IV – Réactions et Interviews

L'auteur s'est emparé de sa plume à papote afin d'aller à la rencontre des connaissances de ses héros et recueillir leurs réactions, dont voici quelques extraits. Du rires, des larmes, du sang sont au rendez-vous. (Comme le précédent bonus, était prêt depuis des années… ou presque. Il ne manquait que la fin, qui ne pouvait être écrite qu'au dernier moment :).)

o

o

o

- Entretien °1 : Neville Longbottom (élève de Severus Snape)

N.L. : J'ai pas compris. C'est qui, ce Sirius Black ? C'est pas un dangereux criminel ? Et Severus Snape, c'est un parent de notre professeur de potions ou c'est juste une coïncidence ?

o

o

o

- Entretien °2 : Miss Hermione Granger (élève de Severus Snape, amie de Sirius Black)

H.G. : Je suis… profondément choquée, je dois dire.

Ah oui ? Qu'est-ce qui vous a le plus choqué dans Chiche ! ? Les scènes de sexe… ?

H.G. : Les préjugés envers les homosexuels. Cette scène du chapitre 14 où les inconnus des toilettes amalgament homosexualité et pédophilie…! C'est révoltant. C'est d'ailleurs ainsi qu'on a déformé le sens du mot pédérastie, vous savez. (…) Et voyez, de nos jours encore l'homosexualité se cache comme un hideux secret ; pour tout vous avouer j'ai d'abord cru que le professeur Lupin était gay avant de découvrir qu'en fait il était juste un loup-garou. (…) J'ai formé une nouvelle branche de la S.A.L.E. qui concerne les elfes de maison homosexuels en particulier, mais personne n'y est encore inscrit, je suis un peu déçue. (…) J'ai de grands projets pour que rêgne l'égalité entre les hommes (…). Si vous parainez un ami à vous, je vous offre un badge ! (…) J'ai un rêve qu'un jour (…) tous les hommes se tiendront par la main et feront un cercle autour de la terre (…) bien sûr cela demande des fonds (…) et j'ai en projet quelques nouvelles associations (…) (…) (…). Je comprends bien que vous veuillez poser vos questions mais pourriez-vous cesser de m'interrompre ? Merci.

o

o

o

- Entretien °3 : Ron Weasley (élève de Severus Snape, ami de Sirius Black)

R.W. : … Hein ?

o

o

o

- Entretien °4 : Harry Potter (fils de James et Lily Potter, filleul de Sirius Black, élève de Severus Snape)

Bonjour, Harry.

H.P. : …

Hum… Tu as eu connaissance il y a peu de la passion éphémère qui lia ton parrain à ton professeur de Potions, m'a-t-on dit. Comment as-tu réagi à cette révélation ?

H.P. : … (regard vide de l'interviewé)

Euh… Harry ?

H.P. : (murmures incompréhensibles)

Pardon ?

H.P. : Lui… et… Sirius… Tous les deux…

Qu'en as-tu pensé ? Étais-tu touché, ou bien révolté ?

H.P. : Ils ont même… ensemble… Mon Dieu… Je savais que Sirius était un chien mais… pas qu'il était zoophile…

Ahaha… Ha… Tu as le… même humour que ton père, Harry… hum… Dois-je en déduire que tu désapprouves cette union ?

H.P. : (relevant enfin les yeux, le regard toujours un peu creux) Je n'en veux pas à Sirius, vous savez… pas vraiment… Je suis intimement convaincu qu'il agissait sous l'influence d'un Imperius…

Je regrette de te contredire, Harry, mais…

H.P. : Il serait en effet très regrettable que vous me contredisiez. Je m'entraîne au avada kedavra pour ma lutte finale avec Voldemort, en ce moment.

Mais, Harry… N'es-tu donc pas ému par la pureté de cet amour impossible qui prit fin dans d'aussi tragiques circonstances… ?

H.P. : C'est mon parrain. Et lui, là… l'autre… c'est mon professeur.

Je sais, oui…

H.P. : Et ils avaient mon âge… C'est comme si moi et… je ne sais pas… Malfoy… (s'aggripant les cheveux) Oh, visions d'horreur, sortez de ma tête !

Huhuhu. C'est comme ça que ça commence, et puis…

H.P. : (brandissant sa baguette) ET PUIS RIEN DU TOUT !

Oui… Je veux dire, non… bien évidemment… Baisse cette baguette magique, mon garçon…

H.P. : Et Snape il est moche, d'abord ! Ça ne tient pas debout un seconde ! C'est trop nul ! Je vais le dire à Molly ! °s'enfuit en pleurnichant°

o

o

o

- Severus Snape et Sirius Black se sont refusés à tout commentaire.

o

o

o

- Molly Weasley a fait cette seule déclaration :

M.W. : J'ai toujours su que ce Sirius Black était un type louche !

