Une histoire à détruire.

[Post 4x10] : UA. Apprenant que son père a de nouveau sombré dans les Ténèbres, Neal fuit les Enfers, mais pas seul. Après plusieurs péripéties, ils arrivent finalement lorsque l'histoire est réécrite par l'Auteur. Embarqués par cette malédiction d'un autre genre, et se souvenant, ils feront tout pour détruire ce monde tordu. SwanQueen, Hookfire, Lily/OC, Zadès.

ND'A : Cette fic a été écrite pour le concours organisé par Kinaï sur le Discord « Les Kinateliers », pour le thème « malédiction » (je suis arrivée deuxième, hourra !) Elle se passe uniquement durant la saison 4 (pendant la saison 3 en partie dans le prologue) mais fait aussi quelques références à la saison 5.

Cette fic comporte deux ships femslash et un ship slash, donc si ce n'est pas votre truc, cette fic n'est pas pour vous (mode rage activé et selon une personne en commentaire, ce ne serait pas « réaliste » qu'il y en ait « autant », c'est un monde avec de la magie et des dragons, merde, je t'en foutrais du réalisme… mode désactivé).

Prologue : Tout s'écroule toujours.

Neal était mort.

C'était un fait, une vérité qu'aucun d'eux ne pouvait nier, peu importe à quel point ça pouvait leur faire mal.

Ça n'aurait jamais dû se finir comme ça, pensa amèrement Rumplestiltskin, les poings serrés, et une envie terrible de hurler ancrée en lui.

Ce n'était pas à lui de mourir, ça n'aurait jamais dû arriver, jamais Zelena n'aurait dû...

Oh, comme il la haïssait.

Elle lui avait pris son fils, l'avait manipulé pour qu'il ouvre son caveau, ce qui l'avait forcé à fusionner avec lui (c'était son fils ou la dague... Il avait choisi son fils cette fois-ci) pour pouvoir le garder en vie encore un peu, le plus longtemps possible, elle lui avait pris sa dague, aussi, avait eu le contrôle sur lui pendant tellement de temps, lui avait fait vivre un véritable enfer...

Sans compter bien sûr son projet fou de voyage dans le temps, son envie totalement égoïste de réécrire l'histoire et d'effacer sa sœur de la réalité afin de prendre sa place, ce qui risquait donc de foutre l'espace-temps en l'air en plus du reste, alors oui, le sorcier immortel avait au moins une bonne douzaine de raisons de la détester plus que n'importe qui d'autre sur cette terre...

C'était de sa faute si Neal n'était plus là, sa faute si il avait dû perdre son fils pour la troisième fois de sa vie (comme si les deux dernières fois n'avaient pas été suffisantes...), si il avait dû vivre pendant des mois à sa merci en étant à moitié fou, que ce soit dans la Forêt Enchantée, ou à Storybrooke après leur retour dans la ville reconstruite par la malédiction de Blanche-Neige et David.

Il avait fait une promesse solennelle à Belle, lui avait assuré qu'il ne tuerait pas Zelena, et une part de lui voulait vraiment le faire, lui montrer qu'il pouvait être un homme bien, ne pas céder à la colère, à la haine, ne pas se laisser emporter par sa rage, par son désir de vengeance, ça aurait été la bonne chose à faire, mais...

Comment le pouvait-il ?

Cette foutue sorcière était certes la raison indirecte de son retour à la vie, mais il ne fallait pas oublier le prix qu'il avait fallu payer pour en arriver à ce résultat-là.

A savoir, la vie de Neal.

De Baelfire...

Alors il avait menti à Belle, et il avait tué la méchante sorcière de l'ouest, sans éprouver le moindre remords.

La voir tomber en morceaux devant lui une fois transpercée par la dague, regarder son corps se changer en porcelaine brisée, avait été une véritable satisfaction pour lui, et même le fait que son acte ait failli provoquer une terrible catastrophe (à savoir, Hook et Emma forcés de remonter dans le temps et manquant d'empêcher la rencontre des parents de cette dernière...) ne l'avait pas fait regretter plus que cela son acte.

Après tout, le pirate et la sauveuse avaient réussi à régler tout ça, non ?

Aucune conséquences dramatiques à déplorer, il n'avait donc aucune raison de se sentir mal.

Enfin...

Si.

Une raison, peut-être.

Il avait menti à Belle.

