Note d'auteur : Ne m'en voulez pas, ce n'est probablement pas la finale que vous attendez d'avoir, vous risquez d'être mélangé au début, mais lisez jusqu'au bout et vous allez comprendre.


(Pensées de Rory)

Je me demandais pourquoi le professeur Smith m'avait demandé à son bureau. Après une nuit de travail sur son travail de session, il ne pouvait sûrement pas me faire une critique si difficile. En m'y rendant, mon téléphone cellulaire sonna. Je le pris et vis sur l'afficheur que c'était maman.

« Département des belles femmes, madame la président à l'appareil.

- Contente de voir que tu as hérité de mon sens de l'humour.

- Alors maman, comment vas-tu?

- Très bien, en fait, les rénovations à l'auberge sont commencées. Dans quelques mois, la Libellule sera ouverte.

- C'est vrai? Génial!

- Ouais, je veux dire, enfin! Mon rêve va se réaliser.

- Wow maman. C'est génial. Je suis réellement contente pour toi.

- Et toi chérie, quoi de neuf?

- Oh rien de spécial, Paris et Jamie se chicanent, Tanna est toujours aussi spéciale et je ne parle pas de Janet.

- Ah la vie étudiante!

- Oh! Et j'ai un rendez-vous avec un professeur aujourd'hui.

- Qu'est-ce que je t'ai déjà dit : Aucun professeur plus âgé que trente ans.

- Si tu avais toi-même suivi cette règle, tu n'aurais jamais été fiancé à Max.

- Ne me le rappelle pas.

- Oh, et comment ça s'est terminé avec Luke l'autre jour?

- Il s'est levé et est parti avant même que je me lève.

- C'est tout?

- Il m'a remercié sur un petit mot, rien de plus.

- J'entends ta déception jusqu'ici.

- Oh SVP! Ne recommence pas. Luke et moi...

- ... n'êtes que des amis. Je sais.

- Écoute Rory, je ne sais pas pourquoi tu me remets ça sous le nez, mais...

- Excuse-moi de te couper maman, mais je suis devant le bureau du professeur. On se reparle ce soir?

- Promis chérie, tu me manques.

- Tu me manques aussi maman. Bye.

- Bye »

Je raccrochai le téléphone et cogna à la porte du bureau.

« Entrez.

- Bonjour Professeur Smith. Je suis Rory Gilmore.

- Oh mademoiselle Gilmore, je suis content que vous ayez pris le temps de venir me rencontrer.

- Je dois avouer que votre message a piqué ma curiosité.

- Asseyez-vous. Je vous ai convoqué pour vous parler de votre travail.

- Je m'en doutais.

- Je sais, dit-il en souriant à moitié. Il s'agit d'un excellent travail, si j'avais demandé d'écrire une nouvelle. J'ai vous demandé de me décrire votre opinion sur ce que vous croyez que l'auteur du poème vivait. Il s'agit d'un cours reliant l'art et la psychologie et non un cours sur la littérature post-moderne québécoise.

- Oh euh... je peux m'expliquer.

- Attendez que j'aie terminé mademoiselle Gilmore. Étant psychologue et critique littéraire de profession, je dois vous avouer que je suis curieuse de savoir d'où vient cet inspiration.

- Mon inspiration?

- Oui, oui. Vous avez sûrement remarqué, mademoiselle, mais je ne suis pas un prof ordinaire... et j'ai la direction du département sur le dos à cause de ça, mais ceci n'est pas important. En tant que psychologue, je voudrais comprendre l'origine de votre histoire et si votre analyse me satisfait, je reconsidérerai votre résultat.

- Que voulez-vous de moi?

- Répondez seulement à mes questions.

- D'accord.

- Les personnages de votre histoire sont-ils vrais?

- Oui, sauf pour Ethan et Laurie, les autres font tous partis de près ou de loin de ma vie.

