Ah les veinards ! Lol. J'ai préféré vous postez la fin en même temps parce que je trouvais que ça ne rimait à rien de le poster plus tard donc vous avez droit à deux chapitres.^^ J'espère en tout cas que le duel vous a plu. Je n'ai pas fait de mort (hormis Voldemort et Tom) parce que JK en fera bien assez pour nous deux.^^ Si, par hasard, je n'avais pas répondu à toutes vos questions, n'hésitez pas à me demander et je répondrais dans une review donc il faudra aller voir la page finale des reviews (c'est plus pratique d'autant plus que nous n'avons pas le droit de poster de réponses sans chapitre. J'ai déjà eu des problèmes à cause de ça donc on ne m'aura pas deux fois). Bisous.

Chapitre 24 : Un monde nouveau

Harry n'arrivait pas à réaliser que Voldemort s'était éteint à jamais, qu'il s'en était allé définitivement de ce monde. Le jeune homme ne l'avait connu que ces sept dernières années mais c'était comme s'il avait toujours fait partie de sa vie. Malgré lui.

Le meurtrier avait payé. Il se voulait immortel et pourtant il était mort. A jamais. L'assassin de ses parents avait enfin reçu son châtiment qui serait éternel. Harry avait en quelque sorte vengé tous les êtres qui avaient été victime de sa démence, qui étaient devenus fous ou encore qui avaient du subir les ravages de douleurs et de chagrin qu'apportaient chacun de ses passages dans une famille.

Pour la première fois depuis des années, Harry se sentait libre comme si un poids douloureux lui avait été enlevé. Désormais, personne ne voulait plus le tuer et il pourrait enfin vivre sans avoir à se battre perpétuellement contre la mort. Il se sentait infiniment triste pour tous ceux qui avaient payé de leur vie la lutte contre le mage noir mais se sentait infiniment heureux également que ce cahot, cette peur soient finis. Les enfants avaient enfin droit à un avenir et les parents pourraient enfin vivre.

Bien entendu, il fallait reconstruire ce qui avait été détruit et, pour certains, les cœurs demeureraient à jamais brisés mais le règne du mal avait cessé. Il n'y avait plus de Seigneur des Ténèbres, plus de mangemorts vivants en liberté et ceux qui étaient emprisonnés à Azkaban étaient réellement sous bonne garde, cette fois-ci. Il n'y avait plus de partisans.

Bien sûr, un jour, un nouveau groupe pourrait se reformer en ayant les mêmes idées que Voldemort mais l'espoir était la meilleur arme. Si on gardait l'espoir et que les êtres étaient réunis pour le bien, alors il y aurait une chance. Le bien avait encore triomphé du mal. Ce n'était ni la première fois, ni la dernière. Mais Harry savait qu'il y aurait toujours quelqu'un pour prendre la relève, de chaque côté, et il espérait que le bien serait toujours le plus fort.

A présent, une page était tournée. Il était désormais un homme et voulait vivre comme tel. En combattant Voldemort, puis après sa chute, Harry avait su qu'il ne voulait plus vivre comme cela. Il ne voulait pas vivre dans une guerre perpétuelle. C'est pour cela qu'il avait accepté l'offre de l'équipe de Quidditch d'Angleterre. Il serait donc leur attrapeur jusqu'à ce qu'il soit trop vieux pour continuer. Ensuite, il aviserait. Pourquoi pas professeur à Poudlard ? Lupin avait été prié d'accepter le poste vacant du professorat pour la Défense Contre les Forces Du Mal, à la résignation du Professeur Rogue, qui avait affirmé sincèrement que les potions étaient, en fait, ce à quoi il aspirait mais qu'il ne l'avait jamais réellement compris. Dumbledore restait le directeur et rien ne changeait vraiment pour Poudlard ce qui réjouissait Harry.

Ce collège avait été le seul endroit stable qui l'avait rendu heureux et il remercierait toujours son directeur pour lui avoir donner ces moments-là. A présent, il comptait s'en créer d'autres avec Ginny qui serait bientôt sa femme.

En songeant à son amour, il repensa à Molly Weasley qui ne cessait de pleurer sa joie et sa fierté de voir sa fille unique épouser Harry qu'elle avait toujours aimé. Ron et Hermione étaient, eux aussi, aux anges. La jeune femme brune avait trouvé un poste des plus intéressants au département de recherche du ministère qui se consacrait à trouver l'antidote contre la transformation des loup-garous. Et elle serait accompagnée dans ses études par Ginny. A elles deux, elles trouveraient bien un antidote, se dit Harry, intelligentes comme elles le sont.

A partir de ce moment, Madame Weasley n'était plus sortie de son mouchoir et son visage n'avait réapparu que deux bonnes heures plus tard sous le regard bienveillant d'Arthur Weasley qui ne se contenait plus à l'idée que des moldus entraient dans sa famille. Il avait été promu Ministre de la Magie et comptait faire un décret pour le respect des ceux-ci ainsi que de leurs droits vis à vis des sorciers.

Ron avait accepté la proposition des jumeaux, de s'associer à eux dans leurs affaires et de monter une troisième boutique à Godric's Hollow qui était en passe à devenir la deuxième ville peuplée uniquement de sorciers, après Pré-au-Lard. Il avait affirmé à qui voulait l'entendre que la guerre n'était pas pour lui, qu'il en avait assez vu et préférait faire rire les gens. Hermione pensait plutôt que la véritable raison était qu'il avait toujours nourrit une passion incontrôlable pour les bonbons.

Madame Weasley eut le coup de grâce lorsqu'un hibou lu apporta une lettre de France, de son fils aîné Bill qui l'informait qu'elle serait bientôt grand-mère et que sa femme, Fleur se portait merveilleusement bien.

Harry vit un autre hibou s'approcher et pensa que si Madame Weasley avait un nouveau choc, elle n'y survivrait pas. Mais la lettre était pour lui. Harry l'ouvrit et reconnu l'écriture de Neville qui l'informait que Madame Chourave avait pris sa retraite et que le professeur Dumbledore lui avait demandé de la remplacer ce qu'il avait accepté sans hésitation. La perspective d'avoir le professeur Rogue pour collègue ne le gênait pas puisque celui-ci, apparemment, s'était adouci. On chuchotait que c'était parce qu'il était amoureux et que la femme mystérieuse avait été une de ses élèves. « Rose ! » pensa Harry. Ginny lui avait dit que Rose avait été engagée à Poudlard en tant qu'assistante de Madame Pomfresh. Elle aurait le temps de former Rose qui était très compétente pour la confection des potions et Harry devinait que si elle avait un problème pour l'une d'entre elles, le maître en cette matière l'aiderait bien volontiers. A n'en pas douter.

Draco Malfoy avait été inscrit dans l'EFNAM : l'Ecole Formatrice des Nouveaux Aurors du Ministère et avait été vu plusieurs fois, la main dans la main, avec Manuella, une amie d'enfance de Rose. Jeune fille très douce mais au caractère bien trempé, d'ascendance moldue.

Harry était pleinement heureux maintenant. Pour lui, la vie se prévoyait sous les meilleurs auspices et il avait hâte de la commencer avec Ginny. Le calvaire était fini. Le calme revenait après la tempête. Il ne ressentirait plus de douleurs au niveau de son front. Ce passé était derrière lui car il n'avait plus vraiment de marque maintenant. A peine visible, il n'avait plus qu'une très légère cicatrice.

* FIN *