La Corde Raide– Chapitre 03

Auteur: Asuka Kureru Série: Gundam Wing

Avertissements: Yaoi, romance, sap, triangle amoureux, ménage à trois, de lime jusqu'à lemon; le POV change.

Couple (trio?) : 125, 1x2x5x2x1 et diverses combinaisons

Dans ce chapitre: 121, 252 et Lime 1x5x1. 1x2x1 sous-entendu.

Disclaimer: Ils partagent bien, eux, on peut pas faire pareil? ;;

Wufei fut le premier à jaillir hors des buissons, dans la petite cour de la maison. En tant que tel, il eut exactement une second pour saisir, à travers la vitre, l'expression rêveuse, triste et solitaire sur la figure de Heero. Puis le garçon releva la tête vivement et bondit hors de son siège, surpris. Wufei ralentit, étonné d'avoir provoqué une telle réaction de la part de quelqu'un qui était habituellement beaucoup plus conscient de ce qui se passait dans son voisinage. Yuy avait probablement été perdu dans ses pensées ...

Et puis Duo arriva en courant hors du bois et bondit sur son dos, le faisant trébucher en avant et presque piquer du nez. Quand Wufei se redressa, le rideau se balançait en face de la fenêtre vide et Heero ouvrait la porte de derrière, dirigeant un regard faussement agacé vers eux, une main sur sa hanche.

"Vous allez rentrer, ou avez-vous l'intention de faire du camping dans la cour?"

"Ouaiis! On arrive, maman!" lança Duo, resserrant la prise de ses jambes sur la taille de Wufei.

Ils entrèrent dans la maison, Duo toujours sur le dos de Wufei et refusant de le lâcher. Il accepta d'en descendre uniquement quand Wufei montra des signes de vouloir l'écraser contre un mur.

"Méchant!" grommela Duo en faisant la moue, agissant d'une manière puérile pour la seule et unique raison qu'il savait que ça agaçait Wufei.

"Je ne suis pas un cheval ... Et si j'entends le mot étalon passer tes lèvres, tu dormiras dans la baignoire."

Duo se mit à rire, lorgnant l'adolescent d'une manière qui montrait qu'il était en train de considérer une réplique à ça. Mais Wufei fronça les sourcils et leva la main d'un air menaçant. Le garçon aux cheveux châtain lui tira la langue et laissa tomber, se tournant vers Heero.

"Hey, 'Ro, t'as fini ton rapport?"

"Oui," répondit le Japonais en haussant les épaules.

Ca aurait dû être évident, disait son expression. S'il n'avait pas fini, il serait toujours en train de travailler.

"Y a longtemps?"

"Non. Dix minutes, peut-être quinze, je ne sais pas," répondit le Japonais, indifférent.

Il mentait bien sûr. Ca faisait au moins une heure et demi qu'il avait pris place à la fenêtre.

Wufei le fixait du regard, pensif, sérieux, fronçant légèrement les sourcils. Heero sut qu'il savait qu'il mentait. Il lui jeta un regard mauvais, lui ordonnant silencieusement de ne rien dire. Le garçon aux yeux noirs haussa les épaules imperceptiblement en réponse, comme pour dire que ça n'était pas son problème.

"Tu t'es pas trop emmerdé alors? Bien!" dit Duo, lançant un bras en travers de ses épaules, et embrassant sa joue.

Il savait trop bien qu'il était collant ces derniers temps, surtout avec Heero. Bon sang, même après qu'ils se soient casés, il n'avait pas bisouillé Heero aussi souvent. Mais il n'avait trouvé aucune autre manière de rassurer le Japonais qu'il n'allait pas l'abandonner. Heero était altruiste, mais si peu sûr de son importance auprès des personnes qui l'aimaient quelquefois.

Heero retourna dans le living room, son amant toujours appuyé contre lui. Wufei les suivit, Heero lui ayant signalé de venir d'un hochement de tête.

"Non, ça allait," lâcha-t-il en réponse à la question précédente de Duo. "A propos, Wufei, j'aurait besoin que tu revoies le rapport de Trowa et que tu me dises si ta version de votre dernière mission commune a des différences significatives. Oh, et Quatre nous passe le bonjour."

"Ah ouais? Quoi de neuf de leur côté?"

"Ils se cachent, comme nous. Je ne sais pas où. Rien de neuf à part ça. Je suppose qu'il s'ennuyait un peu."

"... Ouais, je parie. M'enfin c'est un peu mort en ce moment," commenta le garçon aux longs cheveux châtain.

Ils lurent l'e-mail de Quatre, chacun souriant sa version d'un sourire amusé. Il avait un mot amical pour chacun d'entre eux. Wufei décida de taper sa réponse dans le même mail que Heero, mais Duo déclina, disant qu'il préférait répondre plus tard quand il aurait le temps, parce que ça allait être un gros mail. Heero et Wufei échangèrent un regard. Duo ne voulait pas qu'ils lisent ce qu'il allait taper, ce qui voulait dire qu'il allait parler de leur nouvelle situation avec Quatre. Bah, ça ne les dérangeait pas, ce n'était pas comme si Quatre se permettrait de les juger.

