Rebecca-Black : Ne sous-estime pas ma petite Aby, elle est vraiment forte XD Quoi qu'un mariage fantôme/vivant peut poser problème en effet " Et oui, je suis de ton avis, Draco est effectivement un dieu, alléluia pour Draco !

Lana51 : Nah, en fait Aby ne reproche rien à Ron… Seulement, elle est un peu tête en l'air alors elle oublie des trucs sans s'en rendre compte et comme elle trouve Ron un peu bête, elle ne se force pas pour se souvenir de son prénom " C'est rien de bien méchant, Aby est un peu maladroite parfois c'est tout ! C'est qu'une petite fille qui tente de se faire une place dans le monde Du coup elle fouine partout !

Lovedavidanders : En fait tu dois pas la prendre au sérieux " Elle plaisante dans approximativement tout ce qu'elle dit Elle croit faire bien avec son histoire avec Mimi, en aidant un fantôme triste à trouver un peu de bonheur et en protégeant sa cousine, se disant que Harry fera ça pour elle-même s'il le sait pas… Aby est seulement espiègle à sa manière Prochain chapitre sur Draco, tu verras comment il prend toute cette histoire !

La-ptite-fee-clochette : Ahhh, merci Je voulais la démontrer un peu comme tu l'as perçue, une petite fille vivante ! Une gamine dynamique qui se prend parfois quelques airs, mais qui a un bon fond L'histoire du Grand Duc ? Euh, je me suis relue et je ne suis plus sûre du pourquoi j'avais fais ça, c'est malin… Enfin, si ça me reviens, j'expliquerai XD

Nelia : Ça risque de ressembler à ce que tu dis, bien que je ne suis pas décidée quant à savoir si je fais une fin heureuse ou pas avec cette fic " En tout cas merci pour la review

Clauarwen : Merci beaucoup, j'espère que la suite te plaira autant

LoseMyself : Ah, que serais la vie dans reviews aussi agréables ? Je me le demande XD En tout cas, un gros merci, espérant que tu aimerais la suite (Oui oui, je préfère aussi Lestat à Dracula Baveeee)

Rihanna-malefoy : Sadique dis-tu ? Le plus sadique c'est d'avoir pris une toute petite pause de plus de six mois je crois XD Merci pour ta review et j'espère que mon sadisme ne t'empêchera pas de me détester à vie pour ce retard "

Mione and Dray : Oui, Aby est machiavélique, mais pour faire le bien… Euh, ça se contredit un peu, tu trouves pas oO Enfin, je la trouve marrante quand même moi Et merci pour ta review !

Fraise tagada : Merciiiiiii et désolée du regard TT (essaie de faire pitié XD) Nah je suis impardonnable, mais ne soyez pas trop fâchés contre moi quand même sinon… Pas de suite ! Non, je rigole Allez, bonne lecture !

Nini Pobosky : Une agréable review, merci à toi Je pensais pas faire un rapprochement entre Aby et Dobby, mais j'avoue qu'il y a ressemblance Ça me fait plaisir que les gens l'aiment autant cette petite, les persos inventés ne sont pas toujours très appréciés .

Lady-Nigriv-Necretia : Wah, ça c'est du pseudo XD Merci pour ta review, ça fais plaisir

Léa ou Lélou : Merci pour ton enthousiasme, voilà la suite et bonne lecture à toi

Jennyfer : C'est gentil à toi, merci pour l'encouragement A plus !

Rekha : Salut Bah oui, j'allais un jour poster la suite, mais j'étais pas motivée et du coup je reçois plusieurs reviews de suite dans la même semaine alors la motivation est revenue, c'est trop agréable de lire vos commentaires

Cindy2008 : Merci beaucoup, voici le prochain chapitre, ciao

Mangel : Woah, une belle review ça Merciii ! Bien en fait, j'imagine tous ceux qui sont trop passionnés et calmes comme des gens qui refoulent leurs sentiments, je sais pas trop pourquoi " Enfin, sinon je tente de rester fidèle aux livres même si cette fic n'est qu'un pure délire À bientôt !

