Kikou. Comme vous avez tous dit oui à la traduction de la fiction que j'ai commencé en Anglais et bien, je m'y suis mise.^^ Je pense que j'irais plus vite à poster les chapitres de cette fic qu'à publier les autres, même si je me tiens à un rythme régulier, Extrême Séduction est déjà bien écrite (18 chapitres pour le moment) et la traduction me prendra moins de temps donc j'espère pouvoir mettre deux chapitres par semaine. Je verrais en fonction de mon emploi du temps.

J'espère que vous aimerez ce premier chapitre. Je vous fais de gros bisous.

Bonne lecture.

EXTREME SEDUCTION

Disclaimer : Pas à moi. Tirés des livres de J. K. Rowling.

Warning : Slash SSHP contenant des scènes très chaudes. Pas de spoilers de l'OdP.

A/N : J'utilise les noms originaux pour les personnages principaux de ma fic donc Severus Rogue = Severus Snape, Drago Malefoy = Draco Malfoy.

Chapitre 1 : Une affreuse journée

Harry sortit de l'infirmerie puis commença à marcher lentement le long du couloir, sa tête encore bourdonnante. En se frottant la nuque, il se remémora les paroles de Madame Pomfresh. « Je ne veux pas que vous fassiez le moindre effort important aujourd'hui, Monsieur Potter. Il s'est agit d'un rude coup et la potion n'a pas simplifié les choses. Si vous ressentez la moindre douleur ou le moindre effet secondaire, venez directement ici. J'insiste Monsieur Potter, venez me trouver immédiatement. »

Depuis qu'Harry s'était réveillé, au matin, la journée avait été de mal en pis. Tout d'abord, il avait renversé son petit déjeuner sur sa robe et avait dû la changer rapidement avant le début du cours de métamorphose. Mais, bien sûr, il avait été en retard et McGonagall avait été obligée d'enlever dix points à Gryffondor. Ensuite, et malgré ses efforts, Harry n'avait pas réussit à changer un raton laveur en mouton et l'animal, effrayé, l'avait mordu profondément à la main. Il avait dû retourner à l'infirmerie pour faire arrêter l'hémorragie. Cependant, à ce moment-là, il ne se doutait pas qu'il allait la revoir quelques heures plus tard.

Rien d'autre n'était arrivé avant l'après-midi. De nouveau en retard en cours de potions, Harry avait perdu dix autres points et récolté une retenue.

La seule place libre qu'il avait pu trouvé dans les cachots était celle qui se trouvait à côté de Neville. Il avait donc dû s'installer auprès son camarade apeuré.

Snape multipliait les commentaires venimeux à leur encontre ce qui ne faisaient qu'accroître la nervosité de Neville jusqu'à sa limite puis, inévitablement, au-delà. C'est ainsi que le jeune étudiant commis la faute d'ajouter deux queues de rat dans leur potion au lieu d'une seule. Celle-ci siffla dangereusement et des bulles se formèrent à sa surface. Puis brusquement, une explosion se fit entendre et pour Harry, fût ressentit avant qu'il ne sombre dans l'inconscience. Il s'éveilla un peu plus tard, ne trouvant pas de Neville en vue. Madame Pomfresh le rassura sur l'état de camarade qui se portait bien. Seulement lui – Harry - avait été blessé.

C'est ainsi qu'à présent, il marchait dans le couloir menant à la tour Gryffondor pour rejoindre Ron et Hermione qui, il le savait, devaient attendre son retour.

Lorsqu'il se trouva devant le portrait de la Grosse Dame, il prononça le mot de passe, Carpe Diem qui ouvrit la porte. Il entra dans la salle commune totalement désertée à l'exception de ses deux amis qui conversaient, assis sur un canapé.

« Harry ! Comment vas-tu ? J'étais si inquiète. Assieds-toi ! Est-ce que tu vas bien ? Harry répond-moi ! »

« Il pourrait le faire Hermione si tu le laissais parler. Ca va Harry ? » demanda Ron en regardant Hermione mener le jeune homme brun vers le sofa.

« Juste un petit peu fatigué mais je vais bien. Merci. »

« Es-tu sûr Harry ? » demanda Hermione en scrutant le visage toujours très pâle de son ami.

« Oui 'Mione ! Crois-tu réellement que Madame Pomfresh m'aurait laissé sortir si je n'avais pas été bien ? »

« Bien sûr que non. Tu as raison » répondit la jeune femme avec un léger sourire.

« Ouais, Harry a raison… Et si on allait manger, je meurs de faim ! » proposa Ron avec enthousiasme.

**************************************

Harry était mal à l'aise. Tous ses camarades de Gryffondor lui avaient demandé s'il allait bien et l'avaient accueilli chaleureusement. La nourriture était excellente comme d'habitude mais il avait l'impression d'être observé. Des yeux sur lui. Une intense fixation sur lui. Il n'aimait pas cette sensation. Il voulait voir qui était en train de le regarder ainsi mais en même temps, il ne voulait pas savoir. C'était bizarre et… inconfortable.

Brusquement, il entendit Ron dire d'une voix basse, déconcertée et dégoûtée :

« Harry, pourquoi est-ce que Malfoy te regarde comme ça ? C'est dégoûtant ! »

Harry et Hermione tournèrent leurs regards vers la table des Serpentards où Malfoy était assis et Harry se figea.

