Je suis de retouuuur ! Et j'ai réussi à poster aujourd'hui, malgré toutes mes péripéties ! Oui, parce que déjà, ma Bêta m'a envoyé le chap CE MATIN, donc je n'ai pu corriger que ce soir. Et ce soir, j'ai fait des heures sup'... enfin une heure, pour préparer un dossier de demain qui est compliqué, et parce que je stress parce que ce matin j'ai merdé un autre dossier (mais bon c'était bon boss qui voulait quelque chose de très spécifique et pas forcément applicable!). Enfin bref, j'ai fini à 19h... J'ai une demi-heure de route... J'ai croisé des flics alors que je roulai à quasiment 120km/h sur une route à 80, grosse montée de panique, mais ils ne m'ont pas stoppée... Bref, je rentre, et là : plus rien dans mon frigo. Faut que je mange, faut que je corrige, je réalise que j'ai plus le temps d'aller chercher mon colis en point-relais et que je m'étais promis de le faire aujourd'hui... BREF.

Mouvementé.

Mais passons ! Quoi de neuf ? Moi, mon info neuve, c'est que je suis allée à l'Inter-Kando du printemps. Camping sous la pluie, je ne recommande pas. Mais sinon, je me suis éclatée, avec des combats, de la magie, et franchement ma cape en laine et mon tricorne de cuir m'ont super-bien protégée de l'orage tout en me donnant la classe intégrale. Si certains d'entre vous sont tentés par ce GN (Grandeur Nature, ou pour ceux qui sont plus familiers avec la terminologie anglaise : du LARP !), franchement, on s'amuse bien à Kandorya : printemps, été, et automne!

Et mon équipage pirate recrute ! Bon, je ne suis que matelos, mais je fais de la pub. Engagez-vous au Papillon! On a un nom pas effrayant, plein de rhum, et un loup-garou apprivoisé !

.

Bref. Passons aux réponses aux reviews !

Première à commenter Fraise-du-Sud, et... ah ahaha ton indignation m'a bien fait rire. Yep, je suis une sadique xDDDD Ca faisait un bail que je n'avais pas torturé des persos, il fallait que ça arrive ! Si ça peut te rassurer, le chapitre finit bien x) Enfin, plutôt bien comparé à ma première idée (qui était de déclencher une guerre entre le pays des Vagues et Konoha, qui finit avec le pays des Vagues rasé et annexé au pays du Feu : comme dans la fic Freedom In The Eyes Of Another que j'ai référencé dans le chap' précédent). Donc tu vois, ça pourrait être pire !

Yo Kuro No Kage ! Contente que ça te plaise =) Même si effectivement, j'ai été particulièrement cruelle avec ces pauvres persos...

Cette collection de jurons liamireldib-b xDDD J'ai réussi à te clouer à ton siège d'angoisse ? xD Pour Kakashi, yep, il faisait l'autruche. Mais après cette mission, il va vite changer d'avis. Bref ! Yep j'ai tué Akamaru. J'ai un plan pour Kiba, ne t'inquiète pas, mais... Ca nécessitait qu'Akamaru disparaisse. Sorry !

Salut Tiph ! Haku n'avait aucun intérêt à se mettre en travers du chemin de Gâto pour un chien. Si encore ça avait été un des Genins, avec une rançon à la clef, il aurait pu l'expliquer... Mais là, un chien ? ET alors que Zabuza a implicitement accepté la décision de Gâto ? Nope. Donc oui, Akamaru est bien mort. Mais Kakashi a bien l'intention de libérer ses gamins malgré tout !

Coucou Naptis ! Ouii j'ai tué le chiot, sorry not sorry x) Et ça va traumatiser Kiba. Le transformer, même. Mais en fait, chacun des gamins de la Team 7 va ressortir cette épreuve brisé à sa façon. Sakura défonce des crânes et Sasuke euuuuh tu verras dans ce chapitre x) Mais oui on part loin du canon ! Mais dans le canon, ils avaient Naruto, donc "plot-armor" garantie... Tandis que là, ils se prennent un grand coup de réalisme dans la face !

Ce ton de totale indignation Mayne x) Zabuza est un spécialiste de l'assassinat, donc c'est pas du tout OOC qu'il pose un défi à Kakashi, surtout si là son but n'est pas de jouer avec sa proie (comme dans le canon) mais bien de buter son ennemi pour finir la mission le plus vite possible. Si Tsunami avait été dans la même situation elle aurait été bien plus gravement blessée, c'est clair et net : elle n'a pas la même attention au langage canon que Kakashi donc elle n'aurait pas perçu l'avertissement d'Akamaru. Pour ce qui est de Tsunami et sa paranoïa : tu la surestime un peu, elle sais que sa famille est composée de ninjas quand même ! Mais si elle avait su que la Team 7 allait prendre la mission au pays des Vagues, peut-être qu'elle aurait envoyé des chats. Peut-être pas (à cause du nez de Kakashi et Kiba). Impossible à savoir x) Orochimaru veut bel et bien voler le corps d'un Uchiha. Sasuke est sa première option parce qu'Itachi et Tsunami sont trop fort (Itachi a battu Orochimaru, et Tsunami a battu Itachi)... Et officiellement, Izumi n'a pas le Sharingan. Elle a gardé le secret sur son activation, souviens-toi !

Hello Amie des batraciens ! Sakura en mode Berserk est une de mes tropes favorites dans les fics, j'avoue. Alors voilà, c'est ma fic, je m'amuse xDDDD

Salut P'tite Kissy ! Ce chapitre était dur à écrire, et il a dû être dur à lire. Comme un coup de bêche dans la figure x) Courage, la fin arrive !

Yo IceQueen38 ! Ouiiii je suis cruelle envers les animaux. Pour ce qui est de Sasuke : ne vend pas la peau de l'ours (ou de l'Uchiha) avant de l'avoir tué ! Il reste encore un chapitre pour qu'il s'en sorte x)

Hiiii Hiyoru ! Tu reviens juste à temps pour le chapitre le plus déprimant de la fic XDDDDD Kiba ne va pas vraiment s'en remettre. Mais voilà, chacun des membres de l'équipe 7 va être brisé à sa façon par cette mission. C'ets la vie. Mais ne t'inquiète pas trop pour la suite ! x)

Salut Shinlya ! Pourquoi donc pense-tu que quelqu'un va débarquer pour sauver la Team 7 ? Imagine à quel point ça serai traumatisant s'ils devaient se sauver tous seuls... niark niark niark x) Allez, je ne te spoile pas. Enjoy !

Hello Rose-Eliade ! Si si, j'ai bien tué Akamaru. Mignon ou pas, il était un dommage collatéral inévitable. RIP Akamaru...

Yo Guest qui n'a pas laissé son nom mais qui est sans doute Tim ! Oui j'ai tué le chiot... Et écrabouillé la Team Seven. Time for a reality check, guys x) Et Kakashi était un idiot dans le canon. Il a battu Zabuza parce qu'il s'attendait à lui (à cause du piège des deux nukenins cachés dans la flaque) et il a QUAND MÊME été capturé, puis il a épuisé son chakra et est tombé dans le coma durant des jours, et dans le combat final il était clairement à égalité contre Zabuza, au point de laisser ses Genins affronter Haku qui était BIEN PLUS FORT. Donc nope, l'incompérence de Kakashi ne sort pas de nulle part. Il a été négligent et il en paie le prix. Also, concernant tes review précédentes... Tu as vu juste pour Hotaru !

Hello Yuedra ! Bienvenue dans le monde de Naruto, où c'est la merde tout le temps xD Et oui, je suis cruelle avec les animaux x) Toki n'aura pas de chat ou de chien, à priori, mais c'est pas exclu qu'elle ai un oiseau... xD Donc pas de promesses ! Sinon, yep, j'ai démoli la Team 7, les mettant face à face avec leurs plus grands échecs et leurs plus grandes peurs. Ils en ressortiront tous grandis, mais aussi irréparablement traumatisés. JOIE ET BONHEUR. Ah ahaha. Sinon tu part carrément trop loin en prêtant des intentions altruiste à Zabuza ! Ce qui l'intéresse c'est a) de faire cracher plus de sous à Gatô, et b) de recruter Itachi pour rentrer couvert de gloire à Kiri. Mais voilà, Gatô a causés des embrouilles... Et sinon, pour répondre à ta question, Kakashi a bien battu en retraite après son premier échec. Il n'est pas si incompétent que ça ! xD

Merci, Otter Von Bismarck ! Au passage, j'adore ton pseudo x) Contente que ça te plaise ! Je suis tombée dans les SI et maintenant je n'en sort plus, c'est terrible. Mais bon, au moins je m'éclate. Ooooh, tu aimes Toki ? Cool ! Le style est assez différent de Tsunami. Et puis, Toki est à une période plus "innocente" de sa vie (contraire à Tsunami qui planifie des meurtres et tout xD), ça joue. Bref, ravie d'avoir fait ta connaîssance ! =)

Yo Leen Hogwarts ! Ouais Kakashi est maudit x) Mais c'est la poisse de la Team 7 ! Il a été dans deux Team 7, celle de Minato et la siene, évidemment que ça lui colle à la peau. Tu as tout faux pour tes prévisions, malheureusement x) Tu verras dans ce chapitre !

Coucou Klonoa ! Ouais, Sakura devient badass ! J'attendais d'écrire ça depuis des lustres. Et Kiba va définitivement être traumatisé par la mort d'Akamaru. En fait ils vont tous être traumatisés. Surtout Kakashi, parce que c'est de sa faute si ses gamins ont été captués. Bonjour la prise de conscience !

Ah ah Mahaut Ninn Time, désolée mais le douleur et le désespoir c'est un peu obligé dans le monde des ninjas. La Team 7 en bave, mais ils émergeront de cette épreuve plus forts ! On y croit ! x)

Hello B-8 ! Courage pour le vaccin ! Sinon oui, la Team 7 a droit à un beau fiasco de mission dans les règles. Tout ce qui pourrait mal se passer se passe mal ! ET oui j'ai tué Akamaru. Tuer l'animal est facile pour mettre un peu d'horreur dans la situation (coucou Malta) x) Tu as vu juste pour Gâto, ça va chier dans ce chapitre. Sans donner de spoilers, la Team 7 va prendre sa revanche, et ils ne sont pas d'humeur à être gentils...

