Auteur : Magical Girl Kiki

Titre : Perte de contrôle.

Série : Je vais pas changer au dernier chapitre, Gundam Wing sans hésiter.

Genre : C'est toujours la même chose depuis le début mais maintenant on ne torture plus mon Quat-chan adoré.

Disclamer : Ils ne m'appartenaient pas quand j'ai commencé cette fic. Pourquoi cela aurait-il changé entre temps ?

RAR:

Onarluca: Merci pour ta review mais désolé de te décevoir, aucun lemon dans ce dernier chapitre. Je me rattraperais néanmoins dans la séquelle et je suis persuadée que tu accepteras d'attendre un peu que je l'écrive quand tu verras comment tout se termine. Sinon je te souhaite une bonne lecture.

Cocbys: Bien sûr que je vais sauver Quatre, je suis pas particulièrement adepte des deathfics, je suis trop fleur bleue pour ça. Mais pour savoir avec qui il sera casé, dépêche-toi de lire ce dernier chapitre. en espèrant qu'il te plaira...

La rodeuse: Alors vrais sentiments envers Quatre ou leurs actions étaient -elles uniquement guidées par le virus. Réponse dans ce chapitre. Merci beaucoup pour ta review.

Kirin: Et oui, j'adore le passage où Heero s'énerve même si n'importe qui aurait pu fermer le clapet de J mais ça me semblait plus logique comme ça, donc tant mieux si tu as aimé. Mais t'es méchante avec moi: me narguer ainsi à propos du dessin que tu as reçu, c'est trop...méchant. Tu veux pas me l'envoyer? STP STP STP STP STP STP STP. Je t'en prie je suis incapable de résister à Quat-chan légèrement vêtu. Sinon bonne lecture.

Aishanu soma: jolis les jeux de mots, j'ai bien rigolé en lisant ta review. Ne te prends pas trop la tête à savoir comment ils feront si jamais ils sortent tous les cinq ensembles ou s'ils se partagent Quatre. C'est moi l'auteur, c'est à moi de se prendre la tête. Alors arrête de divaguer pour rien, voici la fin. j'espère qu'elle te plaira.

Lucy-hp: Mais alors t'avais tout compris? C'était facile ou tu es particulièrement perspicace? En tout cas, meric pour la review et voici le dernier chapitre qui mettra fin à toutes tes interrogations sur qui finira avec Quatre.

Je remercie tous ceux qui on lu cette histoire qui n'était, comme je le disais dans le prologue, qu'un pur délire hormonal des G-boys. Un grand merci à tous que vous ayez laisser des reviews ou non.

Chapitre 9 : Quatre pour un

Sally arpentait d'un pas alerte tous les couloirs de la base, un appareil photo à la main, interpellant chaque personne qu'elle croisait en lui posant une seule et unique question mais elle restait pour l'instant bredouille dans sa recherche. Son visage était très sérieux mais ne reflétait en rien son état d'esprit actuel.

Quatre est sauvé, Quatre est sauvé, Quatre est sauvé, se répétait-elle le cœur léger.

Car en effet, le jeune homme était en bonne voie de guérison. Certes il lui faudrait beaucoup de repos avant d'être totalement rétabli mais au moins sa vie n'était plus en danger. Et pourtant, il s'en était fallu de peu qu'il ne meure.

A peine quelques minutes après l'injection, le sérum qui devait le sauver avait provoqué, au contact du virus une réaction encore plus violente que les crises dont Quatre avait souffert pendant la journée. Extrêmement affaibli, son organisme ne l'avait pas supporté et il avait fait un arrêt cardiaque. Durant de longues minutes pleines d'angoisse, les trois plus grands médecins de la base dont Sally avaient tenté de le ranimer. Ils allaient abandonner quand, contre toutes attentes, le cœur était doucement reparti avant de prendre un rythme normal.

Pendant les heures qui avaient suivi, les médecins s'étaient relayés à son chevet, ne le laissant seul sous aucun prétexte, de peur qu'il n'y ait d'autres complications. Mais ce ne fut pas le cas. Seulement une heure après l'injection, une nouvelle prise de sang démontra l'efficacité indéniable du sérum : le virus régressait lentement mais sûrement, la température corporelle de Quatre baissait doucement et son encéphalogramme indiquait qu'il n'était plus inconscient mais juste endormi même si ses rêves paraissaient agités et qu'il se débattait toujours contre ses entraves. Mais plus le temps passait plus son état semblait s'améliorer et il fut bientôt si calme dans son sommeil que la décision de le détachée fut prise sans regret.