Ce n'était pas la première fois qu'il le faisait, mais, il osait l'espérer, ce serait peut-être la dernière (à qui voulait-il faire croire ça ? Il était le Ténébreux, il passait sa vie à mentir aux autres...), mais, tentait-il de se persuader, c'était nécessaire, il n'avait pas le choix.

Si jamais elle apprenait ce qu'il avait fait, qu'il lui avait mentit une nouvelle fois, elle risquait de lui en vouloir, encore, et à raison, et le pire, c'est qu'il le savait.

Il aurait dû lui dire la vérité.

Mais il ne le fit pas.

Peut-être était-ce déjà à partir de ce moment-là que tout avait commencé à déraper, dans le fond, quand il avait épousé Belle tout en sachant pertinemment que cette union débutait par un mensonge dissimulé par lui, avec une promesse d'honnêteté qui ne serait jamais réellement tenue...

A aucun moment il ne pensa à tout ça lors de leur mariage, il se contenta de la regarder lui dire oui, il l'embrassa, et décida d'oublier ce qu'il avait fait à Zelena.

C'était pour le mieux de toute façon.

Ce n'était pas comme si son mensonge allait lui revenir en plein visage plus tard, non ?

§§§§

Marianne était revenue.

C'était un cauchemar, un putain de cauchemar, et le pire c'est que Regina n'avait même pas le droit d'être en colère.

Marianne était innocente, elle n'avait jamais rien fait de mal à qui que ce soit, son seul tort était d'avoir été du côté de Blanche-Neige, de s'être trouvée au mauvais endroit au mauvais moment.

Emma Swan lui avait sauvé la vie, l'avait ramenée dans leur présent, elle avait fait ce qu'elle pensait être juste, et Regina devait admettre une chose...

Elle. Avait. Eu. Raison.

C'était la seule bonne chose à faire, ce qu'une héroïne digne de ce nom était supposée faire, et même si elle en souffrait, l'ancienne méchante reine l'admirait pour l'avoir fait.

Son cœur était brisé, en morceaux, alors même qu'elle était en train de réellement tomber amoureuse de Robin des bois, mais ce n'était pas la faute de la Sauveuse si ce soir, tout allait se terminer pour de bon entre eux deux.

Mais de sa propre faute à elle.

C'était elle qui, dans le passé, avait faite exécuter Marianne, l'avait arrachée à Robin et leur fils Roland (qui étaient peu à peu en train de devenir une partie de sa famille. Ouch, ça faisait mal ça aussi...) c'était elle alors la méchante reine, le monstre de l'histoire, s'il y avait quelqu'un à accuser de ce désastre, c'était bien elle.

Son passé sombre revenait pour la hanter, de façon directe, et elle n'arrivait même pas à être surprise.

Elle l'avait tuée autrefois, cette pauvre femme, à elle d'en payer les conséquences.

C'est un monstre !

Oui, elle avait été un monstre, une meurtrière, une méchante, et oui, elle avait changé, mais du point de vue de l'épouse légitime du bandit, encore quelques heures plus tôt, cette femme était décidée à la tuer.

Pas étonnant qu'elle soit terrifiée par elle !

Et qu'elle la déteste...

Apparemment, même si elle avait réellement changé, cela, ironiquement, ne changeait absolument rien à la façon dont les gens la percevaient.

Peut-être cela ne changerait-il jamais rien au bout du compte.

Elle n'avait même pas réussi à en vouloir à Emma, elle s'était contentée de laisser Marianne retrouver sa famille, elle était rentrée chez elle, s'était enfermée dans sa chambre, et s'était mise à pleurer.

Le fait qu'elle ait fini par être pardonnée par la plupart des gens de la ville était déjà un miracle en soi, en fait, elle était presque étonnée que Marianne n'ait pas demandé à ce qu'on l'exécute directement en place publique pour tout ce qu'elle avait fait autrefois.

À cette pensée, elle eut un éclat de rire presque hystérique.

Sans doute méritait-elle pleinement ce qui était en train de lui arriver.

§§§§

Emma ne parvenait pas à comprendre pourquoi elle était aussi triste de la tristesse de Regina.

Le fait que l'ancienne souveraine n'ait pas autant mal réagi au retour de Marianne qu'Emma aurait pu le craindre en réalisant de qui il s'agissait était une bonne chose, vraiment, pas de hurlements, pas de menace de mort ou d'utilisation de la magie, ça montrait bien à quel point la mère d'Henry avait changé, en bien, même si la Sauveuse n'arrivait pas à oublier ce qu'elle avait vu quelques heures plus tôt...

