Épilogue

Les oiseaux chantent gaiement dans le ciel bleu de cette fin d'après-midi ensoleillée, le vent chaud soufflant doucement sur les brins d'herbes des champs alentours.

Tout est calme en cette magnifique journée d'été quand soudain, un éclair de lumière blanche jaillit du ciel avant de disparaître tout aussi soudainement, permettant au calme de reprendre sa place.

Un oisillon, tout juste sorti du nid, s'envole depuis le piquet de bois entourant un des champs. Il virevolte un peu dans les légères bourrasques de vent avant de venir se poser sur une pierre noire, perdue au milieu d'un des champs.

Il piaille pour trouver d'autres congénères jusqu'au moment où la pierre sous ses pattes ne se mette à remuer et qu'il ne s'envole de peur.

Gémissante alors que le réveil est assez dure, la forme que l'oiseau avait pris pour une pierre était en réalité un dos, celui d'une jeune femme aux longs cheveux bruns qui se réveille à peine. Ouvrant ses yeux verts en papillonnant, la première a choisi qu'elle voit sont les brins d'herbes sur pendant qu'elle est couchée. Prenant un certain pour retrouver ses esprits, elle finit par se redresser sur ses coudes, secouant sa tête pour tenter de retrouver ses idées.

-Houlà, ma tête ... gémit-elle alors que sa tête bat comme son cœur.

Quand elle s'en envoie capable, elle se redresse plus en avant, s'asseyant finalement sur ses genoux et regarde autour d'elle, le champ d'herbe dans lequel elle se trouve. Jusqu'à ce que son regard ne tombe sur une autre forme de couleur bleue un peu plus loin d'elle.

… Et là, tous ses souvenirs lui reviennent! Le démon, leur chasse, le passage dans le passé, leurs pères plus jeunes, Castiel du passé, la fin du démon Abazel, Lucy ...

-LUCY! Crie-t-elle soudainement en reconnaissant la forme de sa sœur plus loin alors que son cerveau tourne encore autour de ces différents souvenirs.

Elle se relève péniblement sur ses pieds - ces voyages dans le temps étant apparemment douloureux sur le corps humain - et marche en titubant jusqu'à sa sœur auprès de laquelle elle a échangé avant de secouer son corps avec toutes ses forces.

-Aller Lulu réveille-toi ... sur un Lulu réussi! Lui crie-t-elle avant de souffler de soulagement quand elle entend les premiers gémissements de sa sœur.

-Argh ... pas la peine de crier, j'suis pas sourde ... râle la blonde alors qu'elle n'a même pas encore ouvert ses yeux bleus.

Il lui faut quelques instants, tout comme pour sa sœur, pour avoir assez d'énergie pour se redresser elle-aussi sur ses genoux avec l'aide de sa cadette.

Tous les deux regardent le champ ensoleillé qui les entoure avant de se regarder dans les yeux.

-Tu crois qu'on a réussi? Demande Lucy pas très sûre. - Apparemment, on n'a pas disparues dans le néant ...

-Je pense que oui. Lui répond Sarah en souriant, fermant les yeux sous le doux soleil pour profiter de sa chaleur. -Mais il n'y a qu'un seul moyen d'en être sûres.

-Lequel?

-Il faut rentrer à la maison, tout simplement. Lui répond sa cadette avec un sourire dans la voix, contaminant son aînée qui la suit quand elle se relève.

Une fois debout, elles s'empressent de sortir du champ dont elles escaladent les piquets de bois avant de se retrouver sur la route.

-Sur dirait les champs du bout de la ville, tu sais, ceux où nos pères nous avaient emmenés une fois pour faire péter des feux d'artifices pour le 4 juillet nan?

-Je pense que tu as raison Lucy, donc il nous faut aller dans cette direction pour retourner à la ville et donc chez nous. Explique la brune en indiquant la direction à sa sœur avec son doigt.

-Dans ce cas, allons-y, on a pas mal de marche devant nous ...