Cinq heures après l'injection salvatrice, Quatre ouvrit difficilement les yeux sur Sally qui se tenait à son chevet à ce moment-là. Bien que visiblement très faible et fatigué, il parvint à lui demander des explications sur tout ce qui s'était passé. Sally lui avait alors recommander de ne pas s'en préoccuper pour l'instant et lui avait ordonné de continuer à se reposer. Mais il ne voulut rien savoir et voyant que son entêtement pouvait être plus néfaste pour lui que ce qu'il pourrait apprendre, Sally entreprit de tout lui dire.

Elle raconta l'arrestation des savants, l'analyse de leurs dossiers, la découverte de sa capture ainsi que sa contamination, les analyses que ses coéquipiers avaient subi et finalement sa guérison grâce à ces mêmes coéquipiers. Quatre écouta tout son récit sans l'interrompre une seule fois, se contentant parfois d'hocher la tête pour montrer qu'il comprenait. Quand la jeune femme eut fini, le jeune homme la regarda droit dans les yeux et avec détermination, il lui demanda une nouvelle séance d'hypnose afin qu'il puisse retrouver les souvenirs qu'on lui avait effacé. Sally batailla avec lui afin de lui faire renoncer pour l'instant à une telle entreprise, trop éprouvante pour son organisme plus que faible. Mais encore une fois, il campa sur ses positions et le médecin céda finalement mais uniquement contre sa promesse formelle de se reposer aussitôt après. Il accepta et ce fut son propre mentor, H, qui vint procéder à la séance d'hypnose. Sally entendit des cris et des pleurs venant de la pièce où le professeur et le pilote s'étaient enfermés mais elle ne sut rien des souvenirs qui étaient revenus au jeune homme et fut trop discrète pour lui demander d'en parler. S'il voulait se confier à quelqu'un, il le ferait mais personne ne le forcerait. Elle savait juste que Quatre en était sorti encore plus perturbé et dans un état de faiblesse pire qu'avant. Elle l'avait aussitôt remis dans son lit, avec un somnifère et sous perfusion. Cette fois il s'était laissé faire, trop épuisé pour protester ou même en avoir envie et il s'était endormi en pleurant.

Sally était resté à ses cotés sans prendre le temps de manger ni de se reposer. Elle veilla sur lui sans relâche, surveillant l'évolution du sérum dans ses veines et apaisant ses cauchemars d'une étreinte quasi maternelle.

Quand il se réveilla pour la seconde fois les bras de Sally autour de lui, Quatre lui murmura un merci sincère, plus éloquent que n'importe quelle grande déclaration. Elle se contenta d'un sourire et entreprit aussitôt de l'ausculter. Il semblait se remettre de façon étonnante même s'il était très loin d'être complètement guéri. Une fois l'examen fini, Quatre demanda à voir ses coéquipiers. On voyait bien qu'il s'agissait d'une chose importante pour lui mais en même temps il était visiblement mal à l'aise à l'idée de les revoir après se qui s'était passé entre eux. Pour le rassurer, Sally partit elle-même à la recherche des pilotes mais avant qu'elle ne quitte la chambre, le jeune homme lui recommanda de se munir d'un appareil photo. Etonnée de cette requête, elle ne fit cependant aucun commentaire et après s'être munie du dit appareil, elle se mit à parcourir la base dans le but de trouver Heero, Duo, Trowa et Wufei.

Elle commençait à se demander s'ils n'avaient pas quitté la base car personne ne les avait vu depuis que H leur avait demandé d'aller dormir un peu. Cela aurait été très surprenant au vu de leur inquiétude pour Quatre mais ne les trouvant pas, elle se mettait sérieusement à envisager cette hypothèse.

Elle passa alors devant la chambre attribuée habituellement au jeune arabe et fut surprise de voir que la porte était entrouverte. Mais elle le fut encore plus quand s'en approchant, elle entendit plusieurs respirations. Des respirations calmes et régulières, plusieurs personnes qui de toute évidence dormaient profondément.

Elle ouvrit doucement la porte avant de s'arrêter sur le seuil, un sourire tendre sur les lèvres. Sa première pensée fut « Trop mignons ! » mais elle fut rapidement remplacée par « Mais comment diable ont-ils faits ? ».

Sur le petit lit une place contre un des murs de la chambre se trouvaient Wufei, Duo, Heero et Trowa, tous les quatre pelotonnés et endormis dans un mélange phénoménal de bras et de jambes. Ici et là, une tête reposait contre un torse ou une épaule, un avant-bras traînait autour d'une taille ou bien encore une cuisse enserrait possessivement une autre. Ils ressemblaient à une portée de chaton dans un panier.

