Chapitre 1 : Un maraudeur professeur

_ Je n'ai jamais vu un prof aussi stupide ! S'exclama Lily Evans dans sa salle commune.

_ Tu oublies le gars qui parlait à ses pieds, répondit son ami Stan en relevant la tête de son livre sur les vélanes.

_ Je crois que même lui devait avoir un cerveau.

_ Chérie, déclara Julia en prenant part à la conversation, ne lui en demande pas trop. Tu sais très bien qu'on ne peut pas être intelligent et sortir de Gryffondor. Les deux sont totalement incompatibles.

_ Je me demande bien pourquoi Dumbledore l'a engagé, soupira Lily en levant les yeux au ciel.

_ Parce qu'il est mignon ? Proposa Julia, un sourire aux lèvres.

_ Dumby n'est pas gay, objecta Stan, il est juste idiot. Il devait être à l'ouest, comme d'habitude, quand il a embauché cet incompétent.

_ Il n'est pas complètement incompétent, commença calmement Julia…

_ Tu parles ! Il a déjà retiré 50 points à Serpentard alors que l'année a commencé il y a une semaine ! Interrompit Lily.

_ C'est un véritable acharné ! Ajouta Stan. Il est pire que l'ancien prof de potion, mais à l'inverse, lui ne perdait pas une occasion pour nous favoriser.

_ J'adorais cet homme, soupira la rouquine.

_ N'empêche Lily, reprit Julia, le Potter a d'adorables petites fesses. Je te parie qu'en parlant avec les filles des autres maisons, tu verrais que les trois quarts se meurent déjà d'amour.

_ Pourquoi s'abaisserait-elle à parler avec les sottes des autres maisons ? Questionna Stan. Ce n'est pas une Poufsouffle à ce que je sache.

_ Va dire ça à l'imbécile qui vient de me retirer 5 points ! A moi, la préfète en chef ! S'exclama Lily.

_ Voilà le problème, en déduisit Julia. Il fallait bien que tu nous fasses un jour perdre des points, personne n'est parfait !

_ Il ne m'a pas interrogé une seule fois ! Continua Lily. Je connaissais toutes les réponses mais il s'est contenté des vagues explications de Londubat ! Je le hais.

_ Tu n'es pas la seule, la rassura Stan. Les gars du dortoir ne peuvent pas le blairer non plus. Maintenant, s'il y a certaines filles qui n'ont pas de standard…

Il lança un regard bien appuyé à Julia qui détourna les yeux.

_ Severus m'avait prévenu, souffla Lily en se levant.

_ Pardon ? Questionna Stan.

_ Il m'avait dit que les maraudeurs n'étaient que des déchets de l'humanité. Et James Potter ne sort pas du lot.

A ces mots, elle se leva et partit se changer les idées à la bibliothèque.

Lily Evans, brillante élève de Serpentard, commençait sa septième année à Poudlard. Elle était actuellement à la bibliothèque en train d'étudier la puissance focale des ondes émises par le cerveau des yétis pour attirer leurs proies. L'intérêt du sujet ? Aucun. Seulement voilà, il était hors de question qu'elle laisse une seconde de répit à ce professeur Potter qui avait osé lui retirer des points, devant toute la classe en plus ! Il allait en pleurer tellement elle serait brillante. La jeune fille avait bien l'intention de lever la main aussi longtemps que ses muscles lui permettraient. Elle se documenterait tant avant chaque cours qu'il ne pourrait que s'incliner et la déclarer publiquement l'élève la plus intelligente qu'il ait jamais vu… ou pas.

Mais en quelle langue était donc écrit ce bouquin ? L'insuffisance cardio-vasculaire de l'animal ne permettant pas aux flux occipitaux de… De quoi ? La jeune fille s'écroula de découragement sur sa table avant même d'avoir fini la sixième ligne du premier chapitre du premier tome de cette première série d'ouvrages de Max Le Frapadingue.

_ Lily ? Souffla-t-on près de son oreille.

Elle se redressa et Stan s'assit à côté d'elle.

_ Toi qui est préfète en chef, tu dois savoir qu'il y aura un bal cette année ?

_ Oui…

Le jeune homme lui fit son plus beau sourire et se pencha vers elle, pour lui murmurer d'une voix douce :

_ J'adorerais y aller avec toi.

Lily rougit un peu et lui sourit.

_ Serait-il possible, belle demoiselle, que je prenne cette adorable rougeur pour un oui et que je réserve, dès la première semaine de cours, le droit d'y aller avec toi ?

_ Il y aura un bal pour Halloween et une cérémonie d'adieu à la fin de l'année pour les septièmes années…

La jeune fille hésita, se ressaisit un peu et proposa :

_ Tu peux réserver les deux si tu veux.

_ Avec plaisir, Lily. Ne me fait pas faux bon au dernier moment !

_ Aucune chance, assura-t-elle bien vite.

_ Bon, et bien, bonne chance pour…

Il regarda rapidement la couverture de l'ouvrage qui gisait sur la table.

_ Ce très intéressant travail de recherche.

Il l'embrassa sur la joue, se leva et quitta la bibliothèque. Lily toucha sa joue en souriant. Elle regarda le pavé qui se trouvait devant elle sans le voir, avec cette fois-ci des rêves plein la tête.

James Potter était assis à son bureau et corrigeait des copies. Lorsqu'il arriva à celle de « Lily Evans », il soupira. Cette rouquine l'énervait au plus haut point. Malgré les airs de parfaite préfète qu'elle se donnait, il voyait clair dans son jeu. L'ironie à peine déguisée des sourires qu'elle lui réservait, l'irritait profondément. La petite peste avait été la cavalière de Rogue à leur bal de fin d'études. C'était suffisant pour se douter qu'elle était pourrie jusqu'à la moelle et possédait probablement un tatouage à l'avant-bras gauche.