On dit qu'elle a demandé le transfert du professeur Snape dans une école de filles.

o

o

o

- Entretien °5 : Victor Hugo (écrivain célèbre)

V.H. : Cette fanfiction est un pur chef-d'œuvre.

Oh, Victor, vous me faites rougir !

o

o

o

- Entretien Ultime : Arcadiane (auteure)

Bonjour Arcadiane.

Bonjour, euh… Arcadiane.

Faisons comme si nous n'étions pas schizophrènes le temps de cet entretien, voulez-vous ? Appelez-moi Arca.

D'accord… Arca.

Bien. Arcadiane, vous êtes l'auteur de Chiche !, récit homoérotique qui a connu un succès tout à fait démesuré, selon la critique, pour sa qualité véritable.

… Vous faites pas dans la flatterie, vous, hein ?

Je suis vous, et nous sommes très autocritiques.

Certes. Oui, donc, c'est bien moi.

Pourquoi avoir choisi le couple Sirius Black et Severus Snape ? C'est loin d'être un couple courant dans le fandom. Qu'est-ce qui vous a fait aimer ce couple en particulier au point de vouloir écrire votre fanfiction dessus ?

Oh, eh bien, plusieurs choses. Déjà, la toute première fanfiction yaoi que j'ai lue était un Snape/Black ("Snack"). Il s'agit de Shade More Than Man de Acamar, que l'on peut lire ici sur ffnet. C'était avant la sortie du tome 5, donc encore possible selon le canon, et j'ai été assez emballée.

Snape et Black sont mes personnages préférés, avec Remus. De plus, ils ont une dynamique très intéressante. Ils ont un passé assez vilain tous les deux, c'est un obstacle majeur – mais les obstacles n'existent que pour rendre la romance plus intéressante, c'est bien connu ! Par ailleurs, on les imagine assez mal devenir complètement mielleux. Moi, j'aime les couples qui se balancent des assiettes à la figure avant de faire l'amour sur la table de la cuisine. Sirius et Severus me permettent de faire ça.

Cette fanfiction que vous avez citée, Shade More Than Man, auriez-vous un extrait favori à nous présenter ?

Huhu, pourquoi pas. Un échange de lettres que j'aime bien. Après que Sirius ait inicié sans crier gare des rapports un peu plus intimes entre eux, Severus lui laisse un mot…

Black,

(…) I am concerned. Your prolonged isolation in the dungeon, with only myself as a company, must have had an adverse effect on you. The sudden affinity you feel towards the person who fed you, washed you and brought you necessary potions may well be a side-effect of this isolation. I'm afraid you might eventually fall into the same trap as I did, avoiding leaving the dungeons to go into the outside world.

I've left warm robes and a coat for you in the wardrobe. If you feel strong enough, I suggest you go to visit Hagrid. We'll meet again at dinner.

Ce à quoi Sirius répond :

Dear Severus,

I appreciate your concerns. Your nobility is breath-taking. Let me make my own suggestion: why don't you take your paranoia and stuff it up your Slytherin arse, you twisted little punk? I stroke you and you stroke me, how hard is that to get? It's not payment, it's not hostage complex, it's not exploitation. It's about our mutual pleasure. If you don't want me to talk about it, say so, and I'll shut up. It'd be a pity, though.

PS. And it's not sudden.

Ce à quoi Severus répond :D :

Black,

I have to admit your simplistic vision of human relationships holds a certain appeal. Rest assured that I'm not trying to deter you. I am, however, trying to make it absolutely clear that I won't accept any regrets and grudges when your sanity--or what passes for it--returns.

PS. Not sudden doesn't equal three days.

Sirius chewed absent-mindedly on the rose's stem and thought about it. Severus Snape's Sex Disclaimer: We Don't Accept Refunds. What now?

Severus,

I'm happy to see we are getting somewhere. I'll see you tonight. We don't have to do anything you're uncomfortable with. I just enjoy your company.

PS. How about 25 years?

J'adooore XD.

Aviez-vous un plan à l'avance, sur ce qui allait se passer, ce que vous vouliez qu'il se passe, comment ça allait se passer et surtout, pourquoi ça allait se passer ?

