Disclamer : Les personnages de Final Fantasy 7, ne m'appartiennent pas ! Mais c'est pas juste ça, je veux Sephiroth et Cid ! Ils sont la propriété de Square (dites les gars vous voulez pas me les donner, ou au moins un ? nan ?)

Résumé : Heu, ça se passe 2 ans avant « Un ange passe… Une calamité descendra des cieux… Le chaos embrasera la terre… » Je sais c'est un titre pourri, j'y peux rien, je ponds que des titres pourris de toute façon !

Hebichu.


Rouge Cicatrice, ou le Secret du Manoir Hanté

1


Nous sommes arrivés au Gold Saucer en début d'après midi, un drôle d'endroit, vraiment ! On voyage dans des tubes, on fait des attractions débiles, des courses de chocobos, et y'à même une prison intégrée ! J'ai plus l'âge pour les parcs d'attraction et c'est pas comme si ce genre d'endroits m'avaient réellement attirés ! Dès notre arrivée dans cet enfer aux relents de barbe à papa, on s'est séparé pour en savoir plus sur les trésors de Dio et surtout sur la Keystone, cette fameuse clef, qui nous permettrait de pénétrer le secret des Anciens. Après une bonne demi journée de recherches, nous sommes enfin tombé sur Dio, un drôle d'homme aussi, enfin il va bien avec son parc, nan ? Je vous jure qui oserait se balader dans sa tenue ! C'est pas le principal, je sais, mais... quand même, il a un côté exhibitionniste qui me fait froid dans le dos. Enfin bon, il a bien voulu nous céder cette fameuse clef, si l'un d'entre nous le distrayait un peu. Cloud, désigné à l'unanimité -quels glandeurs nous sommes- s'est retrouvé à affronter les monstres de Battle Square. Chose réussie, il nous l'a donné comme promis, heureusement, sinon je lui aurais arrangé le portrait, car cet homme a le don de me foutre en rogne ! Je sais, vous me direz que je le suis souvent ! Enfin bon... nous avons décidé ensuite de quitter le Gold Saucer, cet endroit maudit et horrible... Fin prêt, le moral au beau fixe de savoir ces odeurs mielleuses et ses enfants criant bien loin de nous, en tout cas de moi, nous nous sommes dirigés vers les téléphériques de sortie. Ça changerait, après être monté directement de la prison... et bien non, on apprend que le téléphérique est en panne à croire qu'une force occulte nous pousse à passer la nuit dans cet enfer rose bonbon remplis de peluche Mog qui chantent l'hymne du Gold Saucer... Haaaaa, qu'on m'achève.
D'un commun accord, enfin sans le mien qui était plutôt : on fait un parachute et on sauuuute, je veux pas rester une minute de plus ici... (bien entendu entre coupé de grossièretés à tout va !), on a décidé de passer la nuit à l'Hôtel Hanté. Hanté... hein ? Tout le monde savait que ce serait un des derniers moments agréables que l'on passerait ensemble, avant la fin de notre aventure. On a déposé, nos affaires dans nos chambres respectives, un peu d'intimité fait pas de mal, pas que je n'aime pas la vie en groupe, mais avoir une chambre rien qu'à soit, c'est quand même le pied. Nous avons discuté tous ensembles, dans le hall de l'hôtel... Tous... enfin, ils ont discutés, moi, ben, je me suis endormi, rien de mieux à faire de toute façon !

Après m'être réveillé de cette petite sieste fort relaxante, je me suis dirigé dans ma chambre, bien résolu à finir ma nuit. J'ai entendu le gamin sortir avec Aerith, j'ai souris intérieurement, qu'es-ce que j'aimerais avoir leur insouciance ! Mais moi, je sais, je sais déjà que cette aventure nous mènera, trop loin... pour que je puisse goûter à un moment comme celui-ci.
Je me suis allongé sur le lit et ai regardé le plafond, cette atmosphère me donne la chaire de poule, il y a des chaînes qui pendent de partout, des toiles d'araignées, des squelettes, même si tout ceci est factice, ça ne me pousse pas à vouloir rester ici une nuit de plus !

