Voilà ! L'épilogue arrive enfin ! Je sais, il a mis beaucoup de temps, mais l'inspiration de venait pas… jusqu'à ce week-end. Je l'ai presque entièrement écrit ce week-end.

J'espère qu'il va vous plaire.

Bonne lecture !

o0O0o

Épilogue

Drago était plongé dans un mutisme angoissant, le public commentait ce qu'ils venaient d'apprendre, les journalistes noircissaient déjà des parchemins et des parchemins, l'un d'eux allant même jusqu'à griffonner un portrait de Drago, entouré d'Harry et de Ron. Si le premier était extrêmement tendu, les deux autres étaient tellement détendus, calmes qu'ils auraient pu s'endormir.

Lorsque Blaise et Dean retournèrent à la porte du fond, un grand silence retomba sur la pièce. Le public savait que le jury avait fini de délibérer et qu'il allait revenir. Chacun retenait son souffle, regardait Drago qui stressait de plus en plus, ou son avocat, Seamus, toujours aussi décontracté. Tous ceux du premier rang, venus soutenir Drago croisaient les doigts et tentaient de lui faire un sourire rassurant, mais ça ressemblait plus à une grimace. Harry ne cessait de passer nerveusement sa main dans sa tignasse déjà bien ébouriffée, Ron se tordait les doigts, une habitude qu'il avait prise quand il stressait trop.

Blaise et Dean saisirent chacun la poignée d'une porte et ouvrirent enfin la double porte en grand. Scrimgeour se tenait juste derrière, la tête haute et un rictus mauvais aux lèvres. En le voyant, Drago se ratatinait à vue d'œil. Harry fixa le Ministre d'un regard noir qu'il ne sembla même pas remarquer. Scrimgeour s'avança lentement, suivi par le jury au grand complet. Tous arboraient un faux sourire ne laissant en rien transparaître leurs sentiments.

Sur son siège, Drago tenta de se recomposer le masque qu'il arborait continuellement du temps de Poudlard, un masque de froideur qui aurait fait frissonner n'importe qui. Un peu plus loin, Seamus commençait à stresser, un tic nerveux agitait ses lèvres.

Le jury s'installa sur les différents sièges qui leurs étaient attribués. Le Ministre de la Magie se leva et parcourut l'assistance du regard avant de fixer froidement Drago. Ce dernier lui rendit son regard, tentant de ne pas paraître impressionné.

-Bien. Le jury a délibéré. La sentence va pouvoir être donnée.

Un homme ventripotent assis à côté de lui se leva à son tour et attendit que le Ministre s'asseye pour parler à son tour.

-Mr Drago Malefoy, vous êtes accusé de multiples meurtres, notamment sur la personne d'Albus Dumbledore, d'être un Mangemort - bien que votre bras soit, semble-t-il, vierge de toute Marque des Ténèbres - et de bien d'autres choses citées auparavant et qui seraient trop longues à énumérer ici.

S'en suivit tout un blabla que Drago n'écouta que d'une oreille. Tout ce qu'il voulait savoir, c'était sa peine.

-Ainsi donc, fit le ventripotent, à la majorité, vous êtes condamné à six semaines d'emprisonnement à Azkaban, une semaine de travaux d'intérêt général et à une amende de 1000 gallions. L'Auror Harry Potter se chargera lui-même de vos travaux d'intérêt général.

o0O0o

Seamus souffla après avoir entendu le verdict, assez content de son travail. Il n'avait pas pu faire mieux avec aussi peu de temps pour se préparer. Blaise, quant à lui, était trop occupé avec Dean à maîtriser le public qui sortait de la salle pour se soucier du verdict, ils le feraient plus tard. Harry alla prendre Drago par le bras afin de l'amener vers sa cellule, ayant été assigné à cette tâche. Ron, lui, préférait lancer un regard noir au Ministre. Il se doutait bien que si le verdict n'avait pas été donné à l'unanimité mais à la majorité, c'était à cause de lui. Scrimgeour avait toujours voulut que les Malefoy soient morts…

o0O0o

Le soir même, Drago prenait son premier repas à la prison sorcière. Pain sec, ration de lentilles et pichet d'eau. Il regrettait beaucoup les repas qu'il avait pu avoir en étant chez Harry. L'Auror lui manquait déjà, alors qu'il ne l'avait quitté que quelques secondes plus tôt. En effet, Harry et Ron étaient les deux Aurors chargés de sa cellule, le Ministre ayant plus retenu leur haine de Poudlard que les récents changements de sentiments, qu'il ignorait encore fort heureusement.