Bienvenue à bord Tullytuly ! Te review m'a fait super plaisir =) Je comprends bien que l'idée de lire une SI ne soit pas super-tentant au début (la crainte de la Mary-Sue), mais je suis ravie de t'avoir fait changer d'avis ! Ah ah, merci beaucoup ! Tsunami a beaucoup évolué depuis que j'ai commencé à l'écrire, et je me suis ridiculement attachée à elle. Même maintenant que je fais une pause dans l'écriture de cette fic pour me concentrer sur ma fic Wisdom sur AO3, j'ai toujours une place spécial dans mon coeur pour le fandom de Naruto xD Et je m'éclate à changer le canon tout en restant cohérente avec les règles de l'univers ! Et de petit changements en plus grands changements, eh bien... On arrive à ce genre de chapitre x) En tous les cas merci pour cette super-review, et j'espère que le reste te plaira tout autant !

Salut Redheadead ! Ah ah tu t'es éclatée avec ce chapitre, je le sens x) Mais oui, le fait que Zabuza connaisse Itachi mets le bazar dans l'intrigue. Chaque personnage est le protagoniste de sa propre histoire et suis donc ses propres ambitions égoïstes, et ça donne des clashs impressionants ! Et Zabuza garde les deux autres Genins pour s'en servir comme moyen de pression pour garder Kakashi à l'écart ah ah x) Tant que les enfants sont en vie, Kakashi va se retenir un peu, tandis que s'il les tuait... Zabuza sait de quoi est capable un ninja de Konoha qui n'a rien à perdre, et ce n'est pas quelque chose qu'il veut tester. Sinon oui Sakura va réaliser son potentiel très vite, et Kiba va également devenir radicalement différent du canon !

Bienvenue à bord Dede44-le-bleu ! Tu n'es pas le seul à avoir été choqué de la mort d'Akamaru... Apparemment personne ne me croyait aussi sadique xD Pour ce qui est de Kusa, oh, détrompe-toi, ils seront bien à l'examen Chuunin...

.

Et voilàààà !

Bon, je ne m'éternise pas trop, essentiellement parce qu'il est 20h et que je sais TOUJOURS PAS ce que je vais manger... Je dois avoir du fish and chips surgelé, ça ira très bien... J'ai besoin de gras et de réconfort après cette journée, moi !

Petit récapitulatif : dans le dernier chapitre, la Team 7 s'était rendu au pays des Vagues pour escorter un constructeur de ponts, et était tombée sur Zabuza. Mais au lieu de simplement poursuivre sa mission et chercher à tuer le constructeur, Zabuza s'est brusquement ravisé en découvrant que Sasuke avait le Sharingan, et a kidnappé les trois Genins pour les rançonner. Son plan était de vendre Sasuke à Itachi... La captivité est terrible : Akamaru est tué, les Genins sont battus et affamés, et Kakashi est fou de rage et d'horreur à l'idée d'avoir abandnonné ses élèves. Mais après plusieurs jours de captivité, alors que Sasuke est transféré ailleurs, Sakura et Kiba réussissent finalement à tuer leur geôlier et à s'évader.

Bref. Vous êtes tenus en haleine, avouez !

Sans attendre, voici le chapitre !

.

.


.

Drame au pays des vagues (2/2)

.

Sasuke était fatigué, affamé, et nauséeux. Il n'avait pas la moindre envie d'abandonner Sakura et Kiba prisonniers. Mais c'était sa seule chance de s'échapper, alors il feignit l'inconscience. Ou plutôt : il se prit un coup sur la tête et fit semblant d'être assommé, alors qu'il était seulement à moitié inconscient. Les yeux clos, il compta les secondes. Il attendit que l'homme qui le porte ait remonté l'escalier, reçu les consignes de Gatô, puis se soit mis en route. Il attendit qu'ils aient marché plusieurs minutes. Il attendit que les bruits de la ville se soient estompés, remplacés par le clapotis des vagues. Il attendit jusqu'à ce que ses kidnappeurs aient baissé leur garde.

Puis il ouvrit les eux et frappa. Être sur l'épaule de son kidnappeur avait l'inconvénient de le mettre dans une position inconfortable, mais ça avait l'avantage de le mettre très près du cou de son ennemi. Sasuke était affamé, groggy, et menotté… mais il était un ninja. Et il était vraiment, vraiment furax.

L'homme qui le portait poussa un cri perçant quand le poing de Sasuke s'écrasa sur son oreille assez violemment pour lui exploser le tympan, et il relâcha sa prise : Sasuke bascula en avant, roula, se remit debout, fit face à l'ennemi en activant son Sharingan. Il n'eut même pas conscience de le faire : son cerveau opérait à l'instinct, comme un animal acculé. Quatre personnes, quatre ennemis, plus celui qui le portait… Vite, l'un d'eux essayait déjà de l'attraper à nouveau, Sasuke bondit en arrière en feulant comme un chat sauvage, frappa du pied, recula encore… Ses mains étaient menottées, mais Sasuke n'était pas sans défense pour autant. Coups de pieds, de genou, de coude, de tête : il se jeta à l'attaque comme un animal enragé, esquivant les coups maladroits de ses poursuivants. Il en mit un au tapis, puis un deuxième. Le troisième brandit un sabre, et Sasuke se raidit, mais un autre larron glapit :

– Non, le boss va nous tuer si tu abîmes la marchandise !

La fureur de Sasuke s'enflamma de plus belle. La marchandise ?! La marchandise ?! Il était Sasuke Uchiha de Konoha, fils du clan fondateur du village, meilleur Genin de sa promotion, détenteur du Sharingan ! Il n'était pas une marchandise, et il allait leur faire bouffer leurs paroles !

Il se rua à l'attaque de nouveau, visant l'homme qui l'avait traité de marchandise. Il lui défonça la trachée d'un coup de coude, se servit de lui comme d'un tremplin pour bondir sur le gars armé d'un sabre, se faufila sous sa garde, frappa à l'estomac, frappa encore à la nuque quand sa victime se plia en deux, envoya le sabre valser dans les airs d'un coup de pied… Puis il se détoura, juste à temps pour voir le gars au tympan explosé qui se jetait sur lui avec rage. Sasuke commençait à être hors d'haleine, mais il ne marqua pas de pause : il le tacla aux genoux, profita se sa chute pour se redresser d'un geste souple, puis asséna de toutes ses forces ses poings menottés sur le crâne de son assaillant. L'homme s'écroula. Sasuke se redressa.

Puis, par acquis de conscience, il fit rouler le corps inconscient un peu plus loin d'un coup de pied négligent… Juste avant que le sabre (envoyé dans les airs cinq secondes plus tôt) ne retombe avec un sifflement d'acier pour se planter verticalement dans le sol, à l'endroit exact où se serait trouvée la tête du type si Sasuke ne l'avait pas repoussé.

Il y eut un court instant de silence. Sasuke resta tendu, en garde, pendant une fraction de seconde…

… Puis la descente d'adrénaline l'obligea à s'assoir.

Le sang lui battait aux tempes. Ses mains tremblaient. Mais bon sang, il était libre ! Et au beau milieu de nulle part, apparemment. Le long d'une côte rocailleuse, à bonne distance du village… Mais pas trop, car Sasuke voyait encore les toits des maisons par-dessus la colline qu'ils venaient de franchir. Où est-ce que ces cinq abrutis voulaient l'emmener ? Sans doute à une baie cachée, où le messager de Kusa avait dû amarrer pour récupérer sa marchandise. Sasuke esquissa une moue dégoûtée. Il ne savait pas ce que Kusa voulait faire de lui, mais il était bien content d'y avoir échappé.

Sasuke réussi à se défaire de ses menottes après plusieurs minutes de bataille. Il massa ses poignets endoloris avec une grimace. Sa peau était à vif, rouge et douloureuse. Mais ses doigts n'avaient pas perdu en mobilité, et il était relativement indemne. Sasuke respira profondément, puis se mit à fouiller ses cinq kidnappeurs pour récupérer leur équipement. Il fallait qu'il aille secourir Sakura et Kiba, et il ne pourrait pas le faire ses armes.

Il récupéra plusieurs couteaux, un set de shurikens (qui, il en était à peu près sûr, provenait de son propre stock d'armes qui lui avait été volé lors de sa capture), et bien sûr le fameux sabre de son attaquant. Ce n'était pas si mal, même s'il aurait préféré avoir quelques kunais et des fils d'acier. Et, comble du bonheur, une ration de pain presque frais ! Sasuke l'englouti voracement, et sentit presque immédiatement ses forces remonter en flèche.

Le jeune Uchiha était en train de s'équiper quand il se raidit soudain, sentant une présence. Il fit volte-face, sabre brandi… Puis il plissa les yeux d'un air mauvais en voyant qui était apparu entre les rochers.

– Haku. Qu'est-ce que tu fais là ?

Le nukenin inclina la tête, et le salua doucement :

– Sasuke-san. Je vois que tu t'es libéré. Zabuza-sama n'a pas apprécié que Gatô tente de le doubler. Il m'a envoyé éliminer l'émissaire de Kusa, afin que Kakashi soit blâmé pour sa mort, et que Gatô soit obligé de se tourner vers Itachi-san.

Sasuke ne s'attendait pas à une réponse honnête. Il cligna des yeux, pris au dépourvu. Puis il serra les dents :

– Zabuza veut me rançonner à Itachi… Il est en chemin ?

Et bon sang, c'était toujours un coup au cœur, cette montée d'adrénaline presque nauséeuse. Itachi. Comment un nom pouvait engendrer une telle angoisse ? Sasuke aurait voulu ne ressentir que de la colère. Mais c'était la peur et l'horreur qui triomphaient toujours, et il en était malade.

