Disclaimer: Je ne possède pas Naruto. Remercions Masashi Kishimoto.

Et voilà! Le dernier chapitre. Je ne le trouve pas excellent, mais il a ce mérite de finir cette histoire. J'ai beaucoup aimé écrire cette histoire mignonne (je crains de ne pas être doué pour écrire des choses tristes ou angoissantes). Ma prochaine fic sera sûrement un NejixGaara.

Bonne lecture et j'espère que vous avez fait un bon voyage.

xxx

Chapitre 20 : Une famille

xxx

"Dépêchez-vous les garçons, on va être en retard si vous continuez!

Naruto, ne cours pas dans les escaliers!

Pakkun! Combien de fois t'ai-je dit d'attendre Kakashi dehors.

Sasuke, bois ton lait! Je sais que tu n'aimes pas ça mais c'est bon pour tes os.

Eh, le chien! Ici c'est mon territoire alors ne pense même pas à pisser sur mes meubles si tu veux pas que je te dissèque vivant!

Kakashi, ne laisse pas cramer les toasts!

Naruto, mange plus lentement, tu en mets partout.

Sasuke, tu sais où sont mes clefs?

Kakashi, dis à tes chiens de ne pas rester dans mes pattes!

Naruto, n'oublies pas ton bento!

Faites un bisou à Kakashi les garçons et on s'en va!

A ce soir Ka... Pas devant les enfants!

Allez, on est partis!"

xxx

Je m'ennuie... Par tous les Hokage, je sais déjà ce qu'est le chakra. J'ai pas besoin d'un schéma sur transparent pour comprendre!

Et moi qui pensais que l'Académie consisterait à apprendre plein de techniques nouvelles et intéressantes...

Qu'est-ce que c'est que ces cours! On est pas des gamins!

OK, d'accord, on atteint les portemanteaux qu'en se mettant sur la pointe des pieds. On est peut-être des gamins mais c'est pas une raison pour nous donner des cours aussi stupides.

Il fait beau dehors. On serait bien mieux à lancer des shurikens. Ou à faire un petit jeu de piste. Tout plutôt que d'écouter cette vieille bique à lunette nous bassiner pendant des heures sur le fonctionnement du chakra.

Qu'est-ce qu'y a Naruto?

Sortir? Maintenant?

On est en cours, imbécile! On peut pas sortir en plein cours!

Par la fenêtre!

Naruto!

OK J'arrive!

Pourquoi est-ce qu'on doit emmener ces idiots avec nous?

Oho! La prof est furax...

xxx

Quelle belle journée!

Rien de tel que de marcher un peu sous le soleil pour se sentir bien dans sa peau.

Un bon bouquin pour vous tenir compagnie sur la route.

Y a rien de tel!

"Salut la compagnie!"

En retard? Non, pas du tout.

Bien sûr que je sais que nous avons rendez-vous à midi!

Et il est...

Oh, déjà trois heures!

Bon, ben il est l'heure de s'occuper du dressage, non?

Comment ça j'avais qu'à arriver plutôt?

Les chiens de nos jours sont vraiment malpolis!

xxx

Oh zut, y a Miki-chan qui nous poursuit! Si elle nous rattrape c'est la fin!

Courez les gars, courez!

Oh non! Elle a eu Chouji!

On peut pas s'arrêter, continuez de courir! On ne peut plus rien pour lui.

Vite, dans la ruelle!

Mais, elle est monstrueuse! Comment peut-elle nous rattraper aussi vite!

Plus vite, plus vite! Elle gagne du terrain!

Non, Shikamaru, ne t'arrête pas!

Il s'est sacrifié pour la ralentir!

Mais non, il n'a pas fait ça juste parce qu'il est paresseux! Il s'est sacrifié pour nous!

Allez courez plus vite, on ne doit pas perdre cette avance. On peut la semer dans la prochaine ruelle.

Plus vite! Plus vite!

Elle nous... Oh!

xxx

"Qu'est-ce que j'ai là?"

Iruka attrapa au vol ses deux garçons.

"Bien joué, Iruka-sensei!"

Miki-chan, la fille de l'épicière du coin de la rue arrivait en courant.

"Qu'est-ce qu'ils ont encore fait?" demanda Iruka las.

"Après s'être enfuis de la salle de classe? Ils ont volé une orange sur l'étal de mes parents."

Iruka regarda ses enfants, qu'il tenait toujours par les oreilles.

"Qu'est-ce que vous avez à dire pour votre défense?"

"Euh...On avait envie d'un fruit et on aurait payé plus tard..." répliqua Naruto en souriant innocemment à son père.

"Bon, on discutera de ce comportement à la maison. Excusez-vous auprès de Miki-chan!"

