Bonjour à tous ! Hé non, je ne suis pas morte, voilà un nouveau chapitre après presque 2 ans d'absence. Le manque d'inspiration, de temps et une démotivation ont fait que j'ai laissé cette histoire de côté pour un temps. La fic est terminée et ceci est le dernier chapitre.

Pour ceux et celles qui se poseraient la question : toutes mes fics seront terminées (je parle notamment de Derrière le Masque), et j'ai aussi quelques fics en cours d'écriture que je publierai quand j'aurai suffisamment d'avance (voire terminées).

Et bien sûr après cette longue absence, je fais un petit récap des événements et des personnages. Même si je vous conseille vivement la relecture de la fic (les chapitres ne sont pas longs).

Disclaimer : les persos que vous reconnaissez appartiennent à JK Rowling et Warner, ceux que vous ne reconnaissez pas, ils sont à moi. Les titres de noblesse sont également une invention de ma part. Je ne touche pas d'argent en écrivant cette fic, mon seul salaire, ce sont les reviews. J'espère que je n'en ai pas trop perdu pendant ma longue absence…

Personnages :

Hermione Granger : comtesse de Westbury

Drago Malefoy : duc de Canterbury

Harry Potter : duc de Steinfield (plus une flopée d'autres titres que je ne détaillerai pas), sort avec Alexandra, une des amies d'Hermione

Ron Weasley : duc de Salisbury, marquis de Brighton

Ginny Weasley : courtisée par James, l'oncle d'Hermione

James Granger : oncle d'Hermione, frère cadet de son père

Henri Granger : père d'Hermione, comte de Westbury

Domenica Sellers : secrétaire d'Henri, a voulu se faire épouser pour sa fortune, mais finalement mise en déroute par Hermione et ses amis.

Narcissa Malefoy : marquise de Stonelow

Les amies d'Hermione :

Elisabeth Spencer : héritière du duché de Westminster, est fiancée à Andrew Hadleigh, héritier du duc de Stratford, moldue

Samantha McBride : héritière du marquisat de Sinclair, sort avec Philip Spencer, frère aîné d'Elisabeth, moldue

Alexandra Dubreuil : héritière du marquisat de Montmarsan, sort avec Harry, française, fait ses études à Beauxbâtons.

Alys Sommerville : héritière du duché de Hartland, rivale d'Hermione et ses amies.

Résumé des chapitres précédents : durant l'été qui se déroule après leur cinquième année, Hermione perd sa mère lors d'un braquage de banque. Un an après, en rentrant chez elle, elle découvre que son père a décidé de refaire sa vie avec Domenica, son assistante au cabinet dentaire. Hermione et Domenica se déclarent aussitôt la guerre, Hermione soupçonnant avec raison que Domenica est vénale. Avec l'aide de son oncle, James Granger, ils s'allient contre la dangereuse femme. Dans le même temps, Voldemort attaque Azkaban et libère les Mangemorts dont Lucius Malefoy. Celui-ci tente de tuer Narcissa et Drago, Narcissa étant un agent de l'Ordre du Phoenix, et Drago ne souhaitant pas devenir le pion du Seigneur des Ténèbres. Harry est également attaqué à Privet Drive et ne doit la vie sauve qu'à l'intervention in extremis de l'Ordre du Phoenix. Drago et Harry sont envoyés chez Hermione par Dumbledore qui ne donne le choix à aucun des trois. Les découvertes s'enchaînent alors : Hermione danse et chante avec ses amies d'enfance, retrouvées lors des funérailles de sa mère, Elisabeth, Alexandra et Samantha. Elles sont également toutes les quatre issues de l'aristocratie anglaise, Hermione devenue Comtesse à la mort de sa mère. Puis, Hermione, Drago et Harry découvrent qu'Alexandra est aussi sorcière, mais étant française, étudie à Beauxbâtons. Elles le dévoilent aux amies moldues d'Hermione, et découvrent aussi les origines nobles d'Harry, James Potter étant un Sang-Pur, et le dernier héritier Black.

La guerre entre Hermione et Domenica s'envenime quand la question du Bal des Débutantes est abordée. Pour mettre Hermione à l'abri de la cupidité de Domenica, elle simule alors des fiançailles avec Drago, héritier d'un duché également. Pendant le Bal, Harry et Alexandra se rapprochent. Au retour du Bal, Drago finit par découvrir que le père d'Hermione est probablement drogué. Hermione se met en tête de fêter l'anniversaire d'Harry et d'inviter Ron et Ginny. Ceux-ci sont inquiets, car ils ne savent pas où a été envoyé Harry et savent que Malefoy Senior a tenté de tuer son fils. Avec l'autorisation de Dumbledore, Ron et Ginny viennent chez Hermione où tout leur est révélé. Et suite à une remarque innocente d'Harry, on découvre que les Weasley possèdent aussi des titres de noblesse et une richesse, ainsi que la raison de la haine ancestrale que se vouent les familles Malefoy et Weasley. Avec l'intervention du frère aîné d'Elisabeth et l'oncle d'Hermione, la famille Weasley entre enfin en possession de leurs titres et fortune. Drago et Hermione tombent peu à peu amoureux l'un de l'autre, et leurs fiançailles ne sont plus une simulation.

Une potion est confectionnée par Drago et Hermione pour délivrer Henri Granger de la drogue administrée par Domenica, et celle-ci sort de leurs vies définitivement. Samantha les invite alors à la campagne chez sa grand-mère. Ron et Ginny sont de la partie, et Ginny tombe sous le charme de James Granger, bien qu'âgé qu'elle...

La parenthèse s'achève...

Chapitre 21

Hermione se tenait debout à la fenêtre de sa chambre, regardant le soir qui tombait doucement. La mélancolie l'envahissait peu à peu. Demain, ils partaient pour le Terrier. Demain, retour dans le monde sorcier.

Ils avaient passé des jours inoubliables chez Samantha, et ils s'étaient quittés sur la promesse de s'écrire toutes les semaines. Et maintenant que Samantha et Elisabeth savaient pour le monde sorcier, Alexandra et elle pourraient s'envoyer des hiboux. Elle soupira. Pour la première fois de sa vie, elle ne voulait pas retourner à Poudlard.

On frappa à sa porte. Harry passa la tête.

- Hermione ?

Elle se retourna et lui sourit.

- Oui Harry ?

- Ca va ?

- Pourquoi ça n'irait pas ?

- Parce que je sais que tu as autant envie que moi d'y retourner, répondit-il, amusé.

- Je suis si transparente que ça ?

- Tu ne veux pas quitter cette parenthèse enchantée. Moi non plus. Demain, c'est le monde sorcier, Poudlard, la guerre…

- J'ai peur Harry. Nous avons passé deux mois idylliques. Depuis le jour où vous avez débarqué Drago et toi, ici, dans le monde moldu. Tout a changé.

- Et en bien, intervint Drago en arrivant à son tour.

Il vint près d'elle et lui prit la main. Harry sourit.

- Par contre, j'adorerais voir la réaction de tous les élèves de Poudlard devant le couple que vous formez maintenant.

- J'aimerais autant que nous soyions discrets sur ça, grimaça Hermione. Je ne parle pas de se cacher, parce qu'on a dit que tu affichais tes nouvelles convictions… mais on ne va pas non plus s'embrasser devant la table des Professeurs dans la Grande Salle.

Drago acquiesça.

- Ce serait trop dangereux. Même si la nouvelle de ma trahison est connue, je reste un Serpentard, et Hermione une Gryffondor. On risque de s'en prendre à elle.

Harry opina.

- Il faudra le dire à Ron et Ginny. Histoire qu'ils ne fassent pas de gaffes.