– Je l'ignore, admit franchement Haku. Il est devenu plus difficile à contacter à présent qu'il a quitté le pays de l'Eau.

– Alors pourquoi essayer de le contacter ?! Est-ce qu'il… Est-ce qu'il offre si cher que ça pour ma tête ?

Haku hésita.

– Ce n'est pas une affaire de prix. C'est personnel. Zabuza-sama était… Itachi-san était une sorte d'allié, à une époque. Zabuza-sama essaie d'attirer son attention.

La bouche de Sasuke se tordit en rictus haineux. Personnel ?! Comme quoi, comme un chat qui ramène des souris mortes à son maître ? Ou un amoureux transi essayant de courtiser les faveurs de quelqu'un avec des cadeaux extravagants ?! Sasuke était une personne. Il était sa propre personne, il était un survivant et Itachi avait massacré sa famille. C'était monstrueux de vouloir donner à Itachi une chance de finir le job. C'était monstrueux tout court d'avoir capturé l'équipe 7 pour ça, d'avoir changé ses plans explicitement pour permettre à un psychopathe sanguinaire de tuer une victime supplémentaire ! Zabuza était un monstre, et peu importait à quel point Haku était gentil, doux et plein de regrets, Sasuke ne pourrait jamais lui pardonner d'avoir choisi le camp de Zabuza.

C'était triste. Haku était quelqu'un qui, dans des circonstances normales, n'aurait pas été un ennemi de Sasuke. Il était tellement gentil : il lui évoquait un peu Hikari (et Sasuke se hâta de faire disparaître cette pensée au fond de son esprit, parce qu'il ne voulait vraiment pas superposer l'image de son adorable cousin avec celle du nukenin qu'il allait devoir affronter). Mais ils étaient ennemis. Leurs alliés respectifs s'étaient attaqués, blessés, tués. Il n'y avait pas d'autre voie possible que l'affrontement.

Haku voulait servir Zabuza, et donc livrer Sasuke à Itachi. Et Sasuke voulait rentrer chez lui sain et sauf avec son équipe. Leurs buts étaient fondamentalement incompatibles… Sasuke changea sa prise sur le sabre qu'il venait de récupérer. Haku poussa un long soupir résigné, et s'arma d'un kunai.

– Je suis désolé que nous soyons obligés de nous battre, regretta-t-il.

Ouais, songea amèrement Sasuke. Mais pas assez désolé pour y changer quoi que ce soit, pas vrai ?

Il ne répondit pas, et bondit à l'attaque.

Ils se heurtèrent dans un clash d'acier, tournant, bondissant, cherchant à faire reculer l'adversaire, chacun essayant de forcer la main de l'autre. Puis Haku esquissa les signes d'un Suiton, Sasuke activa son Sharingan, et le combat s'accéléra. Au lieu de s'arc-bouter pour essayer de faire reculer l'ennemi, les deux adolescents se mirent à esquiver les frappes de l'autre, bondissant de côté puis revenant à la charge avec férocité, frappant en un éclair et reculant vivement pour ne pas être frappé par une contre-attaque de Suiton ou de Katon. Les attaques s'enchaînaient à toute allure. Ce n'était pas la force brute qui comptait mais la vitesse, l'imprévisibilité. Chaque bond, chaque coup, chaque esquive était plus rapide qu'un battement cil, et le moindre faux pas aurait eu des conséquences dévastatrices. Suiton, Katon, coup, frape, shurikens, kunai, feinte, recul, attaque… ! Ils étaient comme deux danseurs déments, jouant avec leurs vies au milieu d'un déchaînement d'acier et de ninjutsu.

Haku était plus rapide que lui, réalisa Sasuke : mais pas plus fort, et c'était ça qui le sauvait. En termes de pouvoir brut et destructeur, Sasuke avait encore un long chemin à faire, et il le savait. La vitesse… La vitesse, en revanche, il pouvait gérer. Même si Haku était plus vif et plus agile que lui… Avec son Sharingan, il parvenait quand même à suivre ses mouvements, à les prédire, à les contrer. S'il n'avait pas eu son Dôjutsu, il aurait été vaincu. Il serait sans doute mort. Mais grâce à son kekkei genkai, Sasuke tenait bon, furieusement.

Puis Haku créa un putain de dôme de miroirs de glaces, et Sasuke réalisa à quel point il était dépassé.

Jusque-là Haku avait créé des senbons, des vagues, des jets d'eaux, des attaques destinées à faire mal mais pas à tuer. Il voulait le capturer sans l'endommager. Mais ça ?! Ça, c'était un Jutsu d'un tout autre niveau. Sasuke raffermit sa prise sur son sabre, son cerveau tournant à toute allure, luttant contre une bouffée de panique. La glace… Le Hyôton… Comment un gars de Kiri pouvait l'avoir ?! La plupart des détenteurs de kekkei genkai avaient fui… D'ailleurs, est-ce qu'il n'y en avait pas un ou deux à Konoha ?! Sasuke n'avait jamais combattu contre un utilisateur du Hyôton, mais il savait ce que c'était, et il savait que c'était dangereux. Bon sang, Haku était certainement un ninja de rang B ou A. Il allait le battre… Non, non, Sasuke ne pouvait pas laisser les choses se finir comme ça !

Que ferait Hikari ? Que ferait Tsunami ? Ou Izumi, ou Neji, ou Karin ? Que feraient Kakashi ou Kiba ou même Sakura ? Le cerveau de Sasuke tournait à vide, ses yeux sautant d'un miroir à l'autre, toujours confronté avec le reflet d'Haku qui semblait siéger au centre de chaque miroir, l'encerclant complètement…

– Tu es du clan Yuki ! lâcha-t-il d'un ton accusateur.

Les miroirs frémirent, et une expression choquée apparut sur le visage d'Haku.

– Tu… Tu connais mon clan ?

Sasuke renifla avec dédain, scrutant le Jutsu en cherchant frénétiquement une faiblesse. S'il pouvait faire parler Haku pour gagner du temps…

– Konoha a accueilli beaucoup de réfugié du pays de l'Eau. Certains venaient de clans. Ils sont devenus ninjas, et ont été dans ma classe à l'Académie.

Comment s'appelait ce gars aux cheveux blancs, qui avait été mis dans l'équipe de Shikamaru ? Hakuhyō, ou quelque chose comme ça. Sasuke n'avait pas prêté beaucoup d'attention à ses camarades de classe…

– Vraiment ? murmura Haku, les yeux brillants d'émotions. Je l'ignorai. Je pensais… Je pensais être seul. Je pensais être le dernier. D'une certaine façon, je le suis, sans doute. Mon clan a été massacré et dispersé. Ceux qui ont survécu ont quitté le pays de l'eau. J'ai grandi sans aucune famille, après que… Après que mon père ait découvert que ma mère venait du clan Yuki, et qu'il l'ait tuée…

Haku marqua une pause, comme submergé par l'émotion. Sasuke se força à rester impavide, mais intérieurement, il ne put s'empêcher de ressentir une bouffée de compassion. Il savait intimement la douleur que c'était de voir sa famille s'entretuer.

– Les clans détenteurs de kekkei genkai étaient haïs, murmura Haku. Mon père a essayé de me tuer moi aussi, et en me défendant, j'ai… J'ai… Je n'avais nulle part où aller. J'ai erré des jours, et failli mourir. Je serai mort… Mais Zabuza-sama m'a recueilli. Il m'a trouvé utile. Il ne m'a pas tué. Au contraire, il m'a accepté, il a pris soin de moi, il m'a enseigné à combattre, il m'a fait une place à ses côtés. Sans lui… Sans lui je n'étais rien.

Il secoua la tête, et quand il reporta son regard sur Sasuke, il avait presque l'air de le supplier.

– Peux-tu comprendre ce que c'est ? Cette solitude dévorante ? Vivre sans aucun avenir, sans personne qui t'aime ou qui ait besoin de toi ? Savoir que personne ne te cherchera si tu disparais, que tu ne comptes aux yeux de personne, que ta vie n'a aucun sens ni aucune valeur, que ça ne changera rien si tu mourrais demain ou aujourd'hui ?

Sasuke serra les dents, soudain furieux. Bien sûr qu'il le savait ! Et comment Haku osait-il se servir de ça comme excuse ? Parce que sa vie était triste, c'était une raison pour laisser tomber ? Devenir une arme entre les mains d'autrui, abandonner ses désirs et son individualité ?! Non, c'était pire que la mort, et tout l'âme de Sasuke se révoltait à cette idée. Avec un rugissement de colère, il attaqua :

– Katon, la Boule de Feu Suprême !

La boule de feu s'écrasa dans les miroirs dans une explosion de flammes et de vapeur gigantesque, et Sasuke se rua à sa suite. Le miroir se réparait déjà, mais le Sharingan de Sasuke enregistrait les minuscules détails, la taille de la fissure, le mouvement du reflet d'Haku, la façon dont il avait frémi…

Tu crois que je ne sais pas ?! rugit Sasuke en asséna un coup de sabre sur le miroir fragilisé.

Le miroir explosa en un millier d'éclats tranchants. Dans tous les autres miroirs, Haku fit un grand geste du bras et les morceaux de glaces se suspendirent dans les airs, puis plurent sur Sasuke comme une vague de poignards affutés. Il esquiva se tordit, louvoya, frappa de son sabre pour les repousser : il échappa au plus gros, mais des dizaines d'estafilades sanglantes apparurent sur ses bras, ses jambes, son dos, ses épaules. Il les sentait à peine, écumant toujours de rage.

– Itachi a massacré ma famille ! Père… ! Mère… ! Tout le monde… Et il m'a obligé à revoir le massacre en boucle, durant des jours et des jours, pour me briser… Tu crois que je ne sais pas ce que c'est, de tout perdre et de se demander si ça ne serait pas plus simple de mourir ?! Mais je refuse de renoncer !

Frappe, attaque, bond, esquive : leur danse sauvage et mortelle avait recommencé. Haku semblait bondir d'un miroir à un autre, insaisissable, mais Sasuke le poursuivait sans relâche.