Regina, la mairesse de Storybrooke pendant la malédiction et désireuse de la chasser de sa ville n'était absolument rien comparée à la méchante reine, au point où c'en était proprement terrifiant.

Elle avait actuellement du mal à faire le lien entre la femme qui était devenue son amie et celle qui avait tenté de brûler vive sa mère dans la Forêt Enchantée...

Maintenant, elle comprenait mieux la réticence de ses parents à lui faire confiance après la fin de la malédiction, après avoir vu à quoi la méchante reine ressemblait réellement alors.

Toujours est-il que, maintenant que Marianne était de nouveau vivante, et que de son point de vue, elle n'avait quitté son mari et son fils que quelques jours plus tôt, sans oublier le fait que Robin allait enfin savoir que son actuelle petite-amie avait tué (enfin, essayé plutôt, dans cette nouvelle temporalité) sa femme, les choses risquaient de devenir particulièrement... compliquées, entre eux deux.

Elle n'aurait sans doute pas dû se sentir désolée pour elle (elle ne se sentait pas coupable, elle avait sauvé une innocente, et cela, Regina semblait l'avoir bien compris, heureusement), pas alors que cette situation avait été créée par les actions de la reine elle-même.

Pourtant, quand elle avait vu la tristesse et les larmes dans ses yeux, Emma avait sentit son cœur se déchirer en deux.

Puis, elle avait pris sa décision.

« Je vais aller lui parler, avait-elle dit à Crochet. »

Le pirate avait hoché la tête, la laissant partir, chacun ayant par ailleurs mis au clair durant le voyage dans le temps partagé ensemble qu'il valait mieux qu'ils restent amis.

Il sembla tout d'abord ajouter quelque chose, avant de finalement se raviser, se rendant compte qu'Emma n'avait pas encore compris véritablement les raisons qui faisaient que son premier réflexe dans cette situation était d'aller réconforter Regina...

Enfin bon, elle le découvrirait bien toute seule et plus tard s'il le fallait, Zelena n'était plus là, et ils étaient tranquilles, elles avaient tout le temps du monde pour faire ça...

Il resta donc seul au Granny's, et soupira en voyant David et Blanche s'occuper de leur nouveau fils, Neal, et il ne put évidemment s'empêcher de penser pendant quelques secondes à Baelfire...

Il devait bien l'admettre, son ami lui manquait plus qu'il ne l'aurait avoué à voix haute.

§§§§

S'il y avait bien quelqu'un que Regina ne s'attendait pas à voir débarquer chez elle ce soir-là, c'était bien Emma Swan (et puis Blanche-Neige aussi...), et à raison.

Certes, depuis ce qu'il s'était passé à Neverland, et l'histoire du combat contre Zelena, elles étaient devenues alliées, puis amies, mais elles n'étaient pas si proches que cela.

Après tout, elle lui avait gâché la vie et celle de ses parents pendant des années, depuis sa naissance même, à cause d'elle, elle avait dû grandir dans un monde qui n'était pas le sien, sans ses parents, sans savoir qui elle était, et avec sur les épaules une mission qui n'aurait jamais dû être confiée à une petite fille aussi jeune, qui venait à peine de naître.

Ce n'était pas la première fois que Regina se faisait ce genre de réflexion, mais cette fois, elle réalisait pleinement à quel point il aurait été égoïste de sa part de mal réagir contre Emma suite à ce qu'il venait de se passer.

Elle avait parfaitement le droit d'être triste, c'est vrai.

Mais elle n'avait aucunement le droit d'être en colère, pas alors qu'Emma avait fait une bonne action, pas alors qu'elle venait de rendre sa mère à Roland.

D'elle deux, en vérité, celle qui avait le plus de raisons d'être encore en colère, c'était Emma, et personne d'autre.

« Je ne suis pas désolée de ce que j'ai fait, commença par dire Emma, surprise elle-même que Regina ait accepté de lui ouvrir la porte, et ne la lui ait pas directement claquée au nez (même si elle avait utilisé la magie pour dissimuler ses yeux rougis par les larmes, Emma se doutait bien qu'elle avait pleuré), en fait, je n'ai pas à l'être... J'ai sauvé Marianne de la mort, et je l'ai fait parce qu'elle est innocente, et que tu allais la tuer. Je l'ai rendue à son mari et à son fils. Je ne regrette pas ce que j'ai fait.