Au beau milieu de toutes ces très sérieuses considérations, l'estomac de Duo se mit à gronder, les prenant par surprise.

Heero eut un sourire ironique et Wufei secoua la tête, affligé. Duo n'avait pas arrêté de se bâfrer pendant leur sortie.

"Z'avez faim, les gars?" demanda le garçon à la natte d'un air embarrassé.

"Pas encore, mais je pourrais manger," répondit Heero, qui n'avait presque rien mangé à midi et rien du tout depuis.

"Je suppose que puisque vous allez répondre à Quatre, je peux faire la cuisine... Fuyez pendant qu'il en est encore temps!!" s'exclama-t-il en prenant une pose dramatique.

Il disparut dans la cuisine, trop conscient du silence emprunté qui était tombé sur le living room entre ses deux petits amis. Ca ne semblait pas très sage de les laisser seuls tous les deux. Mais ils étaient matures, responsables... Ce n'était pas comme s'ils allaient s'arracher la tête. Non, ce n'était pas ce qui le faisait grimacer; c'était qu'ils étaient toujours aussi prudents l'un avec l'autre, craignant d'offenser, d'être offensés, d'être celui qui mettrait fin à leur étrange numéro d'équilibristes sans filet.

Peut-être que ce n'était pas sage de les laisser seuls, mais il ne pouvait pas toujours jouer les états tampons. Il ne pouvait pas, et ne voulait pas. Ce n'était pas sain pour leur relation de le mettre en point focal comme ça, de faire passer toute la communication et toutes les tensions par lui; il savait qu'il finirait par craquer.

Ils avaient besoin d'apprendre à communiquer, comme Wufei et lui l'avaient réalisé pendant leur rendez-vous amoureux, comme Heero et lui le faisaient maintenant depuis si longtemps, ils avaient besoin de dépasser leurs craintes et de parler de ce qui était réellement important. Et ils ne le feraient pas aussi longtemps qu'il était là, parce qu'ils faisaient toujours plus attention à lui, à ce qu'il avait besoin d'entendre, à ce qu'ils voulaient lui dire, qu'à ce qu'ils avaient besoin de se dire mutuellement.

Cette relation était tellement plus fragile qu'une relation normale. Quand il y avait un problème, ils ne pouvaient pas laisser couler. Ils devaient établir une fondation dont la solidité résisterait à toutes les épreuves.

Il se sentait mal de les abandonner ensemble, réellement. Mais c'était nécessaire.

Il espéra que Quatre serait capable de le conseiller un peu... Une fois qu'il aura dépassé la surprise. Enfin, ce n'était pas comme si l'arabe allait être dégoûté, il était au courant des sentiments de Duo pour les deux asiatiques et il n'avait jamais rien dit.

Enfin, si, juste une chose.

'Si on calcule tous les risques, aucun de nous cinq n'a probablement plus d'un an à vivre. Si tu peux trouver quelque chose de bon au milieu des horreurs de la guerre, vas-y. Tu n'as rien à perdre... Vous méritez d'être heureux, même pour un court instant. Et même si tu penses que tu ne devrais pas,' avait-il ajouté en touchant la croix pendue à son cou, 'ne crois-tu pas que toutes les personnes que tu as tuées compteront plus en enfer que le fait que tu as eu le cœur assez grand pour y accueillir deux personnes encore plus seules que toi?'

Il avait taclé Quatre après cette tirade, soulagé, heureux, embarrassé par leur petite discussion à cœur ouvert et voulant mettre fin à cette discussion franchement trop efféminée pour lui.

Ce n'était pas une absolution, pas vraiment. Mais de savoir que les personnes qui comptaient pour lui ne désapprouvaient pas de son amour anormal... Ca avait été presque aussi bon qu'une absolution. Et bien que l'idée de la mort d'un de ses amants soit intolérable dans son esprit, il avait bien souvent pensé à la sienne. Heero et Wufei pourraient au moins se soutenir dans leur deuil si Duo...

Il secoua la tête. Il ne voulait pas penser à ça maintenant. Il se comportait comme si leur destin tout entier se jouait sur un petit moment tous seuls dans le salon. Ils n'étaient pas si différents des autres couples. Ils avaient le droit à un certain nombre d'erreurs avant de devoir laisser tomber. Ca n'était pas si important s'il n'était pas toujours avec eux.

Sifflotant résolument, le garçon à la natte commença à choisir les ingrédients dont il aurait besoin pour produire quelque chose de mangeable.

Les deux Asiatiques échangèrent un regard. Heero se tenait debout près de la table, un pas derrière Wufei qui était assis à l'ordinateur. Le garçon aux cheveux noirs s'apprêtait à taper sa réponse.

"...Wufei...?"

"Oui?" répondit le Chinois, fronçant légèrement les sourcils à cause de la manière étrange dont Heero avait prononcé son nom. Il se retourna et regarda l'autre adolescent.

"... Ne lui dis pas... à propos de...Tu sais," murmura Heero, tourné vers la fenêtre pour éviter de le regarder.

"Je n'en avais pas l'intention," répondit le Chinois, hautain, ennuyé que l'autre garçon croie qu'il allait rapporter à Duo, surtout quelque chose comme ça.

