Wendy Malfoy: oui oui, vendredi :-)! Je t'envoie le 5ème Mghl dans le week-end, bonne publication! Et bonne lecture

TariFaelivrin ex USHermy: euh... Harry/Harry...lol! Ma théorie sur ta traduction de l'autre fois c'est que ça t'a tellement fait bouilloner la cervelle que là elle est hors service. Tu comprends que je ne me permette pas de te demander tes services dans ces conditions. Repose-toi ma petite. ;-)

Moony.62: non mais vas-y parle moi comme à une jument toi! J't'en mettrai des braves filles moi tiens...lol! Oui, je te jure que l'anglais c'est bien. La grande différence entre les fics anglaises et françaises, c'est que dans les anglaises, c'est toujours très...droit... Je veux dire que même dans les délires, t'as l'impression que les auteurs s'acharnent à"bien" écrire, à faire des trucs presque publiables quoi. Je sais pas si tu vois ce que je veux dire. C'est ça qui fait leur qualité. Mais ça enlève aussi à la légèreté de certaines histoires. Ils se prennent au sérieux, voilà. Dans certains cas c'est très bien, dans d'autres non. Enfin je dis ça pour les fics que j'ai lues, (et que j'ai beaucoup aimé) ce n'est pas forcément une généralité.Biz

AURELIA: merci beaucoup! C'est sûr que si tu ne comprends pas l'anglais, les traducteurs internet sont immondes! Ils traduisent mot à mot! Exemple: "They found Severus in the morning, lying in front of the gates to the school", ça va t'écrire "Ils ont trouvé Severus Snape en matin, se trouvant devant les portes à l'école" (traducteur voila)...hum...C'est pas le pire...Bonne lecture d'une traduction un peu plus compréhensible j'espère! ;-)

Mikishine: euh...attends je cherche...eh bien oui, en effet, tu n'avais jamais laissé de review! honte à toi! burn her!lol! (en plus je me suis embêtée à passer en revue toutes les reviews, tsss!) Oui Hermione s'emporte beaucoup, mais j'avais bien aimé cette dispute. Et j'aime aussi comment elle va se finir...gnihihi! Merci beaucoup et bonne lecture!

Agath: attention elle prend le dernier virage c'est très serré avec la candidate grecque, Retar Publikassion, etl'espagnole Flem Total, mais Siryanne Siryanne fait une accélération prodigieuse, elle reprend le pas sur ses adversaires et elle passe la ligne d'arrivée elle GAGNE! Elle adresse ses remerciements à ses sponsors et à Agath pour ses encouragements. C'était une très belle cours jean-louis, une très belle course! ;-)

sofiss: lol, c'est vrai! Merci encore pour le chapitre 13. Biz!

mathilde: la guerre c'est presque passé, l'amour arrive ;-) "une jolie histoire d'amitié":lol! Je ne sais pas s'il y a beaucopu de slash sur le couple, je sais qu'il y a des Sirius/Remus par contre. Mais pour que je lise du Sirius il faut qu'il soit avec Severus et c'est tout:-) Biz

galouz: ben non, c'est le dernier chapitre, pauvre tartelette aux fraises! Je l'ai dit plein de fois, rooo:-) Y'a une dernière NdT, juste pour le plaisir!lol (ainsi qu'une petite surprise pour toi à la fin je pense)

Melindra: bien, très bien, très trèèèès bien, t'inquiètes! ;-) J'ai vu que tu avais updaté Rary: bravo! J'irai le lire dès que ma flemmingite sera passée :-)! Bon maintenant j'attends les Dieux de poudlard! ;-) Bonne lecture

Drusilla452: Au cas où on ne se retrouve pas sur une autre fic je te souhaite bon courage pour ton bac, si tu bosses comme tu le dis je pense que ça ira. Bisous et merci

bohemio: mais oui! Tout de suite même:-) biz


Salut! Dernier chapitre un peu en avance, c'est-y pas gentil tout plein ça? ;-) Je n'ai pas le temps...bon,ok, j'ai la flemme de le relire, mais normalement sur mon PC c'était bon, donc j'espère qu'il n'y aura pas de problème de mise en page c'est tout. Signalez le moi sinon. Bonne lecture!