Pas exactement. Quand j'ai commencé, j'avais en tête un comédie yaoi légère à la Lychee. Partir d'un prétexte aussi banal que le pari ne me dérangeait pas, je ne cherchais que la romance douce et le comique de situation. Ceci dit, assez tôt j'ai su que ça finirait mal ! Et une fois arrivée au premier baiser, j'ai commencé à construire un plan, car c'est alors que les choses allaient se compliquer. Les premiers émois étaient faciles à dépeindre, j'ai beaucoup improvisé. Mais à partir du chapitre 10, tous les événements majeurs étaient planifiés assez longtemps à l'avance. Je trouve qu'on sent d'ailleurs que la seconde partie de la fic est bien plus travaillée que la première. Elle est aussi moins légère, sans doute…

Des impressions sur ce que vous avez écrit ? Sur l'évolution de votre écriture (car cela fait longtemps que vous êtes dessus donc forcément, vous avez évolué sur la même histoire) ?

Oui, comme je le disais, on sent une évolution dans la fic. J'ai appris beaucoup en écrivant Chiche, sur l'écriture en général et mon écriture en particulier. J'ai appris à être plus désinvolte : à parsemer mon texte de lignes scénaristiques que je pourrai réutiliser plus tard, même si je ne sais pas encore comment, et à ne pas m'en faire parce qu'au final tout s'ajuste bien tant qu'on n'oublie rien. J'ai réalisé mes points faibles (les scènes d'action, notamment) et mes points forts (l'humour, les dialogues). Quelque part, en écrivant cette fic, j'ai trouvé comment je voulais écrire. Mon écriture manque toujours de maturité, mais je la contrôle mieux et j'écris plus facilement qu'autrefois.

Vous pensez avoir été fidèle aux persos ou bien assez OOC ?

J'ai essayé d'être In Character, mais je sais que certaines fois, souvent par paresse, j'ai fait des écarts plus ou moins pardonnables à la personnalité des personnages. Un truc assez mauvais que j'ai utilisé à fond dans les premiers chapitres, c'est de faire faire ou dire quelque chose d'OOC à un personnage, et ensuite de le souligner comme OOC (à l'aide d'une pensée du personnage, ou d'une remarque d'un autre). Du coup, le lecteur qui se dit "eh, c'est pas trop son genre de dire/faire ça !" est réconforté en voyant que l'auteur en est conscient et le fait exprès. Mais bon. C'est assez petit, comme procédé. J'le ferai plus, j'vous jure.

Pas trop dur de faire du comique et du angst à la fois dans une même fic ?

Pas du tout ! Je trouve que l'angst devrait toujours être accompagné d'humour, sans quoi il devient facilement barbant. L'humour peut se suffire à lui-même, je suppose, mais en romance j'aime les grands drames.

Comment s'est passée l'introduction des personnages originaux ? Tu leur donnais quelle place dans la fic et pourquoi le choix d'y avoir recours ?

J'ai toujours eu en tête de limiter au maximum le nombre de personnages originaux, parce qu'en tant que lectrice de fanfictions, je les trouvais généralement assez peu intéressants. Il ne devait pas y en avoir autant au début, et ils ne devaient certainement pas occuper une place aussi importante. Ce sont uniquement les besoins scénaristiques qui les ont fait émerger. Je me suis appliquée autant que possible à en faire de vrais personnages qui tiennent debout et ils sont assez bien passés dans l'ensemble, même si par exemple je ne suis pas très contente de ce que j'ai fait avec Lenna. Gwen s'est imposée toute seule, par contre. Dans le premier chapitre où elle apparaît, elle était censée être stupide et insupportable. Mais Severus avait besoin de quelqu'un qui comprenne ses histoires de cœur compliquées et c'est comme ça qu'elle est devenue "précoce".

Qu'est-ce qui vous plait dans l'écriture ? Pourquoi être passée par la fanfic ? Comment êtes-vous entrée dans la fanfic (en temps que lectrice et auteuse) ?

L'écriture c'est quelque chose de nécessaire, je pense. Tout le monde devrait écrire s'il s'en sent capable, que ce soient des histoires de mille pages ou quelques lignes dans son journal intime. L'écriture favorise la réflexion, l'introspection, la curiosité, l'observation… C'est bon pour l'esprit. Après, moi, j'aime être lue – comme beaucoup ! – et ça fait un certain temps déjà. Peut-être parce que j'ai toujours été introvertie et que je lisais beaucoup, j'ai eu assez jeune une aisance avec l'écriture qui a été remarquée et félicitée par mes professeurs. On aime généralement ce dans quoi on est bon, et j'y ai pris goût sans prendre garde… Ceci dit, je n'ai aucun talent inné et ce que j'ai pu écrire jusqu'à l'âge de 17 ans était plutôt mauvais. À cet âge, une amie m'a fait découvrir la fanfiction, et au bout de quelques mois, je me suis mise à en écrire à mon tour. J'ai eu un succès facile et raisonnable avec Le journal de Snape, et quand je l'ai eu fini, mon goût pour le yaoi s'étant largement développé, j'ai commencé Chiche!. Il est extrêmement satisfaisant et encourageant d'avoir un contact direct avec son lectorat, et c'est certainement ce qui fait que la fanfiction est un passe-temps aussi agréable.

