Poursuite
Dans lequel Naruto va de surprise en surprise et de Charybde en Sylla…ou peut-être pas finalement.

"Naruto, attends !"
Perdu comme il l'était dans sa béatitude, il fallu au jeune homme une première fraction de seconde pour réaliser qu'on avait pénétré son espace personnel, et une seconde pour identifier l'intrus : Neji Hyuuga en personne.
"Hé, Neji, com- "
Avant qu'il ait pleinement réalisé ce qui se passait, il se trouva plaqué contre un mur, une main pesant de tout son poids sur son épaule, une autre tendue contre sa gorge comme une arme blanche. Et à quelques centimètres de son visage celui de Neji, dont les yeux de perle rivés aux siens étaient durs et menaçants.
"Naruto."
"Neji…"
Observation surprise, puis inquiète du visage en face de lui. Début de panique.
- Neji ! Si c'est à propos de la peinture rose le mois dernier, je t'assure…"
"Uzumaki."
"…"
La main de Naruto vola vers son étui à kunaï, tous ses instincts de conservation à présent activés.
"Ecoutes moi attentivement."
Quelque chose dans le ton du Hyuuga alluma une alarme dans l'esprit du blond, et il cessa de chercher à se dégager frénétiquement.
"Si jamais elle souffre à cause de toi, je m'assurerais personnellement que tu ne puisses plus faire usage de certains de tes membres, c'est bien compris ?"
"O- Oui, mais Ne-"
Le poids du jeune homme disparu soudainement.
"Bien. Bonne journée alors."

Et le jounin s'éloigna tranquillement, avec les même mouvements fluides et sereins qu'à l'accoutumée, comme s'il ne venait absolument pas de le menacer d'émasculation. Quelques passants (et pas mal de passantes également) ayant assisté à l'altercation le suivirent d'un regard surpris (ainsi qu'énamouré, selon les cas), mais nul ne fit un geste. Ce genre de scène n'était pas totalement rare dans un village caché à moitié peuplé de ninja.

Abandonné à sa confusion, Naruto resta planté un instant au beau milieu de la chaussée, avant de reprendre son chemin à travers les rues animées de Konoha. Il passa sur les toits pour éviter la foule des civils. Alors qu'il négociait une rue particulièrement large qui l'obligea à passer sur un réverbère complètement usé par les semelles des dizaines de ninja qui prenaient leur appel là tout les jours, il aperçu une silhouette familière et se détourna un instant de sa course.
"Hé, Kiba !"
Deux toits plus loin, le jeune Inuzuka lui fit signe et franchit avec aisance la distance qui les séparait.
" 'lut Kiba, tu ne vas pas croire ce qui vient de m'arriver… "
" Naruto, je te cherchais justement."
" Hum ?"
Soudain, la masse placide d'Akamaru se trouva derrière lui, haletant doucement.
Placide, mais de la taille d'un veau, et tout à fait capable de lui broyer la tête au moindre haussement de sourcil de son maître…
"Je voulais avoir une petite discussion avec toi."
Le visage du jeune homme était tout à fait sérieux –ce qui en soit même était déjà passablement louche- et la lueur dans ses yeux jaunes était intense et définitivement inquiétante.
" Heu… Ha oui ?"
Kiba croisa les bras et fronça les sourcils en découvrant les crocs.
" J'espère que tu réalises ta chance Uzumaki… Et si ce n'est pas le cas et que tu ne prends pas soin d'elle comme elle le mérite, Akamaru et moi te le ferons amèrement regretter."
Un grondement sourd dans son dos confirma le point de vue d'Akamaru sur la question.
Puis l'expression menaçante disparu, et sans sembler remarquer le regard interloqué fixé sur lui, Kiba lui assena une grande claque amicale sur le dos.
"Bon, je dois y aller, on va être en retard sinon. A plus Naruto ! Viens Akamaru !"
Et il disparu dans une ruelle en contrebas, laissant un Naruto stupéfait en équilibre instable sur les tuiles balayées par les courants d'air…