Audrey : Pourquoi j'ai arrêtée ? En fait, avec les fêtes, j'ai manqué de temps et par après, j'étais moins motivée et j'ai découvert les joies du rpg alors du coup j'ai délaissée mes fics pour ça TT Enfin, voilà quand même la suite que j'allais définitivement écrire un jour quand même

Note de l'auteur : (S'approche timidement de la scène) Bonjour à tous, ça… Enfin, ça fait un bail " (Se racle la gorge et évite une tomate) Je ne vous avais pas oubliée, seulement, mon hiver a été assez occupé et j'ai perdu la motivation une fois le printemps arrivé TT Je demande malgré tout votre indulgence ô chers lecteurs précieux à mon cœur (J'en fais trop, je sais, mais c'est nécessaire, je vous aimes ! Comment, j'en fais encore trop XD ?) Bref, je promets que la suite ne prendra pas autant de temps à arriver, je fais un retour parmi le monde des fanfictions ! Sur ce, bonne lecture (Se prend une tomate en plein tronche car elle en mérite au moins une . Mais une seule XD)

CHAPITRE 9 : « Où Est Ta Place »

Classe de Potions. Le cours est commencé depuis un bon dix minutes et Draco n'est toujours pas là. Pas que ça m'inquiète, mais Pansy aussi est absente. Loin de m'imaginer des choses, par exemple une sortie en amoureux entre Draco et Pansy, j'écoute calmement le professeur donner son cours. De toute manière, je ne vois pas ce que je pourrais faire d'autre en attendant. D'autant plus que si je quitte la salle, Gryffondor en écopera puisque ça ferait une raison d'enfer à Snape pour nous enlever des points.

« Hermione, ça va ? » Me demande soudainement Ron.

Alors que je suis sur le point de lui demander pourquoi il me pose une pareille question, il me fait signe de regarder mes notes de cours. Ma plume est profondément enfoncée dans le coin droit de mon cahier. L'encre a transpercée toutes les pages de mon parchemin et je crois que j'ai cassée le bout de ma plume par-dessus le marché. Génial… Bon, peut-être que ça me stresse un petit peu, je l'avoue.

L'instant suivant, la porte de la classe s'ouvre avec grand fracas. Je suis rassurée de voir Draco entrer, mais moins de le voir tenir Pansy par le poignet en l'entraînant s'asseoir à côté de lui sur une table de travail. Je les suis du regard et les observe sortirent leurs affaires de Potions lorsque le coude de Ron cogne le mien à plusieurs reprises. Je me retourne et tombe nez à nez avec Snape. Il baisse la tête et pointe mon chaudron de son horrible doigt mince.

« Pouvez-vous dire à cette classe la potion que vous êtes en train de préparer, Miss Granger ? »

Il a l'air content, ce n'est pas bon signe. Je remarque en regardant ma potion que le liquide est jaune alors qu'il est sensé être dans les tontes de bleu. Oups… Je crois que j'ai quelques petits ennuis. Snape enlève dix points à Gryffondor et Neville semble rassuré que pour une fois, la faute ne lui revienne pas. Ouais, c'est bien joli, mais ça n'arrange pas mon cas. Le reste du cours est pénible et j'ai hâte de sortir de cette salle, l'air est lourd.

O-o-O

Ça va faire trois jours que je n'ai pas vu Draco. Pas que ça me fasse vraiment quelque chose, mais ça m'ennuie un peu. En plus on dirait qu'il traîne plus souvent qu'avant avec Pansy pour une raison que j'ignore. Bon, oui, je sais qu'ils sont copains, mais je trouve ça louche tout d'un coup. Même Aby ne me colle plus. Dès qu'elle a un moment de libre, elle disparaît ou bien elle s'en va traîner avec Harry. En plus de ça, le congé des fêtes arrive à grand pas et ça va me faire déprimer. Pas que d'aller voir mes parents me rend triste, au contraire, mais je dois trouver le moyen de dire à Harry et Ron que je compte aller vivre une vie de Moldu parce que…

« Salut Hermione. »

Je me retourne rapidement et crois avoir entendu Draco, mais la tête blonde est celle de Aby. Celle-ci se dirige vers moi dans la bibliothèque tandis qu'une seconde personne abaisse le livre que je tiens entre mes mains.

