Disclaimer: Rien ne m'appartient. Tout est à Rowling, Bloomsbury et la Warner.

Wow je pensais pas que j'aurais cinq reviews -. Une et j'allais déjà être happy. Merci à vous cinq, very nice of you. Je sais que ça a du vous surprendre mais je suis heureuse que vous ayez lu et même pour certains d'entre vous apprécié. Voilà la seconde partie et fin. Petite dédicace spéciale à Daffy qui est toujours là .

A plus ;). Et continuez à reviewer .


La Vérité est ailleurs - 2nde partie-

C'était étrange de savoir que ce qui avait véritablement changé le cours des choses ce n'était même pas cette tragique escapade au Ministère. Non. C'était le fait qu'il s'était fait bluffé par une fille de 45 kilos aux ongles peints en rose.

Terrifiant.

Il y aurait du avoir des cours pour ça, ou même un livre. Weasley l'avait suggéré deux trois fois quand ils étaient entre gars dans le dortoir: un livre avec tout ce que les filles faisaient et auxquels les garçons ne comprenaient rien. Parce que là, sincèrement Neville Londubat nageait dans les plus opaques ténèbres.

Il en avait l'habitude pourtant des situations nébuleuses. Rien que la dernière fois il avait eu un mal abominable à comprendre le cours de Métamorphose. Heureusement qu'il n'avait plus Potion, Rogue ne pouvait plus le terroriser autant. Par contre il savait qu'Harry lui, en soupait régulierment encore.

Harry Potter et lui, ils se ressemblaient. En tout cas, il y avait quelque chose dans le regard d'Harry maintenant quand il le regardait qui faisait qu'il se sentait vraiment inclus dans la Dream Team. Non pas qu'il en avait vraiment eu envie un jour. Mais traîner avec Ron, Hermione, Ginny et Luna c'était enrichissant en quelque sorte. Il savait qu'il pouvait compter sur eux et c'était réciproque.

Puis il y avait Parvati. Mais ça c'était une autre histoire. Va comprendre pourquoi elle avait décidé de s'asseoir auprès de lui. En tout cas, lui, il ne savait pas. Il aimait bien être tout seul parfois. Ca lui permettait de penser à tout ça, ses parents, vous-savez-qui, les filles, les cours.

Parce que Neville il aimait bien être dans la salle commune des gryffondors, ou étudier avec ses camarades dans la librairie ou encore causer avec ses copains quidditch sur les gradins, mais il aimait aussi avoir un peu de temps pour lui. Juste pour lui. Et maintenant, ça le surprenait d'arriver à avoir du temps pour lui en compagnie de Parvati. C'était pourtant une fille. Et une sacré fille, la plupart des autres élèves pouvait le dire.

Elle sentait bon. C'était la première excuse qu'il avait trouvé quand Dean l'avait harcelé à propos de son temps passé avec Parvati. Oui elle sentait vraiment bon. Un truc propre, du bon savon quoi. Il ne savait pas vraiment quoi mais s'il avait un top ten à faire avec les plus agréables odeurs, son parfum à elle l'emporterait haut la main avec l'odeur du pop-corn grillée.

Elle sentait bon et c'était une raison suffisante pour qu'ils traînent ensemble tout seuls. Dean avait passer le reste de l'après-midi à se moquer de lui. Mais Neville ne répondait jamais à ce genre de provocation. Il était du type zen. Les seules fois où on l'avait vraiment vu s'énerver c'était l'année dernière quand il s'était jeté sur Malefoy comme ça, parce que ce dernier avait parlé de Sainte Mangouste.

Neville ne levait jamais la tête quand Parvati s'installait à coté de lui. Personne ne savait pourquoi et certaines disaient que c'était vraiment arrogant de la part de Neville.

Neville il savait bien pourquoi il ne levait pas la tête. Tout d'abord parce qu'il n'y en avait pas besoin. Y'avait toujours cette odeur de savon frais. Neville aurait pourtant parié qu'elle était plutôt du genre à avoir des parfums épicés ou capiteux. Non, même pas. Ensuite parce que si il levait la tête, elle allait lui sourire.