Annonce: Attention mesdames et mesdames, dans cet ultime chapitre, retour du lemon qui justifie le caractère R de cette fic ! Non, vous ne rêvez pas, on le croyait mort, mais il est bien là, pour le plus grand plaisir des lecteurs…et des personnages. :-)


Disclaimer: persos et univers à JKR, histoire à Auror Borealis, traduction (et donc erreurs de traduction) à moi ;-)

Blank Slate (le lien vers la version originale est maintenant dans ma bio, vers la fin, où je parle de mes fics)

Chapitre 20

Snape ouvrit la porte de la chambre à la volée. Hermione était en train de jeter des choses au hasard dans une malle. Il se dirigea vers elle, prit le livre qu'elle avait à la main et le replaça sur l'étagère. Il ferma violemment la valise.

« Qu'est-ce que tu es en train de faire, Hermione ? » Sa voix était calme.

« Ce que j'aurais dû faire quand tout ceci a commencé. Je rentre chez moi. »

« Vraiment ? » Le sarcasme était revenu en force dans son ton.

« Tu crois que tu peux m'arrêter ? »

« Je ne pense pas que j'aurai à le faire. Tu ne vas pas envoyer promener sept années d'éducation parce que tu es en colère contre moi. De plus, tu ne peux pas quitter Poudlard. Tu n'es pas en sûreté à l'extérieur. »

« Je prends le risque. » Elle le contourna et reprit le livre sur l'étagère. Il mit un pied sur le couvercle de la malle.

« Je sais que tu m'en veux d'avoir parlé de toi avec tes amis, et avec Remus. »

« Le Professeur Lupin ? » Oh, merde, se dit-il. « Qui d'autre, Severus ? »

« Personne, Hermione. Et si ça peut aider, je suis désolé. »

« Je veux divorcer. »

« Hermione, écoute-moi. J'ai dit que j'étais désolé. Et dans la mesure où je ne suis pas le seul ici qui devrait s'excuser, le moins que tu puisses faire c'est m'écouter. »

« Tu penses que je te dois des excuses ? Mets-toi à l'aise si tu prévois de les attendre, parce que tu en as pour un moment. »

Il se raidit. « Tu ne penses quand même pas que m'humilier devant toute l'école était justifié ? »

Elle rougit, mais ne répondit pas.

« Je dois faire cours à ces élèves lundi, Hermione. Je dois avoir leur respect, ou au moins leur crainte, pour que ça fonctionne. Comment puis-je contrôler une classe, quand tout Poudlard sait que je ne peux pas contrôler ma propre femme ? » Il ferma les yeux aussitôt que les mots eurent franchi ses lèvres, sachant qu'ils sonnaient très macho. Il ne l'avait pas voulu.

« Je le savais ! » hurla-t-elle. « Tu penses que tu dois me contrôler. Tu penses que tu as le droit d'essayer de le faire. Je ne serai jamais rien de plus qu'une élève pour toi. C'est pour ça que tu m'as repoussée, n'est-ce pas ? Tu ne peux pas coucher avec une élève, même si tu es mariée avec elle. Eh bien je ne vais pas attendre là que passe une vie de retenue, alors sors-toi de mon chemin ! »

« Je crois bien que c'était toi qui voulais attendre, le soir de notre nuit de noces. »

« J'ai changé de foutu avis. Laisse-moi passer ! » Il avait refermé une main sur son poignet.

« Tu te comportes comme une enfant, Hermione. »

« Et tu te comportes comme un professeur qui essaie de me discipliner. Pas question. Pas venant de mon mari, pas quand nous sommes seuls. »

Il la regarda, ses yeux se plissant, la main toujours sur son poignet.