« Draco… »

Il se contente de s'accroupir près de moi en m'adressant un vague sourire.

« Ça va Hermione ? »

Je lui fais un simple signe de la tête. Je le trouve étrange, mais je me force à lui sourire également en retour. Voulant jeter un coup d'œil vers Aby, je me rends compte que ma cousine a disparu de mon champ de vison… Bizarre. Je me retourne une nouvelle fois vers Draco.

« Qu'est-ce que tu venais faire ici ? »

Pas que je sois forcément surprise de le voir dans la bibliothèque, mais il y a un peu de ça. Il n'y est jamais et croyez-moi sur parole ! Je m'y trouve assez souvent pour connaître tous les habitués par leur nom et prénom par cœur. Pas de quoi m'en vanter vous dites ? Ah bon…

« Je voulais savoir si tu avais des plans pour les vacances… »

Je suis étrangement tentée de lui répondre oui pour une raison que j'ignore. Néanmoins, je préfère lui dire que je n'ai rien de prévu sinon de passer un peu de temps chez mes parents. Ma réponse a l'air de le satisfaire et il se lève soudainement pour s'asseoir sur le bras du divan sur lequel je suis assise.

« Ça te dirait de venir passer Noël dans mon manoir ? »

Mes yeux deviennent ronds d'effroi à cette simple demande. Il s'empresse aussitôt de préciser que ses parents seront absents. Il doit avoir lu dans mes pensées. Si je recroise le chemin de Lucius Malfoy un de ses jours, je suis bonne pour le cimetière. Je pousse un soupir de soulagement entre un petit rire nerveux.

« D'accord, j'aimerais bien. »

Une voix dans ma tête ne cesse de me répéter le nom de Pansy Parkinson, mais je fais mine de l'ignorer. Je veux y aller dans son manoir moiiiii ! J'avais l'impression qu'il m'évitait, mais cette demande vient prouver le contraire. Un Noël entre amis dans une demeure de luxe on ne peut pas rêver mieux, non ? Le sourire qu'il me fait ne fait qu'apporter une réponse positive à cette question. Il s'en va donc et trop énervée pour terminer de lire le chapitre de mon livre, je le referme et sors de la bibliothèque l'âme légère.

« N'y va pas ! »

Je sursaute. À la sortie de la bibliothèque, j'entends la voix de Aby dans mon dos. Je lui fais un sourire innocent, question de lui montrer que je ne vois pas du tout de quoi elle veut parler, mais elle ne gobe pas mon faux sourire. Zut. Elle est un peu trop perspicace pour une gamine de son âge.

« De quoi tu parles ? »

Bon, je sais ce que vous vous dites ! Mais quelle question nulle, oui, oui, je suis d'accord, mais qu'est-ce que je pouvais dire d'autre ? Et puis mettez-vous à ma place un peu, c'est troublant avoir une cousine pareille. Je vous l'échange contre deux noises, il y a des intéressés dans la salle ?

« N'y va pas. » Me répète-t-elle gravement.

Je hausse les épaules. Je sais, je joue mon rôle de l'innocente trop longtemps. Très bien, très bien, je vais tenter de savoir ce qu'elle cherche à me dire.

« Qu'est-ce que tu racontes Aby ? » Je demande, car je dois avouer que je ne saisis pas trop son raisonnement non plus.

« Ne va pas passer les vacances chez Draco. »

Oh la petite peste, elle a tout entendu ! La vie privée, elle connaît pas ? Je songe à lui tirer ses deux nattes blondes pour lui apprendre les bonnes manières, mais je me retiens. À la place, je la questionne quant à savoir pourquoi elle me balance ça soudainement. Et la voilà partie dans une histoire abracadabrante dans laquelle Draco et Pansy on fait un pari me concernant. Je la coupe, contrariée.

« Arrête ça Aby. »

Elle tente de poursuivre ses explications, mais voyant le regard noir que je lui lance, elle reste muette. Bonne attitude. Je vous jure, les enfants, ça vous invente de ces histoires à dormir debout parfois. Bien que je me demande pourquoi elle irait inventer un truc pareil, l'idée me vient en tête qu'elle pourrait être jalouse. C'est vrai que ça fait un moment que je la vois coller Harry. Qui sait si il a refusé ses avances et que maintenant, elle est jalouse de mon amitié avec Draco. Enfin, peu importe. Je repars dans la salle commune de Gryffondor faire ma valise et je pars le lendemain matin chez Draco.