Il était zen mais fallait pas pousser.

Les sourires de Parvati c'était aussi effrayant que Rogue lui-même. Il avait beau se dire que ce n'était jamais que des dents qu'on voyait dans un trou découpé dans de la chair, rien n'y faisait.

C'était un rituel. Elle s'asseyait à coté de lui et lui poussait le pichet de jus de citrouille vers elle pour qu'elle puisse se servir. Il voyait toujours le reflet de son sourire sur le verre en fonte. Ca faisait de l'effet mais un peu moins. Elle, elle se mettait à parler, parler et encore parler. Et vers le dessert là il s'autorisait à la regarder. Ca faisait un peu deux desserts en un. C'était pratique.

Ca faisait un moment maintenant que ça durait. Il entendait parfois leurs deux noms chuchotées dans les couloirs mais n'y prêtait pas attention. C'était pas son problème. Parvati était une gryffondor, tout le monde traînait avec des gens de sa maison non?

Ce jour là elle s'était installée à côté de lui mais n'avait pas vraiment sourit.

Ca aurait du faire office de warning.

Elle prit le pichet et se servit puis le servit ensuite.

« Euh... merci.. » balbutia Neville surpris en la regardant.

Pour le coup, le dessert arrivait avant.

Ou pas vraiment.

Y'avait un truc qui clochait. Parvati, nerveusement, avait glisser une de ces boucles parfaites de cheveux noirs derrière son oreille. Normalement, à peine elle était assise qu'elle lui parlait de tout et de rien et là, ses jolies lèvres étaient complètement fermés.

Une vrai princesse dans sa tour d'ivoire.

« Quelque chose ne va pas Parvati? » demanda Neville finalement.

« Hum? »

Ouh... c'était encore pire que ce qu'il croyait. Neville chercha dans sa mémoire si quelque chose c'était mal passé en cours ce matin.

« C'est ta manière de me demander si je vais bien? »

Neville fronça imperceptiblement les sourcils. Les filles...

« En général quand tu t'installes, tu te mets à parler de tout un tas de choses... »

« ...sans importance et totalement inutiles. C'est ce que tu allais dire n'est-ce pas? »

Parvati posa deux yeux noirs flamboyants sur le pauvre Neville, qui pour le coup, aurait encore préféré affronter ceux de sa grand-mère.

« Merci Londubat. »

Londubat. Pas Neville. Elle ne l'avait jamais appelé par son nom de famille. Même en première année. A vrai dire personne ne l'appelait par son nom de famille excepté les membres des autres maisons ou des autres années.

« Parvati, dis-moi ce qu'il ne va pas. On est copains non? Parle-moi.»

Parvati laissa un léger soupir s'échapper de sa poitrine et pendant un moment Neville ne sut plus ce qu'il venait de dire. Pourtant c'était une grosse bêtise.

« Parler c'est pour les gens qui ont quelque chose en commun. »

« Ah. »

« Est-ce que je suis ta petite amie? »

Neville ouvrit de grands yeux. Sa quoi? C'était pas un truc pour les garçons cools ça? Parvati et Neville? La question laissa place à un silence flamboyant où les yeux de Neville semblaient s'agrandir de seconde en seconde sous l'effet de la surprise.

« Pardon? » fut tout ce qu'il trouva à dire.

Et sur ces mots, Parvati s'était levé. Elle semblait hésiter. Puis finalement, elle s'était installé plus loin, à côté de Lavender.

On avait rarement vu un silence aussi effroyable dans le grand hall. Il était encore trop tôt et la plupart des élèves n'avaient pas fini leurs cours mais Neville savait comment ça fonctionnait. Dans deux heures tout le monde serait au courant. Pas de ce qui s'était dit, ils n'avaient pas parlé assez fort, mais du fait qu'elle s'était levé et que... bref... voilà quoi.

