Destins parallèles

Et c'est ici que se conclut Destins parallèles… Je vous invite à poursuivre votre lecture avec Destins parallèles II : Le Paradoxe de l'écrivain

Enjoy !


Épilogue : Toutes ces histoires

Telle une toile d'araignée mystique, les histoires de toutes ces bonnes gens se frôlent, s'entremêlent, s'unissent parfois, ou se séparent.

Il y a celles qui sont inoubliables…,

Novembre 1979. Ketza était là, à deux pas de Remus. Il aurait pu tendre les bras pour la serrer contre lui, mais à peine esquissa-t-il un geste qu'elle s'évapora et il se retrouva désespérément seul dans ce lit trop grand. Ce n'était qu'un rêve. Encore. Ketza l'avait abandonné pour toujours.

celles pour lesquelles nous n'avions plus d'espoir…,

Noël 2008. Harry et Ginny avançaient tant bien que mal dans la tempête, la petite Rowena endormie dans les bras de sa mère. À quelques mètres devant eux se dressait le Terrier, toujours égal à lui-même. Tous deux ressentirent un réchauffement au cœur en revoyant cette demeure qui leur était si chère. Harry frappa à la porte. Ce fut Remus qui ouvrit et il en échappa son verre de lait de poule.

-Cornedrue…, souffla-t-il. C'est impossible.

Hermione accourut aussitôt et son visage s'éclaira.

-Harry ! Ginny ! Joyeux Noël !

celles qui nous hantent, celles qui auraient pu être différentes…,

Mars 1986. Il faisait un froid de canard sur le Chemin de Traverse. Sirius, le petit Harry et Samiva étaient sortis faire des courses. Très peu de famille avait osé affronter Dame Nature ou risqué de croiser des Mangemorts en fonction pour leurs emplettes.

En sortant de chez l'apothicaire, Sirius dut céder la place à une jeune mère et son fils. Celle-ci se retourna juste assez pour que ses yeux croisent les siens. Et tous deux figèrent, s'étant mutuellement reconnus. La jeune femme sembla même sur le point de dire quelque chose, les lèvres tremblantes.

-Sirius ?

Samiva les observait curieusement.

-Narcissa !

À l'intérieur de la boutique, Lucius les regardait d'un air hautain. Narcissa baissa le regard sur Harry, le porta sur Samiva et murmura finalement un faible mot de remerciement en entrant dans la boutique. Son fils fit alors un rapide signe d'au revoir à Harry. Sirius jeta un bref regard sur la blonde famille et renifla d'un geste dédaigneux.

-C'était qui ? demanda aussitôt Samiva.

-Un cauchemar…

À l'intérieur de la boutique, Narcissa se faisait poser la même question.

-J'ai cru que…, répondit-elle, rêveuse, mais elle reprit aussitôt d'un ton méprisant. Personne.

et celles qui perdurent malgré tout.

Juin 1991. Sabine tourna la tête vers Charlie et lui sourit tendrement. Elle n'en revenait toujours pas de sa chance. Elle venait à peine d'obtenir ses ASPICs et elle partait déjà en Roumanie étudier les dragons. Pas seule, comme elle l'avait cru au début, mais avec Charlie Weasley, son amour de jeunesse. À quelques pas d'elle, il embrassait ses parents, ses frères et sa sœur, tous venus lui souhaiter bon voyage. Et elle se tenait à l'écart avec les balais et les bagages. Soudain, à sa grande surprise, Mrs Weasley vint la serrer contre elle. Charlie lui prit alors la main et ils enfourchèrent leur balai. Prochain escale, Bucarest !

Toutes ces histoires laisseront leurs marques, aussi infimes soient-elles. Elles n'ont peut-être rien d'extraordinaires, mais elles sont. Et c'est déjà là un bien grand exploit. En attendant, tous espèrent que leurs histoires traverseront le temps. Mais bien peu y arrivent. Sauf peut-être celle de Harry et Ginny.

Ceci n'est pas un au revoir.

C'est une invitation à poursuivre ces histoires… un jour prochain.

À bientôt. Je l'espère.

Lexyann