Traduit par Kurai, encore une fois. Remerciez-la parce qu'elle fait un super boulot même quand elle a pas tellement le temps de le faire.

En plus d'avoir quitté le fandom Gundam Wing, je commence à plus me rappeler de ce que je voulais faire avec ce fic, et j'ai du mal avec le prochain chapitre, alors vous attendez pas trop à ce que je complète cette fic un jour, ça m'étonnerait que j'arrive à m'y remettre.


Jeudi matin

Heero découvrit cette nuit là que Duo avait tendance à voler toutes les couvertures. De plus, même si ses cheveux étaient très beaux, ils n'étaient certainement pas pratiques : Heero faillit les couper lorsqu'en se réveillant, il les trouva enroulés autours de son cou. Se libérer ne fut pas évident, surtout parce que Duo ne daigna pas bouger d'un centimètre... même s'il était éveillé. Heero aurait été prêt à l'ignorer, à défaut de lui pardonner, étant trop endormi pour se battre, mais quand il sentit le torse de Duo se contracter comme s'il essayait de ne pas rire, il poussa le bâtard aux cheveux longs hors du lit.

"Aie!"

"Il est l'heure de se lever, Maxwell," répondit Heero en enjambant le corps de Duo comme si son derrière ne lui faisait pas mal du tout. Il était six heures quatorze : il était bien assez tard et il avait vraiment, vraiment besoin d'une douche.

Duo resta étendu sur le sol, regardant vers le haut avec un drôle d'air sur la figure. Heero le poussa du pied : il était affalé sur son débardeur.

"Wow," dit Duo en clignant des yeux lentement. Il était toujours en train de regarder Heero.

"Wow quoi?"

"T'es tout nu." Duo n'était pas très rapide le matin.

"T'es étalé sur mon débardeur."

"Il est confortable."

Apparemment, le manque de rapidité ne durait pas. Duo semblait de plus en plus éveillé. Mais pour quelque raison que ce soit, il demeura étendu sur le sol. Heero décida que prendre une douche était bien plus important -- pour ne pas dire plus facile -- que d'essayer de comprendre comment le cerveau de son coéquipier fonctionnait. Il se détourna pour aller prendre un autre débardeur dans son sac.

Duo commença à le siffler. Le sac de Heero lui échappa des mains par pur accident et atterrit sur la tête de Duo. Oups.

"T'es toujours aussi grincheux le matin?"

Duo était bien trop joyeux. Heero aurait dû laisser beaucoup plus de munitions dans le sac.

Il lui jeta un regard mauvais de moyenne intensité. "Seulement quand quelqu'un m'écrase toute la nuit, que je me fais à moitié étrangler et que je passe la nuit sur le coin mouillé du matelas."

Duo ne réussit pas à avoir l'air si coupable que ça. Heero ramassa ses vêtements, mit ses boxers -- à cette heure là, il avait des chances de rencontrer les autres pilotes -- et lança un autre regard mauvais à Duo: "Change les draps."

Heero n'était pas certain que Duo obéisse, mais il s'occuperait de ça plus tard. Il se dirigea vers la salle de bain.

Il y avait encore de l'eau chaude, il devait donc être un des premiers à avoir la salle de bain ce matin là. Il décida de prendre son temps; il n'avait pas vraiment envie de faire face au monde trop vite. Il était encore un peu endormi et l'eau chaude faisait du bien à ses muscles douloureux. Il resta sous le jet d'eau, les yeux fermés, même après avoir fini de se laver.

Un peu plus et il s'endormait debout quand il entendit frapper à la porte. Il se rappela qu'il avait oublié de la verrouiller quand, sous la force du coup, la porte s'ouvrit.

"Eh, Heero, excuse moi -- euh, ouais... Désolé." Duo se tenait dans l'embrasure de la porte, clignant des yeux en le regardant. Heero fronça les sourcils. Le rideau de douche ne fermait pas totalement et il pouvait sentir un courant d'air froid sur ses jambes.

"Qu'est-ce que tu veux?"

Duo toussa, cligna des yeux, changea quelques fois de pieds avant de répondre enfin: "Ben... Je venais te demander où tu rangeais tes draps propres mais... je crois que mes priorités ont changé."

Hein? Clignant des yeux, Heero se tourna un peu pour faire face à face à Duo. Le rideau était opaque, mais la fente près du mur était assez large pour que Heero puisse voir une partie de la figure de Duo. Assez pour se rendre compte que Duo rougissait.