Il soupira et commença à manger tranquillement pendant que son camarade de cellule, un certain Keller, se goinfrait, semblant habitué à cette piètre collation.

-Au fait, Malefoy, c'est bien ça ton nom ? Pourquoi t'es ici ?

-On m'accuse d'être un Mangemort et d'avoir commis de multiples meurtres, principalement. Mais rien n'est vrai. C'est à cause de ce con de Scrimgeour. Il m'aime pas, il haït tout ce qui s'appelle Malefoy et ressemble de près ou de loin à un Mangemort.

-Autrement dit, t'avais aucune chance avec lui de t'en sortir sans rien…

-Ouais… Et toi, pourquoi t'es ici ?

-Moi ? Meurtres, tout simplement. J'suis ici depuis trois ans, et je suis loin d'en avoir fini, je suis condamné pour quinze ans. Tu verras, tes six semaines, c'est de la gnognotte.

Puis, l'homme se lança dans la description de ces "œuvres d'éclat", le blond tentant de ne pas l'écouter. L'entendre lui dire combien c'était jouissif de regarder l'agonie de ses victimes, des Moldus d'à peine dix ans, après les avoir violé et torturés, lui donnait la nausée. Et dire qu'il allait devoir rester avec ce dingue pendant deux semaines ! Il commençait déjà à désespérer.

-Tu finis pas tes lentilles ?

-Non, vas-y, prend les, répondit Drago.

-T'as tort, elles sont excellentes. Ils se sont surpassés. Enfin, remarque, à partir de demain, on pourra aller au réfectoire avec les autres.

-Et pourquoi pas aujourd'hui ?

-Tu viens juste d'arriver et pour moi, ils voulaient juste me faire payer une connerie. J'ai failli tuer un Auror qui me surveillait, y a une semaine, même pas. Jusqu'à aujourd'hui, j'étais au pain sec et à l'eau. Les lentilles, c'est uniquement parce que t'étais là.

Drago frissonna un peu en songeant au réfectoire.

Après qu'un Auror, Ron en l'occurrence, soit venu rechercher les plateau, Drago alla se coucher sur sa couchette, enfin si une simple couverture élimée jetée sur une fine couche de paille pouvait être appelée ainsi. Peu après que son compagnon se soit couché, il se mit à ronfler fort bruyamment. Décidément, les six semaines allaient être dures avec un énergumène pareil…

o0O0o

-Malefoy, Keller ! Debout là dedans ! fit une voix rauque avant de tambouriner sur la porte.

-Ouais, ouais, Jones, répondit vaguement Keller pendant que Drago marmonnait qu'il voulait dormir encore un peu.

-Eh ! Malefoy ! Debout !

Le blond ouvrit les yeux et réprima de justesse un cri fort peu masculin en apercevant la figure couverte de cicatrices de Keller.

-Keller, tu m'as fichu une de ces trouilles ! Ne me refait plus jamais ça !

Keller se contenta d'un sourire narquois et lui dit qu'il devrait se dépêcher de s'habiller s'il voulait prendre un petit-déjeuner.

-Oh ! Malefoy ! T'es prêt ? demanda Harry par la petite ouverture de la porte.

Le blond frissonna à cette voix. Ça lui faisait très bizarre de l'entendre l'appeler par son nom de famille, mais il n'avait pas le choix. Il hocha la tête et s'avança vers la porte.

-Toi, Keller, tu attend que Kingsley et Tonks viennent te chercher. Et tu ne fais pas de connerie, sinon je les laisserais te supprimer le pain de ta "ration", pas comme la dernière fois.

o0O0o

-Voilà le réfectoire, Drago, fit le brun en le poussant dans une grande pièce aux immenses fenêtres entièrement recouvertes de barreaux résistants à la magie, noire ou blanche.

-Et bonne chance avec eux.

Harry lui serra brièvement le bras avant de se diriger vers la table réservée aux gardiens. Drago était seul, désormais.

Il commença par aller se chercher de quoi manger sur le buffet, entendant malencontreusement quelques conversations entre prisonniers.

-… Il a vraiment pas l'air d'un Mangemort…

-… C'est un Malefoy, ils auraient mieux fait de le tuer…

-… Moi, je m'approche pas de cette vermine…

Partout, les prisonniers semblaient le rejeter. Il se sentait mal, il aurait tant aimé être dans les bras d'Harry, mais c'était impossible, pas avant six semaines, voire sept. Voir le jeune homme, le savoir si proche, parfois être seul avec lui sans pouvoir lui parler, le toucher comme il souhaiterait… C'était un véritable calvaire qui commençait pour lui.

