TALLNESHIA

Épilogue


.


Deux journées entières s'étaient écoulées depuis qu'ils avaient fui Castelblanc tous les cinq. Ils avaient beaucoup chevauché et peu dormi, souhaitant mettre le plus de distance possible entre eux et la cité blanche, dans le cas où des escouades de paladins, voire d'inquisiteurs, les prendraient en chasse. Mais Théo avait semblait-il correctement couvert ses arrières, et aucune traque à l'hérésie ne fut lancée à leur poursuite.

Constatant qu'ils paraissaient être en relative sécurité, ils avaient cessé leur course éreintante au bout de quarante-huit heures. Le soir venu, ils s'étaient trouvé un abri de fortune, sous une corniche rocheuse pour les abriter de la pluie qui avait commencé à tomber en fin d'après-midi. Alors que Tallneshia, Théo, Grunlek et Balthazar se réchauffaient auprès du feu que ce dernier avait facilement allumé grâce à ses pouvoirs, Shinddha s'était au contraire éloigné de quelques pas. Il avait repoussé la capuche de sa tunique bleue et ôté le masque qui le dissimulait du nez jusqu'au menton pour pencher sa tête en arrière, offrant son visage aux gouttelettes d'eau en souriant. Le jeune homme ne s'était plus montré ainsi depuis qu'il avait récupéré ses habits, et Tallneshia souriait elle aussi de le voir à nouveau le visage découvert, tel qu'elle l'avait rencontré, au fin fond des geôles de la Cathédrale de Castelblanc.

Ils n'avaient pas beaucoup parlé entre eux ces deux derniers jours, trop concentrés à tenir en place sur leurs montures ou bien à courir, pour la jeune femme, enivrés par l'unique objectif de s'enfuir toujours plus loin, le plus vite possible. Les membres hétéroclites de leur groupe improvisé étaient pour la plupart encore de parfaits inconnus les uns pour les autres, à l'exception du trio formé par Tallneshia, Balthazar et Théo.

La jeune femme disparut pendant une heure ou deux le temps que Shyrnhaâm chasse de quoi se régénérer un peu dans les bois proches. Elle tua une biche de taille moyenne dont elle ne se nourrit qu'à moitié, puis prêta sa force à Tallneshia pour lui permettre de ramener l'animal à ses compagnons. La voyant revenir avec sa proie, Grunlek avait haussé un sourcil intéressé, avant de leur apprendre qu'il était plutôt bon cuisinier. En une heure, il leur avait rôtie la bête à point au-dessus du feu allumé par Bob un peu plus tôt. Chacun s'était retrouvé avec un bol fumant dans les mains, et même Tallneshia avait mangé ave appétit et savouré la cuisine du nain, qu'ils avaient tous reconnue comme étant délicieuse.

Au fil de la soirée, les langues se délièrent. Avec ce qu'il s'était produit au cours de leur fuite, les questions étaient multiples et inévitables. Pourquoi Bob parvenait-il à faire apparaître de nulle part cet étrange cheval aux crins bleus de flammes froides ? À quoi était due la peau bleutée de Shin ? Comment Grunlek avait-il obtenu son bras mécanique ? Quelle était cette mystérieuse aide intérieure que Théo avait évoqué, capable de faire voler des roches sans même les toucher ? Qui était cette Shyrnhaâm dont Grunlek et Shinddha les avaient entendu parler, comment Tallneshia parvenait-elle à se déplacer à la même allure qu'un cheval au galop, et par quel miracle était-elle parvenue à abattre et saigner à demi cette biche, seule et sans arme ?

À tour de rôle, ils racontèrent chacun leur histoire. Ils avaient tous vécu des choses compliquées. Lorsque cela devenait trop dur, les quatre autres respectaient avec bienveillance le silence établi, encourageaient à poursuivre sans forcer, ou faisaient dévier la conversation avec compassion. Chacun se livra, même si ce n'était pas dans ses habitudes. Confusément, ils réalisèrent peu à peu qu'ils se sentaient à l'aise ensemble, en confiance les uns avec les autres, sans vraiment savoir pourquoi. Était-ce cette fuite-éclair qui les avait autant rapprochés ? Ou bien n'était-ce seulement que la similitude de leurs destins respectifs ? Ils se ressemblaient tous, dans le fond. Abandonnés des leurs, rejetés de la société, en marge, à part. Le nain invalide, le demi-élémentaire d'eau, le paladin qui commençait à douter des préceptes de sa foi, le demi-diable, la porteuse d'un esprit maléfique. Ils étaient tous les cinq un peu atypiques, un peu perdus dans ce Cratère qui était leur chez-eux, mais qui semblait pourtant les rejeter en silence.

Quand ils eurent fini de parler, leurs bols étaient vides depuis longtemps et les flammes de leur feu de camp commençaient même à décliner. Balthazar les raviva d'une simple inclinaison de tête, s'attirant quelques regards admiratifs. Personne ne prononça plus un mot, et durant de longues minutes, les seuls sons audibles furent le tapotement de la pluie contre la roche, le sol et les arbres, des cris d'animaux dans le lointain et le doux bruissement du vent dans les feuillages et les buissons. À quelques mètres d'eux, abritée elle aussi sous le promontoire, Lumière eut un éternument, et ils sursautèrent tous les cinq avant d'échanger sourires et pouffements.