Duo s'approcha, ouvrit le rideau pour le regarder. "Heero... Est-ce que je peux...?"

Heero soupira et roula des yeux. Avec ce ton, il devinait ce que Duo voulait. Il pensa à refuser; il savait que même si le contrat stipulait qu'il devait être disponible n'importe quand, il avait le droit de revendiquer un peu de temps pour lui-même et que Duo ne lui en voudrait pas. Mais d'une certaine façon, c'était flatteur que Duo aille autant envie de lui. Et puis Heero n'était plus très endolori et il n'avait plus sommeil non plus. Et ça ne le dérangeait pas vraiment que Duo le touche.

Et peut-être que ça calmerait le gars.

"À deux conditions," répondit-il en croissant les bras sur son torse mouillé. Les yeux de Duo vagabondèrent sur son corps. Heero tapota son biceps des doigts avec impatience, même si intérieurement il venait de décider qu'il se sentait flatté -- même si au final son attirance relative n'avait aucune importance réelle.

"Huhh -- deux conditions?"

"Un, tu vas lentement, ou je te donne un coup de pied dans les couilles."

Maxwell grimaça et hocha la tête, mordillant sa lèvre pendant qu'il parcourait des yeux les cuisses de Heero.

"Deux, tu me nettoies."

Duo hocha la tête encore une fois, d'un air absent, marqua un temps d'arrêt, et cligna des yeux. "Te nettoyer?"

"De ton sperme. Je ne sais pas si tu sais à quel point c'est ennuyant de me nettoyer après que tu aies joui en moi. Surtout quand c'est douloureux."

Duo rougit et se tortilla d'un air gêné, mais finit par hocher la tête. "Uh. O-oui, je peux faire ça."

C'était amusant d'entendre Duo Maxwell bégayer. Peut-être que le manque total de honte et de subtilité de Heero était un avantage dans ces cas-là.

Duo se débarrassa de ses vêtements et entra dans la douche. Heero s'appuya au mur, dos à Duo. Il pouvait sentir Duo le regarder fixement, et c'était un peu bizarre comme sensation. Il fit donc de son mieux pour l'ignorer.

"Tu sais, j'avais pas encore remarqué mais t'es quand même sexy."

Heero roula des yeux. "Il n'est pas nécessaire de me draguer, tu sais."

Duo renifla, amusé. "Bien sûr, tu serais encore plus chaud si tu avais des seins. Mais des petits seins. S'ils étaient trop gros, ils n'iraient pas du tout avec ton gabarit."

Heero essaya de lui donner un coup de pied, plus pour le faire taire que pour lui faire mal. Le sol de la douche était un peu glissant. Duo se servit du mouvement pour écarter du genou les cuisses de Heero et pour se coller contre son dos. Son érection était déjà brûlante quand elle se blottit entre les fesses de Heero. Celui-ci les serra, juste pour voir, enserrant gentiment la queue de Duo, et Duo lui donna une tape sur la hanche pour se venger. Le torse de Duo était contre le dos de Heero, et c'était, Heero devait l'admettre, vraiment pas si mal que ça.

Pendant un moment, la position lui rappela ce qui s'était passé avec Wufei -- ils s'étaient appuyés contre une surface verticale, dure et froide aussi -- mais Wufei l'avais obligé à se pencher, et il avait été beaucoup plus brutal. Heero se demanda si Wufei viendrait le voir une nouvelle fois, et, si c'était le cas, s'il allait choisir une autre position. Duo semblait avoir plus d'une position favorite, et il voudrait bien parier que Trowa en avait une bonne douzaine.

"Des seins? Je suis un homme, Maxwell. Ne m'oblige pas à te le prouver." Il ne savait pas exactement ce qu'il ferait pour le prouver, mais il trouverait bien.

"Ouais, je sais, mais j'aime quand même les seins. Ils sont doux et moelleux. C'est chouette."

"... Essaye pas de prétendre que t'es hétéro, Duo. Tu sautes sur n'importe quelle occasion pour me sauter..."

Duo rit, prenant les testicules de Heero dans ses mains et jouant avec, taquin. "Je n'ai jamais dit que j'étais hétéro."

Heero cligna des yeux tout en ravalant un petit gémissement. "T-tu l'as dit. Le jour où on discutait de l'arrangement." Mais il devait admettre : pour un gars hétéro, Duo semblait savoir s'y prendre avec la bite d'un autre mec.

