Moonlight Eyes

« Je me porte volontaire, » décida Nyota sans aucune hésitation.

Tous les regards se tournèrent vers elle, celui d'un certain second plus insistant que les autres. Le capitaine la jugea un instant : elle était ferme et ne ferait pas machine arrière. Alors il se décida à son tour.

« Très bien. Nous partirons tous les de... »

« Je me porte volontaire également, » coupa Spock.

« Hors de question, » répliqua Kirk. « On a besoin de vous à bord. Vous nous serez inutile sur ce terrain inconnu. »

Le ton du capitaine était sans appel malgré le regard suppliant de son second. Mais ce dernier finit par se résoudre : Nyota et James étaient sans égaux, ils s'en sortiraient.

« Bien, » reprit James. « Donc nous débarquerons sur cette planète dans deux heures, au lever du jour. Préparez-vous. »

Tout le vaisseau s'activa pour trouver un terrain d'atterrissage qui les ferait bénéficier d'un abri : s'il y avait de la vie sur cette planète, les indigènes ne devaient pas les voir.

Spock avait accompagné James dans sa cabine. Ainsi le vulcain regarda un moment son ami préparer ses affaires avant qu'il ne se décide à prendre la parole.

« Tu sais pourquoi je tiens à ce que tu restes. » Spock baissa le regard. « Nous avons perdu un membre important de notre équipage, nous en sommes tous affectés... Bones particulièrement. Vous êtes devenus proches, il a besoin de soutien. Si je pars... »

« Pourquoi ne pas m'envoyer à ta place ? L'équipage a plus besoin de son capitaine ! » argumenta Spock.

« Toi et Nyota ? Tous les deux seuls dans cette jungle ? Je suis pas sûr que c'est la meilleure chose à faire après votre rupture. Elle a besoin de temps. »

« Bien sûr... »

Spock était loin d'être bête, il comprenait tout cela. Ainsi il ne rajouta rien. Après tout, son capitaine avait raison : l'équipage avait besoin d'un pilier pour rester debout après la mort de Chekov. McCoy avait besoin de lui pour ne pas s'effondrer.

Le soleil accompagna la descente toute solennelle des deux explorateurs. Les rayons couleur de miel passaient à travers les nombreuses feuilles pour venir parsemer leur chemin de douces flaques lumineuses. L'éclairage changea pourtant au fil des heures de marche, dévoilant des aspects aussi nombreux que surprenant de cette flore vivante. Pour autant ce spectacle cachait un environnement hostile qui pouvait s'avérer être mortel pour des visiteurs imprudents. Fort heureusement, Kirk et Uhura étaient des professionnels : rien ne leur échappait, et les surprendre était difficile, voire impossible. Pourtant, quelqu'un sur cette planète avait repéré leur présence, quelqu'un dans cette jungle allait les surprendre.

Jim souleva une énième branche quand un grand bâton de métal noir se planta devant son nez, menaçant.

« Un pas de plus étrangers, et vous êtes morts. »

Alors Jim la vit : au bout de ce bâton se trouvait une charmante jeune femme aux cheveux noirs, les yeux d'un marron perçant, des habits sombres sur le dos et un air déterminé au visage. Pourtant, même de derrière, Uhura ne put s'empêcher de remarquer que cette fille dégageait une luminosité sans égal.

« Doucement ma jolie ! » lança Kirk, vexé mais charmé.

Mais le capitaine ne récolta qu'un regard noir.

« Nous venons en paix, » intervint Uhura en avançant d'un pas. La femme se fit alors menacer à son tour. Elle leva les mains mais continua à avancer pour arriver à la hauteur de son capitaine. « Nous venons en paix, » répéta-t-elle. « Nous sommes en mission d'exploration. »

Le regard de la jeune femme passa d'Uhura à Kirk et inversement pendant quelques longues secondes. Puis elle baissa son arme.

« Que faites-vous ici ? » demande-t-elle finalement.

« Nous venons recenser cette planète : nous sommes des explorateurs intergalactiques. »

« Combien êtes-vous ? »

« Nous sommes un petit équipage, mais le vaisseau est resté caché au nord, à 3 kilomètres d'ici. Mon capitaine et moi sommes les seuls à avoir mis pied à terre. »

L'indigène sembla les juger, peser sa décision.