Il vit que Heero était en train de regarder fixement le sol, juste une trace d'incertitude derrière son habituelle expression impassible.

"Je ne veux pas qu'il s'inquiète..." murmura-t-il.

"Je ne vais pas lui dire," répéta Wufei, cette fois plus compréhensif. "Je "

Heero leva la tête et le fixa pour une longue minute.

"Tu faisais pareil, n'est-ce pas? Avant que tu sois avec nous," lâcha le garçon aux cheveux courts avec une soudaine certitude.

Wufei haussa les épaules. C'était embarrassant d'admettre qu'il avait été si enamouré qu'il avait pris l'habitude d'attendre à la fenêtre quand ils partaient tous les deux, se torturant avec des visions de Duo et son petit ami riant, se serrant dans leurs bras, s'embrassant. Perdus dans leur petit monde où il n'y avait de place que pour deux.

Et maintenant Heero ressentait la même chose. Se sentait... exclu. Oublié.

Wufei ressentit un pincement de douleur à l'idée. A cause de lui Yuy croyait à moitié qu'il était remplacé dans le cœur de Duo. Et l'homme ne protestait toujours pas contre la présence de Wufei dans la vie de son amant, il pouvait le voir au fond de ses yeux si bleus. Ils étaient toujours tolérants, pas une touche d'hostilité envers Wufei en eux. Juste un peu d'agacement, un peu de méfiance peut-être. Mais pas d'hostilité. Pas de rejet. Parce que Duo l'aimait, lui, Wufei, et Heero voulait juste que Duo soit heureux.

Il ressentait un mélange d'admiration et de honte quand il y pensait. Et de la gratitude, pour le présent altruiste qu'il avait donné aux deux garçons aux cheveux longs. De l'admiration qu'il soit capable d'aller si loin, qu'il accepte de laisser à son amant une occasion d'être avec quelqu'un qu'il pourrait, peut-être, apprendre à aimer plus que lui... pas que Wufei pensait que ça arriverait jamais, qu'un jour Duo en préférerait un, mais c'était toujours une possibilité que le Japonais devait avoir envisagée. De la honte, parce qu'il ne savait pas s'il aurait fait la même chose... Non, il le savait, maintenant plus que jamais, qu'il n'aurait pas fait pareil. Wufei n'aurait jamais intervenu dans un couple fidèle, et Heero et Duo l'étaient... Mais s'il avait su d'avance que Yuy avait lui aussi été intéressé par Duo et que Duo pouvait le choisir lui tout autant que l'autre Asiatique, il se serait battu pour être choisi. Mais il était sûr que Heero l'aurait probablement juste testé pour savoir à quel point il était dévoué à Duo, et se serait laissé repousser dans le décor, parce que, Wufei le sentait sans trop savoir pourquoi, il croyait que ce serait mieux pour Duo s'ils ne se battaient pas pour lui...

...Il pouvait voir que c'était altruiste, et il avait toujours su que Heero Yuy était le plus altruiste des pilotes de Gundam Pilots, à l'exception de Quatre peut-être, parce qu'il était le seul à n'avoir rien à gagner pour lui-même dans cette guerre, et rien à venger, ce qui avait été la première raison de Wufei. Mais c'était aussi un indice, quelque part, que le Japonais ne pensait pas vraiment qu'il était quelqu'un de si intéressant que ça, qu'entre une relation avec lui et une relation avec Wufei, il ne serait pas le meilleur choix. Il aimait Duo et savait que Duo l'aimait, mais ... Si Duo voulait vraiment partir, il n'essayerait pas de le retenir. Il le laisserait juste aller, s'assurant seulement que Duo sache qu'il l'attendrait s'il changeait d'avis.

Wufei se sentit honteux. Etait-ce de l'amour, de savoir que lui-même se battrait de tout son être pour garder Duo, alors que Heero était prêt à le laisser aller s'il le désirait, ou était-ce de la possessivité?

Mais d'un autre côté, était-ce réellement juste un amour altruiste, ou était-ce aussi un manque de confiance en soi?

Quoi qu'il en soit, il avait une haute opinion de l'autre Asiatique. Très haute. L'homme redéfinissait le mot honneur. Wufei ne voulait pas le voir blessé s'il pouvait l'empêcher.

"Est-ce que... vous vous êtes bien amusés?" demanda Heero, essayant dur de rendre sa voix distraite. Il ne voulait pas donner l'impression d'être trop curieux ou suspicieux, juste celle d'un ami posant une question polie.

Wufei se sentit mal à l'aise quand il répondit que tout s'était très bien passé.

Ils se turent, et Wufei tapa sa réponse à Quatre, heureux de la distraction, puis se leva pour laisser Heero mettre en route le programme qui allait livrer le message. Le Japonais ne prit pas la peine de s'asseoir, se penchant juste par dessus la chaise pour taper deux trois mots et puis éteignit l'ordinateur. Quand il se retourna, il fut surpris de voir que Wufei était toujours là.

"Ecoute, Yuy, je voulais te parler de quelque chose."

"Ouais?"

Les joues de Wufei rosissaient légèrement, mais il paraissait sérieux et déterminé, aussi Heero décida-t-il de ne pas faire de commentaire.

"Tu te souviens de... La Nuit?"

