Auteur : Florelia

Fic : Opposés

Disclaimer: Tout à JK Rowling, rien à moi, juste les idées barjots.

Résum : Bienvenue au temps des Maraudeurs et de la guerre Snape/Black-Potter-Lupin-Petegrew. Tout commence par une blague stupide, la Cabane Hurlante vous connaissez ? Deux ados de 15 ans au caractère bien trempé apprendrons à s'apprivoiser. C'est pas gagné d'avance. Humour, humour.

Remarque : c'est un yaoi si je ne me trompe, c-à-d relations entre deux garçons sans histoire de sexe, juste des émotions. J'ai eu la prétention de modifier quelques évènements et de bouleverser quelques dates pour ma facilité, oui je sais c'est pas bien. J'utilise aussi quelques noms version originales, parce qu'ils sont plus jolis, sinon le tout est resté en VF. Les pensées des personnages (Snape et Black) sont en italiques et plus précisément la petite voix chiante entre tirets, je n'arrive pas à afficher d'astérisques.

Remarques personnelles : J'ai commencé à écrire cette fic il y a déjà plusieurs mois, mais je ne me décidais pas à la poster. Je n'ai pas écrit beaucoup mais j'adore ce duo Black-Snape. Donc pour les mauvaises langues, ce n'est pas du tout la sortie de Harry Potter et le Prisonnier d'Azkaban qui m'en a donné l'idée. Je fais ça juste par plaisir en sachant, qu'il existe déjà une reine du S/S.

Spoilers : Du tome I ou tome V. Logique oui.

Pour les maniaques je précise :

-L'histoire se passe en cinquième année, bien que la farce de la Cabane Hurlante, se passe en vérité en sixième année. En théorie, dans la Cabane, tout va vite, j'ai donc remanier la scène à ma manière.

-Le professeur Trelawney, ici déjà introduite en 1975, ne l'est que plus tard dans les tomes. Je crois qu'en gros c'est tout ce que j'ai changé. J'espère que ça ne dérangera personne. Il ne faut pas se prendre au sérieux.


Je vous met l'introduction, histoire, de prendre la température. Je continuerais en fonction de vos réactions, on ne peut pas plaire à tout le monde. Le début est plus sombre disons, avec peu de pensées et pas encore beaucoup d'humour mais juré, ça viendra.

Introduction

Severus Snape avançait précautionneusement dans le tunnel sombre et crasseux. Si Black avait dit vrai, il allait enfin savoir, ce que Lupin fabriquait chaque mois en dehors de l'école.

Les sens en éveil, il arriva au bout du tunnel, à l'entrée d'une pièce dont la porte branlante et à vue de nez moisie, était ouverte. La baguette face à lui, il franchit les quelques pas qui le séparaient de sa victoire. La pièce était très sombre et étouffante de poussières centenaires, le vieux plancher mangé aux mites, craquait sous son poids. Alors qu'il examinait les lieux, deux petites lumières étincelantes jaillirent d'un coin obscur. Snape se tourna vers le phénomène, on aurait dit, des yeux brûlants dans la nuit, comme ceux d'un chat.

-« Je te tiens Lupin ! Sors de la » lança Severus, triomphant.

Un son singulier, comme une grognement étouffé lui répondit.

-« Je sais Lupin, c'est rageant, mais, cette fois j'ai des preuves » dit le garçon, un sourire malsain pendus à ses fines lèvres.

Alors qu'il lança un Lumos pour jouir du visage qu'il présumait consterné de sa proie, une sensation des plus désagréables, s'apparentant à la panique le traversa.

Il leva sa baguette magique sur son « camarade » et sa respiration, stoppa net.

Severus, était face à face avec un être, ou plutôt une créature velue de grande taille, à la gueule entrouverte, hérissée de dents pointues.

-« Un loup-garou » fût la dernière phrase que fût capable de prononcer le Serpentard.

La silhouette impressionnante de la bête, se dessina plus nettement sous la lumière magique.