« Te discipliner n'est pas une mauvaise idée. » Il la souleva et la balança par dessus son épaule, puis la porta ainsi jusqu'au lit. Il s'y assit et la posa sur ses genoux, la tête vers le bas. Elle le frappait sauvagement, mais il maintint sa prise.

« Qu'est-ce que tu fais bordel ? »

« Je vais punir une sale morveuse. »

« QUOI ? » cria-t-elle « Tu vas me donner la fessée ? »

« Seulement si tu ne t'excuses pas de m'avoir envoyé une Beuglante. C'était déplacé, et je crois que tu le sais. »

Elle se tortillait sur ses genoux, tentant de lui échapper.

« Touche moi, et je… »

« Tu quoi ? Tu me quitteras ? Tu prévoyais de le faire de toute façon. Les excuses, si tu veux bien. »

« Va rôtir en enfer. »

« Tôt ou tard. Je m'excuse auprès de toi pour mon erreur de jugement. Je n'avais aucune intention de te mettre dans l'embarras, Hermione, et je suis sincèrement désolé si je l'ai fait. Je voulais mieux te comprendre. J'ai pensé que ça pourrait aider de discuter avec Potter et Weasley. » Il marqua une pause et changea de position pour la tenir avec un bras, son autre main courrant avec légèreté le long du dos de la jeune femme. La vue de ses fesses rondes, bien que recouvert par ses robes, était terriblement érotique. Son tortillement l'excitait encore plus, et il finit par trouver l'idée de la fesser appétissante, dans un sens qui n'avait rien à voir avec la discipline.

Elle tremblait involontairement. Il mit une main sur son derrière, et sentit la chaleur monter à travers le tissu.

Il bougea la main d'une manière caressante, puis l'éleva pour donner une claque assez douce. Elle sursauta.

« J'aurais dû te parler, je sais. » dit-il, la caressant de nouveau « Je ne savais pas comment gérer ma peur te concernant. »

Elle arrêta de gigoter sur ses genoux.

« Tu avais peur ? De quoi ? »

« De te donner une raison de me craindre. De te pousser à me détester. J'avais peur de te faire fuir. Je ne veux pas te perdre, Hermione. » Il décrivit des cercles avec sa paume, puis fit monter sa main pour la fesser de nouveau, aussi doucement que précédemment.

Ses fesses se cambrèrent au contact.

« Je suis terrifié par le pouvoir que tu as sur moi. »

Une autre claque, un tout petit peu plus forte. Elle gémit, mais il savait qu'il n'avait pas pu lui faire mal.

« J'ai peur de ce que je pourrais te faire, si tu me mettais de nouveau en colère. »

« Severus, tu ne me ferais jamais de mal. » Il sourit à ceci, absurde que c'était vue la position vulnérable de Hermione sur ses cuisses.

« Je l'ai déjà fait, Hermione. Je sais que c'est en moi. Je ne peux pas supporter l'idée que ça puisse encore arriver un jour. »

« Tu as une façon intéressante d'illustrer ton point de vue. » Alors elle a perçu l'ironie aussi, se dit-il.

Il la massa légèrement.

« Tu veux que je te libère ? »

Elle hésita.

« Je ne me suis pas encore excusée pour la Beuglante. »

Il soupira et relâcha sa prise.

« Tu n'as pas besoin de le faire, Hermione, si tu ne trouves pas que c'est justifié. Si tu penses que je le méritais, alors soit. » Il se sentit soudain las, il ne voulait pas la forcer à exprimer un regret qu'elle ne ressentait pas. « Tout ceci est très rabaissant. Tu peux te lever maintenant. »

Elle ne bougea pas.

« Mais je n'aurais probablement pas dû l'envoyer, Severus. »

Comme excuse, ce n'était pas terrible, pensa-t-il, mais il ne l'obligerait pas à en faire plus.