Après cela le blond poursuivit sa route en rasant les murs, évitant les zones trop peuplées où repérer un poursuivant revenait à chercher un sembon dans une meule de foin, et surveillant ses arrières avec toutes ses ressources de guerrier. Autant dire que nul ninja n'aurait pu l'approcher à moins de quarante mètres sans qu'il ne s'en rende compte.
Aussi changea t'il une nouvelle fois d'itinéraire lorsqu'il sentit dans une rue non loin le chakra parfaitement contrôlé d'un autre shinobi.
Mais l'aura de l'Autre corrigea sa direction pour emprunter une voie parallèle à la sienne, puis trois rues plus loin, bifurqua de façon à ce que sa trajectoire coupe celle du blond.
Avec un grognement frustré, Naruto accéléra jusqu'au point d'intersection et se campa au beau milieu de la route dans une position déterminée.
C'est sans grande surprise qu'il vit arriver son 'poursuivant' une minute plus tard, marchant d'un pas égal sans paraître relever le défit muet, les mains dans les poches et le regard indéchiffrable –et pour cause…
"SHINO ! C'est toi qui me suivais ? Ne me dis pas que tu vas te mettre à me menacer toi aussi…"
Shino le fixa de cette manière qui poussait ses interlocuteurs à piétiner d'un air gêné en se demandant s'ils avaient une tache sur le visage, et haussa un sourcil interrogatif.
"Te menacer ?" Le concept avait l'air résolument nouveau. "Je ne vois pas pourquoi je te menacerais."
Air méfiant.
"Vraiment ? Mais les autres…"
"Ce serait une insulte à ton bon sens et à ta fiabilité. Je ne vais pas te menacer, je voulais juste te rappeler quelques faits…"
"Naaaaaan! Je l'savais… Mais qu'est ce que je vous ai fait à tous ?"
"Elle sourit."
"… Hein ?"
"Elle sourit et c'est grâce à toi."
"Heu…"
Expression "je viens de voir passer Sasuke-en-tenue-complète-de-ninja-du-Son-nœud-compris" (c'est-à-dire stupéfait).
"Certaines choses ne dépendent pas seulement de la volonté ou de l'affection que l'on porte à quelqu'un. Nul ne peut être entièrement responsable du bonheur d'un autre."
L'expression de Naruto était passé à "Sasuke-en-tenue-complète-de-ninja-du-Son-nœud-compris m'explique pourquoi il a décidé de se teindre les cheveux en rose" (c'est-à-dire le front plissé, les yeux ronds comme des billes, bouche légèrement bée).
"Tu… T'es un mec vraiment zarb Shino…"
Ce dernier ne sembla pas relever.
"Ce que je veux dire c'est que si au final ça ne marche pas, je ne te tiendrais pas forcément pour responsable…"
"…"
"Mais si tu te conduis de manière inconsidérée, que tu ne prends pas les choses au sérieux, ou bien que par tes paroles ou par tes actes tu la fais souffrir… Dans ce cas sois certain que tu ne pourras jamais fuir assez loin. Mes insectes te retrouveront toujours, aussi loin que tu ailles, et je peux t'assurer que tu regretteras longuement et douloureusement ton inconséquence."
"… mon inconsé-quoi ?"
"Je sais que tu ne ferais rien volontairement qui puisse lui faire du mal. Mais dorénavant ce sera insuffisant. Tu auras intérêts à réfléchir aux conséquences de tes actes. Parce que même sans le vouloir tu peux la faire souffrir. "
"…"
Shino sortit ses mains de ses poches et croisa les bras avant de se remettre à fixer le jeune homme blond qui lui faisait face dans un silence de mort. Ses yeux étaient invisibles, mais aucun doute n'était possible, c'était bel et bien 'fixer', et ce avec une intensité à creuser des trous dans les murs…
Après un long moment d'observation durant lequel aucun des deux ne fit le moindre geste, Shino hocha finalement la tête, apparemment satisfait de ce qu'il avait vu.
"Bien. Je vois que nous nous comprenons. Bonne journée Naruto."

Longtemps après le départ du ninja aux insectes le jeune homme se tint au même endroit, immobile, le regard perdu dans le vide. Plusieurs fois des badauds le dépassèrent en jetant un coup d'œil curieux à ce grand jounin blond aux yeux incroyablement bleus et à l'expression concentrée, mais ce n'est que lorsque des pas légers se firent entendre derrière lui qu'il releva finalement la tête.
"Na- Naruto-kun, ça va ? Où étais tu ? Je commençais à me faire du souci…"
Une petite main frôla son bras, et il sursauta comme s'il avait reçu une décharge électrique, avant de se retourner complètement et de capturer la jeune femme dans une étreinte possessive. Il enfoui son visage dans les cheveux ailes de corbeau et inhala leur odeur légère.
"Je suis désolé Hinata. Je ne voulais pas t'inquiéter. Je suis vraiment désolé… Je ferais plus attention la prochaine fois. Je te le promets… Je ne veux pas que tu souffres, je ferais tout ce que je peux pour l'empêcher. Je t'aime Hinata."
La jeune femme ne réagit pas immédiatement, se contentant de rougir un peu, de frissonner légèrement et de se rapprocher encore plus du jeune homme.
Puis elle se redressa sur la pointe des pieds, jusqu'à ce que ses lèvres ne soient plus qu'à quelques centimètres de celles de son compagnon, et qu'elle puisse plonger les yeux de perle dans les siens.
"Je sais."
Et quand leurs lèvres se rencontrèrent, elle souriait.

fin

---

avis après relecture : mon dieu, c'est NIAIS...O-o ... Je suis partie d'une idée vague à propose de Naruto qui se faisait martyriser par Neji et compagnie, et j'aboutie avec un one-shot à l'eau de rose... > pleure et cours se cacher dans un coin >.
Je tiens aussi à préciser que Naru/Hina n'est pas mon couple de prédilection (pour autant que j'en ai un), mais il s'imposait pour ce scénario là, évidement.
Image mentale dérangeante : l'intégralité de Konoha traque Sasuke et menace de lui faire la tête au carré s'il s'avise de partir une fois de plus et de faire souffrir Naruto...

Ho, et merci infiniment à tout ceux qui on reviewé le drabble sur la mort de Naruto... Elenthya particulièrement, dont la review m'a beaucoup touché, mais aussi tout ceux qui on laissé un petit message pour dire que je les avais presque fait pleurer (et c'est le plus beau des compliments je crois).
Voilà. :)