- J'ai confiance en eux.

Hermione prit la main d'Harry dans sa main libre. L'amitié qui les liait avec les Weasley avait été consolidée, elle était amoureuse de Drago Malefoy, la guerre grondait dans le monde sorcier. Tout cela résisterait-il à la nouvelle année qui s'annonçait ?

Quand Remus Lupin et Severus Rogue sonnèrent à la porte des Granger, ce fut Drago qui leur ouvrit. Il leur fit un grand sourire sincère.

- Bonjour Professeurs. Nous sommes prêts.

Les deux professeurs étaient surpris par le changement qu'ils voyaient chez le jeune Serpentard. Tous deux savaient déjà par Molly Weasley les principaux événements qui s'étaient déroulés dans le monde moldu, tout en étant sidérés par les révélations concernant les familles Weasley et Granger. Personne n'aurait soupçonné qu'Hermione soit une jeune fille de bonne famille, faisant partie de la noblesse. Ils savaient également par Ron et Ginny que Drago et Hermione était maintenant fiancés, qu'Harry avait une petite amie, et que ce dernier était à la tête d'une fortune immense. Remus était content pour son fils de cœur. Harry méritait d'être heureux, et le Seigneur des Ténèbres n'avait qu'à bien se tenir. Harry avait maintenant toutes les raisons du monde pour se battre et rester en vie. Et connaissant la détermination du Gryffondor, il ne pouvait qu'y arriver.

- Comment vas-tu Drago ? demanda Severus.

- Je vais bien. Très bien même. En fait, Harry, Hermione et moi pensions remercier le Professeur Dumbledore de nous avoir envoyés ici.

- Alors que j'ai pensé à l'étrangler i peine deux mois, avoua Hermione en arrivant. Que faites-vous encore dehors ? Entrez !

Harry se précipita dans les bras de Remus.

- Professeur !

- Allons Harry, tu peux m'appeler Remus ! Je ne suis plus ton professeur.

- Vous le serez toujours pour moi ! Comment allez-vous ?

- Je vais bien. Molly vous attend impatiemment tous les trois.

Les trois adolescents échangèrent un regard inquiet.

- Effectivement, elle a quelques mots à vous dire, rit Remus. Mais ne vous inquiétez pas, Ron et Ginny l'ont calmée.

- C'est sensé nous rassurer ? demanda sarcastiquement Drago.

Ils regardèrent le Professeur Rogue, qui gardait son air renfrogné. Hermione prit une profonde inspiration.

- Professeur Rogue, je vous présente mes excuses pour mon comportement au début de l'été. Mes paroles ont dépassé ma pensée.

- Je sais parfaitement que vous pensiez ce que vous disiez, Miss Granger.

Hermione s'empourpra. Drago lui prit la main et s'adressa à son parrain.

- Severus. C'est bon.

Remus rit et Severus croisa les bras.

- Le preux chevalier qui défend sa princesse, constata-t-il, narquois. Je ne te savais pas si mièvre, Drago. Ta mère va en faire une syncope.

- Comment va Mère ?

- Elle va bien.

Le sombre professeur fixa un instant le couple devant lui. Comment n'avait-il pas remarqué plus tôt que les manières d'Hermione Granger étaient celles d'une jeune fille parfaitement bien élevée ? La pensée ne l'avait jamais effleuré qu'elle avait pu recevoir une éducation similaire à celle de Drago. Mais il s'en rendait compte aujourd'hui.

- Excuses acceptées, déclara-t-il finalement.

Hermione lui sourit, soulagée.

- Votre père n'est pas là aujourd'hui, Hermione ? demanda Remus.

- Non, il travaille. Il m'a chargé de vous transmettre ses amitiés.

- Bien. Allons-y alors. Direction le Terrier. Où sont vos malles ?

- Rétrécies dans nos poches, indiqua Harry.

- Remus sortit une vieille canette de soda de sa poche. Harry grimaça, il détestait ce mode de transport. Hermione rit.

- Apprends à transplaner, Harry. Tu n'aimes pas les portoloins, ni la cheminette.

- On aurait pu y aller en voiture, tu sais conduire toi, rétorqua-t-il.

- Non. Je te l'ai dit, je sépare monde sorcier et monde moldu. Ma voiture reste ici.

- Vous me surprenez Hermione, dit Remus.

- Merci du compliment, Professeur Lupin.

- Et encore, vous ne savez pas tout, glissa Drago. Ma fiancée est…

Hermione le bâillonna d'une main.

- Nous y allons ? demanda-t-elle avec un grand sourire.

Elle ne voulait pas étaler sa vie moldue, comprit Drago.

Ils s'agrippèrent au portoloin, et se retrouvèrent au Terrier.

Ron et Ginny les attendaient. Ginny sauta au cou d'Harry, tout en lui murmurant à l'oreille.

- Maman vous attend tous les trois. Prépare-toi.

Puis elle serra Hermione dans ses bras.

- On s'est vues il y a deux jours à peine, Gin.

- Et alors ? Vous m'avez manqué quand même.

Drago eut droit au même traitement. Il protesta un peu quand Ginny le prit dans ses bras.

- Chut, Drago. J'ai dit que tu étais quelqu'un de fréquentable maintenant. Et il y a une surprise pour toi à l'intérieur.

Drago haussa un sourcil.

- En quel honneur ?

- Tu verras.

Ron rit. Il salua les deux professeurs et ils avancèrent vers la maison. Drago contempla un moment la maison de travers. Hermione sembla remarquer son appréhension.

- Si tu dis quoi que ce soit, je te stupéfixe.

- Je me demandais juste comment une telle maison pouvait tenir debout.

- Arrête tes préjugés et viens. Molly est une femme charmante.

- Et terrifiante, ajouta Ron.

Ils pénétrèrent à l'intérieur où une fraîcheur bienfaisante régnait. Le regard de Drago parcourut la pièce encombrée, un peu circonspect. Bon sang, que faisait-il là ? Puis un éclat doré retint son attention. Il fixa son regard sur la cuisine… Et resta bouche bée. Sa mère était là, un tablier autour des hanches, en train de cuisiner. Elle posa sa louche et avança vers son fils, un grand sourire aux lèvres.

- Dray ! Mon chéri !

- Mère ?

- Narcissa Malefoy, née Black, était en train de cuisiner ! Il ne l'avait jamais vue dans une cuisine, encore moins un tablier autour de la taille… Elle le serra contre elle.

- Tu as encore grandi, constata-t-elle en levant la tête pour le regarder. Je crois savoir que tes vacances se sont bien passées, dit-elle en regardant Hermione.

La jeune fille feignait de ne pas voir Narcissa, se contentant de saluer Molly et les jumeaux. Tout le monde laissait l'Héritier Malefoy un peu d'intimité avec sa mère.

- Elles se sont merveilleusement bien passées, Mère… Merci de m'avoir forcé la main.

- Nous en discuterons plus tard. Il est temps que je fasse enfin la connaissance d'Harry Potter et d'Hermione Granger.

Remus et Severus s'éclipsèrent, Remus prétextant une mission pour l'Ordre, et Severus, ses cours et la rentrée à préparer. Puis les Jumeaux prétendirent retourner à leur boutique, laissant les adolescents en compagnie de Molly et Narcissa.

- Mère, voici Harry Potter et Hermione Granger, présenta solennellement Drago.

- Ne sois pas aussi guindé, Dray, s'exclama Narcissa. Je suis ravie de faire votre connaissance. Bien sûr je vous connais déjà à travers tout ce qui se dit sur vous dans les journaux, et ce qu'en dit mon fils.

- Il ne faut pas croire tout ce que disent les journaux, répondit Harry. Enchanté de vous rencontrer, Mme Malefoy.

