Auteur : Mara : Hikaru no Go

Titre : Coma

Genre : yaoï et euh…

Couple : Ça se voit limite dès les premières lignes…

Disclaimer : Les persos ne sont pas à moi mais aux auteurs d' « Hikaru no Go » (j'ai oublié les noms gomen) et je ne me fais pas d'argent avec cette fic.

Note : les idées d'un des couples ne m'est pas venu toutes seules, mais grâce aux fics d'Olesseya « love and go » et à celle de Yuki-piyoko, « pour l'amour du go entre autre », fics, que j'adore.

Note importante : le prologue de cette fic n'en est pas le début. Ça se passe vers la fin, et le début de la fic, qui commencera au chapitre 1, racontera pendant plusieurs chapitre tout ce qu'il s'est passé avant et expliquera les détails de situations obscures…

Coma : prologue

Confusion…

Isumi avait invité Hikaru, Waya, Honda, Nase et Fuku à venir prendre un verre chez lui pour son anniversaire. Il regardait avec un sourire amusé Waya et Hikaru raconter à Nase et Fuku la vie trépidante de professionnel du Go. Sans doute ses amis arriveraient-ils cette année à passer pro et quitteraient enfin le statut d'Insei. Cependant Isumi n'arrivait pas à vraiment s'amuser avec eux. Aujourd'hui, c'était son anniversaire, il était enfin majeur. Mais une ombre gâchait son beau tableau…

La sonnerie de son portable le sortit de ses pensées. Il ne connaissait pas le numéro inscrit et décrocha, alors que ses amis avaient fait silence pour lui permettre d'entendre son interlocuteur. La voix qu'il entendit au bout du fil était hachée de sanglots, et il ne reconnut pas tout de suite la personne qui l'appelait :

Moshi moshi

Isu…mi ! Dé… Désolé… J'l'avais… pas… vu… C'ét… vert… et… pas…vu…

Isumi s'interrogea quelques secondes avant de se rendre compte de qui était au téléphone.

Toya-kun ? C'est toi ?

Hikaru avait tout de suite réagit en entendant le nom de son petit ami et s'était levé pour essayer de savoir ce qu'il se passait.

Oui… J'lai pas vu… la voit… Oga… ta… Il est… ici…

Toya-kun, essai de te calmer. Qu'est-ce qu'il s'est passé ? Où es-tu ?

Isumi dû attendre quelques secondes avant que le jeune prodige du Go ne réussisse à retrouver un semblant de calme.

A l'hôpital… C'est Ogata-san… C'était vert... J'ai rien vu...

Ecoute, ne bouges pas, j'arrive tout de suite.

Isumi raccrocha et se tourna vers ses amis qui attendaient avec impatience de savoir ce qu'il se passait, vu le visage inquiet d'Isumi.

Je suis désolé, je vais devoir vous laisser un moment seul. Shindo-kun, tu devrais m'accompagner.

Waya arrêta son ami avant qu'il ne prenne sa veste.

Isumi, qu'est-ce qu'il se passe ? Où est-ce que vous allez ? Qu'est-ce qu'il voulait, Toya ?

C'est Seiji… Ils sont à l'hôpital. Je ne sais pas ce qu'il s'est passé, mais faut que j'y aille.

Waya se leva à son tour sous les regards étonnés de Honda, Nase et Fuku. Il attrapa sa veste ainsi que celles d'Isumi et d'Hikaru et leur lança.

Je viens avec vous.

Isumi approuva d'un signe de tête, alors qu'Hikaru se précipitait déjà dans l'escalier. Isumi laissa le double de ses clefs à Nase, lui demandant de refermer derrière lui s'il n'était pas rapidement là. Il suivit ensuite ses deux amis qui hélaient déjà un taxi.

Vous voulez allez où, les jeunes ?

A l'hôpital central s'il vous plaît.

Waya jeta un coup d'œil dans le rétroviseur pour voir le visage d'Hikaru marqué par l'inquiétude et celui, beaucoup plus impassible, d'Isumi. Il n'espérait qu'une chose, mais sans y croire tout à fait : que l'accident ne soit pas trop grave et qu'Isumi ne se renferme pas sur lui-même sans leur laisser la possibilité de lui venir en aide.

Ils arrivèrent rapidement devant l'hôpital, et Waya attendit qu'Isumi ait payé le taxi avant de se précipiter à sa suite dans le hall de l'hôpital. Ils y retrouvèrent Hikaru qui essayait tant bien que mal de réconforter Akira. Le jeune homme essayait visiblement de lui parler, mais les sanglots l'étouffaient à moitié et il ne pouvait visiblement pas aligner deux mots. Isumi s'approcha d'eux et, dès qu'il l'aperçut, Akira se précipita vers lui. Isumi n'eut que le temps de rattraper le jeune homme et de le faire asseoir sur les chaises de la salle d'attente. Il s'assit à côté de lui, un bras autour de ses épaules, alors qu'Hikaru s'asseyait de l'autre côté, prenant les mains du brun, qui était en pleur. Waya s'assit à côté d'Isumi, attendant la suite, mal à l'aise dans ce hall d'hôpital, se demandant même ce qu'il faisait là. Les sanglots d'Akira finirent par se calmer et il pu enfin répondre aux questions dont le pressait Isumi.

Qu'est-ce qu'il s'est passé Akira ? Où est Seiji ?

J'ai pas vu la voiture… C'était vert et j'ai voulu traverser, mais la voiture est arrivée quand même… Elle n'aurait pas dû être là… C'était rouge pour elle, et j'ai pas pensé qu'elle serait là… Ogata-san l'a vu… Il m'a poussé mais lui il…il…

Akira retint un sanglot. Les yeux perdus dans le vague, il était très certainement en état de choc. Un bandage entourait son bras droit, mais il n'était visiblement pas plus blessé que ça.

