Résumé : Le soir d'Halloween, Bella et ses amis font la tournée des maisons pour recueillir un maximum de bonbons jusqu'à ce qu'ils fassent la rencontre de la famille Cullen, aussi atypique que mystérieuse…

Disclaimer : Les personnages et l'univers de S. Meyer ne m'appartiennent pas.

Couple : Bella x Rosalie

Rating : M

N/A : A la base, c'était juste censée être un OS pour Halloween… et puis c'est devenu beaucoup plus. Je publierais un à deux chapitres par semaine (j'ai déjà écrit 20 chapitres donc j'ai de la marge héhé). Alors, voici une nouvelle histoire qui vous aidera, je l'espère, à supporter un peu mieux ce reconfinement. Prenez bien soin de vous !

Bonne lecture.


Prologue

Comme chaque année, la petite ville de Forks était en ébullition à l'approche de la fête d'Halloween. Il s'agissait de l'un des rares événements de l'année qui réussissait à réanimer un souffle de vie dans cette ville froide et monotone.

En grandissant, Bella et ses amis avaient pris l'habitude d'aller faire le tour des maisons pour récupérer des bonbons. Même après leur entrée au lycée, ils avaient continué à perpétuer cette tradition. Ils partaient à la tombée de nuit, lorsque les enfants de Forks rentraient chez eux, les bols pleins de victuailles, et frappaient aux portes des maisons encore réveillées avant de se rendre chez Mike. Ce dernier mettait un point d'honneur à toujours leur préparer une soirée inoubliable c'était l'apothéose de leur soirée d'Halloween.

Cette année, Bella avait opté pour un costume de Jane Austen. Elle avait toujours été passionnée par la littérature classique et avait trouvé cela naturel de choisir l'une des écrivaines féminines les plus célèbres au monde.

« J'aurais dû prendre une veste » se lamenta Jessica.

Bella lui jeta un regard du coin de l'œil. Son amie portait un costume d'infirmière zombie mais étrangement sexy. Le décolleté de son uniforme tachée de ketchup était vertigineux.

« Je vais te réchauffer, bébé » s'enquit Mike.

Il portait une tenue de soldat de la Sécession avec un faux poignard planté dans la poitrine. Il bouscula vivement ses amis et se posta auprès de sa petite-amie. Il enroula un bras autour de ses épaules tout en jetant un regard plein d'envie à son décolleté. Jessica cessa aussitôt de se plaindre et se blottie encore plus contre lui, l'air béat.

Bella et Angela échangèrent un regard moqueur. Fidèle à sa personnalité humble et douce, son amie portait un costume d'ange. Ses ailes pleines de plumes blanches en plastique tressaillaient à chaque pas qu'elle faisait.

« Plus qu'une maison » soupira-t-elle.

Bella hocha de la tête, l'air soulagé.

Le groupe s'aventura rapidement dans l'allée sinueuse et sombre de la dernière maison connue de Forks. Ils connaissaient peu de choses sur leurs habitants ; seulement qu'ils venaient d'emménager et que certaines d'entre eux iraient au lycée de Forks après les vacances automnales.

Le groupe arriva au bout de l'allée et se figèrent en avisant la villa moderne et impressionnante devant eux. Mike émit un sifflement impressionné, le bras toujours drapé autour des épaules de Jessica.

« Ils doivent être vraiment riches » commenta cette dernière, l'air cupide.

Angela la regarda avec désapprobation et ouvrit la bouche pour la rectifier mais Bella l'en dissuada rapidement. Elle commençait à avoir froid elle aussi, et ses pieds étaient tout engourdis. Plus vite, ils en auraient finis avec les nouveaux habitants de cette maison, plus vite ils pourraient retrouver le confort et la chaleur de la maison de Mike.

De plus, Bella ne tenait pas à s'attarder dans les parages. Il y régnait une atmosphère sombre et inquiétante, presque mystique. Elle réprima à grande peine un frisson.

« Allons, ne perdrons plus de temps » marmonna-t-elle en montant rapidement les marches du perron.

