Auteur : Imoen, Mel si vous me connaissez sous ce nom.

Titre : Une nouvelle ère

Disclaimer : depuis le temps que j'écris la même chose pour dire que ces personnages, bien que charmants et parfois je le confesse, modelés à ma façon, ne m'appartiennent pas…

Rating : R. dans cette partie nous avons ce pourquoi ceci est noté R.

Pairing : SB/RL, SS/LM, JP/LE.

Notes de l'auteur : (je me suis rendue compte que j'avais oublié le disclaimer sur le chapitre d'avant…décidément !)  Bonjour ! je tiens d'abord à remercier ceux qui m'ont suivi jusque là, de remercier leur fidélité, et à m'excuser vraiment platement de tant de retard ! Surtout du fait que je n'avais ni temps ni inspiration à consacrer à cette pauvre fic…bref, j'ai aujourd'hui écris le chapitre 5 d'un coup et j'espères sincèrement qu'il n'y a pas trop de fautes et que cette fin vous contentera et sera à la hauteur du reste de la fic…en espérant réellement que vous apprécierez, bonne lecture !

Je tiens à préciser que dans cette partie se trouve ce pourquoi la fic est classée R, j'ai tenté de ne pas tomber dans le vulgaire ou dans l'écœurant...à vous de me dire si j'ai réussi sur cette voie ! j'attend vos réactions, négatives ou positives.

Bref, ici fini cette fic…j'espère que vous aurez apprécié ce que vous avez lu jusque là merci encore !

Réponses aux reviews :

Arlein de Lioncourt : voici la fin ! et oui en effet c'est plus intéressant lorsque les choses ont « évolu » entre eux ! mais d'un autre côté garder le suspense un maximum c'est déguster encore plus l'aboutissement de la relation ! bref, j'espère que cela te plaira, quand à ta fic, géniale comme toujours ! ^^

Alana chantelune : voici la suite et fin, j'espère que tu continuera à apprécier la douceur que j'essaye de faire passer dans leur relation, merci de ta review !

Titou Moony : et oui les cicatrices..moi sadique ? penses-tu ! **rires** juste un peu ! j'aime bien les faire souffrir pour mieux les rassurer après ! les cicatrices sur les avant bras de Sevy ne sont pas semblables à celle de Mumus…pour la bonne et simple raison que ci celles de Moony sont en partie faites par le loup qui se mord lui même et en partie par Remus qui désespère (saura-t-on jamais ?) en revanche celles de Sevy proviennent uniquement de lui…

Sirie-stefie : toujours ton enthousiasme ! ça fait plaisir à voir ! merci de m'encourager, voici la suite, j'espère qu'elle te plaira !

Nelja : James te plaît dans mes fics ? J'ai essayé de le rendre sympathique, bien que suivant la lecture du tome 5, ça m'était difficile ! Mais j'ai essayé d'en faire un ado comme les autres, avec assez d'humour pour faire passer ! bref, très contente que cela t'ai plu ça fait très plaisir, voici la suite !

Enyo85 : (bonne année, très en retard, à toi aussi !)Tu as vu, je me suis rattrapée pour le train ! merci encore de m'avoir signalé cette incohérence…néanmoins, je ne décrirais pas le temps qu'ils passeront ensemble avant la fin des vacances, une petite semaine tout au plus je pense c'est à la merci des lecteurs d'imaginer ! je pense que la fic est ici finie…la suite, tous la connaissent déjà, c'est le tome 3 ! bref, merci de m'avoir suivie au long de la fic et voici la fin ! en espérant que tu apprécieras !

Machan Valentine : merci beaucoup pour les compliments ça fait très plaisir ! **toute rouge** bref, voici la suite, désolée, cette fic n'est pas très longue…mais j'espères que tu apprécieras ce dernier chapitre !

Florelia : ma revieweuse adorée ! que faire sans toi ? j'espères que ce chapitre te plaira tout autant que les autres.. je répond vite à ton mail (pauvre de toi pour ton pc…c'est vraiment atroce. Je compatis !). Dans ce chapitre se trouve la scène que je redoutais tant d'écrire **rires**, j'espères que ça sera plus ou moins réussi, j'attend ton avis ! En espérant que Remus et Sirius continuent de te plaire autant !

