Bonjour, Bonsoir à toutes et tous !

Cela fait une ETERNITE que je ne suis pas active parmi vous... Cela faisait des mois que je me disais qu'il fallait que je me lance, et je dois avouer que durant cette période de confinement, je me suis dis "aller, on y va !". Alors me voici !

Cette fanfiction tourne depuis... eh bien on peut dire un peu plus d'un an dans ma tête maintenant car, en effet, elle reprendra ce qui aurait pu se passer après la guerre, donc post-Kingdom Hearts 3. RISQUE DE SPOILERS, celles et ceux qui n'auraient pas terminé le jeu, je vous déconseille de lire (mais si vous voulez, qui suis-je pour vous l'interdire ?).

Juste une petite indication, trois fois rien... on va rester situé dans les points de vue de Ïsa et Lea principalement, mais la narration sera assez générale. Juste pour prévenir que le but de cette histoire n'est pas et ne sera pas, de développer le scénario autour de Sora. Cela sera surtout basée sur 'la vie quotidienne des anciens membres de l'organisation' aka principalement Ïsa et Lea (vous vous en seriez douté) + certainement pas mal d'autres (rien de décidé encore, je vous laisse me faire part de vos envies en review).

Encore une chose : pour le moment je laisse un rating relativement doux, mais il va surement se transformer en quelque chose de plus mature (explicitement parlant. Ahem...) mais pour celles et ceux qui ne voudront pas lire de lemon ou de lime, ils ne seront pas nécessaires à l'histoire en elle-même, je préviendrai avant !

Voilà mes ami.e.s, je vous laisse lire et (pitié ?) laissé une review à la fin :) ! Cela encourage mais aussi me permettra de modifier, corriger, reprendre toutes erreurs de syntaxe, vocabulaire, grammaire, orthographe enfin bref, la totale si jamais il y a (et il y en a certainement) des fautes !

Grosses bis' and Enjoy !

OoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoO

Noir. Il faisait incroyablement sombre autour de lui. Son corps était lourd à tel point que chacun des petits mouvements qu'il osait faire lui prenait une concentration et une énergie considérable. Il ne savait pas exactement où il se trouvait, ni qui l'avait secouru. Secouru ? Pourquoi aurait-il eu besoin d'être… Ah oui… L'illumination venait de se faire. Les souvenirs commençaient à inonder ses pensées. Le Jardin Radieux, les apprentis, l'Organisation XIII… La Guerre des Keyblades, Xenmas – Non ! Xehanort – et lui aussi. Lea

Il ouvrit soudainement les yeux, affolé. Sa vue était trouble, impossible de voir correctement ce qui se passait autour de lui. Il entendait des pas précipités, des voix aussi, inquiètes et autoritaires à la fois. Il ne comprenait pas le sens de leurs mots mais il sentait une terrible pression, étouffante. Sa vue était trouble. Il ne comprenait pas pourquoi. Sa respiration se fit de plus en plus saccadée, il peinait à gorger ses poumons d'air. Il sentit des mains se poser sur ses épaules, le forçant à se recoucher. Il ne s'était même pas rendu compte qu'il s'était redressé. Puis il les sentit : les larmes roulèrent sur ses joues, les inondant de sel. Impossible de les contrôler, elles glissèrent naturellement, libres.

Puis tout redevint noir.

OoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOo

Il se réveilla doucement. Cette fois-ci, sa vue n'était plus trouble. Il faisait simplement trop sombre dans la pièce pour y discerner quoi que ce soit. Il referma les yeux, inspirant profondément. Il se souvenait. De tout. Et c'était insupportable. La Guerre des Keyblades. Et lui, aux côtés de Xenmas, défiant son ami – Lea – jalousant intérieurement de le voir à ses côtés. Oui, il avait fait tout ce qui était à sa porté pour ramener Roxas et en finir une bonne fois pour toute avec cette histoire. Mais il n'avait pas supporté de les voir ensemble, alors que lui était seul. Du mauvais côté. Et là, c'était déjà trop tard. Il était devenu spectateur dans son propre corps, sans pouvoir empêcher ses propres mouvements de frapper, déchirer, blesser… Il n'était devenu qu'un pantin, une marionnette – brisée à son tour. Il avait lutté, mais la souffrance était tellement intense qu'il préféra tout abandonner pour ne plus ressentir du tout. Enfin, c'était ce qu'il se disait, pour se persuader de continuer à vivre cette mascarade.

Et là, Roxas lui porta ce coup fatal. Parmi tout ceux qui le combattait, il fallait que ce soi lui qui le lui porte. Après tout, il l'avait sans doute mérité. C'est de bonne guerre.

