exclame le brun.

Il continua à marcher tranquillement, ne voyant pas Sanji qui pleurait ses vertèbres décédées. Zoro arriva en courant, le prenant par les bords de son manteau pour le remettre debout. Ensuite, il le secoua comme un prunier.

-Mais qu'est-ce que t'as foutu putain ?!

-Je voulais me reposer à l'ombre de ce lampadaire… T'as bien vu que je lui suis passé au-dessus !

-Même un truc simple tu ne peux pas faire ?!

-T'as qu'à le faire toi ! Fait pas chier !

Zoro le regarda, blasé. Bah ouais, il va agresser Luffy, puis le sauver. Le Cook a dû retomber sur sa tête, parce qu'il ne sait plus trop ce qu'il dit. Sanji s'alluma une cigarette, retirant d'un geste ferme les mains de Zoro de ses vêtements. En tant qu'homme, il refuse de rester sur un échec. Il va attaquer Luffy, Zoro et lui se marieront, et cette photo disgracieuse ne sera bientôt plus qu'un lointain souvenir.

-Retourne te cacher marimo. Je m'en occupe.

-T'es sur ? Tu boites un peu…

-La ferme !

Sanji parvient à rattraper Luffy en un rien de temps. Une fois a porté de voix, le blond essaya de prendre un ton rauque, puis cria son prénom. Le petit brun se retourna et se reçu un coup de pied dans le ventre. Il roula sur plusieurs mètres en poussant des gémissements de douleur.

-Hé, t'es qui toi, hurla Luffy. Pourquoi tu m'attaques ?!

-Parce qu'aujourd'hui tu es une princesse, pense Sanji.

Il se mit à courir dans sa direction à nouveau, mais Luffy se mettait déjà debout pour se défendre. Au combat, Sanji savait pertinemment qu'il n'avait aucune chance contre son capitaine. Mais si la ruse s'en mêle… Alors que Luffy levait le poing, il s'écria.

-Une montagne de viande !

-Où ça ?!

Luffy tourna la tête, les yeux brillants. Sanji lui donna un coup de pied à l'arrière du crâne, le maintenant au sol. C'est alors que Zoro arriva. Le blond le vit du coin de l'œil, mais fit comme si de rien n'était, se préparant mentalement au coup de poing qu'il allait recevoir. « J'espère que ce marimo se rappelle qu'il doit me frapper au torse, et surtout pas au visage » pense Sanji.

Ce ne fut ni l'un ni l'autre.

-Luffy, hurle Zoro.

-Zoro, je suis là, répondit Luffy.

Il leva son bras d'un geste brusque. Un peu trop brusque. Sanji n'eut pas le temps de se reculer de son capitaine, la main de ce dernier alla se loger directement entre ses jambes. Il laissa échapper un couinement. Zoro ayant déjà pris son élan, ne remarqua pas la douleur de Sanji et lui flanqua un coup de poing dans les côtes. Le blond s'effondra. « Kami-sama, pourquoi ? » pleurniche-t-il intérieurement. Maintenant il n'a plus de côtes et plus de couilles.

-Zoro, t'es venu me sauver, s'exclame Luffy.

-Évidement. Je n'allais pas te laisser avec ce type.

-Dit, pourquoi il a couiné ?

-Il a quoi ?

Zoro baissa les yeux vers Sanji, lequel se tenait fermement les parties, versant toutes les larmes de son corps. « Ah, le Cook s'est fait castrer » remarque-t-il. Il prit la main de Luffy et le tira derrière lui, laissant Sanji agoniser sur le trottoir.

-T'occupes, c'est un travestit.

-Espèce de monstre, marmonne le blond avant de s'évanouir.


-Sanji tu rentres tard, s'étonne Usopp en voyant le blond monter sur le bateau.

-T'occupes.

-Tu boites, c'est normal ? Et on dirait que tu souffres !

-Merci de remarquer l'évidence.

-Qu'est-ce qu'il t'est arrivé ?

-La honte de ma vie.