Heero renifla. Même sans le voir écrit, il savait que Wufei avait mis des majuscules au mot.. 'LA' nuit.

"Comment pourrais-je oublier...?" répondit-il, arquant un sourcil sardonique.

"Tu te rappelles de nos expériences alors," répliqua Wufei, son ton plus coupant qu'il n'en avait eu l'intention.

Heero cligna des yeux, puis sentit sa figure se réchauffer. Il se souvenait, aucun problème. Il hocha la tête, vaguement embarrassé.

"On a besoin de dire à Duo ce qui s'est passé. Les baisers, je veux dire. Je comprends pourquoi on ne lui en a pas parlé au début, parce qu'il aurait pu mal comprendre..."

"Mal comprendre?" demanda Heero, relevant un sourcil surpris, se demandant s'il devait se sentir agacé. Ils s'étaient embrassé, ça avait été diablement agréable. Il ne voyait pas ce que Duo aurait pu comprendre de travers.

"Que nous avions des sentiments l'un pour l'autre aussi fort, voire même plus, que ceux que nous avons pour lui," répondit le Chinois, ennuyé de devoir expliquer. "A ce moment ça aurait été très mauvais de lui laisser croire ça... Mais maintenant, on devrait le lui dire. Je n'aime pas le lui cacher, même si ça n'est pas si important maintenant. Je ne veux pas lui cacher quoi que ce soit. Imagine comment il réagira s'il le découvre d'une manière ou d'une autre..."

"Tu as raison," grogna Heero. "Si on ne lui dit pas il va penser qu'on avait une bonne raison de le cacher, et là..."

"C'est d'accord alors?"

Heero hocha la tête. Et puis il rit, un peu, tendu.

"C'est étrange..."

"Qu'est-ce qui est étrange?"

"Tu te rappelles comment c'était cette nuit-là?"

Chang rougit.

Heero rougissait aussi, légèrement. "C'est exactement ce que je veux dire," lâcha-t-il d'un ton prétendument indifférent, pointant vers les joues de Wufei puis les siennes.

"Tu veux dire quoi?" demanda Wufei avec un regard défiant.

Pas perturbé, Heero lui rendit son regard. "Ca a l'air si étrange maintenant de penser qu'on s'est embrassés comme ça... et encore plus étrange qu'on ait aimé ça. Maintenant je ne peux même pas m'imaginer avec toi comme ça, et pourtant c'est déjà arrivé avant. C'est bizarre."

Wufei grommela quelque chose d'inintelligible dans sa barbe qui sonnait comme un juron.

"J'essayais d'oublier," remarqua-t-il. "C'est très embarrassant, tu sais."

Tristement pour lui, il avait la tête baissée et manqua donc le soudain éclat diabolique qui passa dans les yeux d'un bleu profond de Heero, traces d'un côté sale gosse de sa personnalité que Duo n'avait réussi à déterrer qu'après des mois d'effort, mais qui, maintenant qu'elle était dévoilée, apparaissait régulièrement et sans avertissement. En conséquence, le pauvre Chinois n'était totalement pas prêt à le sentir se pencher vers lui, sa bouche frôlant son oreille.

"Qu'est-ce qui était si embarrassant? Mon érection, ou la tienne?"

"Yuy!!!" s'exclama le garçon, choqué, sautant en arrière avec les yeux grands ouverts. "Tu te sens bien?" demanda-t-il avec suspicion, essayant de refouler le rougissement qui allait de son front à son cou.

"Désolé," dit le garçon, n'ayant pas l'air désolé du tout. "Mais tu dois admettre que c'est bizarre qu'on ne pense même plus l'un à l'autre de cette manière, quand on était si... enfin, tu t'en souviens. Maintenant je ne comprends même pas comment j'ai trouvé le courage de t'attirer dans mon lit, encore moins comment on s'est retrouvés à s'embrasser..." Heero secoua la tête, l'air honnêtement confus.

"Peut-être parce que tu étais bien décidé à me séduire pour que je me case avec vous deux, et que j'étais trop surpris pour penser à ce qu'on était vraiment en train de faire," répondit Wufei avec un reniflement, détournant le regard pour cacher au moins partiellement son rougissement.

"Mais quand même... Je me demande... Est-ce que ça marche toujours...?"

Wufei ouvrait sa bouche pour demander de quoi il parlait quand il le regarda. Et puis il rougit... plus qu'avant.

"...Toi aussi?" se força-t-il à demander. Il venait de réaliser qu'il s'était demandé si la manière dont il avait réagi à Heero ce soir là avait été un accident. Ca le gênait toujours d'avoir eu son corps réagir d'une telle manière avec quelqu'un d'autre que Duo.

Leurs yeux se croisèrent. Ils se fixèrent pendant une minute, et puis Heero hocha la tête et fit un pas vers lui.

Ils étaient tous les deux indépendants et toujours prêts à prendre le contrôle, mais l'un avec l'autre, ça ne marchait pas vraiment. C'était presque intimidant, aucun des deux ne savait vraiment pourquoi. Timidement, ils s'approchèrent. Il y eut quelques faux départs avant même le premier contact, et pour un moment après ce contact, aucun des deux ne fit grand-chose. Heero commença à vaguement boucher les lèvres, mais il était tendu et ça le gênait de se demander ce que Wufei pouvait bien en penser, aussi il ne fit au final pas grand-chose, et pas si bien que ça.

