Et me revoici pour m'occuper du deuxième défi, sur un crackpair merci Sea, le Dabinko !

Bonne lecture !


La première fois qu'elle le rencontra, c'était un soir d'hiver. Elle était allé faire ses courses et avait croisé une amie avec qui elle avait discuté plus que prévu. Espérant rejoindre son chez elle rapidement, elle avait coupé par une petite rue. Elle n'aurait pas dû.

Elle tomba sur des dealers en pleine vente. Un instant, son corps s'était figé. Un instant de trop. Ils étaient déjà sur elle. Ils l'attrapèrent, lui hurlèrent dessus, se mirent à la frapper. Elle chercha à se protéger, mais seule contre trois, elle ne pouvait rien faire.

Puis les flammes bleus. Brûlantes. Incandescentes. Flamboyantes.

Quand elles s'estompèrent, ses agresseurs n'étaient même plus reconnaissables. Le corps tremblant et blessé, elle n'osa pas lever les yeux, craignant d'être la prochaine. Mais ce ne furent pas les flammes qui la touchèrent, mais une main se posant sur son épaule. Doucement, comme pour ne pas la blesser.

Alors elle releva les yeux. Elle vit, grâce aux flammes rongeant encore le bitume, un visage neutre, à la peau abîmé et aux mèches brunes. Il l'aida à se relever et la raccompagna chez elle, sans dire le moindre mot.

Puis, une fois arrivé devant sa porte, il disparu dans la nuit.

xXxXxXx

La deuxième fois qu'elle le rencontra, ce fut quelques semaines plus tard. Elle se promenait en ville, et l'avait vu, dans un coin, allongé dans un abri de fortune qui avait l'air bien peu confortable.

Elle lui proposa de passer la nuit chez elle, pour le remercier. Il l'avait regardé bizarrement, puis, ses yeux s'agrandirent et un éclat de reconnaissance les traversa. Il resta silencieux encore quelques instants avant d'accepter.

Quand il se leva, Inko remarqua qu'il était couvert de crasse. Depuis combien de temps dormait-il dans la rue ? Elle ne lui demanda pas. Ce serait beaucoup trop indiscret. Ce n'était pas ses affaires. Elle lui montra le chemin jusqu'à chez elle. Elle lui proposa de prendre une douche pendant qu'elle leur préparait le repas. Toujours sans une parole, il s'éclipsa.

Alors qu'elle s'affairait en cuisine, elle réalisa ce qu'elle venait de faire. Elle avait invité un parfait inconnu chez elle. Chez elle alors qu'elle était seule. Son fils était en voyage scolaire jusqu'à la fin de la semaine. Elle prit une profonde inspiration. Si cet homme lui voulait du mal, il aurait eut énormément d'occasion de s'en prendre à elle avant d'arriver ici.

Elle termina de préparer le repas et en servis deux portions. Quand elle posa les assiette sur la table, son invité revint vers elle, les cheveux trempés et portant toujours ses habits dans un sale état.

Elle lui sourit et l'invita à s'asseoir. Mais il ne s'approcha pas, s'appuyant juste dans l'encadrement de la porte. Pour la première fois, Inko entendit sa voix.

« Ça vous apporte quoi de m'aider ? »

Il avait toujours cet air ennuyé sur le visage, comme s'il n'en avait rien à faire d'avoir une réponse. Pourtant, Inko répond.

« Vous m'avez sauvé, ce n'est que juste retour des choses que je vous aide à mon tour. »

Et elle lui sourit. Il haussa les épaules, et vint s'asseoir.

La soirée se passa calmement, ils discutèrent peu. Quand il alla se coucher, Inko se rendit compte qu'elle ne lui avait pas demandé son nom, et que lui non plus.

xXxXxXx

À partir de là, ils se rencontrèrent plus souvent. L'appartement d'Inko devint en quelque sorte un refuge pour le brun, dont elle ignorait toujours le nom. Il venait quand les temps ou les températures n'étaient clairement pas bon pour rester dehors, et repartait le lendemain. Il parlait toujours aussi peu. Inko ne s'en formalisait pas. Elle parlait sans attendre de réponse, puis laissait un silence tranquille s'installer.

Étrangement, jamais Izuku et le brun ne se croisèrent. Soit parce que son fils était trop prit par ses révisions et son entraînement pour entrer à Yuei, soit parce que le brun arrivait et repartait de nuit.

Inko sourit à cet étrange hasard qui l'arrangeait si bien. Elle ne se voyait pas présenter son inconnu plus si inconnu à son fils.

Puis, au fil des mois et des rencontres, Inko sentait quelque chose se développer dans sa poitrine. Un doux sentiment qu'elle n'avait plus ressentit depuis bien longtemps. Quand elle comprit ce qui lui arrivait, elle se figea. Ce brun ne devait avoir que la moitié de son âge, ils ne se connaissaient presque pas, ils ne s'étaient même pas échangé leur prénom, alors comment pouvait-elle l'aimer ?

Peut-être que c'était justement tout ce mystère qui l'entourait ? Que faisait-il dans cette rue, près des dealers ce soir-là ? Elle ne croyait pas qu'il était simplement passé par là par un heureux hasard.