"Nan."

"Je suis presque sûr que tu l'as dit. Tu protestais tellement -- tu as dit que tu n'étais pas gay, je m'en souviens."

Pendant quelques minutes, Heero fut trop occupé à haleter et à s'habituer à être pénétré pour continuer la conversation, mais il était trop têtu pour mettre celle-ci de côté tout de suite.

"Alors pourquoi -- pourquoi paniquais-tu autant" -- un petit halètement -- "en pensant qu'on pourrait te prendre pour un homosexuel?"

"Ehh. Pour la plupart des gars que j'ai connu, t'es hétéro à 100, ou t'es gay; un petit béguin pour un autre gars et c'est assez pour te marquer au fer rouge pour toujours. Il n'y a pas de juste milieu. Et si tu es gay, tu ferais mieux de te tenir loin d'eux pour ne pas les contaminer."

"Nhh -- mais nous parlions de -- d'avoir des relations sexuelles entre nous -- est-ce que ça ne montrait pas que -- mm -- que nous étions assez ouvert d'esprit?"

Duo ne répondit pas tout de suite, se contentant de bouger régulièrement à l'intérieur de lui. Heero se demanda pourquoi ils parlaient toujours, mais d'une certaine façon, il ne sentait pas que la conversation était une interruption. Cette fois, ce n'était pas sauvage, ou passionné. C'était... c'était confortable, je-me-sens-bien-avec-toi, comme... C'était difficile de l'exprimer correctement. C'était un peu comme ce qu'il avait fait avec Quatre, mais un peu moins tordu. Quatre était un pervers bien élevé.

"Je sais pas... juste... voulais pas être le premier, c'est tout... ou quelque chose comme ça... mmmh..."

Le rythme accéléra, et Heero leva la tête pour laisser les gouttes d'eau chaude s'écraser sur son visage. C'était... bien. Bon. Presque confortable. Et quand Duo commença à pomper son érection au même rythme que le mouvement de ses hanches, ce fut encore meilleur.

Duo s'appuya contre lui pendant quelques minutes après qu'ils aient joui, alors qu'ils haletaient doucement, puis, tenant sa promesse, prit un gant de toilette et commença à le nettoyer. Duo ne semblait pas très à l'aise mais ça ne dérangeait pas Heero. C'était quand même bien, même s'il pouvait sentir son corps refroidir lentement -- ou peut-être que l'eau était un peu moins chaude qu'elle ne l'avait été.

Puis, les gestes maladroits de Duo firent place à de longues caresses. Heero regarda par-dessus son épaule, surpris.

Le pénis de Duo se durcissait déjà, et l'expression sur son visage indiquait clairement son regain d'intérêt.

"Est-ce que tu te drogues?" demanda Heero d'un ton monotone.

"Je me drogue?" La voix de Duo était un mélange de perplexité et d'offense.

"Même pour un adolescent, je ne suis pas sûr que c'est humainement possible de bander deux fois de suite aussi rapidement," grommela Heero.

Le garçon aux cheveux longs éclata de rire. "Ben, je ne savais pas non plus que c'était humainement possible d'avoir un cul aussi serré, et pourtant..." répliqua-t-il en prenant dans ses mains les fesses de Heero et en les écartant lentement pour regarder son anus. Un peu de son sperme coulait encore; Heero pouvait le sentir glisser : c'était un liquide épais qui avait peu de ressemblance avec l'eau. Apparemment, Duo décida que Heero serait encore suffisamment étiré et qu'il n'aurait pas besoin d'une nouvelle application de lubrifiant. Il glissa ses bras autours de la taille de Heero, colla son torse contre son dos, et entra lentement en lui jusqu'à ce qu'ils soient en contact des clavicules aux genoux, et aussi intimement en contact que possible.

"Mm... Tu as intérêt à ne pas vouloir remettre ça," grommela Heero, mais il ne réussit pas à avoir l'air aussi ennuyé qu'il l'aurait souhaité. Duo répondit par un grognement, tout en embrassant doucement le côté de son cou.

"Est-ce que je peux gicler sur tes fesses?" demanda-t-il dans un murmure fiévreux, bougeant régulièrement à l'intérieur de Heero.

L'estomac de Heero réagit bizarrement, mais comme ce n'était pas rationnel, Heero ne s'en préoccupa pas. "...Si tu nettoies."