« Nous venons de loin, » intervint Kirk. « Notre but n'est nullement de perturber l'écosystème ou les populations indigènes. Nous voulons juste observer. Et nous repartirons. »

Alors la jeune femme se décida.

« Je vais vous mener à mon camp. Je vous dirai tout ce que vous avez besoin de savoir et vous repartirez demain. C'est d'accord ? »

Et si pour la forme elle leur demandait leur accord, les deux étrangers n'avaient en réalité pas le choix. Par ailleurs, cette fille pouvait leur fournir tout ce qu'ils désiraient : que demander de plus ?

« Je m'appelle Rey. »

« Enchanté, je suis le capitaine James Kirk et voici le lieutenant Nyota Uhura. »

Ils étaient arrivés au camp de Rey en fin de journée. Les deux explorateurs étaient épuisés, Rey en revanche tenait beaucoup plus la forme. Lorsqu'ils atteignirent la petite clairière aménagée, James, à bout de souffle, s'écroula sur un tronc d'arbre servant de banc. Uhura le rejoignit, avec un peu plus de retenue tout de même, sous le regard amusé de Rey. Alors le lieutenant put observer pour la première fois depuis plus d'une heure un sourire, bien que mince, mais un sourire tout de même. Apaisant ses forces, Nyota regarda avec intérêt ce sourire : si la jeune femme était jolie avec son air sérieux, Uhura la soupçonna d'être magnifique avec un sourire sincère.

Mais pour la plus grande déception du lieutenant, le sourire disparut aussi vite qu'il n'était arrivé. Rey se tourna vers une cabane de laquelle elle sortit des gourdes. Jim ne se fit pas prier pour en récupérer une au vol et en boire tout le contenu d'une traite. Encore une fois, Uhura fit preuve de plus de retenue bien qu'elle vidât aussi la totalité de sa gourde.

« Bon, on prépare à dîner ? »

Le soir arriva bien vite, la nuit laissa tomber un voile frais sur le campement chaleureux. Le dîner finissait de bouillir sur le feu, et Rey ne pouvait détacher ses yeux de ses invités.

Mais alors qu'elle s'apprêtait à les questionner, un bruit de fracas se fit entendre à proximité. Kirk et Uhura se levèrent d'instinct la main sur leurs pistolets, prêts à dégainer vers la menace imminente. Nyota remarqua cependant que Rey était restée assise et imperturbable face à la marmite sur le feu. Et lorsque leurs regards se croisèrent, elle vit même un petit sourire.

« Repos, soldats, » se moqua l'indigène. « Ce n'est que Finn. »

« À qui tu parles Rey ? » demanda une voix dans les arbres, laissant apparaître un embarras physique. « Aah ! »

Et la seconde d'après, un grand homme à la peau noire surgit des arbres, une branche encore accrochée à son bras. Celui-ci pesta, récupéra sa manche, son panier, et se tourna vers le camp, à bout de souffle.

« Ton maître me tape sur les nerfs, Rey !... Oh ! Bonjour ! »

Pas méfiant le moins du monde, ledit Finn offrit un grand sourire aux nouveaux venus qui avaient baissé leur garde. Kirk s'avança.

« Bonjour, je suis James Kirk et voici Nyota Uhura. »

« Ils sont là pour explorer la planète, » expliqua Rey.

« Ah bah bonne chance ! Surtout si vous allez à l'est ! »

Et tandis que Finn reprenait sa mine agacée, Kirk demanda la raison de cet encouragement ironique. Le noir avança à travers le camp, posa le panier près du feu puis s'approcha de Rey pour lui coller un baiser sur le front. James put voir Nyota se tendre.

« Il y a, à l'est, le camp de mon maître et de sa sœur. Finn les supporte de moins en moins. »

Celui-ci s'assit justement à côté de la jeune femme. Les deux nouveaux se rassirent aussi pour écouter les explications. Mais, elle ne savait pourquoi, la proximité des deux jeunes rendait nerveuse Nyota.