- Appelez-moi Narcissa, Harry.

Puis elle observa un moment Hermione, qui déglutit nerveusement devant sa future belle-mère. Mais Narcissa sourit.

- Drago et vous avez fait des fiançailles de convenance, si j'ai bien compris ce que m'ont raconté Ron et Ginny.

- Sauf que ce n'est plus un arrangement, déclara timidement la jeune fille.

- Mère, Hermione est officiellement ma fiancée. J'espère que vous l'accepterez parmi nous.

- Drago, ces deux mois passés avec Miss Granger et M. Potter t'ont profondément changé. Sans oublier ce qu'il s'est passé avant ton départ. Quant à moi, j'ai découvert un nouvel équilibre ici, avec Molly. Nos vies ne sont plus les mêmes. Hermione est un excellent parti, et je suis persuadée que vous êtes une jeune fille délicieuse. Nous prendrons le temps de faire connaissance avant votre départ pour le Collège, voulez-vous ?

- Oui, Madame, répondit Hermione d'une toute petite voix.

- Bien, je vous laisse, Molly a certaines choses à vous dire, et moi je dois terminer le dîner.

Drago regarda sa mère et Molly.

- Ne t'inquiète pas Drago. Je sais parfaitement cuisiner, je ne l'ai jamais montré c'est tout, rit Narcissa, semblant lire les pensées de son fils.

Ron et Ginny s'étaient assis dans le canapé. Molly regarda un moment Hermione et Harry. Ceux-ci se tortillèrent, mal à l'aise.

- Assis, tous les deux, ordonna-t-elle. Drago chéri, tu peux rester si tu veux, ajouta-t-elle avec un grand sourire.

Harry s'assit à côté de Ron, et Hermione s'installa dans un fauteuil, Drago se percha sur l'accoudoir, à côté d'elle.

- Hermione, laisse-moi d'abord te remercier pour avoir accueilli Ron et Ginny chez toi cet été.

- Ce n'est rien, Molly. Nous voulions juste fêter l'anniversaire d'Harry entre amis.

- Avec tes amies moldues.

- Euh… oui.

- Tu ne nous as jamais dit que tes amies et toi étiez si bien placées dans l'aristocratie anglaise.

Hermione soupira, un brin agacée. Elle en avait marre de répéter qu'elle séparait ses vies moldue et sorcière.

- Cependant, continuait Molly, je peux comprendre ton désir de séparer les deux côtés. Maintenant, par quel miracle, les familles Granger, Potter, Black, Malefoy et Weasley peuvent se retrouver mêlées dans les deux mondes ?

- Molly, vous savez ce qui s'est passé, protesta Harry, désireux de protéger Hermione. Nous n'avons rien prévu : Alexandra est une sorcière française, elle fait ses études à Beauxbâtons. Dans l'optique de préserver leur amitié, nous avons mis leurs deux amies dans le secret. Et quand nous nous sommes tous rencontrés en juillet, Ron et Ginny nous ont révélé la raison de la haine entre Malefoy et Weasley. Le frère d'Elisabeth a fait des recherches, et en est arrivé à la conclusion que vous savez. La famille Weasley va pouvoir retrouver son prestige.

Molly fixait Hermione et Harry, un peu surprise de la véhémence de son fils de cœur.

- Je n'ai jamais eu la volonté de vous accuser de quoi que ce soit, mon chéri. J'essayais de comprendre pourquoi une parfaite inconnue s'est souciée de notre famille.

- Du moment où j'ai présenté Elisabeth à Ron et Ginny, ce n'était plus une inconnue, objecta Hermione.

- J'aurais aimé ne pas avoir à remuer toute cette histoire, mais je te remercie quand même, Hermione. Ron et Ginny m'ont raconté certaines choses, mais j'ai besoin de ton aide pour comprendre certains aspects de la situation.

- S'il s'agit de détails juridiques, je crois qu'il vaudrait mieux que vous voyiez directement avec mon oncle James. Il est votre nouveau conseiller.

- Maman, intervint Ginny, je t'ai dit que James Granger et Percy pouvaient travailler ensemble, pour coordonner les deux aspects sorcier et moldu.

Molly était encore indécise. Bien sûr, les révélations de Ron et Ginny les avaient tous bouleversés. Et la situation évoluerait encore dans les semaines et les mois à venir.

- Votre père et moi avons déjà pris quelques décisions, mais nous en parlerons entre nous, en famille. Harry, Hermione, ce n'est pas que nous voulons vous exclure, mais…

- Nous comprenons parfaitement, Molly, rassura Harry. Moi-même, je n'ai même pas de conseiller…

- Dois-je te rappeler qu'Oncle James sait déjà tout de toi ? murmura Hermione. Tu n'as qu'un mot à dire et je lui envoie un hibou.

- On verra. Si je survis.

- Ne dis pas ça ! crièrent en même temps Ron, Ginny et Hermione, faisant sursauter Molly et Drago.

Harry recula, levant les mains en signe de paix.

- Du calme, je plaisantais… à moitié.

- Harry, reprit calmement Hermione, si tu meurs, je ne te le pardonnerais jamais.

- Ouais, renchérit Ron, on va la gagner cette guerre, et tu vas botter les fesses à Face de Serpent !

- Ron ! Langage ! coupa Molly, excédée.

La tension se dissipa, et tous éclatèrent de rire.

Le dîner préparé par Narcissa se révéla délicieux, à la grande surprise de Drago. Quand Arthur rentra après une journée de travail, il serra longuement Harry dans ses bras en le remerciant. Harry eut beau répéter qu'il fallait remercier Hermione, Arthur ne desserra pas son étreinte, englobant même la jeune fille dans ses bras. Harry était heureux de pouvoir rendre service à la famille qui avait tant fait pour lui. Après le repas, Narcissa demanda à Drago de la suivre dans sa chambre, tandis que Ginny entraînait Hermione dans la chambre qu'elles partageaient. Ron et Harry monteraient plus tard.

- Que voulais-tu me dire Ginny ?

Ginny hésita longuement, rougissant lentement. Elle voulait parler à Hermione de la relation qu'elle avait commencée avec l'oncle d'Hermione, James Granger. Hermione était intriguée par l'attitude de sa meilleure amie (du monde sorcier).

- Hermione… tu te souviens du bal chez Samantha ?

- Oui… bien sûr.

- Le Bal des Débutantes… ce sera pareil ?

Hermione soupira longuement. Le Bal des Débutantes était une tradition désuète, et complètement machiste, mais la présentation officielle aux pairs était le moment qu'attendait toute jeune fille de la noblesse dès qu'elle atteignait sa dix-septième année. Même si le but premier n'était plus de se chercher un mari ou un bon parti, la tradition était de se pavaner en robe blanche toute la soirée avec de grands sourires gracieux.

- Ginny, dit-elle enfin, je te mentirais si je te disais que je ne me suis pas amusée à ce Bal. Nous avons eu des robes sur-mesure, les parents d'Elisabeth, le Duc et la Duchesse m'ont protégée toute la soirée contre les attaques de Domenica. J'ai dansé avec Drago et Harry… C'était féérique, parce que j'étais en territoire connu. Les fiançailles d'Elisabeth et les miennes ont été annoncées ce soir-là. Mais l'année prochaine… c'est le Duc de Hartland qui va organiser le Bal. Tu connais déjà sa fille : Alys Sommerville.

- Oh, elle.

- Oui, elle. Elisabeth et moi seront épargnées parce que déjà engagées, mais Alexandra et Samantha devront annoncer officiellement leur situation si ça se concrétise pour elles. Alex avec Harry et Sam avec William. Et Harry sera officiellement l'Héritier Black. Et toi, tu feras officiellement ton entrée en tant que fille du Duc de Salisbury.