L'esprit en panique, le regard hagard, Severus n'osait faire un mouvement. Ce fût le moment que choisit la bête pour pousser un hurlement à lui glacer le sang. Elle posa ses yeux jaunes en amandes et malveillants sur le jeune homme. Ce dernier, toujours incapable de parler, réussit tout de même à reculer, jusqu'à heurter le mur.

Remus Lupin, ou plutôt Moony, les crocs acérés et les griffes en avant, se trouva à la hauteur du garçon en un bond souple et silencieux. Il sembla, que son instinct de loup, jumelé à l'animosité qu'il éprouvait pour Snape, décuplait sa rage bestiale.

Severus pouvait sentir le souffle chaud du loup-garou, effleurer son visage livide, l'impressionnante poitrine de la créature, se soulevant en respirations saccadées.

Paralysé de peur, le cœur prêt à exploser, le Serpentard réussit à rassembler le peu de logique qui habitait encore son cerveau.

-« ACCIO CHAISE ! » cria Snape.

Pourvu que ça marche, pourvu que ça marche…

Une vieille chaise moisie atterrit dans ses bras, il la fracassa sur la bête, et s'enfuit à toute jambes. Comment avait-il réussir ce miracle ? Son instinct de survie l'avait probablement réveillé et poussé à échapper à la mort.

Moony, fou furieux, partit à sa poursuite, ses enjambées vives et souples faisaient trembler la cabane aux fondations précaires. Haletant, le jeune homme avait perdu le sens de l'orientation.

-« SNAAAAAPEEEEEE!!! » appela une voix masculine. Son cœur fit un bond, mais Severus était incapable de répondre.

-« SNAAAAAAAPPPPPPPPPEEEEEEEEEEE !!!!! » cria de plus belle la voix qui se rapprochait.

Le Serpentard, en bifurquant dans un tournant, percuta de plein fouet un jeune homme à lunettes.

-« Potter ??!!! »

Mais qu'est-ce qu'il fiche là celui-la !

-« Suis moi !! » lui dit-il « N'avance pas Moony !! Ne le touche pas !! » cria-t-il à son ami, à l'expression meurtrière.

Une lueur d'humanité sembla briller dans ses yeux, juste le temps pour James Potter de courir vers la sortie en tirant Snape par le bras.

Une fois la souche du Saule Cogneur refermée, ils se laissèrent tomber à genoux dans l'herbe. Snape plus pâle que jamais, ne semblait plus avoir d'étincelles de vie dans les yeux.

-« Il n'a rien ? »lança un garçon qui arrivait vers eux en courant.

Sirius Black, grand, les cheveux noirs et soyeux tombant élégamment sur ses yeux d'un gris irisé, se tenait les côtes en regardant alternativement son ami et Snape.

La flamme de la Haine s'embrasa dans les yeux noirs du Serpentard, encore inexpressifs une seconde auparavant. Sirius déclenchait toujours cette réaction chez lui, mais là, sa fureur était sans limite. Snape se mit debout à une vitesse presque surnaturelle, James surpris de le voir en mouvement, se leva à son tour.

-« Toi ! » rugit le Serpentard en direction de Sirius « Je me vengerais ! Je me vengerais tu entends ? » cracha-t-il hors de lui. « Comment as-tu pu m'envoyer tout droit vers une bête féroce ?! Ton ami a faillit me réduire en morceaux !! ». Il criait à présent, relâchant toute sa rage contenue.

Black ne dit rien, se contentant de le regarder froidement.

-« Tu n'as rien, je ne vois pas de quoi tu te plains » répondit le Gryffondor sans aucune once de remord dans la voix.

James lança un regard plein de reproches à son meilleur ami.

-« Ton ami Lupin l'Anormal, est fichu ! » siffla-t-il avant de s'éloigner, en s'entourant de sa cape sombre, se confondant dans la nuit.

-« Sirius… »murmura James, affligé.

-« Quoi ? » lâcha son ami.

-« Remus va avoir des ennuis jusqu'au cou par ta faute ! Comment une idée aussi idiote a-t-elle pu traverser ton esprit ?? » demanda Potter.