« Il comprend pas que tu ne veuilles pas y retourner, que tous ces trucs de Jedi c'est fini pour toi ! »

« Trucs de Jedi ? » demanda Jim.

Rey croisa le regard profond et curieux de l'autre femme. Le sien était fermé.

« Vous devez avoir faim, » déclara-t-elle. « On va manger, les histoires peuvent bien attendre le dessert ! »

Aucun estomac n'osa la contredire.

Une fois les gamelles vides, l'ambiance s'était faite plus douce, plus légère. Aussi Jim risqua une question.

« Donc vous vivez ensemble tous les deux ? »

L'insistance du sous-entendu ne frappa tout d'abord pas les deux jeunes. Puis ils comprirent.

« Non ! Non, nous ne sommes pas en couple ! »

« On vit ici tous les deux mais on n'est pas... »

« Bah d'ailleurs on vit pas que tous les deux ! »

« Oui, non ! Euh non on est trois ! » expliqua Finn. « Pas trois en cou... Euh. Hum c'est euh... »

« Copain. Le sien, pas le mien. Le sien copain. Poe Dameron. Il vit ici avec nous. Mais en ce moment, il est en mission. »

« Encore... » soupira Finn.

Rey lui offrit un sourire pour le réconforter et lui frotta le bras. Il retrouva un petit sourire et mit le thé sur le feu. Uhura échangea un regard rieur avec Rey.

« Et donc, que sont ces 'trucs de Jedi' ? » demanda Nyota.

Finn et Rey se regardèrent quelques longues secondes. Puis ils semblèrent décider que les deux étrangers étaient dignes de confiance. Alors, tandis que Finn s'occupait de l'infusion, Rey se mit à conter son histoire, leur histoire.

Elle leur raconta sa rencontre avec Finn, le début de la guerre, son entraînement, les nombreux duels avec Kylo Ren, puis la bataille finale.

« Vous voyez, les forces du Premier Ordre s'épuisaient. Le Leader Suprême Snoke n'avait plus aucun pouvoir, la Générale Phasma avait été tuée et, le plus important, leur seul espoir faiblissait. On racontait que Kylo Ren doutait, qu'il ne donnait plus les bonnes directives, il refusait même de se battre. Et puis nous nous sommes confrontés, sur la même planète, Takodana, où on s'était affronté la première fois. La guerre était en train de trouver son dénouement en-haut, Kylo Ren était le seul à encore pouvoir sauver son camp. Pourtant, il est venu tout seul, son sabre éteint, son masque à la main. Il ne semblait pas vouloir se battre. Vous savez, il s'est beaucoup entraîné pour me dépasser, mais il n'a jamais pu. Ses avantages face à moi étaient son expérience et le nombre de ses soldats. Mais ce jour-là... il semblait avoir abandonné. Alors il m'a tout dit... tout avoué. Qu'il avait fait ça par dépit, parce qu'il pensait pouvoir trouver un but à sa vie auprès du Leader Suprême. Mais il avait finalement trouvé un but, il m'a dit, lorsqu'il m'a rencontrée. Il a dit m'aimer, il a dit vouloir réparer ses erreurs. Et, vous savez, des années auparavant, sur la base Starkiller, j'aurais tout donné pour achever mon travail, pour le tuer. À l'époque, la crevasse m'en avait empêchée. Mais ce jour-là, lui-même m'encourageait à le faire : il me tendait presque son sabre laser. Pourtant, je pouvais pas m'y résoudre... Je n'arrivais pas à le tuer. Il m'offrait sa vie et ma victoire, mais je suis rendue compte que, au fil de nos combats, il était devenu bien plus qu'un ennemi. Un bref moment, j'ai pensé à le ramener avec moi, le remettre dans le droit chemin et, pourquoi pas, construire quelque chose avec lui. Mais je me suis souvenue de tous les crimes qu'il avait commis. Je veux dire, moi, je l'avais déjà pardonné, mais ce n'était pas le cas de tout le monde personne n'aurait voulu lui accorder son pardon si ce n'est sa propre mère. Et s'il en ressortait vivant, de tout ça, il finirait, au mieux, en prison pour le reste de sa vie. Ce serait une torture que je refusais de lui infliger. Alors j'ai pris mon sabre, et je l'ai tué. J'ai mis fin à la guerre. Et je me suis retranchée ici. Maître Luke n'a pas vraiment compris pourquoi je me suis fermée au monde, pourquoi j'ai refusé de perpétrer ses enseignements. Mais je ne voulais plus me battre, je refuse qu'une autre tragédie comme celle de Ben arrive. Maître Luke avait son échec sur la conscience et voulait recommencer, reconstruire, reformer une génération de Jedi. Mais moi, j'avais le sang de son neveu sur les mains, je l'avais tué moi-même... pas lui. Bref. Et aujourd'hui encore Maître Luke insiste pour que je le rejoigne. »

