Requiem

Sakura ramena ses mains agitées de spasmes contre son ventre, ses mains rouges de sang ; et elle dû s'appuyer au chambranle de la porte pour ne pas tomber, pendant que l'équipe médicale précédée par Tsunade disparaissait à l'autre bout du couloir.
Elle avait fait tout ce qu'elle avait pu.
Maintenant cela ne dépendait plus d'elle.
Ses jambes l'abandonnèrent finalement et elle se laissa lentement glisser au sol, en position fœtale.
Quelques pas plus loin se tenait Sasuke, droit, ses bras barbouillés de sang ballant inutilement le long de son corps, et il fixait la porte du secteur de chirurgie d'un air vide, perdu. L'expression de son visage fit presque aussi mal à Sakura que la certitude que même Tsunade-sensei ne pourrait rien faire. Certaines blessures étaient au-delà des capacités des médics-nin, personne ne pouvait guérir une gorge béante. Personne ne pouvait réparer les tissus d'un cœur nettement transpercé par un kunaï.
Kakashi-sensei se tenait près de la porte et fixait le vide. Son bandeau frontal était toujours relevé et le Sharingan tournait follement, mais il ne paraissait pas s'en rendre compte. Ses mains tremblaient.
Cela aussi terrifia Sakura.

--

Ce n'était pas possible. Ca ne pouvait pas être possible.
Il n'avait pas le droit. Il n'avait pas le droit de mourir.
Pas le droit de le laisser seul.
Pas le droit d'abandonner son rêve.
Rêve.
Oui, ce devait être un rêve, un cauchemar du Sharingan, murmura désespérément la partie de son cerveau qui s'accrochait encore bec et ongle à ce fol espoir. C'est un rêve, tu vas te réveiller, et il sera là, orange et stupide. Vivant.
Mais la partie de son esprit qui avait pris le contrôle automatique quand il avait chargé le corps déjà trop froid Naruto dans ses bras et l'avait ramené le plus vite possible à Konoha savait, elle. Il avait sentit le sang filer entre ses doigts malgré les mains de Sakura tentant de refermer les blessures, malgré le chakra écarlate qui tentait de rappeler à lui les parcelles fuyantes de vie. Il avait sentit la chaleur s'en aller.
Froid.
Il tremblait, de tout son corps. Pire qu'après la mort d'Itachi.
Lentement il tenta de reprendre son calme, s'accrochant à la conviction que l'imbécile sortirait une solution miracle de nul part comme toujours, qu'il trouverait un moyen ou un autre de les surprendre, de tirer a langue à la mort et au froid. Que bientôt ils se rassembleraient autour du lit de convalescence, et qu'il pourrait lui rendre la vie misérable pour n'avoir pas su esquiver cette stupide attaque venue de nulle part, et que Naruto sourirait et répondrait que de toute manière il ne pouvait pas mourir avant d'être devenu Hokage.

Il redressa la tête, et constata que la salle était pleine. Il ne les avait pas entendu entrer.
Ino serrait convulsivement Sakura dans ses bras, murmurant d'inaudibles mots de réconforts, et Shikamaru et Choji se tenaient dans un coin, le visage pâle. Dans le coin opposé Hinata s'accrochait désespérément à Kiba et Shino, qui jetaient de fréquents coups d'oeils à la porte toujours close de la Chirurgie. Neji aussi était là, presque aussi blanc que le mur contre lequel il s'appuyait, et Tenten était accroupie à ses côtés, et Lee aussi était présent, tellement silencieux que s'en était effrayant.
Du coin de l'œil il vit la silhouette de Gai-sensei s'approcher de celle, toujours immobile, de Kakashi-sensei. L'homme murmura quelques mots et abaissa le bandeau frontal du copy ninja qui ne réagit pas, puis se dirigea en silence vers Iruka-sensei qui menaçait de briser le dossier de la chaise a laquelle il se cramponnait comme si sa vie en dépendait.
La porte s'ouvrit.

--

Tsunade-same était pâle comme un linge, et elle paraissait tellement plus âgée qu'a l'ordinaire, tellement plus fatiguée…
Non…
Un sanglot convulsif s'éleva du coin de Sakura et celle-ci s'arracha aux bras d'Ino pour faire quelques pas de somnambule trébuchants qui la menèrent au centre de la pièce ou elle s'arrêta.
Les mains d'Iruka relâchèrent la chaise intacte, et il baissa la tête. Hinata pleurait silencieusement dans les bras de ses coéquipiers qui la serraient contre eux comme si cela pouvait faire partir la douleur.
Comme si quoi ce soit pouvait faire partir cette douleur.

Les épaules de Neji se soulevaient et s'abaissaient sèchement, et là où sa main touchait le mur la peinture commença lentement à se craqueler. Les larmes claires coulaient ouvertement sur son visage taillé dans le marbre.
Une statue qui pleurait, songea Sasuke.
Il entendit vaguement Tsunade-sama dire quelque chose, et la voix basse de Gaï commença à murmurer la prière rituelle pour les morts, bientôt rejointe par celles de Shikamaru, Choji, celle –hachée- de Lee. Il entendit vaguement Kakashi-sensei quitter la pièce en silence.

Et soudain Sakura s'effondra sur elle-même, et son poing traversa le sol de béton comme s'il s'agissait de beurre, s'enfonçant profondément. Les broches d'aciers et les éclats de carrelages ouvrirent des chemins sanglants sur ses avants bras, mais nul ne fit un geste pour l'arrêter alors qu'elle se balançant d'avant en arrière en détruisant aveuglément le sol sous elle.
Alors le corps de Sasuke bougea de lui-même, et il vint s'agenouiller en face d'elle, capturant les mains dans les siennes. Elle ne se débattit pas, releva son visage ravagé par les larmes vers lui, et soudain le hurlement de douleur qui se débattait dans la poitrine du jeune homme trouva un chemin vers la sortie, et il se plia en deux tandis que les larmes surgissaient, incontrôlables, et que ses cordes vocales se déchiraient. Et Sakura s'accrocha à lui, et laissa à son tour échapper la plainte primale de sa peine.

Et, cramponné l'un à l'autre comme si le monde était fini, ils pleurèrent.

---

Réponse à un défit posé par Itachi-san sur le forum de Naruto-trad : la mort de Naruto.
Maintenant je suis déprimée... :(

Comme toujours une review est plus que la bienvenue :). Et pour ceux qui s'en inquiètent, oui, je poste beaucoup de drabbles en ce moment et j'ai pas mal d'autres scénarii mineurs qui me tarabustent, mais je n'en oublis pas pour autant mes fics principales. L'épilogue de Pas encore cette fois sera bientôt là (j'en suis très fière ), et je suis toujours en train d'écrire le chapitre 4 de Marche dans les ténèbres, mais j'ai eu quelques semaines très difficiles et j'ai pris un peu de retard.
voilà, et au risque de me répéter, REVIEW syvouplai ! (yeux à la bambi)