- C'est ce que j'imaginais. Qu'est-ce qui vous a inspiré cette histoire?

- Quand vous nous avez donné le poème, j'ai demandé à mon amie Lane, une mélomane avouée, de m'aider à retracer les origines de la chanson. Je l'ai écouté et j'ai commencé mon interprétation. J'ai alors compris qu'il s'agissait de l'histoire d'un père qui n'était simplement pas satisfait de son travail de père. Je dois avouer que comme père, le premier visage qui m'est venu à l'esprit est celui de Luke.

- Luke est votre père?

- Non, mon père ne vit pas avec maman et moi, elle est tombée enceinte de moi à 16 ans et je connais mon père, mais je ne suis pas aussi proche de lui que je devrais l'être.

- Alors que représente Luke pour vous?

- Luke est le meilleur ami de ma mère. Il est l'homme qui détient le restaurant où nous nous nourrissons.

- Vous nourrissez?

- Euh oui. Disons que ma mère et moi, sauf pour faire brûler de Pop-Tarts, nous n'avons pas beaucoup de talents culinaires.

- Je vois, donc vous mangez chez Luke à tous les jours, depuis quand?

- Je devais avoir cinq ans.

- Okay, euhm... continuez votre histoire.

- Okay, comme j'avais de la difficulté à imaginer Luke comme étant un mauvais père, je me suis demandé dans quelle circonstance ça pourrait arriver. La seule qui m'est venue est celle qui est écrite.

- Le fameux personnage de Lorelai, que représente-il pour vous?

- C'est simple, ce que serait ma mère sans Luke.

- Alors pourquoi la scène du début?

- Ma mère vit dans le déni depuis que je la connais, surtout en ce qui concerne ses sentiments pour Luke. Ça n'aurait pas été réel, s'il n'y avait pas eu cette scène.

- Okay, et les sentiments de Luke envers votre mère?

- Je vais vous raconter une histoire : ma mère, il y a quelques années, s'est fiancé avec un homme, très gentil, très intelligent, mais pas du tout son type, d'après moi.

- Comment ça?

- Ma mère est le genre de personne qui donne des noms à sa cafetière et M. Médina était un enseignant de littérature anglaise.

- Je comprends. Une question hors sujet : pourquoi l'appelez-vous M. Médina.

- Parce que non seulement, il était enseignant, mais il était MON enseignant.

- OH! Je vois.

- Il m'a suggéré une fois de l'appeler Normand, mais ça n'a pas duré longtemps. Pour en revenir où j'étais. Pas très longtemps avant qu'elle n'annule le mariage, Luke est arrivé chez nous avec ce genre de statue vous savez, une chuppa pour son mariage. Je veux dire quel genre d'homme fabrique à sa meilleure amie ce genre de chose pour son mariage sauf s'il est amoureux d'elle. En plus, et je l'ai entendu de Sookie, il paraît que lorsqu'il a entendu dire que le mariage était annulé, il a offert du café gratuit à tout le monde qui était dans le resto.

- Mon Dieu, je commence à comprendre le personnage. Mais qui est Nicole?

- Présentement, elle est la femme de Luke.

- Je suis perdu.

- Je vous l'ai dit tous les personnages de l'histoire sont vrais, y compris le mariage sur la croisière entre Nicole et lui. Mais ils sont en instance de divorce.

- Ok, à propos de l'histoire. Qu'est-ce qui vous l'a inspiré?

- Ma mère a déjà subit une telle chose. Mon père est revenu, il y a quelques années, lui promettant mers et monde et il nous a finalement quitté pour retourner auprès de sa fiancé qui était enceinte.

- Pourquoi alors ce n'était pas lui le personnage principal de votre histoire?

- Je n'ai jamais senti que papa ferait un mauvais père, même dans ces circonstances.

- Finalement, pourquoi l'avez-vous écrite?

- Je ne comprends pas.