Merci beaucoup pour tous ces compliments ! ma tête ne va plus passer par les portes.. **rouge** c'est adorable, merci encore ! j'ai essayé de mettre un joli point d'honneur à finir cette fic sur quelque chose d'ouvert et qui clos en même temps la fic.. (étant donné que la suite serait le tome 3 directement).

Bref, j'attend également avec impatience la fin de ta fic !(je me répètes, mais le dernier chapitre était vraiment si joli !) gros bisous je t'adore !

LOU4 : voici la suite, merci d'apprécier ma fic ça fait plaisir ! j'espères que la fin sera à ton goût !

Seleme59 : merci de ton soutiens et voici la suite ! toi aussi tu adores les SB/RL ? tu as déjà lu celui de Nagisa Moon ?(il est excellent) malheureusement, je dois te dire que voici la fin…nooon pas taper ! mais j'ai un autre projet de fic en vue.. merci encore de ta review, en espérant que ça te plaise !

Emilie : malheureusement je vous ai fait attendre bien plus qu'il n'est permis ! je m'en excuse encore.. désolée vraiment ! mais voici la suite et fin, ne m'en veut pas trop pour l'attente, en espérant que tu apprécies !

Petite Dilly : les deux couples sont mignons ? j'en suis ravie ! en voici un nouveau sur lequel commenter **rires**. L'idée des scarifications est bonne ? merci bien ! (on reconnaît là les sadiques **mdr**) bref, j'attend aussi la suite de ta fic !! merci de ta review, j'espère que ce chapitre te plaira ! (même si le SS/LM n'est que mentionné…)

Mathilde : merci de tes compliments, voici la fin, et ne t'inquiètes pas, je n'aime pas les fics qui finissent mal ! j'espère que ça te plaira, merci de tes encouragements, bisous !

Remerciements spéciaux : à Pau, qui a toujours été la première à lire et à me dire ce qu'elle en pensait, à Florelia pour ses encouragements adorables et indispensables, à Shunrya pour m'avoir dit de la finir une bonne fois pour toutes, à la chanson Black Black Heart de David Usher qui m'a accompagnée pendant l'écriture du lemon. Egalement à Iron Maiden, Placebo, Indochine, et l'opening de Yami no matsuei pour m'avoir servit de musique d'ambiance (aussi à celui de ML Ragnarok). Bref, merci aussi à tous les reviewers qui m'ont soutenu et critiquée, en bien ou en mal tout au long de la fic et permis de m'améliorer, un grand merci !

--------------------Une nouvelle ère--------------------

- - - - - - - - - - -quinze ans plus tôt

L'animagus fixait avec une incrédulité mêlée d'horreur les cicatrices présentes sur les avant bras de son petit ami. C'était cela…ils étaient ensemble, et jamais il ne se pardonnerait d'avoir laissé Remus souffrir de la sorte. Il émit une déglutination étouffée.

« Sirius écoute…je...ce n'est pas du tout toi… »

« Je n'étais pas là quand il fallait… »

Un éclat de cristal brisé brillait dans les yeux du chien. Remus sentit quelque chose se briser à l'intérieur de lui.

« Ce n'est pas ça du tout...je…c'est moi…je n'ai pas pu contrôler le loup, je me sentais tellement mal… et…c'est grâce à toi si ça ne m'arrive plus. Et tu le sais. »

Sirius releva un regard chargé d'une détresse sourde vers le loup.

« Je…ne pourrais pas les regarder en face sans me sentir coupable. »

Le loup eu un gémissement désolé et l'entoura de ses bras.

« Et bien alors ne les regarde pas…tu n'as pas à te sentir mal. »

Sirius étouffa un soupir au creux de l'épaule du loup Remus était devenu son monde, et une douleur muette vacillait au fond de lui, quelque chose lui soufflait à l'oreille qu'un tel bonheur ne pouvait pas éternellement durer et qu'il fallait profiter de ces moments, comme on savoure un dernier bonbon avant de ranger la boîte, une saveur dont il faudrait se souvenir pour des moments plus noirs.

Il ferma les yeux. Peu lui importait ce qui allait suivre. Les moments noirs, sombres, qu'il faudrait traverser, où il faudrait chercher une lumière vacillante au fond d'un couloir sans sortie. Peu lui importait pour le moment…

Il sentit la bouche de Moony, telle une aile de papillon, se poser sur ses yeux, sur ses joues et descendre trouver sa bouche. C'était bien plus qu'un simple baiser, c'était tout un réconfort, une âme commune dans deux corps. Sirius soupira d'aise.

