Juste un je-ne-sais-quoi.


.

Disclaimer : Je ne possède pas Draco… ni Potter… ni… Je me rend soudain compte que ma vie est pathétique ! Merci le disclaimer ! Donc, point à moi mais à Déesse Rowling.

Resum : Draco et Potter, Potter et Draco…

Note de l'auteur : Ma première fic. Soyez nain dulgents par piti :D J'accepte toutes les reviews, je les adore même, et si vous voulez me poser des questions existentielles, je serais également ravie d'y répondre. Moi pour ma part ,je me suis toujours demandé pourquoi on a jamais vu Winny l'ourson avec une oursonne.


.

.

Chapitre 1 : Juste un peu d'aide.

.

.

Etre ou ne pas être…

Là est la question…

Mais qu'est ce qu'elle est stupide cette question !

Je pense donc je suis.

J'existe.

Mais je ne suis plus.

Et pourquoi se prendre la tête avec ça ?

On a besoin d'être rassur ? Je pense, je suis… j'existe, je fuis… Je suis sans aucun doute… mais qui ?

Le-garçon-qui-a-survecu et qui a un nom à rallonge ? L'orphelin, le pestiféré, l'assassin ?

Est ce que je suis… est ce que j'existe…

Est ce qu'un jour on arrêtera de se poser ce genre de dilemme?

.

.

Un faible rayon de lune éclairait son visage, faisant paraître sa peau plus pâle qu'à l'ordinaire, faisant paraître sa cicatrice plus marquée qu'à l'ordinaire. Sa chevelure noire, disposée en fines mèches qui encadraient son visage, était ballottée au bon grès du vent. Ses pieds pendaient dans le vide, les bras tendus, il admirait le lac, une mare d'encre de chine qui étincelait sous les astres , avec de temps en temps, une tentacule qui remontait à la surface, une tête qui dépassait, et qui disparaissait immédiatement. L'école de magie n'avait jamais été aussi bruyante, des bribes de conversations lui parvenaient jusqu'aux oreilles. Pourtant, ils devaient tous être couchés à cette heure ci, la répartition était terminée depuis quelques heures maintenant. Oui, une nouvelle année commençait à Poudlard…Un joli discours, Martin Luther King Junior avait parlé. La magie noire, c'est mal, unissons nous. Ne nous égarons pas sur les sentiers de la perditions, restons soudés, blablabla… parler pour ne rien dire, voilà ce qui définissait Dumbledore. Il n'avait évidemment pas participé au repas, il était sortit de la grande salle après cet amas de conneries rabâchées par le directeur, sous les yeux tristes de ses camarades. Ron avait tenté de le rattraper, mais Harry lui avait lancé un regard qui en disait long. Le regard qui tue. Harry connaît aussi, et il sait même s'en servir. Bref, des discussions parvenaient jusque là, résonnant dans tout le château. Le seigneur des ténèbres était de retour, voilà pourquoi l'école était aussi bruyante. Et voilà pourquoi Potter se trouvait là, le regard perdu dans le vide, l'allure avachie, tel un pantin désarticulé. Partout où il allait, il entendait les ragots récoltés pendant les vacances 'Vous-savez-qui a tué trois moldus au début du mois , ils étaient tellement défigurés… Papa m'a dit que c'était horrible'… 'Potter a voulu venger son parrain… il s'est introduit dans le repaire de Voldemort, holalalalala' Evidemment, c'était faux, mais on entendait tout de même des 'hooooo' et des 'haaaaaa' qui ponctuaient ces informations… et dès qu'ils voyaient Harry arriver, ils changeaient subitement de sujet, sous le regard morose du survivant.

Il soupira une fois de plus, une légère brise vint caresser son visage, lui procurant un sentiment de douceur, de volupté. Il ferma les yeux… avec un peu de chance allait-il tomber pendant son sommeil. Juste un peu de chance.

" Si tu t'y jettes… essaye de ne pas te louper. Ce serait dommage."

Harry rouvrit lentement les yeux et inspira longuement. Cette voix… Il n'avait pas eu besoin de se tourner pour constater la présence du blond, il n'y avait qu'un ton aussi impérieux et en même temps si.. sournois, si ironique, et contenant tellement de haine, c'était le sien. Mais cette fois, la haine semblait avoir disparu, laissant place à une immense lassitude. Il se tenait là, devant la porte, derrière le brun, ne pensant même pas à le pousser dans le vide, contrairement à ses habitudes.

