Kaëla Elysia Choke

Les huit premiers chapitres de cette fic ont été écrits dans le cadre d'un concours organisé sur Discord par Kinaï

Résumé : Séparée de son père à l'âge de 4 ans, Kaëla Black est élevée par sa grand-mère jusqu'à la mort de celle ci, 5 ans plus tard. Adoptée par un couple de moldus, elle leur cache ses pouvoirs… jusqu'au jour où elle fait de la magie pour la première fois, marquant un premier tournant décisif dans sa vie. Trois autres événements se succèdent au cours des mois puis des années qui suivent : son meilleur ami disparaît, elle est attaquée par Fenrir Greyback et elle rencontre son parrain.

PARTIE I : ENFANCE ET ADOLESCENCE

Chapitre 1: Changement de décor

Dans la nuit du 31 octobre au 1er novembre 1981

Dans une chambre au premier étage d'une petite maison d'un village moldu, une fillette de 4 ans dormait profondément, sans se douter une seule seconde que dans quelques heures à peine, sa vie prendrait un tournant dramatique.

Lorsque son père la réveilla, elle était très loin d'imaginer que c'était la dernière fois qu'elle le voyait avant très longtemps. Comme tous les matin depuis maintenant trois ans, il l'installa à table et lui prépara son petit déjeuner. Alors que père et fille étaient en train de déjeuner, des coups violents retentirent contre la porte.

L'homme ne prit pas le temps de réfléchir: il attrapa la fillette sous les aisselles sans tenir compte de ses protestations, jeta une poignée de poudre dans la cheminée, mis l'enfant dedans et hurla:

- 12 Square Grimmaurd !

Avant d'être aspirée par la cheminée, l'enfant eut le temps d'entendre une phrase qui la hanterait pendant des années:

- Sirius Black, vous êtes en état d'arrestation pour le meurtre de Peter Pettigrow ainsi que pour haute trahison envers la communauté sorcière Britannique.

Elle fut éjectée de la cheminée à peine arrivée et atterri avec fracas sur un tapis. Le bruit dû attirer l'occupante des lieux car la fillette, qui n'avait pas eu le temps de se relever, vit une paire de pieds entrer dans son champ de vision. Une main attrapa son bras et la releva de force. Un coup de baguette plus tard, son pyjama était débarrassé de toute trace de suie. Elle leva timidement un regard terrifié qui croisa celui d'une femme âgée qu'elle reconnut, pour l'avoir déjà vue en photo, comme étant Walburga Black, sa grand mère paternelle. L'adulte la détailla d'un regard chargé de mépris. La petite ayant été élevée par son bon à rien de fils aîné, toute son éducation était à refaire et mieux valait commencer le plus tôt possible. Elle lui demanda de sa voix tranchante comme un rasoir:

- Es-tu Kaëla ?

La petite hocha vivement la tête, sans dire un mot. La réaction de l'adulte ne se fit pas attendre et arriva sous la forme d'une gifle retentissante, plus humiliante que réellement douloureuse. Walburga repris la parole sur le même ton que précédemment:

- Es-tu Kaëla ?

- Ou… oui.

- Oui, Grand Mère.

- Oui, Grand Mère, répéta l'enfant sur un ton effrayé.

Malgré son jeune âge, Kaëla voyait bien que sa grand mère ne la portait pas dans son cœur.

Après cet « échange », l'adulte lui fit visiter la maison sans le moindre égard pour son jeune âge qui l'empêchait de suivre le rythme de l'adulte.

Sa grand mère lui présenta également Kreattur, l'elfe de maison chargé de l'entretien des lieux. La créature pris immédiatement en grippe cette gamine aux « origines douteuses » et ce fut réciproque.

La journée passa trop rapidement au goût de Kaëla et, très vite, le dîner arriva. Elle suivit sa grand mère dans la salle à manger et s'assit quand la femme le lui dit - le lui ordonna en l'aboyant serait plus juste -. Elle attendit dans le calme que Kreattur vienne leur apporter le repas.

Elles mangèrent dans le silence et la plus âgée envoya l'enfant se coucher aussitôt après le repas:

- Au lit. Tu prendras la chambre de ton bon à rien de père. Premier étage. Première porte. Et ne t'avise pas de te tromper de porte, je te le ferais regretter. Compris ?

- Oui Grand Mère. dit Kaëla d'une voix tremblante.

La fillette n'aimait pas cette femme qu'elle trouvait bien trop exigeante et allait même jusqu'à se demander comment son père avait pu tourner aussi bien avec une mère pareille. Elle monta et arriva devant la porte indiquée. Ladite porte s'ouvrît en grinçant avant qu'elle n'ait eu le temps de la toucher.

La chambre était infestée de poussière, comme si personne n'y avait mis les pieds depuis des années, ce qui était probablement le cas. Elle pensa qu'il lui serait impossible de dormir dans tant de saleté… et la chambre fut aussi immaculée que si elle était neuve.

Oh, bien sûr, l'usure était toujours là, signe que la chambre avait déjà longuement servi, et la pièce sentait toujours le renfermé, mais toute trace de poussière s'était envolée. Elle vit, à ce moment la, qu'un vieux pyjama usé jusqu'à la corde avait été mis sur le lit. Elle l'enfila et se mit au lit. Épuisé par sa journée, elle s'endormit aussitôt que sa tête eut touché l'oreiller.

Le lendemain matin, ce fut Kreattur qui la réveilla… a grands coups d'eau glacée. Elle en fut si surprise qu'elle tomba de son lit. Elle se releva en grognant et râlant contre « cet elfe de malheur ». Elfe qui s'adressa à elle, clairement à contrecœur :

- Sa Maîtresse a demandé à Kreattur de réveiller la fille du traître à son sang alors Kreattur a obéi, marmonna la créature en quittant la chambre.

L'enfant suivit l'elfe et, tandis qu'il allait dans la cuisine, rejoignit la salle à manger, ou elle retrouva sa grand-mère. Aucun mot ne fut échangé, le petit déjeuner se déroulant dans un silence aussi complet, que pesant.