"Ca ne marche pas," annonça Wufei après un moment. Il détourna le regard, intensément embarrassé. Ca avait été très stupide. Maintenant il allait être encore plus gêné en présence de Yuy qu'avant.

Heero se mordilla la lèvre pensivement. "Tu as raison. Je me sens bien trop tendu pour m'y mettre sérieusement, et on ne peut rien prouver dans un sens ou dan l'autre si on sursaute à la plus petite provocation."

"Désolé si l'idée de t'embrasser me rend nerveux," rétorqua Wufei, plaisantant seulement à moitié. "C'est juste que tu n'es pas Duo..."

Il fit un pas de côté pour contourner Heero et aller à la cuisine, pensant que c'était mieux d'avorter l'expérience. Ca n'avait pas l'air de marcher du tout.

"Hé.."

"Oui, Yu... Heero?"

Il devait penser intime, in-ti-me. Le gars était l'amant de son amant, mis à part devenir son amant à lui aussi, ils ne pouvaient pas vraiment devenir plus intimes qu'ils ne l'étaient déjà. Il ne pouvait pas continuer à l'appeler par son nom de famille. Il savait qu'il continuait juste de le faire parce que c'était sa manière de garder ses distance même quand ils parlaient de choses importantes. Heero. Pas Yuy; Heero.

"On pourrait essayer de prétendre que l'autre est Duo, tu sais... Juste pour voir?"

Wufei fronça les sourcils pensivement, et laissa ses yeux se fermer à demi. Imaginer d'être en train d'embrasser Duo...

Il leva une main pour frôler la peau de l'autre adolescent. Pas tout à fait le même toucher, le même velours, mais avec un peu d'imagination...

Heero fit un pas en avant, les rapprochant juste assez pour laisser leurs chaleurs corporelles se mélanger, et leva une main avec hésitation pour la poser sur la hanche de Wufei, pressant juste à peine. Il ferma les yeux, repoussant une mèche de cheveux noir corbeau, imaginant la douce, souple soie des cheveux de Duo à la place des cheveux plus raides et plus épais de Wufei, puis se pencha en avant, pressant ses lèvres contre celles de l'autre Asiatique doucement Wufei.

L'approche en douceur, ça n'allait pas marcher, réalisa-t-il tout de suite. Avec les baisers doux, c'était un échange, mais il ne pouvait pas prétendre que Wufei était Duo dans ce cas, parce qu'il connaissait par cœur l'exacte manière dont Duo répondait à ceux-là et il n'y avait pas moyen que n'importe qui d'autre puisse l'imiter. Alors il décida d'utiliser l'approche plus insistante, pressant ses lèvres fermement contre celles de l'autre garçon.

Duo... Être avec Duo...

Wufei fut surpris quand la main de Yuy glissa de sa hanche à son dos, le pressant fermement contre son corps dur. L'autre main du Japonais glissa de la joue de Chang à l'arrière de sa tête, la lui faisant pencher, et avant que Wufei puisse penser à protester, Heero avait envahi sa bouche et l'explorait, insistant, envahissant, presque passionné.

Ok, il ne se débrouillait pas si mal, mais Wufei n'appréciait pas d'être dominé si facilement. Glissant ses deux mains dans les cheveux drus de Yuy pour entrelacer ses doigts derrière son crâne, se donnant ainsi une manière de manœuvrer sa tête, il lui rendit son baiser juste aussi passionnément, essayant de repousser dans sa propre bouche la langue inquisitive, et ainsi de pouvoir explorer un peu à son tour. Il gagna un peu de terrain grâce à l'effet de surprise, mais ensuite Heero se ressaisit et le combattit âprement pour regagne le terrain perdu.

Il n'y avait pas moyen qu'aucun des deux puisse toujours imaginer être avec Duo, mais aucun ne semblait s'en soucier.

Wufei gémit quand les doigts de Heero s'emmêlèrent dans ses cheveux, proche de son crâne, et tirèrent légèrement. Le Japonais essaya d'utiliser le nouvel angle pour embrasser Wufei plus profondément, mais le Chinois n'était pas disposé à être conquis si facilement et lui mordit la langue, pas assez fort pour le couper mais quand même assez pour l'immobiliser. Heero ouvrit ses yeux pour les sentir se perdre au fond de sombres profondeurs d'ébène, brillant, riant, et très visiblement se moquant de lui. Il soutint son regard, sa main pressant leurs corps plus étroitement ensemble. Wufei relâcha sa prise légèrement, juste une seconde, quand il sentit leurs bas-ventres entrer en contact, juste assez longtemps pour que Heero sauve sa langue et abandonne la bouche de Wufei pour commencer à tracer un chemin de baisers le long de sa mâchoire. Le Chinois tira fortement sur ses deux poignées de cheveux pour rediriger la bouche de l'adolescent brun vers la sienne, et écrasa sa bouche de la sienne, sa langue courant sir le palais de l'autre garçon. Heero gémit dans sa bouche, à moitié à cause du plaisir et à moitié parce qu'il voulait se moquer de la combativité de Wufei, et le repoussa contre le mur, sa paume courant le long de l'épine dorsale du garçon aux yeux noirs. Le léger impact les fit se séparer pour une seconde, et leurs yeux se rencontrèrent.