« Non, Hermione, » dit-il tristement « tu n'aurais en effet pas dû l'envoyer. Mais maintenant que tu t'es enfin excusée, tu n'as aucun besoin de rester où tu es. »

« Je ne me suis pas excusée. »

« Tu viens juste d'admettre que tu n'aurais pas dû l'envoyer. »

« Mais ce n'est pas la même chose que s'excuser. » Elle s'agitait de nouveau.

Il commença à comprendre.

« Tu aimes ça, c'est ça? » Il caressa de nouveau le derrière recouvert de vêtements, et lui donna une autre claque. Elle gémit une nouvelle fois. « Ça t'excite. » Son ton était incrédule.

« Mmh. » dit-elle vaguement.

Il eut une inspiration.

« J'attends toujours tes excuses pour la Beuglante, Hermione. »

Une autre claque, un peu plus forte que la dernière. Ses hanches bougèrent, effleurant sa virilité durcissante. Elle ne dit rien.

« Si tu ne t'excuses pas, » dit-il, la voix basse et pleine de velours « je ne te fesserai plus. »

« Je suis désolée, Severus. » Elle attendit avec impatience, et il la récompensa par une autre claque.

« Je n'aurais pas dû envoyer la Beuglante. C'était très mal de ma part. »

La fessée suivante fut calculée de manière à piquer légèrement. Elle gémit fortement cette fois, un désir indéniable émanant du son.

« Je ne le ferais plus jamais, promis ! » Il parcourut de son doigt la raie de ses fesses, traçant lentement son chemin vers l'endroit où le tissu recouvrait l'entrejambe en haut de ses cuisses. Elle poussait des petits soupirs. Il retira sa main et frappa encore son derrière, fort. Elle cria.

« Tu m'accompagneras au match de Quidditch de cet après-midi. »

« Oui, Severus. » Elle fut de nouveau récompensée.

« Tu te pendras à mon bras, et donneras toute apparence de m'aimer profondément. »

« Oui, oh oui, s'il te plaît… » La force de la claque la fit glisser légèrement vers l'avant. Elle hurla.

« Et ensuite, tu reviendras ici avec moi, où tu m'accorderas toute ton attention pendant que je te dirais combien je t'aime. Est-ce que c'est clair ? »

« Oh, mon Dieu, Severus, OUI ! » Après une dernière claque cinglante, il la releva et la prit dans ses bras, puis fit fondre ses lèvres sur les siennes. Après quelques instants, il se rendit compte qu'elle essayait de dire quelque chose. Il libéra sa bouche avec réticence.

« Dis-le encore, Severus. » Son ton était émerveillé, ses yeux brillaient d'émotion.

« Je t'aime. »

« Je t'aime aussi. » Puis elle ramena sa bouche à elle.

Elle suça goulûment sa lèvre inférieure avant d'ouvrir la bouche pour accueillir sa langue. Elle se serra contre lui, ses mains essayant frénétiquement de lui défaire ses robes.

Comme préliminaire, le petit jeu s'était révélé bien au-delà des rêves de Severus. Sa jeune femme était clairement prête. Il la déshabilla rapidement, et elle fut bientôt nue à côté de lui sur le lit. Des souvenirs pas très bienvenus de leur première et seule fois surgirent, mais il les repoussa facilement. Ceci ne ressemblait en rien à ce premier rapport.

Elle était en train d'embrasser son cou, susurrant des excuses alors qu'il se positionnait. Il glissa dans son passage humide et accueillant, ne rencontrant absolument aucune résistance. Elle cria son nom, cambrant les hanches pour aller à la rencontre de ses poussées. La sensation de ses seins glissant contre son torse pendant qu'il se mouvait en elle était paradisiaque. Elle l'entoura de ses jambes, le pressant de bouger plus vite.