Il tenta de se lever, mais une douleur dans le bras le stoppa net. Une perfusion y était plantée. Tout doucement, il l'enleva, grimaçant d'inconfort. Une fois libéré, il se tourna de manière à poser ses pieds sur le sol, prenant appui. Bien. Il sentait que son corps n'était pas complétement remis, mais c'était déjà une première étape. Maintenant, il fallait se lever. Il appuya le plus fort possible ses mains sur le matelas pour se donner de l'élan. Il tangua légèrement, pas encore très stable, mais debout ! Il inspira bruyamment et commença à faire quelques pas, précautionneusement.

Il se dirigea vers la porte et essaya de faire bouger la poignée. Il recommença. Encore une fois. Mais rien à faire : elle était de toute évidence bloquée. Il soupira, rageusement, en donnant un léger coup de poing dedans. Et s'il avait envie d'aller soulager sa vessie hein ? Il posa son dos contre la porte inlassablement fermée. Il n'avait pas sommeil et il devait absolument trouver une activité. Peu importait laquelle, mais que cela lui permette de ne plus penser. Ca lui donnait la nausée. Il passa une de ses mains contre sa bouche, se concentrant pour ne pas tout lâcher au milieu de 'sa' chambre. Il ferma les yeux, se laissant glisser le long de la porte jusqu'à se retrouver assis. Il était épuisé. Il laissa sa tête se poser, légèrement en arrière, contre la porte.

En quelques secondes, il se retrouva étaler sur le dos, décontenancé. Mais pas autant que celui qui venait d'ouvrir ladite porte. Son visage était caché par une longue mèche gris clair, ne laissant apparaître correctement qu'un de ses yeux bleus. Les sourcils relevés de surprise, aucun des deux hommes ne bougea durant quelques secondes.

- Ïsa.. ? Tout va bien ?

L'intéressé ne répondit pas tout de suite. Il rassembla ses forces tant bien que mal pour réussir à se relever sans montrer aucun signe de faiblesse. Debout contre la porte, ses jambes tremblèrent violemment, tellement qu'il fut obligé de se retenir au mur à côté. Raté, râla-t-il intérieurement.

Ienzo lui fit un sourire bienveillant et lui fit signe d'aller se rasseoir sur son lit.

- Tu n'aurais pas dû enlever la perfusion tout seul ïsa, tu aurais pu te blesser.

Ienzo prit le temps de réinstaller la perfusion sur le bras d'ïsa, qui étrangement, se laissa complétement faire. Il sembla plus que perturbé par la situation.

- Combien de temps… ?

Ienzo s'arrêta pour le regarder intensément. Il ne savait pas s'il devait lui dire la vérité ou arrondir les anglais. Après tout, il venait tout juste de se réveiller – consciemment – et il semblait être dans le flou. Ce n'était peut-être pas la meilleure idée…

- Combien de temps ? Répéta Ïsa un peu plus fort, la voix rauque, voyant que son congénère semblait réfléchir à une réponse adéquate. Il n'avait pas besoin qu'on prenne de pincette avec lui, il pouvait encaisser !

- Hm, cela fait environ 17 jours que tu es dans le coma depuis que tu es revenu. Et…

Sa phrase resta en suspens. Ïsa le regardait, les yeux grands ouverts. Il venait bien d'entendre ? 17 jours ?! Mais qu'est-ce qui avait bien pu lui prendre autant de temps pour se remettre ? Certes le combat avait été violent, mais son corps n'avait pas subi tant de dégâts que ça !

- Cela doit te questionner… Tu devrais finir de te reposer cette nuit. Demain, avec Even, nous t'expliquerons. Mais rassures-toi, il n'y a plus rien de grave puisque tu es réveillé ! Termina Ienzo avec un sourire léger, encourageant.

Ïsa voulu protester mais Ienzo posa ses mains sur ses épaules avec autorité. Il finit par se rallonger, grognant dans sa barbe inexistante avec toute la mauvaise volonté du monde.

Ienzo sorti de la chambre et se dirigea dans le long couloir du château, à la recherche de Even. Sans doute était-il toujours dans le laboratoire, malgré l'heure avancée de la nuit.

Depuis que la guerre était terminée, il y passait ses jours et ses nuits afin de préparer tout le nécessaire pour les derniers 'revenus'. Tout le monde avait eu droit à sa batterie de test – même Namine. Il ne donnait l'autorisation de sortir de l'enceinte du château à personne, tant qu'ils n'avaient pas tous leurs tests favorables. Ïsa était le dernier à devoir s'y soumettre.

Ienzo anticipait d'ores et déjà sa réaction. Cela allait être difficile sans doute… Il fallait annoncer le réveil d'Ïsa à Even tout en gardant une grande discrétion pour que cela ne tombe pas dans ses oreilles à lui… sinon, la passation des tests risquait d'être bien plus compliquée qu'elle ne s'annonçait déjà.

OoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoO

Alors, alors :D ?

Le chapitre est assez court, je voulais déjà savoir si la base de l'histoire tient la route ! Je vous laisse me dire !

Encore mille merci à vous, en espérant réussir à vous intéresser !

(Review ?)

La bise !