"Nous sommes désolés, Miki-chan!" exclamèrent les deux enfants, Naruto en souriant de toutes ses dents et Sasuke en broyant du noir comme à son habitude.

xxx

"Et ne croyez pas que vous échapperez à cette punition, jeunes gens!"

Kakashi poussa la porte d'entrée et regarda avec joie sa famille tranquillement installée dans le salon, Iruka passant visiblement un savon aux deux petits monstres, le dos droit et les épaules rigides.

"Je suis rentré!"

"Kakashi!"

Les enfants tournèrent vers le nouveau venu des yeux pleins d'espoir. Peut-être couperaient-ils à ce sermon qui n'en finissait pas.

"Vous avez de la chance, petits monstres, nous finirons cette discussion plus tard. Allez vous habiller."

Sans demander leur reste, les enfants montèrent les escaliers quatre à quatre. Merveilleux exploit quand on se rendait compte que les quatre marches étaient plus hautes qu'eux.

"Bonne journée?"

Kakashi serra son amant dans ses bras et lui donna un baiser léger.

"La routine. Naruto et Sasuke ont fait l'école buissonnière et ont chipé une orange chez l'épicière."

Il rendit son baiser à Kakashi.

"Tu parles d'une famille."

"Et toi?"

"Oh... la routine."

xxx

"Bien alors il ne reste plus qu'à signer."

Le Hokage leur tendit le pinceau.

Les traits d'Iruka étaient d'une parfaite précision. Ceux de Kakashi reflétaient son côté fantasque, donnant aux caractères un délié de feuilles caressées par le vent. Sasuke tenait son pinceau avec fermeté et dessina avec fierté et lenteur les traits de son patronyme. Le pinceau trembla entre les mains de Naruto, et il dessina avec concentration les maladroits pictogrammes.

"Félicitations!"

Le Hokage reprit le rouleau et versa un peu de sable pour sécher l'encre.

"Tous les papiers sont signés, l'adoption est à présent officielle."

Le vieux singe sourit à toute cette jeunesse réunie autour de son bureau.

"Et voici le sceau de votre nouvelle famille."

L'honorable chef de Konoha leur tendit le petit cylindre de jade.

"Merci, Hokage-sama. Merci pour tout."

Les yeux d'Iruka étaient dangereusement humides et ses mains tremblaient quelque peu avant que Kakashi ne le prenne dans ses bras.

"Allez, ouste! Du balais, vous avez une photo de famille à faire."

Sarutobi repoussa la nouvelle famille, vêtue pour l'occasion solennelle de kimonos traditionnels, dans le couloir. Si ils restaient là encore quelques minutes il était sûr que les larmes allaient couler... et il se pouvait que ce soit les siennes. La vieillesse sans doute.

Il referma les portes juste à temps alors que deux petites larmes coulaient sur ses joues fripées. La vieillesse sans doute.

Il se rassit dans son fauteuil et prit le grand rouleau rouge de Konoha. Toutes les lignées, toutes les familles, tous les ninjas, tous les enfants, tout Konoha se trouvait sur ce rouleau depuis la fondation du village. D'une main rendue sûre par des années de travail, le Troisième Hokage écrivit le nom d'une nouvelle famille au nom long de trois pieds: la famille Hatake-Umino-Uzumaki-Uchiha était à présent inscrite sur les registres officiels.

Ce n'était qu'un morceau de papier bien sûr. Même s'il venait un jour à disparaître, cette famille, elle ne disparaîtrait pas.

Le vieil homme se leva et monta lentement vers le toit. L'air bruissait joyeusement du pépiement de fin de journée. Le village était en paix. Pour combien de temps? La guerre était le quotidien d'un ninja. A un moment où à un autre elle reviendrait assiéger le village. Il le savait, ce n'était qu'une question de temps.

Mais le village y survivrait. La guerre cesserait et la vie reprendrait, les gens continueraient à vivre, à s'aimer, à fonder des familles. L'esprit du feu se propagerait.

Un jour, il disparaîtrait, le Troisième Hokage mourrait, mais l'esprit du feu brûlerait toujours dans chacun des membres de Konoha. La vie suivrait son cours. Ce ne serait pas facile. La vie n'est jamais facile, celle d'un ninja encore moins. Mais l'esprit du feu ne s'éteindrait jamais, il brillerait tout comme il brillait dans les yeux de cette nouvelle famille.

xxx

"Bonne nuit."

Les mots résonnèrent dans la chambre, entraînant des échos grommelés dans un demi sommeil. Les deux petits soupirèrent d'aise en se serrant l'un contre l'autre. Par dessus leurs visages endormis, les deux adultes se sourirent. La lune et les étoiles illuminaient tendrement la pièce, le doux ronronnement de la nuit veillait avec bienveillance sur une famille.

xxx

Fin