« Ah, mon Dieu, s'il te plaît… tu es incroyable. » haleta-t-elle

« Hermione… c'est si bon, mon amour. » gémit-il dans son cou, faisant des va-et-vient désespérés. Un coin reculé de son esprit, un très petit, le réprimanda de son manque de retenue. Il lui dit d'aller se faire voir : il avait besoin de délivrance autant qu'il avait besoin d'air. Il sentait que Hermione aussi. Il déplaça son poids pour appuyer fortement sur son os pubien pendant qu'il la pénétrait. Cette stimulation supplémentaire était tout ce dont elle avait besoin. Elle resserra violemment son étreinte sur lui, ses ongles s'enfonçant profondément dans son dos en le griffant dans son extase. Elle leva la tête pour l'enfouir dans son épaule, son corps se raidissant alors qu'elle se resserrait sur son sexe, l'orgasme la traversant de toute part. Sa voix, devenue rauque, lâcha un dernier cri.

Dans un grand râle, il trouva sa propre délivrance. Jamais de sa vie il n'était venu avec autant de puissance, ou de satisfaction.

Ils restèrent affalés là tous les deux, tremblants et essoufflés, pendant un long moment.

« Severus ? »

« Oui, mon amour ? »

« Je suis désolée du pétrin dans lequel je t'ai mis en te sauvant. Mais je ne regretterai jamais de l'avoir fait. »

« Je t'aime. » Il l'embrassa.

o§o

Hermione s'assit avec Severus au match de Quidditch, acclamant aussi fort que le lui permettaient ses cordes vocales fatiguées. Gryffondor remporta facilement le match. Harry attrapa le Vif d'Or au bout de onze minutes, faisant de cette partie la plus courte disputée à Poudlard depuis bien des années.

Elle tint la promesse qu'elle avait faite à Snape : elle était accrochée à son bras comme si sa vie en dépendait, et le regard qu'elle posait sur lui était aussi adorateur qu'il aurait pu le souhaiter. L'incident de la Beuglante, qui avait paru si terriblement embarrassant il y a quelques heures, était maintenant considéré comme une très bonne blague par tous ceux qui parlaient avec les Snape. Le bonheur évident qui irradiait autour d'eux rendait impossible le fait de voir les choses autrement.

Severus fit même un sourire à Harry et Ron quand ceux-ci redescendirent pour être félicités. Remus le prit à part pendant qu'il discutaient avec Hermione.

« Alors, on dirait que je ne t'ai pas autant foutu dans la merde que je le pensais? »

« Nous devons encore discuter de beaucoup de choses, naturellement. Je ne suis pas bien sûr que tout soit réglé entre nous. Mais à partir de maintenant j'en parlerai avec elle, merci beaucoup. » Il fit un grand sourire à Lupin. « Et non, tu ne m'as pas "foutu dans la merde". J'aurais pu ignorer ta suggestion. La prochaine fois, je pense que je le ferai. Particulièrement maintenant que je sais comme tu es nul en ce qui concerne les affaires de cœur. »

Lupin suivit son regard vers le trio.

« Je crois comprendre que tu sous-entends que je ne savais pas pour Harry ? »

Snape tomba des nues.

« Il ne pouvait pas s'approcher de moi sans rougir, ça a duré des semaines. Bien sûr que je savais. C'était vraiment flatteur : c'est un beau jeune homme. Un jour il rendra un autre beau jeune homme très heureux. »

Draco Malfoy choisit ce moment pour s'approcher de Harry, Ron et Hermione. Il avait l'air mal à l'aise, mais se détendit légèrement quand il rencontra trois regards pas trop hostiles.

« Hum…belle partie, Potter. Une bonne démonstration de vol. »

« Merci Malfoy. »

Les quatre jeunes gens restèrent là, embarrassés, pendant quelques instants, ne sachant pas quoi dire, jusqu'à ce que Draco reprenne la parole.

« Il y a quelque chose que je voulais te dire depuis longtemps déjà, Potter. »

« Ouais, c'est quoi ? » Harry essayait d'avoir l'air décontracté.