Ginny était devenue blême.

- Je ne dis pas ça pour te faire peur… Ecoute… J'ai une idée. Drago va me détester pour ce que je vais proposer…

- Quoi donc ?

- Drago et Narcissa peuvent organiser le Bal des Débutantes.

- Les Malefoy ?

- Oui. Drago est Duc de Canterbury. Il le peut parfaitement. Par contre, le Duc de Hartland ne va pas aimer de se faire coiffer au poteau. Mais si mes souvenirs sont exacts, le duché de Canterbury est puissant, et allié aux Westminster, Hartland devra s'incliner.

- Ces jeux politiques m'indiffèrent. En fait, si j'ai abordé le sujet, c'est parce que… j'ai rencontré quelqu'un au Bal chez Samantha.

Hermione, surprise, fixa longuement son amie. Elle ne se souvenait pas avoir vu Ginny danser avec qui que ce soit. La Sorcière, bien que d'un naturel extraverti, avait été étrangement timide durant le bal, sans doute parce qu'elle n'avait pas l'habitude. Ginny s'empourprait à vue d'œil.

- C'est bien si tu as rencontré quelqu'un Ginny, déclara doucement Hermione. Cependant, si c'est un jeune homme moldu…

- Il est au courant pour notre monde. Je suis bien consciente que… je suis une sorcière de sang pur. Il serait normal que je fasse ma vie avec un sorcier… mais…

- La situation a changé.

- Oui. On m'a invité à danser. Et j'ai aimé ça. Et il est… charmant. Et il m'a proposé de correspondre cette année, pour mieux se connaître, alors qu'il sera à Londres et moi à Poudlard.

- Il travaille ?

- Oui… Oh Hermione, comment te dire ça… C'est James.

- Oncle James ? répéta Hermione, hébétée.

Elle se tut en attendant que l'information monte au cerveau. Ginny se mordait nerveusement la lèvre, guettant la réaction de son amie.

- Mais enfin… vous vous connaissez à peine… et comment ?

- On s'est rencontrés l'année dernière à l'enterrement de ta mère. Et, il n'a rien fait à cette époque, parce que cela aurait été inconvenant et il ignorait tout de notre monde. Mais quand il m'a revue… chez toi… Et puis ensuite au Bal chez Samantha… Il est conscient qu'on se connaît à peine. Et il m'a proposé de correspondre pendant l'année. Il est gentil, et gentleman, et il me plaît beaucoup. Et je crois que je lui plais aussi.

- Ginny… Je suis surprise… James a eu quelques petites-amies, mais rien de sérieux jusqu'à maintenant.

- Nous voulions garder ça secret, mais… Il fallait que je te le dise.

- Je ne te cache pas que je suis très surprise… mais pas malheureuse. Enfin… un peu choquée, mais… ça va. Si j'essaie d'être objective, James est un excellent parti, et il est adorable, et très séduisant, si j'en crois Alex et Sam. Et tu es une fille bien aussi. Si je passe outre le fait que tu es plus jeune que moi, et que tu risques de devenir ma tante, je ne peux que vous souhaiter d'être heureux, si les choses se font. Tu as ma bénédiction, si c'est bien le but de cette conversation.

- Tu ne peux pas savoir combien tu me soulages. Mais il faudrait garder le secret sur tout ça. James et moi avons onze ans d'écart. Pour l'instant, nous nous plaisons, et j'espère que la découverte de mon monde ne va pas changer les choses.

- Il est assez ouvert d'esprit. Ne t'inquiète pas de ça. Je vais juste demander à Drago et Mme Malefoy d'organiser le prochain Bal.

- Ca fait quelques jours que Narcissa est ici. Elle nous a tous bluffés. Une fois qu'elle quitte ses airs aristocratiques, c'est une femme charmante, avec le sens de l'humour. Et qui s'entend parfaitement avec Maman ! Et tiens-toi bien…

Ginny s'interrompit, avec l'air de quelqu'un qui va révéler un secret. Hermione sourit et attendit.

- Elle sort avec Severus Rogue !

Hermione poussa un petit cri ébahi.

- Sérieusement ?

- Ouiiiiii ! Les jumeaux et moi les avons surpris un soir s'embrassant dans la cuisine ! Je ne te dis même pas le regard que nous a jeté Rogue ! En gros, si je ne tiens pas ma langue l'année prochaine, je vais souffrir en cours de Potions. Et il va venir chercher personnellement les jumeaux à leur boutique pour les transformer en ingrédients à Potions.

- Et tu me le dis à moi ?

- Ne le répète pas à Drago. Sauf si Narcissa lui en parle bien sûr, et qu'il t'en parle ensuite.

- Par Merlin, l'été a été riche en événements ! conclut Hermione avec un éclat de rire.

Narcissa s'était assise sur son lit, et observait son fils, qui examinait la chambre qu'elle occupait au Terrier. C'était une petite chambre meublée d'un lit une personne, d'une commode et d'un petit bureau avec une chaise, bien loin du confort du manoir, et du luxe auquel était habituée Narcissa.

Drago finit par s'asseoir sur la chaise.

- Je sais ce que tu penses, Dray. Mais cette nouvelle vie me convient parfaitement.

- En êtes-vous sûre Mère ?

- Je le suis. Et j'en suis la première surprise. Mais j'ai trouvé la sérénité. Molly est une femme absolument charmante, et elle m'a tout de suite acceptée. Je dois t'avouer que les premiers jours parmi l'Ordre n'ont pas été faciles pour moi. Mais Severus, Remus et Molly m'ont épaulée, et ils m'ont fait confiance.

- Depuis combien de temps faites-vous partie de l'Ordre ?

- Officiellement depuis deux ans quand j'ai appris la mort de Sirius Black. Mais... déjà du temps de mes études à Poudlard, j'étais en totale opposition avec leurs idées. Tu n'es pas sans ignorer que ma sœur, ta tante Andromeda s'est mariée avec un moldu.

- Et elle a été reniée pour ça.

- Exact. Mais j'aimais ma sœur, et loin de la maison, elle a pu nous expliquer son point de vue. Bellatrix et moi… Bellatrix n'a jamais accepté la situation, alors que moi, j'enviais ma sœur de sa liberté. Mais suite à sa fuite, nos parents ont été encore plus stricts vis-à-vis de moi, parce qu'ils voyaient que je ne rentrais pas dans le rang, contrairement à Bella. Ils ont arrangé mon mariage avec Lucius pendant ma septième année, et dès que je suis sortie diplômée, le mariage a eu lieu dès la première semaine de juillet.

Drago serra les poings. Sa mère n'avait pas eu une vie facile, et il n'en avait jamais rien su.

- Détends-toi, Dray, Lucius n'a pas été un monstre malgré tout… Au début, il a été charmant, et il a pris le temps de me courtiser et nous a donné le temps de nous connaître, alors qu'il aurait très bien pu prendre ce qui lui appartenait, vu que nous étions mariés. Il était déjà Marqué, mais le Seigneur n'avait pas encore étendu son emprise sur notre famille. Puis tu es né, il a été le plus fier des pères. Je ne peux pas dire que j'étais amoureuse de lui, mais j'avais de l'affection pour Lucius. Il était ton père, et je savais me montrer docile quand il le fallait.

- Il n'a jamais été violent avec vous ?

- Pas au début. Durant les treize ans où le Seigneur a disparu de la surface terrestre, Lucius a été… normal, si je puis dire. Nous avions tout : la richesse, une position sociale élevée, la considération de nos pairs. Lucius menait ses affaires d'une main de fer, tout en concluant des alliances avec les personnages les plus influents dont le Ministre en personne. Je suis restée plus discrète, mais ma vie sociale ne s'est pas terminée pour autant.