C'est en boitillant sous les regards consternés de ses camarades que Sanji rejoignit la cuisine. Il marchait les jambes si écartées qu'il devait se dandiner comme un pingouin pour se déplacer. Le temps qu'il se lève et qu'il se déplace comme ça dans toute la ville pour retrouver le bateau, Zoro et Luffy étaient revenus une heure avant lui.

-Je vais tuer cette tête de mousse. Ma vengeance sera terrible.

Il s'affala sur une chaise de la cuisine, la manqua de peu et s'étala de tout son long par terre. Usopp ouvrit la porte, le reste de l'équipage derrière lui, et ils fixèrent le blond sans comprendre.

-Tu fais quoi, demande le sniper.

-J'aime être par terre. Ça te dérange ?

-Non…

Chopper se faufila entre les jambes de Usopp, se précipitant vers Sanji pour tenter de comprendre pourquoi il boîte. Le blond lui parla de ses côtes douloureuses, mais hors de question qu'il parle au petit renne de mini-Sanji ! Il resta donc les pattes écartées toute la soirée. Au dîner, Luffy était plein de joie, racontant à son équipage son aventure de l'après-midi.

-Et là, Zoro est arrivé et l'a frappé si fort !

-Heureusement qu'il était là, gémit Usopp. Ce type aurait pu te faire du mal !

-Je sais ! Merci Zoro !

Le vert sourit à son capitaine. Tout le monde était de bonne humeur, hormis Sanji qui broyait du noir devant ses fourneaux. Le sabreur eut un peu de peine pour lui. Le pauvre n'avait pas eu de chance cet après-midi. Alors qu'il envisageait de lui présenter des excuses, Sanji lui fit face. Son regard donna un frisson d'effroi à l'épéiste. Il avait un sourire terrifiant.

-La chance, gémit exagérément Sanji. J'aurai aimé être sauvé par Zoro moi aussi.

Toutes les personnes présentent dans la pièce se turent brusquement. Nami et Robin écarquillèrent les yeux, Brook s'étouffa avec son thé, Franky ouvrit la bouche si grand que sa mâchoire touchait le sol, Usopp tomba de sa chaise, Chopper cligna des yeux sans comprendre, Luffy fronça les sourcils d'un air interrogateur et Zoro était devenu blanc. Littéralement blanc.

-Quoi, demande Sanji.

-Sanji-kun, tu es sûr que tu vas bien, bredouille Nami.

-Oui pourquoi ?

-C'est que… C'est inhabituel que tu dises ce genre de choses.

Il le sait, et ça lui en coûte de le dire. Mais il n'a pas le choix. S'il veut caser Zoro et Luffy ensemble, il va devoir employer la manière forte. Fini les petits tours de magie dignes d'un roman à l'eau de rose. Il a perdu trop de chose dans cette guerre. Maintenant, il est temps de passer à la vitesse supérieure, même si cela implique de devoir agir bizarrement.

-C'est juste que Zoro est si fort, être dans ses bras doit être agréable !

-Cet homme n'est pas Sanji, s'époumone Usopp. Imposteur !

Il reçut un coup de spatule sur la tête.

-Luffy, j'ai raison n'est-ce pas, insiste le blond.

-Bah, commence le capitaine.

-Essaye, tu verras !

Sans prévenir, Sanji attrapa Luffy par le bras, le collant contre le torse de Zoro. Les deux pirates devinrent aussitôt rouges comme des tomates. Nami et Robin gloussèrent tandis que les garçons fixaient le couple avec étonnement. Sanji semblait satisfait de lui-même. Alors que Zoro allait repousser Luffy, le plus jeune enroula ses bras autour de son torse.

-T'as raison Sanji, on y est bien, murmure-t-il timidement.

Zoro devient encore plus rouge, mais au fond de son cerveau ça hurlait de joie de tous les côtés. Usopp se tourna vers Sanji, l'air suspicieux.

-Comment tu sais ce que ça fait de faire un câlin à Zoro ?

