Cet OS est, je l'espère, le premier d'un défi de la page FB La bibliothèque des fictions: écrire une fic par jour tout le mois, à partir de prompts données le jour même. J'espère suivre le rythme, on verra bien, pour le moment je viens de me replonger dans Star trek, c'est fun :)

Prompt du 1er avril: Votre personnage est épuisé après une longue journée.


Sweet sweet home


La porte fut à peine fermée que Jim lâcha un grognement.

Diable.

Il était épuisé.

Être capitaine du plus grand vaisseau de la flotte de la Fédération n'était pas une sinécure.

Il était constamment sur le pont, au sens propre comme figuré. Et quand il n'était pas assis dans son fauteuil, en train de veiller à la bonne marche du pilotage, et la sécurité de son équipage, on le retrouvait auprès d'Uhura, à discuter linguistique et échanges culturels, ou bien dans les moteurs, avec Scotty, en train de récurer le cambouis accumulé sur les tuyaux.

Spock, bien sûr, attirait également toute son attention.

Le second du vaisseau, et un de ses rares amis, semblait être devenu son ombre.

Leur lien s'était développé au fil des missions effectuées côte à côte, et soirées passées à jouer aux échecs.

Le Vulcain s'était révélé un être ... étonnant.

Fascinant.

Captivant.

Extraordinaire.

Insupportable.

Indispensable.

Il était son ombre, son confident, celui sensé le remplacer quand Jim était indisponible.

Son meilleur ami.

Son second.

Son âme sœur.

Tout cela, et un peu plus à la fois.

Le vieux Spock avait employé le terme de T'hy'la.

Jim n'avait pas osé lui demander le sens exact du mot.

Il n'était pas certain d'être prêt à l'entendre.

Et il devait être vraiment épuisé, pour se perdre ainsi dans ses pensées.

Une douche lui ferait le plus grand bien.

Même si elle était sonique.

L'eau lui manquait tellement.

Peut-être, cette fois, parviendrait-il à dormir au moins 6h, sans être dérangé ?

Les gens ne le réalisaient peut-être pas, mais même les capitaines avaient besoin de se reposer.

Jim était constamment demandé.

Il était si fatigué.

Une douche, un bon repas, et, si les étoiles le lui permettaient, un peu de sommeil.

D'un pas las, le jeune homme se dirigea vers sa salle de bain. Avec fatigue, il retira ses vêtements, avant de se glisser dans le cube de verre, accueillant avec plaisir la chaleur sonique.

Ce n'était pas aussi agréable que de l'eau bouillante, mais cela ferait l'affaire.

A leur prochaine escale, Jim s'assurerait de trouver des thermes.

Ou n'importe quoi avec de l'eau chaude.

Peut-être, devrait-il demander à Scotty de se pencher sur la question ?

L'Ecossais et chef mécanicien du vaisseau comprendrait sans aucun doute le problème, après tout ce temps passé coincé sur une planète.

Il dérivait encore.

A ce rythme, il allait s'effondrer sur son lit sans manger.

Une hypothèse rejetée lorsqu'il sortit de sa salle de bain, vêtu seulement d'un pantalon noir propre, pour découvrir Bones, attablé à sa table, avec plusieurs assiettes fumantes.

Le blond roula des yeux, avant de se diriger vers une petite commode.

-Un de ces jours, je vais paniquer, et te tuer à coup de lampe. Tu ne viendras pas pleurer.

-Met un t-shirt et viens manger, au lieu de sortir des conneries, répliqua son meilleur ami, un sourire moqueur aux lèvres. C'est chaud.

-Et les gens disent que tu n'es pas ma mère, ironisa le jeune homme avant de fixer avec méfiance les assiettes. Qu'est-ce que c'est ?

Si les gens savaient, que le célèbre Jim Kirk détestait les légumes.

Surtout les verts.

Personne n'était parfait.

Ce fut le tour de Bones de rouler des yeux, avant de répliquer, son accent du sud remontant en même temps qu'il râlait :

-De la viande. Et des patates. Rien qui ne peut te faire tomber malade, rien qui ne va te tuer, pas d'allergie, j'ai vérifié, et tu le sais ! Tu vas chouiner comme un morveux ou poser ton cu et bouffer ? A moins que tu préfères que je te les enfonce moi-même dans la gorge ?

-Tout de suite, tout de suite ! Les menaces ! s'exclama Jim avant de se laisser tomber sans dignité sur sa chaise, pour mieux attaquer son repas, sous le regard aigu de son médecin. Oh ! ça va ! Je mange !

-Pas assez, et pas assez de légumes ! Je vais t'en filer en intraveineuse !

-Boneeees !

-Mange, grogna le docteur, et le capitaine lui tira la langue, avant de se hâter de se repencher sur son assiette.

-Mère poule, marmonna-t-il, mais il ne put contenir son sourire, en particulier quand l'autre homme le menaça de sa fourchette.

Bones n'était pas exactement connu pour son caractère.. aimable.

Mais il était le meilleur médecin au monde, et l'un des types les plus droits que Jim connaissait.

Même s'il le persécutait à coup d'hypos.

Et qu'il employait la liste de ses allergies aussi longues qu'une étoile filante pour lui faire manger des trucs impossibles.

Entre lui et Spock, Jim était bien loti.

Même s'il se plaignait constamment.

Il avait une réputation à tenir !

Et il était fatigué.

Son lit l'appelait.

Mais avant, il lui faudrait finir son assiette, jusqu'au moindre bout de patate.

Ordres du docteur.

Pour une fois, Jim les suivrait gaiement.