Sally sourit de plus belle en imaginant les multiples tubes de décontractant musculaires qu'elle allait devoir leur fournir pour soigner les courbatures qu'ils ne manqueraient pas d'avoir après avoir dormi de longues heures dans ces positions. Elle se demandait d'ailleurs franchement comment ils avaient pu ne serait-ce que fermer l'œil. Néanmoins, elle comprenait maintenant pourquoi Quatre lui avait demandé de prendre un appareil photo ; avec son empathie, il avait dû ressentir la quiétude collective émanant actuellement de ses coéquipiers et il lui demandait indirectement d'immortaliser ce moment unique.

Elle monta lentement l'appareil jusqu'à son visage et une seconde plus tard, un flash blanc emplissait ma pièce, réveillant en sursaut les quatre pilotes endormis. Ils mirent plusieurs secondes à se rappeler où ils étaient et découvrant petit à petit leur position, ils rougirent violement mais ne semblèrent pas vouloir quitter la chaleur de leur étreinte. Sally éclata de rire devant leur air penaud de s'être fait ainsi surprendre et sans cesser de rigoler, elle leur dit :

- Debout tout le monde ! Il y a quelqu'un qui voudrait vous voir.

- Qui, demanda Duo en baillant.

- Quatre, fit la jeune femme en souriant.

- Quoi, hurlèrent-ils de concert.

- Oui, il est sauvé et a demandé à vous voir.

Elle avait à peine fini sa phrase que les quatre garçons avaient foncés hors de la chambre en direction du laboratoire où se trouvait Quatre. Mais arrivés devant la porte entrouverte, ils hésitèrent, incertains, incapables de faire le dernier pas qui les amèneraient devant leur ami. Les ayant rejoint, Sally témoin de leur hésitation, laissa échapper un soupir exaspéré avant de leur donner une vive poussée dans le dos et de s'enfuir en rigolant. Ils butèrent contre la porte qui s'ouvrit complètement, les faisant tomber à terre dans un nouveau fouillis indescriptible. Alors qu'ils tentaient tant bien que mal de se relever en s'en empêchant mutuellement, un rire joyeux et cristallin résonna dans la pièce.

Trowa, Wufei, Duo et Heero relevèrent la tête et purent ainsi voir Quatre, assis sur son lit, les yeux emplis de larmes rivés sur eux et les épaules secouées par son rire. Ce rire, si doux à leurs oreilles. Ce rire que les pilotes ne croyaient plus jamais entendre après tout ce qui était arrivé au jeune homme. Ce rire qui libéra leur cœur…

Quatre réussit à se calmer et cessa doucement de rire pendant que ses amis réussissaient, eux, à se remettre debout. Le jeune arabe retrouva alors brusquement son sérieux et leur fit signe de s'approcher. Ils vinrent se placer à coté de son lit mais aucun d'eux ne se sentit capable de dire quelque chose, rattrapé par la honte de ce qu'ils avaient fait subir à leur coéquipier. Quatre les observa longuement, notant leur regard fuyant et le rouge de leurs joues. Comprenant la raison de leur silence gêné, il soupira et prit la parole d'une voie douce :

- Arrêtez de culpabiliser, s'il vous plaît…

Sa phrase les fit sursauter mais eut au moins le mérite de leur faire relever les yeux sur lui. Voyant qu'il avait alors toute leur attention, il continua :

- Ce n'est pas votre faute, ce qui s'est passé. Ce sont ces maudits savants qui sont responsables de tout. C'était un piège et aucun d'entre vous n'aurait pu y échapper. N'importe qui y serait tombé aussi sûrement que je l'ai fait.

- Mais tu t'en souvient, demanda Trowa.

- Oui. Quand je me suis réveillé, j'ai forcé Sally à tout me raconter et ensuite j'ai demandé à subir une nouvelle séance d'hypnose pour retrouver mes souvenirs effacés.

- Et ça a marché, s'enquit Duo.

- En partie répondit Quatre en hochant la tête, une grimace de tristesse sur le visage. C'est encore assez flou mais je me souviens suffisamment pour vous dire que rien n'aurait pu empêcher ce qui s'est passé.

- Peut-être, fit Wufei, mais…

- Cela aurait dû être un autre que toi, finit Heero.

- Tu ne méritais pas de subir « CA » de nouveau, affirma Trowa.

- Ni venant de Yatchkov, ni de notre part, conclut Duo.

