Le regard bleu de l'univers


Jim possédait les yeux les plus bleus qu'il n'avait jamais été donné à Bones de voir.

Le gamin portait les étoiles qui l'avaient vu naitre.

Était-ce une conséquence de sa naissance dans l'espace, au même titre que son système immunitaire aberrant, et ses allergies à foison ?

Bones devait l'admettre, les yeux de Jim le fascinaient.

Ils étaient si bleus, qu'ils semblaient porter la galaxie entière.

Bones les adorait.

Si on lui demandait, évidemment, il grognerait qu'il n'en avait rien à cirer.

Il avait une réputation à faire respecter.

Les yeux du gamin étaient le miroir de son âme.

Tout le monde savait à quel point Jim Kirk était une boule d'émotions sur pattes.

Mais tout le monde ne parvenait pas à les déchiffrer.

Bones connaissait chaque nuance du regard de son ami.

Colère, inquiétude, fatigue, joie, ravissement devant les merveilles de l'univers, agacement devant la bêtise de la bureaucratie, fureur lorsqu'un de ses hommes était blessé, panique lors d'une nouvelle crise allergique..

A chacune de ces émotions était associé un regard.

Bones les avait tous catalogués, avec toutes leurs nuances, et adaptations.

Il était un médecin, damnit, qu'est-ce que vous attendiez de lui ?

Ne pas connaitre son patient ?

Ne pas s'inquiéter pour son ami ?

Ne pas veiller sur son abruti de suicidaire de capitaine ?

Etait-ce sa faute, si les yeux de Jim brillaient comme une supernova à chaque seconde de la journée, chaque instant passé ensemble ?

Le gamin possédait les plus beaux yeux de l'univers.

Et Bones n'en était absolument pas amoureux, non, merci.

Mais cela ne l'empêchait pas d'être fasciné.

Médicalement parlant, bien sûr.

Comment pouvait-on faire tenir autant d'étoiles dans une si petite zone ?

Existait-il un moyen d'en reproduire l'effet ?

Bones n'avait pas le choix, il devait analyser ce mystère.

Pour des raisons purement scientifiques, bien sûr.


Les yeux de Bones semblaient constamment en colère.

Jim les adorait, et ne se privait pas de le lui dire.

Bones roulerait des yeux, avant de le frapper, gentiment.

-Garde tes roucoulades pour toi, gamin. Pas de ça avec moi !

Bones roulait des yeux, souvent.

Ce n'était pas la faute de Jim, absolument pas.

Pas spécifiquement, en tout cas.

Bones roulait des yeux constamment.

Si Jim en était une des causes principales, était-ce sa faute, vraiment ?

Bones se faisait trop de souci.

Bones avait toutes les raisons du monde de se faire du souci.

Jim le savait, il n'était pas facile à vivre.

Combien de fois avait-il vu son ami le fixer avec inquiétude, ou agacement ?

Combien de fois avait-il été la cible de ce regard bleu tendu, angoissé ?

Jim se blessait tout le temps, et Bones ignorait s'il trouverait toujours une solution pour le soigner.

Depuis qu'il était décédé, et revenu à la vie (grâce à lui, grâce à Bones, et à Spock aussi, mais aussi Bones, Bones qui avait fait les tests médicaux, Bones qui avait tenté l'impossible), le médecin semblait froncer des sourcils, éternellement.

Jim devait l'admettre, il s'en sentait coupable.

- Tu ne descends nulle part sans moi, Jim ! Il n'y a que moi qui sais te soigner ! Cesse de rouler des yeux, gamin ! Tu es peut-être un petit con irresponsable, mais je suis ton médecin !

Les yeux de Bones brillaient d'inquiétude, et de colère à peine ravalée.

Jim soupira, avant d'hocher la tête, et presser gentiment son bras, le fixant de son regard bleu trop clair, et trop brillant.

-Ok. Pas besoin d'aboyer comme un chien galeux.

-Tu vas voir si je suis..

-Bones.

Un long silence s'en suivit, alors que les deux hommes se fixaient au milieu des regards nerveux de l'équipage.

Et puis Bones fronça un peu plus des sourcils, avant d'enfoncer son doigt sur le visage moqueur de Jim. Le médecin siffla, avant d'appuyer sur son front.

-Si tu reviens blessé..

-Je ne serai pas blessé.

-Tu es toujours blessé !

-Je ne serai pas blessé !

Uhura roula des yeux, alors que le duo recommençait à se chamailler.

Ces deux-là se souciaient beaucoup trop de l'autre pour leur bien.

-Damnit, Jim !

Un sourire étira ses lèvres lorsqu'elle entendit la porte du réfectoire se refermer en claquant derrière le médecin, en même temps que le capitaine se laissait tomber en soufflant à table.

Jim et Léonard étaient bien plus faciles à lire qu'ils ne le pensaient.

Si leurs paroles n'étaient pas suffisantes, leurs regards parleraient pour eux.

Après tout, Uhura était une experte en communication.

Et elle n'avait aucun problème à déchiffrer leur amitié.