Le loup resserra d'avantage son étreinte et approcha sa bouche de l'oreille de l'animagus :

« Tu sais Sirius, il a autre chose dont je voulais te parler… »

« Oui mon loulou ? »

Remus eu un léger sourire amusé, puis repris son air sérieux.

« Tu sais, nous les loups…je veux dire… »il se mordit la lèvre, il ne savait plus par où commencer. Sirius l'encouragea d'un doux regard. « Nous les loups…nous..nous unissons pour la vie. »

L'animagus leva un sourcil. Oui, il avait entendu parler de cela, les loups choisissaient leur partenaire devant l'éternel et passaient leur vie entière pour la personne aimée. Il eu un léger sourire triste :

« Et quoi Moony ? Tu as peur que je ne t'aime plus ? Dans un an ? Dans un mois ? »

Le loup détourna le regard, embarrassé. Sirius sourit.

« Ecoute Moony. Même dans une autre vie, je continuerais de t'aimer. »

Le loup rougit et leva un regard brillant vers l'animagus, ce dernier sourit de nouveau.

« Même si un jour je dois quitter cette bonne vieille terre, rappelle toi que je t'aime encore et que je t'attendrais. »

Remus eu vaguement l'impression qu'il écoutait une vieille prophétie, quelque chose d'inviolable et d'éternel mais il n'y prêta pas attention et se concentra sur le fait même. Le rouge lui monta aux joues. C'était sans nul doute la chose la plus magnifique qu'on lui ai jamais dite. Il sentit les larmes poindre aux coins de ses yeux.

« Sssch Moony… je ne voulais pas te rendre triste… »

« Ce n'est pas de la tristesse. » Le loup garou leva son regard vers l'animagus « C'est la plus belle chose qu'on m'ai jamais dite. »

Sirius eu un rougissement, vraiment ? Il n'avait jamais été doué pour ce genre de choses…

Le loup garou nicha la tête au creux de l'épaule du chien, il s'y sentait bien, il s'y sentait en sécurité, le loup comme l'humain approuvaient cette sensation.

Remus se mordit la lèvre et se tassa un peu plus contre le corps de Sirius, s'il acceptait alors, alors à vrai dire…

L'animagus sentit la chaleur qui émanait du corps du loup et baissa les yeux, mi étonnés, mi désireux sur son amant. Il rencontra le regard à la fois incertain, mais déterminé, une légère lueur d'appréhension tout au fond de ces prunelles dorées. Il compris.

Sans un mot, Sirius pris Remus par la main et l'amena doucement jusqu'au dortoir, il sentit un tremblement nerveux de la part du loup et exerça une légère pression sur sa main pour le calmer il ne fallait pas qu'il craigne ce moment…

L'animagus l'abandonna un instant pour lui laisser le temps de s'habituer à l'ambiance de la pièce, et en profita pour fermer la porte avec un sortilège et lancer un insonorus sur la pièce.

Il se retourna vers le loup, tel une poupée de porcelaine, au milieu de la pièce, dardant sur les objets un regard brun doré instable, le rouge aux joues.

« Magnifique » fut la dernière chose que pensa Sirius avant de s'avancer et de pousser gentiment Moony sur le lit.

Le loup garou sentit son dos entrer en contact avec l'étoffe douce et moelleuse du matelas et il rougit de plus belle, il se sentait en sécurité, malgré tout, malgré sa nature lupine, malgré son hésitation, il se sentait en sécurité, entre le corps de Sirius et le matelas.

Le chien se rapprocha d'avantage du loup, étendu sous lui, il le contempla un instant, menaçant de perdre la raison devant un tel abandon, une telle confiance. Il s'assit avec douceur, une jambe de chaque côté de son amant et entrepris de déboutonner sa propre chemise qu'il laissa sur le côté. Il s'immobilisa un instant, permettant à Remus de s'habituer à sa vision, ne pas l'effrayer était primordial.

Le loup garou contempla le torse dénudé de Sirius et se mordit la lèvre, puis jugea préférable de ne pas s'attarder, de ne pas laisser le loup en lui lui dicter une conduite plus sauvage que celle qu'il désirait avoir. Il se détendit et se laissa faire.