« Hum… Ce qu'on s'est dit la première fois où on s'est rencontrés, dans le train. Tu t'en souviens ? »

Harry semblait s'en souvenir parfaitement ; Hermione et Ron aussi. Les deux professeurs en avaient entendu parler, bien sûr, et écoutèrent avec intérêt.

« J'ai, eh bien… J'ai dit que tu devais éviter les gens douteux. Et tu as dit… Tu as dit que tu savais très bien reconnaître les gens douteux toi-même. »

Hermione et Ron échangèrent un regard. Harry ne lâcha pas celui de Draco.

« Ça fait longtemps que je voulais te dire que tu avais raison. » Il tendit la main. Harry la prit, un grand sourire barrant son visage. Le public qui s'était rassemblé poussa un soupir de soulagement collectif.

« On va chez Hagrid. Il a de la Bièraubeurre, pour fêter notre victoire. Tu veux venir ? » demanda Harry avec hésitation.

« Tu penses que ça ira avec lui ? » demanda Draco, mordant sa lèvre avec incertitude. Après tout, il avait joué un rôle dans le fait que Hagrid avait perdu plusieurs des créatures magiques auxquelles il était attaché, dont un dragon et un hippogriffe.

Draco eut l'air effrayé quand Ron le frappa au bras, mais se relaxa quand il se rendit compte que le geste n'était pas une attaque.

« Ouais, viens, la Fouine. Ça va être marrant. »

Malfoy leva les yeux au ciel, mais suivit les deux Gryffondors.

« Tu viens, Hermione ? » demanda Ron

« Non, allez-y. J'ai des excuses à faire. » Un petit rire échappa à Severus. Le professeur offrit son bras à sa femme et ils rentrèrent au château, Hermione regardant Severus avec adoration.

FIN

oOoOo§oOoOo


Et voilà, c'est fini. FINI ! Vous voyez le mot là ? FIN ! Mouahahaha, ça y est ! Des heures de calvaire, mesdames et mesdames, des heures ! Mais de calvaire volontaire pour le plaisir de vous faire lire cette histoire. Bon, je reste sur l'impression qu'elle donnait mieux en anglais. A moins que ce soit le fait de la lire et la relire qui m'ait un peu embêtée dans cette version française. C'est quand même impressionnant comme une fic peut dériver ! Je rappelle que tout ça est parti d'une perte de mémoire de Severus !lol ! Mais je l'aime beaucoup quand même, et même si cette fin m'a laissée sur ma…faim, je trouve que c'est une bonne conclusion. Et puis il était pas mal le lemon non ? ;-)

Parmi ses nombreuses fics (pas toutes achevées malheureusement) Auror Borealis a fait un très beau one shot que j'ai beaucoup apprécié, et que j'ai traduit. Ça s'appelle « N'importe quoi pour lui » et c'est aussi un Severus/Hermione.

Je vous dis à très bientôt (j'espère que je vais arriver à continuer "Comment capturer un Severus en 10 leçons" !) et n'hésitez pas à aller chatouiller le petit bouton bleu en bas à gauche, il adore ça ! Merci énormément à toutes celles qui ont laissé une review jusque-là, et à celles (et ceux ? allez, SVP messieurs !) qui en laisseront une dernière ici. Biz !

PS : Petit coup de pub pour 3 fics du moment que j'adore :

« Extraits de vie », de Mikishine, un Severus/Hermione très original et très très drôle

« Par Merlin » , de Link9, un Severus/Hermione moins original dans le fond (changement de corps) mais qui l'est vraiment dans la forme (faut dire qu'à la base elle n'aime pas ce couple), et hilarant !

« Potions en réaction », de galouz, un Severus/Harry qui contrairement à beaucoup d'autres ne sombre pas dans le sexe gratuit et sans scénario (enfin mais bon si ça pouvait arriver bientôt le R ma galouz ça serait bien…lol !) et dont les premiers chapitres sont hilarants (les suivants sont drôles aussi mais avec un sérieux de plus en plus présent et le développement de la relation Sev/Harry)