... Une tentative de drabbles à partir d'une liste de mots donnée sur le site fanfictions fr. C'est assez difficile à faire pour quelqu'un qui, comme moi, a des difficultés à être concis, mais ça détend et ça permet de repartir du bon pied pour une fic plus longue. A cas où ça intéresse quelqu'un, voici la première de ces listes. Fandom : Star Trek (reboot), période durant laquelle tous les personnages sont à l'Académie. Chaque drabble fait exactement 100 mots, selon le décompte farfelu de Word. Je me servirai peut-être de cette liste pour écrire (enfin) une fic longue sur la romance Nyota-Spock...


Acupuncture

– On est bien d'accord que tu vas très rapidement m'enlever tout ça du dos, et… et d'autres parties plus intimes de mon anatomie, hein ?

Bones ne prêta aucune attention aux jérémiades de son patient (et cobaye) et se retourna vers la vieille Loan qui hochait la tête d'un air satisfait.

– Tu as de la patience, approuva-t-elle. C'est bien.

– De la patience ? Et moi, alors, qu'est-ce que je devrais dire ? s'écria Jim en essayant de se retourner.

Mauvaise idée. Quand on a soixante-douze aiguilles plantées un peu partout sur l'épiderme, on ne se retourne pas.


Étudiants

– Alors, ça a marché ?

Jim porta une main à sa tempe droite et répondit avec un rien d'incrédulité dans la voix :

– On dirait bien que oui…

Leonard ne put retenir un sourire. Bien évidemment, il croyait à la science et aux progrès de la médecine, aux nouvelles technologies qui permettaient de guérir des maladies autrefois mortelles, mais, parfois, la tradition avait du bon. Etudier avec Pham Ngoc Loan lui permettait de tisser des liens nouveaux entre les deux.

– … Mais le cours de Stillerson risque de me faire rechuter. Tu m'autorises à retourner dormir ?


Dame

– Kirk ! Où vas-tu ? Le cours de géométrie subspatiale avancée est dans cette direction !

Jim rentra instinctivement la tête dans les épaules. Lorsqu'Uhura utilisait ce ton, il valait mieux obéir. La jeune femme avait décidé que leur groupe de travail serait le meilleur, et cette raison lui semblait suffisante pour harceler son futur supérieur hiérarchique jour et nuit (mais pas dans le sens qui lui aurait plu).

– Jim, voyons, ironisa Bones, on obéit aux dames quand on est un gentleman !

– Depuis quand Uhura est une dame ? marmonna-t-il.

Mais il la suivit quand même.


Mouchoir

– Si je te dis que j'ai une migraine terrible, ça ne changera rien, n'est-ce-pas ?

La jeune femme lui jeta un regard qui lui passa l'envie de faire le malin. Jim ne tenait pas spécialement à assister à un cours de géométrie subspatiale avancée, mais il ne tenait pas non plus à se faire assassiner par Uhura, qui ne plaisantait pas avec l'emploi du temps.

Un picotement familier lui chatouilla les narines. L'instant d'après, il était pris d'une irrépressible crise d'éternuements. Pour une fois, ses allergies avaient choisi le bon moment.

– Euh… Tu n'aurais pas un mouchoir ?


Fuite

Nyota, partagée entre l'amusement et l'exaspération, croisa les bras devant le spectacle que lui offrait en ce moment même James T. Kirk, futur capitaine d'un vaisseau spatial (bien sûr !), sécheur de cours professionnel, et incapable de supporter la vue de l'herbe coupée sans une plaquette entière d'antihistaminiques.

– On est d'accord que tu le fais exprès ?

Le jeune homme éternua pour la trentième fois et secoua frénétiquement la tête.

– Je te jure que non.

Uhura soupira.

– Je te passerai les cours.

Jim la regarda avec incrédulité, éternua, voulut parler, éternua, et se replia stratégiquement vers l'internat.


Bâtiment

Il lui fallut presque dix minutes pour se retrouver en sécurité entre quatre murs. Le bâtiment de l'internat avait ceci d'intéressant qu'il n'y poussait aucune plante susceptible de lui faire sortir les yeux des orbites et de l'empêcher de respirer. Il se dirigea résolument vers l'ascenseur, le visage rouge et gonflé, pour croiser sa ravissante voisine d'internat qu'il essayait de draguer depuis plusieurs semaines déjà, avec un succès mitigé. Il comprit à son sourire crispé qu'il venait de descendre de quelques marches sur l'échelle de la séduction.

Après tout, il aurait peut-être dû accompagner Uhura au cours de géométrie subspatiale…


Rural

– J'imagine qu'un peu de compassion serait trop demander ?

Pour toute réponse, Bones lui enfonça (sans trop de douceur) un hypospray à la base du cou.

– Je t'ai déjà dit au moins un demi-milliard de fois de ne pas oublier tes antihistaminiques. Pour la compassion, tu repasseras.

– Tu n'es vraiment qu'un médecin de campagne fruste et grossier, gémit le jeune homme.

Leonard haussa les épaules sans répondre.

– Rappelle-moi le nom de ton bled natal, déjà ? insista Jim.

– … dit le type qui, avant d'intégrer Starfleet, passait ses étés à récolter des betteraves dans l'Ohio.


Parasol

– Bones ! Viens voir, vite !

Le jeune médecin, qui essayait en vain de relire des notes prises lors de la dernière autopsie, poussa un soupir. Il ne parvenait pas à comprendre comment James Kirk était, en quelques mois, devenu un de ses plus proches amis. Il ne parvenait pas non plus à comprendre comment Jim le supportait, lui.

– Quoi encore ? marmonna-t-il.

– Uhura est avec… quelqu'un, annonça Jim, penché à la fenêtre de leur chambre. Je crois qu'elle lui tient la main. Mais je ne sais pas qui c'est, il est caché derrière un immense parasol…


Impie

– Merci d'avoir relu mon mémoire.

Nyota s'attendait à ce que son interlocuteur lui réponde qu'il était logique de sa part de l'avoir relu, puisqu'il supervisait son travail en xénoéthique, mais il se contenta d'acquiescer gravement.

– Je vous en prie, cadet Uhura.

Encore des années plus tard, elle devait se demander quelle impulsion impie l'avait alors poussée à prendre sa main dans la sienne pour le remercier des précieux conseils qu'il lui avait donnés.

Doublement impie, comprit-elle lorsqu'elle lut dans un traité anatomique, quelques jours plus tard, ce que pouvait signifier un simple effleurement des doigts chez les Vulcains…


Enveloppe

Spock regagna son appartement à pas lents. Le soleil se couchait sur San Francisco, et son esprit était troublé.

Ce n'était pas la première fois qu'une telle chose lui arrivait. Il allait reprendre le contrôle sur ses pensées. Nyota Uhura était l'une de ses étudiantes. Il était son professeur.

Lorsque, pour la première fois, leurs doigts s'étaient effleurés par hasard, Spock avait éprouvé l'envie irrésistible et très peu vulcaine de quitter Starfleet afin d'être libre de ses actes.

Et chaque soir, lorsqu'il rentrait chez lui, il devait résister à la tentation de poster l'enveloppe blanche qui contenait sa demande de démission.