O-o-O

Imaginez le portrait. Mes deux parents sont de brillants dentistes Moldus anglais alors je vous laisse le soin d'imaginer à quel point la maison dans laquelle je vis est grande. Ensuite, tentez toujours d'imaginer ma maison déjà immense à côté d'un manoir qui a dix fois sa taille ! Je rêve, ça c'est du château ! Presque aussi colossal que Poudlard, je vous jure ! Quoi qu'en un petit peu plus lugubre par contre.

« Tu viens Hermione ? »

Je quoi ? Ah, oui, oui, j'arrive. Navrée, j'étais figée dans la contemplation de l'architecture. C'est très gothique vu de l'extérieur. Les gargouilles en haut des tours, le grillage de fer à l'entrée et tout… Wah ! Nous entrons finalement dans la demeure. J'ai l'impression étrange d'être égarée dans un film Moldu de maison hantée. Enfin, tant que l'histoire ne se termine pas avec mon cadavre découpé en petits morceaux du manoir par Lucius Malfoy, ça me va.

« Tu peux aller déposer tes valises dans la chambre d'amis, c'est la quatrième porte au deuxième étage. »

Les Malfoy étant une famille noble et riche, je m'attendais à ce que ça soit un elfe qui s'occupe de mes bagages. Oh, c'est vrai que Harry a libéré Dobby au cours de notre deuxième année. Tant mieux, je n'aurais pas aimé qu'un elfe me serve tout le long de mon séjour ici.

O-o-O

Quatrième porte à droite ? Quatrième porte à droite… Ça fait quinze minutes que je suis au deuxième étage et il n'y a aucune satanée porte à droite ! Par contre, je suis tombée sur trois portes fermées à clef, un placard à balai grand comme la salle de cours de McGo, un escalier menant à un autre étage et un sombre couloir plein d'armures de métal qui semblaient me suivre des yeux sous leur casque. Quelque part, il fiche un peu la trouille ce manoir. Je veux mon hippogriffe en peluche !

O-o-O

Finalement, je suis arrivée à trouver la fameuse chambre d'amis au bout de vingt-cinq minutes, ce n'est pas si mal. J'ai défais mes valises et je tente de retrouver l'escalier principal lorsque la voix de Draco se fait entendre dans le manoir.

« Hermione, tout va bien en haut ? »

« Oui, pas de problème, tout va pour le mieux. »

Je ne vais quand même pas aller lui raconter que je me suis perdue en chemin entre le hall d'entrée et ma chambre. Des idées pour qu'il me rie à la figure et me parle de cette anecdote durant les dix prochaines années à coup sûr. Je me dépêche donc de trouver des repères pour tomber sur l'escalier principal lorsque je vois sa silhouette émerger devant moi dans le couloir.

« Il n'y a rien dans cette aile, ne reste pas par-là. » Me dit-il.

Son ton semble un peu trop mystérieux à mon goût. Si ça se trouve, Lucius Malfoy planque les cadavres de ses anciennes épouses dans des bocaux derrière l'une des portes verrouillées que j'ai croisé en chemin. Je commence à me faire peur avec mes histoires de morts et de maisons hantées.

« Le dîner est prêt, viens. »

Pas le temps de réagir, il me prend par le poignet et m'entraîne à travers les couloirs jusque devant le grand escalier de marbre conduisant au rez-de-chaussée. Alors que je crois avoir vu une statue de serpent bouger sur la rampe, mes pieds descendent rapidement les marches et Draco me lâche finalement la main. Tiens, c'était pas le poignet au départ ? Mmm…

« Si ça ne t'ennuie pas, nous dînerons au salon. »

Je lui fais signe que je suis d'accord. Dans le fond, peu importe, tout dans ce manoir est grossit à la puissance dix alors entre une salle à manger à la Belle et la Bête ou bien un salon digne des aristocrates du XVIIIème siècle, je ne jouerais pas aux princesses et faire ma difficile.

