Note : Bon, je ne comptais pas poster ce chapitre maintenant (bien qu'il soit écrit depuis quelques temps) parce que je m'étais promis de faire une maj de mes traducs avant. Mais comme ça, si quelqu'un lit, ça me permet de dire que non, je n'ai pas abandonné ces dernières. C'est juste qu'en ce moment je n'ai pas très envie de traduire, ça s'explique pas vraiment… Je dévore des tas de livres à la place. Je fonctionne beaucoup par phases, désolée. Mais le chapitre suivant de 'A Broken Child' est déjà bien entamé ,

Mikii (impardonnable je sais...)

3 – L'héritier des Wizardheir

Sans l'informer de leur destination, le jeune prince conduisit la sirène jusqu'à sa grotte. Depuis l'entrée de celle-ci, on pouvait observer le château somptueux du roi des ondes.

Est-ce lui, le palais royal ? demanda la sirène, les yeux équarquillés devant le spectacle splendide de l'immense bâtisse.

C'est ici que je vis, répondit le jeune prince sans détour. Il lui sourit et lui prit la main afin de l'entrainer dans la grotte. Suis-moi ! s'exclama t-il.

La sirène referma les doigts sur la main du prince et nagea à ses côtés. Il songea en cet instant que son père ne lui avait pas menti en louant la beauté du jeune fils du roi. Ainsi, c'était bien lui, se dit-il. Il n'avait guère eut de doute, en le voyant pour la première fois, à peine quelques instants plus tôt. Mais il n'avait pas demandé. La jeune sirène était tout à fait fidèle à la description que son père en avait faite.

Une lumière éblouissante l'aveugla un instant lorsque le prince relâcha son étreinte et que lui-même ouvrit les yeux. Son visage s'illumina.

C'est féérique ! s'exclama t-il.

Sa queue s'agita frénétiquement et il se mit à nager d'un coin à l'autre de la grotte, effleurant un objet, osant en prendre un autre entre ses mains, en contemplant un troisième. Lorsqu'il alla pour rejoindre le prince, il vit que celui-ci l'observait, le sourire aux lèvres.

Comment as-tu pu assembler tout cela ? demanda la sirène.

Le prince se pencha au-dessus d'une longue barre métallique qu'il était parvenu à caler entre deux rochers, légèrement en hauteur de la grotte. Il se mit à tourner rapidement autour puis vint finalement se reposer dessus.

Cela fait si longtemps ! dit-il, le visage lumineux. Il indiqua un petit objet de couleur grise, en contrebas, posé dans l'une des innombrables cavités de la grotte. Sais-tu ce que c'est ? demanda t-il.

La sirène saisit délicatement le manche et fixa l'objet dont le bout était formé de trois piques, l'examinant sous toutes les coutures. Au bout de quelques courtes secondes, il releva les yeux vers le prince et demanda :

Est-ce avec ceci que l'on ouvre les huîtres, au palais ?

Les huîtres ? sursauta le prince. Jamais nous ne consommerions d'huîtres ! L'idée même est attroce !

Nous, nous utilisons de petites pierres pointues à cet effet, précisa la sirène. Mais ci cela ne sert pas aux huîtres, qu'est-ce donc ?

Le prince nagea attivement jusqu'à lui et lui prit l'objet des mains.

Voyons ! C'est un peigne ! Ne vois-tu pas ces dents ? Ma sœur partage mon opinion, les humains s'en servent ainsi.

Le jeune prince passa la fourchette entre ses longs cheveux d'ébène afin de se coiffer légèrement. Lorsqu'il eut finit de montrer le geste à la sirène, il reposa l'objet à sa place et demanda, interessé.

Dis-moi, quel est ton nom ?

La sirène alla s'installer sur la barre que le prince avait quittée et ce dernier l'y rejoint sans attendre.

Elyn, répondit-il. Il observa attentivement l'autre sirène avant de poursuivre. Mon père est le cousin du roi, le prince Wizardheir. Me dirais-tu que tu n'as jamais entendu le nom de notre famille ? demanda t-il en souriant.

Ainsi, nous sommes cousins ! s'exclama le prince. Mais son visage se rembrunit rapidement. Pourquoi es-tu ici ? Je pensais que nos deux pères n'avaient aucun contact. Es-tu venu seul ? Es-tu venu pour me rencontrer ? Il souriait à nouveau. Personne ne m'a jamais parlé du fils de ce prince…

Cela n'est pas si surprenant, je suppose. Père et le roi ne se cotoyent guère. Il se peut qu'aucun membre de ton entourage ne connaisse mon existence, dit simplement la sirène.

Tu dis cela comme si ça n'avait aucune importance. Le prince fronça les sourcils. J'aurais aimé qu'on me parle de toi.