Sirius eu un léger sourire amusé et entreprit, avec une lenteur quasi insupportable de diriger ses mains vers le pantalon de son amant. Il défit d'abord le bouton aux reflets ambrés, sentit un frisson de la part de Moony et fit descendre avec toute la douceur qu'il était capable d'y mettre, la fermeture éclair du pantalon. Le loup garou frissonna sous le contact à la fois doux, frais et pourtant chaud de ces doigts qui frémissaient vaguement contre sa peau, il se débattit vaguement, pris dans une attente qui ne répondait plus à sa volonté.

L'animagus sentit le corps du loup se soulever et se coller au sien, il eu un léger sursaut entre la surprise et le désir et défit son propre pantalon, tentant de maîtriser le tremblement nerveux qui hantait ses doigts.

Sirius respira à fond et descendit les paumes de ses mains contre le torse pâle du loup, ça et là strié de petits rayures blanches et fines, et la marque du loup...il la caressa du bout des doigts, faisant frémir le corps sous le sien. Il poursuivit son exploration, s'attarda brièvement sur le ventre puis hésita, ses doigts buttant contre la barrière de tissu, la dernière.

Moony ouvrit deux iris dorés, embués, troubles et sourit doucement à Sirius.

L'animagus sentit une tension tel un torrent de lave monter en lui, il embrassa vivement le loup et descendit doucement le tissu du boxer qui s'attardait, tendu contre ses doigts puis le dégagea complètement des jambes du loup et sépara ses lèvres de celle de Moony.

Le loup fut parcouru d'un frisson dévastateur, il entre ouvrit les jambes, conscient de ce qui allait suivre, conscient, et désireux. Il ferma les yeux.

Sirius tenta de maîtriser sa respiration saccadée, retira son propre vêtement et se coucha doucement sur le corps du loup. Ce dernier laissa échapper un gémissement profond, sentant la peau de Sirius contre la sienne, c'était la pire des tortures, la plus douce, et chaque gémissement faisait s'évaporer plus les dernières bribes de pensées conscientes qui s'attardaient dans le corps du chien.

L'animagus descendit sa bouche le long de la jugulaire du loup et la mordit légèrement, soutirant un autre soupir d'aise au loup, laissant apparaître cette marque de domination sur la peau pâle et blanche. Sirius sentit le corps de Moony se tendre sous le sien et sa respiration s'accélérer encore d'avantage. Il serra des dents, tenta à nouveau, pure folie, de se calmer pour ne pas brusquer les évènements il voulait que cela se passe en douceur, que cela soit parfait, c'était la première fois, elle devait devenir immortelle.

Le chien souleva légèrement son corps, pris appuis sur les bras et écarta d'avantage les jambes de son partenaire, oh grand dieu, il redoutait de lui faire mal…

Mais il le fallait, l'unité leur était nécessaire, elle brûlait en eux, une impatience et un désir dévastateur.

Sirius donna un léger coup de rein, immédiatement suivi par un cri de douleur de la part du loup. L'animagus serra des dents, entendre ce cris lui déchirait le cœur, mais il savait que bientôt cela ne ferait plus aussi mal, aussi, il continua son mouvement, tentant d'y mettre toute la douceur possible.

Moony serra des dents, cela faisait mal, oh mon dieu oui, il s'y était attendu, mais c'était une douleur dévastatrice, de l'intérieur, il avait la fugace impression d'être déchiré en deux, il tenta de se détendre, le loup en lui gémissait.

Sirius continua son mouvement, gardant une cadence lente, permettant à son partenaire de s'y habituer, de laisser cette douleur devenir diffuse et passer à être autre chose. Le loup se mordit la lèvre, puis se détendit, lentement, cette douleur devenait plus supportable, au fond pointait une chose encore inconnue pour lui, qui bientôt prendrait le dessus. L'animagus sentit Moony se détendre sous lui et se permit lui-même de ressentir ce plaisir, qui paraissait si défendu du moment qu'il causait la douleur de l'autre.

Le loup se tordit sous son amant, la cadence devenait inexorablement lente, il décolla ses mains du matelas et les amena sur le dos de son partenaire, mon dieu, il en voulait plus à présent c'était un désir sourd qui montait en lui, sourd, de même que ce plaisir au cœur de son être, se diffusait au cœur de ses reins, remontait par vagues chaudes jusqu'à son ventre, faisait vibrer tout son corps à l'unisson. L'animagus sentit l'impatience du loup sous lui et frémit, accélérant son mouvement, la pris de Moony se referma sur son dos, sur ses hanches, griffant presque, des gémissements étouffés jaillissaient de leur gorge, mêlés, indivisibles.