Je vous ai dis que le manoir était du style gothique ? Bien le salon n'a rien du tout de dark, au contraire. Il y a un grand tapis moelleux sur le sol, une immense cheminée de pierre de lune, un portrait de famille qui me fait un peu froid dans le dos, des divans oscillants entre des couleurs terres chatoyantes et un sapin de Noël grandiose qui éclaire de milles couleurs près de la fenêtre. Tout est parfait, je ne vois pas pourquoi Aby faisait tant d'histoires.

« À notre amitié ! » Me lance soudainement Draco, levant son verre au-dessus de la table devant moi.

« Oui, à notre amitié ! »

Je prends une gorgée de Bièreaubeurre après avoir trinqué. La boisson a un agréable arrière-goût de miel et d'amandes, c'est délicieux. Nous mangeons donc notre canard à l'orange par la suite. Le souper reste assez silencieux. Personnellement, j'ai la voix agaçante de Aby qui ne veut pas quitter ma tête, ce qui n'arrange pas mon cas. Néanmoins, les chandelles font un éclairage tamisé doux qui détend l'atmosphère et mes nerfs par la même occasion.

Vers la fin de la soirée, je commence à suspecter le dîner d'avoir un petit côté romantique. Je trouvais que les chandelles étaient un indice, mais j'ai réalisé après coup que la famille de Draco est exclusivement composée de sorcier et de ce fait, ils ne connaissent pas l'électricité. Pas de chance, c'est très pratique je trouve. Mon argument des chandelles a donc foutu le camp, mais je reste avec l'idée que le souper est romantique quelque part. Pourquoi ? Euh, bah… Et puis je n'ai pas à vous donner de raison, il est romantique et puis c'est tout !

« Je commence à être un peu fatigué, pas toi ? » Me demande-t-il.

Si, mais je voudrais que la soirée s'éternise le plus longtemps possible. Côtes à côtes près de la cheminée, la neige qui tombe dehors à gros flocons, c'est magnifique. Par contre, mes yeux sont sur le point de se fermer tout seul. Il faut quand même avouer qu'il est passé minuit depuis un bon moment déjà. Avant que je puisse avoir le temps de dire quoi que ce soit, il prend ma main et nous quittons le salon pour monter les escaliers.

Draco me reconduit jusqu'à ma chambre. J'ouvre l'une des deux portes y menant, mais je reste sur le seuil. Je le remercie pour la belle soirée, mais je reste plantée sans broncher. Qu'est-ce que je fais là ? À quoi tu penses Hermione ? Oh non, pitié, ne me dites pas que j'en suis rendue à ce point-là ? Tandis que je me désespère moi-même en pensées, j'entends la douce voix de Draco me souhaiter bonne nuit avant de déposer un baiser sur ma joue droite.

Il m'adresse un petit sourire malicieux et disparaît au tournant du couloir. Je crois rêver, pas vous ? Je touche ma joue, question de m'assurer que c'était bien réel. Ses lèvres étaient un peu froides, mais je prends note de mettre ce souvenir dans mon top dix de mes meilleurs moments. Et voilà, je souris comme une idiote et j'entre dans ma chambre pour me laisser tomber sur mon lit, poussant un long soupir.

Je reste étendue ainsi pendant cinq bonnes minutes lorsque soudainement, les flammes orangées de ma cheminée changent étrangement de couleur. Oui parce qu'il y a des cheminées mêmes dans les chambres dans ce manoir, la classe. Je me relève et j'observe les flammes maintenant devenues totalement vertes tandis qu'une effrayante silhouette fantomatique surgit du feu.

« Un esprit vengeur, ahhhhh ! »

Les flammes s'estompent et redeviennent normales lorsqu'une mince silhouette pâle se dresse devant moi dans une ténébreuse cape de velours dont la main gantelée tient une canne en forme de serpent. Impression désagréable de déjà-vu connue aussi sous le nom de Lucius Malfoy. Mince, il n'était pas parti pour les fêtes ? Glurp !