Nouveau coup de spatule sur la gueule. Sanji s'excusa ensuite, prétextant une urgence. Il partit ensuite (toujours en mode pingouin) vers la chambre des garçons. Il s'approcha de la couchette de Luffy et détacha les cordes. Il ouvrit la fenêtre et jeta le tissu dans la mer. Plus de hamac pour Luffy. Le blond ricana et retourna dans la cuisine.

-C'est déroutant de te voir marcher comme ça, déclare Franky.

-Je sais mais je n'y peux rien.

-Je compatis.

-Connaisseur ?

-Rappelle-toi quand j'ai rejoint l'équipage.

Robin se tourna vers eux avec un sourire effrayant sur le visage. Les deux garçons frissonnèrent.


-Je prends le premier tour de garde, déclare Robin.

-Au lit maintenant, baille Usopp.

Les garçons descendirent tous ensemble vers la chambre qu'ils partageaient tous ensemble. Franky se laisse tomber dans sa couchette avec un gémissement de bien-être. Sanji prit bien son temps, avec un sourire étrange sur les lèvres. Zoro le regardait, se posant des questions. Pour lui, il était clair que le blondinet avait encore prévu quelque chose.

-Les mecs, j'ai plus de couchette, s'exclame Luffy.

-Qu'est-ce que tu racontes, grogne Usopp.

Il compta les hamacs, mais réalisa qu'il en manquait effectivement un. Là où se trouvait normalement le lit de Luffy, il n'y a plus que des restes de cordes coupées.

-Flûte alors, intervient Sanji. Quelqu'un l'a volé !

-Mais je dors où, se plaint Luffy.

-T'as qu'à dormir avec Zoro.

L'épéiste rougit instantanément. Dormir ? Avec Luffy ? Tous les deux ? Toute la nuit ? Dans le même hamac ? Proche l'un de l'autre ? Il va faire une hémorragie nasale, c'est sûr. Sanji poussa Luffy vers le lit habituel de Zoro.

-Vous allez bien dormir tous les deux.

-C'est pas un peu petit ?

-Tu dormiras sur Zoro alors.

-J'aurai trop chaud.

-Dors à poil.

Depuis le nid de pie, Robin entendit des bruits sourds comme si quelque chose était tombé, suivit de la voix de Usopp qui criait que Zoro avait besoin d'un docteur, car il venait de s'effondrer avec le nez en sang.


-Alors marimo, satisfait ?

Zoro posa son haltère immense, essuyant la sueur de son front avec une serviette. Il ne prit pas la peine de se retourner pour faire face au cuisinier, lequel était en train de fumer, les yeux levés au ciel.

-J'ai bien dormit, répond finalement l'épéiste.

-Tant mieux.

-Je suis de bonne humeur.

-C'est chouette.

-Si tu veux un truc c'est maintenant.

Il entendit les pas de Sanji. Le blond apparut soudain dans son champ de vision, une photo à la main. Zoro n'eut aucun mal à reconnaitre celle qu'il utilisait pour faire du chantage à Sanji. Il fronça les sourcils, jetant un regard d'incompréhension au blond.

-J'ai un plan. Un ultime plan. Si je ne me loupe pas, Luffy est tien ce soir.

-Tu veux la photo en échange ?

-Je veux que tu brûles cette photo.

Zoro sourit, amusé, et hocha la tête. Satisfait, Sanji retourna en cuisine. Il avait convaincu Luffy de faire la fête le soir même, et leur capitaine étant toujours prêt à s'amuser, avait accepté. Le blond avait préparé beaucoup de nourriture, mais ce n'était pas là le but principal de son plan. Il ouvrit avec une clé un placard secret, contemplant les bouteilles d'alcool alignées à l'intérieur. Il poussa un soupir las.

-Quand faut y aller…


La soirée était déjà bien entamée, mais Zoro ne parvenait pas à se détendre. L'équipage était en train de manger, et l'épéiste avait appliqué les conseils de Sanji en laissant Luffy se servir dans sa nourriture, pour la plus grande joie de Usopp, qui put garder sa propre viande pour lui. Mais quelque chose inquiète Zoro et pour cause : Sanji n'était pas venu du tout.