Ses amis la suivirent, tout excités et intrigués. Bella prit une profonde respiration et frappa trois coups à la porte. Cette dernière s'ouvrit presque aussitôt, manquant de peu de lui tirer un cri de surprise. Elle trébucha vers l'arrière avant de reprendre contenance, gênée par sa réaction. Ses amis ricanèrent légèrement derrière-elle.

Une femme d'une trentaine d'années les salua. Elle avait un regard doux et chaleureux encadré par des cheveux soigneusement coiffés. Elle portait une costume Charleston. Son regard doré était hypnotisant.

« B-bonsoir » bégaya Bella, prise de courte par cette apparition atypique.

La femme lui offrit un sourire charmant.

« Bonsoir, les enfants. Je ne pensais pas que certains oseraient s'aventurer aussi loin dans Forks. C'est plutôt… isolé par ici. Mais je suis heureuse que vous soyez là. Me permettriez-vous de vous offrir mon hospitalité ? Vous devez être fatigués ».

Bella lança un regard hésitant à ses amis.

« Je ne suis pas sûre que- ».

« Cool ! » la coupa Mike avec un large sourire

Il la bouscula et entra dans la villa. Jessica s'empressa de le suivre, les yeux pétillants d'envie et de convoitise. Angela et Eric hésitèrent un court instant avant de leur emboîter le pas, poussés par leur curiosité. Bella leur lança un regard trahi.

Bella fut la dernière à rester sur le perron, hésitante. Pour une raison qui lui échappait encore, son cœur battait la chamade et ne voulait pas se calmer. Et puis, il y avait toujours cette sensation étrange qui la faisait frisonner, provoquée par l'atmosphère qui régnait en ces lieux.

Le regard de l'hôtesse s'intensifia.

« Y-a-t-il un problème, ma chérie ? ».

Bella déglutit, le visage légèrement rouge. Elle tripota nerveusement le sac de bonbons qu'elle avait récolté depuis le début de la nuit.

« Je n'ai pas l'habitude d'aller chez les gens que je ne connais pas, sans vouloir vous offenser madame » murmura-t-elle sans oser la regarder.

Son père était le shérif de la ville. Il avait toujours mis un point d'honneur à lui apprendre à se méfier des gens et à ne pas faire confiance au premier venu. Il s'était même assuré de lui apprendre à se défendre physiquement.

« Oh… » souffla la femme, l'air presque triste. Bella la regarda avec perplexité mais n'eut pas le temps de s'interroger car la femme reprit la parole : « Comment pourrais-je m'en offenser ? Tu as raison de te méfier. Tes parents doivent être fiers de toi. Mais je t'assure que mon invitation est dénuée de la moindre malhonnêteté ».

Bella sentit sa méfiance disparaître à mesure que la voix chaleureuse et réconfortante de la femme s'insinuer dans sa tête. Son regard l'envoûtait également intense et mielleux.

Bella sursauta presque en entendant des éclats de rire provenir de l'intérieur de la ville. Elle n'eut aucun mal à reconnaître la voix de ses amis. Ils semblaient s'amuser.

Bella finit par céder.

« Je suppose que ça ne peut pas faire de mal… Mais nous ne resterons pas longtemps. Nous sommes… attendus autre part » mentit-elle en voulant assurer leurs arrières.

Le sourire de la femme s'agrandit et laissa entrevoir l'éclat éblouissant et redoutablement pointue de ses dents parfaites. Bella en resta sans voix, éblouie.

« Parfait ! Entre donc avant de prendre froid. Tes amis doivent déjà être en train de boire une tasse de chocolat chaud au salon » lui signala-t-elle avec enthousiasme.

Bella hocha de la tête, incapable de parler, et franchit le pas de la porte de la maison. Elle sursauta légèrement lorsque la porte claqua presque aussitôt derrière-elle. Esmée se contenta de lui offrir un autre sourire aiguisé, les yeux étonnamment scintillants.

« Oh et peux-tu me faire une faveur, ma chérie ? Appelle-moi Esmée, s'il te plaît. Nous ne serons bientôt plus des étrangères, après tout… ».


