Un héraut pas comme les autres

Attention fic Yaoï

police bleu parole par la pensée.

Caoilte, merci de ta review et ton français s'améliorera en l'écrivant et en le lisant. Fait des traductions de ta langue en français.

Chapitre 3

Haven (2eme partie)

Je me réveillais tôt le lendemain matin.

« Bonjour, Luni.

Bonjour, amie. Il te faudrait un nom.

Pourquoi faire ?

Pour notre plaisir à tous les deux.

D'accord, choisis-le.

Merci. Je te laisse, je vais me préparer pour aller rejoindre nos amis

A plus tard. »

Je n'aurais jamais cru que j'allais lui proposer de lui donner un nom. Pendant que je me préparais, je lui cherchai un nom qui lui irait bien.

« - Bonjour, Luni. As-tu bien dormi ?

- Oui, Maria. Le héraut Raoul, n'est-il pas réveillé ?

- Si, il est avec son compagnon.

- Je voudrai dire au revoir à votre mari et à vos enfants.

- Bien sur, Luni. Mange et, pendant ce temps, une servante les préviendra.

- Merci, Maria. J'espère que je pourrai soigner le compagnon.

- Je suis sur que tu y arriveras surtout avec l'aide de ton amie.

- Justement, je cherche un nom à lui donner.

- Voyons, c'est du quartz et transparent.

- Il y a le cristal et si on enlevait le L, ça ferait Crista.

J'adore.

- Allons-y pour Crista. »

On discuta pendant que je finissais de manger. Blaise et leurs deux enfants vinrent nous rejoindre ainsi que le héraut-mage.

« - Luni, ton demi-poney ne pourra jamais suivre la cadence de Roma.

- Mais comment… ?

- Tu monteras avec moi.

- Oui, héraut-mage Raoul. »

On alla rejoindre Roma qui était déjà prête.

« - Je préviendrai mes parents pour Marron.

- D'accord, Luni. Au revoir, Luni et prend bien soin de toi.

- Oui, Maria, mais j'ai Crista qui s'occupera de mes oublies.

Exacte.

- Au revoir, Maria. »

Je fis une bise à tous en leur disant au revoir.

« - Au revoir, Mallory et prend bien soin de toi.

- Toi aussi, Luni et fait un bon voyage. »

Je l'embrassai sur la bouche et rejoignis Raoul qui m'aida à monter sur Roma puis il se mit derrière moi.

« - Allons-y, Roma. On va d'abord chez Lunicorne. J'ai vu ta pierre, Luni. Pourrai-je la voir de prés ?

Accepte, Luni.

- Bien sur, héraut…

- Raoul, quand on est seul.

- Oui, Raoul. »

Je me tournais vers lui et lui mis la pierre-cœur dans sa main.

« - 5 cm sur 5 cm, en forme de cœur et sa transparence est aussi pur que le cristal de roche mais ça n'en ai pas.

- C'est un cadeau d'une amie cher à mon cœur. C'est elle qui m'a appris à me servir de mes pouvoirs.

- Et lequel ?

- Je suis un adepte-guérisseur mais je devrais en rencontrer un autre pour vérifier qu'on n'a rien oublié dans mon apprentissage.

- On verra ça, arrivé à Haven.

- Oui, Raoul. C'est chez moi, on est déjà arrivé ?

- Oui, ton poney aurait mis toute la journée, les compagnons la moitié.

- Moi, je me téléporte, c'est plus rapide.

- Tu dois connaître les lieux avant de le faire.

- C'est l'inconvénient. Je suis sur que je trouverai une solution pour atteindre plus vite les lieux que je devrai guérir.

- ça, je te croix, Luni. Je t'aide à descendre.

- Merci, Raoul. »

Il descendit mais il n'eu pas besoin de m'aider car mon père m'avait déjà attrapé.

« - Mon fils, tu es revenu. As-tu fini ton travaille ?

- Oui, papa et voilà, mon cadeau. Elle s'appelle Crista.

- Bonjour Crista. Prend bien soin de mon fils.

Oui, je prendrai soin de mon ami.

- Merci, Crista. Luni, je paris que tu veux voir ton frère et ta mère. Ils doivent être dans le petit salon.