Et où est-il ? Où est Seiji ?

En salle d'opération. Les médecins ont dit qu'ils me préviendraient à la moindre nouvelle. Je suis désolé Isumi… J'avais pas vu… Je suis désolé…

Isumi ne dit rien, ne réagit même pas. Il n'entendait plus rien, ne voyait plus rien. Seiji Ogata venait d'avoir un accident, et pour le moment, personne ne semblait savoir s'il s'en sortirait… Waya regarda son ami avec inquiétude. Le visage fermé, les bras posés sur ses genoux, rien ne semblait pouvoir le faire sortir de cet état. Akira était serré dans les bras d'Hikaru, regardant Isumi sans vraiment le voir. Waya ne voyait que la culpabilité sur son visage, et il échangea avec Hikaru un regard inquiet. De longues minutes s'écoulèrent sans aucune réaction venant de leurs amis. Waya commença à faire les cent pas dans le couloir, attendant que quelqu'un vienne pour les prévenir d'une quelconque évolution. Waya arrêta ses allées et venues en apercevant la carrure d'un homme qui était loin de lui être inconnue.

Shindo…

Hikaru releva la tête vers son ami qui lui désignait la silhouette de Koyo Toya qui venait d'entrer dans l'hôpital et semblait se renseigner à l'accueil. La configuration des lieux fit qu'il n'avait pas encore aperçue le petit groupe assit. Hikaru se détacha d'Akira. Celui-ci le regarda sans comprendre.

Je… suis désolé Hikaru… C'est ma faute, je…

Hikaru lui mit la main sur la bouche pour le faire taire et lui désigna l'homme qui se tenait toujours à l'accueil. Il s'éloigna ensuite légèrement d'Akira afin de na pas attiser la colère de son père. Ils n'en avaient franchement pas besoin maintenant. Koyo Toya se retourna vers eux au geste de la réceptionniste. Il s'approcha du groupe et regarda froidement son fils, qui vu son état ne pu soutenir son regard.

Akira.

Père.

L'hôpital m'a appelé, puisque tu es blessé.

Je n'ais rien.

Koyo Toya regarda avec indifférence son fils et ses amis avant d'aller s'asseoir à son tour sur un siège du hall, attendant des nouvelles de son élève. Trois heures passèrent encore. Waya s'était rassit à sa place, et lui et Hikaru commençaient à s'impatienter. Isumi était sorti à un moment de son état semi léthargique un moment beaucoup trop bref selon Waya, pour parler à Akira. Il lui avait certifié que ce n'était pas sa faute, qu'il n'avait aucune raison de s'en vouloir. Akira avait semblait être un peu soulagé par ses paroles, mais son état de choc ne semblait toujours pas totalement passé. De plus, Isumi avait replongé immédiatement dans ses sombres pensées, sans sembler tenir compte du monde qui l'entourait.

Un médecin arriva enfin et s'approcha de Koyo Toya. Waya donna un léger coup de coude dans les côtes d'Isumi qui releva enfin la tête. Akira remarqua le médecin et se leva pour s'approcher, mais ses amis restèrent en arrière, entendant tout de même la discussion :

Toya Koyo san ?

Oui ?

L'opération d'Ogata-san est terminé. Nous avons réussi à empêcher beaucoup de dégâts. Vu le choc qu'il a subi, il aurait pu mourir sur le coup. Il a la cheville et le tibia droit cassé, ainsi que le poignet gauche. Heureusement, ses deux côtes cassées n'ont pas perforé d'organe. Mais il a subi un traumatisme crânien. Je dois vous avouer qu'il n'est pas encore hors de danger. Il est pour le moment dans le coma…

Est-ce que l'on sait quand est-ce qu'il se réveillera ?

Non, c'est impossible de le savoir. Pour être franc avec vous, on ne peut même pas être sûr qu'il se réveillera…

Waya resta un moment paralysé. Il ne connaissait pas personnellement Ogata-sensei, mais c'était quelqu'un de célèbre dans le monde du Go, dont il entendait parler depuis qu'il avait apprit à jouer. Et surtout, surtout… Waya se retourna vers Isumi qui, pétrifié, fixait le vide, les yeux exorbités. Il entendit Akira pousser un cri de surprise avant de se remettre à pleurer sous le choc et la culpabilité. Il vit du coin de l'œil Hikaru se lever et se précipiter vers Akira, sans tenir compte de l'avis du Meijin. Et lui, au milieu de tout ça, qui ne savait pas quoi faire, comment réagir, et encore moins que dire pour arranger un peu les choses. Et au milieu de la confusion de l'annonce, Waya essaya de se rappeler comment ils avaient pu en arriver là… Comment la situation avait pu dégénérer au point de mettre ses meilleurs amis dans cet état… Waya secoua légèrement la tête. Vu l'état des autres, il allait devoir prendre un minimum les choses en main, bien que ce n'était pas forcément sa tasse de thé… Il signala aux autres qui visiblement ne l'écoutait pas tellement qu'il allait prévenir Nase, Fuku et Honda de la situation, et leur dire qu'ils pouvaient rentrer chez eux, qu'il les tiendrait au courant lui-même. Waya souffla un moment avant de s'emparer de l'appareil. Il était pas pourtant le mieux placé pour s'occuper de tout ça, lui… Mais vu l'état de ses amis, qui aurait pu le faire à sa place ?

A suivre…

Mara : bon ben j'espère que le prologue vous a plu, bien qu'il s'arrête un peu bizarrement à mon goût. Si quelqu'un veut m'laisser son avis, bon ou mauvais… j'accepte toute les critiques !

Et surtout un grand merci à ma grande sœur Mijy qui me sert notamment de source d'inspiration mais aussi de bêta lectrice !