– Itachi a échoué ! s'écria-t-il sauvagement. Il n'a pas pu tuer tous les Uchiha, il en reste ! Et même s'il ne restait que moi… Je refuse de me coucher par terre et d'attendre la mort, de me laisser utiliser par autrui et d'abandonner ma dignité ! Je refuse d'être un outil, tout comme je refuse cette solitude. Je refuse que ce soient les deux seules options possibles !

Parce qu'il était un battant. Il était un survivant, et il s'accrocherait à la vie de toutes ses forces, peu importe le genre de tragédie qui essayait de lui faire courber l'échine ! Il avait décidé de se battre, au lieu de laisser tomber et de supplier quelqu'un d'autre de prendre les commandes ! Avec un nouveau cri de rage, Sasuke envoya un nouveau Katon sur les miroirs, créant une autre explosion de vapeur et de flammes. Haku réapparu dans un autre miroir, l'air étrangement résigné.

– Alors nous sommes dans une impasse. Comprends-moi… Je dois protéger les désirs de Zabuza-sama. Je lui dois tout.

Sasuke serra les dents, hors d'haleine mais refusant de ralentir. Son chakra était dramatiquement bas : il ne pourrait lancer qu'une seule autre boule de feu de cette taille. Il fallait qu'il calcule parfaitement son timing. Colère, exaltation, terreur et adrénaline bouillonnaient en lui comme un volcan prêt à exploser.

Haku se cachait derrière sa dévotion à Zabuza mais la vérité, c'était qu'il avait laissé tomber. Il avait décidé que rien ce monde ne valait pas la peine d'être défendu, qu'il n'y avait rien de digne d'être protégé… Pas même sa propre vie. Mais Sasuke n'était pas comme ça ! Peu importait les raisons pour lesquelles Itachi l'avait épargné lors du massacre. Sasuke avait survécu, et c'était ça qui comptait. Il avait survécu et depuis cette nuit-là, il n'avait fait qu'attendre un signe, mais au final, personne d'autre que lui ne pourrait donner de sens à sa vie. Qu'Itachi et ses raisons ailent au diable ! Il était Sasuke Uchiha, et il était vivant. Il était du clan de Tsunami, d'Izumi, d'Hikari, du clan de Père et Mère et de tous les Uchiha qui étaient venus avant lui. Il était Sasuke Uchiha de Konoha, de l'équipe 7, du pays du Feu, Sasuke Uchiha qui avait toute la vie devant lui. Il était vivant et il allait se battre !

– Moi aussi, j'ai des choses à protéger ! Ma vie ! Ma famille ! Mon village ! Mon futur ! KATON, LA BOULE DE FEU SUPRÊME !

Une troisième boule de feu explosa, noyant le dôme de miroir dans les flammes et la vapeur, fissurant la glace faisant trembler le sol : et Sasuke se jeta en avant. Il asséna son sabre contre le miroir de glace avec tant de force que la lame se fracassa, mais il ne ralentit pas. Il savait ce qu'il avait vu avec son Sharingan, il savait ce qui était réel et ce qui était une illusion : il savait ce que son Katon avait fait, il savait exactement où frapper… !

Son sabre brisé s'enfonçant dans le miroir, en plein dans le reflet de la poitrine d'Haku.

Pendant un instant, tout sembla se figer.

Puis le miroir vola en éclat… Mais pas Haku. Empalé par le sabre de Sasuke, les yeux écarquillés, une énorme tâche rouge s'agrandissant à vue d'œil autour du manche du sabre planté dans sa tunique… Haku resta l'unique chose tangible tandis que tous ses miroirs de glace tombaient en morceau autour d'eux.

Le jeune nukenin trembla et cracha du sang. Ses jambes semblèrent lâcher sous lui, et il s'affaissa. Tout d'un coup Sasuke réalisa que c'était réel, qu'Haku était en train de mourir et que c'était lui qui l'avait tué. Sa respiration se bloqua dans sa gorge. Il recula d'un pas trébuchant, laissant son sabre planté dans la poitrine d'Haku… Puis Haku bascula en avant, et sans réfléchir Sasuke le rattrapa.

Il ne devrait pas le rattraper, c'était un ennemi. C'était un ennemi et il l'avait tué, et Sasuke devrait faire demi-tour et partir chercher son équipe… ! Mais au lieu de ça, les mains un peu tremblantes, il aida Haku à arriver jusqu'au sol. Le jeune nukenin se retrouva sur le dos, blême, tenant des deux mains sa blessure. Le sang imbibait ses vêtements à toute allure : sa tunique était déjà presque entièrement écarlate. Sasuke avait frappé juste sous le cœur, perforant probablement un poumon au passage. Haku allait mourir. Il était déjà en train de mourir. Sasuke l'avait tué.

Si ses mains tremblaient, c'était juste parce qu'il était vidé de son chakra, essaya-t-il de se dire un peu désespérément.

– Ah, murmura faiblement Haku. J'ai échoué… Zabuza-sama… sera déçu…

Déjà le sang avait transpercé sa tunique et se répandait au sol. Sasuke sentait le liquide chaud contre ses genoux, ses mollets, imbibant les bandages enroulés autour de ses jambes, et la sensation le projeta violemment cinq ans en arrière, à cette nuit de cauchemar et au tatami du salon imbibé du sang de son père…

Haku prit une inspiration rauque et humide, et Sasuke revint brusquement au présent. Il déglutit, se sentant faible et incroyablement jeune. Il aurait préféré… Il aurait préféré ne pas tuer Haku. Il savait qu'il allait devoir le battre, mais maintenant… Maintenant que l'irréparable avait été fait… Soudain ça lui semblait horrible.

– Je suis désolé, murmura-t-il stupidement.

Haku esquissa un sourire hagard :

– Je ne t'ai pas… laissé le choix…

Il ferma les yeux. Sa prochaine expiration fut longue et tremblante. Sa poitrine ne se souleva plus. La mare de sang, qui baignait à présent les genoux de Sasuke, cessa de s'élargir sous son corps.

Sasuke ne bougea pas.

Il n'avait jamais tué personne, avant. Est-ce que ça aurait été plus facile, si ça avait été quelqu'un d'anonyme ? Quelqu'un dont il ne connaissait pas le nom, ni la gentillesse ? Quelqu'un qu'il haïssait ? Sasuke se sentait… malade. Faible. Impuissant. Il avait été furieux et terrifié, il s'était battu pour sa survie, et il ne le regrettait pas, mais… Haku… Haku avait été gentil. Il avait ressemblé à Hikari, pour l'amour du ciel. Il n'avait pas mérité de mourir. Il n'était même pas mort pour une cause en laquelle il croyait, ou pour protéger quelqu'un d'important. Il était mort parce qu'une enflure lui avait donné un ordre, comme si Haku n'était qu'une simple arme.

Je ne t'ai pas laissé le choix, avait murmuré Haku. Mais au final, celui qui n'avait pas eu le choix… C'était Haku, non ?

Sasuke ferma les yeux, se sentant soudain exténué. Il voulait rentrer à la maison.

Alors il se leva, posa un dernier regard sur le corps de son ennemi (les mains jointes sur sa poitrine, les yeux clos, gisant dans une mare de sang mais ayant une expression presque paisible sur le visage), puis se détourna. Il était à court de chakra. Il était fatigué. Il était triste et son cœur était à vif et il en avait assez, le monde était tellement cruel, il voulait rentrer chez lui. Mais il avait encore une longue route à faire, et son équipe à retrouver. Alors Sasuke se mit en marche.

(Dans un autre monde, Naruto aurait rencontré Haku et reconnu sa douleur, aurait pleuré pour sa loyauté. Mais dans ce monde, ce fut Sasuke qui rencontra Haku, ce fut Sasuke qui mit fin à sa vie. Et la seule leçon qu'il en retira, c'est que d'un combat à mort ne ressort jamais de vrai vainqueur.)

oOoOoOo

La maison de Gatô était en feu.

Sakura et Kiba s'étaient faufilés à travers le bâtiment désert sans être vus. Ils avaient trouvé le bureau de Gatô et s'étaient cachés derrière la porte le temps qu'il finisse d'engueuler ses sbires. Apparemment Tazuna était toujours vivant. Kakashi-sensei était resté à proximité, rôdant autour de chez le constructeur comme un fantôme, exécutant sans merci les malfrats qui essayaient de le menacer. Mais Kakashi-sensei avait aussi été vu à proximité de la ville, encerclant le quartier général de Gatô et l'obligeant à employer Zabuza comme un garde du corps, et Gatô était fou de rage. Le ninja copieur était plus vicieux qu'il ne le pensait, et ça l'obligeait à dépendre du Démon de Kiri bien davantage qu'il ne l'avait prévu !

Personnellement Sakura pensait que Zabuza ne faisait pas trop d'effort, et profitait du chaos engendré par Kakashi-sensei pour se rendre indispensable. Il n'était pas très motivé à tuer Tazuna, vu l'aisance avec laquelle il avait changé d'objectif durant leur affrontement. Mais bon, ça c'était juste l'avis de Sakura : et qui l'écouterait ?

Sakura et Kiba avaient attendu. Ils avaient attendu que les gorilles quittent le bureau, l'air penaud, et que Gatô se retourne pour fouiller dans son coffre-fort. Puis ils s'étaient faufilés dans la pièce en silence. Kiba avait refermé la porte sans un bruit. Sakura s'était avancée jusqu'à la pointe des pieds jusqu'au bureau, avait pris un coupe-papier au manche d'ivoire, et avait tué Gatô.

Comme ça, tout simplement.

Kiba ne savait pas s'il aurait voulu être celui qui l'avait tué, ou s'il préférait ne pas s'être sali les mains. Tuer Gatô ne ramènerai pas Akamaru. Oh, Akamaru. Kiba avait l'impression d'avoir été amputé d'un bras ou d'une jambe, tant il ressentait son absence. C'était comme une blessure lancinante, qui le transperçait à chaque respiration. Rage, désespoir, deuil, chagrin. Akamaru avait été une part de lui, mais il avait surtout été Akamaru, son chien, son ami, son partenaire, son compagnon, et il était mort, et c'était tellement injuste. Tellement injuste. Kiba voulait hurler, gronder, rugir, déchirer quelque chose, quelqu'un : il se sentait comme écorché vif, tout le vernis d'honneur et de morale arraché pour dévoiler la bête en dessous de l'homme.