Harry savait que Malefoy voulait se venger depuis qu'il avait fait emprisonner son père. Mais il ne daigna pas se tourner , pour tenter une quelconque riposte en cas d'attaque. A sa grande surprise, le blond ne le poussa pas. Il vint s'accouder aux cotés de Harry en dévisageant le brun. Il tourna la tête vers le paysage , son regard d'acier examinant en détail chaque carré d'herbe, chaque arbre de la forêt interdite. Juste pour passer le temps, et ne pas parler.

" Tu paieras. Un jour. Mais pas maintenant. C'est juste une question de temps. " Malefoy avait lâché ces quelques mots sur le ton de la conversation, fixant l'horizon.

Harry retroussa ses lèvres, et soupira doucement. Il aurait dû bondir, répondre à Malefoy. Tenter de le remettre à sa place. Mais il ne sentant pas d'attaque. Il ne sentait d'attaque à rien. Pendant tout l'été, il était resté dans une vieille bâtisse abandonnée, devenant une ombre décharnée, un ange déchu. Il n'était pas retourné chez les Dursleys, n'en avait sincèrement rien à faire de l'avis de Dumbledore, ce vieil hypocrite... Et il était toujours en vie. Ce qu'il avait fait… rester loin du monde magique, loin de sa famille, était abominablement stupide, il aurait pu être attaqué… Mais qui vous dit que ce n'était pas son choix. Et Voldemort n'avait pas pointé le bout de son nez , évidemment. Il s'attaquait à des moldus, à des sorciers, mais jamais au survivant… de peur de redevenir l'esprit vagabond qu'il avait été, sans doute.

Puis dans le train ,Hermione et Ron l'avait retrouvé seul dans un compartiment, le regard perdu , fantasmant sur un monde sans magie ou ses parents seraient toujours en vie…. Alarm ,Ron avait tenté de lui parler… mais peine perdue. Potter fixait le vide, ponctuant de temps la conversation de 'uh uh' et de hochements de tête. Hermione lui avait attrapé les mains, l'avait regardé longuement dans les yeux. Ces yeux où brillaient une lueur auparavant… plus rien ne brillait maintenant. Harry avait détourné son regard.

Et Malefoy restait là, aux cotés d'Harry. Alors que celui ci ne lui avait pas adressé la parole. Il n'avait parlé à personne depuis deux longs mois, le silence était si apaisant, si… indispensable ! Le blond se tourna en riant doucement et s'adossa au mur. Il se passa négligemment la main dans les cheveux, dont le parfum parvint jusqu'aux narines d' Harry… un parfum de trèfle. Son sourire sournois se fana alors qu'il se laissait glisser le long de la paroi, laissant place à une mine triste. Une mine que personne n'avait jamais vu sur le visage d'un Malefoy. Même Malefoy lui même.

" Mon père est mort."

Oui, Harry savait… et Harry n'en était pas attristé, ni désolé. Voldemort avait assassiné tous les mangemort qui s'étaient fait prendre, les plus lâches, ceux à qui il ne faisait pas confiance… c'est à dire l'ensemble des mangemorts d' Azkaban. Pour qu'ils ne dévoilent pas ses plans, ses caches… Les détraqueurs les avaient tous retrouvés , un beau jour, sans vie dans leur cellule. Le seigneur des ténèbres, et quel seigneur… Quel Maître ! Quel grand homme ! Quel enc… passons. Voldemort, prêt à décimer son armée à la première occasion. Harry ne s'était même pas réjouit de cette nouvelle… après tout, encore des morts de la main de Voldemort. Juste des morts de plus.

Harry hocha doucement la tête.

" …et j'ai aucune envie de me venger."