-Pas tout à fait apparemment. Rit la jeune femme en parler autre chose a choisi du doigt. -Je suis étonnée que tu ne l'aies même pas vu.

-De qu ... Oh nom de fils de pu ** de sa mère! La Chevy! Mon bébé est là, elle nous attendait ma merveille! Crie soudainement Lucy en apercevant la voiture noire garée un peu plus loin devant elle sur le côté de la route.

Elle se rencontra aussitôt à courir, retrouvant soudainement ses forces afin de s'approcher de la Chevrolet Impala noire de 1967 dont elle caresse le toit en arrivant, appréciant la chaleur du métal sous sa paume.

Sarah la rejoint aussitôt, allant automatiquement à la portière passager, plus par habitude qu'autre a choisi.

-On y va alors? Demande-t-elle avec un sourire dans la voix.

-Et comment qu'on y va, grimpe, j't'emmène! Dit Lucy avec joie en ouvrant sa portière et en s'installant sur le siège du conducteur, sa sœur la rejoignant sur celui du passager.

Quand elle se rend compte que les clefs sont restées sur le tableau de bord, elle jure un peu en pensant qu'on aurait pu la voler mais quand elle tourne la clef et que le moteur rugit à la vie ... elle devient aussi gaga que son père au volant de son bébé.

Elle jette un coup d'œil à sa sœur qui opine de la tête, signal pour elles d'enfin pouvoir rentrer chez elles.

Passant la première et poussant sur l'accélérateur, la voiture se met en branle et s'écarte du bord de la route pour revenir sur la chaussée, allant rapidement à toutes les allures sur le bitume vieillot de ces vieilles routes de campagnes pour rejoindre au plus vite sa destination.

… ...

Aussi excitées qu'elles le sont, les deux jeunes femmes ne peuvent s'empêcher de ralentir quand la voiture approche de leur domicile ... n'en revenant pas d'être revenus dans leur époque et de - peut-être - retrouver leur famille!

Une fois dans l'allée, Lucy arrête la voiture et coupe le moteur, ses yeux ne lâchant pas la maison qu'elle connaît pourtant sur le bout des doigts.

Sur le siège à côté, sa sœur en fait de même, la bouche grande ouverte.

D'un même mouvement et pourtant sans se concerter, elles sortent de la voiture et referment les portières d'un même fils. Lucy rejoint sa sœur de l'autre côté de la voiture et s'arrête.

Des rires se font entendre depuis le jardin de la maison ce qui étonnent beaucoup les deux jeunes femmes, surtout quand elles se rappellent comment elles avaient laissé leur monde la première fois qu'ils ont voyagé dans le temps.

Se regardant, elles finissent par se diriger par là, Lucy devant.

Leurs yeux s'ébahissent énormément quand, en poussant la barrière du jardin, elles se retrouvent face à leurs deux pères buvant tranquillement une bière avec leurs deux parrains concernés. Les quatre riant de quelque chose dont elles n'ont pas connaissance.

-Ah les filles, vous revoilà! Dit Dean en les voyant à la barrière.

-Vous êtes déjà rentrées? Votre balade s'est bien passée? Demande à son tour Sam en posant sa bière sur la table de jardin tout en leur souriant.

Les deux jeunes femmes se regardent avant de se jeter dans les bras de leur père respecté ... sans que ces derniers ne comprennent ce qu'il se passe.

-Bah alors ma chérie, qu'est-ce que ça veut dire? Vous êtes pas parties si longtemps que ça quand même. Dit Dean en riant alors qu'il rend le câlin à sa fille Lucy.

-Oui Sarah, qu'est-ce qui se passe? Pas que je sois contre ce câlin mais d'habitude ils sont plus rares. Dit doucement Sam en caressant les cheveux de sa propre fille.

-Je ne sais pas où elles sont allées mais apparemment, elles ont revu leurs priorités. Dit alors Garth en souriant au comportement des filles.

-Je pense qu'ils ont dû vivre une sorte ... de grande balade en quelque sorte. Dit Castiel avec une voix plus empreinte d'émotion que son lui passé.