Il y avait eu des Inuzuka qui perdaient leurs chiens. Ça arrivait. Il était rare, très rare, qu'ils reprennent un autre compagnon. Un Inuzuka sans ninken restait célibataire le reste de sa vie. C'était préférable au sort du ninken qui perdait son humain. La plupart des chiens mourraient au combat en essayant d'abattre ceux qui avaient tué leur partenaire, mais ceux qui survivaient étaient abattus. C'était par miséricorde, disait Tsume. Ils devenaient fous, si on les laissait seuls. Une partie fiévreuse de Kiba se demandait si lui aussi serait abattu en revenant à Konoha. Il se sentait plus animal qu'humain, uniquement poussé en avant par un instinct viscéral de bouger, fuir, se battre. La haine, la peur, l'instinct de protéger la meute. Konoha était bien loin de son esprit. Il n'y avait que l'instant présent. Sakura, sa meute. La faim. La colère. La douleur. La peur. La nécessité de survivre.

Puis Sakura et Kiba mirent le feu à la maison, et s'enfuirent.

Il fallait retrouver Kakashi-sensei. Il fallait retrouver Sasuke. Mais en se retournant, en contemplant la fumée qui commençait à monter, en voyant les villageois regarder l'endroit d'un air alarmé, partagés entre la crainte que l'incendie se propage et la réticence à l'idée de sauver la maison de Gatô… Kiba ne put s'empêcher de ralentir pour admirer le spectacle.

Akamaru était mort. Mais il était vivant, lui. Il était vivant, et libre, et il avait fait payer le responsable de sa captivité. Il fallait qu'il en tire de la force, non ?

L'air était pur, et sentait la fumée. Les cris d'alarmes résonnaient à travers le village. Kiba inspira à plein poumons, essayant de chasser la chape de désespoir qui l'avait écrasé nuit et jour depuis la mort d'Akamaru. Les Inuzuka pleuraient leurs morts, ils hurlaient à la lune leur douleur aussi longtemps que leur cœur saignait, et ils n'avaient pas honte de leur chagrin : mais ils ne se laissaient pas consumer par la haine ou sombrer dans la mélancolie. Ils encaissaient. La meute survivait.

Oh, Kiba était triste, et en colère, et il en voulait aux hommes de Gatô. A Zabuza, surtout. Il voulait qu'il souffre, il voulait qu'il meure. Kiba serait capable de le tuer, de sang-froid, sans hésitation, si on lui en donnait la chance. C'était normal pour un shinobi : c'était normal pour n'importe quel être humain. Mais Kiba avait beau haïr Zabuza, il ne possédait pas une soif de vengeance irrépressible qui l'aurait poussé à le traquer, à suer sang et eau pour le retrouver et le faire payer. La haine, la colère en général, ce n'était pas une force qui le poussait en avant.

– Par où on doit aller ? chuchota Sakura avec inquiétude.

Kiba essaya de réfléchir. Ils avaient tous les trois été inconscients quand Zabuza et Haku les avaient amenés à Gatô, alors ils ne savaient pas par où, exactement, se trouvait la maison de Tazuna. Ni par où était parti Sasuke. Kiba essaya de ne pas penser au fait qu'Akamaru aurait réussi à flairer une odeur…

Au Nord, il y eu une violente explosion de Katon, atténuée par la distance mais suffisante pour soulever un épais nuage de fumée…. Et au même instant, à l'Est, beaucoup plus près, retentit le fracas des Jutsu Suiton qui se heurtent.

Kiba et Sakura se regardèrent. Ils pensaient sans doute à la même chose. Il n'y avait pas tant de ninjas que ça sur cette île.

– Kakashi-sensei d'abord, décida Sakura.

Kiba cligna des yeux, surpris. Il aurait pensé qu'elle voudrait assister son précieux Sasuke-kun en premier. Mais… Sakura n'était plus aussi naïve qu'au début de leur mission. Ses yeux verts étaient devenus plus durs, comme du jade, comme du poison. Courir après Sasuke ne l'aurait menée nulle part : mais Kakashi-sensei pourrait les protéger, et Sakura était assez intelligente pour savoir quelle devait être sa priorité. Ils iraient chercher Sasuke après, c'était promis. Mais… Kakashi-sensei, en premier. Il était fort. Il les protégerait.

Alors Sakura et Kiba se précipitèrent vers les docks, vers le lieu de l'affrontement, sans un regard en arrière.

Derrière eux, la maison de Gatô continuait à brûler.

Kiba et Sakura se faufilèrent à travers les passants, qui commençaient à paniquer et à former une chaîne pour éteindre l'incendie (leur peur du feu était plus grande que leur haine de Gatô, apparemment). Sans avoir à se concerter, ils avançaient exactement au même rythme. Kiba était habitué à avancer aux côtés d'un partenaire, mais l'absence d'Akamaru était comme une blessure béante. La présence de Sakura apaisait son angoisse, inconsciemment, comme un doudou rassure un enfant terrifié, ou réussit à le distraire de son cauchemar. Sakura, quant à elle… Elle n'en avait pas conscience non plus, mais elle avait passé tellement de temps à écouter la respiration de Kiba, à veiller sur lui de l'autre côté du mur qui séparait leurs cellules. Une part de son cerveau continuait à le surveiller, l'écouter, à être consciente de sa présence et à s'y adapter.

Un cancre Inuzuka sans chien, et une faible fille de civils aux cheveux roses. Ça rassemblait au début d'une blague. Mais ils marchaient d'un pas vif, sans hésiter, leurs mains se frôlant à chaque pas, leurs épaules si proches qu'ils sentaient la chaleur émise par le corps de l'autre, et ils n'avaient plus peur. Ils avaient tué Gatô, tué leur geôlier. Ils étaient libres. Et à présent, ils allaient retrouver leur équipe.

Le trajet sembla leur prendre un temps fou. Les docks n'étaient pas si loin, mais Sakura et Kiba ne savaient pas bondir de toits en toits ou courir sur les murs (pas comme Sasuke, qui lui savait carrément marcher sur l'eau !). Ils étaient obligés d'avancer dans les rues comme des civils, essayant de se fondre dans la masse. A chaque instant ils craignaient que quelqu'un crie « c'est eux ! » ou que la bande de Gatô les encercle. Oh, ils se battraient, mais… Il y avait une terreur primitive à l'idée de retourner en cage, une terreur que ni Sakura ni Kiba n'avait connu avant ce jour. Alors ils étaient prudents, terrifiés à l'idée que leur liberté toute neuve leur soit arrachée au dernier moment.

Lorsqu'ils arrivèrent sur les docks (d'où tous les civils s'étaient enfuis en courant), ce fut juste à temps pour voir Kakashi et Zabuza se heurter dans un fracas d'acier.

Kakashi avait toujours son uniforme à l'épaule maculée de sang (même si la tâche était vieille et poisseuse de trois jours, à présent, et que la déchirure du tissu dévoilait des bandages neufs). Mais il avait sérieusement amoché Zabuza. L'épéiste maniait son épée gigantesque d'une seule main car l'un de ses bras pendait à ses côtés, inutile, ruisselant de sang. Il était recouvert d'estafilades, et avait une demi-douzaine de shurikens plantés dans le dos. Lors de leur premier affrontement, Zabuza avait eu l'avantage de la surprise : mais là, le nukenin semblait fatigué, respirant fort et laissant son regard bondir de tous les côtés comme un animal acculé… Alors qu'à l'inverse, Kakashi était froid et concentré. Il exsudait le meurtre à un degré terrifiant. Leurs positions étaient inversées par rapport à la dernière fois. C'était comme si le Ninja Copieur s'était métamorphosé en assassin sans merci, et que Zabuza, privé d'Haku, se retrouvait sur la défensive.

– Kakashi-sensei !

Les deux Jounins s'immobilisèrent, tous les deux pris par surprise. L'aura meurtrière de Kakashi tomba si soudainement que ce fut comme si, soudain, il devenait une personne différente. Il fixa ses deux élèves avec des yeux écarquillés.

Puis en un instant il se retrouva devant eux, les mains levées, comme s'il s'apprêtait à les agripper pour vérifier qu'ils étaient réels, mais s'était retenu au dernier moment. Il semblait avoir complètement oublié Zabuza : comme si avoir ses deux élèves là, vivants, était soudain la chose la plus importante au monde. Sans pouvoir s'en empêcher, Sakura sourit jusqu'aux oreilles, saisie à la gorge par une émotion si puissante qu'elle en eu les larmes aux yeux. Kakashi-sensei était là ! Il ne les avait pas abandonnés, il était resté et avait continué à se battre !

– Kakashi-sensei, répéta-t-elle plus faiblement.

– Vous allez bien, lâcha le Jounin d'une voix presque incrédule. Vous allez bien tous les deux.

Il s'était inquiété pour eux. Il s'était tellement inquiété, mais ils étaient , ils étaient revenus, ils étaient indemnes. C'était presque un miracle.

Durant ces trois jours, Kakashi n'avait cessé de se blâmer et d'imaginer le pire. C'était de sa faute, il avait été stupide. Il avait été imprudent, trop confiant. Il avait été blessé et son équipe capturée. Durant les jours suivant sa défaite, il avait tourné en rond comme un lion en cage, multipliant les attaques et les repérages de la base de Gatô. Mais Zabuza et son complice ne cessaient de le repousser. Ils faisaient durer le jeu, sans doute pour que Gatô s'inquiète, et continue à les payer. Sinon, comment expliquer le fait qu'ils n'aient même pas essayé d'assassiner Tazuna ? Parce que si Zabuza s'était pointé en proposant d'échanger le vieux constructeur contre les trois Genins, Kakashi aurait buté le vieillard lui-même. Son équipe était capturée. Son équipe avait besoin de lui et il les avait abandonnés. Ça le rendait fou. Le Sandaime n'aurait jamais dû lui donner une équipe. Il n'était pas prêt. Il s'était tenu à distance, terrifié à l'idée de rater sa chance, d'endommager ses élèves, mais le monde allait les endommager quoi qu'il fasse. Le job de Kakashi avait été de les y préparer, et il avait échoué.