"C'est étrange, tu ne penses pas?" commenta Wufei, sa voix confuse. Ses lèvres étaient enflées et quelques mèches d'ébène tombaient sur son visage.

"Quoi?" demanda Heero sans vraiment l'écouter, juste fasciné par la manière dont ses lèvres, rougies par leurs baisers, bougeaient avec les mots qui les passaient.

"Nous... comme ça. La..."

Sans avertissement, Heero attaqua sa bouche encore une fois et ils poussèrent l'un contre l'autre, mordillant, se frottant. Leurs langues dansèrent l'une contre l'autre, glissantes de salives mixées. Ils se séparèrent brièvement, cette fois pour apprécier les mains s'enfonçant dans leurs cheveux, symétricalement.

"...La passion... Avec Duo c'est passionné aussi, mais ... plus comme si nous étions en train de travailler ensemble pour le plus de plaisir possible, mais quand c'est... toi et moi... c'est comme... hmmm... comme une compétition... Pour voir lequel des deux... peut en donner plus..."

"Tu sais, tu as raison," rit Heero, mordillant l'oreille de Wufei et soufflant dessus alternativement, "mais... 'Fei?"

"Hmmm?"

Le garçon aux yeux bleus lui jeta un sourire moqueur et lécha le bout de son nez, provocateur.

"Ferme-la et embrasse-moi."

Le Chinois lui jeta un regard féroce et attaqua ses lèvres avec une ferveur renouvelée. Il allait le faire SUPPLIER.

Duo se sécha les mains avec un torchon qui traînait sur le comptoir et regarda attentivement ce qu'il avait préparé. Ca avait l'air okay, et ça sentait bon. Pour une fois il était content de ses talents de cuisinier pour autre chose que le petit déjeuner. Il jeta le torchon sur le dos d'une chaise et se dirigea vers le living room, là où les deux autres étaient la dernière fois qu'il les avait vus.

"Les gars? Le dîner est..."

Ils étaient de l'autre côté de la pièce, entre le canapé et une chaise renversée, Heero dos au mur, ses poignets pressés à la hauteur de sa tête par la poigne ferme de Wufei. Pour ce que Wufei faisait, Duo ne voyait que l'arrière de sa tête, mais d'après l'angle et la manière dont Heero était en train de haleter et de se mordre les lèvres, le Chinois était sûrement en train de faire subir quelque chose d'intéressant à son cou. Et ils étaient pressés l'un contre l'autre, comme s'ils étaient en train d'essayer de s'insinuer sous la peau de l'autre.

"...oh god..."

Se rendant compte de sa présence, Wufei se retourna d'un bond, horrifié, et Heero sursauta. Quand ils le virent à la porte, le garçon aux cheveux noirs pâlit et le brun rougit violemment. Ils avaient l'air de deux poissons tombés hors du bocal. Duo toussa pour dissimuler le rire nerveux qu'il sentait monter dans sa gorge.

Ils avaient l'air de penser qu'il allait leur flanquer des coups de pied au cul. C'était vrai, il était un peu agacé. Mais pour être franc, le majeur problème de Duo n'était pas de la jalousie, mais le fait qu'il avait chopé une telle trique que ça allait commencer à faire mal si ça durait deux minutes de plus. S'il s'était écouté, il leur aurait sauté dessus pour les baiser contre le mur. Mais les regards coupables qu'ils lui envoyaient étaient si horrifiés, et la manière dont ils évitaient soigneusement de se regarder était plus révélatrice que n'importe quoi: ils n'avaient pas eu l'intention de faire ça. Et ils étaient en train de s'en rappeler.

"Cuisine. Maintenant."

Il n'avait pas assez de voix pour ajouter quoi que ce soit.

Résignés et dociles, ils obéirent, le suivant en silence, l'air d'être prêts à essayer de se faufiler dans le premier trou de souris qu'ils verraient. Ils s'assirent à leurs places habituelles autour de la table ronde, les yeux toujours baissés.

Wufei jeta un coup d'œil à Duo, le vit les observer avec une expression indéchiffrable sur le visage, ouvrit la bouche pour lui donner une explication, puis changea d'avis et la referma, baissant la tête pour se cacher derrière ses cheveux lâchés.

"Bon. Z'êtes bien amusés?"

Heero grimaça, et les épaules de Wufei tombèrent.

"Hé, les gars, regardez-moi."

Ca prit du temps, mais éventuellement ils arrivèrent à relever la tête. Duo attendit patiemment qu'ils le regardent avant de commencer à parler.

"Ca vous dérangerait de m'expliquer?"

"On était... on testait, c'est tout..."

"Un test?" répéta Duo, incrédule. "C'est plutôt naze comme explication, tu sais."

Ils grimacèrent de concert.