Harry connaît ça… l'envie de venger son parrain lui était passé. Depuis que Sirius étaient passé à travers ce voile, que le monde avait été privé d'un être extraordinaire, toute envie , d'ailleurs, lui était passée. Il savait que ça n'aurait servi à rien de tuer la responsable… ni de traquer Voldemort… et se venger n'aurait servi à rien, à part attiser la haine entre sorciers. Ils se foutait des nouveaux morts, n'avait pas cherché à retrouver Bellatrix. Juste un mort de plus…

Il pencha la tête vers l'avant , admirant l'enfer sous ses pieds. 'Avance de quelques mètres, se disait-il. Et tout sera terminé.' Il était dégoûté de tout, de sa vie… il était aspiré par le fond, et personne ne pouvait le rattraper…Juste se laisser couler…

" Pas la bonne solution. "

Comme s'il avait lu dans ses pensées, voilà Malefoy qui le dissuadait de sauter. Et pourquoi ça serait pas la bonne solution ? Finir ses jours en l'ayant décidé, c'est un sorte de pouvoir que les autres n'ont pas, c'est assez jouissif, de savoir qu'il pourrait au moins décider d'une chose dans sa vie, la raccourcir… et tous ces gens qui rêvaient de le tuer. Pourquoi personne n'y était parvenu ? Parce qu'il était le survivant, sans doute… mais le survivant ne pourrait pas survivre s'il s'agissait de son propre choix.

" Ils croiront tous que je t'ai poussé. Alors autant le faire moi même. Mais pas maintenant. "

Harry ferma les yeux quelques instants… une lutte intérieure s'opérait en lui. Sauter ou non ? Se laisser aller ? S'envoler ? Pourquoi pas… Juste un oui ou un non. Pour se laisser couler, il n'avais qu'à sauter. Mais s'il voulait s'envoler… le sexe ? Non trop sexuel. La drogue ? Trop has been… le quidditch ? Pfff… rien à faire, aucune de ces activités ne lui auraient redonné le sourire. C'est con , tout de même. Un seul être vous manque et tout est dépeuplé. Cette phrase voulait dire quelque chose ,aujourd'hui.

" J'y ai pensé moi aussi. Le suicide… une fin en soi… pour soi … et tellement lâche. Mais tellement attirante. Mais j'ai aussi pensé à ma mère après ça. Je crois qu'elle m'aime… un peu du moins. Et j'ai pas envie de la faire souffrir. "

Voilà, la seule chose qui retenait Harry dans cette immonde pourriture qu'on appelle le monde magique. Il n'y avait pas pensé. Ron, Hermione, les Weasley… l'ordre. Ils ne pouvait pas les laisser tomber. Malefoy remarqua son changement d'attitude et sourit. Les yeux verts ne fixaient plus le vide, ils fixaient les yeux bleus. Un regard qui voulait dire 'Pourquoi tu fais ça ?'. Un simple regard.

Malefoy ricana en voyant son air interrogateur…

" Tu sais l'effet que ça fait de fonder tous ses espoirs en quelqu'un, de croire en quelque chose , y croire vraiment… et se rendre compte à la fin que tout ça , ça n'était que de la connerie ? "

Harry avait cru en Dumbledore. Mais tous ces secrets, des informations cachées sur lui… ces sourires hypocrites.. faire reposer le poids du monde sur les épaules d'un jeune garçon, en espérant qu'il ne devienne pas fou… Potter hocha la tête et replongea son regard dans les mouvements lents du lac, repliant au passage ses jambes tout contre lui. Il enfoui sa tête dans ses bras, bercé par les douces effluves de Bièrraubeurre qui remontaient de l'étage du dessous.

" Voldemort. Je croyais en lui. " lâcha difficilement le blond. Il se tourna à nouveau et s'accouda sur le rebord de la tour, laissant son regard vagabonder dans la forêt interdite.

Un mot de plus aurait été inutile… Harry comprenait parfaitement.

" Quel beau salauuuuuud quand même ! " ajouta le blond, ponctuant cette exclamation d'un sifflement admiratif.

Glups… Harry déglutit difficilement, il se retenait de ne pas rire.

" Et l'ironie… j'aurais dû recevoir ma marque cet été. Mais je l'ai envoyé chier. Espérant qu'il me tuerais. Et il ne l'a pas fait, il a juste dit 'réfléchi'. Voilà pourquoi je veux pas que tu sautes. Si tu meurs, il faudra que ce soit de ma main. Si tu te tues, il aura gagné. Donc je suis désolé, mais il faudra que tu patientes…."