- Et tu as bien fait, reconnut Regina, la voix encore un peu tremblante, je... je suis en colère, il est vrai, je ne vais pas le nier, mais pas contre toi... Je le suis contre moi-même, uniquement, je voudrais... j'aimerais moi aussi remonter dans le passé, pour aller voir cette femme qui a condamné Marianne à mort, et lui demander pourquoi. Sauf que... cette femme, c'est moi, le monstre, c'est moi, et personne d'autre. Mon passé me hante encore et me hantera toujours, il faut que je fasse avec. Si Marianne me pardonne un jour ce que j'ai essayé de lui faire, j'aurai bien de la chance.

- Je suis sure qu'un jour elle comprendra que tu as changé... mais pour elle, c'est encore frais...

- Il y a encore quelques heures, de son point de vue, j'étais sur le point de la tuer, alors oui, je comprends qu'elle n'ait pas très envie d'être à proximité de sa... meurtrière, ou du moins celle qui a failli l'être, n'importe qui réagirait comme elle à sa place... Mais toi... pourquoi es-tu ici ? Tu avais peur que je reparte en mode « méchante reine » ? Ironisa-t-elle. »

Ça n'arriverait pas, se promettait-elle.

Cela n'arriverait plus jamais.

Elle l'avait promis à Henry, et elle comptait bien tenir sa promesse.

Emma sourit, avant de secouer la tête.

« Non, je ne suis pas là pour ça, seulement pour savoir comment tu vas...

Robin venait tout juste de retrouver sa femme décédée, qu'il avait perdue depuis des années – et là non plus, elle n'arrivait pas à lui en vouloir – évidemment qu'elle n'allait pas bien.

Comment aurait-elle réagi si c'était Daniel qui était revenu à la vie ?

- J'ai connu mieux, mais j'ai aussi connu pire... Ça me fait mal, bien sûr, mais c'est la femme de Robin, la mère de Roland, ils sont sa famille, elle vient tout juste d'arriver dans un monde auquel elle ne connaît rien, et d'échapper à sa propre exécution, alors... Oui, elle a besoin d'eux, et c'est normal, ça montre juste... que je ne fais pas partie de cette famille.

- Oui, mais... tu as Henry ! Tu nous as nous !

- J'ai menti à Henry pendant des années, et sans lui, la malédiction serait toujours en place, et tu n'aurais jamais retrouvé tes parents... Quant à eux, ce que je leur ai fait... ou ce que je t'ai fait, à toi, je ne sais même pas par quoi commencer. Si il y a bien une chose que le retour de Marianne m'a montré, ce que, que je le veuille ou non, je serai toujours perçue comme la méchante reine par certains... Et c'est ce que je suis après tout.

- Tu n'es pas que la méchante reine non plus.

- Exact... Mais je ne dois pas oublier que je l'ai été non plus.

- Regina... est-ce que tu es sure que ça va ? »

Malgré les larmes qui risquaient de couler, elle hocha la tête.

« Ne t'en fais pas, ça va aller, je vais juste rester seule quelques temps, tout va bien, Zelena a été vaincu, toi et Crochet vous n'avez pas bousillé l'espace-temps ou quoi que ce soit d'autre... Alors oui, compte tenu de la situation... je vais bien.

Le pire, c'est qu'elle était sincère.

La Sauveuse hocha la tête à son tour, ne semblant guère convaincue.

- Si jamais tu as besoin de moi... tu sais comment m'appeler, et où me trouver.

- Oui, bien sûr... »

Qui aurait cru, encore quelques temps plus tôt, qu'elles auraient pu réussir à devenir amies ?

Et, alors qu'elle partait, Emma se surprit à espérer que dans les semaines à venir, les choses se calment suffisamment pour qu'elle et Regina puissent sincèrement commencer à devenir amies, pas en mode « on est alliées par la force des choses et des circonstances parce qu'on s'est découvert un ennemi commun », comme contre Pan ou contre Zelena.

Mais, le lendemain, Elsa débarqua en ville, preuve ultime que les choses n'étaient jamais capables d'être calmes plus d'une journée à Storybrooke (à croire que cette ville attirait constamment les ennuis...), entraînant à sa suite une foule d'événements imprévus.

Puis, Gold tomba sur le chapeau magique du magicien, fit plusieurs mauvais choix à la suite, recommença à mentir à Belle, redevint peu à peu l'homme qu'il avait juré à son fils mort de ne plus jamais être à nouveau...

Et ce fut à ce moment-là que tout commença pour de bon à déraper à Storybrooke...

A suivre...