Une ou deux minutes s'écoulèrent dans le silence de la forêt. Le feu crépitait, Finn tenait la main de son amie. Celle-ci ne laissait transparaître aucune émotion, mais ses yeux profonds semblaient noyés dans un passé lourd de regrets. Nyota l'observait avec admiration et compassion. Cette jeune femme était brisée, mais elle continuait d'avancer. Finalement, elles étaient assez semblables.

Puis, à leur tour, Jim et Nyota racontèrent leurs aventures, comment ils avaient perdus la moitié de leur équipage, comment un de leurs meilleurs amis les avait quitté beaucoup trop tôt, laissant un vide dans le vaisseau. Les histoires s'enchaînèrent jusqu'à ce que la fatigue prenne le dessus et que les esprits réclament du repos.

Avant de pouvoir enfin se coucher, Rey et ses invités durent préparer les lits : Rey laissait sa cabane et son grand lit aux deux aventuriers pour aller dormir aux côtés de Finn. Kirk, après un dernier voyage à l'autre cabane, n'attendit aucune invitation pour aller se coucher.

Uhura voulait remercier Rey avant de se mettre au lit. Elle sortit de la cabane et trouva son hôte juste devant.

« Vous avez besoin d'autre chose avant que j'aille me coucher ? »

« Je pense qu'on a tout. Je voulais te remercier pour tout. »

Rey sourit doucement. Cela faisait longtemps qu'elle n'avait côtoyé d'autres personnes que Finn, Poe ou Chewbacca. Elle était heureuse, au fond, de voir des nouvelles têtes qui ne lui rappelaient pas son passé et lui offraient des histoires d'autres mondes.

« C'est avec plaisir, vraiment... Oh ! Je vous ai donné de l'eau ? »

Sans laisser le temps de répondre, Rey se pencha pour ouvrir la tenture et regarder à l'intérieur. Mais après avoir vu que l'eau y était bien dans une cruche, en lâchant le rideau, elle se rendit compte que l'opération l'avait rapprochée de Nyota. Les deux jeunes femmes, face à face, pouvaient sentir la proximité chaleureuse l'une de l'autre dans cette nuit froide. Le souffle de Rey se rapprocha, son regard dériva vers les lèvres chocolat : elle avait soif de nouveau, un appétit d'aventures, son quotidien était morne depuis trop longtemps et cette femme, en l'espace de quelques heures, avait su apporter du piment à sa vie.

Mais elle fut coupée dans son élan par les mots rauques de Nyota.

« Je... suis désolée. Pour Kylo Ren. »

« … Moi aussi. »

Rey se recula, sourit, et partit se coucher.

Elle se coucha aux côtés d'un Jim à moitié endormi. Celui-ci l'accueillit dans la couche avec un sourire. Si elle avait su qu'un jour elle dormirait dans le même lit que ce coureur de jupons... enfin, ils ne feraient que dormir.

« Qu'est-ce qu'il s'est passé ? » demanda-t-il de but en blanc, devinant une mélancolie dans l'attitude lasse de son amie.

« On a failli... enfin, elle a voulu m'embrasser, » se confia Nyota sans aucune méfiance.

« Qui ça ? Finn ? »

« T'es con. »

Mais elle rit avec lui. Et le silence retomba. Léger dans cette nuit sombre.

« Si tu t'es portée volontaire, c'était pour t'éloigner de Spock, pas vrai ? » Aucune réponse ne fit écho à la question. « Dans ce cas, pourquoi restes-tu accrochée à lui ? »

La demande n'appelait aucune réponse.