James ne se targuait pas d'être un modèle de droiture. Il avait souvent dépassé les limites avec ses meilleurs amis lors de leurs années à Poudlard. Mais la vie extérieure et le mal qu'il y avait découvert l'avait conduit à vouloir se débarrasser de tout problème superflu dans sa vie. Lily Evans avait tout de l'aimant à problème. Il sentait qu'il devait se méfier.

Il avait appris à écouter ses intuitions durant sa formation d'auror. Il avait opté pour que cette année consiste en un stage, soit chez les moldus, soit dans une des structures de défense du ministère de la magie. Il avait posté sa candidature pour devenir professeur de défense contre les forces du mal, sachant très bien qu'il n'avait aucune chance compte tenu de ses lacunes du côté pratique et, pour une raison aussi mystérieuse que formidable, Dumbledore l'avait engagé.

C'est pour cela qu'il se retrouvait dans cette salle de cours, à corriger des copies, en attendant que sa classe de septième année Gryffondor/Serpentard arrive enfin. Il faisait de son mieux pour rendre l'ambiance agréable aux yeux des Gryffondor. Il ne se souvenait que trop bien de son dégoût pour toutes les classes qui le mélangeait aux vert et argent.

Il fut tiré de ses pensées par un brouhaha qui commençait à s'élever du couloir et cria « Entrez !», sans bouger de son bureau. Qui entra en premier ? James fixa la demoiselle qui se dirigeait vers le premier rang. Elle lui fit le sourire le plus hypocrite qui soit tandis qu'il se maudissait de s'être attardé sur ses jambes.

Mais pour qui se prend-t-elle ? Pensa James en s'asseyant nonchalamment sur son bureau.

Mais pour qui se prend-t-il ? Pensa Lily en observant la pose peu orthodoxe de son professeur.

Assise à côté de Julia, Lily suivait attentivement le cours de défense contre les forces du mal, son bras toujours en l'air. Elle remercia l'univers de lui avoir donné la capacité de trouver une question inutile à poser plus vite que la lumière. Au bout de cinq minutes supplémentaires, une crampe se fit sentir et elle abaissa son coude. Ce fut bien sûr le moment que choisi James, croyant avoir quelques secondes de répit, pour interroger Julia :

_ Miss Smith, pouvez-vous me donner la formule à utiliser pour vous défendre en cas d'accrochage avec un gobelin enragé ?

Julia qui, en élève consciencieuse, était en train de dresser la liste des prétendants qu'elle pouvait accepter pour le bal d'Halloween, se trouva fort dépourvue à la question de son professeur. Mais c'était sans compter sur Lily qui souffla doucement, en fixant le tableau droit devant elle : « Effrectus Gabilus ».

_ Miss Evans, me prenez-vous pour un idiot ? Demanda James alors que tous les Gryffondors commençaient à rire.

Ne dit pas oui, ne dit pas oui, ne dit pas oui…

_ B… b… bien sûr que non professeur, bégaya-t-elle en luttant contre la réponse qui s'imposait à son esprit.

Son bégaiement fit redoubler les rires moqueurs de ses camarades. Lily rougit de honte et de colère.

_ Miss Evans, ce n'est pas la première fois que vous interrompez mon cours. Vous viendrez dans mon bureau lundi prochain à dix-sept heures pour votre retenue.

Lily, plus en colère que jamais, se mit à contempler son livre de cours soudainement très intéressant, tandis que son professeur revenait à son bureau.

_ Et, dit-il au bout de quelques secondes en se retournant, le sourire aux lèvres, dix points en moins à Serpentard pour avoir soufflé la réponse à votre camarade.

La cloche sonna, tous les élèves sortirent et Lily lança un regard assassin à son professeur auquel il répondit par un sourire. La jeune fille rangea ses affaires avec fracas et de sortit à son tour.

_ James, commença Mc Gonagall alors qu'il se trouvait tous deux avec Dumbledore dans la salle des professeurs, je suis très étonnée par ce que m'a appris le professeur Hilton.

Le professeur Hilton enseignait les runes anciennes et était, de surcroît, le directeur de la maison Serpentard.

_ Il semble que vous ayez donné une retenue à Miss Evans ce matin, poursuivit Mc Gonagall.

_ Lily Evans ? S'étonna Dumbledore. C'est une préfète-en-chef exemplaire.

_ Son rôle de préfète n'est pas entré en ligne de compte quand je l'ai collée, répondit James.

_ Et la couleur de sa cravate ? Répliqua Minerva. N'a-t-elle joué en rien dans votre décision ?

_ J'essaie d'être impartial ! Se défendit James. Au moins pendant mes heures de cours… Aujourd'hui il ne s'agissait pas de favoritisme, mais plutôt de montrer l'exemple. Elle a ouvertement été insolente. Je n'ai que deux ans de plus que cette promotion. J'ai besoin de me faire respecter dès à présent pour que l'année se déroule au mieux, sans plus de retenu.

Il y eut un instant de silence durant lequel l'atmosphère se détendit.

_ Je vous comprends, James, répondit Mc Gonagall. Pardonnez mon jugement hâtif.

_ Bien-sûr Minerva. Je peux y aller ?

_ Allez-y James, répondit Dumbledore. Vous n'êtes pas en retenu, ce n'est qu'une discussion entre collègues.

_ Je ne pensais pas être aussi rapidement convoqué par le directeur, blagua-t-il en sortant.

_ Les bonnes habitudes, répondit Albus en souriant.