Voilà que James se met à me faire la morale ! Comme si il n'avait jamais fait de blague…

-« Oh écoute James, ce lèche botte n'a eut que ce qu'il méritait ! Il avait besoin qu'on lui remette les idées en place, maintenant il saura que lui aussi est un mortel » ricana Black, en dégageant une mèche d'un noir bleuté par les rayons d'une lune pleine et lumineuse.

-« Ca ne fait rire que toi. Et attend, aucun de nous ne s'en sortira indemne, il va aller cafter au directeur et on sera fichu »

-« Et alors ? Dumbledor sait que Remus est un loup-garou, c'était son idée de planter le Saule Cogneur pour l'abriter durant sa métamorphose »

-« Peut-être bien , mais les élèves n'étaient pas prévu dans le menu de notre ami aux crocs pointus » répliqua l'attrapeur, l'air maussade.

Sirius sourit de toutes ses dents blanches et pris son ami par les épaules pour rentrer au château.

-----

Severus Snape, encore sous le coup de l'émotion et de la colère, n'avait pas voulu se rendre immédiatement dans sa salle commune. Il était dans un état qu'il n'avait encore jamais expérimenté, choqué par la révélation de la véritable nature de Remus Lupin, et bouillonnant d'une haine totale pour ce fils de riche, idole des jeunes filles de Sirius Black.

J'aurais ma vengeance, ça, il peut en être sûr. Risqué de me tuer, juste pour faire une farce ! Mais à qui croit-il avoir à faire ce Gryffondor ?

Le seul endroit qui serait susceptible d'être vide et calme, était la Tour d'Astronomie. Bien sûr, il y avait Apollon Piccot qui y faisait sa ronde, mais le concierge était réglé comme du papier à musique et le jeune homme connaissait la chanson depuis longtemps. Grimpant les marches quatre à quatre, il poussa la trappe et se trouva exposé en plein air, une vue imprenable s'offrant à ses yeux. Le vent vivifiant du soir, mêlé à l'astre de nuit qui diffusait une douce lumière de toute sa rondeur, réussit à apaiser quelque peu le feu incandescent qui rongeait son âme.
Il venait de souffrir d'une humiliation de plus, probablement la pire de toute son histoire d'adolescent rejeté.

Mené à la mort par Black, manqué d'être trucidé par Lupin et finalement, honte suprême, sauvé par Potter. Pouvait-on imaginer pire équation ? Le résultat étant sans contexte, X= Severus Snape est un looser. Etait-il devenu Poufsoufle pour avoir eut la crétinerie de croire ce playboy mythomane ?

Il soupira et se laissa glisser le long du balcon de pierre.

Qu'est-ce que je dois faire ? Balancer cette chose…ce Lupin mal lun ? Ou est-ce que je dois uniquement me concentrer sur une longue et douloureuse vengeance pour Black ? Ou bien les deux ? -Ou ne rien faire- … Ouais bein compte la dessus ! La lâcheté de Gryffondor aura un prix.

Il ne savait évidemment pas encore exactement quoi faire, mais il comptait sur son côté calculateur typique de Serpentard pour trouver une solution à la hauteur des ses ambitions.

-----

-« Mais ou étiez-vous ? » couina Peter Pettigrew, d'une voix ensommeillée, en voyant débarquer ses deux amis dans le dortoir, au beau milieu de la nuit.

-« Nulle part, on se baladait » dit Sirius

-« Vous êtes parti voir Remus ? » demanda Peter.

-« Ne sois pas stupide, tu vois bien qu'on est encore entier ! » s'emporta James.

-« Combien de fois devra-t-on te répéter, que tant que nous ne serons pas définitivement des Animagi, on ne pourra pas lui rendre visite pendant ses transformations ! » renchérit Sirius.

Peter baissa les yeux, et haussa les épaules en signe d'excuses.