- J'y vais, papa. Papa, je te présente le héraut-mage Raoul et son compagnon Roma. »

Je les laissai tous les trois et entra dans la maison rejoindre mon petit frère et ma mère.

« - Maman, Clément, je suis content de vous voir. Je vous présente Crista, mon amie. Pas la peine de le lui demander, elle prendra très bien soin de moi.

- Je sais, mon chéri puisqu'elle l'a fait pendant les quatre ans de ton absence.

- Disons, trois ans et demi.

- Luni, bise.

- Oui, mon frère. »

Je lui fit une bise ainsi qu'à ma mère.

« - Quand Clément et le héraut-mage seront couché, je voudrai vous parler à papa et à toi.

- D'accord, Luni. Veux-tu jouer avec ton frère ?

- Oui, maman. »

Pendant qu'on jouait tous les deux, ma mère partit.

Le soir, après que Raoul et Clément soient dans leur chambre.

« - Alors notre fils va aller à Haven en tant qu'adepte guérisseur ?

- Oui, papa. J'ai quelque chose à vous dire et j'en ai eu la confirmation hier.

- Mallory nous avait parlé de tes doutes sur tes préférences amoureuses.

- Tant mieux, ça m'évitera tout un spich dessus. Je préfère les garçons.

- Tu portais bien son nom.

- Oui sauf pour ce que je suis.

- Exacte, mon fils.

- Papa, as-tu fait les papiers pour que Clément hérite avec l'accord royal.

- J'ai tout.

- Bien. Je vais me coucher. Bonne nuit, maman. Bonne nuit, papa. »

Ils me le souhaitèrent aussi et je partis dans ma chambre.

Ma mère ordonna à Raoul de me laisser me reposer trois jours. C'est ce qu'il fut obligé de faire puisque je dormis pendant tout ce temps et me réveillai juste pour les repas. Le quatrième jour, on partit tous les deux et on arriva quatre jours plus tard à Haven.

« - Qui veux-tu voir en premier ? La reine ou le compagnon malade ?

- Le malade.

Tant mieux, il est inquiet.

- Qui est inquiet ?

Son héraut et ami.

- Alors, allons-y. »

Ils m'emmenèrent dans le champ des compagnons.

« - Raoul, est-ce l'adepte guérisseur ?

- Oui mon ami, c'est lui. Je vous présente Lunicorne Frelennye.

- Bonjour, à tous. Où est le compagnon malade ?

- C'est par ici, adepte guérisseur.

- Déjà, pas de titre avec moi tant qu'un adepte guérisseur ne me l'aura pas dit officiellement et, surtout, on doit m'appeler par mon prénom qui est Lunicorne. Je vous suis.

- Les hérauts sont allés chercher un gamin pour sauver un de leurs chevaux.

Comment osez-vous traiter quelqu'un de plus haut placé que vous comme un moins que rien !

- C'est…

- Fureur, tu te calme.

Non, pourquoi devrais-je le faire ?

- Parce que, mon ami, on ne répond jamais aux imbéciles.

Et vlan, dans les dents.

- C'est à qui, cette voix féminine ?

- Elle s'appelle Crista, monsieur et c'est ma pierre.

- Flammechant, vient voir la pierre du jeune Lunicorne.

- J'arrive.

- On parlera d'elle plus tard, d'abord le compagnon.

C'est ma mère. Pourras-tu la sauver ?

- Je ne sais pas, Fureur. »

Un homme était assis par terre et le compagnon était allongé en ayant la tête sur ses cuisses. Je m'approchais du compagnon.

« - Veuillez tous partir. Vous me gênez. Le cavalier reste avec moi. Ainsi que Raoul et les deux adeptes. »

Tous partirent.

« - Que dois-on faire ?

- Rien, je voulais juste me débarrasser des curieux et des imbéciles. Flammechant, je voulais que vous restiez parce que j'ai besoin de savoir ce qui me manque pour devenir adepte guérisseur, An'desha, pour vous tenir compagnie et Raoul, c'est aider votre amant. Bon, je m'y mets. Crista, on y va.

Je suis connecté.