Remus sentit un gémissement vibrant monter dans sa gorge, plus puissant que les précédents, un torrent de lave descendait en lui, il souleva totalement son corps du matelas et le colla à celui de son amant dans un dernier effort un cri de plaisir libérateur jaillit de sa gorge, il ne savait qui, du loup ou de l'humain l'avait poussé, ou peut-être les deux à l'unisson. Sirius au dessus de lui sentit l'apogée de flammes brûlantes se joindre au cœur de son propre à celui de Remus et mêla son gémissement au sien.

Le chien se retira et se laissa tomber sur le côté, tentant de récupérer tant bien que mal sa respiration le plaisir les retint encore un moment puis s'évapora lentement, laissant à sa place une impression diffuse de bonheur comblé.

Il se tourna vers le loup, les yeux dorés de Moony récupéraient peu à peu leur vivacité, il rencontra le sourire heureux qu'il lui adressa et ne put s'empêcher d'aller poser ses lèvres sur les siennes, c'était un remerciement, une apogée, c'était magnifique. Sirius entoura Remus de ses bras et posa sa tête dans le creux de son épaule, il aurait aimé rester ainsi sa vie entière.

- - - - - - - - - - - -quinze ans plus tard.

Sa main remonta le long de ma manche, son regard se darda sur mes cicatrices, cette tristesse diffuse perçait dans ses yeux bleus fatigués.

« …tu n'as pas à t'en sentir coupable, tu le sais. »

Il leva son regard vers moi et me sourit.

« Je sais Moony, je sais. »

Il m'entoura de ses bras et je me laissais aller, un instant de bonheur intemporel, bientôt il faudrait qu'il reparte, ma vie reprendrait son cours monotone, je deviendrais professeur de défense contre les forces du mal, rencontrait le fils de James.. Harry Potter. Le garçon qui a survécu…un si lourd fardeau sur des épaules frêles.

Le fils de Lucius…celui-là aussi était à Poudlard. Je ne l'avais jamais vu, mais je l'imaginais d'ici, avec cette peau translucide propre à sa famille, des yeux gris inquisiteurs, un air fier, une beauté angélique de statue, de démon, et des cheveux blonds presque blancs.

J'en venais à me demander vaguement comment Lucius Malefoy, qui portait cet amour si paradoxal à Severus, avait pu se marier…c'était sans compter la tradition de la famille Malefoy. Cette famille au sang pur, hériter ou mourir… Sans doute était-ce cela. Narcissia Black, de la famille de Sirius…cette femme avec des cheveux aussi blancs que ceux de son mari, des yeux bleus inquisiteurs, une moue hautaine et froide. Jolie, certes, mais glacée à jamais. L'avait-il seulement aimée ? S'aimaient-ils seulement ? Grands dieux, c'était un mariage de convenance. Mais il avait du souffrir, dans l'ombre, 'l'ange noir Sevy'.

Et Draco ? Cet enfant qui sûrement avait hérité de cette sorte de misogynie, d'une fierté due à son nom. Le savait-il seulement, que son père n'avait pas aimé sa mère ? Il le savait sûrement. Et de la même façon que l'image fière et figée de son père avait du en souffrir, il devait souffrir. Et à son tour devrait se marier pour des valeurs vétustes auxquelles il ne croirait plus. Lucius reproduirait-il sa faute sur son fils ? Peut-être.. son fils se laisserait-il faire ? Il fallait espérer que tel ne serait pas le cas…

Je scrutait mes cicatrices avec une nostalgie diffuse. Severus portait des cicatrices. Mais grand dieux, ce n'était pas parce qu'il supportait la présence d'un loup en lui c'était parce que ses démons intérieurs étaient au moins aussi puissant que les miens. Il fallait espérer qu'il en avait triomphé. Il n'était pas assez stupide pour se laisser ronger éternellement, il avait du relever la tête, pour affronter une éternité de solitude…

Je soupirais et récoltais un baiser de la part de Sirius, je souriais, l'éternité avait été clémente avec moi, infiniment. Je me rappelais du serment que nous avions fait un loup s'engageait pour l'éternité, lui, m'avait promis de m'aimer pour cette même éternité, d'une façon, nous étions liés à jamais.