"C'est de ma faute," dit Heero soudainement, relevant la tête pour regarder Duo dans les yeux. "Avant que tu ne reviennes de ta mission, quand on a parlé de te partager... Enfin, quand on était en train de perfectionner les détails... On avait parlé de combien ce serait bizarre si l'un d'entre nous devait toujours quitter la pièce quand il voudrait un moment avec toi, et... Juste pour voir si on... si on devait vraiment. Quitter la pièce, je veux dire. Enfin... On a essayé de voir si on pouvait se tolérer pendant des situations intimes, peut-être même se sentir... intéressé. Enfin, c'était davantage que j'ai convaincu Wufei d'essayer."

Wufei renifla, puis déguisa le son moqueur en une toux nerveuse. Le convaincre? Il lui avait roulé la pelle du siècle sans avertissement.

"Je vois," répondit Duo sans rien laisser paraître de ce qu'il en pensait vraiment.

"Et aujourd'hui, on... s'est mis à en reparler. C'est tendu entre nous, on n'est pas à l'aise l'un avec l'autre. Et c'est bizarre, parce que pendant un moment, cette nuit-là, on était vraiment proches."

"Alors vous avez vérifié si vous pouviez toujours vous sentir aussi proches."

"Oui..." soupira Heero, baissant les yeux encore une fois. Ca avait l'air si stupide dit comme ça.

"Hé, les gars... Je ne suis pas fâché. Vraiment. Agacé peut-être, parce que vous m'avez jamais dit que vous étiez pas contre expérimenter l'un avec l'autre, parce que j'étais sûr que j'allais devoir trouver une manière de... d'être intime avec l'un de vous sans que l'autre se sente abandonné ou jaloux, mais je suis pas fâché. Ok?"

Ils lui jetèrent un coup d'œil pas très convaincu.

"Comment est-ce que je pourrais être fâché?" dit-il avec un rire malaisé. "C'est le spectacle le plus sexy que j'aie jamais vu. Je suis surpris de pas avoir fait craquer ma braguette vue la vitesse à laquelle j'ai chopé la trique."

Il rit de les voir rougir.

"Juste une chose, les gars."

"Oui?"

"Si jamais il vous prend l'envie d'expérimenter encore une fois, DITES-LE MOI! Je veux pas dire que vous êtes obligés de me demander de participer, vous avez le droit d'essayer ça tous seuls ensemble... Après tout ça la foutrait mal si j'étais jaloux. Quoique je veux pas dire non plus que vous pouvez pas me demander de participer. Ok? C'est plus équitable comme ça. Mais dites-le moi si l'envie vous reprend, si seulement pour que je soie pas totalement pris par surprise quand je vous interromps. Vous en pensez quoi? Nouvelle règle? Vous en parlez avant si vous voulez essayer encore une fois, et vous m'avertissez?"

"... ok pour moi," agréa Heero.

Wufei hocha la tête. Il n'était pas sûr de vouloir vraiment essayer d'être " intime" avec l'autre pilote, pas avant un long moment de toute manière. Se faire prendre par Duo l'avait effrayé, surtout par la manière dont le garçon à la natte avait dissimulé ce qu'il pensait vraiment. Il avait été certain que Duo était furieux, si furieux qu'il ne pouvait même pas dire plus de deux mots sans hurler. Ca l'avait terrifié, de savoir que peut-être ils allaient tous les deux se faire virer de la vie de Duo à coups de pied au cul.

"Pendant qu'on est sur le sujet des... ménages à trois. Au lit, je veux dire. Je ne pense pas être prêt pour ça. Je ne suis même pas sûr que je veux ce genre de relations avec Yuy... sans vouloir t'offenser."

"Je ne suis pas offensé," répondit Heero prudemment.

"Ce que je veux dire, c'est que, oui, je peux... réagir à Yuy... mais je ne suis pas le genre de personne qui saute sur tout ce qu'il aime regarder."

"Tu veux dire que tu me mates?" demanda Heero, stupéfait.

Wufei lui jeta un regard noir pour cacher la manière dont ses joues s'enflammaient. "Comme si j'avais le choix. Si tu ne jouais pas les exhibitionnistes avec tes shorts en spandex..."

"Hé!"

"Si, tu joue les exhibitionnistes, si je n'ai pas le choix de le voir ou non, autant que je l'apprécie!" protesta Wufei.

"Je ne joue pas les exhibitionnistes!"

"Oh, et c'est quoi d'après toi de se promener avec du spandex glué à son corps de la taille à mi-cuisses? N'importe qui peut mesurer ta raie des fesses au centimètre près, Yuy, et quand à ton paquet, je ne veux même pas parler de la manière dont ça l'exhibe! C'est encore plus provoquant que si tu étais nu!"

Heero rougit violemment. "Non mais...!"

Duo explosa de rire, ses épaules secouées d'éclats incontrôlables. Les deux Asiatiques le fixèrent des yeux, leur dispute coupée court.

"...Désolé, les gars, mais on est totalement hors sujet là..."

Wufei toussota, surpris lui-même d'être allé aussi loin juste pour prouver un argument. "Je voulais juste dire que je ne veux pas coucher avec quelqu'un pour qui je ne ressens rien."

Heero baissa les yeux vers la table pensivement. Alors, Wufei ne ressentait rien du tout pour lui... à part peut-être leur étrange amitié-rivalerie? Il se sentait... déçu. Oui, c'était ça. Il n'était pas trop sûr de ce qu'il avait espéré, mais ...