Mais… Son équipe s'était sauvée. Ils étaient revenus. Kakashi toucha l'épaule de Sakura de sa main gauche, et celle de Kiba de sa main droite. Un contact bref, trop léger pour être une étreinte, mais suffisant pour s'assurer qu'ils étaient bien là… Puis il fronça les sourcils :

– Sasuke ? Akamaru ?

Le visage de Kiba se décomposa. Sakura se mordit la lèvre :

– Sasuke a été emmené ailleurs, on ne sait pas où. Akamaru est… Il a été…

Oh. Kakashi sentit un élan de culpabilité lui transpercer le cœur à nouveau. Il savait à quel point les Inuzuka tenaient à leurs ninken.

Puis Zabuza se racla la gorge d'un air mauvais, et l'instant fut rompu. Sakura tressaillit. Kakashi fit volte-face. Kiba se hérissa, grondant de rage, émettant une telle aura d'intention meurtrière que Kakashi devina immédiatement qui, exactement, avait tué son ninken.

Zabuza n'avait pas l'air de s'en soucier : appuyé sur son épée, il avait profité de leurs retrouvailles pour se mettre à bonne distance et reprendre son souffle, et il les toisait avec mépris.

– Touchantes retrouvailles. Je savais bien que Gatô était un incapable, mais de là à laisser filer deux gamins sous son nez…

Kiba gronda comme un fauve enragé, mais Sakura… Sakura sourit, un sourire mielleux et glacé à la fois, qui fit flamboyer ses yeux verts d'un éclat sauvage.

– Gatô est mort.

Kakashi tressaillit. Mort ? Oh, ses pauvres petits Genins. Ils avaient été confrontés à la macabre réalité si vite…

– Mort ? répéta Zabuza en fronçant les sourcils avec contrariété.

– Il est en feu aussi, rajouta Sakura du même ton mielleux. Mais si vous vous mettez à courir maintenant, peut-être que vous arriverez à sauver le contenu de son coffre-fort.

Zabuza releva vivement la tête en direction de la ville. Il n'avait sans doute pas senti la fumée ou entendu les cris des villageois à cause du fracas de son affrontement avec Kakashi. Mais à présent, on voyait nettement le panache de fumée, on entendait les cris d'alarmes et les ordres des pompiers. Quelque chose brûlait, sans aucun doute. Avec un affreux juron, Zabuza rangea son épée dans son dos : puis il lança un dernier regard mauvais aux ninjas de Konoha, et disparu en Shunshin.

Restés seuls sur le dock, l'équipe 7 se détendit légèrement. Kakashi relâcha la tension de ses épaules. Sakura vacilla sur ses jambes. Même Kiba, qui fixait l'endroit où Zabuza s'était volatilisé d'un regard haineux, sembla relâcher sa respiration.

– Je voulais le tuer, gronda le jeune Inuzuka d'une voix qui tremblait presque.

Ah. C'était presque une confirmation en soi. Zabuza avait tué Akamaru. Parce que le chiot ne semblait pas utile, sans doute. Ou juste peut-être pour effrayer les Genins. Ou simplement par amusement. Honnêtement, tout était possible. Kakashi n'était même pas intéressé par la réponse. La seule chose qui comptait, c'était que Kiba considérait à présent Zabuza comme son ennemi mortel… Et qu'il n'était pas question de le laisser partir à sa poursuite, parce que Kiba se ferait massacrer.

– Tu le tueras plus tard, fit Kakashi avec douceur. Pour l'instant, il faut qu'on retrouve Sasuke.

Sasuke. La mention de leur coéquipier manquant sembla arracher Kiba à sa rage fiévreuse. Il inspira un grand coup, et fixa son regard sur Sakura, comme s'il espérait qu'en se focalisant sur elle, il parviendrait à occulter tout le reste, toute la douleur et la confusion et le désespoir. Sans un mot, Sakura lui prit la main dans un geste de soutien muet.

Tu n'es pas seul, aurait-elle voulu lui dire : mais le courage lui manqua, et elle resta silencieuse. Elle se contenta de resserrer sa prise sur sa main.

Il y eut un instant de silence. Puis Kakashi se retourna soudain, un mouvement si brusque que Sakura et Kiba sursautèrent tous les deux, se ramassant instinctivement sur eux-mêmes pour bondir en arrière ou bondir à l'attaque. Mais la personne qui apparut au bout de la rue, couvert d'écorchures diverses, n'était pas une menace.

– Sasuke-kun ! bredouilla Sakura.

– Sasuke, est-ce que ça va ? demanda Kakashi-sensei d'un ton inquiet.

Sasuke avait l'air d'être passé à travers une tornade. Ses vêtements étaient trempés et déchirés, sa peau était rougie par des abrasions et des écorchures. Il avait perdu les bandages qui protégeaient ses jambes, à moins qu'il ne s'en soit débarrassé. Il s'approcha d'un pas hésitant, presque robotique.

– Je vais bien, marmonna-t-il quand le reste de son équipe l'entoura avec inquiétude. Je suis juste à court de chakra.

Sakura et Kiba poussèrent un soupir de soulagement. Kakashi, aussi, même s'il l'aurait sans doute nié. Les muscles du Jounin s'affaissèrent, relâchant la tension accumulée durant ces trois derniers jours, et il sembla prendre dix ans d'un coup.

Il avait retrouvé son équipe. Tout était parti en sucette, il y avait un incendie dans le village et deux nukenins de rang A ou même S en vadrouille dans les environs, mais il avait retrouvé son équipe. C'était le plus important.

– Eh bien, puisque vous êtes tous là, et qu'apparemment Gatô est mort… Je propose qu'on rentre à Konoha. Notre mission est techniquement terminée. Ni Zabuza ni son complice n'ont de raison de s'en prendre à Tazuna maintenant que leur employeur est mort.

– Haku, interjeta Sasuke d'un ton absent.

– Hum ?

Sasuke hésita, le regard fixé ailleurs :

– Haku. Son complice s'appelait Haku.

Kakashi absorba ça en silence. Le ton de Sasuke, le fait qu'il connaisse ce nom, le fait qu'il emploie l'imparfait. Sa fatigue. La faible odeur de fer et de chagrin qui lui collait encore à la peau. L'absence de bandages sur ses jambes, et le fait qu'il soit trempé, comme s'il s'était agenouillé dans une mare de sang puis s'était frénétiquement rincé dans l'océan tout proche.

Ah. Il avait vraiment échoué à les protéger, pas vrai ?

– Allez, fit Kakashi avec douceur. Rentrons à la maison.

oOoOoOo

La mission au pays des Vagues s'acheva. Ils rentrèrent. Mais bien sûr, l'histoire ne s'arrête pas vraiment là, pas vrai ?

Au pays des Vagues, la maison de Gatô brûla intégralement. Personne ne sut si le coffre-fort avait été ouvert au début de l'incendie, ou non. Peut-être que l'argent était parti en fumée, peut-être que Zabuza l'avait récupéré. Impossible à dire. En tous les cas, une fois Gatô mort, son empire s'écroula comme un château de cartes. Ses lieutenants s'entredéchirèrent pour une miette de pouvoir. Leur désorganisation les emporta et, au bout de quelques mois, le pays des Vagues commença à chasser les malfrats, et à reprendre du poil de la bête. Cela ne se fit pas tout de suite, mais l'espoir était là.

Tazuna n'acheva pas son pont. Le lendemain de l'incendie de la maison de Gatô, Zabuza Momochi découvrit le corps d'Haku sur la côte, et entra dans une rage meurtrière. Il trucida bon nombre des malfrats de Gatô dans sa rage, et se mit en quête des ninjas de Konoha. Il ne les trouva pas, évidemment… Mais il tua leur client, par dépit.

Tazuna mourut bravement. Cela ne consola pas sa famille.

Le reste des habitants de l'île achevèrent le pont quand même, en utilisant les plans que Tazuna avaient prudemment mis à l'abri. Leur architecte n'était pas mort en vain. Les travaux prirent du temps, mais ils finirent par être achevés. Les ouvriers nommèrent le pont d'après son constructeur, Tazuna. Sa fille et son petit-fils pleurèrent beaucoup. Mais à présent, ils avaient la vie devant eux, un pays libre, et plus de Gatô pour faire régner la terreur. C'était un nouveau départ.

Zabuza tenta de retrouver les ninjas de Konoha, et plus particulièrement Sasuke Uchiha : mais il n'était pas un traqueur. Kakashi, si. Et Kakashi se donna beaucoup de mal pour rendre son équipe intraçable… Zabuza ne parvint jamais à retrouver leur trace. C'était comme s'ils étaient volatilisés. Le nukenin renonça au bout quelques jours sans la moindre piste. Furieux, aigri et en deuil, il rentra à Kiri… Sans Haku. Dans un autre monde, Zabuza serait mort avec Haku, et peut-être aurait-ce était plus approprié, pour le Démon de Kiri, d'être réuni dans la mort avec son élève et ami. Mais ce n'est pas cet univers. Dans ce monde, Zabuza survécut, mais surtout il survécut seul. Le reste était entre ses mains.

L'équipe 7 rentra à Konoha.

La route fut longue. Ils prirent un chemin détourné au cas où Zabuza assoiffé de vengeance soit à leur poursuite (ce qui leur sauva sans doute la mise). Sans civil pour les ralentir, ils auraient pu faire le trajet en moins de deux jours… Mais Kakashi multiplia les détours, les fausses pistes, les crochets. Et puis, il prenait soin de ses élèves, à présent : il était horrifié par leur maigreur et leur état apathique. Ils dormirent deux nuits à la belle étoile, mais ils passèrent aussi une nuit dans une auberge quatre étoiles. A chaque dîner, ils mangèrent dans des restaurants au bord de la route. C'était l'occasion de travailler leurs Henge (ils firent tous le trajet du retour déguisés en passants aux visages quelconques). Kakashi dormit peu : il montait la garde jour et nuit à leurs côtés comme un chien de garde paranoïaque. Il semblait partager entre l'envie de se tenir le plus loin possible, et celui de couver ses élèves comme une mère-poule. Le résultat était une étrange attitude à la fois faussement désinvolte, et maladroitement protectrice.

