Les personnages de cette histoire appartiennent à Square Enix et Disney. Merci de ne pas reposter cette histoire ailleurs sans m'en informer. Tout vol ou plagia sera signalé. Merci.


Cloud Strife soupira. Il était à une réunion de familles. Enfin, famille... Façon de parler.

Cloud était un jeune homme de quinze ans, réservé, maladroit aussi bien avec les gens qu'il ne connaissait pas qu'avec ceux qu'il connaissait. Il n'avait jamais été très doué pour se faire des amis et n'en avait presque pas. Il ne s'en plaignait jamais, préférant la solitude, au contraire de sa mère qui désespérait de le voir passer sa vie sur ses jeux vidéo. Parlons-en de sa mère, tiens. Naminé Strife, renommée Fair depuis qu'elle avait épousé Zack quelques années auparavant. Un jour, sans crier gare, le père de Cloud partit en donnant pour seule explication un mot sur la table de la cuisine disant ''Je ne reviendrais pas. Je te laisse Cloud. Les papiers du divorce sont sur la table." Cette nouvelle avait anéanti sa mère et malgré la dépression contre laquelle elle lutait, elle avait réussi à élever Cloud seule. Quelques années plus tard, elle avait fait la rencontre de Zack, un homme charmant qui, au contraire de Cloud, était très expressif et très souriant. Six ans plus tard, soit il y avait un peu plus de neuf mois, sa mère lui annonçait qu'elle attendait un bébé. Et par un concours de circonstances des plus surprenants, il s'était avéré que la sœur de Zack, Aerith était aussi enceinte.

Sa mère venait d'accoucher de son demi-frère Roxas tandis que sa tante par alliance avait accouché de son cousin, Sora. Les adultes avaient décidé de fêter ça tous ensemble. Et le tous ensembles incluait Cloud, à son grand regret car il ne connaissait personne. Il avait vaguement vu Aerith et Laguna, son époux, le jour du second mariage de sa mère et lorsqu'ils venaient à la maison, il s'enfermait dans sa chambre. Mais, malheureusement pour lui, ça se passait chez sa tante, ce qu'il ne lui laissait pas la possibilité de rester dans sa grotte en gros ermite à jouer sur sa console de jeux. C'était partis pour des heures interminables à table avec les conversations des vieux d'un côté et les braillements des gamins de l'autre. Cloud aimait beaucoup son frère. Mais surtout quand il dormait. Enfin, il ne se plaignait pas trop, Roxas était plutôt silencieux comparé à Sora.

Mais ils n'en étaient même pas au repas et il s'ennuyait déjà. Il aurait bien amené une console portable, mais sa mère lui avait dit que s'il en amenait une, elle lui supprimerait celles qu'il avait dans sa chambre. Il attendait donc que le temps passe et s'employait à faire des bulles dans son Coca le plus discrètement du monde. Ou l'art de savoir s'occuper.

-Cloud, mon chéri, appela sa mère. Tu peux venir une seconde ?

Il espérait pour lui que personne ne l'avait vu, parce que si sa mère s'en rendait compte, il risquait de passer un sale quart d'heure. Mais visiblement, sa mère l'appelait pour autre chose. Elle était avec Aerith et un homme que Cloud n'était pas sûr d'avoir déjà vu. Grand, les cheveux bruns tombant sur un visage au moins aussi ennuyé que le sien (au moins il n'y avait pas que lui qui voulait être ailleurs). On pouvait néanmoins apercevoir ses yeux gris qui rappelèrent un film à Cloud. Il y était question de mutation génétique, de labo et d'expériences sur des humains. Le métal en fusion qu'on voyait à un moment était du même gris que ses yeux. Vêtu sobrement d'un pantalon noir et d'un T-shirt blanc, l'accoutrement n'enlevait rien au fait que cet homme en imposait.

Soupirant discrètement, il reposa son verre de Coca et arriva vers eux.

-Cloud je te présente Squall, dit Aerith.

-C'est Léon, corrigea celui-ci.

-Il était à notre mariage, tu te rappelles? Lui demanda sa mère.

Pas franchement. Qui se souvenait de toutes les têtes d'un mariage auquel il avait assisté six ans auparavant ? Et le fait qu'il avait dormi pendant la moitié de la cérémonie n'aidait pas sa mémoire. Pour ne pas vexer sa mère, il haussa les épaules.

-Sans doute.

Aerith sourit et poussa Léon vers l'escalier.

-Tu veux bien montrer ta chambre à Cloud ? Histoire que vous fassiez mieux connaissance, d'accord ? Demanda-t-elle.

-Okay...

Cloud remarqua que la demande semblait plus tenir de la corvée pour le jeune homme. Il s'emmerdait donc autant que lui.