Duo rit doucement, son amusement mélangé à son excitation. "T'es un maniaque de la propreté."

"C'est pas sur toi que le sperme sèche."

"Et t'es pas romantique pour deux sous," répondit Duo, son rire plus fort cette fois.

"Je serais plus romantique si tu étais plus -- mm -- pratique... devrait acheter des préservatifs... nnh..."

Duo murmura qu'il en achèterait la prochaine fois, mais ce n'était pas très clair, les mots se confondant avec les gémissements et les baisers mouillés déposés sur le cou de Heero. Heero renonça à essayer de comprendre.


Quand ils sortirent finalement de la douche et allèrent chacun de son côté, ils se sentaient apaisés et relaxés, ce qui était presque un exploit pour une personne qui était perpétuellement tendue et une autre qui était perpétuellement en mouvement. Duo était assez fier de lui et -- pour le moment -- totalement incapable de bander de nouveau.

Le calme dura jusqu'à ce que Trowa entre à son tour sous la douche.

Ensuite, Duo chopa le fou rire: il n'avait jamais entendu l'homme-stoïque glapir comme ça. On aurait pu croire qu'il n'avait jamais pris une douche froide de sa vie.


La douche froide avait rendu Trowa plutôt grognon, mais il ne retira pas l'invitation qu'il avait faite à Duo de venir travailler avec lui sur sa moto. Ils s'entendaient plutôt bien en fait, quand Trowa voulait bien parler -- et quand il était de sale humeur, il parlait, même s'il n'avait que des commentaires sarcastiques à émettre. C'était amusant d'être avec un Trowa sarcastique, même si Duo était la cible de ses sarcasmes.

"Stupides," murmurait Trowa pendant qu'ils déplaçaient la moto pour pouvoir la réparer. "Sur le toit, vraiment."

"Je trouve que c'est sexy."

"La prochaine fois, fais moi une faveur et place-toi au dessus de ma moto. Tu pourras bloquer les tuiles qui tombent avec ta tête."

"Eh, s'ils me préviennent qu'ils font une deuxième performance, je vais avoir mieux à faire que de protéger ton bébé. Désolé, mais Quatre qui se fait Heero? Ça passe tellement en premier."

Trowa renifla, et se pencha pour regarder sous sa moto. "Voyeur."

Duo lui passa une clé anglaise. "Ben, un peu, oui -- mais c'est surtout de la curiosité. C'est juste difficile à imaginer, c'est tout. C'est un peu qu'y faut le voir pour le croire."

Trowa inclina la tête, pinça légèrement les lèvres et sembla considérer quelque chose :

"... Mon imagination doit être meilleure que la tienne."

"T'es qu'un sale pervers," répondit Duo en riant. "Non, sérieusement, tu peux te l'imaginer? Je veux dire, Quatre, se taper Heero?"

"On parle du même Quatre qui t'a aspergé d'eau à l'aide d'un tuyau d'arrosage et qui nous a tous manipulé pour que nous ayons des relations de groupe? Le même Quatre qui est le seul d'entre nous cinq à avoir un groupe entier de mercenaires à ses pieds, gratuitement?"

Duo regarda Trowa avec des yeux ronds, puis éclata de rire. Ça aussi, c'était l'entière vérité. "Tu m'as eu là. Fais-moi penser de ne jamais jouer au poker contre le petit bâtard."

Trowa eut un petit sourire narquois. "Il te dirait qu'il n'a jamais joué de sa vie et, s'il te plaît, peux-tu lui apprendre les règles? Et tu le croirais."

Duo ricana. " Il joue si bien les innocents que j'oublie toujours que ce n'est pas vrai, même si je sais que je devrais me méfier."

Le sourire de Trowa s'agrandit. "Attends dans un mois."

La clé que Duo tenait lui glissa des doigts, manquant son pied de justesse et d'une manière ou d'une autre, éclaboussa son bras et sa joue d'huile. "Ah, merde," grogna-t-il en essuyant sa joue. "Ta moto me hait, Tro."

"Prends une douche. Une autre douche. Une douche froide."

Duo essaya d'avoir l'air coupable d'avoir pris toute l'eau chaude, mais ne réussit pas et fini par sourire de toutes ses dents,

"En passant, est-ce que ça été une bonne douche?"

"Plutôt, oui," répondit Duo. Son sourire s'agrandit encore en pensant à la personne qui avait été dans la douche avec lui. "Je dirais même que c'était bien chaud."