Ses yeux gris – argent brillaient de concupiscence. Il avait l'air d'un prédateur et Harry était sa proie. C'était terrifiant ! pensa Harry. Habituellement, le visage du blond était glacial mais cette fois-ci, c'était le contraire. Les joues très rouges, il brûlait littéralement de désir. Les mots étaient inutiles, ses yeux et son léger sourire parlaient pour lui et disaient à sa cible : « Je te veux et je t'aurais. »

Harry avala difficilement sa salive et il put distinguer les flammes dans les yeux de son ennemi s'accroître dangereusement lorsque celui-ci vit que l'objet de son désir le regardait. Harry se détourna vivement mais pas assez vite pour ne pas avoir remarqué que le jeune Serpentard glissait sa main sous la table. Harry ne voulait, cependant pas savoir pourquoi. Oh mon dieu ! OH MON DIEU !

Hermione fixait toujours le blond, son visage la brûlant également. Elle avait vu sa main se faufiler sous la table et pouvait en deviner la raison. Rougissant plus furieusement encore, elle se demanda cependant pourquoi contemplait-il Harry avec tant de désir. Pourquoi maintenant ? Pourquoi pas avant ? Harry n'avait rien fait avec le Serpentard, n'est-ce pas ? Quand Hermione vit Malfoy fermer les yeux et se raidir sur sa chaise, elle se détourna rapidement et fixa son assiette.

Le visage cramoisie, Ron était horrifié. Quatre mots s'imposaient à lui : La main de Malfoy. Ecœurant !

Draco n'avait jamais eu un orgasme pareil. Oh mon dieu, il n'avait pas réussi à garder sa main sur la table et il se demandait bien comment ses camarades n'avaient pas remarqué ce qu'il venait de faire. Il savait qu'Harry l'avait vu et c'était affreusement excitant. Harry était tellement sexy. Comment n'avait-il pas pu le remarquer avant ? « Il sera à moi. Il viendra dans mon lit, dans mes bras… bientôt » se dit Draco, léchant ses lèvres avec délice à la vue du dos du Gryffondor. « Sexy à mort… mmmmm ».

Harry s'efforçait de garder une respiration normale et d'oublier les yeux qu'il sentait encore braqués sur lui quand il entendit, de nouveau, la voix de Ron qui était, désormais, plus haut perchée.

« Harry, regarde. Il n'y a pas que Malfoy qui te regarde comme… comme… ça ! »

Paniqué, Harry n'osait pas détacher les yeux de son assiette encore pleine.

« C'est vrai Harry ! » répliqua Hermione, effrayée. « Regarde à la table des Poufsouffle. Kevin Whitby, Owen Cauldwell et Ernie MacMillan. Et à la table des Serdaigle ! Terry Boot et Stewart Ackerley. »

Harry pouvait sentir son estomac se retourner.

« Et là, 'Mione. Regarde ! Malfoy n'est pas le seul chez les Serpentards. Regarde ! Graham Pritchard, Blaise Zabini et… oh… oh, mon dieu ! Oh, Harry… Harry… mon dieu… »

"Quoi ?" demanda Harry, livide. "Ron, dis-moi !"

« Harry… Oh, je suis désolé… C'est… C'est Crabbe et Goyle ! »

La bombe avait explosée. Où était la corde pour qu'il se pende ? Oh mon dieu, pourquoi est-ce que le destin s'acharnait-il toujours sur lui ? Crabbe et Goyle !!! Et Malfoy !!! Ainsi que les Poufsouffles et les Serdaigles !!! Et… et… Qu'en était-il des Gryffondors ?

Harry jeta un coup d'œil autour de la table et rencontra les regards intenses de Seamus Finnegan et Dean Thomas. Deux de ses compagnons de chambres ! Peut-être devait-il aller se promener vers la fenêtre de la tour d'astronomie. Merlin, il était vraiment damné.

« Harry, est-ce que tu crois que ce… ce désir est en quelque sorte un effet secondaire de la potion que tu as reçu ? » demanda Ron.

« Non, Ron » répondit immédiatement Hermione. « Neville en a reçu aussi et personne ne l'observe avec lubricité. Non, c'est autre chose. Mais maintenant, il nous reste à savoir quoi ! »

« Ca a commencé après le cours de potion parce que Malfoy n'arrêtait pas de m'insulter en classe, vous vous souvenez ? »

« Ouais ! » répondit Ron, la boucha à moitié pleine. Il n'avait certes, en rien perdu son appétit.

« OK, c'est un commencement » murmura Hermione.

« Exacte mais nous avons a trouvé le reste très, très, très rapidement » ajouta Harry, anxieux.

« Ne t'inquiètes pas Harry, nous trouverons » dit Hermione avec un sourire rassurant.

Harry répondit à ce sourire, content de pouvoir compter sur ses amis et spécialement, maintenant,  sur Hermione qu'il savait si brillante.

A la fin du repas, le trio se leva dans un même mouvement et quitta la Grande Salle sans remarquer qu'à la table des professeurs, un intense et sombre regard était fixé sur le dos d'un certain Gryffondor. Un regard brûlant de désir et de détermination. « A moi ».