-Il complote quelque chose de mauvais, se dit-il. Tellement mauvais qu'il a besoin d'un temps de préparation psychologique.

Pour le coup, il aurait presque eu raison. Sanji avait bien besoin d'une préparation, mais elle était plus physique, car une fois cela fait, il ne pensera plus à rien. Le blond était resté dans la cuisine et s'était enfilé plusieurs verres d'alcool, jusqu'à être parfaitement pompette. Une fois qu'il n'était plus capable de différencier sa gauche et sa droite, il tituba jusqu'à ses nakamas.

-Sanji, tu as encore mal, demande Chopper.

-Je ne sens plus rien du tout.

Il trébucha et se mangea le sol. Un gloussement lui échappa tandis qu'il se redressait. Ses amis purent le croire sur parole. Usopp afficha une mine inquiète.

-Tu es sûr que ça va ? Tu es bizarre depuis quelques jours…

-J'ai juste un peu bu.

-Bu comment, demande Nami.

Il fronça les sourcils de concentration, puis écarta les bras.

-Comme ça ?

-Usopp va faire un arrêt cardiaque, marmonne Franky.

-Moi aussi, même si je n'ai pas de cœur, renchérit Brook.

-Je ne vais pas faire un arrêt cardiaque pour si peu, se défend Usopp.

En revanche, lorsque Sanji se mit à fleurter avec tout et n'importe quoi, il sentit qu'il serait prêt à perdre la tête. Le blond avait commencé par Nami et Robin, comme d'habitude, puis avait complimenté Brook, caressé Chopper, câliné Franky, avait essayé de faire la même chose avec lui, et maintenant il voulait draguer le mat du bateau.

-Il va nous faire un strip-tease, demande Zoro.

-Ne dit pas ça, gémit Usopp.

-Qu'est-ce qui lui a prit pour être si bourré, se demande Robin.

Soudain, Sanji laissa tranquille le mat, et se rapprocha de Zoro. Tout l'équipage se figea, les yeux ronds. Qu'il drague les filles, normales. Chopper, bon ça pouvait être de l'affection. Un mat, c'est une passion comme une autre. Mais Zoro. Zoro ! Son rival éternel, celui qu'il ne peut pas encadrer, celui avec qui il se dispute toujours. Si Sanji se laisse aller à flirter avec Zoro, TOUT LE MONDE voulait être témoin de ça.

-Oi, Love Cook. Tu devrais reculer.

Sanji ne l'écouta pas, s'accroupissant devant lui. Il tendit les mains, les posa sur les joues du sabreur, plongea ses yeux dans les siens… et lui tira les joues en rigolant comme un gamin de dix mois qui tire sur les cheveux de ses parents. L'équipage ne comprit pas pourquoi ils avaient un arrière-goût de déception… Ça aurait pu être drôle.

-Lâche-moi idiot, grogne tant bien que mal Zoro.

-T'es trop mignon comme ça. Je pourrais t'embrasser.

Personne ne prit cette déclaration au sérieux. Personne sauf Zoro, qui avait bien vu le regard machiavélique de Sanji. Oh il était pompette le blondinet, et pas qu'un peu. Mais il n'a pas perdu le nord et son objectif est bien clair dans sa tête. Alors il se pencha en avant brusquement, dans l'intention de poser ses lèvres sur celle du bretteur, qui était incapable du moindre mouvement.

Mais une main se posa sur la bouche de Sanji, qui sourit.

-Victoire, pense-t-il.

Zoro tourna la tête, surprit, vers son capitaine. Luffy avait étendu son bras pour empêcher le baiser, et il affichait désormais un air renfrogné. Lentement, le petit brun se leva, attrapa le poignet de Zoro et le tira de force pour que l'épéiste vienne s'assoir plus près de lui. Sanji se pencha en avant et posa une main sous son menton.