Et maintenant, il se retrouvait seul dans la fosse aux lions. Tous les prisonniers le regardaient, le jaugeaient, le méprisaient. Aucun ne semblait vouloir montrer de sympathie envers lui. Il se retourna enfin, son plateau rempli, vers la salle et commença à scruter la pièce à la recherche d'une place où il pourrait s'asseoir sans être embêté.

Les deux tables du fond n'avaient aucune place libre et, pas de chance, c'étaient les deux les plus proches de celle des gardiens. Ceux qui s'y installaient espéraient sans doute retirer quelques faveurs auprès des gardiens… La table à côté du tableau représentant la prison ne comportait qu'un siège de libre, entre deux armoires à glace, au moins aussi impressionnantes, chacune, que Crabbe et Goyle réunis. Avec de la chance, ces deux gars baraqués n'auraient pas la moindre trace de cerveau, mais comme sa chance semblait l'avoir momentanément quitté, Drago décida de ne pas tenter de s'y mettre. Il ne restait plus que la grande table, avec deux place non occupées, non loin d'un caïd qui semblait diriger tout le monde par la terreur. Fiennes, s'il se souvenait bien du nom que Keller avait évoqué la veille. Ce type ne lui inspirait pas confiance, mais alors pas du tout et, d'après ce que lui avait dit Keller, c'était aussi un sacré meurtrier… Bref, aucune place où il aurait envie de se mettre. Il se tourna brièvement vers Harry et chercha discrètement à accrocher son regard, mais le brun était décidé à ne regarder que son assiette ou son voisin avec qui il parlait que Merlin sait quoi.

o0O0o

Sentant un regard poser sur lui, Harry leva la tête et croisa très brièvement le regard de Drago. Le brun se dépêcha de baisser la tête et d'entamer une conversation sur un sujet futile avec son autre voisin, Murray.

-Harry, t'as vu le nouveau, le blond, là… fit le dénommé Murray au bout de deux minutes à parler de la disposition "merdique" des tables dans le réfectoire.

-Oui, Devon, je l'ai vu. Je te rappelle que je suis chargé de lui, avec Ron.

-Ce serait pas un Malefoy, par hasard ?

-Si, pourquoi ? Ça te dérange ?

-Non. Mais pour une fois que je vois un Malefoy qui n'est pas à l'aise quelque part… Lucius, l'autre Malefoy qu'on avait eu ici était plus à l'aise, il se sentait presque chez lui ici. Lui, ça fait depuis tout à l'heure qu'il cherche une place… Y en a que trois de libres, c'est pourtant pas compliqué ! Si ?

o0O0o

Drago hésitait franchement. Etre seul entre deux armoires à glaces ou être pas loin du caïd de la prison, avec un autre voisin qui se pointerait… Le dilemme.

-Alors, tu vas pas faire la statue ici, quand même !

-Ouais ! Viens avec nous, on va te faire une place ! fit un second prisonnier avec un sourire pervers en détaillant Drago, le déshabillant du regard.

Les cris fusèrent, poussant Drago à faire son choix.

-Ah ! Malefoy ! Je te retrouve ! J'avais peur que tu ne sois déjà installé, fit Keller en arrivant, un plateau à la main.

-Oh ! Le blond ! Viens plutôt avec nous ! Reste pas avec ce con !

-Un problème, Mirlon ? demanda le con en question avec un regard noir et en faisant rouler les muscles de ses bras. Le blond, comme tu dis, il s'appelle Malefoy, et il est avec moi, OK ?

Puis, Keller balaya le self de son regard dur, le silence se fit, on aurait presque pu entendre une mouche voler. Il se dirigea ensuite vers les deux places libres, y entraînant Drago.

-Là, par contre, je crois qu'il va y avoir un problème, fit le caïd, deux places à gauche de Drago. Cette place, c'est celle de Macnair junior…

À l'entente de ce nom, Drago se tendit, mais fit tout son possible pour ne pas laisser paraître son trouble.

o0O0o

Seul Harry semblait l'avoir remarqué, ayant appris à le connaître.

-Va y avoir du grabuge, tout à l'heure…

-Qu'est ce qui te fait dire ça, Devon ?