« Dans quelques jours, nous serons de nouveau dans l'immensité de l'espace, à l'autre bout de cette galaxie. Je ne la reverrai jamais, alors à quoi bon ? »

« Jamais est un mot bien orgueilleux pour un explorateur intergalactique. »

C'était vrai : Uhura ne savait pas de quoi serait fait son avenir, où elle serait dans un an, dans dix ans, ni même dans une semaine. Le futur était trop incertain pour lui donner un tel poids dans la balance. Demain lui offrait des perspectives d'avenir, le doute lui enlèverait tout espoir.

« Tu veux un câlin ? »

« Dégage. »

Ainsi Nyota fut réconfortée dans ses décisions et s'endormit en pensant à elle.

La journée du lendemain fut animée de visites, d'exposés, de dégustations et surtout de rencontres : ils avaient fini par arriver, à force de marche, au camp des Skywalker. Ainsi Kirk et Uhura avaient appris que cette planète, nommée Endor, était surtout peuplée de petits êtres pelucheux appelés Ewoks. Et bien que vaste, cette terre était essentiellement couverte de forêt vierge.

Au camp, ils rencontrèrent Chewbacca, Lando, C3PO, R2D2, Leia et le fameux maître Jedi, Luke. L'accueil fut chaleureux et festif, si bien que tous furent conviés à rester pour un grand dîner. Comment refuser quand un grand monstre poilu et des dizaines de boules de poils vous regardent avec des yeux suppliants ?...

La fête fut délirante, les Ewoks étaient arrivés en masse et Finn s'était occupé de la musique : tout le monde s'amusait bien autour du feu. Jim faisait danser Nyota quand celle-ci remarqua une grande conversation entre Rey et Leia. Elle en oublia même quelque peu sa danse pour regarder la jeune femme écouter attentivement les paroles de son ancienne général, leurs mains se trouvant.

« Nyota ! » l'interpella Jim, en face d'elle, pour capter à nouveau son attention pour la danse.

Celle-ci s'excusa et se laissa entraîner à nouveau au rythme des pas de son cavalier.

« Ton sourire me fait chaud au cœur mon enfant. »

Rey rougit légèrement. Ses yeux tombèrent sur ses mains liées dans celles, chaudes et réconfortantes, de Leia.

« Est-ce cette femme qui te rend si heureuse ? J'ai vu la façon dont tu la regardes. Je ne t'ai jamais vue si sereine. »

« Je ne la connais que depuis hier... c'est insensé mais elle me donne une autre vision du monde, c'est comme si je vivais une autre vie, bien plus belle, quand elle me regarde. Tu sais, depuis la fin de la guerre, j'ai l'impression d'avoir tout perdu. Sans Finn, je ne pense pas que j'aurais... enfin. J'ai trouvé mon passé dans cette aventure. Mais mon avenir, il était comme mort... jusqu'à ce qu'elle arrive !... Mais c'est insensé. Je la connais depuis deux jours à peine... et elle va repartir. »

Leia la regarda un moment, souriante.

« Tu sais Rey, lorsque j'ai rencontré Han, il était détestable, de la pire espèce. Pourtant, il a suffit d'un seul regard pour que je sache que je voulais passer ma vie avec lui. Et lorsque j'ai compris que j'étais aussi amoureuse de mon frère, ne crois-tu pas que c'était insensé ? Aimer deux hommes en même temps, dont mon frère... et pourtant, c'est la seule chose qui m'a sauvée. Alors ma chérie, si tu veux quelque chose avec elle, dis-le lui. »

Rey regarda un moment le feu dansant et les ewoks s'agglutinant autour de Finn.

« Je lui ai déjà dit... enfin, non. Disons... j'ai essayé de l'embrasser. Mais... »

« Elle doit sûrement être en proie aux mêmes doutes que toi. Avec un peu de chance, elle aura trouvé en ce Jim un conseiller avisé. Il m'a l'air plutôt j... »

« Excusez-moi, » les coupa une voix déterminée. « Puis-je vous l'emprunter un moment ? »

Rey, le cœur battant, découvrit une Nyota, tout sourire, lui tendant la main.