- Je me souviens que vous organisiez des galas de charité, et preniez le thé avec les autres épouses délaissées, sourit Drago.

Il songea, amusé, que jamais Hermione ne se satisferait de cette existence. Elle hurlerait de frustration au bout d'une heure.

- J'étais heureuse de mon sort. Puis Il est revenu. Le soir de la Coupe du Monde de Quidditch n'était qu'un prélude à son retour. Durant toute l'année, la Marque pulsait, revenait à la vie. Puis, ce fut la Troisième Epreuve. Ce soir-là, Lucius a senti sa Marque le brûler, l'appeler. J'étais inquiète pour toi, mais je savais que tu ne risquais rien, contrairement à un certain Gryffondor de notre connaissance. Cette nuit-là, Lucius est rentré très énervé, tremblant sous les Doloris qu'il a reçu. Personne ne sait ce qu'il s'est passé précisément, hormis les personnes présentes.

- Harry n'en a jamais parlé. Je crois que c'est un sujet tabou, et même Hermione m'a dissuadé de le questionner plus avant.

- Que sait Hermione ?

- Harry leur a tout raconté à Ron et elle, en leur faisant promettre de ne rien en dire à personne. D'après mes informations, seuls Dumbledore et Severus sont dans le secret.

- Harry, Hermione et Ron sont très proches. Ron aussi a refusé de dire à Molly ce qu'il s'était passé, malgré ses menaces. Or, tu sais que Molly peut être très persuasive.

- Oh, oui, je sais.

Narcissa sourit. Son fils avait changé.

- Lucius a radicalement changé de comportement cette nuit-là. Il est devenu plus fanatique, comme fou, totalement sous la coupe du Seigneur. C'est cette année-là qu'il a commencé à t'endoctriner.

- Mais, Mère, il avait déjà commencé…

- Je sais ce que tu vas dire. Il t'avait transmis les valeurs des Sangs Purs, mais j'ai toujours veillé à ce que tu gardes ton libre-arbitre. N'as-tu pas commencé à réfléchir après ta première année ? Quand tu t'es rendu compte qu'une soi-disant Sang-de-Bourbe t'avait largement surclassé en cours ?

Drago réfléchit un moment. C'était vrai. Même si son père prônait l'idéologie Sang-Pur, sa mère avait toujours veillé à ce qu'il garde son esprit critique et ouvert. Et oui, le discours de son père avait changé durant l'été suivant sa quatrième année. Il fallait servir le Seigneur, lui seul pouvait apporter la suprématie des Sorciers…

- Cet été-là, j'ai contacté Severus, avait continué Narcissa. Ma mission n'a pas commencé tout de suite. Puis l'été suivant, Bellatrix a tué Sirius. Ton père a été capturé. Et je suis devenue une espionne à la solde de Dumbledore. Bellatrix vivait cachée sous le Manoir, et les réunions de Mangemorts se faisaient chez nous. C'est comme ça que j'ai su que Privet Drive allait être attaqué. Le Seigneur avait pris d'assaut Azkaban pour libérer les Mangemorts capturés lors du fiasco du Ministère. Lucius a eu le temps de comprendre en prison qui tirait les ficelles.

- Il est revenu vous tuer.

- Et t'emmener avec lui devant le Seigneur. Ma couverture est tombée. Remus et Severus m'ont sauvée et tu connais la suite.

- Mère…

Narcissa sourit en regardant son fils.

- Ce jour-là, tu m'as tutoyée, et appelée Maman. Tu as repris tes habitudes guindées.

- Je…

- Pourtant, devant Hermione, Harry, Ron et Ginny, tu sembles enfin devenir plus accessible… Ne deviens pas comme ton père, Dray.

- J'ai changé grâce à Hermione.

- Raconte-moi ton été.

Drago soupira et se donna le temps de rassembler ses pensées.

- Ce ne fut pas facile au début. Je découvrais totalement le monde moldu. Hermione avait un côté que personne n'a jamais soupçonné au Collège. Elle nous a expliqué qu'elle dissociait sa vie moldue et sa vie sorcière…

Drago raconta son été, les découvertes qu'il avait faites, les expériences vécues, le stratagème pour piéger Domenica, son amour pour Hermione.

- Je suis tombé amoureux d'elle, Maman. C'est une fille extraordinaire.

- Ron et Ginny n'ont pas tari d'éloges sur elle.

- Pourquoi n'ont-ils pas dit que tu vivais ici quand ils sont venus chez Hermione ?

- Parce que je n'y étais pas encore. Ca ne fait que quelques jours que je suis ici. Je vivais au QG, puis Molly a suggéré que ce serait plus convivial pour moi de venir ici. Et pour te voir aussi. C'est la chambre de son fils Percy, dit-elle en englobant la chambre du regard.

- Je me suis fait de vrais amis cet été, Maman. Et… je crois que je suis heureux.

Narcissa se leva et ouvrit le tiroir de la commode. Elle en sortit un petit écrin.

- C'est pour toi… ou plutôt pour Hermione.

Drago, intrigué, l'ouvrit. Il découvrit un magnifique solitaire, monté sur un anneau de platine.

- Maman…

- Même si je n'ai pas eu de vraies fiançailles avec ton père, il a tenu à m'offrir cette bague en plus de l'alliance. Offre-la à Hermione si elle est vraiment l'élue de ton cœur. Et il n'y a aucune magie noire dessus, rit-elle en voyant son fils sortir sa baguette.

Drago contempla la bague. Elle était magnifique, sobre et classique, mais sans aucun doute, devait-elle valoir une fortune. Il referma l'écrin.

- Merci Maman, murmura-t-il, ému.

- De rien. Et maintenant, tu es inquiet, parce que tu ne sais pas ce qui va se passer à la rentrée.

Drago hocha la tête. Sa mère comprenait ses inquiétudes. La Maison Serpentard abritait les futurs Mangemorts, et il était maintenant de notoriété publique qu'il n'en était plus un. Il était devenu un Traître à son Sang. Narcissa suivait le cheminement de pensées de son fils.

- Drago, Severus te protégera.

- Comment ?

- Sa couverture aussi a volé en éclats quand il est venu me sauver avec Remus. Mais il reste le redoutable Professeur de Potions et Directeur de Serpentard. Tu ne risques rien. Il m'a promis de veiller sur toi. Et tu peux t'afficher avec les Gryffondor librement.

- Severus ne peut pas être avec moi tout le temps.

- Tu seras Préfet en Chef, et ne seras, de ce fait, plus mêlé aux élèves. Severus ne laissera rien t'arriver.

- Tu as l'air bien sûre de toi.

Narcissa sourit, mais elle rougit furieusement. Drago eut un mauvais pressentiment. Oh, non, elle n'était quand même pas…

- Maman… Ne dis pas…

- Si Drago. Je suis avec Severus. Nous avons passé beaucoup de temps ensemble cet été… et…

- Je ne veux rien savoir ! Tu… mais enfin…

- Ecoute Dray. Avec l'aide de Dumbledore, j'ai entamé une procédure de divorce avec ton père. Il est un Mangemort reconnu, et Dumbledore a témoigné de mon innocence. Je suis une honnête sorcière qui demande à être libérée d'un Mangemort. Lucius a été déchu de ses droits et de ses titres et tu es son héritier, et le nouveau Duc. Ta future épouse sera la Duchesse, parce que je ne le suis plus. Tous les biens de ton père sont à toi, aujourd'hui. Il n'a plus rien.