Je suis sur le point de tenter d'expliquer ma présence non désirée et inhabituelle dans sa demeure lorsqu'il plaque sa main sur ma gorge et que mon dos vient frapper de plein fouet le mur derrière moi. Aïe, c'est douloureux espèce de crétin ! Pas besoin de jouer les durs, t'es déjà assez impressionnant et menaçant en te tenant simplement debout devant moi sans que l'idée de t'attaquer ne me traverse le crâne.

« Miss Sang de Bourbe Granger, vous ne devriez pas vous trouvez ici, pas plus que dans ce monde magique que votre simple présence pollue chaque jour qui passe. »

Je suis mal barrée. C'est toujours un plaisir d'avoir affaire avec un Malfoy, ils sont si gentils. M'enfin, n'empêche que j'ai vachement la trouille en ce moment. Il compte me faire quoi le méchant Mangemort au juste ? Je préfère ne rien dire et rester sagement silencieuse dans mon coin. Je ne compte pas non plus m'excuser de polluer son univers parce que d'abord, il lui appartient pas cet univers et na !

« À moins que vous ne souhaitiez tester combien d'heures vous pouvez endurer un Endoloris sans que votre esprit ne sache plus ce qui vous arrive au point où votre propre nom vous sera inconnu. »

Ça y est, je tremble de peur et ce n'est pas sarcastique. J'ai VRAIMENT peur de ce type. D'un certain point de vue, j'avais l'intention de quitter le monde magique donc si je plie à sa requête, ça ne fera qu'avancer cette date de quelques semaines, rien de plus. Alors pourquoi pas ? Si je peux m'éviter la torture prolongée d'un Sortilège Impardonnable par la même occasion, qu'est-ce que j'ai à perdre ?

« Cessez de corrompre mon fils. Il est d'une ancienne et noble lignée, je présume que vous ne souhaitez pas souiller son sang et sa réputation par votre faute ? »

Ça y est, je vais pleurer, c'est dingue ! Je fais un petit signe de 'non' de la tête et il semble satisfait et relance la pression sur mon cou. Ça tombe bien, je n'arrivais plus à respirer à cause de lui. Je m'étouffe un peu et tente de rester debout sur mes deux jambes.

« Repartez d'où vous venez, dans votre petit monde de Moldus, là où se trouve votre véritable place. »

Je n'aurais jamais pensé dire ça un jour, mais je suis d'accord avec ce que Lucius Malfoy vient de dire. Après tout, l'univers Moldu était mon monde avant Poudlard. J'y suis chez moi. Les choses étaient tellement plus simples là-bas, à cette époque où il n'y avait que la télévision, les avions et non des sports volants sur balais ou encore un système de poste via des volatiles nocturnes. Lucius Malfoy disparaît à nouveau dans la cheminée tandis que je me laisse glisser sur le sol.

O-o-O

Aby avait raison depuis le commencement. Je n'aurais jamais dû venir ici ! Mes valises sont faites, je repars à la maison. Pas Poudlard. Non, je retourne chez moi, à Londres, dans le petit cottage de mes parents. La vérité sort de la bouche des enfants qu'on dit. Bah jamais je n'ai trouvé que ma cousine pouvait autant avoir raison qu'en cet instant.

« Adieu Draco. » Je murmure devant le grand escalier de marbre que j'ai bien pris un joli quart d'heure à retrouver.

Je ne suis pas mélodramatique, mais plutôt réaliste. J'en ai marre de me faire persécuter depuis ma première année. Sang impur par-ci, sang de bourbe par-là. Terminé ! Je m'en vais et je ne reviendrai plus jamais dans ces univers. C'est barbant la magie en fin de compte, aucun intérêt. Ouais bon, peut-être un peu, mais je n'ai pas le choix. Bon, oui, nous avons toujours le choix, mais je me vois mal combattre Lucius Malfoy en duel à mort alors je préfère la fuite et la vie par la même occasion.

« Aïe ! Bobooooo ! »

Ça y est Hermione, réveille toute la maisonnée ! Alors que je suis sur le point de franchir la porte-de-la-mort-qui-tue-qui-pèse-vingt-tonnes et de sortir enfin du manoir des Malfoy, je me cogne le petit orteil contre ma valise. Orteil stupide. Valise stupide. Manoir stupide. Famille stupide. Magie stupide…Hermione stupide.