« Je vous la laisse avec plaisir ! » encouragea Leia. « Je vais aller voir un peu mon frère. »

Ainsi Rey se retrouva, la main dans celle de Nyota, tirée vers l'arrière du campement, à l'abri des regards indiscrets. Là, dans le bruit distant de la fête, le temps sembla flotter quelques secondes.

« Rey. Je suis désolée pour hier soir. Je ne voulais pas... Enfin, si je voulais. Je n'aurais pas dû te repousser. »

« Non ! Non, ne t'en fais pas. Je comprends, vraiment. C'est ma faute. J'ai été impolie, brusque. Je ne voulais pas te forcer. »

« Mais tu ne m'as pas forcée. Je veux dire... j'en avais envie aussi. Rey tu... » Uhura reprit son souffle. « Tu me plais énormément. Je sais pas si c'est un coup de foudre, je crois même pas aux coups de foudre d'ailleurs. Mais toi... Toi tu es magnifique, tu es... intelligente, courageuse. Et je vais devoir partir bientôt mais je m'en fous ! Je m'en fous réellement. Je veux juste... être avec toi. »

Le silence accueillit sa déclaration. Pourtant, la main de la Jedi, loin de lâcher la sienne, la serra plus encore. Les secondes se figèrent quelques instants dans l'hésitation de l'action. C'était insensé, se dit Rey. Impossible, se dit Uhura. Tout ça ne menait à rien.

Alors Rey avança et, les yeux clos, plongea sur les lèvres de Nyota. Le baiser avait déjà le goût amer du départ, pourtant cela le rendit d'autant plus savoureux. La plus jeune sentit une main venir caresser sa nuque et une autre s'enrouler autour de sa taille. Leurs corps se pressèrent l'un contre l'autre tandis que Rey s'accrochait au cou de sa partenaire. Les lèvres semblèrent, à ce moment, ne jamais plus vouloir goûter autre chose qu'un baiser de l'autre.

Un doux rayon de soleil vint chatouiller les paupières de Nyota. Soupirant, elle reprit doucement conscience. Alors elle sentit une douce odeur près d'elle : la chevelure de Rey. Puis un poids sur sa poitrine, deux rondeurs aussi agréables qu'un drap de soie se pressaient contre ses seins. Elle remarqua même une jambe entre les siennes. Bref, elle était aux côtés de sa dulcinée d'un soir, et elle y était bien.

Ouvrant les yeux, elle tomba sur le visage endormi de Rey. Avait-elle déjà vu une beauté si parfaite ? Non, définitivement, non.

Alors elle repensa à leur soirée de la veille : le retour au camp, main dans la main, avec un Finn et un Jim légèrement éméchés le couchage des garçons dans le lit du Noir la première mise à nue entre les deux femmes les baisers, les caresses... Nyota pensait que sa vie était dans l'espace, elle avait tout donné pour ses missions d'exploration, mais à ce moment précis, elle aurait volontiers abandonné tout ça pour rester dans les bras nus de la Jedi.

« Enflure ! » cria une voix à l'extérieur, finissant de réveiller Uhura. « TROIS JOURS ! C'est pas long ! Trois jours bon dieu ! »

Rey grogna, réveillée par les cris.

« Poe est rentré... » soupira-t-elle en explication.

« Mais attends Poe ! » supplia Finn.

« On devrait peut-être y aller... » proposa Nyota.

Mais Rey ne se releva sur son coude que pour mieux l'embrasser...

« J'avais confiance en toi ! »

… D'un baiser langoureux...

« Poe. Pose ce pistolet s'il-te-plaît. »

Rey plongea ses yeux dans les iris sombres de Nyota.

« Maintenant on devrait y aller. »

Dehors, elles trouvèrent bientôt Jim et Finn, les mains levées, blancs ou presque, devant un Poe en tenue de mission, BB-8 traumatisé à ses pieds, et un pistolet à laser tendu devant lui.

« Poe, » intervint Rey, diplomate. « Ce n'est pas ce que tu crois. Finn ne t'a trompé qu'avec Chewie. »

« QUOI ?! »


Ne partez pas de suite, il y a un épilogue à la clé...