- Mais, toi non plus…

- J'ose espérer que mon fils hébergera sa propre mère… remarqua doucement Narcissa. Sinon, Severus m'a gentiment proposé…

- Stop ! Il est hors de question que je te mette hors de chez toi. Malefoy Manor est toujours ta maison… Toi et Severus ?

Drago fixa sa mère, toujours sous le choc. Elle et son Parrain ? Son professeur de Potions ? Et si elle se mariait avec lui, il deviendrait son beau-père ? Il vivait un cauchemar !

- Est-ce si terrible que ça ? demanda doucement Narcissa.

- Es-tu heureuse ?

- Oui, je le suis. Severus non plus n'a pas eu la vie facile, tu sais. Ce n'est pas à moi de te raconter sa vie. Il est ton parrain, et il a toujours été là pour toi. Est-ce si difficile de concevoir qu'il fait maintenant partie intégrante de nos vies ?

Drago dut reconnaître que non.

- Je te souhaite d'être heureuse, Maman. Même si… je vais avoir besoin d'un peu de temps pour l'admettre.

A ce moment-là, on frappa doucement à la porte.

- Entrez, répondit doucement Narcissa.

- C'étaient Hermione et Ginny. Hermione regarda son fiancé, interrogative.

- Pardonnez-nous de vous déranger, mais…

- Ca va Hermione, tu ne déranges pas, dit Drago.

Narcissa se leva et se dirigea vers les deux jeunes filles. Elle scruta Hermione de son regard bleu glacier, si semblables à ceux de son fils. Hermione lui rendit son regard. Elle n'était pas facilement impressionnable, mais il s'agissait quand même de sa future belle-mère !

- Drago m'a dit qu'il était amoureux de vous.

- C'est réciproque, admit Hermione en rosissant.

- Bien. Vous êtes une Comtesse, et vous serez la future Duchesse. Bienvenue dans la famille Malefoy.

- Merci Madame. Et j'ai une faveur à vous demander.

Narcissa et Drago haussèrent un sourcil ironique. Déjà ? Hermione sourit, et prit la main de Ginny.

- Comme tu le sais déjà, Drago, Ginny va faire ses débuts l'an prochain.

Drago comprit en un éclair où elle voulait en venir.

- Tu veux que nous organisions le Bal.

- Oui. Je ne veux pas que Ginny fasse ses débuts chez la propriété des Hartland.

- Tu as vraiment l'art et la manière de te faire des ennemis…

- Ce que pense Alys Sommerville m'indiffère au plus haut point. La puissante famille Malefoy, alliée aux Spencer… On peut le faire.

- Tu oublies que Malefoy Manor n'est pas un lieu pour moldus.

- Je suis quasiment certaine que le Duc de Westminster ne s'opposera pas à nous prêter sa propriété.

- Sauf qu'il y a un petit souci, intervint Narcissa d'une voix douce.

Les regards des trois adolescents se tournèrent vers elle.

- Je ne suis plus la Duchesse de Canterbury. Mon fils est le nouveau Duc, pas encore marié.

- Tu es la mère du Duc, ça ira, grommela Drago.

- Et la Duchesse de Westminster ne s'arrêtera pas à ces détails, rassurez-vous, rit Hermione.

- Il faudrait quand même éclaircir un point, remarqua Narcissa. Comment personne n'a pu se rendre compte que vous étiez une jeune fille de très bonne famille au Collège ?

- Tout simplement parce que je sépare mes deux mondes, répondit Hermione pour la énième fois.

- Hermione est un rat de bibliothèque à l'école, convint Ginny. Viens Drago, je vais te montrer ta chambre. Harry et Ron partagent leur chambre au grenier, mais je suppose que tu désires retrouver un peu d'intimité, dit-elle avec un clin d'œil. Ce sera l'ancienne chambre de Charlie.

Ginny et Drago laissèrent Hermione seule avec Narcissa.

- J'accepte d'organiser le Bal des Débutantes. Je contacterai la Duchesse demain. Vous avez des relations très haut placées, Lady Granger.

- Dans le monde moldu, oui. J'ai découvert cet été que les Sorciers avaient des titres de noblesse dans le monde moldu également, ce qui fait que ma séparation de principe a été un peu mise à mal.

- Seuls des Sorciers intelligents ont su voir qu'il fallait être important dans les deux mondes pour réussir. Le Seigneur n'a jamais pu voir aussi loin que le bout de son nez.

- Il n'a pas de nez… rectifia Hermione.

Narcissa resta interloquée quelques instants, puis elles éclatèrent de rire à l'unisson.

- Vous me plaisez énormément, Hermione. Mon fils est heureux avec vous.

- J'espère que c'est bien le cas. Je le suis aussi avec lui. Il a été brillant cet été. Je ne sais pas si Ginny et Ron vous ont parlé de l'ex-compagne de mon père…

- Une certaine Domenica ?

- Oui. Heureusement que Drago était là, et qu'il a pu apporter un point de vue objectif sur la situation.

- Je n'aurais pu rêver mieux pour l'épouse de mon fils. A moi de vous demander une faveur.

- Je vous écoute, Madame.

- Protégez-le à Poudlard. Il ne sera plus en sécurité parmi les Serpentard. Dumbledore et Severus ont déjà assuré sa position en faisant de lui Préfet-en-Chef, mais nous savons vous et moi, que certains élèves sont vicieux.

- Harry, Ron, Ginny et moi veillerons sur lui. Il est ami avec le Survivant maintenant. Harry me tuerait s'il entendait ça, mais son statut de célébrité joue en sa faveur. Si le célèbre Harry Potter et Drago Malefoy sont amis, personne n'osera approcher Drago. Mais il y a aussi le revers de la médaille. Ron, Ginny et moi sommes des cibles toutes désignées pour le Seigneur des Ténèbres. Nous nous tiendrons aux côtés d'Harry quand le moment viendra. Et personne ne peut prédire comment ça se terminera.

- J'ai la même appréhension. Aussi, je sais que vous ferez de votre mieux. Allez donc retrouver vos amis, Hermione. Et appelez-moi Narcissa dorénavant.

- Passez une bonne nuit, Narcissa.

Hermione quitta sa future belle-mère, un sourire aux lèvres. Narcissa semblait une personne avec la tête sur les épaules, et très douce. Et très posée, ce qui contrastait avec la personnalité volcanique de Molly Weasley, c'était un vrai miracle que les deux femmes s'entendent si bien. A croire que les contraires s'attirent. Elle se rendit dans la chambre de Drago.

Elle frappa doucement deux coups et entra sans attendre la réponse. Drago était allongé sur son lit, les bras croisés sous la tête, et n'avait gardé que sa chemise et son pantalon. Elle s'assit à côté de lui.

- Ta mère est une femme charmante. Elle m'a accepté dans la famille Malefoy.

- Je n'en ai jamais douté. Je suis Préfet-en-Chef. Je te l'avais bien dit. Donc, tu seras ma Préfète.

- Tu es vraiment trop sûr de toi, tu le sais ça ?

- Et c'est pour ça que tu m'aimes.

- Ma mère et Severus Rogue sortent ensemble.

- C'est une surprise, répondit calmement Hermione.

Drago regarda sa fiancée, suspicieux.

- Tu le savais déjà.

- Ginny et les Jumeaux les ont surpris en train de s'embrasser dans la cuisine. Rogue leur a demandé de garder le silence, mais Ginny me l'a révélé. Pourquoi le prends-tu si mal ? demanda-t-elle devant le regard sombre de Drago.

- Elle n'est même pas séparée de mon père ! Elle…

- Drago. Vu ce qu'il s'est passé avant que tu ne viennes chez moi, c'est assez évident qu'elle n'aime plus ton père. Et qu'elle ne l'a jamais aimé si on considère qu'elle a fait un mariage arrangé.

