Acte 1 : dépression

Encore une fois, il tourna ses idées dans sa tête.

Une dernière fois.

Il se posa de questions auxquelles il connaissait les réponses depuis des siècles, s'interrogea sur les raisons de sa décision.

Trop seul.

Trop triste.

La cérémonie était à présent terminée, annonciatrice d'une autre, bien moins gaie que celle-ci.

Une cérémonie sans corps.

Une cérémonie sans mort.

Il suivit des yeux le jeune marié et sa nouvelle épouse.

Saurait-il jamais à quel point il l'aimait ?

Comprendrait-il jamais les raisons de son acte ?

Tous deux étaient radieux.

Il n'eut même pas la force de les envier.

"Hé, poulet, t'as pas l'air dans ton assiette !

Seyia lui frappa dans le dos vigoureusement.

C'est pourtant le mariage de ton frangin adoré, tu devrais être content !"

Il se contenta de lui lancer une regard fatigué .

-Dégage.

-OOOOOOH ! Pégase prit un air faussement effrayé . Je vois, tu es venu à la cérémonie uniquement dans le but de tous nous tuer, hein ? mmhh... Pas mal, comme idée, et au moins, on comprend pourquoi tu reviens au bout de 4 ans de silence rad... Ikky ?

Le phoenix le dévisagea avec le même regard.

T'es sûr que ça va ?

-Tu t'en sors, avec Saori ?

Pegase rougit.

-Moui, ça va... on a même des projets en cours, en admettant qu'elle n'aie pas encore à sauver le monde dans l'année...

Sauver le monde ?

Etait il arrivé une seule fois où cette mijaurée s'en était sortie seule ? Combien de litres de sang avait coulé depuis la naissance de la réincarnation d'Athéna ?

Il soupira d'un air las (autant parler à un sourd de ce qu'il ressentait à propos de Kido) et s'éloigna de son demi frère pour rejoindre Shun et lui faire ses adieux.

-Mouais... Toujours aussi souriant, ce mec... En plus, il prend même pas la pein de de prendre part à la fête... C'est d'un morbide..."

Seyia fourra les mains dans ses poches d'un air nonchalant et partit rejoindre sa dulcinée, peu soucieux des ennuis -réels ou non- du dénommé Ikky.

La nuit commençait à tomber.

Son frère le laissa partir presque sans mot dire, se contentant de marmonner de vagues remerciements pour sa présence à son mariage alors qu'ils ne s'étaient vus depuis des années.

Oh, petite frère...

Jetant la veste de son smoking de location, il quitta d'un air nonchalant la petite église de la fondation Kido, jouant les désinvoltes une dernière fois encore.

Mais lorsqu'il disparut du coin de la rue, ses airs d'homme impassible s'effacèrent, laissant place à une immense tristesse.

Seul.

Il ne s'attarda pas sur le coucher de soleil rougeoyant, pas plus qu'il ne prêta attention à la montée de la lune dans les cieux.

Pour lui, le soleil et la lune représentaient deux opposés parfaitement accordés : le soleil, la vie; la lune, la mort.

Pas de vie sans mort.

Pas de mort sans vie.

Il ferma les yeux et secoua la tête.

Assez de ces pensées stupides.

Sa décision était définitivement prise, inutile de remuer le couteau dans l plaie comme il le faisait depuis des années...

Adieu, mes frères.

S'étaient-ils doutés qu'il n'était venu que dans le but de leur faire ses adieux ?

Il disparut, se téléportant sur l'île de la reine morte.

chapitre 1 : ton absence...