Vous avez choisi de faire une fanfic qui se classe plutôt dans la romance ; vous comptez écrire plutôt de la romance par la suite ou bien alors, quel genre plutôt ?

En fait ce que j'aime ce sont les rapports humains à tous les niveaux, même si les rapports les plus intimes me sont les plus intéressants. La romance et les amitiés très fortes, mais aussi les haines intenses, m'intéressent tout particulièrement.

Vous avez depuis commencé une nouvelle fanfiction à chapitres, La colo, si je ne m'abuse ? Vous avez dit vouloir, avec ce nouveau projet, faire une fanfiction parfaite. Qu'est-ce qui fait que La colo sera meilleure que Chiche ?

J'ai beaucoup appris des erreurs que j'ai commises avec Chiche!. Ce sont des erreurs que je ne referai probablement pas. Par ailleurs, c'est une fanfiction plus mature. Les personnages sont adultes, ils ont derrière eux tout ce passé qui fait que je les aime tant, les obstacles sont plus difficiles à contourner sur le chemin du bonheur, mais je tiens à ce qu'ils l''atteignent parce que Rowling les en a privés. En fait, le but inavoué de La colo, c'est ça : réparer Sirius, Severus et Remus, à grands coups de All You Need Is Love.

Quels sont les auteurs (de livres ou de fanfics) qui vous ont influencée ?

J'ai déjà cité la grande Lychee et son humour décapant… Il y a aussi eu Lady Jaida, mon auteur de fics préféré de tout l'univers, qui écrit le fluff adolescent bien mieux que moi depuis bien plus jeune ! Mais au niveau des auteurs publiés (quoique Jaida soit maintenant un auteur publié, haha), c'est difficile à dire. Marie-Aude Murail est l'auteur qui m'a donné envie d'écrire (pour la jeunesse).

Quel est votre personnage préféré de HP ? (non, tu n'as le droit d'en dire qu'un seul ! N'insiste pas, j'ai dit un ! :P)

Ginny ! XD Haha, non, non, hum. Il y a un ou deux ans encore, j'aurais répondu Severus Snape. Il est évident que c'est le meilleur personnage des romans. Il est le plus complexe, le plus tragique, le plus étonnant, le plus intéressant. Il a longtemps été le plus agréable à écrire pour moi, le plus drôle à tourner en dérision. Mais… Mais aujourd'hui mon amour pour Sirius est infini, et quand je vois que j'ai toujours moins aimé le Snupin que le Sirius/Remus ou le Snack, je me dis que j'ai peut-être toujours eu une petite préférence pour lui. Ne serait-ce que parce que l'immense majorité des gens préfère Severus, et que j'aime bien ne pas faire partie de l'immense majorité ! Cela dit, c'est quand même cruel de devoir choisir entre ses deux chouchoux et je maintiens que Severus est autant une part de moi que Sirius. Alors que je n'ai jamais réussi à m'impliquer autant dans Remus…

Un petit mot pour finir ?

Cette fois, c'est vraiment la fin… Ça fait longtemps maintenant que j'ai rangé Chiche! au placard. Je n'y pense plus, ne la relis plus, c'est à peine si je sais encore ce que cette histoire raconte. Je ne l'aime plus vraiment, notre histoire d'amour fusionnel est enterrée. Mais en laissant traîner ces bonus, j'avais le sentiment de ne pas me résoudre à signer les papiers du divorce… Alors voilà, ça y est. Chiche est enfin finie. J'espère qu'elle pourra continuer à faire battre le cœur des midinettes fières de l'être à travers le fandom francophone. Ma vie continue sans elle mais je n'oublierai jamais ce qu'elle m'a apporté. Merci à tous ceux qui l'ont lue, aimée, détestée, tous ceux qui m'ont laissé des messages, tous ceux qui se sont tu mais n'en pensaient pas moins. Cette fic n'aurait pas existé sans vous, et je ne serais pas non plus celle que je suis aujourd'hui, sans vous.

Et je vais m'arrêter là avant d'avoir une poussière dans l'œil.

J'avais dit un petit mot, hein, Miss Larmichette…

Oh, ta gueule.

o

o

o

Credits : La plupart des questions de la dernière interview m'avaient été posées par ma love/hate Onze_, que je remercie du fond de mon cœur tourmenté par notre amour impossible.