Parvati ne s'installerait plus à ses côtés pour déjeuner. Bizarrement de tout ce qui allait lui être enlevé, c'était ce point là qui tourmentait le plus Neville.

Et puis mince! Il lui avait rien à demander! C'est elle qui s'était assise à côté de lui, comme ça, et il ne savait même pas pourquoi. S'il avait su que ça tournerait ainsi, il se serait passé de nourriture ou aurait fini par prendre ses repas aux cuisines directement. De mauvaise humeur, Neville termina son plat en jetant des regards à peine voilé vers Parvati. Une chevelure couleur soleil d'été flamboyant suivi d'un visage constellé de tâche de rousseurs s'installa devant lui, la mine épuisée.

« Ben où est... ?» fit Ron avant de se taire suite au coup de coude d'Harry qui prit place à ses cotés.

« Un problème avec Parvati Neville? » demanda Harry discrètement.

« Ca a déjà fait le tour? brillant. » répliqua un poil agacé Neville.

« Hey, t'en prends pas à nous. On y est pour rien. » commença Ron.

« Pour une fois mon frère a raison. »

L'adorable sourire de Ginny suivit de prêt par Hermione sembla calmer momentanément Neville.

« J'ai entendu Padma et Cho tenter de convaincre Parvati qu'elle ne devait plus traîner avec toi. »

« Oui. Elles leur a même dit que vous ne parliez jamais vraiment. Que parler c'était pour des gens qui avaient quelque chose en commun. » continua Hermione d'un ton réprobateur en jetant un coup d'œil à la table des Serdaigles et en s'asseyant auprès de Ron. « Laisse-moi te dire que c'est stupide Neville. On peut très bien parler avec des gens qui sont différents. »

« Alors c'est à cause de ça? » demanda Neville.

Harry acquiesça sagement, peu enclin à trop encourager Neville néanmoins à renouer contact avec Parvati.

« Peut-être qu'elle n'est pas faite pour toi non plus Neville tu sais. »

« Elle est jolie mais un peu ...tu vois quoi... » appuya Ron.

« Parvati est une chouette fille. » contra Ginny. « Elle est loyale et même si elle a ses défauts, on peut toujours compter sur elle. Elle est venue d'office dans la DA, Harry. Elle n'a jamais douté de tes paroles. »

Harry tourna son regard émeraude vers Ginny et balbutia quelque part où il avait la décence de montrer qu'il était désolé. Neville quand à lui, tourna son visage vers Parvati qui s'éloignait maintenant en compagnie de sa sœur, de Lavender et d'autres filles.

Parler c'était pour les gens qui avaient quelque chose en commun?

Foutaises.

Neville se leva sous le sourire amusé et admiratif d'Hermione et le regard complice de Ginny.

Il détestait les voir comme ça agglutinées dans les couloirs. Est-ce que les filles se déplaçaient toujours en troupeau? Neville serra les poings et continua à traverser le couloir pour arriver jusqu'à l'endroit où elle se trouvait. Entourée de Padma, Cho, Lavender et une copine de Cho.

Une profonde inspiration avant la bataille.

Neville expira. Aucune fille ne valait la peine qu'il se donnait. Vraiment.

C'est Lavender qui le remarqua en premier et qui tapota l'épaule de Parvati pour attirer son attention.

« Parvati. Viens. Je voudrais te parler. » lâcha t'il avec difficulté mais avec un semblant de détermination adéquate.

« Non je ne crois pas. » fit Parvati en arquant le sourcil de manière élégante et en rejetant sa lourde chevelure ébène dans un mouvement parfait de la main.

Elle était lourde là. Elle voyait pas l'effort surhumain qu'il fournissait?

« S'il te plait? » tenta t'il.

« Écoute il me semble clair qu'elle ne veut pas te parler Londubat. » intervint Cho en faisant la moue.

Il était clair que Parvati n'avait pas apprécié l'intervention de Cho, néanmoins elle n'en dit rien et garda ses lèvres scellés.

« Parvati. » essaya-t-il une dernière fois.