Il le suivit dans les escaliers et à peine avaient-ils disparu qu'ils entendirent :

-Maintenant que les deux ermites sont partis, on va pouvoirs s'amuser.

Cloud soupira et marmonna un ''sympa''.

Ils arrivèrent dans la chambre du plus vieux. Elle était décorée plus que sobrement car la seule marque de personnalisation de la pièce résidait en une photo posée sur le coin de la table de chevet. Cloud n'y accorda pas plus d'attention que ça et Squall le fit asseoir sur le lit :

-Je ne sais pas si tu veux faire un truc de précis parce que je n'ai pas de jeux de cartes ou quoi...

-La seule chose que je veux, c'est me tirer d'ici.

Squall esquissa un faible sourire.

-Si on faisait ça, ta mère et Aerith nous tueraient.

-Toi aussi tu t'em... Tu appelles ta mère par son prénom ?

Squall s'assit sur le fauteuil du bureau.

-Aerith n'est pas ma mère, c'est ma belle-mère. Mon père et elle se sont mariés quand j'avais quatorze ans.

-Mes parents aussi sont divorcés.

-Les miens n'ont jamais été mariés.

-Et ta mère...

-Elle est morte.

Cloud se tut, se traitant mentalement d'idiot d'avoir été si curieux. Après tout, est-ce que ça le regardait, ce genre de chose?

-Désolé...

-Faut pas, je ne l'ai jamais connu. Et toi ? Tes vieux ?

-Mon père est partit quand j'avais quatre ans, il a laissé les papiers du divorce sur la table. Ma mère a rencontré Zack cinq ans plus tard et ils se sont mariés.

-Tu ne l'as jamais revu, après ?

-Non. Et c'est pas un mal.

Il ne l'avait jamais dit à sa mère, mais parfois son père lui manquait. Il aimait beaucoup Zack, ça n'était pas un problème, mais il aurait aimé revoir son père au moins une fois, juste pour savoir pourquoi il était partis, et si ça avait quelque chose en rapport avec lui. Une des raisons qui faisaient qu'il n'avait que peu d'amis était qu'il n'avait pas envie de revivre ça. Que quelqu'un qu'il aime s'en aille du jour au lendemain. Alors il choisissait de rester seul. Et puis finalement, en voyant certaines personnes de son lycée, il ne s'était jamais dit qu'il faisait une erreur.

Squall ne fit aucun commentaire et changea de sujet.

-Au fait tu as quel âge ? Tu me parais bien jeune...

Cloud fit de son mieux pour éviter que le rouge ne lui monte aux joues. Il savait qu'il n'était pas bien grand et pas bien développé pour son âge, et le fait qu'il faisait presque deux têtes de moins que le brun le lui rappelait indéniablement, mais quand même... Pourquoi tout s'obstinait à lui rappeler ?

-J'ai quinze ans.

Squall sourit.

-C'est ce que je dis, bien jeune...

-Parce que toi t'es plus vieux, peut-être ?

-J'ai presque vingt et un ans.

Cela coupa Cloud dans son envolé.

-Attends... T'as vingt ans ?

-Oui.

-Mais... Qu'est-ce que tu fous là ? Je veux dire, pourquoi tu fais pas l'impasse sur ces réunions de famille ? Si je pouvais, je ne me priverais pas...

Squall se gratta la joue d'un air absent.

-Ça faisait plaisir à Aerith, alors... Enfin, tu veux faire quoi ? Tu fais quoi généralement pour te distraire?

-J'ai un ordi, des consoles... Enfin je m'occupe, quoi.

-Et t'en a pas amené une ?

-Ma mère a pas voulu, répondit-il piteusement.

Squall esquissa un sourire.

-Tous des no-lifes ces jeunes...

-No-life toi-même.

Cependant, Squall souriait toujours.

Ils discutèrent pendant toute la matinée. Un peu plus tard, ils mangèrent côte à côte, sans remarquer que leurs (belles) mères les contemplaient en souriant. En fin de soirée, Léon (Cloud avait parfaitement remarqué que l'appeler "Squall" l'énervait) et le blond s'échangèrent leurs numéros de portables, en se donnant rendez-vous la semaine d'après pour se voir. Aerith prit Naminé à part.

-Tu l'as remarqué toi aussi?

La blonde sourit.

-Je n'avais jamais vu Coud se lier si facilement avec quelqu'un. Je ne suis pas sûr qu'il ait déjà autant parler en une journée.

-Pareil pour Léon.

Aerith sourit.

-Peut-être qu'ils vont enfin s'ouvrir au monde et arrêter de faire leur ermite.

Les deux femmes se sourirent.