De retour à Konoha, il décida de changer leur programme d'entraînement. Il voulait toujours les tenir loin de la violence du monde ninja, et il ferait son mieux pour ça, mais… Ils avaient souffert de son incompétence. Il ne pouvait plus continuer à les retenir en arrière comme ça. Pas s'ils risquaient de le payer de leur vie. Kiba avait perdu son ninken, Sakura avait perdu son innocence, et Sasuke avait le Sharingan ! Que Kakashi le veuille ou non, ses élèves étaient déjà des ninjas. Il fallait qu'ils aient les compétences pour se défendre.

Kakashi coinça donc son kōhai préféré pour le cuisiner sur son programme d'entraînement… Mais non, revenons un peu en arrière.

Ils rentrèrent à Konoha. Kakashi alla calmement expliquer à Tsume Inuzuka que son fils avait perdu son compagnon. Puis il alla expliquer aux parents de Sakura pourquoi leur petite fille chérie était devenue renfermée et silencieuse. Puis il alla voir Tsunami Uchiha pour lui dire que son cousin avait éveillé son Sharingan.

Tsume Inuzuka prit la chose avec un calme glacée, mais Kakashi sut qu'elle ne lui pardonnerait pas facilement son échec. Les Inuzuka étaient protecteurs, et Tsume ne faisait pas exception. Elle pensait qu'il aurait dû mieux protéger son fils. Kakashi ne pouvait pas l'en blâmer : il était bien d'accord. Les parents de Sakura furent tout aussi secoués, mais ils étaient des civils, et furent donc bien plus démonstratifs. Ils pleurèrent, crièrent, tempêtèrent. Ils n'allèrent pas jusqu'à supplier Sakura de changer de carrière (ce n'était pas exactement le genre de chose que les civils osaient faire, dans un village ninja soumis à une dictature militaire…), mais il était évident qu'ils étaient terrifiés pour elle.

Quant à Tsunami Uchiha… Étonnamment, ce fut avec elle que ça se passa le mieux. Kakashi s'attendait à des hurlements et des accusations. Il savait qu'elle avait un sale tempérament, et qu'elle était férocement protectrice de sa famille. Mais Tsunami encaissa. Oh, la mention d'Itachi la fit bondir, et évoquer la captivité de Sasuke la fit pousser un affreux juron. Mais à la fin du récit de Kakashi, elle se contenta de s'affaisser avec un profond soupir, l'air presque résignée.

– La malédiction de la première mission de rang C, hein ?

Ils discutaient sur le porche de sa maison. Kakashi n'était pas à l'aise à l'idée d'entrer chez les gens à qui il annonçait de mauvaises nouvelles : ça le faisait se sentir piégé. Cela dit, il n'était pas sûr de préférer le porche. Pas moins de cinq chats semblaient y avoir élu domicile, bronzant au soleil ou faisant leur toilette, et Kakashi se sentait observé. Il était à moitié sûr que ces bestioles étaient des Invocations, et ça le rendait parano. Déjà qu'il n'aimait pas les chats…

– Je suis désolé, fit Kakashi avec raideur.

Il n'était pas doué pour s'excuser, mais il avait l'impression que c'était nécessaire. Tsunami secoua la tête :

– Je savais que ça arriverait. Bon, peut-être pas comme ça, mais…

Mais les Uchiha avaient une tendance au dramatique. Pas forcément dans le sens où ils étaient dramatiques (même si, admettons-le, ils l'étaient) mais dans le sens où ils attiraient le drame à eux. Était-ce parce que la tragédie était nécessaire pour activer le Sharingan ?

– J'aurais préféré que l'activation de son Sharingan reste un secret, déclara Tsunami en jetant un bref regard à l'intérieur de la maison.

Sasuke n'était pas visible, mais Kakashi entendait un murmure de conversation. Il y avait du monde à la maison. Peut-être la rouquine élève de Gai ? En tous les cas, Sasuke n'était pas seul. C'était une bonne chose.

– Il est trop tard pour ça, répondit Kakashi. Même si Zabuza tient sa langue, Gatô a déjà répandu la nouvelle en essayant de trouver une grosse rançon.

Tsunami grinça des dents. Kakashi songea que Gatô devrait s'estimer heureux que l'équipe 7 se soit libérée d'elle-même. Si c'était Tsunami qui avait eu vent du fait qu'on essayait de vendre les yeux de son cousin… Oh, ça aurait été un bain de sang. Même l'Hokage n'aurait pas pu l'arrêter. Les Uchiha avaient toujours été intensément protecteurs, intensément possessifs de leur famille.

– Certaines choses sont inévitables, hum ? marmonna Tsunami.

Kakashi lui jeta un regard oblique. Pas forcément. Sasuke aurait pu cacher son Sharingan, si les choses s'étaient passées différemment… D'ailleurs, peut-être que c'était sur ça que Tsunami avait compté. Comme beaucoup de hauts-gradés, Kakashi suspectait Tsunami d'avoir eu le Sharingan bien avant son combat avec Itachi.

– Sans doute, lâcha-t-il d'un ton neutre. Mais à présent, il n'y a plus moyen de revenir en arrière. Le nom de Sasuke va devenir connu : le troisième utilisateur d'un Sharingan encore en vie.

Il était loin d'être au niveau de Tsunami et Itachi, mais quand même, il possédait le Dôjutsu des Uchiha. Ça allait attirer les convoitises. Comme si elle avait suivi son raisonnement, Tsunami grimaça :

– C'est bien ce que je craignais. Le Sharingan attire un type d'adversaire que Sasuke n'est pas encore en mesure d'affronter.

– Itachi, murmura Kakashi.

Mais le visage de Tsunami s'assombrit :

– Pas seulement.

Tsunami ne pouvait pas mentionner Orochimaru, pas alors qu'elle n'avait aucune preuve qu'il cherchait le Sharingan, mais elle ne l'avait pas oublié. Orochimaru, Obito, Itachi et Danzō étaient les quatre grandes menaces pesant sur Sasuke, dans le canon. Danzō était mort et Tsunami était à peu près certaine de pouvoir gérer Itachi, mais les deux autres… Oh, Obito se ferait encore discret quelques années, bien sûr. Orochimaru, en revanche, n'était pas un homme patient.

Tsunami poussa un profond soupir, qui secoua tout son corps, comme si la lassitude de deux décennies entières lui tombait dessus d'un coup.

– Est-ce que Sakura et Kiba vont bien ? demanda-t-elle.

Kakashi ne put s'empêcher d'être touché qu'elle s'enquiert de ses autres élèves. Puis il esquissa un rictus sous son masque, parce que la réponse à cette question n'était… pas facile. Sasuke avait été capturé, battu, affamé, vaincu, et il avait tué pour la première fois : mais il était un survivant, il avait déjà enduré un évènement traumatique par le passé, il était solide. Sakura et Kiba étaient plus délicats. Ils avaient été choyés et protégés toute leur vie. Ce qui leur était arrivé en mission… C'était sans doute la pire épreuve de leur vie.

– Pas pour l'instant, mais… Ils iront bien.

Tsunami haussa un sourcil :

– Hum. Est-ce que tu veux des conseils, ou est-ce que tu vas m'envoyer au diable ?

Kakashi se sentit un peu amusé qu'elle formule sa question comme ça. Elle allait lui dire ce qu'elle pensait, qu'il le veuille ou non, de toute façon. Mais bon, Kakashi était bien connu pour n'en faire qu'à sa tête. Ce genre de préface n'était pas dénué de mérite. Il faillit lui dire « hum, tu as dit quelque chose ? » comme il le ferait avec Gai… Puis il se rappela que Tsunami n'était pas Gai, et ça faisait tomber la blague à plat.

Cela dit, peut-être qu'il devrait écouter ce qu'elle avait à dire. Tsunami était plus jeune que lui, mais pas dénué d'expérience. Elle avait le même âge que Yūgao, qui avait été la cadette de son équipe d'ANBU… Bon sang, c'était jeune. Dans leur groupe d'amis, ou plutôt de connaissances parce que Kakashi n'avait pas vraiment d'amis, Tsunami était sans doute la plus jeune. Mais bon, elle faisait partie du groupe : comme Gai, Kurenai, Asuma, Aoba, Genma… Elle faisait partie des combattants des Jounins de Konoha. Plus précisément, de la jeune génération de Jounin qui avait déjà rattrapé (voire dépassé) la génération d'avant. Ce n'était pas rien.

Et Tsunami avait un an d'expérience en tant que sensei. Autant que Gai, d'ailleurs. Sauf que Kakashi n'irait jamais demander conseil à Gai, même sous la menace de mort. Et pas juste parce que Gai était son éternel rival et que lui demander de l'aide dans le domaine du relationnel ruinerait complètement son image hip et cool, mais aussi parce que c'était Gai. Le genre de personne qui faisait trois fois le tour du village sur les mains, pour le fun. Kakashi avait vu (espionné) ses séances d'entraînements avec son équipe, et… Non. Pas question qu'il fasse pareil. Ses trois Genins étaient de vrais petits monstres, mais surtout, ils portaient beaucoup trop de vert, et ils hurlaient beaucoup trop souvent les mots printemps, ou jeunesse, ou encore rivalité. Hors de question que Kakashi aille puiser de l'inspiration de ce côté.

– … Dis toujours.

– Ça ne servira à rien de les couver, déclara Tsunami. Ils se sentent vulnérables et effrayés, et ta présence ne suffira jamais à les rassurer. Personne ne suffira plus jamais à les rassurer. Ce dont ils ont besoin, c'est de retrouver leur assurance. Savoir qu'ils pourront se défendre, la prochaine fois.