"Et humide et étroit?" riposta Trowa comme si de rien n'était.

"Trowa!"

"Quoi? C'est une petite douche quand on y pense."

"... Correct. Douche. Mon dieu, Monsieur Pas-Un-Son est en train de me voler mon titre du plus pervers. Je manque de pratique."

Il vit Trowa ouvrit la bouche, pour encore foutre le bordel dans sa tête très probablement, et se redressa rapidement en s'essuyant les mains. "Oh, regarde, j'ai terminé. Tu as presque terminé toi aussi, non? Je crois que je vais aller me laver tout de suite."

Trowa renifla: "Trouillard."

"Ah, peut-être, mais au moins un peu sain d'esprit. À plus tard, l'homme à la mèche -- est-ce que tu mates mon cul?"

Le sourire de Trowa s'agrandit.

Il le reluquait vraiment, l'effronté de bâtard. "En y repensant, je ne veux pas savoir. Fautjyaillebye."

Duo sortit rapidement du garage, se raccrochant aux restes de sa santé mentale et laissant sa fierté derrière sans y repenser à deux fois. Les ricanements de Trowa résonnèrent derrière lui.


Vendredi matin

"Il va falloir que j'apprenne à dire non à Duo," pensa Heero, un sourire ironique sur le visage, tout en montant tranquillement les escaliers. Le garçon à la tresse l'avait coincé dans la cuisine. Heero commençait sérieusement à se demander si Duo prenait du viagra.

Il y avait une mission cette journée là, mais Heero n'y allait pas. Les autres pilotes affirmaient tous qu'ils s'en tireraient sans problème et qu'ils n'avaient pas besoin d'un cinquième pilote pour une mission aussi facile, mais il ne pouvait s'empêcher de s'inquiéter un peu. Il n'aimait pas être laissé derrière et n'avoir rien d'autre à faire qu'attendre. Il se sentait comme... comme... comme la petite femme d'un soldat à qui l'on aurait dit de ne pas se faire de rides pendant que son homme faisait un travail d'homme. Ou quelque chose comme ça; il n'aurait jamais dû ouvrir ce vieux livre qu'il avait trouvé dans le grenier. C'était plein de bêtises.

Mais de toute façon, il avait besoin de savoir où étaient passés Quatre et Wufei. Ils devaient être dans le hangar dans dix minutes, et Trowa et Duo étaient trop occupés à vérifier leurs Gundams pour aller les chercher eux-mêmes.

Heero était dans le corridor quand il les entendit finalement.

"Je sais que tu en es capable," répondait Quatre d'une vois presque exaspérée, "mais je peux le faire plus rapidement et plus facilement..."

Alors que Heero atteignait la porte, Wufei grogna.

Heero n'entra pas dans la pièce tout de suite, observant la scène avec une certaine surprise. Wufei se tenait dos à la porte, en face de la table, appuyé sur ses mains, pendant que Quatre, derrière lui, tirait sur la sous-combinaison pour la placer correctement autours des hanches de Wufei. Wufei avait déjà passé les manches du costume de vol, mais le col de celui-ci pendait ouvertement sur ses épaules. Sa queue de cheval reposait sur l'une de ses épaules et découvrait sa peau, du cou jusqu'au creux de son dos.

Heero se rendit compte qu'il était en train de souhaiter que ce soit Wufei qui soit de garde pendant la prochaine semaine de leur arrangement.

Il regarda les mains gantées de Quatre effleurer les bords du costume, tirer pour les mettre en place pendant que la peau de Wufei disparaissait progressivement sous le tissu noir. C'était... esthétiquement plaisant, décida Heero, et pour une raison ou une autre, il ne les avertit pas de sa présence jusqu'à ce que les doigts de Quatre aient laissé la nuque de Wufei et que celui-ci ait replacé ses cheveux dans son dos.

"Vous devez être dans le hangar dans cinq minutes," les informa-t-il d'une voix neutre en se tournant pour s'en aller.

Un peu en retard, il pensa à ajouter à la liste qu'il avait nommé "L'expérience de Quatre: pour et contre" que "05 laisse 04 l'assister" et "05 laisse 04 s'approcher très près de lui". Il fit un détour par sa chambre pour ajouter l'incident dans sa liste.