-C'est chasse gardée, demande-t-il.

Sans hésitation, Luffy acquiesça et entraîna un bretteur béat de bonheur jusque dans la cuisine. Sanji sourit tendrement en les regardant partir. Lorsqu'ils disparurent dans la cuisine, il se retourna dans l'intention de prendre à manger, mais se retrouva fixé intensément par ses compagnons.

-Quoi, demande-t-il.

-Il s'est passé quoi à l'instant, s'exclame Nami.

-Même, il se passe quoi depuis quelques jours, renchérit Usopp.

Sanji haussa les épaules, ricana bêtement et commença à manger. Ses nakamas soupirèrent de frustration. Leur ami était trop bourré pour leur dire quoi que ce soit. Dans la cuisine, Luffy faisait face à Zoro, les bras croisés et l'air boudeur.

-Pourquoi Sanji voulait t'embrasser ?

-Qu'est-ce que j'en sais. Il est bizarre quand il est bourré.

-Mais toi tu ne voulais pas ?

-Non !

Un énorme sourire s'étira sur les lèvres du capitaine, et Zoro cru un instant qu'il allait mourir d'un arrêt cardiaque. Son sourire était si magnifique, il faisait voler des papillons dans le ventre de l'épéiste, et battre son cœur si vite qu'il pourrait sortir de sa poitrine. Ses joues devinrent rouges pivoines, et il se reprocha mentalement d'être aussi sensible en ce moment. Luffy baissa soudain la tête, jouant timidement avec ses doigts.

-Dit, Zoro…

-Hn ?

-Si… Si c'est moi qui t'embrasses… Tu seras d'accord…

Zoro ne prit pas la peine de formuler un seul mot, se jetant sur Luffy avec toute la passion qu'il a dû contenir en lui jusqu'ici. Bien que surprit, le plus petit se laissa aller entre les bras de son amoureux, répondant au baiser timidement. Bientôt, il fut allongé sur la table, les grandes mains de Zoro caressant son corps avec désir.

-Je t'aime Luffy.

-M… Moi aussi Zoro…

Souriant tendrement, Zoro parsema le visage de son capitaine de baiser. Alors qu'ils allaient se caresser à nouveau, un couteau de cuisine placé soudainement juste sous le nez de Zoro les fit s'arrêter net.

-Si vous faites ce genre de chose sur la table où nous mangeons tous les jours, je vous expédie dans les profondeurs de l'océan.

Zoro jeta un regard noir à Sanji pour son interruption fort regrettable, embarqua un Luffy complètement perdu sur son épaule et s'enfuit en courant vers la chambre des garçons. Sanji le regarda partir, heureux que cette histoire se soit bien terminée. Il a fait sa part du marché, ses amis sont heureux ensemble et il va pouvoir reprendre une vie normale où il n'aurait plus à se ridiculiser. Le lendemain, pourtant…

-Hé, sourcils en vrille.

-Qu'est-ce que tu veux sabreur de mes deux ?

Le blond dévisagea Zoro, qui venait prendre place à la table de la cuisine. Même pas un jour après sa mise en couple avec Luffy, il vient déjà le faire chier.

-A propos de la photo…

-Quoi ?

-Je ne l'ai pas brûlé.

-Quoi ?! Pourquoi ?!

-J'ai encore un service à te demander.

Méfiant, Sanji s'approcha prudemment du sabreur.

-Quel genre de service ?

-Tu peux convaincre Luffy d'avoir des relations sexuelles avec moi ?

C'est sous les yeux de leurs camarades surpris que Zoro se fit expédier dans l'océan à coup de pied par un Sanji très énervé qui lui reprochait de lui avoir pris sa dignité et ses couilles, et de vouloir à présent lui prendre sa santé mentale. Faut pas pousser mémé dans les orties ! Il avait assez donné de sa personne.

Le lendemain, au plus grand dam de Sanji, Nami et Robin avaient reçu une photo spéciale d'un mystérieux inconnu…