Kakashi fit la moue. Il s'en doutait, au fond de lui, mais c'était différent de l'entendre dire à voix haute, devant lui. Ça rendait la chose plus réelle, et la réalité plus difficile à occulter. Ses élèves devaient devenir plus forts, parce que ça ne serait pas la dernière fois qu'ils seraient en danger.

– Ils ont besoin de devenir plus forts, continua Tsunami. Ils ont besoin d'être préparés à aller au-devant du danger au lieu d'être pris par surprise. Mais surtout, ils ont besoin d'un succès. De réaliser qu'ils peuvent réussir.

Kakashi afficha un air désintéressé pour cacher son malaise. C'était exactement pour ça qu'il évitait les longues conversations et préférait agacer les gens plutôt que de leur parler à cœur ouvert. Les émotions, le fait de faire face aux faits, ça le paniquait. Il n'était pas fait pour ce genre de franchise. C'était le domaine de Gai, pas le sien.

– C'est de la psychologie de comptoir, fit-il d'un ton désinvolte.

Loin d'être offensée par son attitude, la chef du clan Uchiha renifla avec dédain, comme si elle ne croyait pas un mot de ce qu'il racontait. Cela lui conférait une ressemblance frappante avec Anko. Savait-elle qu'elle avait parfois les mêmes maniérismes que la jeune Mitarashi, surtout quand elle essayait de s'imposer ?

– Mais je n'ai pas tort, non ? lâcha-t-elle. M'enfin, c'est ton choix. Si ça t'intéresse, certains Jounins-sensei entraînent leurs Genins ensemble.

– Gai m'en a parlé, maugréa Kakashi.

– Et tu l'as envoyé promener, je suis au courant. Mais il n'y a pas que Gai.

Kakashi ne le savait sans doute pas, parce qu'il était antisocial à l'extrême, mais Tsunami se tenait informée. Elle et Gai (et Tenzō) étaient les seuls à entraîner leurs Genins ensemble à un tel degré, mais les autres Jounins avaient leurs propres méthodes. Personne ne gardait son équipe dans la plus totale isolation. Hoheto Hyuga faisait fréquemment participer ses élèves à des missions de rang C qui nécessitaient de larges équipes de Genins et donc de collaborer avec la Division Genin, pour les socialiser et diversifier leurs formations de combat. Asuma et Kurenai ne s'entraînaient pas ensemble, mais ils déjeunaient fréquemment avec leurs six élèves, et les encourageaient à tisser des liens. Kakashi n'y avait sans doute pas pensé, parce qu'il était un génie solitaire et avait eu une enfance extrêmement isolée (et bon sang, quel impact le manque de socialisation avait eu sur son petit cerveau de surdoué ?), mais l'isolation était l'exception chez les Genins, pas la norme.

Alors Tsunami rajouta d'un ton neutre :

– L'invitation est ouverte, si tu veux.

Kakashi émit un bruit qui ne voulait dire ni oui ni non, puis il ouvrit son bouquin porno et s'en alla en le feuilletant, comme si cette discussion n'avait pas eu lieu. Pas un merci, pas un au revoir ! Tsunami fit la grimace devant cette impolitesse. Bon sang, elle comprenait pourquoi autant de gens trouvaient le Ninja Copieur exaspérant.

Elle secoua la tête. Bah, c'était Kakashi Hatake : être excentrique faisait partie du personnage. Tsunami se pencha distraitement pour caresser un chat, et le matou se mit à ronronner. Seulement un tiers des chats qui rôdaient autour de chez les Uchiha étaient des Invocations. Mais du coup, elle mettait régulièrement des croquettes sur sa terrasse, et… Ça attirait tous les chats errants du coin. C'était une bonne chose. Les chats ninjas n'étaient pas très câlins, alors que les chats normaux adoraient se faire gratouiller derrière les oreilles.

Tsunami se redressa, puis rentra à l'intérieur de la maison, refermant la porte derrière elle. Dans le salon, cinq têtes se relevèrent en même temps. Neji, Tenten et Inaho étaient en train de discuter de leur stratégie pour leur prochain entraînement contre la Team Gai, à l'aide d'un tas de diagrammes compliqués. Shin présidait leur petite assemblée avec autorité. Sasuke s'était joint à eux, ou plutôt il avait été invité à les rejoindre par Tenten (la plus empathique du groupe, qui avait tout de suite vu son air abattu), et il s'était posé sur un canapé pour les écouter.

– Qu'est-ce qu'il voulait ? demanda immédiatement Sasuke.

– S'apitoyer sur son sort et demander mon expertise en tant que Jounin-sensei couronnée de succès.

Sasuke lui jeta un regard dubitatif, puis secoua la tête avec amusement. C'était le but, et Tsunami se détourna pour dissimuler un sourire attendri.

Elle s'installa sur le canapé, à côté de Sasuke, pour arbitrer avec amusement le débat de ses Genins. Tenten, Neji et Inaho avaient mis au point différentes formation d'attaque pour pallier l'absence de Shin. Ils avaient répété des mouvements jusqu'à épuisement, pour qu'anticiper les gestes de l'autre soient une seconde nature. Ils étaient mieux préparés que bien des Genins, pour cet examen… Enfin, sauf peut-être l'équipe de Gai, parce que c'était Gai et qu'il allait toujours au-delà du raisonnable, mais bon. Ils étaient doués, c'était un fait. En revanche, et c'était ça qui amusait beaucoup Tsunami, ils se chamaillaient comme des chats de gouttière. Pas assez pour empoisonner leur travail d'équipe, mais bien assez pour faire naître une rivalité. Chacun voulait prouver qu'il était le meilleur, Inaho se vantant de son expérience et de son job dans la police, et Neji et Tenten en mettant en avant leur niveau prodigieux. C'était une dynamique qu'ils n'avaient pas eu avec Shin. Après tout, l'ancien membre de la Racine avait beau être un peu rigide quant aux règles, et un peu bruyant et malpoli, il n'avait jamais été abrasif.

Tsunami laissa ses muscles se détendre. Sa mission était accomplie. Elle était rentrée hier, et elle avait droit à quelques jours de repos. Son cousin était rentré indemne du pays des Vagues. Tout allait bien.

Oh, tout n'était pas parfait. Sasuke… Il avait souffert durant cette mission. Mais il était sain et sauf. Il avait été secoué par ce qu'il avait vécu, mais il était déjà en train de reprendre du poil de la bête. Il avait échappé au pire, surtout. Il n'avait pas perdu de camarade… Il n'avait pas été vendu à Kusa ou Kumo pour son Sharingan… Et surtout, il n'avait pas revu Itachi. Sasuke avait été capturé, il avait dû se battre, et tuer, mais il s'en était sorti. Et à présent, il était affalé sur le canapé et écoutait avec amusement Shin faire la leçon à Neji sur les mérites d'une frappe en duo plutôt qu'une attaque frontale. Sasuke avait l'air détendu, soulagé, à sa place, et le cœur de Tsunami se gonfla d'affection.

Oui, ça avait du bon d'être rentrée à la maison.

Quand il était rentré, Sasuke avait l'air grave, mais pas abattu ni effondré. Il n'avait pas raconté dans les détails ce qui s'était passé… Il n'avait d'ailleurs rien raconté du tout, mis à part qu'il avait fini sa première mission de rang C, et qu'il allait bien. Quand Tsunami avait insisté pour savoir si la fameuse malédiction avait encore frappé, il avait admis de mauvaise grâce que son équipe avait dû affronter des nukenins et avait brièvement été capturé, mais il avait directement enchaîné avec le fait qu'il se soit libéré sans problème et qu'il ait tué son ennemi. Il avait avoué que son Sharingan était apparu et que son équipe l'avait vu, aussi. Mais il n'avait pas vraiment envie d'en discuter. Et… Tsunami n'allait pas l'y forcer. Elle se souvenait très bien de sa première mission à elle, du premier sang qu'elle avait versé, et de la façon dont elle y avait repensé de façon quasiment obsessive par la suite. C'était dur, c'était un choc, c'était violent. Mais, et c'était sans doute ça le pire… C'était une étape naturelle de la vie d'un ninja. Dans un monde paisible peuplé de civils, un meurtre aurait été choquant, traumatisant, ça aurait changé la vie de tout le monde. Mais là c'était juste… Un moment désagréable, auquel il fallait s'habituer. Sasuke n'était pas effondré, ou dévoré de remords, ou terrifié, alors somme toute… ça s'était plutôt bien passé.

Alors oui, quand Kakashi avait débarqué trois heures plus tard pour lui raconter les détails, Tsunami n'avait pas vraiment été surprise. Elle avait déjà plus ou moins deviné comment ça s'était passé

Elle aurait bien aimé pouvoir intervenir pour éviter à Sasuke (et à son équipe) cette souffrance inutile. Mais avant d'aller à la recherche de Tsunade, elle n'avait pas pensé à ordonner à ses chats de suivre son cousin. De toute façon, elle ne pensait pas qu'ils prendraient une mission de rang C aussi vite. Ni que ça serait celle au pays des Vagues ! Et puis, est-ce que ça aurait marché ? Ses chats étaient discrets, mais sans doute pas assez pour tromper Kakashi (un traqueur expérimenté) et Kiba (un Inuzuka à l'odorat surdéveloppé). Et… Tsunami devait se rendre à l'évidence. Elle ne pourrait pas toujours être là. Il fallait qu'elle accepte de laisser sa famille faire face au danger.

Ils étaient des ninjas. Le danger venait à eux, et Tsunami ne pourrait pas toujours les en protéger.

Mais pour l'instant… Ne pouvait-elle pas savourer cet instant, partageant un moment de silence serein avec son cousin favori ?

.

.


.

Et voilà ! On fini sur une note positive =)

J'essaierai de poster la suite dans deux semaines. Mais je ne promet rien ! J'ai beaucoup de taff, et ma Bêta aussi ! Donc... A peut-être dans deux semaines, mais à peut-être dans trois =)

.