Quand il les rejoignit dans le hangar, Wufei était déjà enfermé dans son Gundam, n'attendant que le signal. Duo, se penchant hors de son cockpit, fit un grand signe de la main à Heero; Quatre ne le vit pas, concentré sur ce qu'affichaient ses écrans. Pour ce qui était de Trowa, il n'était nulle part en vue. Heero grimpa sur les échafaudages qui flanquaient HeavyArms et regarda de l'autre coté du robot pour voir si Trowa ne se trouvait pas là.

Il faillit entrer en collision avec Trowa qui revenait au même moment. Il portrait, comme les autres, la combinaison noire de vol qui collait au corps comme une deuxième peau. Heero devait admettre qu'il était maintenant capable d'apprécier le costume sur un angle autre que pratique.

Heero recula pour laisser passer Trowa, mais à la place, le plus grand des deux garçons attrapa son poignet, le tirant contre lui, le retourna pour qu'ils soient face à face et l'étreignit soudainement, poitrine contre poitrine et hanches contre hanches. Surpris, Heero se tendit, mais ne résista pas; la passerelle était étroite et ce n'était pas le meilleur endroit pour bouger trop rapidement.

"T'es déjà sous tension, pas vrai?" commenta-t-il avec lassitude.

L'éclair qui passa dans les yeux de Trowa montra son désir de se battre, même si le reste de son visage était toujours aussi impassible qu'à son habitude.

"Tu crois?" répliqua Trowa dont les mains caressaient déjà les bras de Heero. Ses longs doigts étaient couverts par les gants du costume et la sensation était un peu différente de ce à quoi Heero était habitué.

"Mon cul me fait mal. Je ne vais pas coucher avec toi," le prévint-il avec sérieux.

Trowa rit doucement. "Je veux juste m'amuser un peu. Et de toute façon, ça serait ennuyeux d'avoir à enlever ma combi maintenant."

"T'amuser...?"

"Toucher, caresser, peloter..." répondit le pilote aux yeux verts. Son corps ondulait doucement contre celui de Heero et le bout de ses doigts suivait les courbes de ses épaules avec une douceur taquine.

Heero capitula en soupirant et se relaxa un peu. Se faire toucher comme ça ne le dérangeait plus vraiment; ça aurait été surprenant si d'être dans les bras de quelqu'un le faisait encore grincer des dents... La 'thérapie' qu'il avait subi avait été pour le moins intense.

Sa main se posa sur une hanche légèrement osseuse; Trowa n'avait pas besoin d'un signal plus clair. Heero offrit son cou sans rien dire quand les lèvres de Trowa s'y posèrent, et quand Trowa se recula un peu, leurs joues se frôlant, ce fut presque un réflexe pour Heero de tourner la tête, juste un peu, et de rencontrer les lèvres de l'autre.

Trowa accepta le baiser, mais Heero l'avait senti se tendre. Il fronça les sourcils, perplexe.

"Barton?"

L'ado aux yeux verts le regarda pendant quelques secondes, sans montrer aucune expression, puis secoua la tête.

"C'est rien... Je ne pensais pas que tu voudrais que je t'embrasse, c'est tout."

"Ça me dérange pas," répondit Heero, toujours perplexe. Bon, c'était encore un peu bizarre pour lui, mais ça ne le dérangeait pas. Eh! son corps réagissait maintenant au simple contact de la langue de Duo explorant sa bouche, puisque ça promettait une bonne séance de baise tout de suite après. "Pourquoi? Ça devrait me déranger?"

"...Quand il ne s'agit que de sexe, la plupart des gars n'aime pas s'embrasser," répondit Trowa, son souffle chaud caressant la joue de Heero.

"Mmm... pourquoi?"

"Habituellement... Ça dépend du gars et de comment c'est fait, mais les gars machos pensent que ça veut dire que c'est pas seulement du cul."

Heero aurait demandé à Trowa s'il se voyait comme un macho, ou peut-être qu'il se serait excusé, mais l'autre garçon l'embrassait maintenant de toute façon. Ses longs doigts dessinaient de petits cercles sur les hanches de Heero, dans le creux de son dos, pendant que sa langue caressait ses lèvres, les entrouvrait. Heero l'embrassa en retour, grognant pour l'avertir. "Tes mains. Pas plus bas," siffla-t-il avant de mordiller le menton de Trowa.

Barton grogna doucement, pressant ses hanches contre celles de Heero pendant que ses mains pétrissaient son dos. "Si fragile?"