Une main à la peau couleur bronze toucha son poignet, et il releva les yeux.

"Je ne veux pas dire que... je ne t'apprécie pas du tout, Yuy. Mais... c'est assez pour s'embraser de temps en temps, je suppose... mais je ne suis pas sûr que ça soit assez pour aller jusqu'au bout. Est-ce que tu comprends?"

Les yeux noirs, si profonds de Wufei étaient fixés sur les siens, essayant désespérément de lui faire comprendre quelque chose...

Wufei se sentait attiré par lui, physiquement du moins, mais s'ils se laissaient aller avec ce que leurs hormones leur disaient et couchaient ensemble, il le regretterait ensuite, parce que ça aurait juste été un accouplement animal, pas quelque chose exprimant quoi que ce soit -- et donc sans aucune valeur. Heero ne savait pas si c'était obligé d'être amoureux pour faire l'amour, mais au moins si on voulait que ça soit plus que de la baise, les sentiments devaient être d'une nature plus tendre que de la simple amitié, et pour le moment c'était la seule chose qu'il y avait entre eux, si même on pouvait appeler leur étrange relation faite de respect et de rivalité comme ça.

Le Japonais hocha la tête lentement, montrant qu'il comprenait vraiment.

"Je n'ai jamais eu de relation de quelque sorte que ce soit avant Duo, tu sais..." murmura-t-il en guise d'excuse.

"Je sais, Yuy. Ne t'inquiète pas pour ça. Tu verra, peu importe ce qui se passe entre toi et moi, on continuera à faire marcher tout ça," dit le Chinois d'une voix basse et intense.

"Ouais..." agréa Duo d'une voix douce. "On communique au moins, et c'est la seule chose vraiment importante. Aussi longtemps qu'on parle des choses qui vont pas, ça ira. Bon, on aura sans doute des accrocs, c'est inévitable, mais c'est pas important, et ça sera pas irréparable. Et si on fait des erreurs... On en parle et on arrange ça. Ok?"

"Oui," répondit Heero avec un petit sourire. "Comme nous deux au début..."

"Exactement comme ça," agréa Duo, lui donnant un large sourire. "P'tain, on s'engueulait bien."

"Vous aviez des problèmes?" demanda Wufei, surpris. Ils avaient paru être en harmonie si complète quand, de retour d'une mission, Duo lui avait dit que Heero et lui étaient ensemble et est-ce que ça le dérangeait? Bien sûr, il avait dit non, que ça ne le dérangeait pas, mais ça n'était pas vrai. Pas pour la raison pour laquelle Duo avait cru que ça poserait problème, alors techniquement ce n'était pas un mensonge. Ils avaient eu l'air si heureux...

"On avait juste des problèmes à se dire ce qu'on voulait vraiment, c'est tout... On a appris à communiquer assez vite. On aura juste à le refaire à trois. On promet qu'on se parlera quand quelque chose ne va pas?"

"Promis," répondirent les deux autres d'une même voix.

"Je promets aussi. A part ça..."

"Oui?"

"Vous m'en devez une pour la séance de roulage de pelles dans le salon."

Les deux Asiatiques clignèrent des yeux et échangèrent un regard confus.

"Vous m'avez donné le choc de ma vie. Et Wufei, t'as frotté contre Heero et j'ai même pas encore conclu avec toi. Je veux une compensation."

"Mais..." bégaya le garçon.

"Pas de mais! T'étais en train de lui mordiller le cou et de te frotter contre lui! Et moi tout ce que j'ai fait c'est de te passer une main à travers ton pantalon, et je suis ton petit ami officiel! Je. Veux. Une. Compensation."

"Okay," accepta Wufei, soupirant. "Qu'est-ce que tu veux?"

"Hmm... Tu devras faire quelque chose pour moi. Je te dirai quoi quand je saurai ce que je veux. Et Heero, pareil pour toi. Je t'ai pas vu te débattre trop violemment..."

"... ok, ok... " soupira Heero pour le pacifier.

"Hé, maintenant que j'y pense... Qu'est-ce que tu es pour moi?" demanda Wufei à Heero, pensant à l'expression 'petit ami officiel' de Duo.

"Tu veux dire quoi?"

"Eh bien, Duo est mon petit ami. Tu es l'amant de Duo. Mais toi et moi...? Comment je t'appelle? Je ne peux pas juste dire que tu es un ami non plus. Sally est une amie et il n'y a pas moyen que je partage qui que ce soit avec elle!"

Ils ricanèrent tous brièvement, puis redevinrent sérieux.

"...J'ai juste besoin d'un titre, je suppose," répondit le garçon aux cheveux noirs avec un haussement d'épaules.

"... Partenaire?"

"C'est vague..."

"C'est parfait pour une relation toujours en pleine évolution alors," répondit le Japonais, mettant fin à la conversation en commençant à manger. "Bon sang. Une autre règle."

"Heu, ouais?" demanda Duo, arquant un sourcil surpris.

"On attend après le dîner pour les conversations sérieuses."

"Pourquoi?"

"J'ai horreur de manger froid."