Avec des Si…

Auteur : Ivrian.

Disclaimer : Rien à moaaaaa ! Tout à Mme JK Rowling ! Sniff !

Résum : Et si… Severus n'avait jamais su que Sirius était un animagus ? Et si… Sirius n'était pas mort ? Et si Harry avait vaincu Voldemort, et que, pour fêter la victoire, Sev et Siri s'étaient saoulés à mort et avaient fait crac crac (non, je ne parle pas de cracottes, là) dans la bibliothèque de Poudlard ?

Ouais, vous l'avez compris, voila un gros, gros délire sur le thème « Avec des Si, on refait le monde » ! 

Note de l'auteur : Ben, en premier lieu, je dédicace cette histoire à Lychee, car c'est sa fic Everybody wants to be a cat, qui me l'a inspirée. Et puis je dédie ce petit délire perso à toutes les personnes qui m'ont rewiewé et qui me rewieweront à l'avenir.

Réponses aux rewiews :

Nicole Pavlovna : Toujours là, j'suis contente ! J'ai mes rewiewers attitrés, lol ! Pour mon fournisseur d'ecstasy, chut, c'est top secret !

Mad-eye-amarad : Yes, une nouvelle rewieweuse ! T'arrives juste à temps pour la fin, lol ! Bises et merci !

Tolkiane : Moi aussi il m'en faut peu… et pour délirer, et pour déconner !

Darkenger : Mon meilleur pote me fournit en herbe, lol ! Et elle est bonne !

Anya et Xeres : Merci à toi pour tes rewiews, elles trouvent toujours le moyen de me toucher.

Lou4 : En effet, Sevy ! Grave erreur !

Alisa Adams : Suite et fin, ma barjo préférée ! Et oui, même les meilleures choses ont une fin !

Blaise le poussin masqu : Coucou, vous deux ! Gros poutouxes à tous les deux pour être encore et toujours là à me supporter !

Mystina : Salut ! Tu n'aimes pas trop les slashs ? Et tu lis cette ânerie qui ne contient que ça, lol ? !

Celinette : Coucou, ma Céline ! Voila la fin, c'est pas trop tôt, hein ?

Paradise Nightwish : Salut, toi ! Tu sais que j'ai adoré ta fic « Un jour » ? Elle est franchement magnifique !

Lulu-Cyfair : Ma Lulu… tu m'aurais vue, me bidonner comme une folle en écrivant la scène de la sérénade. J'avais vraiment l'image en tête, comme un film !

Hannange : Et bien, non, désolée ! Le chap 9 est le dernier. Je te fais de grosses bises pour te consoler, lol !

Chrisanimefan : Voila la fin, ça me fait plaisir de voir que tu as suivi jusqu'au bout, lol !

Miya Black : This is the end, comme le dit la chanson.  Pas trop tôt, hein ? Maintenant, je vais pouvoir redevenir sérieuse (Jamais !!!), mdr !

Angy : Coucou, miss Delacour ! Je continuerai à fumer, c'est promis !

Lululle : Donc, ce sera ma choupinette ! S'te plait, la suite de ta fic « Les îles » !

Donc, tout le monde est prêt pour la fin la plus déjantée qui soit ? A vos marques, prêts, lisez !!!    

°°°

9

Tout finit par des déclarations enflammées

- Heu… Sirius ? Qu'est-ce que tu fais ?

La voix du maître des potions était particulièrement étranglée. L'animagus venait de déboutonner sa chemise.

- Tu as bien parlé de me violer en représailles, non ? fit ce dernier d'un air plus ou moins innocent.

La chemise tomba à terre. Severus déglutit, et essaya de rappeler sa colère à l'aide.

- C'est trop facile, Black ! Si tu crois que tu vas t'en tirer comme ça ! Hummpf !

Sirius venait de s'allonger sur son ex-ennemi.

- Décoince-toi un peu, Sev…

Et il lui prit les lèvres. C'était tellement agréable… Cela faisait un mois qu'il attendait de pouvoir faire ça. Et Severus semblait si… coopératif. Sirius sourit mentalement en imaginant la suite du programme. Avant de pousser un cri de douleur.

- Aïe ! Mais t'es pas bien !

Severus venait de lui tirer les cheveux, comme lorsqu'ils étaient gamins.

- Pas si vite, le clébard ! Tu me dois des explications !

Sirius fit la moue.

- On peut pas monter dans ta chambre, d'abord ?

- Non, on ne peut pas ! Je ne suis pas ta poupée gonflable, Sirius ! hurla Severus, furieux.

- Elle est beaucoup moins sexy que toi, Sev, riposta l'animagus d'un ton câlin.

Une baffe sur l'arrière du crâne le calma instantanément.

- J'attends ! Pourquoi es-tu resté pendant quatre semaines chez moi, sans me dire qui tu étais ? grogna Severus.

- Parce que je voulais apprendre à mieux te connaître, répondit Sirius, fort peu glorieusement.

- Comment ? ! Tu te fiches de moi, en plus ! ?

Rogue s'était levé d'un bond. Black fit de même et ils restèrent ainsi, face à face.

- Je ne me fiche pas de toi, je voulais… enfin, j'espérais pouvoir par la suite t'amener à… enfin, à… Oh, et puis merde !

- A quoi, Black ? fit Sev d'un ton impatient. On ne va pas y passer la nuit !