Quatre pâlit en entendant cela. Même si aucun ne l'avait prononcé, le mot « viol » tournait à une vitesse folle dans son esprit, ramenant les visions douloureuses de son enfance.

- Alors… H vous a tout dit, murmura-t-il en évitant leur regard.

- Pas tout en détail mais…

- Maintenant on comprendrait parfaitement que tu nous en veilles…

- Après tout, on t'a…

- Après ce qu'on t'a fait subir…

Quatre les regarda, les yeux écarquillés, ne comprenant pas ce qu'ils voulaient dire avant de subitement réaliser où ils voulaient en venir. Ils croyaient qu'il allait leur en vouloir, les détester pour ce qu'ils lui avaient fait endurer…

- Mais non, vous ne comprenez pas, s'exclama-t-il. Avec vous je n'ai rien subi…A aucun moment, je n'ai considéré vos… « actes »…comme un …« viol »… Ce qui s'est passé….Je l'ai toujours voulu, désiré de toutes mes forces… Pour moi, ce n'était pas seulement une pulsion ou une conséquence du virus…. Je ne me suis refusé à aucun d'entre vous parce que je le voulais…Je le voulais plus que tout…

- Qu'est ce que tu veux dire, balbutièrent-ils, pas certains de bien saisir ce que ses paroles impliquaient.

- Je vous aime, murmura Quatre, fixant ses yeux sur les leurs. C'est aussi simple que ça. Depuis longtemps, mes sentiments pour vous ne sont plus limités à l'amitié et ce n'est pas non plus un amour fraternel. Je vous aime tous les quatre à en perdre la raison. C'est pour cela que je vous ai demandé ce que représentait pour vous le fait d'avoir couché avec moi. Parce que pour moi, ça représente beaucoup. Maintenant que vous savez, maintenant que je vous ai appartenu, je sais que je ne pourrais plus me passer de vous…Alors s'il vous plaît, ne me rejetez pas, fit –il baissant la tête dans un sanglot.

Durant quelques instants, seul le silence lui répondit. Puis d'un coup, il fut plaqué contre son matelas par quatre corps chauds l'étreignant jusqu'à l'étouffer.

- Quatre, on a discuté ensemble…

- Et on en ai arrivé à la conclusion…

- Que tu es notre ange…

- Qu'on tient énormément à toi…

- Même si nous ne somme pas encore vraiment sûr…

- Que ce soit de l'amour…

- On a besoin de toi près de nous…

- Et nous aussi, on ne pourra se passer de toi…

Submergé par un sentiment d'euphorie en entendant ce qu'il avait toujours voulu entendre de leur part, même s'il manquait encore un véritable « on t'aime » sincère et profond, Quatre laissa cette fois échapper des larmes de joie et leur rendit leur étreinte avant de les repousser doucement, un petit sourire canaille sur les lèvres.

- Mais attention, après ce que j'ai vécu dans vos bras, il n'est pas question que je me contente de relations platoniques, vous êtes vraiment trop doués pour que je me passe de vos si délicates attentions. Mais comment allons-nous faire ? Chaque soir j'accepte l'un d'entre vous dans mon lit, à moins que vous ne préfériez une partie à cinq ?Ca vous tenterait ? C'est vrai, quoi ? Ne me dites pas que vous n'avez jamais fantasmé les uns sur les autres…

- QUATRE, hurlèrent Heero, Duo, Trowa et Wufei d'un air indigné avant de se jeter à nouveau sur lui pour l'enlacer possessivement.

Face à cette réaction, un nouvel éclat de rire de Quatre remplit la pièce. Il était heureux, et puis…

C'était si facile de leur faire perdre le contrôle.

Owari.

Voilà. Elle est fine cette histoire enfin pas encore tout à fait, vu que je ferais une séquelle, mais bon J'espère que la fin vous a plus…D'ailleurs, à propos de ma séquelle, les résultats du sondage sont pour l'instant :

Heero 3 voix

Duo 2 voix

Trowa 1 voix

Wufei 2 voix

Voilà mais je compte seulement seuls qui se sont exprimés pour l'instant donc j'attends d'autres réponses et n'hésitez pas à votez plusieurs fois, je prends en compte toutes les reviews depuis le début, même pour ceux qui voudraient plusieurs fois. N'oubliez pas que la question était : quel a été votre lemon préféré. Mais je ne sais pas quand je la publierais car j'ai plein d'autres histoires à écrire. J'en met même une nouvelle en ligne en même temps que la fin de celle-ci

Merci de m'avoir suivie.

Peut-être à bientôt alors.

Kiki