Rien ne m'appartient qui est lien à Gilmore girls (à part peut-être un DVD) ou à Charles Dickens.

Note d'auteur : Le français n'est pas le seul langage que je parle, mais l'accent québécois est le seul que je connais. Il est donc possible que certains termes ou expressions soient mal comprises par mes chers cousins français et je m'en excuse d'avance.

Note d'auteur 2 : Il est possible que dans les chapitres futurs j'incorpore des éléments qui se passent dans la quatrième saison qui n'a pas encore été traduite en français (en tout cas pas ici). Plusieurs événements se passent dans cette saison qui ont fait battre mon cœur de Java junkie et qui ne peuvent être ignoré dans cette histoire.

Note d'auteur 3 : Je le sais, le concept n'est pas des plus original, mais j'ai cru que ce serait intéressant de l'appliquer à Gilmore Girls.

Note d'auteur 4 : Je parle l'anglais et je le comprends bien, mais a tenté d'écrire cette histoire en anglais et ça été impossible. Je suis complètement incapable d'écrire dans cette langue sans que le texte ait l'air ridiculement bébé. Donc, si quelqu'un serait intéressé de le traduire, ce serait réellement intéressant.

Il aurait été supposé être heureux de la voir si heureuse, mais ce bonheur faisait mal. Il la regardait ce soir et la seule chose qu'il souhaitait était mourir. Il ne sera jamais capable de la toucher, de l'embrasser, de lui faire l'amour. Son seul rêve s'évaporait, son espoir fondait, sa douleur s'intensifiait. La voir danser avec cet homme ce soir était la pire chose qu'il avait eue à sentir et il savait qu'il n'y aura plus de rêve de Lorelai ou d'espoir.

Pendant qu'il montait à l'étage dans son appartement, des larmes sont apparues dans ses yeux. « Non Danes, tu ne commenceras pas ça » pensa-t-il. Il prit une douche et s'effondra sur son divan bière à la main.

Tout à coup, il entendit un bruit provenant de la salle de bain. Il se leva, s'avança doucement vers l'endroit où était son bâton de base-ball et le prit.

« Il y a quelqu'un? » demanda-t-il. 'Imbécile, comment peut-il y avoir quelqu'un, tu es seul!'

Il marcha vers la salle de bain et ouvrit la porte.

« Woah! » sursauta-t-il

Debout, au centre de la pièce se tenait une jeune femme vêtue d'une robe de bal blanche. Il s'agissait de la première fois qu'il la voyait, pourtant, il avait l'impression de la connaître. Elle semblait avoir 18 ans. Elle avait les cheveux bruns bouclés aux épaules et des yeux bleus perçants.

« Qui es-tu? » Demanda-t-il d'un ton à la fois paniqué et mal assuré. La jeune fille leva les yeux aux ciels.

« Pourquoi est-ce que chaque fois où je viens ici, la même histoire recommence? Tu viens ici avec ton bâton de base-ball, tu marches vers l'endroit où je suis en demandant 'qui es-tu' et je ne sais jamais quoi dire parce que je ne peux pas réellement me présenter pour l'instant! Ah! Je hais ce boulot » La jeune fille avait déblatérée son discours d'un seul souffle, un peu paniquée, réellement frustrée. Luke l'observait d'un air incrédule. Soudain, il eût la révélation.

« Lorelai? » dit-il avec empressement. En effet, la jeune femme ressemblait énormément à Lorelai. Ses cheveux et ses yeux étaient les mêmes; sa manière de parler ressemblait aussi beaucoup à celle de Lorelai. Se pouvait-il qu'elle est rajeunie de 16 ans en une nuit?

« Et ça recommence! » dit-elle exaspérée. « Je m'appelle Emy, je suis ici pour... Comment je peux bien dire ça? Pour te réconforter. »

« C'est Patty qui t'envoie? » demanda-t-il en espérant une réponse négative.

« Comment Patty aurait pu m'envoyer? » dit-elle en le regardant dans les yeux quand elle comprit soudain à quoi il faisait allusion. « EW!!!! Tu crois que je suis ici pour ça?!? ARWK! Au moins, il y a quelque chose de nouveau cette fois. Je ne suis pas ici pour ça, ce serait vraiment malsain, très malsain. » se dit-elle.

« Alors, pourquoi es-tu ici? » Luke perdait patience. Tout ce qu'il voulait ce soir était la paix, être seul. Et maintenant, une espèce de folle se tenait dans sa salle de bain déblatérant sur le fais de détester son travail et comment il aurait été malsain d'avoir été envoyé pour quelque chose à laquelle il ne préférerait pas penser pour l'instant. Sans s'en être rendu compte, il tenait toujours son bâton de base-ball en position qui pouvait être considérée comme menaçante.

« Je vais tout t'expliquer, mais d'abord, s'il te plaît, dépose ton bâton » dit-elle sur un ton calme et rassurant. Reprenant confiance, Luke fit ce qu'elle lui demanda.

« Merci! Mais avant tout j'ai une question pour toi. »

« Vas-y »

« Connais-tu Charles Dickens? »

« Je ne suis pas un grand lecteur »

« Mais, tu connais l'histoire au moins? »

« Qui ne connaît pas? »

« C'est un peu mon travail. Je veux te montrer quelques événements de ton passé et de ton futur qui sont importants d'être rappelé ou d'être su ».

« J'ai toujours su que j'étais un peu grognon, mais pas à ce point-là ».

« Non, tu n'y es pas! Mr Scrounch, ou peu importe son nom, dans l'histoire était très malheureux étant un avare. C'est pour ça qu'il a reçu de la visite ce soir-là. Moi, je suis ici pour te montrer ce que tu dois voir pour être réconforté ».

« Bonne chance! » Il pensa un moment. Comment quelque chose comme ça pourrait-il arriver. « Es-tu un ange? »

« Voudrais-tu que j'en sois un? »

« En fait, ce serait réconfortant! »

À entendre ça, elle rit. « Chaque personne a dans sa vie quelqu'un comme moi qui viens parfois pour la réconforter. On les appelle les âmes sœurs. Je suis la tienne. Chaque fois que tu te sens réellement triste ou inquiet, je viens, je te montre quelques choses que tu as besoin de voir et tu oublies. Cette nuit sera une longue nuit, car ton âme était très très triste. Mais c'est mon travail, donc... »

Elle tapa des mains et le décor autour d'eux changea.

À suivre...

Bon qu'est-ce que vous en pensez, je souhaite réellement avoir des nouvelles SVP!!!! (pitié!)