- T'amener à… m'aimer, acheva piteusement Sirius.

Il y eut un moment de silence. Lorsque le maître des potions parla enfin, sa voix avait perdu toute trace de colère.

- Tu voulais que je tombe amoureux de toi ? Pourquoi, Sirius ?

- Parce qu'il n'y a rien de pire que d'aimer à sens unique, répondit l'animagus dans un souffle.

Un demi-sourire joua sur les lèvres pleines de Rogue.

- Attends que je comprenne bien… Tu es en train de me dire que tu m'aimes, Black ?

Sirius ramassa sa chemise et l'enfila, abattu. Les rôles étaient subitement inversés.

- Je crois que je ferai mieux de partir…

- Réponds à ma question, Sirius.

C'était un ordre. Sirius releva timidement la tête, avant de murmurer :

- Oui, je t'aime, Severus.

La seconde suivante, la chemise était de nouveau à terre, et Sirius, allongé sur le sofa, littéralement dévoré de baisers par un Severus affamé.

- Tu en as mis, du temps ! J'ai bien cru que tu ne le dirais jamais !

Le silence revint, mais pas pour longtemps. Il fut bientôt ponctué de froissements d'étoffes, de soupirs, de gémissements et de dialogues édifiants du style :

- Oh, oui… Encore… Encore ! Oh ouiiiii…

*

Au manoir Malfoy, Draco avait vainement tenté d'entraîner Harry dans sa chambre pour la fameuse explication, mais le brun était intraitable. Pas de sexe, juste une bonne vieille discussion verbale ! Pour le reste, on verrait plus tard…

- Je t'écoute, fit le gryffondor, les bras croisés. Qu'as-tu à dire pour ta défense ?

- Mais je ne vois pas vraiment ce que j'ai fait de mal, répondit le blond, justifiant ainsi pleinement son nom de famille.

- T'es gonflé, Draco ! Tu m'as quand même fait croire pendant plus d'un mois qu'on avait couché ensemble !

- Bon, ouais, d'accord, j'avoue.

- Alors, première question : pourquoi ?

Dray croisa les mains derrière son dos, penaud.

- Au début, je voulais te faire une blague…

- Ah ! Tu l'avoues, espèce de… sale serpent !

Harry était extrêmement furieux.

- Mais ça, c'était au tout début ! plaida Draco, désespéré. Tout a changé, ensuite !

Le gryffondor haussa brusquement un sourcil intéressé.

- A quel niveau ?

- J'ai découvert que j'étais gay…

Draco avait prononcé ces mots dans un souffle, et Harry dut se pencher pour les entendre.

- … et que j'étais amoureux de toi, compléta le serpentard, totalement anéanti.

Le brun se contenta de le fixer, impassible.

- Et pourquoi devrais-je te croire ?

- Tu n'as aucune raison, en effet. Mais si tu le souhaites, je suis prêt à le crier sur les toits. Tu peux me demander tout ce que tu veux, y compris le veritaserum.

- Vas-y.

Draco fixa son compagnon, puis fila sans hésiter en direction de la salle ou Harry avait préparé le Revelationis. Le survivant le suivit et le rattrapa alors qu'il allait pénétrer à l'intérieur. Il posa une main légère sur son bras.

- Inutile, mon amour. Tu viens de me donner la réponse que j'attendais. Si tu n'étais pas sincère, jamais tu n'aurais accepté de boire du veritaserum.

Il sourit à son ex-ennemi et l'enlaça. Leur baiser dura un long et plaisant moment. Quand ils se séparèrent, tous deux étaient hors d'haleine.

- Oh, Merlin ! soupira Harry. Montons dans ta chambre...

Draco se troubla.

- Harry, il faut que je t'avoue quelque chose…

- Encore ! explosa le gryffondor. C'est quoi, cette fois-ci ? !

- Je suis vierge, moi aussi, rougit le serpentard. Du moins, avec les garçons. Je t'ai menti quand tu m'as posé la question.

Harry en resta comme deux ronds de flan.

- Hé bien, qu'attendons-nous pour réparer cette erreur ? sourit-il enfin.

Deux minutes plus tard, ils étaient dans la chambre de Malfoy. Les elfes de maisons qui se trouvaient dans les parages en rougirent jusqu'aux oreilles. Il faut dire que les deux amoureux avaient oublié d'insonoriser ladite chambre…

*

Pendant ce temps, Severus et Sirius reprenaient des forces avant d'attaquer le prochain « round ». 

- Sev ?

- Quoi ?

- Tu m'aimes aussi, hein ?

- Sirius… tu crois que je te laisserais me faire toutes ces choses si je ne t'aimais pas ?

L'animagus réfléchit un moment.

- Probablement pas.

Il se pencha pour poser ses lèvres sur le cou de son compagnon.

- Mais, soupira le maître des potions, je pense quand même que Canis me manquera…

- Sev ?

- Oui, chéri ?

- Au lieu de dire des âneries, tu ferais mieux de m'embrasser !

Et Severus s'empressa de suivre ce sage conseil.

FIN

°°°

Voilà, suite et fin de ce tissu d'âneries, lol ! Il m'aura permis en tous cas de bien décompresser de mes autres fics… Même si c'était un gros délire, ça m'a quand même fait quelque chose d'y mettre un point final. Ils vont me manquer, ces quatre cinglés ! Bises et merci encore pour vos rewiews ! JE VOUS ADORE !!!!