-Une grande balade? C'est ça les filles? C'est pour ça que vous êtes toutes câlineuses d'un coup? Mon bébé n'a rien j'espère?! Demande aussitôt Dean, se trompant sur les intentions des filles.

Se redressant après leur épanchement, les deux jeunes femmes regardent leurs pères en souriant, les larmes aux yeux pour la plus jeune.

-Non papa, la voiture n'a rien. Répond aussitôt Lucy en râlant.

-Tout va bien papa, juste un truc entre nous. Continuer Sarah en essuyant ses yeux.

-Bon ben ça va alors, et sinon cette balade ... c'était bien?

Les deux jeunes femmes se regardent une dernière fois en souriant avant de se tourner à nouveau vers leurs pères et de répondre d'une même voix:

-Oh vous savez, on a fait mieux qu'une balade, on est parties à l'aventure!

Et elles tombent dans un rire qui devient collectif, les choses redevenant comme avant alors qu'elles s'installent à leur tour à table, leurs père leur serviteur une limonade et s'empressent de trinquer avec tout le monde, manquant ainsi le regard de l'ange pourtant pénétrant.

… ...

Des années plus tôt ...

Depuis la salle puis la disparition des filles quelques années plus tôt, Castiel avait effacé ces souvenirs de la mémoire des garçons pour leur permettre de vivre la vie que le destin leur avait prédit. Leur faisant ainsi croire que la chasse, la traque et la mort du démon Abazel était leur chasse et non celle des filles dont ils ne se souviennent plus.

Et, pour l'amour de ses jeunes femmes qu'il avait appris à apprécier, il avait consciencieusement surveiller leurs faits et gestes ... sans qu'il ne le sache bien sûr.

Ainsi les années ont passé.

Comme le destin a dit, Dean fut le premier à rencontrer sa femme et, bien que Castiel ait tué le vampire qui était censé contaminé l'enfant qu'elle porte et la tuer à l'accouchement, il ne pouvait définitivement empêcher le destin de cette femme qui finira par mourir au cours d'une chasse aux vampires justement. Détruisant Dean avant que l'ange et son frère ne lui rappelle sa fille qu'il doit élever.

Puis, entre deux, ce fut au tour de Sam de rencontrer son âme sœur et de concevoir ainsi sa propre fille. Sans Abazel pour venir tout gâcher, l'enfant naît sans pouvoir démoniaque. Cependant, comme le sait Castiel - quand le destin prévoit quelque chose, on peut rarement le contrer - et ainsi, la jeune femme meurt à l'accouchement suite au cancer qu'elle avait et dont elle était en phase terminale. Laissant Sam détruit lui aussi mais avec sa fille pour se reconstruire.

Les deux frères ont rapidement compris que le Bunker n'était pas un endroit idéal pour élever deux petites filles aussi ont-ils décidés de quitter l'endroit et de se retirer de la chasse pour quelques années, le temps de s'installer avec leurs enfants.

Lors d'une Saint Valentin un peu spécial - et sous couvert de l'alcool qu'ils avaient ingurgité - Castiel avait donné un coup de pouce aux deux frères pour réaliser l'amour qu'ils partageaient l'un pour l'autre mais qu'ils se refusaient à admettre depuis leurs plus jeunes années et surtout depuis les morts de leurs compagnes respectives.

Et c'est ainsi qu'en deux-mille-trente-huit, quand les deux jeunes filles réapparaissent de leur voyage temporel après avoir éliminé le démon, leur monde est redevenu ce qu'il était censé être.

Un endroit de calme et de paix.

L'ange Castiel s'en était assuré depuis ces vingt-six dernières années.

**FIN**

Et voilà, l'histoire est terminée!

J'espère qu'elle vous aura plus autant que j'ai pris plaisir à l'écrire.

N'oubliez pas que le seul revenu de nos histoires ce sont les reviews alors... n'hésitez pas à en laisser, croyez-moi, ça fait vraiment plaisir pour nous chers auteurs.

** A BIENTOT! **