Les évènements d'aujourd'hui étaient obscurs, noirs, mais me rappeler du passé me réconfortait, ma vie avait été remplie, elle n'était pas vide, elle était plus que ce que j'aurais pu oser espérer.

- - - - - - - - - - - - - - quinze ans plus tôt

Sirius apparu ce matin là dans la salle commune avec le visage encore plus heureux que de coutume, il attrapa Remus par la taille et l'assit à côté de lui, le loup eu un grimace dont James ne pu déterminer si elle était de douleur ou de gêne. Il leva un sourcil.

Le loup garou semblait aussi comblé, bien que fatigué, ses yeux étaient ourlés de cernes délicates, James Potter leva l'autre sourcil et sentit un sourire amusé venir danser sur ses lèvres malgré lui.

Sirius releva les yeux de sa tranche de pain et leva un sourcil à son tour.

« Oui c'est pour quoi ? »

James eu un sourire de connivence et pris une voix de vieille commère.

« Oh jeune homme !, fit-il en agitant la main comme pour s'éventer, si vous saviez le nombre de fois que j'ai vu cette expression sur le visage d'un homme ! »

Sirius eu un demi sourire et se demanda ce qui l'attendait.

James se rapprocha brusquement, cessant sa mimique et plaqua les deux mains sur la table pour prendre un air perspicace.

« Alors Mr Black. Plaidez vous coupable? »

« James arrête de faire l'andouille… » tenta Sirius, reculant légèrement.

« Du tout du tout ! » trompeta James « Au contraire je commence juste ! Et il me semble bien que… » Il s'approcha d'avantage de Sirius. « Alors c'était comment ? »

L'animagus tourna au pivoine et manqua de tomber de sa chaise en tentant de reculer.

« De quoa ? Mais je vois pas du tout ce que tu veux… »

« Aaaah trop tard. Réaction primaire ET prévisible Mr Black ! » James Potter éclata de rire et planta le couteau dans sa tranche de pain d'un geste triomphant. « Perduuu ! »

Remus se tortilla sur sa chaise, visiblement mal à l'aise, hésitant entre prendre un air gêné ou bien se laisser aller à sourire. Sirius eu une moue vexée et se rapprocha de son compagnon.

« Et puisque votre manque apparent de tact jaillit môssieur Potter, nous allons remettre à plus tard ce que nous avions à vous dire… »

James se redressa immédiatement sur sa chaise, toute ouie.

« Je suis toute ouie. »

Sirius le jugea du regard, puis adressa un sourire et un regard interrogateur à Moony qui acquiesça doucement.

« Et bien on voulait te dire que…nous sommes… ensemble. »

L'attrapeur se pinça subrepticement pour s'assurer qu'il ne rêvait pas, puis son visage s'illumina d'un sourire éclatant, puis il passa à rire aux éclats.

« WOUHOUU ! CELEBRATION !! OYEZ OYEZ BRAVES GENS LES DEUX HEROS DU JOUR!! » hurla-t-il en envoyant valser en l'air des tranches de pain en guise de confettis.

Lily Evans deux tables plus loin, saisit l'allusion et applaudit à tout rompre.

La quasi totalité de la salle se tourna vers eux avec un regard d'incompréhension pure.

« JAMES POTTER !!! » vrilla la voix de Mc Gonagall depuis la table des professeurs « VEUILLEZ CESSEZ CE CIRQUE !! VOUS RAMASSEREZ VOS DEBRIS A LA FIN DE VOTRE REPAS. »

James se rassit, encore les larmes aux yeux de son fou rire, un sourire lumineux éclairant son visage, puis se tourna vers les deux chiots.

« Alors tu..tu..acceptes ? » risqua Remus.

« Si j'acceptes ? » James bondit littéralement de sa chaise « Mais je n'acceptes pas Remus ! J'APPROUVE !!! » tonna-t-il avant de reprendre sa danse de la victoire.

« JAMES POTTER !!!!! » hurla voix stridente de Mc Gonagall.