« Bon. » lâcha finalement le pyromancien. « Vous comptez faire quoi, maintenant ? »

Shinddha, Grunlek et Théo haussèrent les épaules. Ce dernier répondit le premier :

« J'dois toujours vous surveiller, les deux hérésies ambulantes, j'crois bien. »

« Bienvenue dans l'équipe, Silverberg. » le charria gentiment Balthazar, faisant sourire Théo à ce souvenir de leur rencontre.

« Je vais retourner vivre peinard dans les forêts, je pense. » annonça Shin. « Je m'étais jamais trop approché des humains depuis que je suis… comme ça, et ça me donne pas vraiment envie de retenter l'expérience, pour être honnête. »

« Ah bon ? Je vois pas du tout pourquoi ! » se moqua le demi-diable.

« Non ? Vraiment ? » renchérit le demi-élémentaire sur le même ton.

Il s'était énormément ouvert au cours de la soirée. Sa timidité maladive semblait s'être effacée. Ses quatre compagnons avaient su le mettre en confiance, et il ne se souvenait pas avoir jamais autant parlé à quelqu'un qu'en leur compagnie, ce soir. Leur rapide échange amusé fit sourire Tallneshia. C'était elle qui était parvenue à l'approcher en premier, devinant d'ores et déjà sa relation particulière avec l'eau, et elle devait avouer qu'elle appréciait beaucoup Shinddha. Sa franchise et sa spontanéité, sa gentillesse, sa simplicité et son humour. Alors qu'elle allait ouvrir la bouche, Grunlek intervint à son tour en caressant distraitement sa barbe.

« Pour ma part, je vais continuer à parcourir les villages et à proposer mes services à qui en aura besoin. Nous pourrions nous accompagner pendant un bout de chemin, qu'en dites-vous ? » proposa-t-il amicalement au trio.

Les trois amis se concertèrent d'un bref regard avant de hocher la tête, et Tallneshia profita du court silence qui s'ensuivit pour enfin proposer à Shin :

« Reste un peu avec nous, toi aussi. »

« Je ne sais pas si… »

« Ça vaut toujours mieux que d'être tout seul, tu crois pas ? »

Le demi-élémentaire hésita. Mal à l'aise, il se gratta la nuque à travers le tissu de sa capuche, qu'il avait remis sitôt qu'il s'était soustrait à la fraîcheur des gouttes de pluie courant sur son visage.

« Je suis plutôt du genre solitaire, je suis désolé… »

« Parce que tu n'as jamais essayé de rester avec des gens, puisque tout le monde te rejetait. » analysa posément Balthazar. « Mais vu comment tu discutes avec nous depuis tout à l'heure, tu me parais être quelqu'un de plutôt sociable, quand tu veux bien. »

« À plusieurs, on est plus forts. » enchaîna Tallneshia avec un sourire. « On se défendra ensemble si on croise des membres de l'Église de l'Eau. Et Théo est avec nous, ceux de la Lumière ne devraient plus te causer de problèmes. »

« Ils vous en ont pourtant causés, à vous… » fit remarquer Shin avec méfiance.

« Et alors ? » balaya le pyromage d'un geste de la main indifférent. « On s'en est tirés vivants, comme toujours. Et ça nous a permis de te rencontrer. T'es un type bien, Shinddha. Sincèrement. Ça me ferait plaisir de voyager avec un gars comme toi. »

Le demi-élémentaire d'eau se balança nerveusement d'avant en arrière sans rien dire, incapable de se décider. Une part de son être, son côté humain, sans doute, le poussait à accepter leur proposition, à poursuivre son chemin en leur compagnie. Cela ne lui coûterait pas grand-chose, et puis il ne serait plus seul… Mais sa partie élémentaire le retenait. Après tout, il ne connaissait pas ces gens. Ils lui avaient peut-être tout raconté de leurs vies, ils avaient peut-être sauvé la sienne en le libérant des geôles de la Lumière, mais ils ne s'étaient côtoyés que deux jours. Cela ne suffisait pas à créer des liens.

« Pourquoi ne pas essayer de rester quelques temps ? » suggéra Grunlek avec un sourire bienveillant. « Et si vraiment tu ne te sens pas à l'aise avec nous, alors tu partiras. Nous ne te retiendrons pas, tu sais. Tu es libre, tout comme chacun de nous. »

Ce nain avait quelque chose, dans ses paroles, dans son comportement, qui incitait à lui faire confiance sans réfléchir. Il possédait une aura inexplicable, paternelle et protectrice. Shinddha céda, hocha la tête. Oui, pourquoi pas essayer. Bien qu'au fond de lui-même, son côté humain se soit déjà décidé. Il resterait. Il le savait.