-Tu vois la place que ton prisonnier a prise ? C'est celle de Macnair junior, et il ne supporte pas qu'on lui prenne sa place. Il a déjà tué un prisonnier pour ça. C'était le premier et le seul à avoir essayé. Malefoy, je pense pas qu'il s'en sortira en bon état, probablement mort…

Un silence lourd s'abattit sur la salle, le dernier prisonnier venait d'arriver au réfectoire et tout le monde fixait la place occupée attitrée au nouvel arrivant. Puis, les cris revinrent, encourageant Malefoy ou Macnair. Au début, ce dernier semblait déconcerté par tous ces cris, mais il en compris la raison en regardant sa place… occupée. Depuis le temps qu'il en rêvait… En plus, c'était celui dont son père lui avait parlé… Parfait. Il prit son plateau, le posa sur un coin de table et s'avança vers le fautif en se frottant les mains, un sourire mauvais aux lèvres. Drago, lui, était calme, mangeant tranquillement, comme si le monde autour de lui n'existait pas, comme s'il ne voyait que sa tartine beurrée à moitié entamée. Voyant son manque de réaction, Macnair décida de le provoquer un peu…

-Alors, Malefoy, ça va ? Mon père m'a dit beaucoup de bien de toi, tu sais… lui susurra-t-il à l'oreille, fermant presque les yeux pour savourer la respiration maintenant saccadée du blond, sa victime.

Le silence se fit, tous les yeux fixés sur les deux prisonniers. Drago prit le temps de reposer sa tartine et inspira un grand coup. Deux secondes plus tard, Macnair junior était couché par terre, les mains à son cou, tentant de desserrer la prise de Drago autour de son cou, l'empêchant de respirer.

-Un bon conseil, Macnair, ne sous-estime jamais un Malefoy, ce serait probablement la dernière chose que tu ferais de ta misérable vie.

Un serra un peu plus fort, provoquant l'évanouissement de Macnair et lâcha sa prise. Drago se releva et reprit sa place, continuant de manger sa tartine comme si rien ne s'était passé.

Macnair fut emmené d'urgence à l'infirmerie, mais il fut rapidement constaté qu'il n'avait rien, Drago n'eut donc aucun ennui, il eut juste droit à un sermon de la part de Ron et d'Harry.

Le séjour de Drago fut calme jusqu'au bout, plus aucun incident ne vint en perturber le déroulement, personne ne le provoquait ou osait s'approcher de lui, si ce n'est Keller, son compagnon de cellule, qui l'avait félicité dès leur retour en cellule.

o0O0o

Le samedi, Ron et Harry vinrent chercher Drago dans sa cellule pour sa sortie de la prison d'Azkaban et l'emmenèrent dans la cellule du Ministère qu'il occuperait pendant sa semaine de travaux d'intérêt général. Le blond eut principalement à remplir les rapports de mission d'Harry et à recopier des dossiers de Ron, écrits de son écriture brouillonne qu'il avait parfois du mal à déchiffrer.

o0O0o

Le dimanche de la semaine suivant, Drago était libre. Après l'avoir sorti de sa cellule, Harry transplana avec lui directement dans son appartement. À peine étaient-ils arrivés, qu'ils se jetait voracement l'un sur l'autre, pressés de se toucher, ce qu'ils n'avaient pu faire pendant sept semaines, une éternité, alors qu'ils se côtoyaient tous les jours.

Ils furent rapidement nus sur le canapé du salon, Harry couché sous le corps musclé de son amant. Ce dernier déposait une multitude de baisers papillons dans son cou offert, pendant que ses doigts impatients se frayaient déjà un chemin vers les fesses du brun. Un doigt le pénétra, puis un second, rapidement rejoints par un troisième. Malgré son impatience, Drago se fit violence pour préparer correctement son amant, mais céda bien vite à la supplique de ce dernier.

-Viens… murmura Harry entre deux gémissements en regardant Drago dans les yeux.

Le blond perdit alors toute retenu et pénétra l'Auror d'une puissante poussée, frappant sa prostate. Ils gémirent en chœur, les coups de reins se firent plus rapprochés, plus rapides, plus profond au fur et à mesure que le plaisir augmentait par vagues croissantes. L'orgasme les faucha au moment où le Bip bip biiiiip ! caractéristique de la cheminée se fit entendre.

-Harry ? T'es là ?

-Putain, c'est Blaise… fit Drago à voix basse.

-Va te faire foutre, Zabini !

-Mais avec plaisir, répondit celui-ci avant de transplaner dans un pop bruyant.

-Tu crois qu'il est où, là ?

-Avec Seamus, à suivre mon conseil… fit Harry avant de rire. Et nous, où en étions nous…

Ils refirent l'amour dans la douche puis sur le lit.

-Je t'aime, murmura Drago en prenant Harry entre ses bras, Harry.

-Moi aussi, je t'aime, Drago, fit celui-ci en se blottissant contre le torse de son amant avant de s'endormir.

o0O0o

Voilà, cette fic est finie… Elle va me manquer.

Bisous à tous !

lilly.malefoy