James s'immobilisa et courba d'échine comme s'il craignait que Mc Gonagall eu envoyé dans sa direction une bourrasque de force 7 il se redressa et adressa un clin d'œil aux deux chiots :

« On va fêter ça dans les dortoirs ! »

- - - - - - - - - - quinze ans plus tard

Je ne pu m'empêcher d'avoir un petit rire en me remémorant ces évènements, James et sa très célèbre danse de la victoire, je n'avais jamais vu Mc Gonagall aussi furieuse contre lui… C'était à la suite de cet événement que James était sortit avec Lily, je m'en rappelais comme si c'était hier…

- - - - - - - - - -  quinze ans plus tôt

James s'affala dans un fauteuil et sortit d'on ne sait où, sans doute une cachette bien organisée, de sortir bouteilles de bière au beurre, bonbons, dragées de bertie crochues, fondants du chaudron et autres chocogrenouilles qu'il éparpilla sur la table basse qui trônait devant la cheminée de la salle commune des gryffondors.

« James. Il y a des fois où je me demande d'où tu sort ça. »

« Ah Sirius. C'est dans ces moments bénis que tu dois remercier notre très célèbres carte de maraudeurs ! » répondit-il en tapotant sa poche.

Remus sourit, la souterrain qui arrivait direct chez Zonko était bien pratique en effet !

« Carte des maraudeurs ? » s'éleva la voix claire et douce de Lily Evans.

« Oui ! » s'empressa de répondre James « Nous l'avons créé à quatre, elle permet de savoir exactement où se trouvent les gens, les passages secrets, les couloirs… »

« Oui. Une réserve à mauvais tours. » répliqua-t-elle d'un ton neutre.

James se tortilla, visiblement mal à l'aise.

« Mais je dois reconnaître que ça ne manque pas d'ingéniosité. » finit-elle avec un léger sourire.

Le visage de James s'illumina et les deux chiots, assis l'un contre l'autre dans un canapé, eurent un rire amusé.

L'attrapeur atterrit d'un bond devant eux et écarta les bras théâtralement.

« Mesdames et Messieurs ! Applaudissez bien fort nos deux nouveaux mariés…SIRIUS BLACK ET REMUS LUPIN !!! »

Lily se pris au jeu et applaudit fortement, visiblement amusée. James, voyant que sa blague prenait, continua sur la lancée.

« Jurez vous de vous aimer, de vous chérir, dans la vie comme dans la mort et jusqu'à la fin des temps ? » continua-t-il en prenant une pose plus théâtrale encore.

« On est obligés de répondre ? » objecta Sirius avec un air amusé.

« Silence tu casse l'ambiance. » répondit James. « Alors ? »

« ..Je le veux. » fit Remus, les joues rougies.

« Je le veux. » lui répondit Sirius, un grand sourire sur les lèvres.

«Je vous déclare solennellement…mari et mari!! Lily ! Tu es témoin !! VOUS POUVEZ EMBRASSER LA MARIEE HEU..LE MARIE !! » tonna James.

Sirius lui lança un regard franchement amusé puis reporta son attention sur son loup et posa délicatement ses lèvres sur les siennes, Remus l'enlaça, ravi, et répondit au baiser.

James et Lily croulèrent en applaudissements et en cris de guerre et de victoire, riant aux éclats. La jeune gryffondor rousse paraissait s'amuser follement, le regard de James s'attarda sur elle, elle était magnifique et grands dieux quels yeux ! Elle surprit son regard et se tourna vers lui.

« Et bien James Potter, sans doute ta première bonne action ! »

« Pas du tout ! Je suis une personne au graaaand cœur ! » répondit-il.

« Oh pour ça tu peux le croire. » ria Sirius, tenant toujours Remus dans ses bras.

La rousse eu un sourire amusé.

« Au moins, je ne vais plus être tout seul pour tenir la chandelle ! » finit James en riant.

« Il n'y a pas que pour ça que tu ne vas pas être seul. » glissa la jeune fille, doucement.

L'attrapeur de gryffondor se retourna d'un coup, le regard planté sur elle, un rougissement magistral lui monta aux joues.

« Evans tu…tu… » fit-il sans pouvoir articuler.

« Lily. » coupa-t-elle avec un sourire. « Et oui je...je voudrais sortir avec toi. » le singea-t-elle.

Il rougit encore d'avantage et finit par sourire d'un air gauche et maladroit, avant de passer timidement son bras autour des épaules de la jeune fille.