Bien, moi-aussi. »

Avec l'aide de la magie, je vis ce qu'étaient les compagnons. Je regardai l'aura et vis une lumière anormale au-dessus de sa tête. Je mis ma magie en pause et me tourna vers Roma.

« - Roma, je vais regarder quelque chose mais ne panique pas, d'accord.

D'accord. »

Je fis la même magie que sur le compagnon malade.

« - C'est bon. Merci, Roma.

De rien. »

J'allais plus en profondeur et regarda autour du cerveau et je détruisis une sorte de boule accrochée au cerveau. Dès que ce fut fait, je redonnai de l'énergie et la réveilla.

« - Ma belle, repos.

Oui, adepte Lunicorne.

- Mais je ne…

- Faibe a raison, tu l'as sauvé et tu es un adepte.

- Je te le confirme. Ce qui te manque, c'est la pratique que tu vas faire en faisant ton travaille.

- Oui, Flammechant. Crista, il aurait ressemblé à Flammechant si il avait vécu plus longtemps.

Je ne crois pas. Flammechant est un tayledras. Ils utilisent la magie différemment de Vanyel.

- Qui est-ce ?

- Crista est la pierre-cœur de Lineas-Baires. Je vous raconterai tout plus tard.

Je vais leur montrer, Luni.

- D'accord, Crista. Touchez juste la pierre, elle va tout vous montrer. Je vais me reposer.

Contre moi.

- D'accord, Fureur.

Au faites, tu es mon élu.

- Et je suis pas dans les problèmes moi. »

Je m'endormis sous les répliques de Fureur et le rire de mes nouveaux amis, en étant appuyé contre Fureur.

Je me réveillai deux heures après.

« Merci, adepte guérisseur Lunicorne.

- Pour mes amis, c'est Luni.

Fureur, prend bien soin de ton élu, Luni.

Maman, tu n'as pas à t'inquiéter.

- C'est plutôt à moi de prendre soin de lui.

Vous devez prendre soin de l'un et de l'autre.

- Comme un couple, quoi ?

Oui, si tu veux.

- Si un adepte guérisseur est apparu à Valdemar, je devrais, peut-être, en faire venir une ou un autre.

Un autre et plus âgé que Luni, de 6 à 8 ans d'écart à peu près.

- Célibataire ?

Oui.

- Crista, pas le droit de jouer les entremetteurs.

J'adore le faire et puis ici, j'aurais un plus grand terrain de jeu.

- Bon sang, il nous manque plus qu'un blagueur et on aura la total.

- Ben, vous l'avez.

- Non, Luni, pas toi.

- Et si, moi. »

A la tête qu'ils firent tous, j'éclatai de rire.

« - Luni, j'ai une question à te poser.

- Allez-y, Flammechant, que voulez-vous savoir ?

- Tes cheveux argentés viennent du node mais tes yeux n'ont pas changé, pourquoi ?

- Mes cheveux et mes yeux viennent des séquelles des tempêtes de magie. Mes parents sont normaux, mon petit frère, pour l'instant, l'est mais je suis le seul à être comme ça depuis ma naissance.

- Les tempêtes ont fait énormément de dégât.

- Là, je suis d'accord avec vous. J'ai mon meilleur ami qui va mourir parce qu'il a une maladie non transmissible mais qui le tue petit à petit.

- Es-tu amoureux de Mallory, Luni ?

- Non, mais il m'a expliqué beaucoup de chose. Raoul, comment vais-je faire pour prévenir mes parents pour Fureur ?

- Luni, panique pas. C'est le doyen du Collegium des hérauts qui le fait.

- Vous croyez qu'il me laissera mettre un mot dans sa lettre ?

Oui, il est d'accord.

- Génial, allons le voir. »

La lettre était officielle comme toutes les lettres mais voilà ce que je mis : « Super, j'ai un compagnon et il s'appelle Fureur. Je vais bien m'amuser. Je suis officiellement un adepte guérisseur en plus de héraut. Bonne chance, Clément, c'est toi l'héritier. Bise de Haven. Lunicorne.

Ben, voilà mon troisième chapitre est écrit. Je recherche un nom pour un oiseau lige, un aigle blanc comme les compagnons et pareille pour les yeux.

A suivre…