- Y'a de quoi se taper les pires cauchemars... Pouvaient pas faire un hôtel normal, non ? »
- Je trouve ça, assez marrant. Si le mot peut être exacte... »

J'ai sursauté, je pensais être seul dans ma chambre ce soir... Pourtant, Vincent se tient à l'embrasure de la porter. Son regard rouge me fixe et je le regarde m'envoyer un signe de la tête. Diable, d'où sort-il comme ça, à se pointer comme un fantôme !

- Vincent ? Qu'es-ce que tu veux ? »
- Je n'arrivais pas à dormir... »

Lui, dormir ? Pour être exacte, je ne l'ai jamais vu dormir ! Il est vrai que dans notre groupe, nous n'avons pas que des humains, mais Nanaki semble... comment dire... plus humain que Vincent qui en a pourtant la forme. Je ne saurais l'expliquer. Ou peut-être que c'est ce regard rouge qui me met toujours mal à l'aise. Je me suis assis et je l'ai observé, comme je le fais souvent. Il est maintenant adossé le long du mur, son visage, complètement masqué par le col de sa cape semble rayonner d'une certaine joie. C'est le dernier à avoir intégré l'équipe, des fois il me fait frissonner, je ne saurais expliquer pourquoi... Mais c'est vrai, qu'il peut être aussi attirant, que repoussant, je me demande comment il était avant, lorsqu'il était encore humain, avant que la folie du docteur Hojo ne le transforme en ce qu'il est aujourd'hui. Son regard m'épie, je n'arrive pas à comprendre pourquoi il est venu précisément me parler. Soit la moitié sont des gamins, et sans vouloir être méchant, Barret est l'image même du crédo gros bras, petit cerveau. Les discussions avec lui, tournent toujours autour des armes et de l'alcool ou alors de Marlène, rien de bien intéressant, somme toute. Mais bon, il y a toujours Nanaki, oui, il me plait beaucoup de parler avec ce qui est certainement le dernier représentant de cette race, que je dois avouer, bien incongrue.

- Et ? »

Il est déjà surprenant de le voir parler de lui-même, c'est bien vrai, mais si il ne me dit pas le pourquoi de sa présence ici, je vois pas trop ce que je pourrais faire pour lui. Vu qu'il garde le silence, je vais devoir lui tirer les vers du nez... comme d'habitude. Non en plus d'être énigmatique, il a tendance à utiliser un silence qui met les gens toujours mal à l'aise. Comment réagire face à son regard rougeoyant, sombre, pressant, limite psychotique...

- T'es bien venu pour quelque chose, non ? »
- Bah, je n'avais pas envie de rester seul dans ma chambre... »
- T'aurais pu frapper, ça t'arrive d'être sociable des fois ! »
- J'ai frappé pourtant... »
- Ben quand on frappe, on attend que la personne dise oui avant d'entrer ! Non mais ces jeunes de nos jours ! »

Je me suis rendu compte de ce que je venais de dire, qu'après coup, il a beau paraître plus jeune que moi... en faite... c'est lui le plus vieux de notre groupe. Je viens peut-être de blesser son orgueil, puisque je l'ai entendu soupirer. Mais après un mouvement évasif du visage, c'est un sourire que j'ai entendu. Ça fait bizarre... Vincent, sourire, c'est plutôt rare, très rare même... et si on y réfléchit à plusieurs fois, on se dit que c'est quasiment impossible, lui l'homme le plus sombre, le plus dépressif, le plus taciturne, et le plus… envoûtant ? Hum ! Heuuuu... je ne crois pas que c'est exactement ce que j'ai voulu dire ! Quoi qu'il en soit, ça ne colle pas au personnage. J'ai bien pensé qu'il était... envoûtant ? Et bien je m'impressionne moi-même ! Mais qui saurait rester de marbre devant son silence et son regard rougeoyant comme le sang ?