"Duo m'est passé dessus cinq fois depuis hier." Les cheveux ras à l'arrière de la tête de Trowa étaient doux, un peu comme du velours, ou comme la fourrure d'un jeune animal. C'était agréable. Et la façon dont leurs baisers et leurs corps se frottaient l'un contre l'autre changea -- s'intensifia -- quand il commença à le caresser, c'était encore mieux.

"Maxwell... égoïste... réfléchit pas -- nnnh..."

"... oui..."

Le cou de Trowa était à la hauteur de son menton; il posa donc sa bouche sur le costume, mordillant le tissu pour le rendre humide, son nez et ses cheveux chatouillant la mâchoire de Trowa. Il n'aurait pas vraiment pu dire pourquoi il faisait ça, sauf que c'était plaisant et qu'il aimait ça; et comme il l'avait appris, il n'avait pas besoin d'autres raisons pour le faire. Il était encore vaguement conscient que c'était sa semaine, pas celle de Trowa, et il laissa donc l'autre garçon le pousser, le dos contre le métal froid de son Gundam. Il laissa Trowa se pencher sur lui, contre lui, entourer sa taille de ses bras. Mais il ne put s'empêcher de grommeler.

"Y'a quelque chose qui va pas, Heero?" demanda Trowa, son souffle, ses lèvres, directement dans son oreille.

"La seconde où ta semaine commence, ce sera moi qui te coincerai contre les murs," lui promit Heero, avant de commencer à mordiller la peau juste sous la mâchoire de Trowa.

Trowa s'appuya contre lui encore plus fort, ses mains glissant le long de sa colonne avec force. La sensation réchauffait Heero; il voulait serrer Trowa dans ses bras avec autant de force. Il aimait la sensation des longs muscles de Trowa, des hanches de Trowa qui ressortaient juste sous sa taille, de leur torse et de leur ventre plats et de leurs aines pressés ensembles. Trowa était fort -- dangereux -- mais ne déclenchait aucune des alarmes habituelles de Heero, et il était chaud et il avait juste assez de rembourrage par-dessus ces muscles, et la chaleur que son érection dégageait pouvait être sentie même au travers du costume, et la façon dont leurs cuisses se tendaient, poussaient, se frottaient les unes contre les autres --

Tout d'un coup, il n'y eu plus de chaleur et plus rien à part le métal derrière lui pour s'appuyer.

"Pourquoi tu t'es arrêté?" protesta -- demanda-t-il. Il était juste... . Curieux. Pas ennuyé. Bâtard.

"Je pilote mieux quand je suis tendu," répondit Trowa avec un petit rire bas, rude, qui fit courir un frisson dans le dos de Heero. "Ça et le fait que nous n'ayons plus de temps. Penses à moi quand tu te branleras," ajouta-t-il d'un ton que Heero savait maintenant être taquin.

"Mais c'est ce que j'avais prévu," répondit-il du tac au tac, cachant son amusement quand Trowa eu un hoquet de surprise et s'immobilisa, encore juste à moitié à l'intérieur de son cockpit. Score un pour Heero Yuy. "Assieds-toi, Barton, ou est-ce que tu voulais commencer ta semaine en avance?" demanda-t-il en lui donnant une tape aux fesses du dos de la main.

On entendit un drôle de bruit quand la tête de Trowa percuta le métal du haut du sas de son Gundam. Trowa jura en espagnol, mais comme il riait en même temps, Heero ne s'en soucia pas trop : Trowa n'avait pas l'air en colère et il ne semblait pas avoir de commotion cérébrale.

"J'ai créé un monstre," se plaignit le garçon aux yeux verts. "Vire ton pauvre derrière endolori de la passerelle, Yuy, à moins que tu ne veuilles faire un tour de Gundam jusqu'au champ de bataille."

La porte se referma doucement et Heero descendit de la passerelle en s'assurant de bien marcher d'un pas assuré. Il n'allait pas permettre à Trowa de gagner des points en laissant l'était de ses fesses l'ennuyer visiblement.

Ça et le fait qu'il était sûr que Trowa regardait son derrière s'éloigner.


Dans son cockpit, Wufei prit une grande respiration et ouvrit sa radio. Maintenant que Barton avait fini de molester Yuy juste devant ses cameras, peut-être qu'ils -- peut-être que BARTON allait être capable de se concentrer sur ce qu'ils avaient à faire.

"Tout le monde est prêt? Allons-y."