Padma semblait regardait la scène pensivement tandis que Lavender hésitait. La copine de Cho, blonde et inodore se mit à rire moqueusement.

« T'es vraiment un boulet toi. Elle t'as dit qu'elle ne voulait pas te parler. C'est pourtant clair. »

Pour le coup, Neville avait l'impression d'avoir une version féminine de Draco Malefoy devant lui.

« Écoute Miss Barbie 2000, j'essaye de parler à ma petite-amie là donc si tu pouvais avoir la gentillesse de la fermer, ça m'arrangerait. »

Neville se mordit l'intérieur de la joue. Ce genre de choses ça lui arrivait une fois par an. Pendant un quart de secondes, il n'avait plus été zen et sans défense. Au vu du visage décomposée de la blonde, Neville su qu'il avait été convaincant dans son discours. Il sentit une main agripper la sienne et le tirer vers le parc.

« C'est incroyable! Neville Londubat tu es incroyable! »

Une vague d'incompréhension traversa le visage du garçon, lui rendant son aspect lunaire habituel.

« Tu ne voulais pas venir. » reprocha-t-il.

« Tu viens de m'appeler ta petite-amie devant les filles les plus bavardes de cette école Neville! »

Au niveau du ton, Neville ne sut absolument pas si c'était une bonne chose ou pas. Il mit les mains dans ses poches et pencha son visage.

« J'ai appris. Tu sais. A propos des filles qui te disaient de m'éviter. »

Parvati sembla décontenancée puis croisa instinctivement les bras sur sa poitrine.

« Tu crois vraiment qu'on a rien en commun? » demanda finalement Neville.

Parvati mordilla sa lèvre inférieur avant d'hausser les épaules.

« Les choses changent Neville. Être avec toi pendant tout ce temps, ça m'a fait changer aussi. Les vêtements, les parfums, les magazines, la popularité c'est très bien, c'est amusant mais ce n'est pas assez. Et... si je dois changer... je voulais juste m'assurer que ça avait aussi de l'importance pour toi. »

Neville cligna des yeux. Comment faisait-elle ça? Mettre à nue tout ses sentiments. Lui en tout cas il en était incapable. Et là précisément ça lui posait problème. Il finit par acquiescer et enleva sa cape pour la mettre sur ses épaules. Un faux prétexte pour la tenir un peu contre lui quoi.

« Toi aussi tu changes Neville. »

Neville passa une main pleine de défaites inavoués dans ses cheveux bruns. Si elle était le prix de sa capitulation, il y gagnait aussi non? Un sourire traversa son visage et il se pencha vers elle.

« Au moins ça nous fait quelque chose en commun maintenant. »

Parvati partit d'un rire clair, qui tintaient comme des carillons et Neville pensa en lui-même que c'était plutôt chouette de se faire bluffer par un poids plume au ongles peints en rose.

Ca avait ses avantages.


Et Colin Creevey avait dit à Zacharias Smith qu'il avait vu Neville et Parvati s'embrasser dans le parc devant tout le monde et que c'était bizarre parce que ni l'un ni l'autre n'avait remarqué que tout le monde était bouche bée autour.

Padma avait dit à Ernie Mac Millan que finalement, Neville c'était quelqu'un de vraiment bien et qu'en plus il avait quand même participer à la bataille du Ministère et que ça faisait donc de lui un héros.

Draco Malefoy continuait à dire que c'était l'alliance la plus monstrueuse qui soit depuis Hagrid et Mme Maxime. Mais Ron Weasley lui avait collé un poing dans les côtes qui lui avait coupé toute envie de réitérer ce genre de propos (mais qui par contre avait coûté 15 points à Gryffondor).

Théodore Nott avait ramassé un joli pactole grâce à son pari. Et Lavender était tellement indécise pour savoir si oui ou non Neville et Parvati était un couple « correct » qu'elle décida finalement qu'il était mieux de ne plus y penser et de les laisser vivre leurs vies.

Au moins ça faisait un bon sujet de conversation à Poudlard.

La Vérité devait pas être si loin finalement.

Pas vraiment.