Malefoy avait soudain adouci son ton, Harry se rendit compte à cet instant qu'il avait devant lui le vrai Draco. Ayant des envies meurtrières, certes, mais Harry savait que le Serpentard était sincère. Ils combattraient un jour où l'autre…Cette découverte laissa place à une autre… Draco avait fuit son camps. Il était seul maintenant. Les minutes passèrent dans un silence presque religieux, ils entendaient seulement le son du vent… violent, dans les arbres. Harry fixait toujours le lac, la tête posée sur les genoux, et Malefoy observait le paysage, jetant de temps en temps un coup d'œil au brun. Il n'avait pas bougé depuis le début de leur 'entrevue' et cela agaçait Draco au plus haut point.

Le silence fut donc de courte durée. Malefoy saisit violemment Harry à la gorge et l'attira en arrière. Potter tentait de se défaire de sa main, mais elle le tenait fermement. Malefoy le jeta violemment à terre , Harry roula sur quelques mètres et se cogna contre un mur. Il resta allongé plusieurs secondes, se demandant pourquoi il n'agissait pas. Pourquoi il voulait tant couler ? Il se redressa, et s'adossa aux pierres, le visage toujours neutre et pâle. Comme s'il ne s'était rien passé.

" Mais réagis, merde ! Insulte moi ! " hurla Draco , debout devant Harry.

Le survivant baissa les yeux , trouvant soudain la pierre qui se trouvait à ses pieds d'un intérêt capital. Juste pour éviter le regard du blond … il n'était plus rien, ne voulait plus se défendre. La seule chose qui le retenait, c'était cette stupide prophétie. Même les Weasley ne lui manqueraient pas. Mais il devait rester dans le monde sorcier, jusqu'à la mort de Voldemort. (Note de l'auteur : Un peu d'rime pour la frime) Voilà ce qu'il était devenu : Une arme, un objet. Juste un joujou entre les mains de Dumbledore. Il n'était plus rien. Juste un objet. Juste rien. Malefoy s'avança et s'agenouilla devant Harry.

" Parles. "

Il enfonça violemment son poing dans la mâchoire d'Harry. La tête du brun vacilla en arrière, et se remit en place, laissant une marque rouge imprimée sur la peau. Mais il ne dit rien. Silence, calme et crise de nerf par une belle nuit étoilée.

" Regarde ce que t'es devenu Potter, cracha Malefoy. Tu me fais pitié. "

Nan… pensa Malefoy, la pitié était un sentiment humain. Et moi, je le suis plus , enfin plus complètement. On est un peu pareils, lui et moi… brrr… je pensais pas dire ça un jour... Harry se releva en prenant appui sur le mur, une douleur le traversant le corps. Malefoy n'y était pas allé de main morte. Mais il ne fit rien d'autre.

" Tu paieras, commença Malefoy. Pour l'emprisonnement de mon père. Pour être ce que tu es. Mais pas maintenant. " Il avait laché cette phrase d'un air hautain, une expression glaciale.

Il se retourna et commença à dévaler les escaliers dans un bruissement de tissus. Harry se releva en prenant appui sur le muret, grimaçant de douleur. Il passa une main dans ses cheveux indisciplinés et sales, et constata qu'un mince filet de sang rouge vif s'échappait de son crâne. Je saigne, donc je suis, pensa-t-il. Draco avait ralenti son rythme, réfléchissant au moyen de faire parler Potter. La torture n'aurait servi à rien… mais peut-être que…

" Nan… il ne va pas s'en sortir si facilement " murmura-t-il.

Il remonta et fit face à Harry, qui s'était maintenant relevé. Il était adossé contre le mur de la tour, massant sa mâchoire douloureuse.

" J'en ai pas finis avec toi, Potter. "

Il s'avança vers Harry et pris sa tête entre ses mains. Il lui jeta un regard carnassier, et posa ses lèvres contre celles du brun. Sans douceur, il força l'entrée de sa bouche et l'embrassa … passionnément, pendant plusieurs secondes. Pour Harry, ce fut comme une décharge électrique. Il tenta de repousser Draco, mais celui ci avait une main fermement agrippée au dos du brun, et l'autre sur sa joue. Une bourrasque le surprit, et il plaqua Harry contre le mur, continuant à l'embrasser, dévorant les lèvres du brun à pleine bouche. Harry agitait les bras, comme pour lancer des signaux de détresses, tentant de se défaire des bras du blond. Enfin, Draco remonta une de ses mains sur la nuque d'Harry en lui mordant la lèvre inférieure, et celui ci en profita pour repousser violemment le blond et s'essuyer les lèvres de sa manche, l'air dégoûté.