Pourtant, le fait d'appartenir à la même famille, bien que de deux branches différentes, ne conduisit pas le prince à aller rendre visite à Elyn au château de son père, ni ce dernier à rejoindre le prince au palais. D'un commun accord, tous deux décidèrent de ne parler à personne de leur rencontre. Ce n'était pas tant qu'ils craignaient la réaction de leurs pères respectifs, mais ils souhaitaient simplement garder le secret, et cela était tout. En Elyn, le jeune prince sirène trouva un être avec qui tout partager et cela l'ammena à prendre quelque distance d'avec sa plus jeune sœur. Elle venait toujours regulièrement partager ses dernières trouvailles sur le monde des humains avec son frère, dans la grotte, mais en dehors de cela, les deux jeunes sirènes ne se voyaient guère. Au palais, le prince avait sa propre chambre et celle-ci n'était pas à réelle proximité de l'appartement que partageaient ses cinq sœurs.

Ses rencontres avec Elyn représentaient la part la plus importante de ses journées. Sa famille, et surtout le roi, ne s'étonnait guère de ses absences prolongées, comme il avait été dans l'habitude du prince, dès son plus jeune âge, d'aller seul ça et là à travers le royaume. Selon tous, le prince était à la fois avanturier et solitaire. Toutefois, sa rencontre avec Elyn avait quelque peu changé cela. Certes, il aimait à se retrouver seul, mais plus une seule journée ne passait sans qu'il ressente le besoin de voir son ami.

Le temps passa. Bientôt, la troisième des filles du roi atteint sa majorité et eut de ce fait le droit de nager jusqu'à la surface, lorsque la fête donnée en l'honneur de ses quinze printemps fut achevée. Une fois encore, tous purent noter l'absence du prince, mais personne ne songea qu'il pouvait demeurer tout près, dissimulé derrière l'une des colonnes supportant le château. Les yeux fixes, il observait la jeune princesse faire signe à son père et ses sœurs, un sourire éclatant aux lèvres, avant de s'éloigner d'une nage élégante vers la surface. Le cœur du prince se serra jusqu'à lui en faire mal. Elyn, le bras passé autour de son torse, le serrait contre lui sans prononcer le moindre mot. Lorsque la princesse sirène eut disparue dans l'obscurité des eaux d'en-haut, il se détacha, vint se placer juste derrière lui, et lui défit l'algue qui lui filait les cheveux en natte. Les longues mèches d'ébène flottèrent quelques instants à travers l'eau avant de tomber en pluie légère dans le dos du jeune prince. Elyn se mit à les coiffer de ses doigts dans un geste lent et répétitif.

Tout comme la sirène s'était montrée sincère et vraie envers le prince dès les premiers instants de leur rencontre, il y avait de cela une année, le jeune fils du roi avait dévoilé son cœur, limpide. Et Elyn avait su ce que le prince avait toujours caché, le désir profond qui animait son cœur. Pourtant, depuis ce jour, dès que le prince faisait allusion au jour où il monterait enfin à la surface, Elyn sentait son cœur saigner, un peu plus profondément chaque fois. Cet être auquel il s'était si fortement attaché, viendrait un jour prochain où il devrait supporter de le voir partir, pour ne plus revenir. Le prince ne lui avait jamais rien caché de son souhait de demeurer dans le monde des hommes, de ne plus revenir, jamais. Il semblait si étrange que le prince ne songe pas même au fait que cela signifiait que lui non plus ne reverrait plus son ami cher. Il lui répétait sans cesse que jamais ils ne se sépareraient, comme deux moitiés du même être. C'était comme si dans son jeune esprit, ces deux pensées n'avaient rien de contradictoire. Comme si au fond de lui, le prince se persuadait que tous deux seraient réunis à la surface comme ils l'étaient au fond des mers. Et pourtant, jamais il n'avait exprimé cette idée sous la forme de mots. Il y avait comme une barrière invisible entre ses souhaits, ses désirs profonds, une barrière que le prince ne semblait pas même perçevoir.

Réponses aux reviews !

Smirnoff : lol, oui je sais qu'un mâle sirène est un triton en théorie Mais je n'ai pas envie d'utiliser ce terme, je ne l'aime pas, et en plus j'aime parler de sirène au masculin. Sinon ah oui, écoute les conseils, lis du Poppy Brite ! Et en priorité "Sang d'encre" si je peux me permettre, c'est mon roman préféré personnelement (d'elle, et de tous les livres confondus en fait).

Sevy : et oui hein, snifeuh ! ya pas assez de nouvelles sur Steve et Ghost Un conseil, si jamais tu ne connais pas : tu sais la nouvelle "America", où Ghost fredonne une chanson et Steve lui dit de se taire… Ben écoute la chanson en question… Elle est géniale, je l'aime. C'est "A horse with no name" du groupe "America". Je ne connaissais pas du tout, mais c'est absolument délire de se l'écouter, surtout en relisant la petite histoire "On the first time ooof the jouurneeyy lalala" Voilà lol. Bon et pour la fic, j'espère que ce chap t'a plu - J'écrirai la suite dès que possible !

Céline.s : contente que ça te plaise ! J'espère que tu seras là pour ce chap See you !