Ils étaient tous installés dans le salon. Bella était assise sur le canapé, encadrée par Angela et Eric qui semblaient aussi nerveux qu'elle. Des tasses de chocolats chaud fumantes et des bols de sucreries étaient installés sur la table basse.

Bella essayait de se détendre mais elle se sentait perturbée par les regards insistants et sombres de leurs hôtes. Il y avait le père, la mère et leur quatre enfants. Une grande famille à l'apparence trop soigné et trop parfaite.

« Vous avez une très belle demeure, madame et monsieur Cullen. J'aurais aimé avoir des parents aussi rich-attentionnés que vous » les complimenta Jessica.

Bella roula les yeux et s'enfonça dans le dossier du canapé. Elle croisa les bras sur son torse et décida d'observer un peu plus attentivement son entourage. Les murs de la pièce étaient pourvus de tableaux peints qui semblaient dater de plusieurs siècles. Certains offraient à contempler des paysages époustouflants tandis que d'autres offraient à admirer des portraits saisissants de personnages mystérieux.

« Tu aimes la peinture, ma chérie ? ».

Bella cligna des yeux et détourna vivement la tête, le visage légèrement rouge. Tous les regards de la pièce se posèrent sur elle. Bella déglutit difficilement, ayant toujours eut du mal à supporter d'être le centre d'attention. Esmée lui offrit un sourire encourageant, semblant particulièrement intéressée par son cas.

« J'apprécie les arts en général. Je lis un peu » avoua-t-elle humblement.

Mike s'esclaffa, l'air moqueur.

« Un peu ? C'est un euphémisme. Je n'ai jamais connu quelqu'un qui lisait autant que toi. Si tu pouvais lire en dormant, je suis sûre que tu le ferais ! ».

Ses amis ne purent s'empêcher de rire, l'air approbateur. Bella ne tarda pas à sourire, elle aussi. Elle se détendit légèrement.

« Peut-être » concéda-t-elle.

Un jeune homme s'agita. Il avait des cheveux cuivrés en bataille et des yeux très sombres. Il portait un costume sobre de gentleman de l'ancienne époque. Son regard était perturbant.

« Quel… Quel est ton livre préféré ? » lui demanda-t-il avec difficulté, l'air aussi crispé qu'un bout de bâton.

Bella fronça les sourcils.

« C'est une question difficile, mais si je devais répondre sous la contrainte, je dirais Les Hauts de Hurlevents de Emilie Bronté. J'ai toujours admiré sa capacité à mettre en mots un amour aussi fusionnel et tourmenté que celui de Heathcliff et Catherine ».

Les yeux du jeune homme se mirent à briller.

« Oui, en effet. C'est admirable » murmura-t-il.

« Et la peinture ? » insista Esmée.

Bella se racla la gorge et jeta un autre regard aux tableaux de la pièce. Ils étaient tous éclairés par une barre de faisceaux lumineux suspendue au-dessus des cadrans dorés. Elle les examina un instant avant de répondre.

« Ma mère a toujours été une artiste dans l'âme. Elle m'a élevé avec un biberon dans une main et un pinceau dans l'autre. J'ai appris à reconnaître la patte d'un artiste grâce à elle » expliqua-t-elle avec un sourire mélancolique.

Esmée la fixa avec un nouvel enthousiasme.

« Penses-tu qu'elle accepterait de nous faire un tableau ? ».

Le sourire de Bella se fana. Même les expressions de ses amis s'assombrirent à cette question. Angela posa une main compatissante sur l'épaule de Bella.

« Ma mère est décédée dans un accident de voiture il y a cinq ans. Elle a été fauchée par un camion de marchandises. Elle est morte sur le coup. Il n'y a plus que mon père et moi depuis » répondit-elle doucement.

Un silence gênant tomba dans la pièce. Esmée pressa une main contre sa poitrine, l'air sincèrement attristée.

« Je suis vraiment navrée, ma chérie. Si j'avais su- ».

Bella s'empressa de secouer sa main.

« Vous ne pouviez pas savoir » la rassura-t-elle. Mais Bella ressentit le besoin de s'isoler un instant. Elle se leva du canapé et demanda : « Puis-je utiliser votre salle de bain un moment, s'il vous plaît ? ».