Ce fut au tour de Remus et Sirius d'applaudir à tout rompre, le sourire aux lèvres convaincus que dans 2 ans, dans 2 siècles, il se rappelleraient encore parfaitement de ces années à Poudlard, lorsque tout semblait rayonner d'une lueur éclatante et bienfaisante.

- - - - - - - - - - - - quinze ans plus tard.

J'eu un petit rire. C'était en effet au cours de ce magistral « mariage » en bonne et due forme que Lily et James avait fini par sortir ensemble… qui l'eu cru ? Elle qui ne perdait pas une occasion de dégonfler la tête de James, lui qui rampait, tergiversais, tentait de susciter sous intérêt…ils étaient fait l'un pour l'autre et bien plus encore.

Avait suivi leur mariage, quelques années à la sortie de Poudlard, puis leur fils, Harry. Déjà avec les yeux magnifiques de sa mère…

« A quoi tu penses Moony ? »

La voix de Sirius me tira de ma rêverie, je lui souriais et me blottissait d'avantage dans ses bras.

« À James, à nous, à tout ce que nous avions vécus à Poudlard tous ensemble… »

Il eu un soupir teinté de nostalgie, quelque peu douloureux.

« Oui...c'était vraiment bien. On était heureux… »

Ce fut à mon tour d'avoir un léger soupir. Mon regard s'attarda sur la commode, en face de nous, un cadre trônait dessus, rappel de moment tendres. Dessus, on pouvait voir les maraudeurs, James, qui comme toujours s'agitait, sautait d'un coin à l'autre et finissait par sauter sur le dos de Lily qui le repoussait l'air faussement fâch il y avait moi et Sirius, enlacés, légèrement rougissants, sur le cadre, James s'agita, enlaça Lily et fit des grands signes de la main. Je sentis quelques larmes d'émotion me monter aux yeux.

Sirius resserra son étreinte sur moi.

« Ne t'inquiètes pas…ils sont heureux là-haut. Ils veillent sur nous. Tu ne souviens ? James nous l'avais promis. » Il imita la voix impétueuse de James « « Si l'un de vous fait capoter l'affaire, je vous préviens, je le coupe en tranches ! » » Il eu un rire. « Et sur-ce tu te rappelles, il a ajouté « Je suis votre ange gardien, je vous surveilles. Alors par de bêtises ! » »

Je ris à mon tour. Je m'en souvenais. Sirius redevint brusquement sérieux.

« Moi aussi je suis ton ange gardien Moony. Rappelles-toi, quoi qu'il m'arrive, quoi qu'il t'arrive, je t'aimerais toujours et je veillerais sur toi. »

Sans que je saches pourquoi, ces paroles m'emplirent d'une douleur vague, l'impression que ce bonheur prendrait fin d'un autre côté, je me sentais comblé par ces paroles.

« Je te retournes la promesse Sirius. Quoiqu'il arrive je t'aime et je veilles sur toi. »

Il m'enlaça avec un soupir comblé et déposa un baiser sur mon front, avant de regarder à nouveau le cadre où James nous souriait.

« Souviens toi Moony…où qu'il est, il veille sur nous. Et je ferais de même. »

Oui, où qu'il est, James veilles sur nous, j'en étais convaincu, et oui en effet, nous ferions de même, c'était un serment pur, un serment éternel fait devant l'éternel. Et il subsisterait par delà les temps, dans l'ère passée, comme dans l'ère présente.

….

……

…………… FIN de Une nouvelle ère.

- - - - - - - - - - - - -  - - - - -

Oh grands dieux. J'ai fini. Je me sens vraiment très émue…c'est comme si mes personnages (bien qu'ils ne soient pas à moi) m'échappaient…enfin. Quoiqu'il en soit, je suis heureuse d'avoir fini, et triste à la fois, c'est un drôle de sentiment.

La suite de cette fic serait, somme toute, le tome 3 d'Harry Potter, c'est pour cela que je ne la raconte pas, je pense que ce que j'ai voulu faire passer est ici déjà dit, et c'est l'essentiel.

Bref.. j'espère que vous avez apprécié, si vous avez des commentaires n'hésitez pas, je vous remercie de tout mon cœur d'avoir lu jusque là, de m'avoir suivie dans mes chapitres, car ici se clos, l'histoire d'une nouvelle ère.

Merci encore.

Mel-Imoen.