" Pouahhhh !"

Il continua à s'essuyer frénétiquement la bouche, et grogna :

" Tu me le paieras, Malefoy. Pourquoi t'as fait ça ?"

Draco éclata de rire, exécutant une petite danse du bassin, et alla vers les escaliers à reculons, un énorme sourire sur les lèvres.

" J'aurais au moins la prétention d'avoir entendu le son de ta voix ce soir ! " conclue-t-il.

Il fit une révérence à Harry dans les règles de l'art, se tourna et dévala rapidement les escaliers. Son rire raisonnait encore dans les couloirs lorsque Harry reprit ses esprits. Il n'allait pas se laisser faire ! Il devait réagir ! Réagir… il n'avais pas entendu ce mot depuis longtemps. Et Malefoy allait payer pour cet affront ! Malefoy… brr… abruti…ordure… dégouttant… répugnant ! Il était juste répugnant. Il voulait jouer à ce jeu l ? D'accord.

Le brun retourna s'asseoir sur le rebord de la tour d'Astronomie. L'esprit libéré. Juste l'envie de ne pas sauter. Il soupira et passa un doigt sur ses lèvres… l'air de dégoût avait disparu de son visage, laissant place à un air perdu. Il frissonna. Il murmura enfin, le regard sombre :

" Je le hais. "

Malefoy traversait les escaliers, heureux, comblé d'avoir fait parler le survivant. Enfin, les joutes verbales allaient recommencer. Il en avait besoin. La mort de son père ne l'avait pas affecté, au contraire… il était simplement son géniteur, pas un père. La différence est énorme. Par contre , Potter mort n'aurait pas fait un excellent adversaire. Une larve aurait eu plus de repartie que Potter dans cet état. Et pourquoi il avait envie de l'aider ? Il ne le se demandait pas, il le savait. C'est le genre de choses qui vous tombe dessus sans qu'on s'y attende, qui vous fait vieillir de 10 ans en une seconde, une seconde de lucidité, et il avait compris pourquoi lui, le grand Draco Malefoy, avait tant envie de sauver Potter. Une seconde de lucidité dans 16 longues années.

Pourquoi j'ai fait ça… pourquoi j'ai fait ça… et qu'est ce que j'aurais pu répondre à ça selon vous ? je pense que… argh saleté de Potter… je pense que 'Parce que je t'aime , connard', aurait été trop long.

Harry , assit sur le rebord de la tour d'Astronomie, n'avais pas entendu la petite porte claquer. La porte qui se refermait sur le témoin de leur entrevue. L'homme descendit les marches , grognant. Il remit en place sa capuche, et descendit les escaliers quatre par quatre. Il avait tout vu. Et il bouillonnait intérieurement…

Au petit matin, Potter se décida à redescendre dans sa chambre, il sauta d'un bond en bas de la murette et se baissa pour attraper sa cape d'invisibilité. Il chercha, mais ne trouva que du vide, la cape n'était pas là. Malefoy. Harry grogna, se jurant de trucider le blond. Il dévala enfin les escaliers, ses baskets dans une main, les yeux rouges, d'immenses cernes les ornant. Mais ses activités nocturnes étaient bel et bien… de rester immobile en contemplant le paysage. Il posa ses mains sur la porte de la chambre, et la poussa doucement, grimaçant, de peur de réveiller ses camarades. La porte grinça, il s'immobilisa. S'en suivit un long blanc, puis un énorme ronflement, provenant du lit de Neville. Il attendit quelques secondes, scrutant l'obscurité pour apercevoir un quelconque signe de vie, et se dirigea sur la pointe des pieds vers son lit. Il se jeta sur son matelas, ne prenant pas la peine de se changer, et serra son oreiller tout contre lui. Une douce image vint à ses yeux. Malefoy agonisant. Il tomba dans un profond sommeil. Le lendemain matin, lorsque Ron s'approcha du lit du brun, il vit quelque chose d'extraordinaire sur le visage de son ami. Un sourire.

.

.

A suivre.