Ce qu'il est faible ! Je me demande vraiment comment il a pu devenir notre ami, il est si…différent de nous.- Pitoyable tu veux dire-

-----

Le lendemain matin, Snape remarqua immédiatement, l'absence de Remus, et pour la première fois, il ne se demandait pas la raison de cet absentéisme chronique, il avait la réponse, la terrifiante réponse. Lupin, ce garçon à l'aspect si fragile et doux, se transformait les soirs de pleine lune en un loup-garou féroce. Severus eut un rictus de satisfaction, non dans le but de se moquer du fait que le jeune homme était un hybride, mais juste parce qu'il savait.

Il ne s'était pas réjoui de détenir ce sombre secret, même après s'être un peu remis du choc, il avait lu bien trop d'ouvrages à ce sujet, pour savoir au moins en théorie, à quel point ces transformations étaient douloureuses et éreintantes.

N'empêche, je me doutais que ce type avait quelque chose qui ne tournait pas rond chez lui, avec sa tête de mourant.(un frisson le parcouru). Bon évitons de penser à la mort. -Bonne idée-

Plongé en pleine réflexion, il ne vit pas entrer l'investigateur de la farce du siècle. Seule une vague de rire qu'il reconnu comme venant des Gryffondor, par leur peu de discrétion et de retenue, l'arracha à ses pensées.

Il faillit recracher son thé à l'essence d'eucalyptus. Sirius Black, avec toute la nonchalance dont son ego surdimensionné pouvait faire preuve, s'esclaffait gaiement avec ses compagnons.

Non mais je rêve ! Pas le moindre remord, pas le plus petit regret dans son attitude. Ca ne lui fait donc rien d'avoir frôler l'entrée dans le Guiness Book des Records des criminels juvéniles ? Et ce Potter ! Il pouvait bien jouer les héros hier, il n'est pas mieux que ce Black, même pire Monsieur-Je-Suis-Le-Centre-Exclusif-De-L-Univers. -Ce que tu es haineux mon pauvre Severus ! - On voit bien que ce n'est pas toi qui a failli te faire éventrer Hum Bon ok…oh et puis lâche moi !

Une grimace de dégoût déforma son visage, mais elle passa inaperçue sous le rideau de cheveux charbon qui lui couvrait la vue.

Sirius après avoir bien rigolé des malheurs quotidiens de ce pauvre Peter, jeta un coup d'œil à la table des Serpentard. Snape, le nez dans sa tasse de thé, déjeunait seul.

Comme toujours.

Une pointe d'appréhension piqua son cœur.

Ce serpent a l'air de vouloir garder le silence, mais jusque quand ? -On fait moins le malin maintenant- Pfff, laisse-moi réfléchir!

Ce qu'il pouvait le trouver bizarre ce garçon, solitaire, plongé corps et âme dans les études, premier de classe raillé par les autres, mais qui pourtant gardait toujours sa dignité intact derrière un masque de mépris et un sourire suffisant. Le monde ne semblait pas toucher, ou simplement intéresser le mystérieux phénomène Snape.

-« Moony sort quand de l'infirmerie ? » demanda James.

-« Hein ? » sortit vaguement Sirius.

-« Cet après-midi je crois » répondit faiblement Peter.

-« Merci Pit… Dis moi gueule d'ange, tu regardes qui comme ça ? T'as repéré une nouvelle proie potentielle ? »

-« Personne, nan. Je me demandais juste…pour hier…tu sais, si Snivellus tiendrait sa langue » répondit le garçon, en prenant soin de rester vague, Pettigrew en ferait encore tout un plat si il apprenait ce qu'il avait fait.

Froussard…

-« Ca m'étonnerait, tu le connais » répondit Potter, l'air douteux.

Les yeux bruns du Gryffondor stoppèrent sur une jeune fille qui venait de faire son apparition, l'air rêveur il regarda Lily Evans aller s'asseoir.

-« L'amour te donne vraiment l'air stupide! » le taquina-t-il avec un rire proche de l'aboiement.

-« Ferme la ! »

Peter pouffait en les regardant, les deux garçons se chamaillaient sans cesse, et le petit brun adorait les écouter, en bavant d'admiration.


Et voilà, petit chapitre pour donner le ton. Ca évoluera beaucoup plus légèrement par la suite, scènes amusantes en perspectives et plus de Sirius-Severus.
Donnez-moi votre avis…