« Et toi, Tally ? »

Balthazar s'était tourné vers Tallneshia. Sa question paraissait sincère, mais les yeux doux et rieurs qu'il posait sur elle en cet instant laissaient transparaître toute la vérité : il connaissait pertinemment sa réponse. Et en son for intérieur, il n'en espérait pas d'autre…

« Je reste avec toi. » lâcha-t-elle seulement avec la plus grande des évidences.

Le pyromancien sourit et hocha la tête, avant de dévisager gravement chacun de ses camarades, un par un, comme s'il voulait graver leurs traits à jamais dans son esprit. Et peut-être était-ce réellement le cas. Qui savait…

Théo de Silverberg, le paladin et inquisiteur de la Lumière, qu'ils auraient tout aussi bien pu laisser mourir dans la forêt de Carnet, pendant l'incendie, mais que Tallneshia avait insisté pour sauver. L'homme qui aurait dû signer leur arrêt de mort tant de fois, qui avait failli le tuer à Pont-Devant, pour finalement retourner sa veste et se ranger de leur côté. Ils avaient eu tellement de doutes à son sujet… Mais il s'était finalement révélé être le meilleur allié, doublé du meilleur ami, qu'ils ne se soient jamais trouvés depuis des années. En les délivrant de la Cathédrale de Castelblanc, il avait une fois de plus prouvé qu'ils pouvaient lui faire confiance en toutes circonstances, pour le meilleur comme pour le pire.

« Tu veux bien arrêter de me fixer comme ça ? » grommela le paladin.

« Pourquoi ? »

« Ça me donne l'impression soit que tu veux me bouffer, soit que tu me mates. L'un comme l'autre, ça me plaît pas. »

« Rho, vraiment ? » ronronna piteusement Balthazar, joueur.

Théo ne répondit rien… Minute. Est-ce qu'il avait rêvé, ou bien les joues de l'inquisiteur venait-elle subitement de prendre une légère teinte rosée ?

Dissimulant son sourire intéressé, le demi-diable fit dériver son regard vers Shinddha Kory et Grunlek Von Krayn. Un demi-élémentaire d'eau prétendument asocial ressuscité d'entre les morts et un ex-prince nain infirme et déchu, fuyant son royaume. Deux nouveaux compagnons somme toute… hors du commun.

Et enfin, elle.

Sa propre Lumière. Sa raison de vivre. Sa princesse, comme aimait moqueusement la surnommer Shyrnhaâm… mais bon sang, que cette appellation lui allait à merveille.

Tallneshia Eryhaname Artalidren de Karydrar.

« Madame… Messieurs. »

Balthazar Octavius Barnabé Lennon tendit son bras au-dessus des flammes, main ouverte, paume tournée vers le sol et doigts écartés. Il était un pyromancien, mais le Feu n'était pas fait que pour tuer et détruire, il le prouverait. Il était un demi-diable, et pourtant, il avait trouvé des personnes… mieux, des amis, qui l'acceptaient tel qu'il était. Lui-même.

« Nous sommes des Aventuriers. » prononça-t-il solennellement.

« Nous sommes des Aventuriers. » répéta Grunlek en posant sa main humaine sur la sienne.

« Nous sommes des Aventuriers. » souffla Shinddha en l'imitant.

« Pff… Ouais, si vous voulez. » lâcha Théo de son éternel ton bougon en ajoutant son gantelet d'acier. « Nous sommes des Aventuriers. »

« Nous sommes des Aventuriers. » conclut Tallneshia avec détermination en venant couvrir leurs mains de la sienne. « À partir d'aujourd'hui, et pour toujours. »


.


FIN


.


Wahou... Eh bien voilà, c'est la fin de cette histoire. J'ai du mal à réaliser encore. Je vous avoue que je suis toute triste. :'( Mais c'est comme ça !

J'espère que ce petit épilogue, et que toute l'histoire en elle-même, vous a plu !

Pour ma part j'ai adoré l'écrire, vous la publier, avoir vos retours... En espérant que les éventuels futurs lecteurs qui passeront la voir dans quelques semaines / mois / années l'apprécieront tout autant ! ^^

Pour tout vous dire, une suite est prévue. Je meurs d'envie de réécrire toute la série d'Aventures (oui oui, les quatre saisons !) en y incorporant Tallneshia. Après tout, tout est prêt pour ça ! Mais je suis partie dans un autre projet entre-temps, toujours lié à de la fantasy et du JdR. Vous y retrouverez clairement des inspirations d'Aventures, j'ailleurs (n'hésitez pas à passer faire un coucou sur Wattpad, j'ai le même pseudo ! ^^).

Donc je pense que les Aventures de Tallneshia (bon, c'est pas le vrai titre, j'en ai pas encore XD) vont attendre un peu. ;-) Mais... je garde toujours l'idée bien au chaud. J'adore trop ma petite Tally, je ne compte pas la laisser tomber comme ça. 3

En tout cas, merci beaucoup d'avoir lu cette histoire. 3

Prenez vos derniers cookies virtuels, et je vous souhaite à tous une bonne continuation ! Peut-être à bientôt !

Bisous !

Chl007