Pourtant, alors que les rencontres continuaient et se faisaient plus fréquentes, ses sentiments ne diminuaient pas. Au contraire, ils gagnaient en importance. D'autant plus qu'avec le temps, le brun ne restait plus uniquement pour dormir ou manger un repas. Ils leur arrivaient de simplement s'asseoir devant la télé ou de rester ensemble tranquillement.

Et à chaque fois, les yeux d'Inko dérivaient sur le brun. Il y avait toujours une part d'elle qui refusait ses sentiments, il était trop jeune, elle était marié, mais cette part n'était pas assez forte. Le cœur d'Inko battait de nouveau pour quelqu'un et sa raison ne pouvait rien y faire.

xXxXxXx

Un soir pluvieux, on sonna à sa porte. Elle se leva et ouvrit pour voir l'homme brun. Il y avait un air étrange dans son regard, comme si quelque chose de grave s'était produit. Inko ne lui demanda rien, elle le fit simplement entrer. Mais dès que la porte fut refermé, deux bras passèrent autour d'elle.

Un instant, la surprise l'empêcha de réagir. Puis elle lui rendit son étreinte. Quelque soit la raison de sa présence ici, elle ne lui demanderait rien. Elle lui laisserait cette liberté, en lui offrant toujours un toit sous lequel venir se reposer.

Et si sa présence enflammait son cœur au passage, eh bien, elle pouvait bien avoir ses petits secrets elle aussi.

xXxXxXx

Après cette soirée pluvieuse, le brun resta plus longtemps. Il ne disparut pas au lever du soleil. Ça surprit Inko, mais de la bonne façon. Avec Izuku à Yuei, elle passait beaucoup de temps seule. Alors la présence silencieuse du brun lui faisait beaucoup de bien. D'autant plus de bien qu'il commençait à être un peu plus bavard. Pas énormément bien sûr, mais déjà plus qu'à leur première rencontre.

Puis, il partit dans la soirée, un peu avant le retour d'Izuku. Inko le regarda s'éloigner avec un sourire aux lèvres. Elle était bien consciente que le brun ne tenait pas à elle de la même façon qu'elle tenait à lui, mais elle était heureuse malgré ça. Car elle savait qu'elle avait une place dans son cœur, il ne se serait pas embêter à revenir tant de fois autrement.

Puis, Yuei fut attaqué, Izuku se brisa le corps, ses camarades eux aussi furent touché, tout comme leur professeur.

Ce jour-là, elle s'effondra dans les bras du brun. Comme elle autrefois, il ne lui demanda rien, lui offrant juste une épaule sur laquelle pleurer. Et elle pleura, encore et encore, jusqu'à ne plus avoir la moindre larme dans son corps.

Mais elle ne s'éloigna pas de lui. Elle avait encore besoin d'une présence, de chaleur humaine.

Mais le brun brisa leur étreinte. Inko sentit son cœur se serrer et son envie de pleurer reprit de plus belle. Assise seule sur son canapé, la solitude s'écrasa sur ses épaules. Des larmes qu'elle ignorait encore avoir filèrent sur ses joues.

Puis, doucement, une couverture fut posé sur son dos et une tasse de thé dans ses mains. Le brun se rassit à ses côtés et l'attira de nouveau à lui.

La poitrine d'Inko chauffa doucement, agréablement. Ça faisait si longtemps que personne n'avait fait ce genre de chose pour elle. Elle avait presque oublier à quel point c'était agréable. Quelques dernières larmes lui échappèrent, bien vite chassées grâce à la main qui passait doucement dans son dos.

Elle laissa sa tête se poser sur son épaule et ferma les yeux. Doucement, elle s'endormit, rassurée par la chaleur du corps près du sien.

xXxXxXx

Après ce jour, le brun passa plus souvent chez Inko. Toujours avec le même débit de parole, la même expression sur le visage, mais toujours là.

Et ça lui suffit. Elle n'avait pas besoin de plus. Elle avait de nouveau quelqu'un à ses côtés. Quelqu'un prêt à l'écouter, à passer du temps avec elle, à lui offrir du calme.

Vraiment, elle ne souhaitait rien de plus.

xXxXxXx

Inko avait beau aimé profondément le brun, toute chose avait une fin. Et cette fin se présenta sous la forme d'un journal télévisé. Un élève de Yuei, Katsuki, avait été capturé par l'Alliance des Vilains et toute un équipe de héros avaient été envoyé pour le secourir.

Au milieu des images du chaos ambiant, Inko reconnaît un visage, dans un environnement rempli de flammes bleus.

Son cœur se brisa en comprenant que depuis tout ce temps, elle protégeait un criminel. Des larmes lui échappèrent alors que pour la première fois, elle entendit le nom de l'homme qu'elle aime.

« Dabi, aussi connu sous le nom de Crematorium, ainsi que l'ensemble de l'Alliance des Vilains viennent de s'échapper, malgré la présence de nombreux héros sur place. Il semblerait toute fois que le combat ne soit pas encore termi – »