- Et donc, c'est moi que tu viens embêter ! »
- Excuse-moi... »

Je l'ai vu se redresser puis se diriger vers la porte. A cet instant, je me suis dit, que je n'avais pas vraiment été courtois ; pour qu'il vienne me voir, c'est qu'il avait quelque chose, peut-être se sentait-il seul ? Mélancolique ? Il devait avoir envie de rester avec quelqu'un, mais franchement moi ! Héhé, moi ? Je suis certainement plus asocial que lui, en réalité. Je me gratte la nuque en soupirant et je pense dubitativement, que je ne finirais pas ma nuit pour l'instant.

- Ça te dit de faire un tour avec moi ? Cet endroit me file le blues... J'ai l'impression d'être chez moi... »
- Chez toi ? Houlà, t'habites où ? »
- Dans un ancien manoir Shin-Ra, celui de Nibelheim... »
- Ça ne doit pas être très gai ! »
- En fait je ne sais pas, je sors très rarement de mon cercueil et encore moins de la crypte... »

Un frisson a parcouru mon corps, comment une personne pouvait rester enfermer dans une crypte, avec des cercueils partout ? Ce n'était pas étonnant qu'il soit si sombre, à force de côtoyer des morts. En parlant de ça, je me souvient avoir entendu de drôles d'histoires en rapport avec ce manoir justement. J'habite pas loin, en fait, je suis déjà passé souvent devant et à chaque fois, je ressentais ce truc négatif. Ce manoir put les embrouilles, je n'y ai jamais mis les pieds, alors qu'enfant, c'était l'endroit à la mode pour prouver son courage. Courage ou inconscience ?

- Quand tu parles on croirait que t'es un vampire... Haha, je me rappelle que ma mère me disait : "Cid si tu vas pas te coucher immédiatement un vampire viendra te dévorer !" dire que j'en avais peur pour de vrai. Même si je n'en avais jamais vu pour autant, gamin je pensais qu'il y en avait dans ce manoir... »
- Dis-toi que tu en as un sous les yeux et que si tu ne viens pas te promener avec moi, tu seras mon dîner. »

Vincent vient de rire, cette fois il n'a pas essayé de le dissimule. S'amuse-t-il de cette révélation ? Il est vrai que pour un homme de science, avouer qu'il a cru à ce genre de choses paranormales... ce n'est pas sans être comique. Mais regardons le. C'est la science qui l'a fait devenir ainsi, peut-être que le paranormal a toujours eut un raisonnement scientifique et que les monstres qui peuplent nos fables et imaginaires sont issus de scientifique comme Hojo... Ce raisonnement vient de me laisser perplexe, je n'ai pas étudié la biochimie, mais tout à coup cette idée me turlupine. Cela dit, ce n'est pas le moment, j'aurais le loisir d'y réfléchir une autre fois.
Cette soirée, je la qualifierais d'étrange, à moins que ce soit les locaux qui rendent Vincent comme ça, ou peut-être que j'ai trop forcé sur la bière fantôme que le gérant m'a refilé en douce, tout à l'heure. Quoi qu'il en soit, je ne pensais pas un jour, connaître le taciturne brun de cette façon et de le voir... si humain. Je me suis levé en soupirant et l'ai suivit, après tout, une petite marche me fera que du bien et je pourrais dessaouler, tranquillement, sous l'air nocturne. Même si... marcher la nuit dans un parc d'attraction ne m'enchante pas du tout.
En faite, il faut le reconnaitre, le Gold Saucer est encore plus beau de nuit, tout ces néons, ces feux d'artifices, j'arrive presque à croire que demain tout ira mieux... Je lève les yeux au ciel, comme un enfant, le bleu de mes yeux s'éclaire de couleurs aussi douce et sucrée que la spéciale barbe à papa rainbow chocobo qu'un mioche tient à deux mètres de moi. Un sourire flotte sur mon visage, la population nocturne du parc est moins étouffante, je me sens presque bien. La peluche d'un chat me tire un franc sourire, il ressemble à s'y méprendre à Cat Sith ! On ignore encore qui fait fonctionner ce robot marionnette, mais ce chat rend les moments les plus tragiques comiques à souhait.

- On va où comme ça ? »
- Je ne sais pas, dans un endroit calme... »

Calme ? Je glisse mes mains dans mes poches arrières suivant Vincent sur qui les enfants posent des yeux terrifiés et inquiets.