- Pourquoi avez-vous écrit une histoire et non écrit un essai comme les autres?

- Je ne sais pas. Je l'ai écrite après que je sois retournée à la maison et que j'ai vu Luke endormi sur le divan chez nous. Et là ma mère m'a dit quelque chose du genre, 'il a l'air bien n'est-ce pas?' Et là, j'ai compris que ce ne serait probablement pas la dernière fois qu'il dormirait à la maison. Après, j'ai commencé mon analyse et l'histoire m'est venue.

- Bon eh bien, mademoiselle Gilmore, vous m'avez convaincu.

- Vraiment?

- Bien sûr, je sens que votre histoire est sentie et qu'il s'agit réellement de votre opinion sur le personnage qui chante la chanson. Vous avez compris le sens du poème. En plus, vous avez canalisé ces sentiments dans l'écriture de la nouvelle et elle démontre clairement ce que vous ressentez quand on la lit.

- Wow... euh, merci?

- Bienvenue mademoiselle. Mais je dois avouer qu'en tant que psychologue, j'apprécie le fait que vous soyez capable de vous exprimer de cette manière, mais en tant que professeur, je préfèrerais que vous vous en teniez aux consignes demandées la prochaine fois.

- Je comprends. Je vous remercie de m'avoir donné cette seconde chance.

- Est-ce que je peux vous demander une dernière question?

- Est-ce que ça risque de faire baisser mon résultat?

- Non.

- D'accord.

- Pourquoi avez-vous fait subir ça à Luke et à votre mère?

- J'ai peur que ça leur arrive s'ils ne se réveillent pas bientôt.

- Je vois, bon eh bien, au revoir.

- Merci encore.

- Mon plaisir ».


« Eh Luke!

- Rory, contente de te voir en ville, qu'est-ce que je te sers?

- Un café pour emporter SVP. Alors, quoi de neuf?

- Oh rien de nouveau.

- As-tu parlé à ma mère dernièrement?

- Pourquoi cette question?

- Pour rien. Eh! Luke, j'ai eu un A dans un travail l'autre jour, mais je me sens mal parce que je me suis servie de toi.

- Servie de moi?

- Euh oui, alors, comme tu es dans le texte, je vais te laisser une copie du travail.

- Tu n'es pas obligé.

- J'y tiens... ne fais pas la même erreur. Bye Luke ».

Je laissai le document sur le comptoir et quitta le restaurant. Je n'ai jamais su s'il l'avait lu, mais j'espérais simplement qu'un jour, il se rende compte de ce qu'il faisait.


Quand j's'rai grand, j's'ai comme mon père

Le plus fort et le plus adroit

Le plus grand savant de la Terre.

Du moins c'est ce que mon fils dira.

--

Quand j's'rai grand j's'rai comme mon père

Je travaillerai le jour et la nuit.

J'ordonnerai aux enfants de se taire

Et m'enr'tournerai dans mon lit.

--

Quand j's'rai grand j's'rai comme mon père

Toujours souriant aux yeux des gens

Mais n'm'empêcherai d'être vulgaire

Si il s'agit de mes enfants

--

Quand j's'rai grand, j'tromperai leur mère

Et dirai : « ce n'est qu'une amie

Vous n'avez pas à vous en faire

Prenez-vous donc des confiseries »

--

Quand j's'rai grand, j's'rai comme mon père

Car dans nos veines, il y a le même sang

Quand j's'rai grand, j's'rai comme mon père

Et c'est s'qui m'fait peur maintenant.

Fin


Note d'auteur géante: Désolée de cette fin, je sais que ce n'est pas ce que vous espéreriez, mais j'étais incapable de penser que cette histoire pouvait être possible.

Lire et commentez, j'adore les commentaires, je m'en nourris, ils seront probablement meilleurs que le poulet réchauffé que j'ai mangé pour souper, si vous voulez manger du caoutchouc, j'ai une bonne recette.