- Elle a entamé une procédure de divorce.

- Elle a le droit de sortir avec qui elle souhaite, et si elle est heureuse avec Rogue, qui es-tu pour la blâmer ?

- C'est juste que…

- Il est toujours difficile de voir un de ses parents avec quelqu'un d'autre. Regarde, moi avec Domenica.

- Domenica, c'est différent.

- C'est vrai. Ce que je veux te dire, c'est que même si Domenica était quelqu'un de bien, ça m'aurait fait bizarre de savoir que mon père veuille refaire sa vie. Mais je me dis que ce serait égoïste de ma part de penser ça. Nous sommes à Poudlard toute l'année, et nous serons bientôt adultes, et nous quitterons le nid familial. Tu ne peux pas en vouloir à ta mère de vouloir continuer à vivre malgré tout.

- Je ne lui en veux pas pour ça ! Severus Rogue risque de mourir à tout instant, comme toi, Potter ou Weasley, ou même moi ! Si elle le perd aussi…

Hermione comprit soudain ce qui l'inquiétait. Que sa mère se retrouve seule…

- Dans cette guerre, nous risquons tous de perdre quelqu'un de proche… et personne ne peut le prédire. On peut juste prier que la guerre se termine bientôt sans trop de victimes dans nos rangs… dit-elle dans un souffle.

Drago se redressa et serra Hermione dans ses bras. Il chercha ses lèvres, et le baiser chaste au début, se transforma vite en quelque chose de plus passionné. Drago promena ses mains sur la taille de la jeune fille, les remontant plus haut... Hermione lui prit les mains et s'arracha au baiser, à regret.

- Si Molly ou ta mère nous trouve dans cette position, je ne donne pas cher de nos vies, Voldemort pourra aller se rhabiller, murmura-t-elle, à bout de souffle.

- J'ai quelque chose pour toi.

Hermione le regarda, intriguée. Drago prit l'écrin posé sur sa table de chevet.

- Ma mère me l'a donnée tout à l'heure. Elle est pour toi.

Hermione retint son souffle en découvrant le bijou.

- Drago, c'est trop…

- C'est toi que mon cœur a choisi. Je veux que tu la portes à Poudlard, pour bien montrer que tu es à moi… Même si personne ne le saura.

- Je risque de la perdre. Et elle me gênera quand je confectionnerai des Potions, et…

- Hermione. S'il te plaît.

Elle finit par capituler.

- Je la porterai sans aucune honte, la tête haute, pour montrer au monde entier que je suis déjà prise. Et toutes les filles vont me poser des questions.*

- A toi de voir si tu y réponds ou pas.

- Je vais me faire lyncher. Aucune fille n'a le droit de toucher au beau Drago Malefoy…

- Je suis à toi, comme tu es à moi.

Il prit la bague et la glissa à son annulaire gauche.

- Je t'aime Hermione.

Il captura ses lèvres, et elle passa ses bras autour de son cou. Il la renversa en arrière, sans cesser de l'embrasser, glissa une main dans ses cheveux, posant l'autre sur le renflement de sa poitrine. Elle laissa passer un soupir, mais le repoussa une fois de plus.

Drago grogna de frustration.

- Hermione…

- Tu veux vraiment te faire tuer ? murmura-t-elle, amusée. Puisque tu as l'air si sûr que je serai Préfète-en-Chef, on aura nos propres appartements, rappela Hermione.

- En tout cas, j'aurai les miens, pour me protéger des méchants et vicieux Serpentard, sourit-il. Retourne vite dans ta chambre avant que je ne te garde ici pour la nuit, malgré ce que pourront en penser Molly et ma mère.

Hermione l'embrassa une dernière fois avant de s'éclipser.

Le Terrier résonnait des cris et courses en tout genre dans l'effervescence de la rentrée imminente. Narcissa et Molly régentaient tout ce petit monde à coups de baguette, tandis que les malles étaient rétrécies, que les Portoloins étaient fabriquées, et s'assuraient que personne n'oubliait rien.

Dans ce joyeux désordre, Harry s'éclipsa discrètement par la porte du jardin. Mais Hermione et Ron le virent et le suivirent.

Harry s'était adossé à la barrière délimitant le jardin et lisait un parchemin.

- Tu as reçu une lettre d'Alex, je crois, s'annonça Ron.

- Oui.

Ron se tourna vers Hermione.

- Un hibou nous a réveillés ce matin, avec un courrier pour Harry. Et franchement, à part Alex, je ne voyais pas qui ça pouvait être.

- Elle fait sa rentrée elle aussi. Elle doit déjà être arrivée en France, remarqua Hermione.

- Elle va bien, et elle vous passe le bonjour, intervint Harry. Elle me fait aussi promettre de rester vivant, et suggère de s'organiser un truc ensemble à Noël.

- Elle pense déjà à Noël, alors qu'on ne sait même pas ce qu'on fera la semaine prochaine, grommela Ron.

- Tu n'as aucune prévoyance, Ron, tança gentiment Hermione. Tu lui diras qu'on s'écrira pour organiser tout ça.

Harry acquiesça, mais resta silencieux, ses yeux dans le lointain.

- Elle te manque, murmura Hermione.

- Oui… et en même temps… qui sait où nous serons à Noël ? Mais j'ai une raison de me battre maintenant.

- Ca veut dire que tu n'en avais pas avant ? intervint Drago qui venait d'arriver. C'est super rassurant ! ironisa-t-il.

- Ce que je veux dire…

- Je te taquine, Potter ! Molly et Maman nous cherchent. C'est l'heure de partir.

Remus et Severus étaient déjà là, pour assurer la protection des cinq adolescents.

Ils prirent tous le Portoloin qui le menait à King's Cross. La voie 9 ¾ était déjà bondée, et des parents faisaient des adieux larmoyants aux enfants qui faisaient leur première rentrée.

- Etions-nous aussi petits à onze ans ? demanda Ron.

Hermione leva les yeux au ciel, excédée, alors que Ginny et Harry se contentèrent de rire. Remus et Severus prirent Harry et Drago à part, tandis que Ron, Hermione et Ginny montaient dans le train et se mettaient en quête d'un compartiment.

- Tous les deux, pas de folies cette année, commença Severus.

- Hé, c'est Potter qui a le don de se mettre dans les ennuis ! protesta Drago.

- Même quand je ne les cherche pas, ce sont eux qui me trouvent ! répliqua Harry.

- Cessez de vous chercher des excuses, Potter ! gronda le Professeur.

- Severus… tempéra Remus. Soyez prudents, et ne quittez pas l'enceinte du Château. Dumbledore a fort à faire, et ne pourra peut-être pas garder un œil sur toi, Harry. Ne facilite pas les choses au Seigneur des Ténèbres.

- Je ferai de mon mieux pour ne pas me retrouver sur son chemin, ironisa Harry.

- Et toi Drago, évite-lui les ennuis, renchérit Severus. Dumbledore a suggéré que vous montriez à toute l'école que vous êtes maintenant amis.

Drago haussa un sourcil.

- Il est fou, ou complètement cinglé ? Je suis déjà un paria, mais là, autant me peindre une cible rouge dans le dos !

- En devenant amis, vous vous protégerez mutuellement, raisonna Remus. Les Serpentard n'oseront pas s'attaquer à vous deux de front, et le reste de l'école suivra Harry.

- Et commencez par voyager ensemble.

- Et pourquoi ne pas déjeuner à la table des Gryffondor pendant qu'on y est ? rétorqua Drago.

Harry rit.

- Mais ce n'est pas une mauvaise idée ça ! Je suis sûr qu'Hermione sera ravie de prendre ses repas avec toi !

Drago lui lança un regard noir.

- Montez dans le train maintenant, ordonna Severus. Je serais dans le wagon des Préfets, rendez-vous avec Granger après le départ du train.

- Soyez sages, lança Remus avec un grand sourire.

Harry lui tira la langue, tandis que Drago le fusillait du regard.

A bord du Poudlard Express, ils retrouvèrent leurs amis en compagnie de Neville et Luna. Neville écarquilla les yeux en voyant Harry et Drago plaisanter ensemble. Hermione et Ginny haussèrent les sourcils. Luna sourit.

- Je croyais qu'on devait rester discrets ? demanda Ginny à Hermione tout bas.

- Je croyais aussi…

- Lupin et Rogue nous ont conseillé d'afficher notre amitié, renseigna Drago, nonchalant.

- Vous êtes amis ? demanda Neville d'une petite voix.

- Il s'est passé plein de choses cet été, dévoila Ron. On te racontera. Mais sache que Drago n'est plus le connard arrogant des années précédentes…

- Ron ! gronda Hermione.

- Merci bien ! s'insurgea le blond.

Harry et Ginny éclatèrent de rire, ce qui dissipa la tension. Harry s'installa à côté de Ron et Ginny s'assit entre Luna et la porte.

- Ne t'inquiète pas Neville, c'est la pure vérité. On a appris à connaître Drago.

- J'ai entendu dire que Malefoy avait tenté de tuer son fils au début de l'été. Et que Vous-Savez-Qui a attaqué Harry chez ses moldus.

- Et c'est ce qui les a conduit à passer l'été chez moi, conclut Hermione.

- C'est Drago qui t'a offert ce solitaire ? déduisit Luna, avec son habituel air rêveur.

Hermione fit un grand sourire en regardant sa bague. Elle se rappelait le cri hystérique que Ginny avait poussé en voyant le diamant à son doigt quand elle était retournée dans leur chambre.

- Oui. Mais ça, on ne va pas l'ébruiter. Restez discrets tous les deux.

- Tu peux compter sur moi Hermione, assura Neville.

- Et maintenant, intervint Drago, Hermione et moi devons aller au wagon des Préfets.

Durant la semaine écoulée, Hermione et Drago avaient reçu leurs badges, confirmant les dires de Drago.

Comme convenu, ils retrouvèrent Severus et McGonagall avec les autres Préfets. Les Préfets de Serpentard jetèrent un regard mauvais à Drago, qui leur fit un grand sourire hypocrite.

La Directrice adjointe les salua et leur fit un discours sur leurs devoirs et obligations, en insistant sur la coopération inter-Maisons, et en fixant Hermione et Drago.

Drago haussa un sourcil amusé et Hermione esquissa un sourire. Même une lueur dans les yeux de Severus Rogue trahissait son amusement. Puis elle mit fin à la réunion, et Drago et Hermione durent effectuer leur première tache : faire le tour des compartiments, se présenter aux nouveaux élèves et vérifier que tout allait bien. Les autres Préfets rejoignirent leurs amis.

- Miss Granger, appela la Directrice.

- Oui, Professeur ? répondit Hermione.

Drago resta dans le couloir, l'attendant.

- Le Directeur m'a mise au courant, pour vous et M. Malefoy. Je ne saurai que trop vous conseiller de rester discrets sur votre relation. Vous avez beau être fiancés, je ne tolérerai pas toute démonstration d'affection au sein de l'école.

Hermione rougit violemment, et Severus trahit son impassibilité légendaire en esquissant un sourire. McGonagall avait le sens de l'euphémisme !

- Nous savons parfaitement où se situent nos intérêts, Professeur. Ni Drago, ni moi ne faillirons dans nos devoirs de Préfets. Je vous promets que vous n'aurez rien à redire sur notre comportement cette année.

Elle claqua la porte du compartiment. Drago souriait, il avait tout entendu.

- Ne te vexe pas, elle ne fait que son devoir, apaisa-t-il.

- C'est le monde à l'envers… grommela Hermione. Comment peut-elle croire un seul instant que nous ne ferons pas nos tâches sérieusement ?

- Je crois plutôt que c'est en moi qu'elle n'a pas confiance. Peut-être craint-elle que je ne dévergonde sa précieuse élève ?

- Très drôle.

Leur tour des compartiments se déroula sans anicroche, Hermione rassurant les nouveaux élèves, jusqu'à leur arrivée dans le compartiment des Septième Année. La conversation cessa net quand elle ouvrit la porte, et les regards se fixèrent sur eux, haineux et méprisants. Les deux Préfets agrippèrent aussitôt leurs baguettes sans les lever. Pas encore.

- Tiens, la Sang-de-Bourbe et le Traître, s'exclama Pansy Parkinson.

- Couché, Parkinson, ordonna Drago.

- Nous ne voulons pas nous battre, précisa Hermione d'une voix tendue. Nous ne faisons que notre devoir.

- Profite bien de ton répit, Malefoy. Le Maître vous veut vivants, toi et Rogue. Vous êtes finis.

- Oui, s'il ne se fait pas exploser avant par Potter, répliqua Drago. Je vous conseille vivement de rester tranquilles cette année. Dumbledore ne sera pas aussi tolérants envers des Mangemorts.

Bulstrode, Crabbe et Goyle parurent mal à l'aise. Ainsi, Drago ne s'était pas trompé. Ils avaient été Marqués cet été. Et il l'aurait été aussi, si sa mère ne s'était pas opposée à son père. Il frissonna à la pensée de ce qu'aurait pu être son été. Parkinson et Nott plissèrent les yeux.

- Tu ne perds rien pour attendre, Malefoy, menaça Nott la voix basse.

- Je n'ai pas peur de vous, rétorqua le blond.

- Viens Drago, souffla Hermione, inquiète.

Elle savait qu'elle et Drago pouvaient largement se défendre. Mais elle n'avait pas anticipé le fait que ses propres camarades aient déjà rejoint le camp de Voldemort. Même s'ils n'étaient pas amis, elle savait à présent qu'elle les retrouverait à présent en face d'elle quand l'affrontement final viendrait. Et qu'ils n'hésiteraient pas à la tuer.

Les Serpentards ricanèrent quand ils réalisèrent qu'Hermione appelait Drago par son prénom. Il se hérissa.

- Les choses vont changer cette année, gronda Drago d'une voix polaire. Le premier qui attaque mes amis regrettera d'être né. N'oubliez pas que je suis un Malefoy, avec tout ce que ça implique.

- Les Serpentard réalisèrent alors que, même s'il avait changé de camp, il avait été formé à la magie noire par Lucius Malefoy, et qu'il n'y avait pas si longtemps que ça, il avait même été destiné à devenir Mangemort, avec la formation adéquate.

- Partons, Hermione, conclut-il.

Hermione retrouva sa respiration une fois loin du compartiment. Drago lui pressa brièvement la main.

- Il faut prévenir les Professeurs.

- Oui j'avertirai Severus dès notre arrivée au Collège. Toi, tu préviens Harry et les autres.

Elle hocha la tête. La nouvelle année s'annonçait chaotique et dangereuse. Mais elle avait confiance. Harry vaincrait, et ils retrouveraient le cours de leurs vies…

FIN

C'est la fin, et il était bien prévu que cette fic ne couvre que les deux mois d'été, mais pas de panique, il reste des chapitres bonus qui relateront la vie à Poudlard.

Ne vous inquiétez pas, les bonus sont en cours d'écriture et seront bien postés. Et gardez l'oeil ouvert, d'autres fics ne vont pas tarder à arriver !

Merci à tous pour cette merveilleuse aventure et vos commentaires.

Bisous à tous.